Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie II. Problématiques générales

Chapitre 10. Patrimoine, territoire, développement durable

Martino Nieddu et Franck-Dominique Vivien

Texte intégral

Introduction : Développement durable : derrière le capital, le patrimoine ?

  • 1 Pour ce qui est des biens, le droit va précisément fixer des limites quant à la circulation de leur (...)

1Le développement durable (DD) est souvent appréhendé par le biais de la transmission d’héritages entre générations : certains visibles, d’autres non ; certains voulus, d’autres non ; des capacités de production, des traits culturels, des institutions, des infrastructures, des pollutions de longue durée, etc. L’économiste et, à sa suite, nombre de commentateurs traduisent cette problématique en usant d'une catégorie de capital qui va s'avérer fort extensible. C’est dans cette perspective que prend place l’opposition, désormais bien connue, entre les modèles de « soutenabilité faible » et de « soutenabilité forte », qui porte sur le type de contrainte devant peser sur la dynamique socio-économique. Pour les tenants de la soutenabilité faible, il faut, au minimum, transmettre un stock de capital aux générations futures pour qu’elles voient leur niveau de bien-être maintenu relativement à celui des générations actuelles. Par contre, il est possible de modifier la composition de ce stock de capital, en substituant un type de capital à un autre : grâce à l’investissement, le capital créé par les hommes (équipements productifs, éducation, recherche…) remplacera le capital naturel (services environnementaux et ressources naturelles) consommé par les générations présentes ; une sorte d’échange s’effectuant ainsi entre les générations. Les partisans de la soutenabilité forte se montrent moins optimistes quant aux capacités techniques et sont convaincus que la substituabilité entre capital naturel et capital créé par les hommes rencontrera nécessairement une limite. D’où la nécessité, selon eux, de maintenir, à travers le temps, un stock de « capital naturel critique », dont les générations futures ne sauraient se passer. Pour heuristique que soit, au premier abord, cette distinction, l’alternative qu’elle campe revient à se demander s’il est possible de tolérer telle perte intergénérationnelle en capital plutôt que telle autre. Bien que, dans ces conditions, la notion de capital ne puisse échapper à la question patrimoniale, le glissement de sens qui s’opère à cette occasion tend à imposer une grille de lecture qui place la dimension marchande au centre du cadre de l’analyse économique. Ce glissement de sens entre patrimoine et capital fournit un troublant exemple de transfert épistémologique du droit vers l’économie ; les économistes ayant repris la doctrine juridique française du XIXe siècle, selon laquelle ne sont considérés comme patrimoine que des objets susceptibles d’une opération de cession marchande (Fortunet, 2005). Ceci est en général expliqué par la nécessité (progressiste) de construire les individus modernes face aux sociétés fusionnelles d'Ancien Régime, où ils n'existaient qu'en tant que membres de groupes constitués. Ce faisant, des éléments essentiels à la vie des individus, comme leur identité, seront considérés comme extra-patrimoniaux1.

2De même qu'il faut, dans le domaine juridique, déconstruire les dérogations du droit individuel marchand de l'usus, abusus, fructus pour rendre viables des situations pratiques, il est nécessaire en économie de faire reconnaître des patrimoines comme objets collectifs. Dans la perspective du DD, cet enjeu se pose, non seulement pour les objets environnementaux, mais également pour toutes les organisations économiques, que ce soit les secteurs, les territoires et les entreprises. Plutôt que de pratiquer des détours analytiques pour réussir à introduire dans l'univers marchand des externalités et des catégories de « capital » fictif, non marchandes par essence, il est plus adéquat d'analyser directement la conduite de l'action collective en termes de patrimoines.

Le patrimoine comme outil d’analyse économique

3Trois dimensions sont présentes dans la notion de patrimoine, au sens où nous l’entendons :

  • Le patrimoine est constitué de ressources communes qui contribuent à l'unité d'organisations, telles que les secteurs, les territoires et les entreprises. Ces ressources doivent être produites ou qualifiées comme telles et être préservées au cours du temps pour que des acteurs puissent se coordonner – on rejoint ici des travaux sur les processus de qualification d'acteurs ou d'objets qui conditionnent l’existence de marchés (Allaire, 2007 ; Karpik, 2007).

  • Ces ressources communes constituent des avoirs, mais elles sont aussi constitutives de l'être car elles touchent aux conditions d’existence et à l’identité des biens, mais aussi des personnes et de groupes humains – cette question de l'identité étant centrale en économie, si l'on suit Akerlof, lequel a introduit cette thématique dans l'analyse économique des choix individuels, en tant qu'il s'agit, selon lui, du choix le plus important que doit faire l'agent économique (Nieddu, 2006).

  • Le patrimoine est une « prise de pouvoir sur le futur » (Godard, 1990) : dire qu'un élément fait patrimoine, c'est dire que l'on souhaite construire une communauté future dans laquelle il est présent ; la réévaluation du concept de patrimoine participe donc de la relecture du vieil institutionnalisme de Commons et Veblen, en particulier de la notion de futurity.

  • 2 On ne niera pas l'intérêt des exercices de valorisation monétaires de certains phénomènes relevant (...)

4Cette triple perspective permet de fournir un cadre analytique pour penser les problématiques des différents piliers du DD dans des organisations sociales ou dans le monde productif. Cette méthode peut s'étendre à des domaines divers : la construction des individus dans les sociétés modernes qui passe autant par la reconnaissance de droits individuels que par la constitution de patrimoines nationaux de droit collectifs (protection sociale, par exemple) ; l’étude des grandes constructions territoriales ou sectorielles, dans lesquelles des composantes non marchandes (des préoccupations de cohésion sociale ou environnementales) jouent un rôle central : agences de l'eau (Vivien, 2009), organisations de gestion de quotas (Barthélemy, Vivien, 2007), par exemple. Elle ouvre également sur une grille d'analyse de la performance d'entreprise resituée dans son cadre collectif (du Tertre, 2007) et d’une concurrence contemporaine portant sur la formation de communautés qui travaillent à délimiter les frontières des firmes ou des secteurs qui assurent leur compétitivité (Hamdouch, Depret, 2003). Ceci permet de décrire comment les registres de l'action collective concernés s'inscrivent dans la longue durée et font système dans des mondes de production. Cette approche conduit aussi à appréhender la manière dont les systèmes de formation des prix englobent des logiques hybrides, notamment une dimension patrimoniale souvent négligée. On a ainsi pu constater que le prix de la terre se fixe, en France, en fonction de l’identité des échangistes, selon qu’il s’agisse d’un membre de la famille ou d’une personne qui lui y étrangère2 (Barthélemy et al., 2004).

Nécessité d'une double approche du patrimoine, substantive et en tant que rapport social

  • 3 L'enjeu en économie tient au fait que le formalisme d'inspiration néoclassique « ignore les caracté (...)

5La première étape d'une approche économique en termes de patrimoine redonne au travail empirique et factuel toute sa portée : elle vise à donner une représentation substantive (et institutionnaliste) des patrimoines en jeu (Barrère, 2007)3. Il s'agit de reconnaître et d'ériger comme faits stylisés les caractéristiques patrimoniales des objets ou des organisations productives étudiés. Cela oblige à penser l'action collective en termes de « gestion multidimensionnelle » de ces objets et de patrimoines productifs collectifs. Les exemples de ces derniers abondent : ce sont des ressources immatérielles permettant des apprentissages entre utilisateurs et producteurs, des outils cognitifs partagés (Zaclad, 2007), des dispositifs de qualification de ressources libres, telles que des connaissances scientifiques comme actifs potentiels d'un secteur ou d'un territoire (Billaudot, 2004). Ce sont aussi des ressources ayant une dimension matérielle comme des dispositifs « localisés » de rencontre entre acteurs scientifiques et économiques autour de laboratoires publics ou privés collectifs, ou des activités de développement technologique (démonstrateurs ou unités pilotes avant industrialisation). Ce sont enfin des institutions dédiées et des outils organisationnels de constitution en communautés, tels que les plates-formes technologiques de l'Europe ou les « pôles de compétitivité » en France.

6La seconde étape consiste à séparer analytiquement les transactions qui doivent être reconnues comme transactions patrimoniales des transactions d'un autre type, notamment marchandes. L’engagement d’un objet ou d’une institution dans une relation patrimoniale est une façon de « faire de l'économie » – au sens substantif, défini par Polanyi (1975) – puisqu’il s'agit d’allouer des ressources rares. Simplement, celles-ci le sont en vue d’un impératif de reproduction d’une communauté, de son identité et de ses moyens de subsistance. Le point important est qu'un même objet peut alternativement, selon les situations, voire simultanément, être engagé dans une relation marchande en tant que capital et être engagé dans une relation patrimoniale et donc « géré comme un patrimoine ». C’est cette « gestion comme un patrimoine » qui interdit de confondre les concepts de capital et de patrimoine. La démarche analytique doit donc renverser l'ordre d'exposition habituel des économistes hétérodoxes qui partent du marchand pour y opposer le « non-marchand », afin de mettre d'abord en évidence le patrimonial : l'ensemble des éléments, institutions, comportements et organisations en tant qu'ils concourent à une logique de reproduction. Les logiques institutionnelles contradictoires coexistant généralement au sein des mêmes institutions ou organisations, il s'agit toujours d'une reconstruction analytique, dont on ne peut rendre compte que par une démarche narrative de restitution de la dialectique et de la tension entre ces logiques (Barthélemy et al., 2002).

De l'existence de l'entreprise à celle du secteur

7L'importance d'une action collective conduite dans une logique patrimoniale peut être illustrée à partir du paradoxe de la firme qui est menacée dans son existence propre lorsqu'elle est soumise elle-même à marchandisation. En effet, l'évaluation de la valeur d'une entreprise, comme panier de biens capitaux (actifs que l’on pourra essayer de vendre séparément), conduit à ne considérer l’entreprise qu'en termes de valeur de liquidation. Si l'on fait une économie politique du chef d'entreprise réel, celui-ci doit en réalité aménager la coexistence de plusieurs modes d'évaluation de l'entreprise. Dans ce compromis, l'entreprise est considérée comme une entité (Biondi et al., 2007) dans son identité propre et unique : la spécificité et la non-reproductibilité de ses avantages compétitifs sont liées à la spécialisation mutuelle de ses actifs et des compétences de ses salariés. Ceci justifie que les actifs soient mis hors marché (les immobilisations durables constitutives du patrimoine), dès lors que leur liquidation partielle pourrait entraîner l’inefficacité des autres ressources et menacer l’existence même de la firme. Sans logique patrimoniale au sens où nous l'entendons, il n’existerait donc pas d'entreprise.

8L’articulation entre logique patrimoniale et autres logiques économiques doit être observée, non seulement dans les situations en marge de l’activité économique, telles que la préservation du patrimoine naturel (Vivien, 2005), mais aussi au cœur des relations de marché et de l'entreprise. Ceci ne saurait surprendre les économistes hétérodoxes, que ce soit ceux issus des approches régulationnistes ou ceux qui ont traité des questions d'économie industrielle à partir de ce qu'on a appelé « l'économie de la proximité » (pour une synthèse de ces deux approches, voir Laurent et du Tertre éd., 2008), lesquels considèrent que l'activité économique ne peut être le fait de ressources sans identité, assemblées de façon atemporelle et sans ancrage ou référence à un espace. Il faut donc relier la prégnance des patrimoines productifs et leurs effets structurants sur longue période à l'ensemble des travaux qui les ont largement documentés à travers la littérature sur les systèmes nationaux, locaux ou sectoriels.

9Par ailleurs, cette littérature enseigne que, comme le rappelle Lordon (1997), « la nature ne fait pas de saut » : le changement technologique ne résulte pas d'un « désordre créateur », mais s'inscrit profondément dans la continuité historique de dynamiques structurelles particulières. Prenons l'exemple de l'épuisement des ressources fossiles et des efforts de substitution du pétrole par des ressources agricoles renouvelables : la façon dont va s'ordonner le changement technologique ne correspond pas à une rupture et un saut schumpetérien vers d'autres activités, mais doit être observée dans les efforts d'acteurs historiquement situés (acteurs de l'agriculture industrielle, producteurs de la chimie de spécialité déjà basée sur des ressources renouvelables, acteurs de la chimie traditionnelle) qui vont chercher à recomposer des bases des connaissances afin de trouver de nouveaux sentiers de développement. La caractéristique principale de cette dynamique d'organisation est qu’elle est le fait de communautés porteuses d'une représentation commune du futur technologique.

10Ces communautés se nouent autour de ressources scientifiques, techniques, économiques et sociales existantes ou en formation qui sont des patrimoines productifs collectifs. Ceci permet d'éclairer la problématique du DD dans le monde productif qui engage l'émergence de secteurs nouveaux et de nouvelles relations intersectorielles, sans lesquels des firmes ou des entrepreneurs « verts », fussent-ils dotés d'une solide éthique environnementale, ne sauraient exister. Dans la dynamique contemporaine autour de la chimie verte, par exemple, on a pu constater l'importance de ces deux dimensions : l'ancrage des activités nouvelles dans un héritage productif et la construction commune d'une représentation du futur qui désigne les patrimoines productifs collectifs « à constituer ». Dans le domaine économique, elle mobilise tous les registres de l'action collective, de la recherche fondamentale à l’innovation industrielle, mais aussi de la construction de modèles économiques et de marchés qui n'existent pas a priori. D'où l'importance accordée (1) aux exercices collectifs de réflexion stratégique, que ce soit aux États-Unis ou en Europe, telles que les « feuilles de route » technologiques, fixant collectivement un horizon atteignable et une méthode de coordination censée permettre de l'atteindre, (2) mais aussi aux enjeux concurrentiels autour de l'émergence institutionnelle de nomenclatures de produits destinées à qualifier leur identité de produits verts.

Patrimoines productifs collectifs et maîtrise de la division économique du travail : le cas de la green economy

11La division du travail repose sur le fait qu'aucun acteur ne souhaite assurer la gestion de la totalité du système, laquelle génèrerait pour lui des coûts – cognitifs et autres – prohibitifs. Tous développent des stratégies qui leur permettent de ne pas avoir à le faire, fût-ce au prix d'inefficacités économiques ou d'effets pervers divers. Or, dans toute économie décentralisée, les acteurs doivent trouver des dispositifs de coordination, à la fois synchroniques et diachroniques, prenant en charge cette division du travail et assurant la cohérence a minima de leur espace productif.

  • 4 Le terme « biopolymères » désigne en chimie des polymères fondés sur des substrats renouvelables (i (...)

12Dans des domaines liés au DD, tels que celui des biopolymères4, on a pu observer des stratégies d'innovation « modulaire », au sens où il s'agissait de changer le contenu d'un seul « tiroir » du système productif, sans avoir à supporter le coût du changement des autres « tiroirs ». En général, ces stratégies d’acteur innovant visaient à créer un polymère clé, considérant que les autres acteurs seraient obligés de s'agglomérer autour de lui. Les industriels qui importaient cette stratégie des biotechnologies pharmaceutiques avaient sous-estimé que, dans ce secteur, la molécule est évaluée comme plus efficace par des procédures d'essai institutionnalisées : elle est donc qualifiée comme telle avant de venir remplacer les anciennes. Or, en l'absence de telles procédures formelles, cette stratégie va s'avérer défaillante dans des situations nécessitant une innovation systémique, c'est-à-dire dans des cas où le rendement de l'innovation, qu'il soit privé ou social, dépend de la réalisation effective de changements globaux. Cette question des ressources collectives à allouer au changement systémique n'ayant pas été prise en charge, cela a donné naissance à des situations de « désordre technologique » (Nieddu, 2000).

13On comprend mieux ainsi comment, y compris lorsque la société exprime une demande de produits et de process acceptables du point de vue de l'environnement, les logiques marchandes ne peuvent suffire en elles-mêmes à produire les coordinations et les technologies que la situation requiert. On retrouve alors l'importance de transactions qui appartiennent à des institutions d'ordre patrimonial et à des régimes patrimoniaux, lesquels « renvoient aux compétences fondamentales de communautés, qu'il s'agisse des (...) professions et de leurs missions, des compétences territoriales ou encore du fonctionnement des communautés épistémiques » (Allaire, 2007, p. 147).

Territoires et ressources patrimoniales

14La critique des stratégies de développement exogène de territoires (importation d'entreprises que l'on cherche à attirer par un abaissement des coûts d'installation, ce qui les rend encore plus mobiles) a conduit à s'intéresser à la formation des ressources sur un territoire donné. Les auteurs travaillant ce domaine proposent de combiner la notion de patrimoine et celle de ressource spécifique (Colletis, Pecqueur, 2005 ; Landel, Senil, 2009). Le point clé de cette démarche est la recherche de cercles vertueux de croissance endogène liés à des régimes patrimoniaux efficaces en termes de révélation et mise à disposition des ressources spécifiques.

  • 5 On peut mobiliser ici la parabole de l'activité agricole : celle-ci doit produire simultanément le (...)

15Dans le schéma ci-dessous, aménagé à partir de Billaudot (2004), l'activité économique est finalisée par la production, mais a comme coproduits des compétences ou une accumulation de savoir-faire organisationnels5. Ceux-ci sont des ressources potentielles qui n'existent pas en soi, mais doivent faire l'objet d'une spécification, exactement de la même façon que le patrimoine artistique n'existe pas sans un processus de patrimonialisation particulier.

Schéma 10.1. : Un régime patrimonial efficace en termes de collectes de ressources libres

Schéma 10.1. : Un régime patrimonial efficace en termes de collectes de ressources libres

d’après Billaudot, 2004

16Même dans le cas d’importation de ressources, il faut qu’elles soient reconnues comme des ressources dont le territoire (ou le secteur) a spécifiquement besoin pour être réellement intégrées (c'est le cas du progrès technique désincorporé pour être réincorporé dans les formes locales adéquates dans les pays qui ont réussi à intégrer les progrès de l'Occident). Par exemple, les connaissances forment un patrimoine de ressources cognitives, le plus souvent libres d'accès a priori, du moins du point de vue du droit. Ceci ne garantit pas pour autant leur utilisation, si elles ne bénéficient pas de ce dispositif de reconnaissance et de réappropriation.

17La coordination par le marché peut assurer la circulation de ressources « ordinaires », pour reprendre le terme de Billaudot, c'est-à-dire reproductibles dans une activité industrielle. Elle n'assure pas, ou difficilement, le transfert des ressources patrimoniales, lesquelles font exister les structures sectorielles et territoriales qui sont la base de toute économie. Elles opèrent ce que Billaudot appelle des cycles de « transformations public-privé et privé-public », c'est-à-dire des transformations de ressources d’organisation en ressources de territoire et de ressources de territoire en ressources d’organisation. Le brevet, par exemple, présente ce double caractère d’une ressource qui devient publique au moment de sa publication officielle, tout en restant privée par le monopole temporaire accordé par les pouvoirs publics.

18Allaire (2007) oppose à cet endroit la relation marchande (la construction d'un rapport particulier aux autres qui puisse être impersonnel et discontinu, car entièrement médiatisé par la monnaie et les marchandises) et les institutions qui lui sont dédiées, avec les transactions qui appartiennent à l'ordre patrimonial car elles concernent l'existence de communautés. On considère avec du Tertre (2007) que ces institutions définissent, au-delà de la firme, des espaces non marchands de création de valeur : celle-ci emprunte la voie de la combinaison de patrimoines immatériels et matériels à des communautés sectorielles et/ou territoriales. Quant aux communautés elles-mêmes, elles portent des conceptions considérées comme légitimes (au sens de justifiées au sein de la communauté) de la division du travail entre différents domaines ou dans différentes spécialisations territoriales, qu’elles stabilisent dans un ordre qui apparaît souvent comme « naturel » ou « logique » au regard de l'efficacité économique, alors qu’il s’agit de constructions historiques. Par conséquent, il convient d'être à même de discuter des choix sociaux que de telles conceptions recouvrent.

Conclusion

19Les travaux récents dans des domaines aussi variés que ceux de la gestion de l'eau (Petit éd., 2009), des quotas laitiers, de l'économie des produits d'appellation ou de la formation de nouvelles relations intersectorielles en chimie verte plaident pour l'intégration dans l'analyse économique d'un concept rénové de patrimoine. Grâce à celui-ci, on prend conscience du fait que les organisations et les institutions doivent être analysées, non pas sous l'angle des distorsions de concurrence qu'elles induisent, comme le fait une certaine catégorie d’économistes, mais comme des hybrides entre logiques marchandes (existence d'un produit soumis à transaction marchande) et patrimoniales (procédures destinées à préserver une ressource ou un territoire).

20La concurrence contemporaine elle-même doit d'ailleurs être analysée de ce point de vue, plus significatif qu'en termes de concurrence par les prix, car il permet de sortir du raisonnement de courte période. Les stratégies observées montrent, de façon plus nette que par le passé, des jeux hybrides, collectifs, portant sur des dynamiques de long terme. La recherche d'interactions coopératives est une façon de sélectionner des sentiers de développement qui vont s'auto-entretenir à l'avantage des acteurs qui sont en capacité de maîtriser la configuration des communautés productives correspondantes (cf. par exemple, les descriptions en termes de « coopération préemptive » et de « concurrence réticulaire » de Hamdouch et Depret, 2003).

21Cette remarque est d'autant plus importante dans le cadre des débats sur l'institutionnalisation du DD et sur sa mise en forme dans les systèmes productifs : celles-ci mettent en jeu des communautés qui se construisent, notamment au cours d'exercices de prospective technologique ou territoriale, autour de compromis qui leur semblent acceptables entre leurs propres impératifs de reproduction à court terme et les impératifs de DD tels qu'ils sont issus de processus collectifs de qualification du problème (expertises sur le changement climatique, sur la toxicité des produits chimiques, sur les crises urbaines, etc.). Les patrimoines communs ainsi institués sont les formes par lesquelles le DD est rendu supportable pour des acteurs précis. L'économiste se doit donc de qualifier et d'évaluer ces processus collectifs.

Bibliographie

Allaire G., 2007, « Les figures patrimoniales du marché », Économie appliquée, n° spécial « L’économie du patrimoine », 60 (3), p. 121-156.

Barrère C., 2007, « Vers une théorie économique du patrimoine, une approche substantiviste », Économie appliquée, n° spécial « L’économie du patrimoine », 60 (3), p. 7-30.

Barthélemy D., Boinon J.-P., Nieddu M., 2004, « Le dualisme comportemental des agriculteurs : une interprétation institutionnaliste dialectique », Économie et institutions, 3 (6), p. 131-164.

Barthélemy D., Vivien F.-D., 2007, « La conditionnalité réciproque du patrimoine commun et de la propriété privée. Le cas des quotas laitiers et des quotas d’émission de gaz à effet de serre », Économie appliquée, 60 (3), p. 199-234.

Billaudot B., 2004, « À propos de deux questions concernant le concept de patrimoine : de quels éléments se compose un patrimoine et quels en sont les titulaires possibles ? », in Nieddu M. (dir.), 2004, n° spécial « Patrimoines, ordres et dynamique du capitalisme », Géographie, économie, société, 6 (3), p. 291-301.

Biondi Y., Canziani A., Kirat T. (eds.), 2007, The firm as an Entity, Implications for economics, accounting and the law, London, Routledge.

Colletis G., Pecqueur B., 2005, « Révélation de ressources spécifiques et coordination située », Économie et institutions, 6/7, p. 51-73.

Du Tertre C., 2007, « Création de valeur et accumulation : capital et patrimoine », Économie appliquée, n ° spécial « L’économie du patrimoine », 60 (3), p. 157-176.

Fortunet F., 2005, « Patrimoine et identité : approches juridiques », in Barrère C., Barthélemy D., Nieddu M., Vivien F.-D. (éds), 2005, Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, L’Harmattan, p. 71-80.

Godard O., 1990, « Environnement, modes de coordination et systèmes de légitimité : analyse de la catégorie de patrimoine naturel », Revue économique, 41 (2), p. 215-241.

Hamdouch A., Depret M.-H., 2003, « Innovation, coopération préemptive et concurrence réticulaire : les nouvelles dynamiques des relations interfirmes », Colloque Économie de la firme : quelles nouveautés ?, 17-18 avril, http://matisse.univ-paris1.fr/doc2/mse3113.pdf

Karpik L., 2007, L’économie des singularités, Paris, Gallimard.

Landel P.-A., Senil N., 2009, « Patrimoine et territoire, les nouvelles ressources du développement », Développement durable et territoires, dossier 12 : Identités, patrimoines collectifs et développement soutenable, http://developpementdurable.revues.org/index7563.html

Laurent C., du Tertre C., (dir.), 2008, Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, Paris, L’Harmattan.

Lordon F., 1997, « Les systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, de B. Amable, R. Barré, R. Boyer », Compte rendu de lecture, L’Année de la régulation, 1, p. 336-343.

Nieddu M., 2000, « Science et dynamiques économiques, le cas des biopolymères », Sciences de la société, 49, p. 87-104.

Nieddu M., 2006, Réévaluer la notion de patrimoine ?, Habilitation à diriger des recherches, université de Reims Champagne Ardenne, http://www.univ-reims.fr/gallery_files/site/1/1697/3184/5292/5356/15589.pdf

Petit O. (éd), 2009, « La mise en patrimoine de l’eau », n° spécial, Mondes en développement, 37 (1).

Polanyi K., 1975, « L’économie en tant que procès institutionnalisé », in Arensberg C.M., H.W. Pearson, K. Polanyi (dir.), Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la pensée, trad. fr., Paris, Larousse, p. 239-260.

Vivien F.-D., 2009, « Pour une économie patrimoniale des ressources naturelles et de l’environnement », Mondes en développement, 37 (1), p. 17-28.

Vivien F.-D., 2005, « Et la nature devint patrimoine… », in Barrère C. et al. (éds), Réinventer le patrimoine, Paris, L’Harmattan, p. 45-70.

Zacklad E., 2007, « Des services aux entreprises à l’économie de la fonctionnalité – Synthèse », in E. Heurgon, J. Landrieu (éds.), L’économie des services pour un développement durable – nouvelles richesses, nouvelles solidarités, Paris, L’Harmattan, p. 317-320.

Notes

1 Pour ce qui est des biens, le droit va précisément fixer des limites quant à la circulation de leur identité. S'il est possible de racheter le nom d'une marque, les limites introduites notamment par les Appellations d'origine contrôlée sont un exemple d'une « mise hors marché » de l'identité de biens pour préserver l'existence économique de secteurs ou de territoires capables de produire ces biens.

2 On ne niera pas l'intérêt des exercices de valorisation monétaires de certains phénomènes relevant d'une logique patrimoniale comme le chiffrage de la « valeur de la terre » ou de la « perte en cas de disparition des abeilles ». Néanmoins, le fait d'utiliser une métrique monétaire ne doit pas faire oublier la logique sous-jacente : plutôt qu'un calcul permettant de maximiser un capital, la mesure vise à établir une réalité patrimoniale et à orienter l'allocation des ressources selon cette réalité.

3 L'enjeu en économie tient au fait que le formalisme d'inspiration néoclassique « ignore les caractéristiques patrimoniales des biens, qui pourtant co-déterminent les conditions de la demande » et « exclut toute considération du rôle des identités sociales des individus dans les comportements d'offre et de demande » (Barrère, 2007, p. 10). En témoigne la tentative de Becker de prendre en compte les effets du patrimoine social sur l'utilité des individus, mais en essayant de réduire la structuration sociale des préférences à la seule action des individus.

4 Le terme « biopolymères » désigne en chimie des polymères fondés sur des substrats renouvelables (il peut s'agir de polymères chimio-synthétiques n'ayant plus grand chose à voir avec leur origine biosourcée).

5 On peut mobiliser ici la parabole de l'activité agricole : celle-ci doit produire simultanément le produit attendu et un patrimoine, une fertilité renouvelée de la terre transmise aux cycles de production et générations suivantes.

Table des illustrations

Titre Schéma 10.1. : Un régime patrimonial efficace en termes de collectes de ressources libres
Crédits d’après Billaudot, 2004
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15399/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteurs

Maître de conférences HDR en économie, OMI, Université de Reims Champagne Ardenne, martino.nieddu@univ-reims.fr

Maître de conférences HDR en économie, OMI, Université de Reims Champagne Ardenne, fd.vivien@univ-reims.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540