Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie IV. Enjeux sectoriels

Chapitre 28. Santé et environnement

Pierre-André Cabanes et Isabelle Roussel

Texte intégral

  • 1 Épigénétique : c’est l’étude des changements héréditaires dans la fonction des gènes, ayant lieu sa (...)

1Si les notions de développement durable (DD) et de santé environnementale s’imposent progressivement, leurs fondements historiques divergent. Le triptyque du DD a émergé dans le cadre du souci planétaire de la préservation des ressources naturelles mettant en cause les formes actuelles de la croissance économique. Le lien entre la santé et l’environnement provient de l’hygiénisme revisité sous une forme totalement nouvelle, affranchie de tout déterminisme et appuyée sur la notion, encore bien floue pour certains, d’environnement. Qu’entend-on en effet sous le vocable « environnement » ? On peut dire, comme le faisait Einstein, que « L’environnement c’est tout ce qui n’est pas moi ». Mais là, c’est le « moi » qui devrait être défini… Si l’on constate souvent un désaccord à propos de l’influence de l’environnement sur notre santé, il a bien souvent pour origine une compréhension différente de la notion d’environnement. Certains ont tendance à dire qu’il doit inclure tout ce qui n’est pas inscrit dans nos gènes, et donc notamment nos habitudes de vie, notre alimentation, etc. Mais déjà là on pourrait rétorquer que l’environnement est capable de façonner différemment l’expression de nos gènes, comme nous l’enseigne les avancées récentes de l’épigénétique1. Si l’on prend l’exemple de l’alimentation, il est clair qu’elle peut intrinsèquement jouer une part importante dans l’apparition de certaines maladies : l’alcool est ainsi associé à l’apparition de nombreuses localisations de cancer. Mais elle peut également être une source d’apports de polluants, comme les pesticides.

2La recherche des liens entre la santé et l’environnement permet de promouvoir la qualité de la vie, tout en sachant que la perception des risques dépend de nombreux facteurs propres au risque lui-même ou à l’individu (Slovic, 1987). Les choix individuels ou collectifs effectués dans le domaine de la prévention posent de nombreuses questions dans la mesure où ils s’exercent dans un contexte général d’incertitude et interrogent le principe de précaution, mais aussi l’éthique de la responsabilité ou de la solidarité. Or, la gestion des risques émergents qui, à l’image du changement climatique, sont bien souvent planétaires, rejoint la notion de DD dont l’évolution, après une vingtaine d’années d’existence, semble s’esquisser à travers une meilleure intégration des principes universels tels que les droits de l’homme ou la santé. Comme le DD, la santé environnementale devient une préoccupation transversale qui échappe largement au monde de la santé pour devenir un enjeu collectif pesant sur les activités humaines et le mode de développement de la planète.

L’émergence de la santé environnementale

3Depuis les Grecs, la toxicité de l’environnement est connue, redoutée et maîtrisée. À la croyance hygiéniste de l’existence d’une causalité linéaire entre un facteur environnemental et une pathologie, a succédé une vision plus dynamique de l’environnement.

  • 2 Développement anormal de l’embryon lié à l’exposition à la substance.

4La connaissance de cette relation ne date pas en effet d’hier puisque déjà Hippocrate pronostiquait l’apparition de maladies et leur développement en observant l’air, les vents, les eaux et les terrains (Hippocrate, Littré, 1995). Mais ces phénomènes localisés de pollutions, essentiellement liés à l’habitat regroupé des villes à l’époque et à la méconnaissance de l’hygiène, se sont amplifiés avec la révolution industrielle débutée au XIXe siècle et leur prise en compte n’a été que tardive, puisque parallèlement les bienfaits de cette révolution sont apparus avec, notamment, l’assainissement de l’eau et l’apparition d’une médecine curative moderne. Il a fallu attendre des épisodes de pollution majeurs (citons l’épisode de pollution de la vallée de la Meuse en 1930 ou celui de Londres en 1952) et leur mortalité associée pour que l’on commence à s’inquiéter des effets de la pollution sur la santé. De nombreuses autres catastrophes environnementales et sanitaires se sont produites à travers le monde. Citons les milliers de victimes liées aux rejets chroniques de mercure dans la mer à Minamata au Japon entre 1932 et 1966, ou celles de l’accident de Bhopal en Inde, le 3 décembre 1984 où les rejets d’isocyanate de méthyle tuèrent plusieurs milliers de personnes (8 000 la première nuit). Le cas de Seveso en Italie est plus révélateur de la société du risque d’aujourd’hui, puisque cet accident survenu le 10 juillet 1976 a été à l’origine de grandes interrogations sanitaires et d’une situation de crise inconnue alors en Italie, ayant conduit à l’évacuation des habitants de zones limitrophes de l’usine fabriquant le triclorophénol. La question du risque sanitaire de la dioxine émise avait été à l’époque au cœur du débat, et notamment, outre le risque de cancer, celui d’effets tératogènes2. L’autorisation faite aux femmes ayant été exposées d’avorter avait entraîné des prises de positions très polémiques, y compris par l’archevêque de Milan. Au total, cet épisode n’aura pas été à l’origine de décès immédiat (hormis le directeur de l’usine assassiné par les brigades rouges), mais aura suscité la mise en place d’études épidémiologiques et aura entraîné une crainte importante et durable, liée au manque de connaissances que nous avions à l’époque sur le potentiel toxique de la dioxine chez l’homme.

5La prise de conscience du caractère dramatique de ces événements a favorisé la mise en place d’un système législatif et réglementaire mondial de manière à réduire les émissions de substances toxiques (Clean Air Act aux États-Unis, Loi sur l’air de 1996 en France, protocole de Montréal relatif aux CFC…). L’Union européenne, en particulier, a développé une intense activité en matière de production de normes qui s’appuient sur des données épidémiologiques ou toxicologiques pour définir des seuils. Néanmoins la complexité de l’environnement a rendu le risque moins visible et la gestion par les normes insuffisante dans la mesure où les grandes études épidémiologiques comme ERPURS (Évaluation des risques de la pollution urbaine sur la santé, 1987-2000 – ORS, 2003) ont mis en évidence l’existence d’un risque sans seuil, ce qui remet en cause la gestion par les pics et les normes.

La complexité de la relation santé et environnement

6L’étude de la relation entre notre environnement et notre santé, si elle peut paraître simple dans l’opinion publique, mérite en fait la plus grande rigueur. Nous nous plaçons en effet dans un modèle complexe où nous sommes exposés à un nombre élevé de polluants, dont il est difficile d’évaluer le rôle propre. On est loin du modèle pasteurien, dans lequel un agent infectieux était responsable de l’apparition d’une maladie. Il est exceptionnel qu’un facteur environnemental soit la cause unique d’une maladie particulière : l’exception toujours citée est le mésothéliome dû à l’exposition aux fibres d’amiante, plus souvent rencontrée en milieu de travail que dans l’environnement général. Il est même rare qu’un facteur environnemental soit une cause largement dominante comme dans le modèle tabac-cancer du poumon. La situation la plus fréquemment rencontrée est celle de maladies chroniques causées par une multiplicité de facteurs de risque peu spécifiques, chacun de ces facteurs contribuant pour une part modeste à l’apparition de chaque maladie.

Quelques exemples de maladies pouvant être liées à notre environnement

7Les trois grands groupes de maladies pour lesquelles on a maintenant le plus de raisons de croire à une action néfaste de la pollution environnementale sont les cancers, les troubles de la reproduction et les allergies.

8Ces dernières, et l’asthme en particulier, sont des maladies en augmentation constante depuis une trentaine d’années qui touchent en particulier les enfants. Si l’augmentation a été forte jusqu’à la fin des années 1990, la prévalence de la maladie asthmatique tend à se stabiliser aujourd’hui dans les pays industrialisés. Diverses hypothèses ont été soulevées pour expliquer cette augmentation. Ainsi, a été évoquée la moindre stimulation du système immunitaire, liée à un environnement aseptisé, aux vaccinations et à la diminution des maladies infectieuses. Le système immunitaire ainsi « dégagé » de ses fonctions primaires serait ainsi à l’origine de ces manifestations allergiques. Il semble en fait qu’un nombre important de facteurs puissent intervenir, dont les facteurs alimentaires et environnementaux, et notamment la pollution à l’intérieur des locaux. Nous passons ainsi plus de 90 % de notre temps dans un environnement intérieur, qui a été modifié depuis les années 1970 dans les pays industrialisés. En effet, la nécessité d’une meilleure maîtrise de la consommation énergétique a conduit à une diminution de l’aération des logements et, en parallèle, la consommation croissante de produits d’entretien nous expose à des concentrations en augmentation de certains produits chimiques. Les résultats de la première campagne de l’observatoire de la qualité de l’air (Kirchner et al., 2007) montrent l’existence d’une pollution spécifique à l'intérieur des logements liée aux matériaux, aux équipements, au mobilier, aux produits ménagers, aux activités humaines (comme le tabagisme) et aux conditions de ventilation. Mais la présence d’allergènes d’animaux est également un facteur de risque potentiel d’asthme ainsi que la pollution atmosphérique ambiante et notamment celle liée au trafic automobile (Lindgren et al., 2009). Qu’il s’agisse de pratiques liées à l’aération des locaux ou de circulation automobile, il y aurait donc un décalage vis-à-vis du risque entre les populations citadines et rurales. Toutefois, d’autres facteurs importants d’asthme, comme les allergies aux pollens seraient eux plus fréquents à la campagne. Il faut noter plus particulièrement l’augmentation des allergies aux pollens de cyprès ou d’ambroisie, liées à un accroissement de leurs zones d’influence. Un index clinique a été récemment mis en place par le Réseau national de surveillance aérobiologique, qui a permis de confronter les symptômes allergiques observés et l’importance de l’exposition au pollen (Thibaudon et al., 2008).

  • 3 Respectivement, Institut national de la santé et de la recherche médicale et Agence française de sé (...)

9Nous avons également assisté à une recrudescence du nombre des cancers en France au cours de ces 25 dernières années (Belot et al., 2008) : 89 % d’augmentation entre 1980 et 2005, soit 39 % d’augmentation du taux d’incidence ajusté sur l’âge. L’augmentation est en effet principalement due à l’accroissement démographique et au vieillissement de la population. Le pourcentage des cancers attribuables à notre environnement a donné lieu récemment à un débat animé en France et de nombreux rapports d’expertises ont été publiés sur ce sujet. Le public non averti a ainsi pu entendre un jour que 80 % des cancers étaient liés à l’environnement (Belpomme, 2005) et le lendemain ce chiffre passait à 0,5 % selon l’Académie de médecine (Autier et al., 2007), différence pour le moins significative, qui ne va pas résoudre la crise de confiance des Français envers l’expertise… Une fois encore, il convient d’analyser ce qu’il y a derrière ces chiffres. Les académies de médecine et des sciences ont décidé de fonder leur expertise sur les seuls agents cancérogènes certains, soit 105 sur les 935 substances et agents étudiés par le Centre international de recherche sur le cancer (ce qui est minime par rapport aux centaines de milliers de substances produites). Par ailleurs, la grande majorité des cancers dont on connaît l’origine provient de facteurs qui n’entrent pas dans la définition de l’environnement choisie par les académies. Ainsi, le tabac et l’alcool sont responsables de près de 30 % des cancers en France. Par rapport à ce chiffre, la part des facteurs environnementaux est très réduite. Il n’en reste pas moins que pour 65 % des cancers, la cause est inconnue, et des facteurs environnementaux pourraient jouer un rôle encore méconnu dans leur apparition. La dernière expertise collective de l’INSERM (INSERM, 2008), commanditée par l’AFSSET3, porte sur les facteurs environnementaux associés aux 9 localisations de cancers dont l’incidence a augmenté entre 1980 et 2000. On peut citer parmi les agents cancérogènes certains impliqués dans la survenue du cancer du poumon, l’amiante, les rayonnements ionisants et de nombreux produits chimiques (chrome VI, nickel, tabagisme passif…). En revanche peu de facteurs ont été rapportés de façon certaine aux deux localisations de cancer dont l’incidence a le plus augmenté, le cancer de la prostate (aucun) et celui du sein (rayonnements ionisants et travail posté).

10Parmi les agents cancérogènes suspectés figurent les pesticides, qui entrent également dans la catégorie des perturbateurs endocriniens. Il s’agit de substances naturelles ou produites par l’homme capables d’interférer avec le métabolisme des hormones humaines et d’avoir une action agoniste ou antagoniste par rapport à ces dernières, une même substance pouvant avoir des effets différents suivant les organes. De nombreuses substances environnementales sont aujourd’hui accusées d’influencer le système hormonal et d’être à l’origine de troubles de la reproduction, de la baisse de la qualité du sperme, voire d’autres pathologies, comme des troubles neuro-comportementaux ou l’apparition de certains cancers. C’est en 1992 que l’information sur la baisse du nombre de spermatozoïdes dans la population masculine mondiale a été relayée auprès du public, suite à la publication d’un article scientifique (Carlsen et al., 1992) faisant le point sur le sujet. Certaines études épidémiologiques ont par ailleurs permis de mettre en évidence le rôle potentiel de l’exposition à divers produits comme les éthers d’éthylène glycol à chaîne courte qui étaient couramment employés jusqu’à la fin des années 1990 (Multigner, Ben Brick et al., 2007). Mais de nombreux autres produits chimiques, pesticides et métaux lourds peuvent affecter la fertilité masculine (Hauser, Sokol, 2008). Le bisphénol A et les parabènes sont d’autres agents environnementaux auxquels la population est exposée et pour lesquels les études épidémiologiques manquent. Le bisphénol A est largement utilisé dans la fabrication d’objets en polycarbonate et présent dans le revêtement intérieur des cannettes de boissons et boîtes de conserves métalliques. Plus récemment c’est l’utilisation du chlordecone, insecticide organochloré employé jusqu’en 1993 aux Antilles pour lutter contre le charançon du bananier qui a fait l’objet d’une vaste couverture médiatique. Si l’utilisation de ce pesticide a été arrêtée en 1993, on en retrouve encore dans les milieux naturels et dans la chaîne alimentaire. Ceci illustre bien la difficulté de l’évaluation des risques associés à ces produits : ils s’éliminent lentement et ont une capacité importante de bio-accumulation dans la chaîne alimentaire (Multigner, Cordier, et al., 2007).

L’évaluation scientifique de la relation entre santé et environnement présente des limites

11Le premier succès de l’épidémiologie moderne a été la mise en évidence de la relation entre le tabagisme et l’apparition du cancer du poumon. Les risques dont on parle dans le domaine de santé/environnement sont 10 à 20 fois plus faibles ; c’est en tout cas ce que tendent à montrer les études des 20 dernières années sur les effets de la pollution atmosphérique portant sur la population de plusieurs villes. Cependant, même avec un risque individuel très faible, si l’exposition concerne toute la population, le problème sanitaire peut être réel.

12L’épidémiologie est fondée sur la mise en évidence d’une association statistique entre une exposition et l’apparition d’une pathologie. Mais qui dit association ne dit pas relation causale. Une étude épidémiologique, même bien conduite ne suffira pas à déduire une relation causale. Il faudra confirmer cette observation par d’autres études, tout en s’assurant de l’absence de biais méthodologiques, et tenter de comprendre le mécanisme toxique de cette substance chimique ou de cet agent physique. Pour cela, de nombreuses études de toxicologie sont en général réalisées sur différents modèles, animaux, tissulaires, cellulaires, voire en modélisation, par comparaison de structure avec d’autres polluants dont les effets sont connus. C’est seulement une analyse approfondie de l’ensemble des données qui peut permettre d’avancer dans la compréhension d’une relation causale entre une exposition environnementale et l’apparition d’une maladie. En 1966, Austin Bradford-Hill définissait une liste de critères permettant de mieux juger la causalité d’une association épidémiologique (Bradford-Hill, 1966).

13Les données épidémiologiques et toxicologiques permettent aussi de définir le potentiel toxicologique d’une substance, et notamment la relation entre une dose d’exposition et la probabilité d’apparition du danger. L’Académie des sciences des États-Unis a formalisé en 1983 une démarche appelée évaluation quantitative des risques sanitaires qui peut être appliquée pour aider le gestionnaire à prendre des décisions de gestion des risques. Il ne s’agit pas tant de prédire avec exactitude le nombre de cas de malades que l’on risque de voir survenir que de comparer des résultats obtenus à un référentiel guidant les actions de dépollution ou de protection de la population. Cette démarche est maintenant devenue obligatoire, depuis La loi sur l’air de 1996, pour tout nouveau projet de construction d’installation classée pour la protection de l’environnement.

14Au fur et à mesure que se complexifie la connaissance de la relation entre santé et environnement, la demande d’action est de plus en plus forte et la question de la santé environnementale s’installe sur l’agenda politique européen avec la mise en œuvre des Plans nationaux santé/environnement.

Une difficile gestion

15La santé environnementale se situe au croisement de deux logiques. L’une s’appuie sur la notion d’État sécuritaire (Tabuteau, 2002) et relève essentiellement de la politique de l’État et de la réglementation ; elle a pour ambition de limiter les risques. L’autre s’appuie davantage sur l’aspiration des habitants à améliorer la qualité de leur vie.

16La politique qui consiste à assimiler la gestion de la prévention à la maîtrise des risques se heurte à des difficultés grandissantes, d’une part, parce que les risques sont multiples et faiblement identifiables, d’autre part, parce que des risques globaux, à l’image du changement climatique, peuvent préfigurer de véritables catastrophes mondiales, interrogeant le devenir même de l’humanité selon des modalités qui échappent complètement à toute prévision (Dupuy, 2002).

La notion de risque sanitaire déplace l’objet de politique publique de l’aval (le traitement des maladies) à l’amont (la modification des facteurs environnementaux pour limiter la survenue des problèmes de santé)

17On introduit un nouveau jeu d’acteurs, de nouvelles formes d’expertise, de nouveaux lieux de débat. Diminuer l’impact sanitaire des substances dangereuses, c’est avant tout maîtriser le niveau d’exposition. Le risque est un événement non encore survenu qui motive l’action ; le futur devient le déterminant du présent. Les Plans nationaux santé et environnement (PNSE 1 et 2), sont inscrits dans la tradition nationale de l’évaluation et de la gestion des risques et reposent essentiellement sur la réglementation et sur les normes. Cette approche est-elle encore opératoire devant les nouveaux risques issus de la société moderne ?

18L’opinion publique est de plus en plus sensibilisée à ces risques et, comme le dit Ulrich Beck, plus on réduit le risque et plus ce qu'il en reste paraît insupportable à la population. En effet, il considère que la « production sociale des richesses » est désormais intimement liée à une « production sociale des risques », notamment sur le plan écologique (Beck, 1986). L’incertitude scientifique elle-même n’est plus acceptée et tend à devenir un risque, entraînant des prises de positions parfois radicales, comme en témoignent les récents jugements rendus, obligeant les opérateurs de téléphonie mobile à démonter les antennes relais. Comme le dit Gérard Courtois dans Le Monde du 17 février 2009, un « principe d’anxiété » tend à supplanter le principe de précaution inscrit dans notre Constitution. Les ondes électromagnétiques sont un bon exemple de cristallisation des inquiétudes sanitaires sur une incertitude scientifique difficilement acceptée aujourd’hui. Si la fréquence du courant distribué en France est de 50 Hertz (Hz), de nombreux appareils électriques et installations industrielles transforment l’électricité distribuée à 50 Hz, soit en courant continu, soit en fréquences plus élevées, telles que les nombreuses bandes de fréquences utilisées pour les applications de télécommunication (par exemple, 915, 1 800 et 2 100 MégaHz pour la téléphonie mobile). La question du risque sanitaire lié à l’utilisation de l’électricité a été posée pour la première fois par la publication d’une étude épidémiologique en 1979 aux États-Unis (Wertheimer, Leeper, 1979). Cette étude observait une plus grande occurrence de cancers, notamment de leucémies, parmi les enfants habitant près d’ouvrages électriques. Elle a été suivie par de très importants travaux de recherches internationaux qui se poursuivent encore. Aujourd’hui, en ce qui concerne ces fréquences extrêmement basses, les études expérimentales ne montrent pas de relation entre une exposition prolongée, même à de forts niveaux de champ magnétique ou électrique, et la survenue de tumeurs. Chez l’homme, la majorité des études épidémiologiques entreprises permettent d’écarter tout risque de cancer chez les adultes et les enfants. Pour ces derniers, et pour des expositions moyennes supérieures à 0,4 μTesla, la question du risque de leucémie reste posée malgré l’absence de mécanisme d’action possible (WHO, 2007).

19En ce qui concerne la téléphonie mobile, les résultats globaux de l’étude européenne interphone devraient apporter un éclairage sur le risque de cancer. Le Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux (SCENIHR, 2009), de la Direction générale de la santé des consommateurs de la Commission Européenne, conclut dans son rapport de 2009, en partant de trois sources de résultats (études épidémiologiques, animales et in vitro), qu’une augmentation du risque de cancer dû à l’exposition aux radiofréquences est improbable chez l’homme. Le débat actuel porte cependant essentiellement sur la présence d’antennes relais qui sont mises en cause dans l’apparition de troubles très variés. À ce jour, aucune étude scientifique ne permet d’envisager un risque sanitaire lié à l’exposition aux champs émis par ces antennes. Ces divers troubles existent cependant et nul ne pourrait les remettre en cause, mais leur origine est certainement plus complexe que la simple exposition aux champs magnétiques, comme le montre l’exemple des antennes mobiles de Saint-Cloud, qui avaient été incriminées dans l’apparition de nombreux symptômes alors qu’elles n’avaient jamais fonctionné.

20Ces exemples soulignent la modification de la perception des risques qui nous entourent. L’incertitude devient le risque, et peut être à l’origine de manifestations pathologiques. Si une évaluation scientifique du risque est nécessaire pour offrir un socle solide pour une approche rationnelle, elle ne suffit pas comme le montre Marielle Schmitt (2009, p. 302) : « … différentes approches peuvent être mises en œuvre pour apporter des éléments de réponse aux préoccupations sanitaires des populations vivant à proximité de sites particuliers... Les études épidémiologiques ou la surveillance sanitaire apparaissent rarement comme les modalités de réponse les plus adaptées, mais ce message, raisonnable au sens des scientifiques, ne trouve pas toujours écho dans le public et peut être compris comme une volonté de masquer un problème sanitaire. Un difficile travail de pédagogie est souvent nécessaire pour expliquer la nature, l’intérêt, les limites, les conditions d’utilisation des différentes approches... Le dialogue avec les parties prenantes constitue un élément essentiel de cette démarche. » Ces remarques soulignent combien la rigueur scientifique incontournable doit aussi prendre en compte une vision plus affective de la santé. Le PNSE 2 est la traduction de l’évolution des politiques qui, progressivement, trouvent un ancrage dans les préoccupations quotidiennes des habitants. Cette évolution correspond également à une transformation sensible des risques auxquels la société est confrontée.

Des nouveaux risques qui rejoignent les préoccupations du développement durable

21Les pollutions évoluent et changent de nature ainsi que les perceptions que nous en avons. L’émergence de la santé environnementale sur l’agenda politique correspond à la montée en puissance de l’individu qui refuse les contraintes collectives pour améliorer son propre environnement. Il y a quelques dizaines d’années, le sentiment d’appartenance collective à un groupe « autorisait » le fait de vivre dans un environnement pollué, aujourd’hui il y a un renversement complet de tendance.

22Parallèlement, des problématiques plus globales apparaissent, comme le réchauffement climatique, ou plus lointaines, comme la réduction de la biodiversité.

23La gestion de ces risques ne s’appuie plus seulement sur la crainte d’une pathologie mais sur l’angoisse que peut susciter l’avenir de l’humanité sur une planète mise en danger par une gestion trop techniciste et inéquitable. Ce sont bien les principes du DD qui sont ainsi convoqués. Le schéma dichotomique de nuisances anthropiques affectant séparément l’homme et l’écosystème est révolu. Il s’agit d’un réseau d’influences mutuelles où il devient possible d’analyser, par exemple, les bienfaits apportés par les écosystèmes à la santé humaine aussi bien que les risques liés à la prolifération de pathogènes ou de parasites. Selon Edgar Morin (2003) : « Notre tradition scientifique occidentale était jusqu’alors dominée par une disjonction fondamentale entre l’homme et le monde physique ou naturel : l’homme avait dans la nature un statut de complète insularité… Aujourd’hui nous découvrons que la science écologique peut se fonder uniquement sur la désinsularisation de la place de l’homme dans la nature… Ce type de solidarité est d’une importance capitale car il nous permet de formuler de nouveaux principes. Nous pouvons affirmer que désormais seule une nature à double pilotage est concevable : la nature doit être pilotée par l’homme, mais celui-ci doit, à son tour être piloté par la nature. Les deux copilotes, bien qu’hétérogènes, sont de toute façon inséparables. » C’est sur cet interface que se situe, aujourd’hui, la santé environnementale qui relève donc d’une double tension entre l’homme et la nature et entre l’individu et le collectif.

Conclusion

24Le DD a complètement bouleversé la conception hygiéniste de la santé : à la proximité, il ajoute la globalité, à la remédiation, il apporte la prévention, à la causalité, il substitue la complexité… Ce concept du DD s’est imposé en s’appuyant sur une vision technique et institutionnelle en négligeant quelque peu les préoccupations sanitaires individuelles. Cependant, actuellement, l’élargissement de la notion d’environnement et de risque sanitaire rejoint les principes du DD dont l’évolution contribue également à une meilleure prise en compte de l’appropriation individuelle du triptyque fondateur via le développement personnel et la promotion de la santé. Il s’agit d’un double élargissement de la santé environnementale qui n’envisage plus seulement l’homme mais l’ensemble de l’écosystème en sachant qu’il est vain d’imaginer un monde plus sain si la planète elle-même est en danger. En outre, la prévention sanitaire ne peut plus s’articuler autour d’une vision exclusivement locale, puisque les pollués ne sont pas nécessairement les pollueurs. Au-delà de l’équité territoriale préconisée par le DD, s’esquisse toute une éthique de la santé qui, dépassant largement le cadre sanitaire, suppose le partage des ressources de la planète et l’éradication de la pauvreté.

Bibliographie

Autier P., Boffetta P., Boniol M., Boyle P., Ferlay J., Aurengo A., Masse R., De Thé G., Monier R., Tubiana M., Valleron A.J., Hill C., 2007, Rapport sur les causes du cancer en France, Académie nationale de médecine, Académie des sciences, Institut de France, Circ & Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer, Paris.

Beck U., 1986, La société du risque. Sur la voie d'une autre modernité, traduction et édition française de 2001, Paris, Aubier.

Belot A., Grosclaude P., Bossard N. et al., 2008, « Cancer incidence and mortality in France over the period 1980-2005 », Revue d’épidémiologie et de santé publique, 56 (3), p. 159-175.

Belpomme D., 2005, Guérir du cancer ou s’en protéger, Paris, Fayard.

Bradford-Hill A., 1996, « The environment and disease: Association or Causation? », Proceedings of the Royal Society of Medicine, 58, p. 295-300.

Carlsen E., Giwercman A., Keiding N., Skakkebaek N. E., 1992, « Evidence for the decreasing quality of semen during the past 50 years », British Medical Journal, 305, p. 609 – 612.

Dupuy J.-P., 2002, Pour un catastrophisme éclairé, Paris, Seuil.

Hauser R., Sokol R., 2008, « Science linking environmental contaminant exposures with fertility and reproductive health impacts in the adult male », Fertility and Sterility, 89, Suppl., p. e59-e65.

Hippocrate, 1995, Les airs, les eaux et les lieux, trad. E. Littré, Paris, Arléa.

Inserm, Afsset, 2008, Expertise collective Cancer et environnement, Paris.

Kirchner S., Arenes J.-F., Cochet C., Derbez M., Duboudin C., Elias P., Gregoire A., Jedor B., Lucas J.-P., Pasquier N., Pigneret M., Ramalho O., 2007, « État de la qualité de l’air dans les logements français », Environnement, risques & santé, 6 (4), p. 259-269.

Lindgren A., Stroh E., Nihlén U., Montnémery P., Axmon A., Jakobsson K., 2009, « Traffic exposure associated with allergic asthma and allergic rhinitis in adults. A cross-sectional study in southern Sweden », International Journal of Health Geographics, 8 (25), http://www.ij-healthgeographics.com/content/8/1/25.

Morin E., 2003, Éduquer pour l’ère planétaire, la pensée complexe comme méthode d’apprentissage dans l’erreur et l’incertitude humaine, Balland.

Multigner L., Ben Brik E., Arnaud I., Haguenoer J.-M., Jouannet P., Auger J., Eustache F., 2007, « Glycol ethers and semen quality: a cross-sectional study among male workers in the Paris Municipality », Occupational and Environmental Medicine, 64, p. 467-473.

Multigner L., Cordier S., Kadhel P., Huc-Terky F., Blanchet P., Bataille H., Janky E., 2007, « Pollution par le chlordécone aux Antilles. Quel impact sur la santé de la population ? », Environnement, risques & santé, 6 (6), p. 405-407.

ORS, 2003, Évaluation des risques de la pollution urbaine sur la santé. 1987-2000, http://www.ors-idf.org/etudes/Pdf/erpurs_part1.pdf, Paris.

Schmitt M., 2009, « Les acteurs locaux de la surveillance en santé environnementale. Rôle des Cire dans la réflexion sur la surveillance sanitaire autour de sites particuliers : exemple de la Cire Rhône-Alpes », Bulletin épidémiologique hebdomadaire thématique, 27-28, p. 301-302.

Scientific Committee on Emerging and Newly Identified Health Risks (SCENIHR), 2009, Health Effects of Exposure to Electomagnetic fields, Bruxelles http://ec.europa. eu/health/ph_risk/committees/04_scenihr/docs/scenihr_o_022.pdf,

Slovic P., 1987, « Perception of risk », Science, 36, p. 280-285.

Tabuteau D., 2002, La sécurité sanitaire, Paris, Berger-Levrault.

Thibaudon M., Oliver G., Cheynel A., 2008, « L'index clinique : outil d'évaluation de l'impact sanitaire du pollen », Environnement, risques & santé, 7 (6), p. 411-416.

Wertheimer N., Leeper E., 1979, « Electrical wiring configurations and childhood cancer », American Journal of Epidemiology, 109 (3), p. 273-284.

WHO – World Health Organization, 2007, « Champs électromagnétiques et santé publique », Factsheets, World Health Organization, Genève.

Notes

1 Épigénétique : c’est l’étude des changements héréditaires dans la fonction des gènes, ayant lieu sans altération de la séquence ADN et potentiellement transmissible aux générations ultérieures.

2 Développement anormal de l’embryon lié à l’exposition à la substance.

3 Respectivement, Institut national de la santé et de la recherche médicale et Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail.

Auteurs

Docteur en médecine, Évaluation des risques sanitaires environnementaux, Service des études médicales, EDF, pierreandre.cabanes@edf.fr

Professeur émérite de géographie à l'Université de Lille 1, Vice-présidente de l'APPA (Association pour la prévention de la pollution atmosphérique), isaroussel69@aol.com

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540