Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie II. Problématiques générales

Chapitre 11. Développement durable, innovations environnementales et green clusters

Marc-Hubert Depret et Abdelillah Hamdouch

Texte intégral

1De l’avis d’un grand nombre d’experts, les technologies vertes (greentech) ou propres (cleantech) constituent le prochain « eldorado » des entreprises, des investisseurs et des territoires qui sauront, dès aujourd’hui, en préempter et en maîtriser les ressources, les compétences et les marchés.

  • 1 Une partie de ces efforts relève des politiques publiques qui seront traitées dans le chapitre 34 d (...)

2Depuis peu, on observe en effet un véritable engouement pour ce que d’aucuns qualifient de green business, de green economy ou d’« or vert ». Certaines innovations environnementales (énergies renouvelables, nouveaux matériaux, biocarburants, techniques de capture et de stockage des polluants, etc.) représentent ainsi un potentiel considérable, moyennant néanmoins un changement des habitudes de production et de consommation et d’importants efforts financiers1.

3D’ores et déjà, cette « nouvelle économie verte » possède une taille critique conséquente et représente un enjeu concret à la fois pour les entreprises (nouveaux débouchés et sources de financement et de profits alternatives), les citoyens (désormais véritables acteurs du développement durable), les décideurs politiques (croissance, emplois et développement territorial) et les financiers (opportunités de placement).

4Pour certains auteurs (Berkhout, 2002 ; Smith et al., 2005 ; Nikvist, Whitmarsch, 2008 ; Suurs, Hekkert, 2009), les cleantech constituent même un nouveau paradigme (ou régime) qui commence à se diffuser – selon le schéma néo-schumpétérien traditionnel – dans un contexte de crise (financière, économique, sociale, mais également climatique, pétrolière, voire de civilisation). À terme, les produits, services ou process « verts » devraient permettre à l’économie de réduire sa dépendance au pétrole (et à ses dérivés) et, partant, d’entrer dans l’ère du « postcarbone » (Foxon et al., 2008 ; Grubb et al., 2008 ; OECD, 2009a), de la « decarbonization » (Nakicenovic, 1996) ou de la « sustainability » (Kemp, 1994 ; Kemp et al., 1998 ; Elzen et al., 2004 ; Kern, Smith, 2008). Ce nouveau paradigme (ou régime) techno-industriel sera ainsi susceptible d’impacter – comme il a commencé à le faire – les variables (technologiques, socio-économiques, financières, institutionnelles, organisationnelles et stratégiques) d’un grand nombre de secteurs (voire de l’économie tout entière) et de territoires.

5De fait, les innovations environnementales semblent « redessiner » certains territoires (pays, régions, métropoles) à travers la constitution, un peu partout dans le monde, de clusters et de réseaux d’activités, de recherche et d’innovation autour des thématiques liées au développement durable, à la préservation de l’environnement et à l’atténuation des changements climatiques. L’objet de ce chapitre est d’esquisser les contours de cette green economy (section 1) et des clusters et réseaux qui la structurent (d’un point de vue organisationnel, stratégique et spatial) (section 2). Il identifie enfin des pistes de recherche prometteuses sur un sujet encore relativement peu exploré par les universitaires (section 3).

Contours, fondements et potentiel des cleantech et de la green economy

  • 2 Le marché mondial total des produits et services environnementaux est estimé à 1.370 milliard de do (...)

6Les études statistiques ou les monographies visant à mesurer le poids économique de la green economy sont aujourd’hui relativement peu nombreuses (OECD, 2008a). Néanmoins, la majorité d’entre elles fait ressortir à la fois la taille critique désormais atteinte par ces marchés (ou niches), leur internationalisation progressive, leur expansion soutenue et leur fort potentiel de croissance et d’emplois2 (pour une revue de ces études, cf. Depret, Hamdouch, 2009b). Cela est particulièrement vrai dans les cleantech (piles à combustible, nouveaux matériaux, efficacité énergétique, etc.) et les énergies renouvelables (biocarburants, énergies éolienne et solaire, biomasse, etc.).

7Plus précisément, trois séries d’indices témoignent de la vitalité de ce green business. Tout d’abord, au plan industriel et financier. Les entreprises sont en effet de plus en plus nombreuses à adopter une démarche de responsabilité (sociale et) environnementale (Depret et al., 2009) et, partant, à se diversifier et à investir dans le green business. Cet engagement est particulièrement perceptible dans le domaine de l’énergie où les besoins sont considérables (IEA, 2008). De fait, de nombreuses études confirment l’explosion présente (Fritz-Morgenthal, 2009 ; Makower et al., 2009 ; UNEP/NEF, 2009) et future (NEF, 2009) des investissements dans les énergies renouvelables (45 000 milliards de dollars d’ici 2050 selon l’IEA).

8Dans le même temps, l’attrait du monde de la finance pour la green economy s’est décuplé. Certains ont même parlé d’une « bulle verte » en formation. C’est ainsi que les opérations en bourse se sont multipliées et sont désormais de plus en plus conséquentes (78,4 milliards de dollars en 2008) dans ces secteurs (UNEP/NEF, 2009), notamment dans ceux de l’énergie éolienne et des biocarburants (Makower et al., 2009). Dans le même temps, les sociétés de capital-risque, les fonds « éthiques » et les fonds de pension investissent de plus en plus massivement (95,4 milliards de dollars dans les énergies durables en 2008) dans les cleantech (UNEP/NEF, 2009), en particulier aux États-Unis (NVCA, 2009) et en Europe (Payton, Kneller, 2009), mais également dans les pays émergents (NEF, 2009).

9Au plan institutionnel, ensuite, le contexte apparaît de plus en plus porteur. La « nouvelle économie verte » bénéficie d’un engagement croissant des décideurs publics (cf. chapitre 34) – et de la société civile – en faveur des cleantech. Cet engagement résulte en partie de l’amorce d’un changement de mentalité ou de comportement des consommateurs-citoyens (Bonini, Oppenheim, 2008), mais également de la conviction que la sortie de la crise actuelle passera nécessairement par une croissance plus « verte ».

10Au niveau technologique, enfin, un nouveau paradigme techno-industriel a déjà commencé à se structurer et à se diffuser graduellement sur la base des progrès scientifiques et technologiques réalisés ces dernières années dans le domaine de l’environnement (cf. Hamdouch, Depret, 2008). Les investissements dans ce domaine se sont ainsi multipliés, notamment en R & D et en particulier dans le domaine de l’énergie. Parallèlement, suite à la ratification du Protocole de Kyoto, le nombre de brevets déposés et des innovations commercialisées dans le domaine de l’environnement a considérablement augmenté (OECD, 2008b ; 2009b).

11Ce nouveau paradigme (ou régime) caractérise également l’entrée des green secteurs (voire l’économie dans son ensemble) dans un nouveau cycle « schumpétérien ». Celui-ci se traduit par l’apparition progressive – dans un contexte fondamentalement incertain marqué par un épuisement de la rente écologique et une dégradation du climat – d’une grappe d’innovations environnementales. Plus fondamentalement, son caractère paradigmatique (sur cette question, cf. Hamdouch, Depret, 2001) provient du fait que les changements technologiques, socioéconomiques et institutionnels qu’il induit sont susceptibles de remettre en cause les modes de vie (transport, habitat, travail, etc.), le timing, le contenu et les frontières (organisationnelles notamment) des étapes du processus d'innovation environnementale, les modes de financement, d'organisation, de régulation et de localisation des activités innovantes, ainsi que les structures des marchés, les stratégies mises en œuvre par les acteurs, le cadre institutionnel, voire les frontières de la green economy et de son organisation territoriale.

12C’est à ce dernier niveau que se situe le signe sans doute le plus parlant de cette dynamique scientifique et technologique en faveur des innovations environnementales : la constitution de clusters et de réseaux d’innovation spécialisés dans les cleantech, comme nous allons le voir à présent.

Comment les green clusters et les réseaux d’innovation redessinent-ils certains territoires ?

Pourquoi des réseaux et des clusters dans le domaine de l’environnement ?

13Les clusters et les réseaux d’innovation se développent dans les cleantech pour au moins deux raisons. D’une part, parce que les innovations environnementales ont de nombreuses applications, prenant différentes formes, dans un large éventail de secteurs et peuvent être mises en œuvre par de multiples acteurs pour des raisons très diverses (cf. Depret, Hamdouch, 2009a).

14D’autre part, parce que les greentech nécessitent souvent la constitution d’une masse critique de connaissances, de compétences et de ressources (financières et humaines) afin de pouvoir amortir d’importants coûts de R&D, de production et de commercialisation (Grübler et al., 1999) et « contourner » les barrières qui en empêchent/ralentissent le développement et/ou la diffusion (del Rio, Unruh, 2007). Cela oblige alors les acteurs de l’innovation environnementale à se doter de budgets de R&D parfois conséquents (voir supra).

15Dès lors, les cleantech requièrent souvent une réelle coordination (entre un grand nombre d’acteurs hétérogènes et dispersés géographiquement) qui prend généralement les traits de coalitions d’intérêts, de partenariats, de réseaux sociaux et de clusters d’innovation.

Le relatif silence de la littérature sur les clusters et les réseaux d’innovation « verts »

  • 3 La littérature recense bien de nombreux articles consacrés aux « eco-industrial parks » (cf. Tudor (...)

16Paradoxalement, même si certaines contributions leur accordent une importance dans l’émergence, le développement ou la diffusion des greentech (Christiansen, Buen, 2002 ; Brown et al., 2007 ; Barreto, Kemp, 2008 ; Foxon, Pearson, 2008), on ne compte actuellement quasiment aucune publication spécifiquement consacrée aux clusters et/ou aux réseaux d’innovation dans le domaine de l’environnement3 (cf. néanmoins Mans et al., 2008 ; Cooke, 2009 ; Lehmann et al., 2009 ; Madsen, Andersen, 2010). De fait, les études sur le sujet sont à la fois rares, relativement parcellaires et souvent disparates.

17C’est pour pallier cette carence que nous avons mené une série d’études visant à établir une première cartographie des principaux clusters et réseaux d’innovation dans le domaine de l’environnement (cf. Hamdouch, Depret, 2008). En se focalisant sur les pays les plus en pointe ou les plus actifs dans ce domaine, notre étude a permis de faire ressortir trois séries de résultats intéressants.

Des réseaux et des clusters en gestation et relativement concentrés au plan géographique

18Il apparaît ainsi, tout d’abord, que les clusters et réseaux d’innovation « verts » sont très localisés (cf. tableau 11.1.) et, pour la plupart, encore embryonnaires. Leur spécialisation (technologique et/ou industrielle) apparaît également très prononcée pour des raisons à la fois d’efficacité (atteindre la « taille critique ») et historiques (path dependency héritée des structures sociales, institutionnelles et industrielles et des choix passés).

Tableau 11.1. Panorama de la localisation des principaux clusters et réseaux d’innovation « verts » dans le monde

Tableau 11.1. Panorama de la localisation des principaux clusters et réseaux d’innovation « verts » dans le monde

Des clusters et réseaux qui ont besoin d’un « microclimat » pour « éclore » et « mûrir »

19Il ressort également que ces clusters et réseaux se localisent sur les territoires où les autorités publiques se montrent capables de créer/exploiter un « microclimat » particulièrement propice à l’innovation environnementale et à l’entrepreneuriat « vert » (cf. chapitre 34). De ce point de vue, l’exemple californien (encadré 11.1) constitue une bonne illustration de l’influence cruciale de l’environnement ou du « contexte » (scientifique, technologique, institutionnel, économie et financier) sur la dynamique techno-industrielle du green business.

Encadré 11.1. : Un « microclimat » californien particulièrement favorable aux green clusters
Les principaux green clusters et réseaux d’innovation environnementale californiens (cf. tableau 11.1) se situent à proximité de grandes universités (UCLA, Berkeley et Stanford) fortement impliquées dans les cleantech et dotées de moyens (financiers et humains) considérables.
Leurs membres accèdent ainsi à une base de connaissances et de compétences unique au monde, qui peut être d’autant plus valorisée que les liens entre les chercheurs, les entrepreneurs et les investisseurs y sont traditionnellement étroits et réguliers (contrats de recherche, partenariats public-privé, structures d’incubation des projets innovants, concours à la création d’entreprise, etc.).
Ils y bénéficient également à la fois de l’engagement des administrations de l’État de Californie, de la présence de nombreuses start-up et d’entrepreneurs « verts », de la proximité des principales sociétés de capital-risque et des business angels américains (qui ont massivement investi dans les cleantech après l’éclatement de la première « bulle internet ») et d’importantes synergies avec des industries complémentaires (microélectronique, optique, nanotechnologies, agrobiotechnologies, etc.).
Ils y jouissent enfin à la fois d’une main-d’œuvre qualifiée et formée aux métiers de l’environnement, de la présence d’activités de services complémentaires (propriété intellectuelle, expertise juridique et technique, etc.), d’une situation géographique (et climatique) idéale, d’un contexte réglementaire particulièrement propice, ainsi que du « libéralisme » (au sens américain du terme) et de la « taille critique » de la population locale.

20Parallèlement, comme d’autres auteurs l’ont déjà souligné (Garud, Karnø, 2003 ; Jänicke, 2005 ; Buen, 2006 ; Jacobsson, Lauber, 2006 ; Lehmann, 2006 ; Brown et al., 2007 ; Lipp, 2007 ; Agnolucci, 2008 ; Barreto, Kemp, 2008), notre étude fait aussi ressortir le rôle clé (généralement positif, parfois négatif) des coalitions d’intérêts, des lobbies et des réseaux sociaux (cf. par exemple l’influence de la Coalition to Advance Sustainable Technology et de l’US Green Building Council en Californie). Ceux-ci ont en effet une importance cruciale, notamment pour la promotion des énergies renouvelables et des technologies propres, tout comme certains partenariats public-privé ou certaines initiatives interrégionales (cf. notamment le rôle joué aux États-Unis par la Regional Greenhouse Gas Initiative, la Western Climate Initiative, la National Alliance of Clean Energy Business Incubators ou encore la Northwest Energy Technology Collaborative).

Des réseaux et des clusters polymorphes et (sans doute) multi-échelles

21Il semble enfin que ces clusters et réseaux se caractérisent par une « morphologie » (organisationnelle et spatiale) particulière. Il apparaît ainsi que si la plupart d’entre eux sont essentiellement « ancrés » au niveau local (ou régional), certains se présentent parfois sous la forme de réseaux intégrés ou multi-échelles au plan spatial (i.e. ils sont à la fois ancrés au niveau local / régional, mais également ouverts à d’autres régions ou à l’international) et interactionnel (i.e. ils regroupent différents acteurs hétérogènes).

22C’est le cas des plus développés ou avancés d’entre eux. Comme cela a déjà été démontré dans d’autres secteurs (pour une revue de cette littérature, cf. Hamdouch, Depret, 2011), il semble en effet que l’ouverture (extra-locale) des réseaux d’innovation et des clusters constitue un phénomène « naturel » inscrit dans leur « cycle de vie », en particulier parce que la proximité géographique (intra-réticulaire) n’est souvent pas suffisante pour induire une dynamique d’innovation performante (ou, a minima, viable) et durable (Bouba-Olga et al., 2008).

  • 4 A contrario, les pôles de compétitivité français dans le domaine de l’environnement constituent un (...)

23On retrouve une telle configuration au Danemark où, pour des raisons à la fois économiques (coûts élevés des nouvelles générations de turbines), démographique (saturation du marché local), stratégiques (favoriser la croissance des « champions » nationaux) et techniques (pour accéder à certaines compétences spécifiques), les réseaux d’innovation et les clusters dans le domaine de l’éolien ont dû, dès les années 1980, s’ouvrir sur l’extérieur4.. D’un point de vue organisationnel, cette ouverture s’est traduite par une très forte intégration/collaboration en amont des marchés entre l’ensemble des acteurs du secteur (concepteurs, producteurs et installateurs de turbines, clients, institutions de recherche, compagnies d’électricité, etc.). Parallèlement, au plan spatial, elle s’est traduite, d’une part par une internationalisation poussée (et prosélyte) de ces acteurs vers les marchés les plus prometteurs (à l’export), d’autre part, par une forte intégration dans les programmes collaboratifs de l’Union Européenne.

Environnement, cleantech et développement territorial : Propositions pour un programme de recherche

24Bien évidement, les éléments d’analyse de ce chapitre n’évitent ni les imperfections ni les simplifications inhérentes à ce type d’exercice synthétique. C’est pourquoi, il nous faut à présent aller plus loin dans ce travail de réflexion et de formalisation des logiques d’émergence, de « morphogenèse », de structuration (sous formes de clusters et de réseaux multi-échelles) et d’évolution (spatiale et temporelle) des secteurs « verts ».

25La mise en œuvre de ce vaste programme de recherche impose, selon nous, des efforts d’investigation dans au moins trois directions. Cela passe, tout d’abord, par la constitution de données statistiques plus fines sur les technologies et les secteurs liés à l’environnement.

26La continuation de ce programme de recherche passe ensuite par une cartographie dynamique plus précise des clusters et réseaux d’innovation environnementale. Cela se justifie d’autant plus que, comme nous venons de le souligner, ceux-ci apparaissent de plus en plus au cœur des dynamiques spatiales d'émergence, de développement et de diffusion des innovations environnementales, et que, parallèlement, la littérature actuelle est relativement peu diserte sur la question.

27Enfin, l’analyse de la morphogenèse des clusters et réseaux d’innovation environnementale devrait être affinée. D’une part, en comparant plusieurs d’entre eux à différents stades de développement, dans différentes niches (technologiques) et dans différents territoires. D’autre part, en les comparant avec ceux d’autres secteurs où les logiques structurantes de clustering et de networking sont tout aussi prégnantes (NTIC, biotechnologies et nanotechnologies notamment).

Bibliographie

Agnolucci P., 2008, « Factors Influencing the Likehood of Regulatory Changes in Renewable Electricity Policies », Renewable and Sustainable Energy Reviews, 12 (1), p. 141-161.

Barreto L., Kemp R., 2008, « Inclusion of Technology Diffusion in Energy-Systems Models: Some Gaps and Needs », Journal of Cleaner Production, 16 (1S), p. 95-101.

BERR, 2009, Low Carbon and Environmental Goods and Services: An Industry Analysis, Berr Department for Business Enterprise & Regulatory Reform, Winsford Cheshire, John Sharp Innovas Solutions Ltd.

Berkhout F., 2002, « Technological Regimes, Path Dependency and the Environment », Global Environmental Change, 12 (1), p. 1-4.

Bonini S.M.J., Oppenheim J.M., 2008, « Helping ‘Green’ Products Grow », The Mc Kinsey Quarterly, October.

Bouba-Olga O., Carrincazeaux C., Coris M., 2008, « La proximité : 15 ans déjà ! », Revue d’économie régionale et urbaine, 3, p. 279-288.

Brown J., Hendry C., Harborne P., 2007, « An Emerging Market in Fuel Cells? Residential Combined Heat and Power in Four Countries », Energy Policy, 35 (4), p. 2173-2186.

Buen J., 2006, « Danish and Norwegian Wind Industry: The Relationship between Policy Instruments, Innovation and Diffusion », Energy Policy, 38 (18), p. 3887-3897.

Christiansen A.C., Buen J., 2002, « Managing Environmental Innovation in the Energy Sector: The Case of Photovoltaic and Wave Power Development in Norway », International Journal of Innovation Management, 6 (3), p. 233-256.

Cooke P.N., 2009, « Transition Regions: Green Innovation and Economic Development », DRUID Summer Conference 2009, Fredericksberg, June 17-19.

del Rio P., Unruh G., 2007, « Overcoming the Lock-Out of Renewable Energy Technologies in Spain: The Cases of Wind and Solar Electricity », Renewable and Sustainable Energy Review, 11 (7), p. 1498-1513.

Depret M.-H., Hamdouch A., 2009a, « Quelles politiques de l’innovation et de l’environnement pour quelle dynamique d’innovation environnementale ? », Innovations - Cahiers d'économie de l'innovation, 29 (1), p. 127-147.

Depret M.-H., Hamdouch A., 2009b, « Clusters émergents et nature de la proximité entre acteurs de l’innovation : Le cas des green technologies », Sixièmes Journées de la proximité : « Dynamiques de proximité : Le temps des débats », Poitiers, 14-16 octobre.

Depret M.-H., Le Masne P., Merlin-Brogniart C., 2009, « De la responsabilité sociale des acteurs », Marché et organisations : Cahiers d’économie et de gestion de la Côte d’Opale, 8, p. 17-41.

Elzen B., Geels F.W., Green K. (Eds.), 2004, System Innovation and the Transition to Sustainability: Theory, Evidence and Policy, London, Edward Elgar.

Foxon T.J., Kohler T.J., Oughton C. (Eds.), 2008, Innovation for a Low Carbon Economy: Economic, Institutional and Management Approaches, London, Edward Elgar.

Foxon T., Pearson P., 2008, « Overcoming Barriers to Innovation and Diffusion of Cleaner Technologies: Some Features of a Sustainable Innovation Policy Regime », Journal of Cleaner Production, 16 (1S), p. 148-161.

Fritz-Morgenthal S., Greenwood C., Menzel C., Mironjuk M., Sonntag-O’Brien V., 2009, The Global Financial Crisis and its Impact on Renewable Energy Finance, Paris, United Nations Environment Programme - New Energy Finance - Frankfurt School of Finance & Management.

Garud R., Karnøe P., 2003, « Bricolage versus Breakthrough: Distributed and Embedded Agency in Technology Entrepreneurship », Research Policy, 32 (2), p. 277-300.

Grubb M., Jamasb T., Pollitt M.G. (Eds.) 2008, Delivering a Low-Carbon Electricity System: Technologies, Economics and Policy, Cambridge, Cambridge University Press.

Grübler A., Nakicenovic N., Victor D. G., 1999, « Dynamics of Energy Technologies and Global Change », Energy Policy, 27 (5), p. 247-280,

Hamdouch A., Depret M.-H., 2001, La nouvelle économie industrielle de la pharmacie : Structures industrielles, dynamique d'innovation et stratégies commerciales, Paris, Elsevier.

Hamdouch A., Depret M.-H., 2008, « La dynamique d’émergence et de développement des clusters et réseaux d’innovation dans les nouvelles technologies et les nouveaux services liés à l’environnement », 3e Forum L’esprit de l’innovation, Colloque international Services, innovation et développement durable, Poitiers, 26-28 mars.

Hamdouch A., Depret M.-H., 2010, « Policy Integration Strategy and the Development of the ‘Green Economy’: Foundations and Implementation Patterns », Journal of Environmental Planning and Management, 53 (4), June, p. 473-490.

Hamdouch A., Depret M.-H., 2011, « Multiscalar Clusters and Networks as the Foundations of Innovation Dynamics in the Biopharmaceutical Industry », à paraître dans Région et développement, 33.

IEA, 2008, Deploying Renewables: Principles for Effective Policies, International Energy Agency, Paris, OECD Publishing.

Jacobsson S., Lauber V., 2006, « The Politics and Policy of Energy System Transformation: Explaining the German Diffusion of Renewable Energy Technology », Energy Policy, 34 (3), p. 256-276.

Jänicke M., 2005, « Trend-Setters in Environmental Policy: The Character and Role of Pioneer Countries », European Environmental, 15 (2), p. 129-142.

Kemp R., 1994, « Technology and the Transition to Environmental Sustainability: The Problem of Technological Regime Shifts », Future, 26 (10), p. 1023-1046.

Kemp R., Shot Y., Hoogma R., 1998, « Regime Shifts to Sustainability through Processes of Niche Formation: The Approach of Strategic Niche Management », Technology Analysis and Strategic Management, 10 (2), p. 175-195.

Kern F., Smith A., 2008, « Restructuring Energy Systems for Sustainability? Energy Transition Policy in the Netherlands », Energy Policy, 36 (11), p. 4093-4103.

Lehmann M., 2006, « Government-business Relationships through Partnerships for Sustainable Development: The Green Network in Denmark », Journal of Environmental Policy & Planning, 8 (3), p. 235-257.

Lehmann M., Christensen P., Thrane M., Jørgensen T.H., 2009, « University Engagement and Regional Sustainability Initiatives: Some Danish Experiences », Journal of Cleaner Production, 17 (12), p. 1067-1074.

Lipp J., 2007, « Lessons for Effective Renewable Electricity Policy from Denmark, Germany and the United Kingdom », Energy Policy, 35 (11), p. 5481-5495.

Madsen A.N., Andersen P.D., 2010, « Innovative Regions and Industrial Clusters in Hydrogen and Fuel Cell Technology », Energy Policy, 38 (10), p. 5372-5381.

Makower J., Pernick R., Wilder C., 2009, Clean Energy Trends 2009, Oakland, Clean Edge.

Mans P., Alkemade F., van der Valk T., Hekkert M.P., 2008, « Is Cluster Policy Useful for the Energy Sector? Assessing Self-declared Hydrogen Clusters in the Netherlands », Energy Policy, 36 (4), p. 1375-1385.

Nakicenovic N., 1996, « Freeing Energy from Carbon », Daedalus, 125 (3), p. 95 – 112.

NEF, 2009, New Energy Finance Global Futures 2009, London, New Energy Finance.

Nikvist B., Whitmarsch L., 2008, « A Multi-level Analysis of Sustainable Mobility Transitions: Niche Development in the UK and Sweden » Technological Forecasting and Social Change, 75 (9), p. 1373-1387.

NVCA, 2009, 2009 National Venture Capital Association Yearbook, National Venture Capital Association, Arlington.

OECD, 2008a, Environmental Innovation and Global Markets, Working Party on Global and Structural Policies, Document n° ENV/EPOC/GSP (2007) 2/Final, Paris, OECD Publishing.

OECD, 2008b, Environmental Policy, Technological Innovation and Patents, OECD Studies on Environmental Innovation, Paris, OECD Publishing.

OECD, 2009a, Sustainable Manufacturing and Eco-innovation : Towards a Green Economy, OECD Policy Brief, OECD Observer, June, Paris, OECD Publishing.

OECD, 2009b, 2009 Interim Report on the OECD Innovation Strategy : An Agenda for Policy Action on Innovation, Paris, OECD Publishing.

Payton S., Kneller P., 2009, The Future of Cleantech in Europe, London, Caspian Publishing.

Smith A., Stirling A., Berkhout F., 2005, « The Governance of Sustainable Sociotechnical Transitions », Research Policy, 34 (10), p. 1491-1510

Suurs R.A.A., Hekkert M.P., 2009, « Competition between First and Second Generation Technologies : Lessons from the Formation of a Biofuels Innovation System in the Netherlands », Energy, 34 (5), p. 669-679.

Tudor T., Adam E., Bates M., 2007, « Drivers and Limitations for the Successful Development and Functioning of EIPs (Eco-Industrial Parks) : A Literature Review », Ecological Economics, 61 (2), p. 199-207.

UNEP/NEF, 2009, Global Trends in Sustainable Energy Investment 2009 : Analysis of Trends and Issues in the Financing of Renewable Energy and Energy Efficiency, Nairobi, United Nations Environment Programme-New Energy Finance.

Notes

1 Une partie de ces efforts relève des politiques publiques qui seront traitées dans le chapitre 34 de cet ouvrage. Le point de vue « macro » de ce dernier complétera ainsi l’optique « méso » du présent chapitre (et inversement).

2 Le marché mondial total des produits et services environnementaux est estimé à 1.370 milliard de dollars (UNEP/ILO, 2008). Une étude récente va même plus loin en estimant le marché du « post-carbone et des biens et services environnementaux » – qui, outre les activités liées à l’environnement, comprend le secteur des énergies renouvelables et les activités dites « low carbone » – à 5 000 milliards de dollars en 2008 (BERR, 2009).

3 La littérature recense bien de nombreux articles consacrés aux « eco-industrial parks » (cf. Tudor et al., 2007), mais on ne peut pas raisonnablement considérer ces derniers comme des clusters.

4 A contrario, les pôles de compétitivité français dans le domaine de l’environnement constituent un contre-exemple au cas danois, dans la mesure où aucun n’a le label de « pôle (de compétitivité) mondial », tandis que seulement sept d’entre eux ont une « vocation mondiale (Axelera, Industries & Agro-Ressources, I-Trans, MOV’EO, Pôle Mer Bretagne, Pôle Mer PACA, EAU).

Table des illustrations

Titre Tableau 11.1. Panorama de la localisation des principaux clusters et réseaux d’innovation « verts » dans le monde
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15400/img-1.jpg
Fichier image/, 301k

Auteurs

Maître de conférences en économie, BETA, Université Henri Poincaré, marc-hubert.depret@univ-nancy2.fr

Maître de conférences HDR en économie, CLERSE UMR 8019, Université de Lille 1, Abdel.Hamdouch@univ-lille1.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540