Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie IV. Enjeux sectoriels

Chapitre 29. Agriculture et développement durable

Marc Dufumier et Benoît Lallau

Texte intégral

Introduction

1De tous les secteurs d’activités économiques, l’agriculture est l’un des plus fréquemment questionnés en matière de durabilité. Elle contribuerait ainsi en France à près de 18 % des émissions de gaz à effet de serre (Citepa, 2008) et serait à l’origine d’environ 70 % des consommations d’eau sur la planète (CNRS, 2002). Maintes fois dénoncée pour ses externalités de pollution (des eaux, de l’air et des sols), l’agriculture est aussi mise en cause, désormais, pour l’érosion des sols, les glissements de terrains, les pertes de biodiversité, la moindre qualité sanitaire des aliments, la destruction d’emplois, l’exode rural accéléré dans les pays du « Sud », la concentration foncière, l’iniquité des aides distribuées, etc. Mais il lui faudra néanmoins nourrir toujours mieux une population mondiale croissante (Collomb, 1999 ; Ghersi, 2005) et satisfaire une demande accrue en produits de plus en plus diversifiés : fibres textiles, matériaux de construction, agro-carburants, molécules médicinales, essences à parfum, etc.

2Il s’agit donc de se pencher sur les conditions de durabilité de l’impérative évolution, dans les prochaines décennies, des différentes agricultures du monde, aux destins d’ailleurs liés. Cette réflexion se fonde sur l’impossibilité d’un scénario de type BAU – « Business as Usual » – (section 1), sur les perspectives ouvertes par les approches de l’agro-écologie (section 2) et sur une réhabilitation d’un modèle paysan de développement agricole (section 3).

Des trajectoires non durables

3Les trajectoires suivies par les agricultures du monde ces dernières décennies, très en lien avec celles des systèmes alimentaires (Rastoin, 2005), s’avèrent non durables, tant par la dégradation marquée des agro-écosystèmes qu’elles induisent, que par le primat des logiques de concentration foncière qui les sous-tendent.

Une mise en péril des agro-écosystèmes

4L’agriculture est une activité d’aménagement des écosystèmes par des producteurs souhaitant infléchir à leur profit les cycles biochimiques de l’eau, du carbone, de l’azote, du phosphore et de plusieurs autres éléments minéraux. Souhaitant privilégier le développement d’un nombre assez limité d’espèces jugées utiles, les agriculteurs s’efforcent à la fois de modifier le milieu physique en leur faveur (travail du sol, apport d’engrais, irrigation, etc.) et de protéger les variétés végétales et races animales préalablement sélectionnées contre la menace d’éventuels concurrents ou prédateurs. Les agro-écosystèmes ainsi anthropisés sont plus homogènes et moins diversifiés que les écosystèmes naturels d’origine. Cette simplification des écosystèmes peut être plus ou moins accentuée, jusqu’à aboutir à leur fragilisation excessive, préjudiciable aux exigences d’un « développement durable » (DD). Il n’en a cependant pas toujours été ainsi.

5Durant des millénaires, les agriculteurs ont eux-mêmes directement procédé au choix des espèces, races et variétés, dont ils souhaitaient favoriser la croissance et le développement dans leurs exploitations agricoles, selon leurs propres critères : comportement des plantes et des animaux sur les parcelles, rendements et qualité des productions finales, etc. En procédant ainsi, ils choisissaient de fait des variétés ou des races adaptées aux divers écosystèmes au sein desquels ils vivaient : résistance aux accidents climatiques et sanitaires les plus fréquents, tolérance aux insectes prédateurs et agents pathogènes prévalents, capacité de ne pas être trop concurrencés par les espèces sauvages, etc. Il n’était donc pas nécessaire de modifier fondamentalement leurs agro-écosystèmes d’accueil.

6Mais cette prudence s’est amoindrie depuis que la sélection est devenue le fait de généticiens travaillant en conditions parfaitement maîtrisées, au sein de laboratoires et stations expérimentales, de façon à répondre aux demandes d’économies d’échelle formulées par des firmes agro-industrielles. Depuis un siècle et demi dans les pays du Nord et une cinquantaine d’années dans les pays du Sud, les spécialistes de « l’amélioration » végétale et animale ont ainsi entrepris de ne sélectionner qu’un nombre très limité de variétés végétales et de reproducteurs animaux en fonction de critères beaucoup plus standards et universels : capacité des plantes de bien intercepter les rayons du soleil pour les besoins de la photosynthèse, résistance à la verse, insensibilité au photopériodisme, homogénéité des gabarits et des compositions chimiques des productions destinées à être travaillées à la chaîne dans les industries agricoles et alimentaires, etc. De façon à rentabiliser au plus vite les investissements réalisés dans la sélection génétique, il a fallu ensuite créer les conditions nécessaires à leur utilisation à grande échelle, dans un maximum de régions, au prix d’une simplification considérable des écosystèmes.

7Afin de rester compétitifs dans la course à la productivité et répondre aux exigences des firmes agroindustrielles, les agriculteurs (français, entre autres) ont été contraints de spécialiser et mécaniser toujours davantage leurs systèmes de production, et de fournir un nombre limité de produits standards, fragilisant les agro-écosystèmes et induisant de nombreuses externalités négatives : pollutions chimiques (des eaux, de l’air et des sols) occasionnées par l’usage inconsidéré de pesticides et d’engrais chimiques ; moindre qualité gustative et sanitaire des aliments ; invasions intempestives d’espèces concurrentes ou prédatrices ; épidémies provoquées par de nouveaux agents pathogènes ; perte considérable de biodiversité ; dépendance accrue à l’égard des énergies fossiles ; émissions croissantes de gaz à effet de serre (gaz carbonique, méthane et protoxyde d’azote) ; érosion ou salinisation accélérée des sols ; glissements de terrains, etc. Ces externalités ont déjà des conséquences mesurables : intoxications chimiques, recrudescence de certains cancers, coûts financiers des mesures de dépollution, etc.

8En Europe, la spécialisation rapide des systèmes de production agricole est allée de pair avec une séparation prononcée entre agriculture et élevage. Rares sont désormais les agriculteurs qui pratiquent conjointement les deux types d’activités dans leurs exploitations et peu nombreuses sont aussi les régions qui les associent étroitement. Ainsi les agriculteurs de Bretagne ont-ils, pour la plupart, renoncé à cultiver des céréales et des plantes industrielles pour se consacrer surtout à l’élevage intensif de vaches laitières, à celui de poulets « hors sols » et à l’engraissement de porcs en espaces confinés. Fortement consommateurs de soja importé des États-Unis, du Brésil ou d’Argentine, les animaux y sont devenus tellement concentrés que se pose désormais la question du devenir des effluents d’élevage. Faute de pailles disponibles en quantités suffisantes, les bovins et les porcins sont élevés directement sur caillebotis, sans aucune litière, et il n’est plus possible pour les éleveurs bretons de produire par eux-mêmes du fumier. Pour moins polluer les nappes phréatiques, dont les taux de nitrates dépassent déjà les normes prescrites au niveau européen, il est nécessaire de financer des infrastructures destinées à épurer les eaux chargées d’effluents.

9La situation est totalement inverse dans la Beauce où les exploitants céréaliers qui ne pratiquent plus l’élevage et ne cultivent plus guère de légumineuses ne disposent pas de déjections animales et ne parviennent plus à faire décomposer aisément leurs excédents de pailles dans la couche arable. Faute de fumier, les exploitants céréaliers beaucerons sont contraints à un recours important aux engrais azotés de synthèse (urée, ammonitrates, etc.) dont la fabrication est particulièrement coûteuse en énergie fossile (gaz naturel) et dont l’épandage est à l’origine d’émissions de protoxyde d’azote (un gaz à effet de serre 310 fois plus nocif que le gaz carbonique). Une voie de durabilité se dessine ainsi, dans la réassociation de l’agriculture et de l’élevage dans chacune de ces deux régions et la gestion conjointe des cycles du carbone et de l’azote, grâce à un meilleur recyclage des résidus de cultures et des effluents d’élevage.

Une mise en péril des agricultures paysannes

10Cette « modernisation » de l’agriculture a conduit à la disparition de la majorité des exploitations au Nord. Dans un tel modèle en effet, les moins compétitifs (relativement, en particulier, aux prix de soutien fixés par les pouvoirs publics) ou du moins leurs enfants sont finalement condamnés à quitter progressivement l’agriculture. Cela a été et demeure vrai pour les agriculteurs français. C’est ainsi que les régions françaises les moins bien dotées en sols fertiles et climats tempérés, telles que les zones montagneuses d’altitude, ont précocement perdu une grande partie de leur population rurale, avec un retour définitif de nombreux terroirs à la friche. C’est ainsi encore que de nombreuses exploitations, poussées trop loin dans des logiques de capitalisation – et donc d’endettement –, disparaissent encore en région Nord-Pas-de-Calais, dans le cadre des procédures dites « agridifs » (agriculteurs en difficulté). Ces procédures ne traitent que les dimensions techniques des mises en liquidation, en délaissant les coûts humains et les impacts en termes de dynamiques territoriales, les disparitions contribuant d’abord à l’agrandissement des exploitations encore en activité (Lallau, Thibaut, 2009).

11Dans de nombreux pays du Sud, de très vastes espaces agricoles sont appropriés par de puissantes sociétés multinationales ou de riches propriétaires fonciers absentéistes. Ainsi en est-il dans les campagnes d’Amérique latine et d’Afrique australe, où de nombreux propriétaires d’immenses domaines ne travaillent pas eux-mêmes dans l’agriculture. Ces notables et actionnaires dont les exploitations agricoles sont confiées à des gérants salariés n’ont pas souvent intérêt à y investir massivement car il est généralement plus rentable et moins risqué de placer leur argent dans d’autres secteurs d’activités que l’agriculture (l’immobilier, le commerce, la finance). Ce faisant, ils ne contribuent que très peu à la création d’emplois pour les paysans sans terre ou minifundiaires, car dès que les coûts salariaux commencent à augmenter, il leur devient plus intéressant de remplacer la main d’œuvre par des machines ou de maintenir des systèmes de production extensifs peu exigeants en travail : élevage bovin de type « ranching », plantations pérennes ne nécessitant que peu d’entretien (cocotiers, sisal, bambous…), monoculture de canne à sucre ou de soja transgénique à perte de vue, etc.

12Ces grandes exploitations spécialisées, au sein desquelles est en effet souvent pratiquée la monoculture à grande échelle, sont à l’origine de graves déséquilibres écologiques : érosion éolienne provoquée par le passage d’outils aratoires à disques dans les grandes exploitations cotonnières ou de soja, pollutions provoquées par l’emploi abusif de fongicides dans les immenses bananeraies, prolifération de mauvaises herbes résistantes aux herbicides de Monsanto dans les champs de soja génétiquement modifiés (sorgho d’Alep, amarante sauvage, érigeron du Canada, etc.), érosion de la biodiversité domestique et sauvage (Picone, Van Tassel, 2002), etc. L’inégale répartition foncière produit aussi de graves problèmes sociaux dans ces régions du monde où l’exode rural et l’urbanisation ont été rapides, sans que des emplois n’aient été créés en nombre suffisant dans les villes, avec pour conséquence les phénomènes de délinquance et l’insécurité urbaine croissantes dont la presse se fait aujourd’hui régulièrement l’écho.

La promotion de l’agro-écologie comme voie de durabilité ?

13Il est donc impératif de rechercher un modèle durable pour l’agriculture du Nord comme pour celle du Sud. Les Systèmes de Production inspirés des principes de l’Agroécologie (SPA), longtemps délaissés au nom du progrès, peuvent constituer une alternative aux conceptions agroindustrielles et latifundiaires (Griffon, 2006).

Caractéristiques principales des SPA

14En premier lieu, il s’agit de revenir à la sélection d’une plus grande diversité de races ou variétés, adaptées chacune à leurs écosystèmes d’accueil. À l’opposé de la monoculture ou des élevages en batterie, les systèmes de production agricole qui associent plusieurs élevages à la mise en œuvre de rotations et assolements diversifiés sont ceux qui présentent la plus grande résilience à l’égard d’éventuels accidents climatiques ou sanitaires et nécessitent donc le moins d’avoir recours à des produits agro-toxiques et antibiotiques (Altieri, Nicholls, 2004). La préservation d’une grande biodiversité culturale dans les fermes va toujours de pair avec le maintien d’une grande biodiversité spontanée dans les écosystèmes : les organismes les plus susceptibles de nuire aux cultures ou aux troupeaux ne peuvent alors proliférer subitement, du fait des barrières imposées par d’éventuels concurrents ou prédateurs (pucerons et coccinelles, limaces et scarabées, etc.).

15Les SPA ne doivent pas être considérés comme extensifs dans la mesure où ils ont intensément recours aux ressources naturelles renouvelables (l’énergie lumineuse, le carbone et l’azote de l’air, les eaux pluviales, etc.) et n’excluent pas l’obtention de rendements élevés à l’hectare, contrairement à certaines formes d’agricultures latifundiaires (Glendining et al., 2009). Mais ils font par contre un usage limité des ressources naturelles non renouvelables (énergie fossile, eaux souterraines, mines de phosphate, etc.) et des intrants chimiques (engrais de synthèse, produits phytosanitaires, antibiotiques, etc.).

16Ces systèmes relèvent aussi pour une part de l’agroforesterie. Pour que les plantes transforment au mieux l’énergie lumineuse en calories alimentaires par le biais de la photosynthèse, il est nécessaire qu’elles puissent avoir des échanges gazeux avec l’atmosphère et donc bénéficier d’un microclimat pas trop desséchant ; d’où l’intérêt de maintenir des arbres et des haies vives à leur proximité (Warner, 2007). L’intégration dans les rotations culturales de plantes de la famille des légumineuses permet en outre de fournir au moindre coût les protéines végétales destinées à l’alimentation humaine ou animale, grâce à la fixation biologique de l’azote de l’air, et de ne plus tant dépendre de l’emploi des engrais azotés de synthèse. La présence d’arbres et arbustes à enracinement profond au sein même ou à proximité des champs emblavés permet enfin de puiser en profondeur les éléments minéraux dont les plantes cultivées ont le plus besoin (phosphore, potassium, calcium, etc.), de les fixer provisoirement dans leur feuillage et de les restituer à la surface des sols, pour fertiliser ainsi les couches arables.

17Les SPA favorisent donc les circuits courts dans la gestion des flux « utiles » de carbone, d’azote et des autres éléments minéraux : utilisation des résidus de culture pour l’affouragement des animaux, recours aux déjections animales pour la fabrication de fumier ou de compost destinés à fertilisation des sols, remontée biologique des éléments minéraux issus de la désagrégation des roches mères vers les couches superficielles des sols, perturbation des cycles de reproduction d’éventuels insectes ravageurs, etc. La diversité des espèces et variétés au sein des rotations et assolements assure le maintien in situ d’une très grande biodiversité domestique et spontanée, avec notamment la présence de nombreux insectes auxiliaires des cultures.

18Enfin, les SPA exigent un travail plus intense et soigné que ceux inspirés de l’actuelle production agroindustrielle. Ils peuvent donc être à l’origine de la création de nombreux emplois, pour peu que les aides à l’installation des jeunes agriculteurs soient accordées préférentiellement à ceux qui s’engagent à les mettre en œuvre, plutôt que de favoriser, comme c’est l’usage en France, l’agrandissement d’exploitations déjà surdimensionnées. Pour peu encore que les agriculteurs les plus artisanaux puissent être correctement rémunérés pour la qualité de leurs produits et pour les services environnementaux rendus à la société, et ce grâce notamment à une redistribution des subventions octroyées dans le cadre de la politique agricole commune (PAC) européenne. Cette dernière pourrait favoriser systématiquement la mise en œuvre des systèmes de production faisant le meilleur usage des potentialités productives des divers terroirs tout en fournissant des produits de qualité et de proximité, répondant à un cahier des charges le plus proche possible de celui de l’agriculture « bio ».

L’agroécologie, une voie durable au Sud

19Dans les pays du Sud, il existe aussi d’ores et déjà de très nombreuses techniques agricoles qui permettent aux familles paysannes de produire davantage à l’hectare, sans pour autant avoir recours à de grandes quantités de carburants fossiles ou d’intrants chimiques (Dufumier, 2004). Ayant pour fondement d’assurer une couverture végétale des sols la plus complète et longue possible, ces techniques consistent généralement à cultiver simultanément ou successivement plusieurs espèces et variétés (céréales, tubercules, légumineuses et cucurbitacées) dans un même champ, de façon à bien intercepter l’énergie lumineuse disponible et la transformer au mieux en calories alimentaires. Ces associations de cultures recouvrent rapidement les sols, protègent ceux-ci de l’érosion, permettent de bien fixer l’azote, limitent la propagation des agents pathogènes et contribuent à limiter les risques de très mauvais résultats en cas d’accidents climatiques.

20Il en est de même pour l’agroforesterie : de nombreuses paysanneries du Sud ont su intégrer différentes espèces d’arborées dans leurs systèmes de culture vivriers ; les arbres à enracinement puissant dont la croissance a été systématiquement favorisée au sein même des champs cultivés contribuent à fixer du carbone par photosynthèse durant la saison sèche, à puiser des éléments minéraux dans les couches les plus profondes des sols, à les fixer provisoirement dans leur biomasse aérienne, avec pour effet de fertiliser ensuite les horizons superficiels des terrains lors de la chute de leurs feuilles. La présence de ces arbres au sein même des parcelles cultivées ou le maintien de haies vives sur leur pourtour protège les cultures des grands vents et d’une insolation excessive, avec pour effet de créer un microclimat favorable à la photosynthèse et à la fixation de carbone. À l’image de l’Acacia albida très répandu en Afrique sahélo-soudanienne (Olivier et al., 1996), les arbres et arbustes de la famille des légumineuses peuvent fournir aux animaux un fourrage riche en protéines, tout en favorisant la fertilisation azotée des terrains sous leur frondaison.

21Dans plusieurs régions sub-humides de cette même Afrique soudano-sahélienne, des agriculteurs ayant eu accès à des crédits gagés sur la production cotonnière ont pu acquérir des animaux et divers équipements attelés (charrues, semoirs, charrettes, etc.), et sont parvenus en moins de trois décennies à remplacer leurs anciens systèmes d’agriculture sur abattis-brûlis par des systèmes dans lesquels les champs cultivés le sont désormais tous les ans, sans période de retour à la friche (« jachère »). Ces parcelles sont situées désormais au cœur d’un ager régulièrement fertilisé par des apports de matières organiques en provenance des aires réservées à la pâture des animaux (saltus). L’association plus étroite de l’élevage à l’agriculture permet dorénavant un meilleur usage des résidus de culture pour l’affouragement et les litières des animaux et une plus grande utilisation des déjections animales pour la fabrication d’engrais organiques (Bainville, Dufumier, 2007).

22Mais ces pratiques paysannes ont trop souvent été sous-estimées par les autorités politiques, les organismes de recherche et les fonctionnaires de l’État. Ceci renvoie à un constat plus général : les recherches agronomiques menées actuellement au Sud comme au Nord se situent encore dans le seul paradigme de « l’amélioration variétale » et de l’ingénierie génétique, et ne sont que très peu inspirées de l’écologie et de la biologie intégrative (Vanloqueren, Baret, 2009). De même peut-on souligner le peu d’attention portée, dans le champ des sciences sociales, aux recherches destinées à rendre plus intelligibles les raisons pour lesquelles les différentes catégories d’exploitants n’ont pas nécessairement recours aux mêmes techniques agricoles. Autant de choix de recherche qui s’inscrivent dans un rejet persistant, au nom de la « modernité », des différentes formes d’agriculture paysanne.

L’agriculture paysanne, actrice de la durabilité ?

23On peut pourtant observer que, dans la plupart des pays du monde, ce sont les exploitations agricoles paysannes qui sont les plus à même d’héberger les systèmes de production inspirés de l’agro-écologie et, plus généralement, les plus conformes aux exigences du DD. Sous la condition toutefois, qu’elles soient soutenues par des politiques publiques moins tournées vers le modèle agroindustriel.

Une agriculture familiale, autonome et située, mais menacée

24À l’inverse des exploitants capitalistes qui ne travaillent pas directement dans leurs exploitations mais y injectent du capital en vue de maximiser leur profit et en comparaison à d’autres opportunités de placements, les paysans investissent leur force de travail et leur épargne dans les unités de production, d’une part de façon à y pouvoir mieux vivre de leur propre travail, d’autre part en comparant leurs revenus agricoles à ce qu’il leur serait possible d’obtenir en exerçant éventuellement d’autres activités (coûts d’opportunité). L’agriculture paysanne apparaît donc comme la plus à même de réguler les problèmes d’emplois et d’exode rural : un exploitant familial ne remplacera jamais sa main-d’œuvre familiale par des machines et n’extensifiera pas davantage son système de production tant que cette main-d’œuvre ne trouvera pas d’opportunités d’emplois plus rémunérateurs en dehors de l’exploitation. Les enfants ne renoncent à reprendre l’exploitation de leurs parents que s’ils ont l’espoir de trouver du travail mieux rémunéré ou moins pénible à l’extérieur. Un chômage chronique en ville peut bien sûr les en dissuader.

25Les paysans ont intérêt à gérer au mieux l’emploi de la force de travail familiale et à échelonner les travaux culturaux et les activités d’élevage tout au long de l’année, afin d’éviter de trop fortes pointes de travail et les périodes de sous-emploi. Il leur faut bien souvent diversifier les systèmes de culture et d’élevage, de façon à étaler au plus les activités productives au fil des saisons ; et cela va souvent de pair avec la mise en place de systèmes associant polyculture et poly-élevage, la mise en œuvre de rotations de cultures et d’assolements diversifiés, le recyclage des résidus de culture et des effluents animaux au sein de leurs fermes, la fabrication de fumier ou de compost et la fertilisation organique des terrains, etc.

26Mais l’agriculture paysanne n’est pas seulement une agriculture familiale à forte autonomie de décision, elle est aussi une agriculture fortement enracinée dans son « pays », celle d’agriculteurs manifestant une fine connaissance de leurs terroirs, fondée sur une longue accumulation de savoir-faire. À l’opposé des gérants des grands domaines, les paysans vivent le plus souvent au cœur de leurs unités de production, connaissent bien les particularités de chacune de leurs parcelles et de chacun de leurs troupeaux, sont directement responsables de leurs actes et savent donc relativement bien s’adapter aux conditions changeantes de leur environnement écologique et économique. Souhaitant transmettre des exploitations en bon état à leurs héritiers, ils veillent, autant que faire se peut, à ne pas endommager les potentialités productives de ces dernières et donc au final à respecter les équilibres écologiques.

27Mais les performances dont peut faire preuve l’agriculture paysanne dans diverses régions du monde ne doivent cependant pas dissimuler les problèmes qui résultent de son intégration aux marchés nationaux et internationaux, des marchés qui mettent les paysans en concurrence les uns avec les autres. Ces derniers peuvent alors avoir, eux aussi, intérêt à spécialiser leurs systèmes de production de façon à amortir au plus vite leurs immobilisations de capital fixe et réduire de manière continue leurs coûts de production. Et les moins compétitifs sont, nous l’avons vu, contraints de quitter l’agriculture.

28Mais les effets de cette concurrence sont beaucoup plus marqués encore au Sud, où les paysans ne disposent que d’outils manuels ou de la traction animale (Mazoyer, 2001). Un producteur de blé de l’Altiplano andin qui ne dispose, pour le travail du sol, que d’outils manuels ou tirés par des bœufs et qui ne peut acheter des engrais, ne parvient pas à cultiver plus d’un hectare par an, avec un rendement moyen de seulement une tonne de grains à l’hectare. Sa productivité nette ne dépasse donc guère une tonne par actif et par an. Mais son concurrent du Middle West américain qui dispose d’un tracteur, d’une moissonneuse-batteuse automotrice et de multiples engins moto-mécanisés, peut exploiter jusqu’à 200 hectares à lui tout seul et obtenir des rendements de plus de 5 tonnes à l’hectare, moyennant l’emploi d’intrants chimiques. Son produit brut est de mille tonnes de grains par actif et par an. Même en considérant que les 4/5e de ce produit brut servent à compenser les consommations intermédiaires et l’usure des matériels, il n’en reste pas moins que sa productivité du travail (100 tonnes par actif et par an) est cent fois supérieure à celle du paysan des Andes. Pour pouvoir vendre son blé au même prix que son concurrent, ce dernier est donc contraint d’accepter une rémunération de son travail 100 fois inférieure à celui de son concurrent américain : comment pourrait-il ainsi dégager des revenus suffisants pour épargner et investir afin d’accroître sa productivité dans l’avenir, et devenir concurrentiel face à un exploitant du Nord qui de plus, perçoit des subventions ?

Remettre l’agriculture paysanne au centre de l’action publique

29Quelle alternative peut-il rester aux paysanneries pauvres du Sud soumises à une telle concurrence inégale ? L’exode rural y est déjà massif et les emplois sont rares en ville ; et ce d’autant plus que les phénomènes de délinquance et d’insécurité liés à cet exode n’incitent guère les entrepreneurs à y investir des capitaux et y créer des emplois. Nombreux sont les paysans qui optent alors pour migrer vers les dernières forêts primaires du monde et y défricher gratuitement de nouveaux terrains, au risque de mettre en péril des pans entiers de la biodiversité mondiale. Quant aux plus « fortunés » qui parviennent à vendre leurs cheptels pour payer des « passeurs », ils tentent tant bien que mal de migrer clandestinement vers le Nord ; mais la circulation des personnes sur le marché mondial n’est pas aussi « libre » que celle des marchandises ou des capitaux, et les mouvements migratoires clandestins sont désormais à l’origine de fortes tensions internationales. Peut-on vraiment envisager un DD qui ne soit pas fondé sur une liberté de choix essentielle, celle de vivre et de travailler dignement au « Pays » ?

30Une telle liberté de choix passe tout d’abord par ce que la plupart des pays du Nord ont eux-mêmes entrepris avec succès au lendemain de la seconde guerre mondiale : protéger leurs agricultures vivrières par le biais de droits de douanes conséquents (Kroll, Trouvé, 2009). D’où la nécessité pour les nations excédentaires du Nord de ne plus vouloir exporter à vil prix leurs surplus de céréales, sucre, viandes et poudres de lait. Il leur faudrait plutôt réorienter leurs agricultures vers des formes de production plus artisanales et destinées à leurs marchés intérieurs. La défense d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement et de la qualité des aliments dans les pays industrialisés n’apparaît donc en rien contradictoire avec la reconquête par les nations du Sud de la sécurité et la souveraineté alimentaires, premières exigences d’un DD.

31Cette liberté passe aussi par une sécurisation foncière, dont les modalités peuvent être variables, ne passant pas systématiquement par une appropriation privative (souvent le meilleur moyen de priver les paysans pauvres d’un accès à la terre), mais qui, en tout cas, va à l’encontre des tendances actuelles au « land grabing ». Ces dynamiques d’accaparement du foncier, en particulier dans des espaces « vierges » du Sud ressortent à la fois de stratégies de panique d’États ou de firmes multinationales soucieux de garantir leurs approvisionnements et d’une croyance maintenue dans la supériorité du modèle latifundiaire et agro-industriel. À l’inverse, d’autres firmes ont bien compris qu’il est plus rentable pour elles de contractualiser l’achat de leurs ressources végétales ou animales avec des exploitations familiales (raisonnant en termes de coûts d’opportunité), plutôt que d’intégrer ces approvisionnements via de grandes exploitations pilotées par un objectif de minimisation du coût salarial.

32Cette liberté de choix passe enfin par la mise en œuvre de stratégies volontaristes d’appui, à la fois en termes de politiques de recherche et de développement technologique destinées aux paysanneries, et en termes de rémunération du travail agricole. Une agriculture durable est une agriculture au sein de laquelle les paysans ne sont plus sous-rémunérés. Ceci revient à délaisser l’argument – « libéral-populiste » – usuel fondé sur le concept du surplus du consommateur représentatif. Un faible prix au producteur, c’est peut-être un pouvoir d’achat supérieur pour le consommateur à court terme (rien n’est moins sûr d’ailleurs, du fait des stratégies de marges des transformateurs et distributeurs), mais c’est surtout, à plus long terme, une paupérisation des agriculteurs, une marginalisation des zones rurales et une incapacité à affronter la crise alimentaire contemporaine. Cette « rémunération durable » du producteur peut être assurée grâce à des subventions publiques, un surcoût assumé par le consommateur, de moindres marges pour les intermédiaires et des mécanismes de régulation des marchés alimentaires – qui ne doivent surtout plus être « libres » (Boussard et al., 2005).

Conclusion

33Envisager l’essor d’une agriculture paysanne mettant en œuvre des pratiques inspirées de l’agro-écologie ne relève donc pas d’un quelconque passéisme, mais cela se fonde au contraire sur les impératifs de la durabilité des systèmes alimentaires mondiaux et sur un nouveau « contrat social » qui pourrait être passé entre agricultures et sociétés (Landais, 1998).

34Sur le plan écologique, le développement des pratiques de l’agro-écologie est plus aisé dans les exploitations familiales non soumises aux impératifs de l’extensification et de l’économie à tous prix du facteur travail. En ce sens, elle contribue à reconsidérer la notion même de productivité du travail, qui a longtemps légitimé les visions agroindustrielles et latifundiaires de l’agriculture. Elle va aussi dans le sens de la durabilité sociale, en fournissant un emploi que les villes ne peuvent offrir et permettant ainsi une meilleure régulation de l’exode rural. Sur le plan économique enfin, il s’agit d’une agriculture qui s’appuie sur le développement des marchés intérieurs et qui induit de nombreux effets d’entraînement en amont et en aval.

35Elle peut donc contribuer à (ré)concilier durabilité et agriculture, pour autant, répétons-le, qu’elle fasse l’objet de pratiques d’appui, dans le cadre plus global d’une politique alimentaire volontariste, associant régulation des marchés et promotion d’une alimentation de qualité accessible à tous. En agriculture comme ailleurs, la durabilité n’émergera pas ex nihilo.

Bibliographie

Altieri M.A., Nicholls C., 2004, « Effects of agroforestry systems on the ecology and management of insect pest populations », in G. M. Gurr, S. D. Wratten, M. A. Altier (eds), Ecology engineering for pest management of insect pest populations, Wallingford, Oxon, United Kingdom, Cabi Publishing.

Bainville S. et Dufumier M., 2007, « Transformation de l’agriculture et reconfiguration des terroirs au Sud-Mali : une ‘pression démographique’ à relativiser », Belgéo, Société belge d’études géographiques, Bruxelles, 4e trim., 4, p. 403-413.

Boussard J.-M., Gérard F., Piketty M-G., 2005, Libéraliser l’agriculture mondiale ? Théories, modèles et réalités, Éditions du CIRAD.

CITEPA, 2008, Inventaire des émissions de polluants atmosphériques en France, Séries sectorielles et analyses étendues, Rapport d’inventaire national, Paris.

CNRS, 2002, L’eau douce : une ressource si précieuse, CNRS en ligne, Sagascience@cnrs-dir.fr

Collomb P., 1999, Une voie étroite pour la sécurité alimentaire d'ici à 2050, Rome, FAO.

Dufumier M., 2004, Agricultures et paysanneries des Tiers mondes, Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés ».

Ghersi G. (dir.), 2005, Nourrir 9 milliards d’hommes, Montpellier, ADPF/Agropolis.

Glendining M.J., Dailey A.G., Williams A.G., Van Evert F.K., Goulding K.W.T., Whitmore A.P., 2009, « Is it possible to increase the sustainability of arable and ruminant agriculture by reducing inputs? », Agricultural Systems, Elsevier, 99, p. 117-125.

Griffon M., 2006, Nourrir la planète, Paris, Éd. Odile Jacob.

Kroll J.-C., Trouvé A., 2009, « La politique agricole commune vidée de son contenu », Le Monde diplomatique, janvier, p. 6-7.

Lallau B., Thibaut E., 2009, « La résilience en débat : quel devenir pour les agriculteurs en difficulté ? », Revue d’études en agriculture et environnement, 90 (1), p. 79-102.

Landais E., 1998, « Agriculture durable : les fondements d'un nouveau contrat social ? », Le Courrier de l'environnement, INRA, 33, p. 5-22.

Mazoyer M., 2001, Protéger la paysannerie pauvre dans un contexte de mondialisation, Rome, FAO.

Olivier R., Depommier D., Janodet E., 1996, « Influence de Faidherbia Albida sur le sol et le sorgho, Les parcs à Faidherbia », Cahiers scientifiques, 12, Coraf-Orstom-Cirad, Paris, p. 141-152.

Picone C., Van Tassel D., 2002, « Agriculture and biodiversity loss: Industrial agriculture », in N. Eldredge ed., Life on earth: An encyclopaedia of biodiversity, ecology and evolution, Santa Barbara, California, ABC-CLIO.

Rastoin J-L., 2005, « Le système alimentaire mondial est-il soluble dans le développement durable ? », Colloque Les institutions du développement durable des agricultures du Sud, Montpellier, 7-9 novembre.

Vanloqueren G., Baret Ph. V., 2009, « How agricultural research systems shape a technology regime that develops genetic engineering but locks out agroecological innovations », Research Policy, 38 (6), p. 971-983.

Warner K.D., 2007, Agroecology in action - Extending alternative agriculture through social networks, Massachusetts Institute of Technonology, Cambridge, Massachusetts, MIT Press.

Auteurs

Professeur de développement agricole à Agro-Paris-Tech, dufumier@agroparistech.fr

Maître de conférences en économie, CLERSE UMR 8019, Université Lille 1, benoit.lallau@univ-lille1.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540