Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie III. Enjeux territoriaux

Chapitre 20. Territoires de montagne et développement durable

Emmanuelle Marcelpoil et Hugues François

Texte intégral

Introduction

1Depuis son adoption lors de la Conférence de Rio, le développement durable (DD) s’impose à une diversité de secteurs de l’économie. Invoqué pour justifier une diversité d’actions, son omniprésence dans le discours de l’aménagement du territoire ne favorise pas une définition claire. Dans le domaine touristique, la situation est d’autant plus complexe que la durabilité se construit en opposition au modèle du tourisme de masse qui l’a précédé.

2Dans ce contexte, les stations de sports d’hiver, symboles d’un tourisme de masse impactant le milieu naturel, constituent de fait des territoires pertinents pour l’observation du DD (et sa difficile mise en œuvre). Ainsi, les stations de sports d’hiver ne sont pas hermétiques à cette problématique, pas plus qu’elles ne sont exclues d’office des pratiques touristiques durables. Au contraire, les destinations de montagne peuvent montrer une réelle capacité d’adaptation et posent la question des modalités d’appropriation du DD par les acteurs locaux. Dans quelle mesure le tourisme durable en station constitue-t-il un renouvellement du modèle ou s’inscrit-il dans un effet d'aubaine pour maintenir l’attractivité de ces sites sans remettre en cause leur principe fondateur et leur mode de développement ?

  • 1 Ces séminaires tenus en mars 2009 ont été organisés par le CEMAGREF de Grenoble en partenariat avec (...)

3Notre contribution se propose d’apporter des éléments de réponse à de telles interrogations. Pour ce faire, nous mobilisons, d’une part, des analyses empiriques menées dans des stations principalement alpines et, d’autre part, des points de vue défendus lors de séminaires de travail1 dédiés au DD des stations. Une première partie se propose de décrypter la place de l’environnement dans les pratiques de tourisme durable et de questionner la nature de leur articulation. Plus largement, la focalisation actuelle sur la dimension environnementale du DD en stations ne doit pas occulter les facteurs relevant de la préoccupation sociale, sur fond de réalité économique ; un aspect au cœur de la seconde partie.

L’intégration progressive de la question environnementale en station

4Historiquement, la construction des stations de sports d’hiver a reposé sur la mise en œuvre du Plan neige, au début des années 1960. Porteur d’une véritable doctrine d’aménagement, il a défendu, avec la station dite de troisième génération un modèle de développement fordiste et a-territorial. La place de l’environnement est alors marginale : guère plus qu’un décor. La montagne offre certes des conditions particulières permettant la pratique du ski (pente, altitude, neige), mais l’essentiel de l’entreprise consiste alors à aménager les milieux naturels pour valoriser ces ressources. Dans un premier temps, les rapports station – environnement prennent donc un tour conflictuel. Néanmoins, avec l’injonction du DD, la nature se transforme peu à peu en actif. La construction de différents outils pour favoriser et reconnaître les actions dans le sens de la durabilité témoigne dans ce sens de l’évolution du regard porté sur les questions environnementales.

Sensibilité environnementale des stations

Un modèle qui s’impose sans faire l’unanimité

5L’implantation des stations de sports d’hiver a soulevé deux questions majeures, celle de la maîtrise locale du mode de développement et celle des milieux aménagés. Les conflits environnementaux en particulier ont été le support d’un renouvellement des pratiques d’aménagement dans la continuité du Plan neige et d’une dynamique de construction de stations amoindrie. « L’Affaire de la Vanoise » (1969-1970) a joué un rôle fondateur (Mauz, 2005 ; Marcelpoil, Langlois, 2006) en illustrant, à travers la volonté de certains acteurs d’implanter des remontées mécaniques en zone centrale du tout jeune Parc national, l’opposition frontale entre deux conceptions de l’aménagement en montagne.

6La stabilisation de cette opposition va conduire à une évolution des règles publiques encadrant le développement des stations, voire à l’adoption d’un cadre juridique spécifique qui a trouvé une forme d’aboutissement dans la Loi montagne. Dès 1977, le discours du Président Valéry Giscard d’Estaing prononcé à Vallouise jette les bases d’une nouvelle philosophie qui va se concrétiser, la même année, par la Directive d’aménagement de la montagne, puis, en 1979, par le décret instaurant les Unités touristiques nouvelles (UTN). Dans ce contexte, le SEATM (Service d’études et d’aménagement touristique de la montagne, aujourd’hui DEATM pour Direction au sein du GIE ODIT-France, devenu le GIE Atout-France), cheville ouvrière du Plan neige, a inventé le modèle de la station de quatrième génération, en rupture avec celui de troisième génération. Le champ des préoccupations est alors élargi au respect des populations locales. L’adoption de la Loi Montagne le 9 janvier 1985 boucle ce processus, qualifié de décolonisation par Céline Broggio (2002), en consacrant le principe de la maîtrise communale dans le respect des patrimoines locaux qu’ils soient culturels ou environnementaux.

Sensibilité des stations aux variables environnementales

7Une attention particulière est accordée à l’agriculture et au pastoralisme auparavant disqualifiés au bénéfice de l’urbanisation des sites d’altitude. Déjà, leur rôle avait été remis sur le devant de la scène suite aux avalanches de Tignes et Val d’Isère durant l’hiver 1970. L’Indemnité spéciale montagne, ISM, ou « prime à la vache tondeuse », instaurée en 1974 reconnaît directement le rôle de l’agriculture dans l’entretien des pistes et la stabilisation du manteau neigeux. Plus près de nous et au-delà de la Conférence de Rio, certains événements phares vont amorcer les réflexions empreintes de durabilité. Les hivers sans neige du début des années 1990, le tassement de la fréquentation, après les premières méventes immobilières des années 1980, montrent la dépendance du modèle canonique à plusieurs variables économiques, sociales et environnementales. La perspective du changement climatique renforce les incertitudes sur l’avenir et tend à imprimer un caractère alarmiste au discours (Bürki et al., 2003 ; Agrawala, 2007).

8À l’heure où les stations vieillissantes appellent de nouveaux investissements importants pour renouveler leurs équipements, ces constats soulèvent la question des modalités de leur financement. L’intervention des pouvoirs publics, déjà sujette à débat à l’occasion du rapport Lorit (1991), connaît depuis le milieu des années 1990 de profondes inflexions. Aux subventions ponctuelles succèdent des dispositifs contractuels sur la base de la négociation de projets de développement territorial à moyen terme. Un glissement qualitatif s’effectue également dans le contenu des projets dont l’objet doit désormais dépasser le seul produit ski pour s’engager sur la voie de la diversification, et ce, à une échelle supra-communale. Dans ce contexte, une offre « verte » se développe, profitant également de la diffusion auprès du grand public des préoccupations environnementales. Ainsi, si le modèle de construction des stations se caractérisait précédemment par sa rigidité, celles-ci montrent désormais une flexibilité et une capacité d’adaptation certaines. Dépassant la remise en cause de ce modèle, les stations vont jusqu’à construire et se doter d’outils et de procédures spécifiques.

Les outils du développement durable en question

9Tel que le synthétise le tableau ci-dessous, notamment avec la colonne Champ d’application, deux grandes catégories d’initiatives peuvent être distinguées : les premières concernent les actions sectorielles tandis que les secondes privilégient une approche territoriale.

Tableau 20.1. : Les démarches de développement durable en station (réalisation Hugues François)

Nom

Type

Organisme référent

Champ d’application

Alpine pearl

Label

Association des perles alpines

Transport

Haute qualité environnementale (HQE)

Norme (NF)

Association HQE/CSTE

Bâtiment

Empreinte écologique

Indicateur

FRAPNA

Domaine skiable

Pro natura - Pro ski

Indicateur- monitoring

Fondation Pro natura – Pro ski

Domaine skiable

ISO 14001

Norme) - SME

ISO

Domaine skiable

Bilan carbone

Indicateur

ADEME

GES collectivité

Guide « Pyrénées »

Guide

ADEME

Station touristique

Guide ENSAM Chambéry

Guide

ENSAM

Station touristique

Eco guide des stations

Communication

Mountain riders

Station touristique

Charte ANMSM

Contractuel

CNSAC

Territoriale

Approches sectorielles de la durabilité des stations

10La principale limite des approches sectorielles, même si elles ciblent des facteurs stratégiques de la durabilité, relève de leur champ d’application. Ces démarches n’apportent, en effet, que des réponses partielles à la diversité des questions soulevées au sein d’un territoire, tout en dépendant d’une dynamique macro sur laquelle le local n’a, le plus souvent, qu’une capacité d’action limitée.

11Les secteurs de la construction et des transports illustrent parfaitement cette situation. L’approche environnementale de l’immobilier – la norme HQE – se généralise dans les pratiques, mais sa mise en œuvre reste ambigüe au regard des interactions internes à ce secteur. Face aux difficultés de la rénovation des hébergements de loisir, cette forme d’éco-construction tend à encourager une fuite en avant de constructions neuves et par conséquent, contribue à terme à l’installation de friches touristiques en altitude. De même, dans le domaine des transports, la thématique de la « mobilité douce » développée par les « Alpine Pearls » révèle un certain nombre de limites. En pratique, historiquement, la conception urbanistique et architecturale de certaines stations ne facilite pas aujourd’hui la concrétisation de modes de déplacement respectueux de l’environnement. Concernant l’accessibilité à la station, la mise en place de modes de déplacements plus doux et collectifs, reste souvent entravée par la dépendance à un réseau d’infrastructures de niveau supra-territorial dont l’aménagement est décidé en fonction d’usages autres que la seule activité touristique.

12Une originalité des initiatives des stations en montagne réside dans l’invention ou l’adaptation de dispositions favorables au développement durable au cas particulier de l’exploitation des domaines skiables et de leur gestion, élément clef, symbolique et constitutif de la station de sports d’hiver. La diffusion de ces démarches reste aujourd’hui la question principale et ce, à différents points de vue. La méthodologie d’audit environnemental proposée par la fondation Pro natura – Pro ski ne connaît qu’un seul cas d’application dans le contexte des stations françaises. De son côté, l’approche mise en place par la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes pour la protection de la nature), en termes d’empreinte écologique, si elle fait montre d’une certaine rigueur scientifique, pose cependant question quant à son appropriation locale (Fabre, 2008). La maîtrise technique requise limite la transférabilité d’un tel outil et induit donc une suspicion de biais. Enfin, la généralisation de la démarche ISO 14001, défendue par les gestionnaires de remontées mécaniques, apparaît a priori comme l’approche la plus diffusable au sein d’un territoire. Elle connaît cependant deux limites principales. D’une part, la mise en place d’un Système de management environnemental (SME) permet surtout de traiter les externalités d’une activité de gestion mais s’avère peu contraignante dans le domaine de l’aménagement de l’espace et dans l’implantation de nouveaux équipements. D’autre part, l’implication des remontées mécaniques dans les SME, si elle a une portée symbolique indéniable, ne doit pas masquer les capacités contrastées des acteurs à porter un tel dispositif parmi la myriade des indépendants en station.

Des approches globales du développement durable en station

13La diffusion des démarches de DD ainsi que leur coordination constituent des enjeux cruciaux de la durabilité globale des stations. En ce sens, des démarches territoriales émergent ; elles se caractérisent essentiellement par la nature des outils inventés. L’adaptation du bilan carbone de l’ADEME au cas particulier des stations fait ainsi figure de travail original de nature à éclairer globalement les secteurs clefs sur lesquels l’action doit se concentrer. Ce faisant, une telle méthodologie conduit essentiellement à souligner les enjeux globaux du tourisme, déplacement et hébergement, dont les limites ont déjà été soulignées. Pour dépasser les constats, des outils de type « guides d’action » font leur apparition avec pour objectif de sensibiliser les acteurs locaux tout en leur donnant les moyens de concrétiser une inflexion de leurs pratiques productives. Après la rédaction initiale d’un guide, se pose donc la question de son appropriation locale et de l’animation nécessaire pour le faire vivre dans un territoire en lien avec la nécessité de garantir l’actualité de son contenu.

  • 2 Ces démarches pour contribuer à la durabilité du tourisme des stations de montagne restent en grand (...)

14S’il constitue un guide d’une autre nature, l’Eco-guide imaginé par l’association de consommateurs (parfois qualifiés de « consom’acteurs ») Mountain Riders constitue néanmoins une source d’orientation des actions dans une optique d’émulation concurrentielle des stations. En proposant un support commun de comparaison des stations, ce guide implique en effet une échelle normative au risque de limiter la reconnaissance des initiatives originales. Un effet pervers réside alors dans le choix des actions retenues en raison de leur médiatisation plus qu’en fonction de leur impact réel. De plus, la méthode déclarative retenue pour renseigner le guide induit un biais dans l’arbitrage entre l’affichage promotionnel et la réalité des actions signalées. Cette question de l’affichage peut également être posée à la Charte de développement durable des stations de montagne portée par l’ANMSM (Association nationale des maires des stations de montagne) en collaboration étroite avec Mountain Riders. En effet, l’association se trouve alors dans une position d’équilibriste délicate et parfois ambigüe entre, d’un côté, la promotion de la Charte et, de l’autre, son évaluation. L’observation des effets concrets de la Charte appelle dans tous les cas une prise de recul, y compris dans le temps2. Reste que son positionnement est original, d’une part, par l’intervention de l’autorité organisatrice des sports d’hiver, forte de sa légitimité élective et d’autre part, par l’allocation systématique de moyens à travers la création d’un poste de coordinateur des actions en faveur de la durabilité.

Dimensions socio-économiques du développement durable en stations

15Comme le montrent les procédures présentées, le contexte du DD converge avec celui de la diversification de l’offre. Ce mouvement contribue à élargir le spectre des parties prenantes, en complément des seuls acteurs de la filière neige / ski alpin et des producteurs classiques, directement liés à l’exploitation de la station (hébergeurs / restaurateurs). Une des tendances actuellement à l’œuvre pour dépasser le modèle fordiste, ayant présidé à la conception des stations, consiste à les appréhender dans un contexte territorial élargi. La dimension économique du DD, le renouvellement du modèle originel, rejoignent ici les piliers environnemental et social en participant à la répartition des pressions sur l’environnement et en encourageant la diffusion des flux et revenus touristiques sur un territoire plus large. Notons d’ailleurs que cette orientation fait également écho à une tendance du marché touristique avec la multiplication des loisirs à la journée plutôt que la pratique d’une mono-activité. Cette seconde partie s’attachera donc à présenter l’état des lieux social des stations en deux temps : le premier traitant des retombées économiques et sociales et le second de l’accessibilité sociale des stations.

Travailler en station

Quelle place pour la population locale ?

16Dans son discours originel (Guérin, 1984), l’aménagement de la montagne accorde peu de place à la question de la main-d’œuvre : l’activité agricole traditionnelle jugée en faillite, est supposée constituer un réservoir suffisant. La thématique qui émerge est alors celle de la double activité : agriculteur l’été, travailleur en station durant la saison morte qu’est l’hiver. Sur le papier, le développement de la station devait donc s’articuler avec l’agriculture. Néanmoins des critiques précoces vont émerger : Danielle Arnaud (1975) dénonce la faiblesse de la qualification et de la rémunération des emplois occupés par la population locale et Rémy Knafou (1978) décrit l’exploitation des stations par et pour des populations d’origine urbaine.

17C’est seulement avec la station de quatrième génération que l’accent va réellement être mis sur l’emploi local comme fruit légitime de l’exploitation d’un territoire montagnard pour les sports d’hiver. Cette (ré)orientation des formes et du discours de l’intervention publique rejoint les thèmes développés par les mouvements « vivre et travailler au pays » des années 1970-1980. Ces logiques s’illustrent, par exemple, dans le cas du Queyras et de la mise en œuvre d’un contremodèle du Plan neige, celui de l’auto-développement. À l’aune de ce renouvellement dans les modes de développement des stations, le point de vue sur l’emploi en station va dépasser l’opposition traditionnelle entre habitant permanent / temporaire pour privilégier une approche plus complète de l’emploi saisonnier. Si les études dédiées demeurent relativement éparses (Gavini, 1984 ; Matteudi, 1992 ; Perret, 1992), elles mettent toutes en avant les difficultés avec lesquelles les saisonniers doivent composer : précarité, toxicomanie, ou encore difficultés de logement.

Conditions de travail des saisonniers

18Ces constats conduisent progressivement à la recherche de mesures correctrices, initialement portées par les associations et qui bénéficient dorénavant du soutien des services de l’État et des collectivités locales. L’ouverture de « guichets uniques » et de maisons des saisonniers constitue à la fois une source d’information générale relative au droit du travail et une aide concrète dans la résolution des difficultés particulières que rencontrent les travailleurs saisonniers locaux. Le bilan de ces actions apparaît donc comme globalement positif, mais les évolutions récentes des stations soulèvent de nouvelles interrogations qui restent sans réponse efficace.

19Il en est ainsi de la hausse du coût d’accès au foncier qui condamne une partie de la population active des stations, saisonnière comme permanente, à chercher un logement dans un lieu distinct de celui de son lieu de travail, en fond de vallée ou dans les agglomérations proches (François, Marcelpoil, 2007). Les stations se comportent alors comme des entités urbaines : exclusion des plus précaires à la périphérie et intensification des migrations pendulaires domicile-travail. Cette multiplication des déplacements, parfois à l’origine de l’engorgement de certaines vallées, montre bien l’intrication des piliers social et environnemental, le transport des travailleurs s’ajoutant à celui des touristes. Du point de vue économique, le bon fonctionnement des stations se trouve également fragilisé et dépendant du bon acheminement de la force de travail. En outre, ce phénomène est d’autant plus marquant dans un contexte de montée en gamme de l’offre des stations qui accentue le décalage entre les loisirs des uns et la précarité des autres.

20S’agissant de la hausse du prix du foncier et de l’immobilier, la moyenne montagne constitue un cas particulier. L’implantation des sports d’hiver y a pris, en effet, une forme particulière (François, 2007). Plus qu’ailleurs, l’objectif central est celui du maintien de la population locale. Il est aujourd’hui remis en cause par les tensions sur le marché du logement. En effet, avec le développement des nouvelles résidentialités en milieu rural, la structure diversifiée des hébergements en moyenne montagne touristique se révèle d’autant plus attractive que le tourisme a contribué au développement et/ou au maintien de services à la population. De facto, la conversion de lits touristiques en résidences permanentes contribue à une modification profonde des relations économiques entre le territoire et la station ; tendance renforcée par la croissance des pratiques excursionnistes qui limite l’ancrage territorial de l’activité ski.

21En définitive, en altitude comme en moyenne montagne, les travailleurs saisonniers apparaissent comme une population vulnérable. Dans le contexte concurrentiel du marché touristique, le risque est grand de voir leur statut de variable d’ajustement se renforcer. Il s’agit de trouver un équilibre entre la sécurisation du parcours des saisonniers et l’activité des entreprises qui les emploient, notamment par rapport à la flexibilité des emplois au regard des conditions d’exploitation des domaines skiables. Ne soulève-t-on pas ainsi la concurrence entre piliers social et environnemental du développement durable ? Enfin, la maîtrise des coûts associée à une montée en gamme de l’offre peut, comme c’est le cas dans les complexes luxueux qui se développent en Europe de l’Est, reposer sur la masse salariale.

Le public des stations

Évolution de l’offre et des objectifs des stations

  • 3 Source : ODIT, www.odit-france.fr ; il s’agit du taux de départs des français aux sports d’hiver av (...)

22La montée en gamme de l’offre des stations constitue également une remise en cause d’un pilier fondateur de la construction des stations : la démocratisation. Dans le contexte de l’Après-guerre et en continuité avec l’idéal social de la Résistance, la décision d’aménager Courchevel par le département de la Savoie reposait ainsi pour partie sur ce dessein. Par la suite, le Plan neige s’est emparé du discours relatif à la massification, pour le reprendre à son compte et soutenir la reproduction systématique du modèle des stations intégrées. La croissance réelle de la fréquentation touristique par rapport à celle escomptée constitue également un élément clef du discours critique des années 1970. Dès l’origine, les prévisions de croissance apparaissent exagérées, leur origine relevant plus du mythe des sports d’hiver que d’un réel exercice prospectif. Aujourd’hui, la DEATM confirme une stagnation de la fréquentation française en stations autour de 7,1 % de la population et pose le problème du renouvellement de cette clientèle3.

23Face à cette stagnation, une des voies explorées consiste à concentrer les attentions sur un segment de marché plus rentable : si la clientèle est peu nombreuse, l’objectif est de maximiser ses dépenses. En outre, la montée en gamme des hébergements apparaît comme une sortie par le haut des problèmes apparemment insolubles posés par le vieillissement de l’immobilier des stations. Comme évoqué plus haut, l’allégation environnementale en accompagnant ces nouvelles constructions n’est pas sans ambigüités. La recherche d’une clientèle de haut standing soulève de nouvelles questions quant à la durabilité de ces trajectoires de développement. L’impact social immédiat avec l’éviction des clientèles les plus populaires ne doit pas masquer les conséquences du point de vue environnemental. En effet, en complément des critères traditionnels des hébergements tels que leur surface et leur confort, des services complémentaires sont associés à l’offre de logement : salons de massage, spas, saunas, hammams, piscines ou centres aqualudiques sont autant d’éléments de la gamme « bien-être et détente » qui fleurit dans les stations et induit une pression supplémentaire sur les ressources naturelles, notamment l’eau et l’énergie. De plus, la gestion commerciale stricte impliquée par la vente de cette offre complexe n’hésite pas à se tourner vers les marchés internationaux contribuant ainsi à la croissance du trafic, notamment aérien, et donc aux émissions de gaz à effet de serre dénoncées par ailleurs. Ainsi, si cette évolution est peu compatible avec l’objectif d’ouverture sociale des stations, elle questionne également le pilier environnemental de la durabilité.

Nouvelles formes d’ouvertures

24Paradoxalement, la recherche de nouvelles marges de manœuvre et de nouveaux réservoirs de clientèles passe également par un discours centré sur les catégories de population identifiées comme défavorisées. Leur accueil suppose alors bien souvent le concours apporté par les pouvoirs publics, notamment pour subventionner les dispositifs ad hoc. Les « jeunes » en particulier prennent une place importante : ils constituent « la clientèle de demain ». Dans ce sens, il s’agit de les sensibiliser et de les former à la pratique du ski dès à présent. Les efforts à consentir pour atteindre ce but sont de fait importants en lien avec la cherté du produit ski, notamment pour les débutants (hébergement, équipement, cours, etc.). Le second type de population faisant l’objet d’une attention particulière est celle des personnes en situation de handicap nécessitant une offre « adaptée ». Dans une démarche originale, le Comité départemental du tourisme de la Savoie propose une approche globale de la qualité d’accueil et du confort d’usage en station en défendant une approche du « confort pour tous ». Cette conception élargie des aménagements adaptés rend alors nécessaires alors de nouveaux équipements ou de nouvelles formes de labellisation et justifie, eu égard à la population considérée, une intervention des pouvoir publics.

25L’ouverture aux « jeunes » présente, quant à elle, un panel d’actions plus large, avec deux axes principaux : l’accueil des groupes de scolaires et la création d’une offre dédiée à ce segment de clientèle. Dans le premier cas, si la dimension sociale est évidente, une série d’interrogations est soulevée par l’ancienneté de structures d’accueil collectif qui n’ont pas toujours suivi l’évolution des règles sanitaires et de sécurité. La réhabilitation repose actuellement essentiellement sur des subventions ponctuelles de l’État et des Régions. Malgré cela, la croissance de cette forme de fréquentation doit également composer avec un contexte réglementaire lourd pesant sur l’encadrement des groupes, rendu encore plus difficile dans des activités sportives qui sont d’autant plus risquées qu’elles se déroulent dans le milieu montagnard. La deuxième option favorisant l’accueil des publics jeunes est celle du déploiement d’une offre de « nouvelles glisses », contribuant par ailleurs à la restructuration du domaine skiable. Cette tendance met l’accent sur le loisir pratiqué plus que sur le séjour et s’inscrit dans la tendance au fractionnement, voire à l’excursionisme, qui implique une croissance des déplacements. De ce point de vue, l’accueil des jeunes est un moyen d’atténuer les fortes variations de fréquentation. La mise en place de politiques tarifaires adaptées, aussi attractives soient-elles, ne répond pas réellement à des préoccupations d’ordre social.

Conclusion : les stations dépassées par les antagonismes de la durabilité ?

26En France comme dans la plupart des destinations touristiques européennes, la diversité des pratiques de durabilité en stations est de mise. Ce faisant, le mot d’ordre est l’invention et l’expérimentation de nouveaux outils et moyens promouvant la durabilité du tourisme. Cependant, la variété des pratiques de durabilité touristique en stations appelle quelques questionnements. Une des interrogations s’inscrit dans le caractère pluridimensionnel du DD et l’interaction entre les différentes sphères d’action. Les expériences de durabilité mettent souvent l’accent sur un aspect du DD plutôt qu’un autre, voire au détriment des autres piliers de la durabilité. Ici c’est la protection de l’environnement qui est privilégiée tandis que là, l’impact social du développement touristique est en jeu. Or, apprécier l’évolution du modèle touristique implique d’en saisir les diverses dimensions et surtout leurs interrelations. En effet, une attention marquée pour la protection environnementale, se traduisant par exemple par un arrêt d’équipements, peut avoir des conséquences négatives sur le plan social (emploi saisonnier). Que deviennent alors les effets d’entraînement des économies locales qui avaient présidé à l’orientation des politiques d’aménagement du territoire au profit des stations de sports d’hiver ? Si la rationalisation des équipements peut concourir au bon fonctionnement économique des stations et converger avec des objectifs de préservation de l’environnement, l’enjeu des retombées locales et de la diffusion du développement demeure particulièrement sensible. Et ce, d’autant plus que les relations entre stations et vallées se sont récemment matérialisées par la ressource de la main-d’œuvre et sa migration en périphérie des stations mais impliquent plus largement l’ensemble des ressources naturelles et socioéconomiques.

27Au-delà d’un bilan ponctuel, et dans une optique d’aide à la décision, le caractère pluridimensionnel du DD questionne l’évaluation des initiatives et autres expériences développées en stations. Comment les apprécier ? Et avec quel degré de diffusion ? Cet objectif d’appréciation porte sur plusieurs niveaux. Il s’agit tout d’abord de comprendre comment l’engagement dans une démarche de labellisation, de certification pour une destination est perçue et ressentie par la clientèle dans un premier temps mais également, et de manière reliée, par les prestataires touristiques et les collectivités territoriales.

28S’agissant des opérateurs, en distinguant notamment gestionnaires de remontées mécaniques et hébergeurs, l’analyse de leurs pratiques et de leurs logiques permettrait de discriminer les destinations touristiques, sur la base de nouveaux critères. L’appréciation de la durabilité vise donc à la conception d’un panel de critères de suivi-évaluation des destinations touristiques ; des critères à construire mais surtout à partager pour en asseoir la légitimité. En pratique, les arbitrages entre intérêts divergents qu’impose le DD appellent nécessairement l’intervention des acteurs et des politiques publiques. Toutefois, ce rôle d’arbitre apparaît délicat à assumer dans un jeu d’acteurs asymétrique où tous n’ont pas la même capacité d’action, notamment en termes financiers. Autant d’aspects qui constituent des axes de recherche pour l’avenir des stations de sports d’hiver.

Bibliographie

Agrawala S., 2007, « Les Alpes : localisation, économie et climat », in Agrawala S. (éd), Changements climatiques dans les Alpes européennes. Adapter le tourisme d'hiver et la gestion des risques naturels, Paris, Les éditions de l'OCDE, p. 17-24.

Arnaud D., 1975, La neige empoisonnée, Paris, Éditions Alain Moreau.

Broggio C., 2002, « La politique de la montagne en France. Représentations, discours et montagne », Hérodote, 107 (4), p. 147-158.

Bürki R., Elsasser H. et Abegg B., 2003, « Climate change – Impacts on the tourism industry in Mountain areas », 1st International Conference on Climate Change and Tourism, 9-11 avril, Djerba
http://www.world-tourism.org/sustainable/climate/pres/rolf-buerki.pdf.

Fabre C., 2008, Le développement durable en station : utopie ou réalité ?, Mémoire de master 2 spécialité professionnelle Aménagement et développement rural, Master Sciences des sociétés et de leur environnement mention Études rurales, sous la dir. de C. Aschan, A. Mignotte, Université Lumière – Lyon 2, Lyon.

François H., 2007, De la station ressource pour le territoire au territoire ressource pour la station. Le cas des stations de moyenne montagne périurbaines de Grenoble, Thèse de doctorat, Sciences du territoire, sous la dir. de B. Pecqueur, E. Marcelpoil, Université Joseph Fourier, UME PACTE – Territoires, IGA, CEMAGREF Grenoble, UR DTM, Grenoble.

François H. et Marcelpoil E., 2007, « Mutations touristiques, mutations foncières : vers un renouvellement des formes d'ancrage territorial des stations », in Vles V. ; Clarimont S. (éds), Tourisme durable en montagne : entre discours et pratiques, Paris, Éditions AFNOR, p. 103-119.

Gavini S., 1984, Les jeunes de Tarentaise dans le système d'emploi : flux d'insertion et typologie d'établissements, Thèse de 3e cycle, Faculté de sciences économiques, Université des sciences sociales, Grenoble.

Guérin J.-P., 1984, L'aménagement de la montagne – politiques, discours et productions d'espaces, Gap, Éditions Ophrys.

Knafou R., 1978, Les stations intégrées de sports d'hiver des Alpes françaises, Paris, Masson.

Lorit J.-F., 1991, Enquête sur les difficultés des stations de sports d'hiver, Rapport pour le ministère de l’Intérieur, Paris.

Matteudi E., 1992, L'enfance de la montagne. Structures familiales, capacité d'entreprendre et développement touristique, Thèse de doctorat, Institut d'urbanisme de Grenoble, Université Pierre Mendès-France, Grenoble.

Marcelpoil E., Langlois L., 2006, « Protection de l'environnement et développement touristique en station : du conflit à l'organisation des proximités », Revue Développement durable et territoires, [En ligne], Dossier 7 : Proximité et environnement, mis en ligne le 18 mai 2006, URL :
http://developpementdurable.revues.org/index2660.html

Mauz I., 2005, Histoire et mémoires du parc national de la Vanoise. Trois générations racontent, Grenoble, Revue de géographie alpine, coll. Ascendances ».

Perret J., 1992, Le développement touristique local – Les stations de sport d'hiver, Économie du développement, sous la dir. de Courlet C., Université Pierre Mendès-France, Grenoble 2.

Notes

1 Ces séminaires tenus en mars 2009 ont été organisés par le CEMAGREF de Grenoble en partenariat avec l’Université Pierre Mendès France (laboratoire CREPPEM) avec le soutien de la Région Rhône-Alpes. Pour plus d’informations sur le déroulement et le contenu du séminaire, le lecteur peut se reporter au site internet http://stations-durables.msh-alpes.fr

2 Ces démarches pour contribuer à la durabilité du tourisme des stations de montagne restent en grande partie à construire comme en témoigne l’instabilité du jeu des acteurs impliqués. Ainsi, entre le déroulement du cycle de séminaires et la finalisation de ce chapitre, la CIPRA, association de promotion de la Convention alpine, s’est désolidarisée du collectif réuni au sein du CNSAC, Conseil national de surveillance de l’application de la Charte, suite à l’opposition à la Directive territoriale d’aménagement (DTA) Alpes du Nord revendiquée par l’ANMSM (motion ANMSM du 30/10/2009 et lettre ouverte de la CIPRA du 06/10/2009).

3 Source : ODIT, www.odit-france.fr ; il s’agit du taux de départs des français aux sports d’hiver avec ou sans pratique de ski. Enquête SDT, 2006/2007.

Auteurs

Ingénieur de recherche, Docteur en aménagement du territoire, Cemagref Grenoble hugues.francois@gmail.com

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540