Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie III. Enjeux territoriaux

Chapitre 14. La ville durable

Cyria Emelianoff

Texte intégral

1L’appropriation du développement durable (DD) par les collectivités territoriales est un des résultats les plus manifestes de « l’après-Rio ». Le terme de ville durable – sustainable city – désigne un horizon politique, un référentiel pour l’action publique, tandis que l’expression de développement urbain durable renvoie au processus d’internalisation du DD dans l’urbanisme, selon des modalités plus professionnelles que politiques. En l’espace de quinze ans, le DD a redéfini les politiques urbaines en Europe. D’abord portée par un cercle d’acteurs restreint, la notion est devenue le principal référentiel des politiques publiques d’aménagement et d’urbanisme (Wachter, 2003).

2Parallèlement à une phase d’expérimentation toujours ouverte, on observe une réorientation des principes de l’urbanisme. Un tournant urbanistique s’opère, en prise avec les tendances « lourdes » des évolutions urbaines (Emelianoff, 2007). Le caractère inédit de la problématique de la ville durable tient à une articulation scalaire qui la distingue des approches de l’écologie urbaine : l’intergénérationnel, mais surtout les problèmes d’environnement global, redimensionnant les solidarités, se sont imposés. Ce qui n’interdit pas un certain nombre de filiations avec des courants de pensée antérieurs.

La genèse de la problématique

  • 1 Avec les travaux fondateurs de Wolman (1965) sur le métabolisme urbain et de Stoddart (1968) sur l’ (...)

3L’apparition du terme de ville durable doit être distinguée de la construction de la problématique, plus tardive, qui fera évoluer son sens initial. Une des premières occurrences du terme peut être trouvée en 1988 dans le programme de recherche Man And Biosphere de l'Unesco (L’Homme et la Biosphère). Deux ans auparavant, un ouvrage de Sim Van der Ryn et Peter Calthorpe (1986) se consacre aux « communautés durables », avant que le DD ne soit défini et publicisé par le rapport Brundtland. Ces premières approches s’inscrivent dans le droit fil de l’écosystémique urbaine née au milieu des années 19601, des mouvements pour la décentralisation, de la contre-culture américaine et d’un idéal d’autosuffisance. Écosystème et autonomie se conjuguent pour dessiner un avenir urbain dont les acteurs locaux reprendraient les commandes. Ces premières acceptions forment un socle de revendications assez stables pour la ville durable (Girardet, 1992 ; CE, 1996), réactualisées par la crise climatique.

4L’écologie urbaine des années 1960-1970 n’est pas la seule racine de la ville durable. Des travaux plus anciens, en particulier ceux de l’urbaniste Patrick Geddes au début du XXe siècle (1915), en partie poursuivis par Lewis Mumford, avaient largement ouvert la voie à cette reconceptualisation de la ville.

  • 2 L’empreinte écologique est une mesure estimée de la surface nécessaire à la production des biens co (...)

Encadré 14.1. : Les premières définitions de la ville durable
On peut considérer qu'une des premières approches de la ville durable, avant que le terme ne soit établi, porte sur la ville « autosuffisante ». Elle est défendue par David Morris (1982), pour qui le développement autosuffisant (self-reliance) est un développement qui stimule la capacité à satisfaire localement les besoins fondamentaux.
La ville durable est ensuite définie comme une ville qui n'exporte pas ses coûts de développement (Mitlin, Satterthwaite, 1994) : « Une ville qui réussit sur le plan du développement durable est une ville dont les nombreux et divers objectifs des habitants et des entreprises sont atteints sans que le coût en soit supporté par d'autres personnes ou d'autres régions. »
Une autre formulation de la même idée s'attache à la ville qui respecte les capacités de charge de son hinterland, qui diminue son empreinte écologique, terme que l’on doit aux deux auteurs William Rees et Mathias Wackernagel2.
Graham Haughton et Colin Hunter soulignent également la dimension multiscalaire de la problématique (1994, p 27) : « Une ville durable est une ville dans laquelle les habitants et les activités économiques s'efforcent continuellement d'améliorer leur environnement naturel, bâti et culturel au niveau du voisinage et au niveau régional, tout en travaillant de manière à défendre toujours l'objectif d'un développement durable global. »
On peut aussi, et plus concrètement, désigner une ville durable par ses attributs, par ce qui caractérise les politiques de DD urbain. Ainsi, pour Francis Beaucire (1994), une ville durable est une ville compacte et fonctionnellement mixte, qui offre une qualité et une diversité de vie.
La définition modeste du premier rapport européen sur les villes durables (CE, 1994) met, quant à elle, l’accent sur l’aspect dynamique et évolutif de cette notion, sans préjuger des contenus : « Une ville durable, c’est une ville qui se met en marche vers un développement durable. »
Un peu plus récemment, les travaux d’économistes urbains insistent sur l’ouverture des systèmes urbains, le dynamisme des échanges économiques spécifique aux villes, et la nécessaire intégration des différentes dimensions du DD dans le cadre urbain.
Pour Roberto Camagni et Maria Cristina Gibelli (1997), cette intégration peut être effectuée en combinant les principes d'efficacité allocative de long terme, permettant au marché d'intégrer les coûts sociaux et les coûts à long terme, d'efficacité distributive, garantissant à chacun un bien-être minimal et des chances d'évolution, et d'équité environnementale, permettant à tout citadin de bénéficier d'un environnement préservé.

5Ces premières définitions montrent l’articulation d’échelles spatio-temporelles constitutive de la problématique de la ville durable. Les mobilisations des villes confirmeront ce trait saillant : la durabilité locale se définit par la prise en compte de nouveaux enjeux globaux, climat en tête, qu’il s’agit d’apparier avec un développement territorial. La complexité mais aussi l’originalité des politiques de développement urbain durable réside dans l’appariement des échelles. En conséquence, les approches qui tendent à assimiler la problématique de la ville durable à celle de la qualité de vie en ville induisent un contresens, rabattant la notion sur une question plus ancienne, certes importante, mais qui n’a pas eu besoin de la durabilité pour se déployer. La globalisation a rendu l’environnement terrestre et l’environnement urbain interdépendants. Les coûts exportés sur la vie ou la qualité de vie des « autres », dans l’espace et le temps, sont bien au centre du défi d’une durabilité urbaine.

6L’horizon commun d’une planète fragilisée n’impose pas de voie ou de modèle d’action prédéfinis. D’une part, la problématique de la ville durable est toujours relative à des contextes historiques et géographiques, ce qui rend peu comparables, par exemple, les politiques conduites dans les villes des « nords » et des « suds ». Ces politiques intègrent des variables écologiques et culturelles qui les rendent a priori plus sensibles aux lieux et aux milieux que ne l’a été l’urbanisme moderne. D’autre part, la vision de la ville durable n’est pas monolithique : les enjeux, les pressions, les militances, les conflits d’acteurs entraînent une diversité d’acceptions, de positionnements, d'expériences et de pratiques. Cette diversité révèle aussi des flottements sur les contenus à donner à cette notion, qui conduit à une gamme assez large d’appropriations. Le référentiel de la ville durable s’impose donc tout en gardant du « jeu ».

7Certains spécialistes de la ville durable, comme Graham Haughton, ont reconnu assez tôt l’existence d’une pluralité d’approches, aux contenus politiques différents. L’auteur distingue quatre figures limites, qui peuvent s’hybrider, mettant en jeu des relations différentes entre les villes et leurs hinterlands : la ville auto-suffisante, incarnant une écologie politique, la région urbaine compacte, credo des planificateurs, la ville inscrite dans des marchés à polluer, prônée par les économistes, la ville équitable vis-à-vis de ses prélèvements et rejets, soucieuse de justice environnementale (Haughton, 1997). Le pragmatisme inhérent au DD tend à considérer ces approches comme complémentaires, alors qu’elles sont souvent contradictoires.

8Un autre trait constitutif de la problématique est la remise en question de la vision hygiéniste et fonctionnaliste héritée de l’urbanisme moderne. En 1990, le Livre vert sur l’environnement urbain publié par la Commission européenne, qui ouvre la voie à la campagne européenne des villes durables, formule un diagnostic sans concession : la structuration des villes par l’urbanisme moderne (fonctionnalisme, zonage, table rase) est à l’origine de dysfonctionnements qui obligent à reconsidérer les principes mêmes de l’urbanisme ; la faible qualité de l’environnement urbain, environnement quotidien des trois-quarts des Européens, est un point aveugle des politiques urbaines ; inversement, les politiques environnementales portent sur les espaces naturels et ruraux, peu habités, l’urbain est un délaissé. Ce texte est le fruit d’une consultation assez large d’architectes et urbanistes européens.

9La problématique de la ville durable porte donc à la fois une pensée critique, qui souligne l’inadaptation des villes à des fonctionnements écologiques locaux et globaux, et une pensée pragmatique qui mise sur l’action, l’expérimentation et la confrontation d’expériences, plutôt que sur l’application d’un modèle théorique. Les remises en question concernent non seulement la modernité et le fonctionnalisme, mais aussi le pouvoir des experts, l'autorité de chefs de file ayant vocation à produire le « bon » savoir sur l’urbain. La ville durable ne construit pas une nouvelle idéologie, elle réinscrit les pratiques urbanistiques dans la matérialité et l’historicité des milieux, à différentes échelles, en entérinant plutôt la « fin des certitudes » chère à Ilya Prigogine et Isabelle Stengers. Les réalisations et échecs, les retours d’expériences, la confrontation des questionnements et des pratiques vont donner corps au fil des années à un référentiel dont les enjeux initiaux sont clairs mais les réponses largement inconnues.

La campagne européenne des villes durables

  • 3 Initialement baptisée « Conseil international pour les initiatives environnementales locales », l’a (...)

10L’année 1990 est une année charnière, dans un contexte de préparation du Sommet de Rio. Le programme Cités durables est initié par Habitat et le PNUE pour les villes du sud. Une association internationale de collectivités, ICLEI3, est fondée à l’issue du « Congrès mondial des collectivités locales pour un avenir durable », organisé avec le soutien de l’ONU à New York. Dès 1991, ICLEI lance deux initiatives qui vont connaître un retentissement important : la « campagne des villes pour la protection du climat » et le « programme des communautés modèles pour la mise en œuvre d'Agendas 21 locaux ». L’association s'appuie sur quelques villes pilotes pour mettre au point les premiers « Agendas 21 locaux » et « plans de réduction du CO2 urbain ». Une fois la méthodologie définie, elle élargit ses programmes, démarche et accompagne les collectivités volontaires, en entraînant des centaines de collectivités dans ces programmes expérimentaux. ICLEI coordonne aussi la campagne européenne des villes durables, aux côtés de réseaux de collectivités plus anciens qui investissent progressivement le champ de la durabilité.

11Le Livre vert sur l’environnement urbain cristallise une prise de conscience, qui marque le point de départ d’une politique européenne en faveur du développement urbain durable. Une campagne des villes durables est lancée à sa suite, qui s’ouvre lors de la conférence d’Aalborg, en 1994, afin d’encourager la mise en réseau et les échanges d’expériences. En effet, les politiques urbaines relèvent de la responsabilité des États ; la subsidiarité prévaut. La Commission européenne ne peut pas définir une approche réglementaire. Les villes sont alors mises à contribution pour donner corps à un développement urbain durable, d’une manière décentralisée. La campagne et les réseaux de villes qui la constituent fédèrent les initiatives, les accompagnent et les stimulent.

  • 4 Un texte élaboré durant la conférence d’Aalborg, ratifié en conseil municipal par les villes qui ad (...)
  • 5 http://www.aalborgplus10.dk
  • 6 Voir le chapitre 39 de Jean-Christophe Lipovac.

12Cette campagne, ponctuée par de grandes conférences rassemblant les villes membres, connaît un succès inattendu. L’appel de la Charte d’Aalborg4, puis des Engagements d’Aalborg5 dix ans après, rencontre un écho assez large. 2 500 collectivités ont rejoint la campagne des villes durables. Deux raisons principales expliquent ce mouvement. Les acteurs environnementalistes locaux, bien représentés au sein des services municipaux de l’environnement, tentent depuis des années d’infléchir les politiques urbaines de manière plus ou moins isolée. Ils investissent la campagne européenne pour diffuser et légitimer leurs idées, les faire exister à une autre échelle et débloquer les politiques locales. La mise en valeur des « bonnes pratiques »6 et le prix européen de la ville durable ne sont pas seulement des instruments d’émulation, ils donnent une reconnaissance à des acteurs impliqués dans un travail souvent conflictuel à l’échelle locale. D’autres acteurs locaux sont plus opportunistes, mais montrent une certaine curiosité pour ces nouvelles approches. Ensuite, l’assentiment plus large des équipes politiques est en général obtenu car les villes cherchent à se positionner sur la scène européenne. La métropolisation et la globalisation ont fait de la qualité de vie et du DD un socle d’attractivité et de concurrence, l’urbanisme comme la communication servant le marketing territorial (Jouve, Lefèvre, 2004).

Les difficultés rencontrées

13Les années 2000 connaissent à la fois une large diffusion de la notion de ville durable et une tension de plus en plus manifeste entre fuite en avant technologique et remises en question d’un modèle de développement. Le contexte diffère de celui qui voit l’essor de la durabilité urbaine, dans la précédente décennie marquée par la fin de la guerre froide, le Sommet de Rio, l’unification et la construction européennes. L’emprise de la globalisation a fait de l’environnement un levier de performance et de compétitivité économiques, puis de renouvellement de la croissance (croissance verte). Cette tension est aujourd’hui constitutive du tournant urbanistique à l’œuvre.

14Les nouvelles perspectives qui se dessinent – la ville écologique, bioclimatique, la sortie des énergies fossiles – se heurtent frontalement aux évolutions tendancielles. Les confrontations sont vives entre les anciens cadres d’analyse et de représentation, et l’urgence de la réduction des gaz à effet de serre, les aspirations au bien-être environnemental, les besoins d’élargissement et de redimensionnement des échelles de solidarité. L’inadaptation des cadres réglementaires, politiques et fiscaux au DD rend particulièrement difficile sa mise en œuvre. D’autant que ses bénéfices sont insuffisamment évalués et mis en regard des coûts, ce qui ne facilite pas les bifurcations.

15Les politiques de DD ayant repositionné les trajectoires de développement des villes restent donc assez rares. Elles reposent sur l’engagement et la volonté souvent opiniâtre d’un petit nombre d’acteurs, qui ont assumé une prise de risque et su créer un jeu d’alliances pour dépasser en partie les obstacles qui se présentaient : en Europe du nord comme en France, même si les contextes politiques et culturels facilitent plus ou moins le travail. Quelques villes ont obtenu des résultats structurants, en réduisant leurs émissions de CO2 de plus de 25 % en dix ans (Växjö, Stockholm) ou en construisant des quartiers dont l’alimentation énergétique repose sur les énergies renouvelables (Malmö). Mais la plupart des villes rattachées à la campagne européenne ne peuvent faire état que d’avancées partielles, voire fragmentaires, ne parvenant pas à mettre en cohérence leurs politiques, ce qui nécessite à la fois un portage politique fort et une capacité à travailler de manière transversale. La durabilité est dans tous les cas un processus d’apprentissage assez long, qui s’apprécie par les dynamiques enclenchées plutôt que par des résultats qui ne sont pas immédiats.

Les registres d’action

16Si l’on tente un bilan de ce qui a été réalisé concrètement depuis une dizaine d’années, on peut identifier quatre registres d’action où des avancées ont été sensibles : les politiques climatiques, l’éco-construction, les Agendas 21 locaux, et enfin la mobilité « durable » et la planification, domaine d’intervention le plus complexe. Ces différentes entrées ne couvrent pas le champ du développement urbain durable, qui comporte aussi des angles morts en matière de politiques publiques.

  • 7 Les villes européennes qui signent la Convention (700 en octobre 2009) s’engagent à appliquer les « (...)

17Le climat est, dès l’origine, un des principaux enjeux des politiques de développement urbain durable. Les plans de réduction du CO2 urbain et la « Campagne des villes pour la protection du climat » lancée par ICLEI en 1993 enclenchent un début de prise de conscience. 150 villes y participent trois ans plus tard, dont une soixantaine en Europe. Ces initiatives sont relayées en Europe par deux associations, l’Alliance Climat (Francfort) et Énergie-Cités (Besançon), qui accompagnent le travail des collectivités. Une première vague de Plans Climat voit le jour. La deuxième vague (France, Italie, Espagne…), dix ans plus tard, est consécutive à la ratification du Protocole de Kyoto en 2005. La décision de l’Union européenne, en mars 2007, de réduire par un facteur 4 les émissions de CO2 d’ici 2050, redonne de la vigueur aux politiques locales amorcées au cours de la décennie 1990, par le biais notamment de la Convention des maires7.

18Les villes les plus actives dans cette démarche ont souvent connu des luttes antinucléaires, ravivées notamment en Allemagne par la catastrophe de Tchernobyl. Quelques-unes, comme celles du réseau des villes climatiques suédoises, ont l’ambition de sortir des énergies fossiles à l’horizon 2050, sur la base d’une transition vers la bioénergie pour les réseaux de chaleur, les transports collectifs et individuels. Dans l’ensemble, cependant, les plans de réduction du CO2 urbain n’ont pas tenu leurs promesses, sauf pour quelques collectivités pilotes. Il s’avère extrêmement difficile de diminuer de 25 % les émissions de CO2 en dix ans (l’objectif initial), alors que les consommations d’énergie augmentent (décohabitation, taille des logements, climatisation et électrification des biens domestiques, hausse des mobilités et des kilomètres parcourus, etc.). En revanche, la question du climat a été inscrite sur l’agenda politique local.

19Un deuxième registre d’action concerne l’éco-construction. Plusieurs métropoles, à commencer par celles du comité de pilotage de la campagne européenne des villes durables, ont édifié des quartiers durables dans la deuxième moitié des années 1990. Ces quartiers réunissent quelques milliers de logements, des emplois, commerces, services, espaces culturels et récréatifs. Les villes nord-européennes en offrent les exemples les plus aboutis. Les préoccupations environnementales prédominent, comme à Stockholm ou Malmö. La plupart des réalisations intègrent cependant des exigences sociales telles que la mixité. Une diffusion s’opère à partir de ces premières opérations, très visitées. Les villes françaises projettent depuis quelques années des écoquartiers moins ambitieux sur un plan environnemental, mais en réaffirmant des objectifs de mixité sociale.

20Ces quartiers sont à l’origine d’avancées indéniables. Sur un plan énergétique, ils s’affranchissent totalement ou en partie des énergies fossiles pour le secteur du bâtiment. À partir de ces expériences, certaines villes ont pu adopter des standards de basse consommation énergétique sur l’ensemble des terrains municipaux. Fribourg, Hanovre ou Heidelberg ont défini une réglementation thermique d’un tiers plus exigeante que la réglementation allemande, avant d’essayer de généraliser l’habitat passif pour les bâtiments neufs, en commençant à réhabiliter parallèlement des quartiers d’habitat social.

21Ces opérations montrent aussi que la densité peut être écologique, qu’elle n’est incompatible ni avec une renaturation intense, ni avec l’habitat en maison individuelle et petits collectifs. Les jardins et surfaces en herbe, perméables, se substituent aux emprises habituellement dédiées à l’automobile, dévoreuse d’espace. L’urbanisme végétal répond à deux enjeux importants : retrouver une qualité sensible et un rapport de proximité à la nature, un bien-être environnemental en milieu dense ; aménager une ville bioclimatique, adaptée au changement climatique (réduction de l’îlot de chaleur, rechargement des nappes, lutte contre les inondations).

22Une troisième avancée visible dans le paysage du développement urbain durable concerne les Agendas 21 locaux, qui sont souvent des instruments de sensibilisation, de débat public, d’acculturation au DD, avant que le relais ne soit pris par les politiques sectorielles ou stratégiques. Le chapitre 36 en montre cependant la diversité.

23Le dernier domaine où il est possible de discerner quelques avancées est celui de la mobilité et de la planification. Un certain nombre d’auteurs se sont intéressés à la ville durable par le biais de ses formes construites. Les Australiens Peter Newman et Jeffrey Kenworthy (1989), après avoir forgé le concept de dépendance automobile et établi une corrélation générale entre densité urbaine et consommation de pétrole, recommandent des morphologies urbaines « compactes » et polycentriques, susceptibles de réduire les besoins énergétiques. Cette corrélation est aussitôt discutée et contestée (Breheny, 1992), le débat étant depuis resté ouvert, en raison de la complexité des paramètres à prendre en compte, comme les consommations indirectes d’énergie et donc les modes et niveaux de consommation et de vie. Certains auteurs, comme l’architecte Richard Rogers (1999), mettent plutôt l’accent sur les capacités des villes à se renouveler sur elles-mêmes, une réflexion engagée dès les années 1980 dans la métropole lilloise. D’autres montrent l’intérêt d’une planification écologique, la nature en ville pouvant rendre des services de type écosystémique et freiner l’étalement urbain (Tjallingii, 1995).

24Ce débat a réorienté les objectifs de la planification urbaine, en faveur d’une structuration plus compacte des aires urbanisées. Villes à courtes distances, densification, reconquête des friches, mixité des fonctions, polycentrisme, étoiles ferroviaires, trames vertes, soutiens à l’agriculture périurbaine, corridors de biodiversité : toutes ces politiques ont cherché à canaliser l’urbanisation, sans y parvenir vraiment, ce qui nécessiterait une intervention sur des territoires beaucoup plus larges. En effet, la vie urbaine s’organise à l’échelle de régions entières (Both, 2005). La bi-activité des ménages, la pénurie de logements en zone dense, l’efficacité des transports et surtout la structuration des prix fonciers sont des moteurs puissants pour l’étalement urbain, au-delà même des aires urbaines.

25Si l’on ordonne ces différents champs d’intervention de manière scalaire, on obtient l’encadré ci-après.

26Toutes les collectivités ne jouent pas de manière systématique et emboîtée sur ces quatre registres. Les maires qui ont fait du DD la ligne directrice de leur mandat sont encore des exceptions dans le paysage des villes européennes. D’autre part, ces registres d’action n’épuisent pas la problématique de la ville durable. Il existe aussi des angles morts dans l’action publique, alors même que certaines questions peuvent paraître prioritaires.

Encadré 14.2. : Politiques de développement urbain durable : un emboîtement de démarches
Politiques climatiques (plans de réduction du CO2 urbain, énergies renouvelables, sortie des énergies fossiles) ;
Politiques de mobilité et planification (densification, renouvellement urbain, polycentrisme, trames d’espaces naturels et agricoles) ;
Politiques d'éco-construction et éco-réhabilitation (quartiers durables, standards énergétiques locaux) ;
Agendas 21 locaux : outil d'accompagnement, de sensibilisation, d’inflexion des modes de vie (initiatives d’habitants ou d’acteurs, projets de services).

Les domaines d’inaction

27Le premier domaine ignoré des politiques de développement urbain durable concerne la réduction des inégalités environnementales. La résorption des points noirs, la remise à niveau de territoires déqualifiés sur un plan écologique sont prioritaires si les politiques environnementales veulent être plus équitables, explique Jacques Theys (2002). Ces inégalités ne sont pas reconnues, mesurées, alors qu’on sait que certaines populations sont surexposées aux nuisances et aux risques. Les réticences s’expliquent, car un champ nouveau de responsabilités s’impose aux entreprises et aux pouvoirs publics, avec des coûts dont on ne sait pas comment ils seront assumés.

28Dans le même esprit, la réhabilitation écologique de l’habitat social n’a pas constitué une priorité. Les quartiers de logements sociaux n’offrent pas la « haute qualité de vie » promise aux quartiers durables et les projets d’éco-construction s’intéressent encore peu aux banlieues difficiles. Il reste malaisé de convaincre les bailleurs sociaux, en dépit des bénéfices pour les locataires, de mener des réhabilitations écologiques. L’OPAC de l’Isère ou certains bailleurs de la Région Nord-Pas-de-Calais s’y sont néanmoins lancés.

29Le soutien aux emplois non délocalisables n’oriente pas davantage les stratégies de DD. La création d’emplois tend à être considérée sous deux angles conventionnels : les emplois aidés dans l’économie solidaire ou l’économie publique, comme les postes de coordinateurs d’Agendas 21 locaux, et les emplois dans les éco-technologies et le secteur du bâtiment. Les politiques qui défendent les emplois attachés au territoire concernent des secteurs très spécifiques, comme le petit commerce et l’économie touristique. Il est pourtant possible de repenser l’économie locale et régionale dans une perspective bien plus large. Toute une économie de proximité dérive d’un urbanisme durable : les énergies décentralisées et matériaux locaux, l’éco-ingénierie urbaine, les circuits de recyclage, les transports doux et en commun, l’agriculture locale, l’écologie industrielle, les circuits courts de production/consommation, etc.

30Sur un registre plus politique, les actions de « participation » sont restées plutôt conventionnelles, en particulier en France, restreintes aux cadres prédéfinis par les pouvoirs publics. Qu’en est-il de la reconnaissance des initiatives environnementales prises spontanément par les citadins, associations, acteurs privés ? Comment mettre en mouvement une ville au-delà des cadres techniques qui sont censés la gérer, organiser des synergies ? L’association des citadins à la fabrique de la ville durable est d’autant plus centrale que les modes de vie et de consommation déterminent l’empreinte écologique des villes. Si l’organisation urbaine contraint à des pratiques non durables, les modes de vie deviennent pourtant un lieu d’engagement politique et éthique.

31Le partage plus équitable des ressources et des capacités d’auto-épuration planétaires est aussi en jeu. Ce qui nous conduit à une dernière interrogation, portant sur le passage d’une « haute qualité de vie » à la construction d’un « vivre ensemble sur terre ».

Conclusion

32L’analyse des politiques engagées dans les villes européennes montre la difficulté du tournant urbanistique en jeu. En dépit d’avancées certaines, les démarches de DD sont marquées par un déficit de portage politique, une inhibition politique face aux enjeux. D’autre part, les cadres économiques mettent sous tension ces politiques, réduisant souvent des enjeux sociaux, politiques et éthiques, dont l’intérêt est de redéfinir et de redimensionner les solidarités à des enjeux techniques ou de compétitivité environnementale. Le risque est alors celui de l’entière professionnalisation du développement urbain durable, qui peut redéfinir les normes, labels, règles et techniques, ce qui est largement engagé, en ignorant les questions fondamentales de justice environnementale et sociale. L’innovation sociale reste le parent pauvre de la durabilité urbaine, alors qu’elle en est sans doute le facteur déterminant.

Bibliographie

Beaucire F., 1994, Transports urbains, 84, p. 3-4.

Both J.-F., 2005, « Métropolisation et étalement urbain : un nouveau régime d’urbanisation », in Da Cunha A., Knoepfel P., Leresche J-P., Nahrath S. (dir.), Enjeux du développement urbain durable. Transformations urbaines, gestion des ressources et gouvernance, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, p. 39-53.

Breheny M. J. (dir.), 1992, Sustainable Development and Urban Form, Londres, Pion.

Camagni R., Gibelli M-C. (dir.), 1997, Développement urbain durable. Quatre metropoles européennes. La Tour d'Aigues, Éd. de l'Aube.

CE (Commission européenne), 1994, Villes durables européennes, Commission européenne, Premier rapport du groupe d'experts sur l'environnement urbain, Bruxelles.

CE (Commission européenne), 1996, Villes durables européennes, Rapport du Groupe d'experts sur l'environnement urbain, Commission européenne, Bruxelles.

Emelianoff C., 2007, « La ville durable : l’hypothèse d’un tournant urbanistique en Europe », L’information géographique, 71, p. 48-65.

Geddes P., 1915, L'évolution des villes, Paris, Éd. Temenos (édition française de 1994).

Girardet H. (dir.), 1992, The Gaia Atlas of cities. New directions for sustainable urban living, New-York, Anchor Books Doubleday.

Haughton G., Hunter C., 1994, Sustainable Cities, London and Bristol, Pennsylvania, Jessica Kingsley Publishers.

Haughton G., 1997, “Developing Sustainable Urban Development Models”, Cities, 14, 4, p. 189-195.

Jouve B., Lefèvre C., 2004, Horizons métropolitains, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Mitlin D., Satterthwaite D., 1994, Les villes et le développement durable, Global Forum 94, Manchester, 24-28 juin, London, International Institut on Environment and Development.

Morris D. J., 1982, Self-reliant cities. Energy and the transformation of urban America, San Francisco, Sierra Club Books.

Newman P., Kenworthy J., 1989, Cities and Automobile Dependance : A Sourcebook, Adelrshot, Gower.

Rogers R. (dir.), 1999, Towards an Urban Renaissance, Final Report of the Urban Task Force, London, E & FN Spon.

Stoddart W., 1968, Cultural Ecology, New York, Mc Millan Co and the Free Press.

Tjallingii S., 1995, Ecopolis. Strategies for ecologically sound urban development, Leiden, Backhuys Publishers.

Theys J., 2002, « L’approche territoriale du développement durable, condition d’une prise en compte de sa dimension sociale », Développement durable et territoires, Dossier 1 : Approches territoriales du Développement durable, http://developpementdurable.revues.org/index1475.html

Van der Ryn S., Calthorpe P., 1986, Sustainable Communities : a new design synthesis for cities, suburbs and towns, San Francisco, Sierra Club Books.

Wachter S. (dir.), 2003, L’aménagement durable : défis et politiques, La Tour d'Aigues, Éd. de l'Aube.

Wolman A., 1965, The Metabolism of Cities, Science American, 213 (3), p 179-190.

Notes

1 Avec les travaux fondateurs de Wolman (1965) sur le métabolisme urbain et de Stoddart (1968) sur l’écosystème urbain.

2 L’empreinte écologique est une mesure estimée de la surface nécessaire à la production des biens consommés annuellement par un territoire, et à la résorption de ses déchets (voir chapitre 6 d’Aurélien Boutaud).

3 Initialement baptisée « Conseil international pour les initiatives environnementales locales », l’association a pris ensuite le nom de « Gouvernements locaux pour la durabilité ».

4 Un texte élaboré durant la conférence d’Aalborg, ratifié en conseil municipal par les villes qui adhèrent à la campagne.

5 http://www.aalborgplus10.dk

6 Voir le chapitre 39 de Jean-Christophe Lipovac.

7 Les villes européennes qui signent la Convention (700 en octobre 2009) s’engagent à appliquer les « 3 x 20 » d’ici 2020 : réduction de 20 % d'émissions de gaz à effet de serre, réduction de 20 % des consommations d'énergie et incorporation de 20 % d'énergies renouvelables dans la production d'énergie. http://ec.europa.eu/energy/climate_actions/mayors/index_en.htm (cf. aussi le chapitre 37 sur les Plans Climat locaux par Patrick Criqui et Benoit Lefèvre).

Auteur

Maître de conférences en géographie, aménagement et urbanisme à l’Université du Maine, ESO-Le Mans, Cyria.Emelianoff@univlemans.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540