Version classiqueVersion mobile

Enkhuizen au xviiie siècle

 | 
Thierry Allain

Troisième partie : L’identité en question

Chapitre VIII. Enkhuizen, permanence d’un bastion orangiste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le caractère républicain de la structure fondée par l’Union d’Utrecht en 1579 n’allait pas de soi. Les sept provinces septentrionales de l’ancien Cercle de Bourgogne ne renoncèrent pas tout de suite à désigner un souverain. La lutte menée contre les Espagnols favorisa en outre l’éclosion politique du stadhouder. Si cette fonction était au départ essentiellement d’ordre militaire, son titulaire prit ensuite une importance inédite, en particulier par le biais des nominations aux emplois fédéraux ou municipaux. La personnalité de Guillaume le Taciturne, assassiné en 1584, constitua également un facteur décisif de transformation. Il est vrai que la maison de Nassau, à laquelle il appartenait, avait pris une dimension majeure à l’occasion de la récupération de l’héritage de René de Châlon. Elle avait ainsi mis la main sur la principauté d’Orange, et le titre prestigieux qui l’accompagnait. Les successeurs du Taciturne occupèrent sans interruption la fonction de stadhouder jusqu’en 1650. ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search