Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie III. Enjeux territoriaux

Chapitre 21. Développement durable et territoires du Sud

Bruno Boidin

Texte intégral

  • 1 Programme des Nations Unies pour le développement.

1Dans les territoires à faible revenu, le processus de développement a longtemps été considéré comme un accroissement des richesses matérielles. Les analyses du développement ont cependant été traversées par des réflexions sur la nécessité de prendre en compte les enjeux environnementaux (Sachs, 1980) et humains (Perroux, 1952). Dans les années 1980-1990, les plans d’ajustement structurel instaurés par les Institutions de Bretton Woods (IBW) ouvrent une longue parenthèse de programmes de développement fondés sur des conditionnalités principalement économiques que traduit l’expression de « consensus de Washington » (Williamson, 1990). Ce n’est qu’avec le premier rapport du PNUD1 sur le développement humain (1990) et le Sommet de la Terre tenu à Rio en 1992, que la recherche d’une prise en compte équilibrée des différentes dimensions du développement durable (DD) sera progressivement généralisée dans les discours et les pratiques d’aide au développement. Dans ce chapitre, nous cherchons, dans un premier temps, à préciser les enjeux de DD spécifiques aux territoires du Sud (1), puis abordons sous différents angles la mise en application de ce concept (2). Des perspectives sont alors ébauchées (3).

Enjeux du développement durable dans les territoires du Sud

Tensions et relations entre les dimensions du développement durable

2Dans les pays à faible revenu, la thématique du DD pose la question des choix à opérer dans les priorités accordées aux différentes dimensions. L’action sur la pauvreté (dimension humaine) pourrait être considérée comme plus urgente que le développement économique ou la non-dégradation de l’environnement. Cependant, il est difficile d’accepter une dégradation environnementale supplémentaire si elle atteint un niveau irréversible. Même si de tels dilemmes venaient à être résolus, cette question ne se résume pas à un simple arbitrage. En effet, les relations entre les différentes dimensions du DD sont complexes, car ces dimensions exercent une influence les unes sur les autres. Par exemple, il reste encore beaucoup à découvrir sur les effets réciproques de l’environnement et du développement humain et social, ou encore sur les relations entre le développement humain au sens strict (santé, éducation…) et le développement social (cohésion sociale, absence de conflit…), même si l’on admet que ces deux composantes ne peuvent être étudiées indépendamment.

3L’idée d’un développement plus équilibré entre l’économique, le social et l’environnemental semble donc acquise, de même que celle d’un processus de développement qui devrait renforcer les mécanismes démocratiques. Pourtant, compte tenu de la faiblesse du niveau de revenu des pays du Sud, les priorités dégagées demeurent largement focalisées sur le niveau de développement économique, et plus récemment la soutenabilité économique. Cette dernière porte sur la capacité d’une économie à assurer durablement un maintien ou un accroissement des richesses. Elle est souvent mesurée à travers des indicateurs qui traduisent les contraintes économiques majeures rencontrées par les pays pauvres depuis les années 1980, en particulier le taux d’endettement (on parlera de dette insoutenable lorsque les ratios d’endettement bloquent toute possibilité de continuer à s’endetter et/ou à assurer des dépenses, en particulier publiques) ou la spécialisation productive (les économies de rente, fortement spécialisées dans l’exploitation des énergies fossiles, soumises à une crise majeure et à un épuisement inéluctable des ressources qui soutiennent la croissance – cf. Hugon, 2009 –, peuvent être considérées comme un mode de développement insoutenable).

4La soutenabilité environnementale et la soutenabilité sociale complètent ainsi l’évolution récente des critères de soutenabilité dans les territoires du Sud mais, si leur place dans les politiques de développement s’est renforcée, elle demeure largement soumise à l’évolution des conditions et des contraintes économiques.

La dimension environnementale

5Les territoires pauvres du Sud sont confrontés à un double enjeu relatif à l’environnement : d’une part, ils contribuent peu aux évolutions climatiques et environnementales à l’échelle mondiale tout en étant particulièrement touchés par leurs conséquences (désertification, montée du niveau des océans, réduction de la biodiversité, etc.) ; d’autre part, leurs propres ressources environnementales sont soumises à une pression croissante liée au processus de développement économique. Le premier aspect sera examiné dans la deuxième section. Le second est abordé ici en nous limitant à l’exemple de la préservation des forêts. L’agriculture, secteur clé des territoires du Sud particulièrement frappé par les problèmes d’insoutenabilité, fait l’objet du chapitre 29 dans cet ouvrage et nous y renvoyons le lecteur.

6La FAO (2005) estime que le continent africain est celui où les ressources forestières subissent la plus forte dégradation. Pourtant, des mesures de protection des forêts ont été prises dès le début du XXe siècle. Cependant, dans la lignée des politiques discriminatoires coloniales, ces dispositions ont eu également pour effet de réduire les droits d’utilisation des populations indigènes et de stigmatiser celles-ci en tant que responsables supposés des atteintes aux ressources forestières. De nombreuses années plus tard, la Conférence de Rio (1992) introduit les approches participatives dans la gestion des ressources. Les politiques forestières sont alors réformées et fondées sur l’idée de prise en compte des parties prenantes, y compris les populations. Mais le développement des approches participatives se heurte à de nombreux écueils (Ballet et al., 2009) : les antagonismes entre la vision des forêts par les populations et celle des institutions publiques, la non-prise en compte des modèles traditionnels d’appropriation des terres, les modalités de concertation en réalité peu participatives. Au total, les surfaces administrées par des communautés ne représentent que 2,3 % de la surface totale des forêts dans les pays africains pour lesquels un recensement a été fait, contre 16,4 % en Amérique du Sud.

7L’exemple de la gestion des forêts montre que les politiques de DD se heurtent à de multiples écueils qui ne sont pas étrangers à la difficulté de traduire les concepts clés (participation, appropriation, etc.) en programmes adaptés aux spécificités territoriales, humaines et institutionnelles.

La dimension sociale et humaine

8L’un des enjeux majeurs du développement humain dans les territoires du Sud consiste à faire jouer différents leviers de façon simultanée. En effet, les travaux en économie de la santé et de l’éducation ont montré le caractère multidéterminé des dimensions du développement humain.

9La santé et l’éducation sont devenues des objectifs majeurs des politiques de DD à la fin des années 1990, après deux décennies d’ajustement structurel. Les travaux du PNUD sur l’indice de développement humain (IDH) reconnaissent que la santé et l’éducation constituent une fin en soi. De façon presque simultanée, la santé et l’éducation sont également reconnues comme des leviers du développement, et non pas seulement des résultats de celui-ci, voire des coûts à prendre en charge dans les politiques de développement (Sachs, 2001). À l’échelle microéconomique, le niveau de santé conditionne alors la possibilité de recourir à d’autres formes d’actifs, comme l’a suggéré l’approche de Sen (1985) sur les dotations initiales. D’une façon plus générale, la faiblesse des capabilities en santé peut empêcher la conversion des capabilites en fonctionnements dans d’autres domaines (économique, environnemental, social) (Ballet et al., 2004). À l’échelle macroéconomique, ceci traduit une « trappe de pauvreté » ou un « piège de pauvreté » (cf. par exemple Sala-i-Martin, 2005). Plusieurs travaux ont cherché à tester la pertinence de cette hypothèse dans un cadre macroéconomique, préférant alors l’expression de « piège de sous-développement » (Berthélemy, 2006) ou de « piège de développement humain » (Mayer-Foulkes, 2005). De nombreux travaux ont également mis en exergue les effets réciproques et cumulatifs de la santé et de l’éducation. Ainsi, Berthélemy et Seban (2009) montrent que l’accès aux services de santé est fortement influencé par les caractéristiques socioéconomiques des ménages et notamment l’éducation des mères. Le développement humain constitue bien un processus multidimensionnel.

10D’autres approches ont examiné de façon originale la dimension sociale du développement en l’abordant sous l’angle de la soutenabilité sociale. Pour Ballet et al. (2004), « la soutenabilité sociale du développement demande d’aborder les conditions d’une transmission équitable des ‘capacités à faire et à être’ (plus simplement ‘capabilités’) d’une génération à l’autre. On attend donc d’un développement socialement durable qu’il protège les potentialités, renforce les capacités d’une génération donnée, et facilite leur transfert à la génération suivante. Cela implique d’examiner ce qui empêche la constitution de potentialités (trappes à pauvreté), l’amélioration des capacités (exclusion sociale et vulnérabilité) et la transmission intergénérationnelle (inégalités). Dès lors, dans le cadre d’une éthique de la responsabilité, des principes de précaution sociale adéquats pourraient guider l’élaboration des politiques publiques ». Les risques de « destruction du social » liés aux politiques publiques ne sont pas négligeables, mais de tels effets sont rarement examinés.

La mise en pratique du développement durable dans les territoires du Sud

11L’intégration du DD dans les politiques de développement peut prendre des formes multiples. Nous l’abordons ici à travers plusieurs tendances.

Développement durable et dispositifs internationaux de régulation : le Mécanisme de développement propre

12Le mécanisme de développement propre (MDP), créé dans le cadre du Protocole de Kyoto, consiste, pour un État ou une entreprise d’un pays riche, à investir dans un projet de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans un pays en développement. Les réductions de gaz à effet de serre résultant des projets concernés permettent aux pays et entreprises de recevoir des Unités de réduction des émissions certifiées qui constituent des « droits à polluer » et sont échangeables sur le marché.

13Or, sur plus de 1 000 projets déposés en juillet 2009, seuls 1,76 % concernaient l’Afrique, soit 30 projets, avec une nette concentration en Afrique du Sud et en Afrique du Nord. Cette faible participation des pays africains au MDP traduit la faiblesse intrinsèque d’un mécanisme qui ne traite pas la question de la faible attractivité, souvent mise en avant par les investisseurs, des pays africains en général. Pourtant, de nombreux secteurs pourraient constituer un débouché important du MDP et répondre aux enjeux environnementaux majeurs de l’Afrique : traitement et valorisation des déchets industriels et urbains, remplacement des combustibles fossiles, reforestation, transports, etc.

14Le MDP a été largement critiqué pour son incapacité à renverser les inégalités mondiales dues à l’image prétendument risquée des investissements privés en Afrique. À l’inverse, peu de travaux évoquent la nécessité de ne pas focaliser tout l’effort sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. En effet, de nombreux territoires du Sud sont très peu contributeurs aux émissions et auraient besoin de politiques d’adaptation plutôt que de réduction. Ainsi Satterthwaite (Le Monde, 2009) souligne que, dans la plupart des villes des pays pauvres, la recherche de réduction des émissions est injuste et inefficace. La population pauvre des villes, la plus exposée aux risques liés au changement climatique (habitant sur les terrains les plus exposés, disposant d’un très faible accès aux infrastructures d’assainissement), est celle qui contribue le moins aux émissions et est pourtant la plus exposée aux expulsions dans les grands programmes d’éradication des zones sinistrées. Chercher à limiter les émissions pourrait freiner le développement sans apporter de solution aux problèmes des plus pauvres. Le MDP soulève ainsi de nombreuses questions qui tiennent pour une large part aux déficits d’infrastructures observés dans les villes au Sud. Limiter les émissions de GES sans développer les infrastructures pro-pauvres peut contribuer à alourdir le fardeau des plus démunis.

Développement durable et responsabilité des firmes

15La montée en puissance de la notion de DD dans le monde des affaires s’accompagne d’une intégration des entreprises dans des problématiques dont elles étaient jusqu’alors relativement absentes. Il en est ainsi du domaine du développement économique (pour des illustrations, voir Boidin [dir.], 2008). La Banque mondiale a défini la responsabilité sociale des entreprises comme « l’engagement (ou l’obligation) pour le monde des affaires de contribuer au développement économique durable, en travaillant avec les salariés, leurs familles, la communauté locale et la société au sens large pour améliorer la qualité de vie, de façon à la fois bonne pour le développement et pour les affaires » (worldbank.org, novembre 2004). De nombreuses institutions publiques ou privées internationales participent à ce mouvement d’intégration des entreprises dans la thématique du DD des pays en développement : la Global Reporting Initiative lancée en 1997, le Global Compact en 1999, les lignes directrices ISO 26000, etc.

16Cette conception du rôle de l’entreprise dans le développement est relativement nouvelle par rapport à l’approche économique traditionnelle qui considère que la contribution des firmes au développement des pays pauvres passe avant tout par l’influence de celles-ci dans la croissance. On peut alors s’interroger sur la capacité de ce mouvement à créer un nouveau cadre référentiel en matière de développement : s’oriente-t-on vers une vision portée par les valeurs et les principes du monde des affaires ? En effet, derrière les engagements annoncés par un certain nombre de firmes installées dans les pays pauvres, se dessine une nouvelle conception des conditions du développement. Cette conception consiste à promouvoir le principe « gagnant-gagnant » cher à la « théorie des parties prenantes » (Freeman, 1984). La mise en œuvre de ce modèle suppose, de façon implicite, que les acteurs du développement (États, ONG, collectivités locales, organisations internationales…) adoptent cette vision en termes de cercle vertueux. Le cœur d’une telle conception s’appuie en effet sur la capacité des firmes à entraîner dans leur sillage les autres acteurs vers un mode de développement global reposant sur les valeurs de l’entreprise privée (efficacité économique, performance, rôle de la propriété privée, etc.). C’est la régulation volontaire qui entre dans le domaine du développement. La théorie des stakeholders suppose que l’entreprise pourra assurer sa pérennité en intégrant les intérêts de ses parties prenantes, dans le cadre d’une démarche de négociation. Elle est explicitement utilisée dans les grands textes internationaux (Global Reporting Initiative, Global Compact, ISO 14001…), mais se heurte à deux limites :

  • d’une part, elle considère que la négociation (des ressources ou de leur usage) est une valeur universelle, ce qui n’a pourtant rien d’évident au regard des principes du DD : en opposition avec ce principe de négociation, de nombreux éléments de la nature sont considérés par certaines sociétés comme des biens communs non appropriables par une personne morale ou un individu ;

  • d’autre part, cette approche néglige les rapports de force entre les parties prenantes et les entreprises. Peut-on comparer le pouvoir d’une association de riverains ou d’usagers organisés et celui des populations dans les pays pauvres, qui vivent à proximité d’un site de production dont leurs revenus dépendent ?

17L’intégration des référentiels du DD au sein des entreprises ne semble donc pas pouvoir changer fondamentalement les limites du capitalisme en termes d’inégalités mondiales de richesse. L’argumentaire « gagnant-gagnant » n’a pu être vérifié par des études empiriques de grande ampleur et se heurte aux causes plus structurelles des inégalités mondiales de richesse.

Développement durable et « bonne gouvernance »

18Le terme de « gouvernance » a imprégné le monde des organisations internationales dès les années 1990. En 1994, la Banque mondiale définissait la gouvernance comme « la manière dont le pouvoir est exercé dans le management des ressources économiques et sociales de développement d’un pays » (traduction de l’auteur) (World Bank, 1994). Le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE la définissait en 1993 comme « l’exercice du pouvoir politique, ainsi que d’un contrôle dans le cadre de l’administration des ressources de la société aux fins du développement économique et social » (CAD, 1993).

19Des considérations normatives émergent de ces définitions à travers la notion de « bonne gouvernance ». Cette expression a notamment servi de substrat aux « Nouvelles » politiques de lutte contre la pauvreté (Cling et al., 2003) lancées par la Banque mondiale dans le prolongement des plans d’ajustement structurel (milieu des années 1990). L’Initiative « Pays pauvres très endettés » (IPPTE) (1996) en constitue une mesure phare. Ce programme instaure de nouvelles conditionnalités pour les pays souhaitant bénéficier d’un allègement de leur dette, en vertu du critère d’insoutenabilité de la dette publique (cf. supra). Cette initiative émerge à la suite des contestations croissantes émanant de la société civile, des pouvoirs publics, et de certaines organisations internationales (PNUD, CNUCED…), qui ont amené les Institutions de Bretton Woods à réorienter leur approche en direction de la lutte contre la pauvreté. L’IPPTE est présentée par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international comme un tournant dans leurs politiques en faveur des pays en développement. Elle intègre en effet deux principes importants de DD : d’une part, l’équité intragénérationnelle, avec la priorité à l’amélioration de la situation des plus pauvres ; d’autre part, la participation des populations aux processus de décision.

20Cependant, la nouvelle priorité donnée par les IBW aux processus participatifs et aux politiques de réduction de la pauvreté (à travers l’IPPTE) ne cache pas le maintien d’une place prépondérante attribuée aux conditionnalités économiques. La participation des populations est en effet mise en œuvre dans un objectif plus large « d’assainissement du cadre macroéconomique » hérité des plans d’ajustement structurel. Cette continuité apparaît en examinant plus en détail la façon dont les termes clés des nouveaux programmes sont interprétés dans ce cadre : « participation » et « bonne gouvernance ».

21Concernant le rôle donné à la participation, les IBW cherchent à répondre aux lacunes des politiques antérieures, en particulier au manque d’appropriation par les pays dans lesquels ces dernières étaient mises en œuvre. En réalité, la notion d’appropriation a ici peu à voir avec un véritable retour des populations dans le champ politique. Il s’agit plutôt d’une interprétation particulière de la participation au sens où celle-ci est vue comme un moyen de mieux expliquer aux populations pourquoi l’assainissement macroéconomique est nécessaire (World Bank, 2002). Le « processus participatif » est par ailleurs l’occasion pour les IBW de réintroduire une thématique qui leur est chère depuis les années 1990, à savoir la « responsabilité démocratique » (accountability) de l’État. En effet, le thème de la corruption comme frein au développement économique est récurrent au sein des IBW.

22C’est ici qu’intervient la notion de « bonne gouvernance ». Dans le discours de la Banque mondiale, cette dernière vise à améliorer l’efficacité et la transparence des institutions, notamment publiques, en décentralisant les centres de décision pour les rapprocher des populations et les rendre plus démocratiques. Mais le terme de gouvernance soulève des ambiguïtés : s’agit-il de mener à bien une réelle amélioration de la participation des populations aux décisions politiques qui les concernent, ou de réintroduire de la concurrence entre les acteurs politiques en vue de garantir des politiques qualifiées de « saines », en d’autres termes dans le prolongement des plans d’ajustement structurel ?

23D’autres institutions internationales appréhendent le terme de « bonne gouvernance » en privilégiant, à côté de la « participation », l’approche « partenariale » qui fait référence aux opérations de coopérations entre les acteurs. Ainsi, les institutions internationales préconisent des partenariats entre les entreprises et le secteur public ou privé non marchand.

24La tonalité générale que les institutions donnent à la « bonne gouvernance » est donc très positive. Elle repose implicitement sur un argumentaire « gagnant-gagnant » et un cadre théorique en termes de « stakeholders » (cf. supra) qui ont imprégné les doctrines des organisations internationales.

Perspectives

L’articulation des leviers du développement durable pour les territoires du Sud

25Les réserves à l’encontre du MDP (cf. supra) et, plus généralement, des modes internationaux de régulation du changement climatique, portent de façon plus ou moins explicite sur le caractère peu transversal des programmes. Ces critiques pourraient être généralisées à l’ensemble des politiques de développement dans les différents secteurs d’intervention privilégiés depuis le début des années 1990. En effet, la tendance prometteuse qui a consisté à définir en 2001 des Objectif du millénaire pour le développement (OMD) sur des leviers relativement précis (environnement, santé, éducation…) ne doit pas cacher les faiblesses dans la mise en cohérence de ces différents objectifs.

26Ainsi, comme nous l’avons évoqué dans les développements précédents, les interactions entre santé et éducation, ou santé et environnement, constituent un élément essentiel de la réussite des expériences. Or, durant les années 1990 et 2000, ce sont plutôt des dispositifs sectoriels qui ont vu le jour. Dans le domaine de l’environnement, le MDP traduit le fait que, pour de nombreuses institutions internationales, l’adaptation des villes du Sud au changement climatique est essentiellement un problème environnemental stricto sensu. Dans le domaine du développement humain, la réorientation de l’aide au développement vers les maladies infectieuses (en particulier le HIV sida) a conduit à négliger dans une certaine mesure les actions transversales de renforcement des systèmes de santé, de nutrition, ou encore d’éducation (England, 2007 ; OMS, 2009).

Des initiatives innovantes en cours de structuration

27De nombreuses innovations dans la conception et la mise en pratique des programmes de DD dans les pays du Sud ont vu le jour depuis les quinze dernières années. Elles se distinguent généralement des logiques précédentes dans la mesure où elles cherchent à dépasser l’opposition entre action publique et action privée. Néanmoins, leurs contours demeurent encore largement imprécis. Nous n’abordons pas ici la montée en puissance du « commerce équitable », dont le poids dans le commerce mondial demeure modeste et dont certains effets pervers ont pu être mis en exergue (cf. par exemple Carimentrand et Ballet, 2008). Seront plutôt privilégiées les initiatives multipartenariales (entreprises-ONG-pouvoirs publics), qui ont émergé au début des années 2000 dans différents secteurs d’activité, dont celui, très sensible, des firmes pharmaceutiques.

28Les entreprises pharmaceutiques sont confrontées depuis plusieurs années à une baisse de performance de la recherche/développement et à une pression croissante pour une meilleure prise en compte de leurs responsabilités sociales, en particulier vis-à-vis de l’accès des pays pauvres aux médicaments. Ce nouveau contexte appelle à une évolution du modèle de recherche/développement. Plusieurs pistes ont été initiées, en particulier une coopération accrue avec les autres acteurs de la santé en réponse à certaines revendications des sociétés civiles et des pouvoirs publics des pays pauvres. Le partenariat entre Sanofi-Aventis et la Drugs for Neglected Disease Initiative (lancée par Médecins sans frontières), initié en 2005, a ainsi permis le développement d’une combinaison de lutte contre le paludisme, plus simple d’utilisation que les traitements précédents.

29Ces initiatives constituent a priori des éléments de réponse aux enjeux de santé dans les pays pauvres, tenant, d’une part, à la nécessité d’une approche plus horizontale des actions de santé et de programmes associant plusieurs acteurs, d’autre part, au décloisonnement souhaitable des disciplines de la santé pour appréhender efficacement les problèmes des pays pauvres. En effet, comme l’a notamment théorisé Amartya Sen, la pauvreté des populations est un phénomène pluridimensionnel aux déterminants multiples. On peut alors attendre des partenariats qu’ils participent au mouvement de décloisonnement.

30Au-delà des interrogations que soulèvent ces partenariats en termes de fondements logiques et théoriques (cf. les développements précédents sur la théorie des parties prenantes et l’argumentaire « gagnant-gagnant »), leur impact à long terme est encore incertain. On relève certes quelques effets positifs (équipement des laboratoires du Sud, amélioration de l’expérience des chercheurs locaux…), mais cet impact ne sera significatif que si ces expériences s’inscrivent dans des politiques nationales structurées, qui souvent font défaut. Le partenariat n’est pas habilité à jouer ce rôle mais pourrait être pensé dans un cadre plus large et avec des ambitions à long terme. En fin de compte, une somme d’initiatives innovantes ne constitue pas une stratégie nationale de DD. Pour que ces partenariats puissent être intégrés dans un objectif collectif dépassant les intérêts des partenaires porteurs du projet, une mise en cohérence des programmes semble impérative, qui ne peut être portée que par des acteurs de régulation nationaux et internationaux.

Conclusion

31Plusieurs enseignements ressortent de ce chapitre. D’abord, les particularités des territoires du Sud ne permettent pas d’appréhender le DD sans définir au préalable les dimensions qui seraient considérées comme prioritaires. Trop souvent encore, les stratégies dites de DD se limitent à des politiques sectorielles de préservation de l’environnement, tenant peu compte des communautés et des niveaux de développement humain. Ensuite, la mise en pratique du DD dans les territoires du Sud apparaît encore très largement impulsée voire dictée de l’extérieur, en fonction notamment des priorités définies par les bailleurs de fonds. Les instances internationales de régulation du changement climatique, les firmes multinationales, pour ne reprendre que les exemples abordés dans le chapitre, ont développé des discours et des dispositifs qui, pour une grande part, sont définis selon un processus construit dans un espace mondial de négociation sur lequel les pays à faible revenu ont peu d’influence. Ces derniers adaptent parfois leurs politiques nationales aux programmes internationaux sans que la cohérence avec les contraintes et objectifs locaux ne soit réellement recherchée. L’expansion des programmes de « bonne gouvernance » constitue un autre exemple d’un phénomène d’appropriation a posteriori d’une notion créée par les acteurs mondiaux de l’aide au développement. Mais cette forme d’appropriation est très éloignée des principes du DD en ce qu’elle ne se réalise pas au niveau des populations mais à celui des autorités publiques.

32Le concept de DD est né d’une prise de conscience des effets pervers du capitalisme dans les économies à revenu élevé. Si de multiples initiatives d’application ont vu le jour dans les pays à revenu faible et intermédiaire, l’appropriation du DD par les territoires du Sud demeure conditionnée à l’adaptation de ce concept aux contraintes et aux populations locales. Dans ces territoires, la mise en œuvre de politiques respectueuses de l’environnement ne peut être pensée indépendamment des profondes faiblesses du développement humain et social.

Bibliographie

Ballet J., Dubois J.-L., Mahieu F.R., 2004, « À la recherche du développement socialement durable : concepts fondamentaux et principes de base », Développement durable et territoires, mis en ligne le 22 juin 2004, http://developpementdurable.revues.org/document1165.html

Ballet J., Koffi K.J.M, Komena K. B., 2009, « La soutenabilité des ressources forestières en Afrique Subsaharienne francophone : Quels enjeux pour la gestion en commun ? », Mondes en développement, 148 (4), p. 31-46.

Berthélemy J.-C., 2006, « Clubs de convergence et équilibres multiples : comment les économies émergentes ont-elles réussi à échapper au piège du sous-développement ? », Revue d’économie du développement, 14 (1), p. 5-44.

Berthélemy J.-C., Seban J., 2009, « Dépenses de santé et équité dans l’accès aux services de santé dans les pays en développement », Revue d’économie du développement, 23 (1-2), p. 33-71.

Boidin B. (dir.), 2008, « Responsabilité sociale et environnementale des entreprises dans les pays en développement », Mondes en développement, 144 (4), Bruxelles, De Boeck.

CAD-OCDE, 1993, Orientations du CAD sur le développement participatif et la saine gestion des affaires publiques, décembre.

Carimentrand A., Ballet J., 2008, « La responsabilité des firmes vis-à-vis du développement : le cas de la filière quinoa du commerce équitable en Bolivie », Mondes en développement, 144 (4), p. 13-26.

Cling J.-P., Razafindrakoto M., Roubaud F., 2003, Les nouvelles stratégies internationales de lutte contre la pauvreté, 2e éd., Paris, DIAL/IRD/Economica.

England R., 2007, « Are we spending too much on VIH? », British medical journal, février, 334, p. 344.

FAO, 2005, Global Forest Resources Assessment, Rome, FAO.

Freeman R. E., 1984, Strategic management : a stakeholder approach, Boston, Pitman-Ballinger.

Hugon P., 2009, Économie de l’Afrique, Paris, La Découverte.

Mayer-Foulkes D., 2005, « Human development traps and economic growth », in G. Lopez-Casanovas, B. Rivera, L. Currais (ed.), Health and economic growth findings and policy implications, MIT Press, p. 115-142.

Le Monde, 2009, « La priorité à la réduction des émissions de CO 2 nuit aux villes du Sud », Entretien avec David Satterthwaite, 17 juillet

OMS, 2009, « An assessment of interactions between global health initiatives and country health systems », The Lancet, 373 (9681), 20 June, p. 2137-2169.

Perroux F., 1952, « Note sur les coûts de l’Homme », Économie appliquée, 1, janvier-mars, p. 139-150.

Sachs I., 1980, Stratégies de l’écodéveloppement, Paris, Éditions ouvrières.

Sachs J. (dir.), 2001, Macroeconomics and health: investing in health for economic development, Report of the Commission on macroeconomics and health, Genève, OMS.

Sala-i-Martin X., 2005, « On the health poverty trap », in G. Lopez-Casanovas, B. Rivera, L. Currais (ed.), Health and economic growth: findings and policy implycations, MOT Press, p. 95-114.

Sen A., 1985, Commodities and Capabilities, Amsterdam, North-Holland.

Sen A., 2000, Un nouveau modèle économique, Paris, Odile Jacob.

Williamson J., 1990, Latin american adjustement : how much has happened ?, Washington, Institute for International Economics.

World Bank, 1994, Managing development: the governance dimension, Washington DC.

World Bank, 2002, Empowerment and poverty reduction: a sourcebook, Washington.

World Business Council for Sustainable Development, 2002, Corporate Social Responsability-The WBCSDs’journey, WBCSD, January.

Notes

1 Programme des Nations Unies pour le développement.

Auteur

Maître de conférences HDR en économie, CLERSE UMR 8019, Université de Lille 1, Bruno.Boidin@univ-lille1.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540