Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie III. Enjeux territoriaux

Chapitre 22. Par-delà les territoires : internet, intelligences et développement durable

Thanh Nghiem

Texte intégral

1On parle souvent d'Internet comme d'une révolution invisible dont les effets seraient comparables ou supérieurs à ceux de l'imprimerie, inventée cinq siècles plus tôt par Gutenberg. Qu'est-ce que le Web 2.0, les Wiki, les blogs, les réseaux sociaux ? Comment fonctionnent YouTube, Wikipédia ? Puissant catalyseur d'intelligence, Internet peut-il contribuer à la diffusion du développement durable ?

2Dans ce chapitre, nous passerons brièvement sur les impacts physiques d'Internet, amplement documentés par ailleurs, pour en privilégier une approche anthropologique. Moins usitée, une approche par ce biais des interactions entre territoires et modes de vie durables se révèle riche d'enseignements.

Internet au service des territoires

Le phénomène Internet

  • 1 Eurostat, étude du 8.12.2009.

3Alors que la première page sur le Web a été publiée en 1990, on compte plus de 185 millions de sites en 2009. Plus de 1,7 milliard d'humains sont connectés à Internet, soit un doublement en cinq ans. 65 % des Européens accèdent à Internet, le pourcentage dépassant 80 % pour les jeunes1.

  • 2 Par analogie, c’est la différence entre le réseau postal et le territoire.

4On confond souvent Internet et le Web. Inventé dans les années 1970 à partir du réseau militaire Arpanet, Internet est un réseau de communication – mail, messagerie – alors que le Web est un ensemble de sites virtuels accessibles grâce à Internet2. Le tout repose sur une infrastructure complexe : réseaux de transmission physiques (câble, fibre optique, micro-ondes), équipements de routage, serveurs, services tels que les systèmes de gestion des noms de domaines, emails, systèmes d'archivage.

Internet et l'administration territoriale

5Préfigurant un accès physique aux territoires, les sites web offrent une vitrine consultable à tout moment, reflétant l'activité culturelle, économique ou politique de ces derniers. Tels des guichets permanents, 80 % des sites Web des communes de France permettent aux habitants d'y effectuer leurs démarches administratives (Bérhaut, 2008).

  • 3 Source : Observatoire des territoires numériques http://www.oten.fr

6En Europe, toutes les métropoles disposent d'un site Web et la plupart en ont fait un outil puissant de démocratie participative à travers des vitrines numériques, des blogs, des forums. Certaines ont mis en place des Webcam qui permettent de dialoguer avec les élus, tandis que d'autres proposent des reportages tournés avec les habitants. Valenciennes, Madrid, Amsterdam, Berlin, Bologne, Helsinki ou Zurich font ainsi partie des précurseurs. En France, le réseau IRIS permet aux territoires d'explorer le lien entre numérique et durable. Informatique nomade, Points Info numériques, télécentres, Web TV, des centaines d'expériences ont été analysées pour en promouvoir l'usage3.

L'enjeu du télétravail

7En France, le nombre de télétravailleurs ne dépasse pas 7 %, contre 23 % en Allemagne et 25 % aux Pays-Bas (ACIID, 2009), ceci, alors qu'un actif français passe en moyenne une heure et demie par jour dans les transports domicile-travail. Aux États-Unis, 20 millions de télétravailleurs gagneraient chacun l'équivalent de 5 semaines de temps libre chaque année. L'Espagne s'est fixé l'objectif de mettre 10 % de ses fonctionnaires au télétravail (Bérhaut, 2008). Enjeu clé de durabilité, le télétravail est appelé à se déployer en France.

8L'obstacle n'est pas technique – de grandes avancées ont été réalisées en matière de haut débit dans les territoires – mais hiérarchique. 90 % des patrons français avouent ne pas connaître le télétravail (ACIID, 2009). Ils éprouvent le besoin de « voir » leurs collaborateurs pour les contrôler. Beaucoup pensent que le télétravail encourage le laisser-aller et réduit la productivité collective. Des études montrent pourtant qu'il n'en est rien. En deçà d'une journée par semaine, le salarié qui travaille de chez lui est motivé et s'organise d'autant mieux pour atteindre les objectifs fixés.

L'empreinte d'Internet

9Si Internet permet des gains évidents en matière de durabilité pour les territoires (dématérialisation, accessibilité de l'information, réduction des transports et des gaz à effet de serre, décongestion des centres urbains…), il engendre aussi une empreinte physique insoupçonnée.

  • 4 http://fr.novopress.info/11409/energie-le-gouffre-internet/

10Une recherche sur Google consomme autant d'électricité qu'une heure d'éclairage avec une ampoule basse consommation, et un avatar sur Second Life, autant qu'un habitant réel du Brésil. Même si ces chiffres font l’objet de controverses, ils mettent le doigt sur une réalité trop souvent ignorée. À l'autre bout de notre clavier, le fonctionnement d'Internet fait appel à des millions de serveurs regroupés en centres de données géants. Google nécessite à lui seul 2 millions de serveurs. D'après Gerhard Fettweis, de l'Université de Dresde, Internet consommera dans moins de 25 ans autant d’énergie que l’humanité entière aujourd’hui4.

11À cela s'ajoute l'énergie qui entre dans la fabrication des objets. Une puce informatique de 2 grammes nécessite 600 fois son poids en combustibles fossiles pour être fabriquée, et un ordinateur, 700 litres de pétrole (Cornu, 2008). Conséquence de la surenchère des constructeurs et de la course aux « améliorations », la durée de vie moyenne d'un PC est passée de 3 ans à moins de 2 ans en 2007. Chaque année dans le monde, 700 millions de téléphones portables atterrissent dans une poubelle (Cornu, 2008). Internet participe d'un gaspillage vertigineux, qui ne fait qu'augmenter.

Internet nous fait-il mieux vivre ?

12Deux critiques récurrentes se font entendre à propos d'Internet. La « fracture numérique » scinderait l'humanité entre riches et pauvres. Et pour ceux qui y ont accès, Internet pousserait à vivre dans le virtuel, déconnecté du vivant.

  • 5 Source : Le Monde diplomatique, hors série, 2009.

13La fracture numérique consolide-t-elle le fossé entre riches et pauvres ? Si seulement 5 % des Africains ont accès à Internet, les pays émergents mettent les bouchées doubles : la Russie ou le Brésil ont un taux de pénétration de plus de 20 %. L'Asie atteint 15 % et la Chine, 19 %5. Comme ils l'ont fait avec l'accès à l'énergie, de nombreux pays du Sud mettent en place des services d'accès collectif à Internet : téléboutiques, télécentres, programmes nationaux comme en Tunisie ou au Pérou. En France, de nombreux territoires ont mis en place des Espaces publics numériques. Le Web offre ainsi aux populations les moins fortunées une rampe d'accès à la connaissance.

14Pour ceux qui y accèdent sans difficultés, Internet serait nocif, rendant ses victimes « accro » d'existences virtuelles. Mais n'est-ce pas le paradoxe de l'œuf et de la poule ? Un adolescent français passe plus de temps devant la télé que devant Internet (respectivement 15 h et 13 h par semaine, en moyenne). Il passe deux fois plus de temps avec les médias qu'avec ses parents et professeurs réunis (Bérhaut, 2008). Détachés de la réalité, nous vivons « hors sol ». Pour nombre de citadins, l'électricité sort du mur, la nourriture du supermarché. Les déchets partent avec la chasse d'eau ou les camions poubelles.

15Il faut ici rappeler un truisme. Le fait de disposer d'une connexion à Internet importe moins que ce que l'on en fait. Le Web 2.0 dénote la nature de notre rapport, proactif ou passif, à la connaissance. Média de l'interactif, décentralisé, Internet incarne le pouvoir de la rue et la spontanéité créative. Il offre infiniment plus de possibilités d'émancipation intellectuelle que la télévision ou que toute autre activité érigeant des barrières d'entrée (moyens financiers, sélection compétitive, etc.). Comme toute innovation technique qui modifie les rapports de pouvoir et démocratise la connaissance, Internet inquiète et provoque des résistances au sein des élites. Le téléphone et l'ordinateur avaient essuyé les mêmes tirs de barrage en leur temps. Aurait-il fallu les bannir pour autant ?

Les nouveaux territoires d’internet

16Le Web bouleverse nos rapports à l'information et au monde. En 2006, devant le succès de Wikipédia et de mySpace, le magazine Time titrait Le héros, c'est VOUS dans son numéro désignant la personnalité de l'année.

Qu'est-ce que le Web 2.0 ?

17Lorsque la première page a été créée en 1990, le Web était un univers dans lequel les sites, tels des îlots, étaient reliés de manière statique les uns aux autres. Les internautes ne pouvaient que se « promener » dans ces îles lointaines, sans pouvoir interagir avec elles. Le « Web 2.0 », terme apparu en 2004, a changé la donne. Pour Tim O'Reilly, inventeur du terme, le Web 2.0 est un mélange d'outils et de sites qui encouragent la participation, multipliant les échanges et les contacts entre internautes. Il désigne pêle-mêle les communautés virtuelles, les Wikis et les blogs, les réseaux sociaux, les sites d'échanges de vidéos ou de données. Il recouvre les technologies qui ont permis de fabriquer des sites collaboratifs, provoquant une rupture majeure dans la nature même du Web.

L'exemple de Wikipédia

18Wikipédia constitue l'un des exemples les plus emblématiques du Web 2.0. Sa mission : « Distribuer gratuitement le savoir mondial sous une licence libre. » 6e site le plus visité sur le Web en 2009, il totalise 12 millions de pages dans plus de 250 langues. Son développement est fulgurant : l'encyclopédie comptait plus de 2,8 millions de pages en anglais début 2009 contre 20 000 en 2004 (Gourdain et al., 2007).

19Avec seulement 7 salariés en 2008, Wikipédia repose sur une organisation décentralisée, composée de bénévoles. Tout le monde peut prendre une place dans la communauté à condition de contribuer et de respecter les règles du jeu (ibid.). Mais si n'importe qui peut y écrire ce qu'il veut, comment son contenu peut-il être fiable ? De nombreux cas ont défrayé la chronique, depuis les manipulations par des entreprises, le Vatican ou la CIA, aux rumeurs lancées à l'encontre de personnalités diverses. Concluant que Wikipédia était aussi fiable que l'Encyclopædia Britannica, l'étude du magazine Nature a lancé en 2005 une polémique nourrie (Nature, 2006), mais stérile. Wikipédia a mis en place un système de filtrage des informations, reposant sur la vigilance de ses membres. 145 administrateurs bénévoles gèrent ainsi le site français. Wikipédia « complète l'encyclopédie par un savoir populaire, coloré, présentiste » (Gourdain, 2007) et revendique la vérifiabilité de la connaissance, non la vérité absolue. Elle prouve qu'il « est possible de produire des richesses collectives en faisant appel à des contributions individuelles reposant sur des motivations autres que l'argent ou les ordres de la hiérarchie » (Rozenzweig, 2006).

20De tels exemples abondent sur le Web 2.0. Le projet Gutenberg offre l'accès gratuit à 15 000 ouvrages publics. Le projet Ames Clickworkers, de la NASA, permet à des amateurs de repérer et noter des cratères sur Mars. 85 000 personnes ont contribué sur ce site, quand 60 000 contribuent à Wikipédia. Développés par des amateurs éclairés, les logiciels libres – Linux, Firefox, etc. – offrent des alternatives efficaces aux logiciels propriétaires.

Blogs, réseaux sociaux et « autoproduction de soi »

  • 6 Source : http://technorati.com/Technorati est le site de référence en ce qui concerne la blogosphèr (...)

21Un blog désigne un journal de bord sur lequel un internaute est libre de publier ce qu'il veut. Les blogs connaissent un succès foudroyant. On en comptait en juin 2008, 133 millions, contre 70 millions un an auparavant. Il s'en créerait 120 000 par jour. On trouve des blogueurs dans 66 pays et dans 88 langues. 37 % des blogs sont publiés en japonais, 33 % en anglais, 2 % en français6.

22Moins connus que les blogs, mais tout aussi structurants dans l'univers du Web 2.0, les tags. Ils désignent les étiquettes que les utilisateurs peuvent mettre sur des pages afin de les classer. Grâce aux tags, les moteurs de recherche retrouvent les informations, tandis que les internautes peuvent se regrouper par centres d'intérêt et partager des données. Ils participent ainsi à l'organisation des données sur le Web, créant une « seconde couche » informationnelle à travers ces champs sémantiques qui recoupent leurs centres d'intérêt. Dans son prolongement, le Web 3.0 traduit l'espoir de doter les machines d'une intelligence qui leur permettrait de comprendre le sens des locutions humaines et d'interpréter l'information grâce à des métadonnées. Il est encore hautement spéculatif, car il faudrait se mettre d'accord sur des ontologies par exemple, lesquelles rattacher à « cuisine » : légumes, condiments, casseroles, couverts... ?

  • 7 Source : Richard Collin, directeur de l’Institut de l’entreprise 2.0.

23Un graphe social représente quant à lui le réseau social d'un individu sur le Web. On peut le visualiser comme une toile, dans laquelle chaque personne représente un « nœud » de réseau à partir duquel rayonnent tous ses contacts. D'après la théorie des « petits mondes », 6 degrés nous sépareraient tout au plus les uns des autres (l'ami de l'ami de mon ami est un nœud de degré 3). Les réseaux sociaux, tels MySpace ou Facebook, proposent aux internautes de mettre en commun leurs graphes sociaux. Basés sur la confiance, véritable « bande passante de la connaissance dans l'économie du 2.0 »7, ces sites permettent d'afficher, de partager ou de croiser les données personnelles des participants. De manière connexe, en agrégeant les votes ou commentaires des usagers, des sites tels Amazon ou eBay ont montré l'efficacité du principe de réputation. 1,4 million d'Américains déclarent aujourd'hui leurs activités sur eBay comme leur principale source de revenus.

24Pourquoi un tel engouement ? Play, replay, le Web 2.0 permet un « arrêt esthétique ». Nous pouvons y peaufiner de multiples MOI, nous autoproduire sans risque, nous promener en revêtant une identité virtuelle choisie. Parce qu'il nous incite à nous projeter dans un au-delà dont nous ne connaissons pas à l'avance les contours, le Web 2.0 développe la réflexivité personnelle et nous aide à « venir au monde ».

L'ombre de Big Brother

25Pour Jeremy Rifkin (2005), « la production culturelle devient la forme dominante de l'activité économique. Il sera plus important d'avoir accès aux ressources culturelles que d'être propriétaire d'actifs physiques ». Aux conflits armés des siècles derniers, visant à prendre le contrôle des territoires, s’ajoutent de nouvelles formes de conflit visant la monopolisation des espaces du Web.

  • 8 Source : http://www.forbes.com/

26Monopoles à but marchand tout d'abord. Après les privilèges, les terres ou le capital aux siècles précédents, la lutte s'est déplacée sur le capital cognitif. Les titans tels Google ou Yahoo se battent à coups de milliards de dollars pour en prendre le contrôle. Quelle différence y a-t-il entre un Microsoft qui brevète des logiciels informatiques et un Monsanto qui brevète les semences, ces logiciels du vivant ? Avec un produit qui fait tourner 95 % des ordinateurs de la planète, Bill Gates est devenu le deuxième homme le plus riche du monde (sa fortune atteignait 53 milliards de $ en 2010)8.

  • 9 Loi française connue sous le terme de « riposte graduée », elle concerne la lutte contre les modes (...)

27Monopoles à but politique ou policier ensuite. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, le Royaume-Uni a déployé 20 millions de caméras sur son territoire. Chaque Londonien est filmé en moyenne 300 fois par jour. Lancé pendant la guerre froide, le projet d'espionnage « Échelon » devait permettre aux États-Unis de surveiller le trafic Internet mondial et les requêtes des moteurs de recherche. Il devait aussi créer des « chevaux de Troie » pour prendre le contrôle de n'importe quel ordinateur. Que dire de la Loi Hadopi9, adoptée en 2009 par la France ?

28Devant ces menaces, faut-il être inquiet ou optimiste ? La question nous semble stérile. Pour le philosophe Miguel Benasayag, le langage de l'espoir est celui de l'impuissance, de l'inaction. Comme nous allons le voir, seules comptent la volonté d'agir et l'émancipation intellectuelle, sources d'intelligence collective. Le Web 2.0 ne pourra être mis sous contrôle si chacun de nous se mobilise.

Au-delà des territoires : interfaces d’intelligence

29L'intelligence réside dans la mise en relation, la capacité sans cesse renouvelée à aller chercher l'information pour répondre à une interrogation dans un contexte donné. Internet peut-il nous permettre de relier intelligence, « durable » et territoire ?

Intelligences multiples

Qu'est-ce que l'intelligence ?

301,5 kg de « matière grise », des milliards de neurones et jusqu'à 100 000 synapses par neurone, le cerveau est le moteur de l'intelligence humaine. Celle-ci est souvent assimilée au QI. Inventé au début du XXe siècle, ce quotient mesure pourtant essentiellement des aptitudes à caractère scolaire. Depuis une trentaine d'années, les chercheurs ont démontré qu'il existait de nombreuses autres formes d'intelligence : spatiale, musicale, kinesthésique ou naturaliste, l'intelligence peut aussi être analytique, créative ou pratique, émotionnelle ou sociale.

31Étymologiquement, le mot « intelligence » vient de inter-legere, inter (entre) et legere (choisir, lire). L'intelligence consiste ainsi à relier des choses entre elles, à lire entre les lignes. Jacques Rancière (2004) en donne une illustration brillante dans son livre Le maître ignorant : en 1818, un personnage original, Joseph Jacotot, est contraint d'émigrer aux Pays-Bas. Il doit enseigner le français à des étudiants hollandais alors qu'il ne parle pas un mot de leur langue. Il laisse les étudiants se débrouiller seuls avec une version bilingue de Télémaque qu'il a avec lui. Ceux-ci apprennent très rapidement le français. L'expérience de Jacotot démontre l'autonomie irréductible du travail d’intelligence. D'après Rancière, « tous les hommes ont une égale intelligence. L'acte de l'intelligence est de voir et de comparer ce qu'elle voit ».

La sagesse des foules

32Professeur à Stanford, Howard Rheingold a introduit le concept de foules intelligentes en 2002 (en anglais, « smart mobs ») (Rheingold, 2002). Grâce aux technologies nouvelles de communication (mail, SMS, blog, Wiki), des groupes sont capables de mobiliser instantanément des milliers d'individus dans un but précis, comme par exemple lors des sommets altermondialistes.

33En 2004, dans La sagesse des foules, James Surowiecki enfonce le clou. Il prend le contrepied de l'idée selon laquelle les foules seraient toujours stupides et irrationnelles (émeutes, bulles financières, etc.). Il en fournit de multiples exemples, tel celui d'une foule pariant sur le poids d'un bœuf, produisant un résultat moyen exact à 1/1000e près ! Les conditions pour qu'une sagesse des foules opère sont, d'après lui, la décentralisation, la diversité et l'indépendance des membres, ainsi qu'un processus permettant l'agrégation des contributions et non leur dilution par consensus mou ou conformisme bien-pensant.

L'intelligence collective

34Concept forgé dans les années 1980 à partir de l'observation de sociétés animales complexes (telles que les fourmis, abeilles ou termites), l'intelligence collective connait aujourd'hui un regain d'intérêt avec l'envolée du Web 2.0.

35L'intelligence collective est patente lorsque le tout est plus que la somme des parties. Jusque lors, on pensait ne l'observer chez l'homme qu'à l'échelle de petits groupes : équipe de football, groupe de jazz. Au-delà d'une ou de quelques dizaines de participants, l'intelligence pyramidale prenait le relais, celle-ci étant alors censée être assurée par la hiérarchie et la division du travail.

36Mais les expériences du Web 2.0 telles Wikipédia ont ouvert de nouvelles perspectives, en ce qu'elles transcendent des milliers de contributions individuelles en les additionnant sans les diluer. Pour Pierre Lévy (1997), précurseur du concept, « l'intelligence collective n'est pas la fusion des intelligences individuelles dans une sorte de magma communautaire mais, au contraire, la mise en valeur et la relance mutuelle des singularités ». Elle repose sur plusieurs conditions : une vision du tout qui émerge sous les yeux des participants, un but partagé, un « objet-art » qui catalyse les collaborations individuelles (telle la mélodie), un processus apprenant (l'organisation prend en charge l'erreur et la transforme en objet de cognition partagé).

Web 2.0 : la machine et l'intelligence, c'est nous

  • 10 Source audiovisuelle : « An anthropological introduction to YouTube », disponible sur : http://www. (...)

37« Nous sommes le Web. Nous apprenons à la machine. Chaque fois que nous forgeons un lien, que nous créons un tag, nous lui apprenons une idée. 100 milliards de fois par jour, un humain clique sur une page web. La machine, c'est nous », conclut Michael Wesch10. Cet enseignant-chercheur du Kansas est un précurseur en matière d'anthropologie du Net. Ses vidéos expliquant ce qu'est le Web 2.0 à partir d'un travail de recherche en immersion dans cet univers ont été parmi les plus visionnées en 2008.

Une anthropologie de YouTube

  • 11 Même source audiovisuelle.

38YouTube permet aux internautes d'envoyer, de regarder et d'échanger facilement leurs vidéos. Avec 200 000 vidéos de 3 minutes postées par jour, soit 10 000 heures de programme, YouTube représente l'équivalent de 385 chaînes de télé allumées en permanence. Le nombre d'heures postées en 6 mois a dépassé ce qu'une chaîne nationale a diffusé en 60 ans. 88 % de ce qui est posté est original11.

  • 12 Concept développé par l’anthropologue et linguiste Dan Sperber.

39YouTube illustre le phénomène de contagion des idées12. L'une des toutes premières vidéos, postée par un adolescent dansant sur la chanson « numa numa » en décembre 2004, a été vue 600 millions de fois. Une autre, démontrant l'universalité du rire à travers un bébé qui mord le doigt de son frère, a été vue 30 millions de fois, générant des centaines de milliers de « remake ». Des vidéos plus sérieuses se sont propagées grâce à YouTube. La vidéo de Wesch « Web 2.0 : the machine is us/ing us » a ainsi occupé le hit parade en 2008 (source : http://www.youtube.com/​). D'autres ont permis d'alerter l'opinion publique sur des problèmes de société en contournant la censure des autorités (Chine, Birmanie, etc.).

Une autre relation au savoir et à la connaissance

  • 13 Source : Norbert Bolz, enseignant à l'université de Berlin.

40Wikipédia n'est pas un gros livre sur Internet, c'est un processus organique, communautaire et évolutif. Sa philosophie est que l'intelligence collective des wikipédiens fera converger les connaissances vers un optimum. Wikipédia apprend à apprendre. Elle n'offre pas de prêt-à-penser. Elle oblige à vérifier les sources, à recouper les informations, permettant ainsi de dépasser un vieux débat, qui oppose l'expert au profane. La sagesse des foules peut dépasser le savoir des experts par son actualité, son ampleur, par la richesse de ses références13. Le message de Wikipédia n'est pas « faites confiance à l'autorité » mais « explorez l'autorité ».

41Google, c'est l'oracle, rendu à partir de l'agrégation des usages de millions d'internautes. Plus de 8 milliards de pages indexées, 90 % de parts du marché en France : en une dizaine d'années d'existence, Google est devenu incontournable. George Por a inventé le néologisme hypertinence pour décrire l'accumulation hyperbolique de la pertinence rendue possible par des sites comme Google, Amazon ou eBay.

42Comme disait Marshall McLuhan, cité par Michael Wesch : « Nous voyons l'information dans le rétroviseur, regardant en arrière pour avancer dans le futur. » C'était l'époque où l'information était en grande partie matérialisée par le papier. Mais le Web 2.0 change la donne. Dans un monde de l'information infinie, la clé n'est plus le savoir ou la mémoire, mais la capacité à trouver, trier, partager ou créer de l'information. Il ne s'agit plus d'être bien informé, mais de devenir agile en information. Lorsque nous taguons une page Web ou lui ajoutons des notes, nous organisons collectivement l'information, de sorte que celle-ci n'est plus difficile à trouver : c'est elle qui nous trouve.

Le territoire, interface d'intelligence

Différents types de territoires

43Le territoire est une appropriation économique, politique, culturelle ou sociale de l'espace par des groupes humains qui se donnent une identité, une représentation d'eux-mêmes et de leur histoire (Georges, 1970). Il implique l'existence de limites, de frontières et se caractérise par des représentations culturelles : cartes, lieux d'intérêt, noms, signes, etc.

44Notion intermédiaire, le « tiers espace » est une zone de transit et de médiation (Bhabha, 2006). Lieu de construction et de négociation du sens, cet entre-deux fait référence à d’autres catégories politiques comme le tiers état ou le tiers monde. « [i]l n’y a plus de front urbain, (…) mais des zones de métamorphisme qui appellent d’intelligentes articulations entre les territoires existants. (…) Le tiers espace invite à penser le devoir des collectivités comme un devoir d’interface » (Vanier, 2003, p. 4).

45Interface physique, un territoire offre des lieux et des temps de rencontre entre humains : puits du village, place du marché, bistrot, événement, forum social.

46Interface de mémoire, il offre à chacun de nous une multitude de points de rencontre entre le passé et le futur.

47Interface virtuelle, Internet met le monde à notre porte. Quelques m ², un ordinateur et une connection et nous voici sans passeport à l'autre bout de la planète, en contact potentiel avec n'importe lequel des 1,6 milliard d'humains connectés. La distance spatiale est alors remplacée par la distance induite par les degrés sociaux.

Le territoire, interface multiple

48Le territoire interface toutes ces représentations, identités, passés et futurs possibles, tels des calques qui se superposent à l'infini. Point de rencontre ultime, il permet aux humains de se croiser dans un espace-temps partagé, un tiers espace dans lequel territoires physiques et virtuels se mélangent.

49La géomatique, ou cartographie 2.0, permet une nouvelle géographie du moi. Sur des cartes en ligne, les utilisateurs peuvent indiquer leurs centres d'intérêt, lieux ou trajets préférés, y accoler des photos ou des vidéos. Établie de manière collaborative, une représentation du territoire devient un espace de projection, un objet-art collectif agrégeant les usages et mémoires des populations. Même un point GPS est chargé de significations distinctes pour chaque participant, à tout instant. Dans le Web 2.0, l'élite n'est plus seule habilitée à marquer l'espace de ses signes. Chacun peut contribuer et être relié au monde. Les entreprises en ont bien saisi les enjeux, s'emparant des outils de géo-localisation pour inonder les passants d'offres commerciales de proximité.

Internet et territoires durables

50Au final, ces nouveaux territoires nous rapprochent-ils du développement durable ?

Limites et entropie

51Le 2e principe de la thermodynamique, ou principe de l'entropie, établit que la qualité de l'énergie contenue dans un système fermé se dégrade de manière irréversible. En 1971, le mathématicien et économiste Nicholas Georgescu-Roegen a appliqué ce principe à notre système économique et est parvenu à la conclusion que ce dernier ne pourrait que finir par s’éffondrer. En effet, la Terre est un système fini. Sa limite est fixée par la capacité de renouvellement des ressources naturelles par les écosystèmes terrestres. Or, nous détruisons le capital naturel plus vite qu'il ne se reconstitue.

52À l'inverse, la néguentropie désigne la capacité à réduire l'entropie. On la rencontre dans le monde des idées, de l'art, de la recherche ou du Web 2.0. La connaissance est un bien unique, le seul qui augmente quand on le partage. Une idée donnée à quelqu'un a plus de chances de survivre que si elle est mise sous clé et elle s'enrichit en circulant. Avec le Web, les possibilités de transmission sont illimitées.

Tiers espace, libre et durable

53Partout dans le monde, des expériences pilotes démontrent que des modes de vie durables sont possibles. La connaissance foisonne, mais sa circulation n'est pas à la hauteur des enjeux et de leur urgence. À la différence de territoires fermés, générateurs d'entropie, des « territoires durables » seraient des tiers espaces optimisant les modes de vie en local, disposant d'une grande capacité à favoriser la circulation libre des idées.

54Nœuds de réseaux, les territoires mettent en relation des individus, leur offrent des interfaces d'intelligence. En s'inspirant du Web 2.0, la transmission des idées peut devenir un processus apprenant. Toute expérimentation, réussite ou échec, devient alors un objet de savoir pour les autres, propageant le durable dans l'ADN des projets locaux.

Conclusion

55Pour les territoires, l'enjeu d'Internet est souvent réduit à l'optimisation physique de l'existant. Mais il va bien au-delà. Il réside dans la capacité du Web à ouvrir les territoires de la connaissance, à mettre en relation les hommes, à transformer les territoires en interface d'intelligence.

56Rien n'est gagné cependant au pays d'Internet, qui n'est ni vert, ni rose, ni gris métallisé. Outre les spams, hoax ou autres malversations de l'information, les titans du capitalisme cognitif s'affrontent pour étendre leur monopole. La guerre des droits fait rage. Au-delà des enjeux économiques, c'est notre liberté dans le monde des idées et l'égalité d'accès au savoir qui sont en jeu.

57Tout être humain se situe dans l'espace-temps par rapport à un territoire. Lieu physique dont nous ne pouvons nous abstraire pour vivre, représentation culturelle dans laquelle chacun puise une partie de son identité, objet de fascination pour les voyageurs, il fonde notre rapport au monde. De tout temps, les hommes se sont battus pour des territoires, victimes d'idéologies érigées par quelques « élites ».

58Socrate nous enseignait d'apprendre à apprendre. Le Web 2.0 nous offre la possibilité de nous émanciper et d'explorer la connaissance et l'autorité à partir de notre vécu. À nous de déployer notre intelligence, de configurer des tiers espaces citoyens pour y vivre de manière durable, de construire ainsi des « modes de vie 2.0 » aux couleurs du vivant et de la liberté.

Bibliographie

ACIID (Association communication et information pour le développement durable), 2009, e-activités et développement durable, brochure réalisée dans le cadre du programme T1C21, http://www.e-activitesdurables.eu/

Bérhaut G., 2008, Développement durable 2.0, l'Internet peut-il sauver la planète ?, La Tour d’Aygues, Éditions de l'Aube.

Bhabha H., 2006, « Le tiers espace – Entretien avec Jonathan Rutherford », Multitudes, 26, http://multitudes.samizdat.net/Le-Tiers-espace-Entretien-avec

Cornu J.-M., 2008, Nouvelles technologies, nouvelles pensées ? La convergence des NBIC, Limoges, Fyp éditions.

George P., 1970, Dictionnaire de la géographie, Paris, PUF.

Gourdain P., O’Kelly F., Roman-Amat B., Soulas D., von Droste zu Hülshoff T., 2007, La Révolution Wikipédia – Les encyclopédies vont-elles mourir ?, Paris, Mille et une nuits.

Lévy P., 1997, L’intelligence collective : pour une anthropologie du cyberspace, Paris, La Découverte.

Nature, 2006, « Editorial: Britannica attacks… and we respond », 440, p. 582, http://www.nature.com/nature/journal/v440/n7084/full/440582b.html

Rancière J., 2004, Le maître ignorant, Paris, Éditions Poche 10x18.

Rheingold H., 2002, Smart mobs, the next social revolution, New York, Basic books Publishing.

Rifkin J., 2005, L’Âge de l’accès. La nouvelle culture du capitalisme, Paris, La Découverte.

Rozenzweig R., 2006, « Can History be Open Source? Wikipedia and the Future of the Past », The Journal of American History, 93, (1), p. 117-146, http://chnm.gmu.edu/resources/essays/d/42

Surowiecki J., 2004, La sagesse des foules, traduction et édition française en 2008, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès.

Vanier M., 2003, « Métropolisation et tiers espace : quelle innovation territoriale ? », in Antheaume B., Giraut F., Maharaj B. (dir.), Recompositions territoriales, confronter et innover, Actes bilingues des rencontres scientifiques franco-sud africaines de l'innovation territoriale/Territorial restructurings, comparisons and innovations. Proceedings of the French-South African meeting on territorial innovation, www.pacte.cnrs.fr/IMG/pdf_41_Vanier_Tiers_espace.pdf

Notes

1 Eurostat, étude du 8.12.2009.

2 Par analogie, c’est la différence entre le réseau postal et le territoire.

3 Source : Observatoire des territoires numériques http://www.oten.fr

4 http://fr.novopress.info/11409/energie-le-gouffre-internet/

5 Source : Le Monde diplomatique, hors série, 2009.

6 Source : http://technorati.com/Technorati est le site de référence en ce qui concerne la blogosphère.

7 Source : Richard Collin, directeur de l’Institut de l’entreprise 2.0.

8 Source : http://www.forbes.com/

9 Loi française connue sous le terme de « riposte graduée », elle concerne la lutte contre les modes d'échanges illégaux des œuvres par Internet.

10 Source audiovisuelle : « An anthropological introduction to YouTube », disponible sur : http://www.youtube.com/watch?v=TPAO-lZ4_hU&feature=fvw Michael Wesch s’est vu décerner plusieurs prix, notamment le titre de « d'explorateur émergent » par le National Geographic.

11 Même source audiovisuelle.

12 Concept développé par l’anthropologue et linguiste Dan Sperber.

13 Source : Norbert Bolz, enseignant à l'université de Berlin.

Auteur

Ingénieur des Mines de Paris et MBA INSEAD, Institut Angenius, thanh@angenius.org

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540