Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie II. Problématiques générales

Chapitre 12. Localisation des activités et développement durable

Éric Olszak

Texto completo

Introduction

1Depuis quelques années, une question s’insère de manière récurrente dans les débats relatifs à l’aménagement du territoire, celui de la localisation des activités économiques et de sa compatibilité avec les principes du développement durable (DD). Ce débat concerne tout autant les pays développés (Nixon et al., 2006) que les pays en voie de développement (Tipple, 2005). Pourtant, initialement les deux notions que sont la localisation d’activités et le DD ont été travaillées indépendamment l’une de l’autre, les théories de la localisation se situant très en amont d’un point de vue chronologique par rapport au concept du DD, alors que ce dernier ne comportait pas à l’origine de références explicites au territoire, plus particulièrement au niveau local.

2On peut considérer, toutefois, que ces deux notions sont susceptibles d’entretenir des liens. Les théories traditionnelles sur la localisation des activités (Von Thunen, Weber, Hotelling, Palander, Lösch, Isard) et plus récemment celle de Krugman (1991) mettent en exergue des contraintes telles que l’obligation de minimiser les coûts de transport et de production ou encore la réalisation d’économies d’agglomération. Plus largement, les comportements de localisation rencontrent des enjeux variés, de type économique, social et environnemental, dont on peut dire qu’ils concernent directement la problématique du DD. Dans le même temps, on peut se poser la question de savoir si le DD est compatible avec une approche spatiale. Bien que le rapport Brundtland (CMED, 1987) ignore en grande partie cet aspect du DD, la mise en œuvre des principes déclinés à travers les agendas 21 locaux – pour ne citer que ce seul exemple – laisse entrevoir un caractère spatial très fort. Par ailleurs, si l’on estime que la généralisation d’un système économique face à un certain nombre de contraintes (économiques, sociales et écologiques) correspond à la définition du DD, alors la diffusion spatiale d’un système non durable limitera d’autant plus sa durabilité sur le long terme (Zuindeau, 1996). Dans une perspective de durabilité, espace et temps jouent, en quelque sorte, comme des facteurs complémentaires.

3Dès lors, il apparaît que, dans une large mesure, la problématique de la localisation des activités a des incidences sur le DD, mais aussi que le DD aide à reformuler la problématique de la localisation. Pour mieux expliciter cette double relation, une première section abordera la question de l’impact des localisations sur le DD, en distinguant effets directs et effets indirects. Une deuxième section reviendra sur les facteurs d’implantation des activités, considérant en premier lieu le rôle des variables liées à l’environnement puis l’importance de la dimension « coûts » dans une optique de compétitivité, laquelle influe sur les politiques de DD. En dernier lieu, nous verrons dans quelle mesure le DD pourrait aider à envisager une « reterritorialisation » des activités.

L’impact des localisations des activités sur le développement durable

4Mesurer l’impact de la localisation des activités sur le DD conduit à dépasser le cadre des seules activités productives pour considérer aussi la présence des populations au sein d’une zone, de même que leurs activités de consommation. Dans ce contexte, il est possible de distinguer deux cas de figure : le premier qui relève de la concentration des activités en un point précis du territoire et dont on peut estimer qu’elle produit des effets directs sur le DD, le second qui en découle indirectement à travers la localisation des populations en lien avec ces activités à travers le phénomène de périurbanisation. La concentration des activités dans l’espace a donné lieu à nombre de travaux mettant en évidence le rôle important joué par les économies d’agglomération. Polèse et Shearmur (2009) les définissent comme des externalités positives, associées à la concentration spatiale d’acteurs économiques, et donc à la taille des villes : plus une ville est grande, plus les économies d’agglomération y seront importantes. Ces économies d’agglomération se subdivisent en deux sous-catégories : les économies de localisation et les économies d’urbanisation. Les économies de localisation sont des gains de productivité spécifiques à une industrie ou à un ensemble d’établissements connexes, imputables à sa localisation. Les économies d’urbanisation, pour leur part, sont des externalités dont profitent les industries par le simple fait qu’elles sont localisées dans une grande ville. La distinction entre les deux effets est intéressante car elle permet de sérier les déterminants qui incitent les entreprises à se concentrer. Ainsi, ce sont essentiellement des facteurs de localisation qui poussent l’industrie aérospatiale à s’implanter dans des agglomérations importantes comme Toulouse ou Seattle, mais qui ne sont pas forcément les plus grandes villes. À l’inverse, l’industrie cinématographique se concentre dans les très grandes villes (Los Angeles, Rome, Paris…), afin de bénéficier des économies d’urbanisation dont elles disposent (notamment la diversité de la main-d’œuvre). Le regroupement d’industries au sein d’un même espace pourrait apparaître, de prime abord, relativement compatible avec deux des trois piliers du DD, l’efficacité économique d’abord, l’équité sociale ensuite dans la mesure où cette dernière est susceptible d’être respectée plus facilement dans une zone marquée par un fort dynamisme économique. Par contre, l’articulation avec la prudence environnementale semble beaucoup plus épineuse voire totalement antinomique, au regard tout particulièrement de la nature plus ou moins polluante de l’industrie. De plus, l’existence d’une forte concentration urbaine, si elle apparaît de nature à réduire les déplacements des habitants et par extension, l’utilisation de leur véhicule personnel (cf. infra la situation inverse de l’étalement urbain), s’accompagnera aussi de toute une série de contraintes environnementales ou sociales : embouteillages, pollutions urbaines, bruit, problèmes liés à l’insécurité, etc.

5Si la concentration des activités humaines entraîne des effets directs en définitive ambigus au regard du DD, un autre phénomène plus récent apparaît plus clairement en la défaveur du DD : celui de la périurbanisation. Bauer et Roux (1976) définissent la « périurbanisation » encore appelée « rurbanisation » comme le processus d’implantation des citadins, à partir de la fin des années 1960 et le début des années 1970, dans des espaces en périphérie des villes, avec une qualification plutôt rurale. Ce phénomène résulte de la combinaison de plusieurs facteurs : le développement des infrastructures routières combinée à une montée en puissance de la possession d’automobiles par les ménages, la volonté de certains ménages de « fuir » un environnement urbain estimé trop stressant, mais surtout un déploiement spatial des villes qui connaissent une augmentation significative de leur population. Le phénomène d’étalement urbain a donné lieu à de nombreux travaux visant à en faire ressortir les conséquences néfastes sur l’environnement (e.g. Brueckner, 2001 ; Lopez, Hynes, 2003). Cependant, l’une des études empiriques les plus intéressantes est celle menée par Newman et Kenworthy (1998) qui relie la consommation d’énergie par tête à la densité d’un territoire, leur principale conclusion tenant dans une liaison inverse entre la densité et la consommation d’énergie par tête. Une faible densité synonyme d’un fort étalement urbain et donc d’une périurbanisation évidente est un facteur de forte consommation d’énergie et d’émissions de polluants (notamment de CO2).

6Si la localisation des activités et des populations sur un territoire témoigne d’effets ambigus par rapport au DD, on peut se demander, en retour, en quoi certaines variables importantes du point de vue du DD exercent un rôle particulier sur la localisation. Dans l’immense littérature consacrée à la localisation des entreprises, nous nous focaliserons principalement sur deux dimensions dont on peut penser qu’elles ont à voir avec le DD : le rôle des facteurs environnementaux et celui des coûts de production, dont la recherche de minimisation est de nature à parasiter les conséquences des politiques de DD. Nous considérerons également le rôle joué par l’État face à ces deux éléments, au travers de ses politiques d’aménagement.

Le rôle des facteurs environnementaux dans les stratégies de localisation

7Le rôle de l’environnement et des politiques environnementales dans les stratégies de localisation des entreprises est une question largement débattue, de manière significative dès les années 1980 (e.g. Stafford, 1985), sans que l’intérêt n’ait diminué jusqu’à aujourd’hui (e.g. Mulatu et al., 2010). Force est de constater que cette importante littérature – et c’est là peut-être une conséquence indirecte de la multiplication des contributions ! – ne conduit pas à des résultats très tranchés. Bon nombre de travaux pencheraient plutôt pour conclure, sinon à l’absence, en tout cas à la faiblesse du rôle de l’environnement dans les logiques de localisation des entreprises (e.g. Stafford, 1985)… ce que démentent quantité d’autres travaux (e.g. Brunnermeier, Levinson, 2004). Une dernière catégorie, enfin, reconnaît des différences significatives selon les activités, ce que d’emblée l’intuition pourrait laisser supposer. Ainsi, les activités fortement polluantes seraient plus particulièrement attirées par des espaces déjà pollués et/ou présentant des contraintes d’ordre environnemental faible (e.g. Bartik, 2006). Symétriquement, certaines services ou les entreprises de haute technologie retiennent assez sensiblement la qualité environnementale comme facteur de localisation (e.g. Markusen et al., 1986). En définitive, la question peut s’appréhender en termes d’avantages et de coûts liés à l’environnement et aux politiques environnementales, ces avantages et ces coûts variant d’un secteur à l’autre, selon que l’activité est émettrice ou non de pollution et qu’elle contribue plus ou moins au financement de la politique.

8Au sein de cette problématique générale, il est intéressant de se pencher plus spécialement sur les actions mises en œuvre par les pouvoirs publics pour favoriser la formation d’aménités environnementales positives, elles-mêmes susceptibles d’attirer les activités. Nous mettons ici l’accent sur l’exemple de la création de zones d’activités économiques dites « durables » (encadré 12.1.).

Encadré 12.1. : Les zones d’activités économiques durables (ZAED) – l’exemple de la zone des Deux Synthes
Depuis le milieu des années 1990, un certain nombre d’expériences d’aménagement de ZAED émergent (pour le cas de la Hollande, cf. notamment Pellenbarg, 2004). Au sein de ces zones, les entreprises nouvellement implantées sont tenues de prendre en compte les principes du DD. Ainsi, dans le Nord-Pas-de-Calais, une expérience mérite d’être soulignée, celle de l’association ECOPAL (Économie et écologie partenaire dans l’action locale). Son objet est de favoriser l’écologie industrielle sur la zone d’activités des Deux Synthes (cf. infra pour l’écologie industrielle). Il s’agit ainsi de promouvoir une nouvelle manière de concevoir l’agencement des activités industrielles situées au voisinage d’un territoire, le littoral dunkerquois en l’occurrence marqué par la présence d’industries fortement polluantes (notamment sidérurgiques).
Les principaux objectifs de la ZAED des Deux Synthes se déclinent de la manière suivante : tri et collectes mutualisées des déchets, amélioration du cadre de vie et minimisation des impacts des activités sur l’écosystème, gestion différenciée des espaces verts, développement du covoiturage, édition d’un guide permettant d’optimiser les déplacements, mise en œuvre de synergies entre industriels…
Au-delà de l’exemple particulier des Deux Synthes, les ZAED ont vocation à construire une coévolution favorable entre activités économiques et environnement. La qualité environnementale de la zone attire des entreprises sensibles à ce facteur particulier, tandis que ces mêmes entreprises sont tenues de limiter leurs pressions sur l’environnement et de recourir aux « bonnes pratiques ». L’augmentation des implantations ne nuit pas alors au support environnemental, ce qui conforte le bien-fondé du choix opéré par les primo-localisants.
Des caractéristiques similaires se retrouvent avec les initiatives afférentes aux « green clusters » (Hamdouch, Depret, 2010 ; cf. aussi dans cet ouvrage le chapitre 11).
Cependant, le caractère limité de ces expériences, notamment au regard des dynamiques principales en matière de localisation des activités, invite à la prudence pour juger de leur efficacité réelle.

La dimension « coûts » dans les stratégies de localisation

  • 1 Ce n’est pas, non plus, à l’évidence, une nécessité. Une bonne partie de la littérature sur le DD a (...)

9On a déjà évoqué que l’amélioration de la qualité de l’environnement pouvait avoir comme envers l’augmentation, toutes choses égales par ailleurs, des coûts de production des entreprises : coûts résultant de l’introduction de normes plus sévères, coûts liés à l’application des politiques (taxes, quotas…), etc.1. Or, dans une optique de compétitivité-coûts très prégnante dans le cadre de la concurrence internationale et d’influence majeure au regard des logiques de localisation des activités, cette caractéristique est à même d’interférer avec les politiques publiques d’environnement et de modifier leurs possibles effets.

10La littérature est considérable en la matière, certaines références déjà données dans la section précédente pouvant convenir aussi ici. Deux thèses polaires s’affrontent. La première résulte des travaux de Baumol et Oates (notamment 1975). Ces deux auteurs estiment qu’en présence d’une politique environnementale porteuse de coûts pour les industries polluantes des pays riches, d’une part, celles-ci auront tendance à se délocaliser dans les PED tandis que ces derniers auront intérêt à pratiquer un dumping environnemental. La seconde thèse, notamment développée par Antweiler, Copeland et Taylor (2001), s’appuie sur les différences de dotations factorielles d’un pays à l’autre. Selon ces auteurs, les industries polluantes telles que l’industrie chimique sont intensives en capital. Elles auront plutôt tendance à se localiser dans les pays où celui-ci est abondant, c’est-à-dire les pays riches, laissant ainsi aux pays pauvres, les industries intensives en travail, plutôt moins polluantes.

11Le débat demeure ouvert. Nous proposons de l’illustrer plus particulièrement par trois cas de figure :

  • les maquiladoras mexicains,

  • la question des « havres de pollution »,

  • le problème du « carbon leakage ».

  • 2 Sachant que l’on en trouve aussi, de nos jours, au Guatemala, au Salvador, au Honduras et au Panamá

12Ce que l’on appelle les « maquiladoras » résultent directement d’une politique volontariste du gouvernement mexicain2 qui consiste en l’aménagement de zones, présentant des avantages économiques en faveur des entreprises. Plus précisément les maquiladoras sont des établissements qui bénéficient d’une exonération des droits de douane pour pouvoir produire, à moindre coût, des marchandises assemblées, transformées, réparées ou élaborées à partir de composants importés, la plupart de ces marchandises étant ensuite exportées (Requier-Desjardins, 1998 ; Villavicencio, 2004). Ces établissements ont été promus par le gouvernement mexicain à partir des années 1960, le long de la frontière avec les États-Unis en ayant comme but principal d’absorber le flux d’ouvriers saisonniers agricoles qui ne pouvaient plus trouver de travail aux États-Unis. Ces entreprises se localisant de la frontière avec la Californie jusqu’à celle du Texas sont caractérisées par le recours à une main-d’œuvre bon marché principalement composée par des femmes sous-payées. En outre, les zones concernées disposent de normes environnementales peu exigeantes, principalement en matière de pollution de l’air. Au total, même si ce type d’initiatives résulte d’une volonté positive de maintenir et/ou de créer de l’emploi industriel, les particularités du dispositif et les résultats qui s’ensuivent se traduisent, à l’évidence, par des antagonismes avec les objectifs issus du DD, notamment en termes environnementaux et sociaux.

  • 3 On pourrait voir là une différence avec les maquiladoras qui ne recherchent pas délibérément à expl (...)

13Le Mexique n’a, certes pas, le monopole de l’aménagement de zones « non durables », avec ses maquilodoras. Plus largement, la problématique dont il est question est susceptible d’être traduite par la notion de « havre de pollution » ou « pollution haven » en anglais, et nombreux sont les pays du Sud à en offrir des illustrations. Wheeler (2002) propose la caractérisation suivante. Pour être un havre de pollution, un territoire n’est pas nécessairement un territoire fortement pollué. Il faut et il suffit plutôt que le territoire dispose d’une faible réglementation environnementale, a fortiori ne dispose pas de réglementation, à même d’attirer des investisseurs ayant une activité polluante. Ces firmes polluantes peuvent être la propriété d’investisseurs locaux ou étrangers. À la limite, l’absence de politiques environnementales et donc l’absence de coûts et de contraintes qui s’y rattacheraient, seront présentées comme un véritable atout vis-à-vis de l‘accueil de nouvelles activités3, inversant diamétralement la logique selon laquelle une bonne qualité environnementale pourrait aller de pair avec la croissance économique. Le concept de « havre de pollution » a généré une abondante littérature tout autant pour l’étayer que pour le remettre en cause (e.g. Hall, 2002 ; Taylor, 2004 ; Dietzenbacher, Murkhopadhay, 2007). Sans faire référence explicitement à l’expression « havre de pollution », Bertolini (2007) décrit une zone qui en présente toutes les caractéristiques, en l’occurrence celle de Alang, dans l’État indien de Gurajat. La zone en question s’étend sur plus de 10 kilomètres de côte et elle s’est spécialisée dans le démantèlement des vieux bateaux. De fait, elle accueille 80 % du tonnage mondial démantelé. Cette zone présente toutes les caractéristiques d’un développement « non durable », principalement au regard des volets social et environnemental : emploi précaire, pas ou peu de protection sociale, absence de sécurité des travailleurs, expositions directes à des matières toxiques comme l’amiante, pollution du milieu marin et destruction de la faune marine, etc.

14La dernière illustration de la possible tension entre compétitivité et DD a trait à la notion de « carbon leakage » ou en français littéralement « fuite de carbone ». De nombreuses publications relatives à ce concept sont apparues depuis plus d’une décennie (Burniaux, Oliveira Martins, 2000 ; Demailly, 2007 ; Maria, Werf, 2008). Le mécanisme des fuites de carbone se conçoit de la façon suivante. Soit deux pays, A et B ; le pays A souhaite limiter ses émissions de CO2 en appliquant une politique climatique volontariste et n’est pas suivi, dans son action, par le pays B. Il en résulte une augmentation de la quantité de CO2 émise dans le pays B, ces « fuites » pouvant se produire suivant deux mécanismes :

    • 4 Certains modèles économiques mettent même en évidence une fuite supérieure à 100 %, autrement dit l (...)

    les politiques de réduction d’émission se traduisent par un accroissement des coûts des entreprises du fait de la mise en place d’instruments financiers (écotaxes, quotas…) non compensée par l’atténuation d’autres sources d’imposition. Il s’en déduit une altération de la compétitivité des entreprises du pays initiateur, susceptible de conduire à une baisse des parts de marché, voire une délocalisation d’activités, en faveur du pays B. Les émissions vont croître dans ce dernier pays, limitant plus ou moins la baisse des émissions globales4 ;

  • si les politiques environnementales conduisent à taxer certains combustibles responsables d’émissions de CO2, alors la demande de combustibles en A diminuera et compte tenu du poids représenté par celle-ci dans la demande mondiale, le cours mondial aura tendance à diminuer (ou augmenter moins que c’eût été le cas en l’absence de politiques restrictives). Cette diminution du prix risque de conduire à une augmentation de la demande dans les autres pays. La conséquence est aussi un « déplacement », du moins partiel, du carbone de A vers B, affectant l’effort réalisé dans le pays initiateur.

15En pratique, il est difficile de se prononcer sur l’effectivité de ces fuites de carbone et a fortiori sur leur amplitude. Les rares études économétriques dont on dispose (e.g. Barker et al., 2007) concluraient plutôt en la faiblesse de l’effet, mais tout en reconnaissant que les résultats sont mis en évidence dans un cadre où les mesures économiques en faveur de la lutte contre le changement climatique sont elles-mêmes timides. Se pose donc la question de l’importance de l’effet dans une situation de politique significative. Toujours est-il que le problème posé par les « fuites de carbone » est particulièrement illustratif de l’antinomie entre le respect du DD et la localisation des activités, notamment quand prime une logique de compétitivité-coûts. Une des conséquences probables de cette situation de tension est, sinon une limitation, pour le moins un « aménagement » des politiques publiques. Par exemple, dans le cadre du système communautaire d’échange de quotas d’émission (SCEQE) révisé dans la perspective de 2013, les États membres ont décidé d’établir une liste de 164 secteurs et sous-secteurs industriels dont on considère qu’ils peuvent donner lieu à « fuite de carbone ». Ces secteurs se verront attribuer une quantité de quotas d’émission supérieure à celle attribuée aux autres secteurs industriels (Colombier et al., 2008)…

Le développement durable comme reterritorialisation des activités ?

  • 5 Pour une présentation plus détaillée de ces illustrations, on pourra se référer au site internet de (...)

16La multiplication des échanges commerciaux depuis la fin de la seconde guerre mondiale en même temps qu’un souhait des consommateurs de disposer du plus grand choix possible de produits ont contribué à la fois à multiplier les distances de transport entre les lieux de production et de consommation, et à augmenter les quantités de combustibles utilisées. De multiples exemples significatifs, empruntés notamment au secteur agroalimentaire, montrent ainsi que les modes de consommation actuels conduisent à amplifier considérablement les consommations énergétiques liées au mode de transport (Pretty et al., 2005). Certains sont même emblématiques d’un mode de production « non durable » lié à des délocalisations. Ainsi de l’exemple des langoustines, pêchées en mer d’Écosse et traditionnellement conditionnées dans des usines régionales pour être vendues dans les chaînes de magasins anglais, qui sont aujourd’hui, pour des raisons de rentabilité, congelées puis transportées et décortiquées en Thaïlande, avant d’être renvoyées en Europe pour consommation ! Un autre exemple est celui des tomates cultivées toute l’année dans des serres en Espagne à Alméria5 et qui parcourent jusqu’à 3 000 kilomètres en Europe induisant gaspillages énergétiques et émissions de CO2.

17Dès lors, la question de l’opportunité d’une « reterritorialisation » des activités se pose, entre autres pour réduire les externalités liées au transport. Deux formes territoriales, encore relativement embryonnaires, mais prometteuses, seraient susceptibles d’aller dans ce sens : les circuits courts agricoles et l’écologie industrielle.

18Les circuits courts agricoles reposent principalement sur le développement d’une agriculture, à dominante mais non nécessairement biologique, s’inscrivant dans un territoire de proximité (e.g. Chaffotte, Chiffoleau, 2007 ; Maréchal, 2008). Cette agriculture présenterait deux types d’avantages :

  • elle assurerait la préservation de l’environnement par la diminution des externalités négatives (pollution de l’eau, perte de biodiversité…) ;

  • elle permettrait le maintien, voire le développement, d’un mode de production en assurant à la fois la rentabilité des producteurs (réduction du nombre, voire suppression des intermédiaires) et en rendant possible l’accès du plus grand nombre à des produits de qualité.

19Pour ce qui concerne l’écologie industrielle (cf. supra l’exemple de la zone des Deux Synthes et dans l’ouvrage, le chapitre 38), la recherche d’une valorisation des divers déchets via leur valorisation commerciale comme coproduits va dans le sens d’un renforcement des liens entre activités locales. Plutôt que de recourir à un fournisseur éventuellement éloigné, l’entreprise cherche à utiliser des « produits » issus du processus de production des entreprises situées dans un périmètre relativement étroit. De telles pratiques donnent plus de poids à l’économie locale et permettent, par là même, d’en renforcer l’autonomie.

20Certes, qu’il s’agisse des circuits courts en agriculture ou de l’écologie industrielle, les résultats tangibles demeurent encore extrêmement modestes, à l’heure actuelle. Cependant, on peut se demander si, adjointes à d’autres expériences de DD, elles ne pourraient pas augurer de formes nouvelles de reterritorialisation.

Conclusion

21DD et localisation des activités constituent deux problématiques susceptibles d’entrer en tension, voire d’afficher des antagonismes pérennes. La qualité environnementale peut, certes, exercer un rôle non négligeable sur les stratégies d’implantation de certaines activités. Mais, à l’inverse, la domination d’une contrainte de compétitivité-coût peut aller dans le sens d’une limitation, voire d’une inhibition des politiques en faveur du DD. Des conséquences fâcheuses sont susceptibles d’en résulter, notamment quant aux interactions spatiales (de type « carbon leakage ») ou du point de vue des opportunités de coopérations entre pays (risque de comportements de « free rider »). Lorsqu’on fait le compte des effets positifs et des effets négatifs, il est difficile de se prononcer sur la possible harmonisation entre DD et localisation des activités. Une question connexe concerne les formes territoriales les plus compatibles avec le DD. Pour dire les choses de manière concise, le DD semble-t-il plus à même d’appeler à une « nouvelle mondialisation », qui respecterait, mieux que ne le fait la mondialisation actuelle, les équilibres écologiques et la justice sociale, ou serait-il davantage demandeur d’une certaine reterritorialisation des activités, tels que les circuits courts et l’écologie industrielle en illustrent les prémices ? Sur ce point aussi, le manque de recul temporel rend difficile toute position tranchée. Probablement, pour les années qui viennent, la réponse à cette question s’avérera cruciale.

Bibliografía

Antweiler W., Copeland B., Taylor S., 2001, « Is Free Trade Good for the Environment? », American Economic Review, 91 (4), p. 877-908.

Babiker M. H., 2005, « Climate change policy, market structure, and carbon leakage », Journal of International Economics, 65 (2), p. 421-445.

Barker T., Junankar S., Pollitt H., Summerton P., 2007, « Carbon leakage from unilateral Environmental Tax Reforms in Europe, 1995–2005 », Energy Policy, 35 (12), p. 6281-6292.

Bartik T. J., 2006, « The Effects of Environmental Regulation on Business Location in the United States », Growth and Change, 19 (3), p. 22-44.

Bauer G., Roux J. M., 1976, La rurbanisation ou la ville éparpillée, Paris, Éd. du Seuil.

Baumol W. J., Oates W. E., 1975, The Theory of Environmental Policy, New Jersey, Prentice Hall.

Bertolini G., 2007, « Démolition navale : en quête d’un développement durable », Géographie, économie, société, 9, p. 69-81.

Brueckner J. K., 2001, « Urban sprawl: Lessons from urban economics », in W. G. Gale, J. R. Pack, (éd.), Brookings-Wharton Papers on Urban Affairs, Washington DC, Brookings Institution Press, p. 65-89.

Brunnermeier S. B., Levinson A., 2004, « Examining the Evidence on Environmental Regulations and Industry Location », The Journal of Environment & Development, 13 (1), p. 6-41.

Burniaux J. M., Oliveira Martins J, 2000, « Carbon Emission Leakages: A General Equilibrium View », OCDE Economics Department Working Papers 242, OECD, Economics Department.

Chaffotte L., Chiffoleau Y., 2007, « Vente directe et circuits courts : évaluations, définitions et typologie », Les cahiers de l'observatoire CROC, http://equal-croc.eu/IMG/pdf/Cahier_de_l_Obs1-INTERNET.pdf

CMED (Commission mondiale sur l’environnement et le développement), 1987, Notre avenir à tous, trad. fr. 1988, Montréal, Éd. du Fleuve.

Colombier M., Loisel C., Galharet S., Guérin E., Riollet R., Wemaëre M, 2008, « Compétitivité et fuites de carbone », Policy Brief, IDDRI.

Demailly D., 2007, Compétitivité et fuites de carbone dans l’industrie sous politique climatique asymétrique, Thèse pour l’obtention du titre de Docteur de l’EHESS, Centre international de recherche sur l’environnement et le développement.

Dietzenbacher E., Mukhopadhyay K., 2007, « An Empirical Examination of the Pollution Haven, Hypothesis for India: Towards a Green Leontief Paradox », Environmental and Resource Economics, 36, p. 427-449.

Hall D., 2002, « Environmental change, Protest, and Havens of Environmental Degradation: Evidence from Asia », Global Environmental Politics, 2 (2), p. 20-28.

Hamdouch A., Depret M-H., 2010, « Towards the Development of a Sustainable ‘Green Economy’? », The Journal of Environmental Planning and Management, 53 (4), p. 473-490.

Krugman P., 1991, Geography and Trade, Cambridge, MIT Press.

Lopez R, Hynes H. P., 2003, « Sprawl in the 1990s. Measurement, distribution and trends », Urban Affairs Review, 38, 3, p. 325-355.

Maréchal G. (éd.), 2008, Les Circuits courts alimentaires : bien manger dans les territoires, Dijon, Educagri.

Maria C., Werf E., 2008, « Carbon leakage revisited: unilateral climate policy with directed technical change », Environmental and Resource Economics, 39 (2), p. 55-74.

Markusen, A., Hall, P., Glasmeier, A., 1986, High tech America: The what, how, where and why of the sunrise industries, Boston, Allen & Unwin.

Mulatu A., Gerlagh R., Rigby D., Wossink A., 2010, « Environmental Regulation and Industry Location in Europe », Environmental and Resource Economics, 45 (4), p. 459-479.

Newman P., Kenworthy J., 1998, Sustainability and Cities. Overcoming Automobile Dependance, Washington DC, Island Press.

Nixon H., Lejano R., Funderburg R., 2006 « Planning methodology for predicting spatial patterns », Journal of Environmental Planning and Management, 49 (6), p. 829-847.

Pellenbarg P. H., 2004, « Parkmanagement as a Tool for Careful Industrial Landuse planning », Journal of Environmental Planning and Management, 47 (4), p. 503-516.

Polèse M., Shearmur R., 2009, Économie urbaine et régionale, 3e éd., Paris, Economica.

Porter M. E., Van der Linde C., 1995, « Toward a new conception of the environment-competitiveness relationship », Journal of Economic Perspectives, 9 (4), p. 97-118.

Pretty J. N., Ball A. S., Lang T., Morisson J. I. L., 2005, « Farm costs and food miles: an assessment of the full cost of the UK weekly food basket », Food Policy, 30, p. 1-19.

Requier-Desjardins D., 1998, « Les concentrations industrielles de la frontière Mexique-USA : des systèmes productifs locaux frontaliers ? », Revue d’économie régionale et urbaine, 4, p. 641-660.

Stafford H. A., 1985, « Environmental Protection and Industrial Location », Annals of the Association of American Geographers, 75 (2), p. 227-240.

Taylor S., 2004, « Unbundling the Pollution Haven Hypothesis », Advances in Economic Analysis and Policy, 4 (2), p. 1-27.

Tipple G., 2005, « Pollution and waste production in home based enterprises in developing countries: perceptions and realities », Journal of Environmental Planning and Management, 48 (2), p. 275-298.

Villavicencio D., 2004, « Les maquiladoras de la frontière Nord du Mexique et la création de réseaux binationaux d’innovation », Innovations, 19, p. 143-161.

Wheeler D., 2002, « Beyond Pollution Havens », Global Environmental Politics, 2 (2), p. 1-10.

Zuindeau B., 1996, « La problématique du développement durable : les enseignements de l’approche spatiale », Communication au Colloque international Écologie, Économie, Société, Saint-Quentin-en-Yvelines, 23-25 mai.

Notas

1 Ce n’est pas, non plus, à l’évidence, une nécessité. Une bonne partie de la littérature sur le DD appliquée à l’entreprise s’appuie sur « l’hypothèse de Porter » selon laquelle la prise en compte de l’environnement jouerait plutôt en faveur de la réduction des coûts (Porter, Van der Linde, 1995) et permettrait des solutions gagnantes/gagnantes. Les débats sont très vivaces en la matière et la place manque pour en rendre compte ici.

2 Sachant que l’on en trouve aussi, de nos jours, au Guatemala, au Salvador, au Honduras et au Panamá.

3 On pourrait voir là une différence avec les maquiladoras qui ne recherchent pas délibérément à exploiter ce facteur « d’absence de politique environnementale ».

4 Certains modèles économiques mettent même en évidence une fuite supérieure à 100 %, autrement dit la baisse dans le pays initiateur est plus que contrebalancée par une hausse dans le pays abstentionniste ! (Babiker, 2005)

5 Pour une présentation plus détaillée de ces illustrations, on pourra se référer au site internet de l’Association Adéquations www.adequations.org dans sa partie consacrée à l’alimentation durable.

Autor

Maître de conférences en économie, Faculté Libre de Droit, C3RD-IDDR, Université Catholique de Lille, Chercheur associé au CLERSE, eric.olszak@icl-lille.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540