Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie II. Problématiques générales

Chapitre 7. Équité territoriale et développement durable

Edwin Zaccaï et Bertrand Zuindeau

Texte intégral

1La définition du développement durable (DD) qui fait autorité est celle du Rapport Brundtland : « Le développement soutenable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (CMED, 1987, p. 51). Elle a été pensée en ayant en vue le niveau mondial en priorité. Comme d'autres définitions du DD, elle met en jeu deux formes d'équité :

    • 1 Même si des références aux générations futures apparaissent déjà dans la Déclaration de Stockholm, (...)

    l'équité intergénérationnelle : c'est la spécificité de ce concept de développement1 ;

  • l'équité intra-générationnelle, ou équité au présent. Cette forme est bien présente sous l’idée de répondre aux besoins des générations actuelles. Elle est plus explicite encore dans cet autre passage du rapport : « Même au sens le plus étroit du terme, le développement soutenable présuppose un souci d'équité sociale entre les générations, souci qui doit s'étendre en toute logique à l'intérieur d'une même génération » (CMED, 1987, p. 51).

2Une manière d’appréhender l’équité intra-générationnelle est d’en approcher les caractéristiques et les objectifs qui y sont liés, suivant un plan spatial. Autrement dit d’appréhender les disparités, déséquilibres, situations d’inégalités, entre les humains diversement situés dans l’espace, voire les éventuelles inégalités entre territoires eux-mêmes. Vu l'importance de l'approche globale dans le contexte du DD, une part importante de la littérature traite de ces questions, avec une attention particulière envers les déséquilibres Nord-Sud. Le chapitre rend compte des travaux en ces matières, mettant successivement l’accent sur les notions, proches mais à distinguer cependant, d’inégalités (environnementales), de vulnérabilité et de « transferts de durabilité ». Il précise, en premier lieu, les formes d’équité en lien avec le DD.

Développement durable et formes d’équité

3Spécifier le concept d’équité, dans un cadre de DD, ouvre à plusieurs interprétations. Il est possible, pour en rendre compte, de partir d’une conceptualisation du DD qui, dès le milieu des années 1990, s’est largement répandue parmi les pouvoirs publics et les entreprises. Celle-ci présente le DD comme un triptyque, intégrant les interactions entre trois dimensions : économique, sociale, environnementale, chacune de ces dimensions renvoyant à des objectifs (voir fig. 7.1.).

4Ainsi, le « social » inclut une recherche d’équité sociale. Cependant, et toujours avec ce même mode de figuration, l’équité peut aussi apparaître comme étant la conjonction des objectifs économiques et sociaux : on parle alors de « développement équitable ». Enfin, on peut aussi arguer que justement une spécificité du DD est d'insister sur les aspects environnementaux et que, par conséquent, l’équité doit nécessairement inclure ces aspects également (inégalités écologiques, risques environnementaux, etc.). Adoptant cette optique plus spécifique, ce chapitre fera plus particulièrement référence aux aspects environnementaux dans l’appréhension de l’équité territoriale dans le cadre du DD.

Figure 7.1. : Les trois dimensions du développement durable

Figure 7.1. : Les trois dimensions du développement durable

5Mais passer de l’équité sociale à l’équité territoriale apporte un élément de complexité supplémentaire. Certes, l’équité territoriale peut apparaître comme une déclinaison, dans l’espace, de l’équité sociale, tout comme l’équité intergénérationnelle, correspondrait à une déclinaison similaire, au plan temporel. Mais l’équité territoriale peut aussi faire figure de dimension supplémentaire au DD, à considérer sur un plan équivalent à l’économique, au social et à l’environnemental. Ce faisant, une telle conception renouerait avec l’approche d’Ignacy Sachs pour l’écodéveloppement, qui va jusqu’à parler de soutenabilité territoriale, mais aussi politique et culturelle, avec des critères proposés pour chacune d'elles (pour des précisions, cf. Zaccaï, 2002, p. 103).

6Par ailleurs, plusieurs approches sont susceptibles d’être mobilisées, en fonction de conceptualisations sous-jacentes de la justice : utilitariste, égalitariste, libertarienne, communautarienne, etc. (Kymlicka, 2003). Dans ce chapitre nous parlerons d’équité – plutôt que de justice – et de territorial – plutôt que de spatial (voir encadré 7.1.).

Encadré 7.1. : Équité ou justice ? territoriale ou spatiale ?
La littérature sur le DD met en avant les expressions d’équité intra-ou intergénérationnelle, bien plus fréquemment que celles de justice intra-ou intergénérationnelle (voir par exemple les occurrences disproportionnées des expressions sur le web). En outre, et plus fondamentalement, nous nous intéressons aux questions d’inégalités ou de répartition de risques environnementaux. Or, ce type de questions est généralement traité à travers une approche de « justice distributive » qui tend à s’identifier, dans bon nombre de travaux, au concept d’équité (e.g. Young, 1995).
L’autre choix terminologique concerne le terme « territorial » préféré ici à « spatial ». Selon la littérature (e.g. Thisse, 1994), l’équité spatiale a trait à la localisation, par exemple d’un équipement collectif, avec une minimisation de la distance moyenne à l’équipement (optique utilitariste) ou la minimisation de la distance pour ceux qui en seraient le plus éloignés (optique rawlsienne). La notion d’équité territoriale concerne, quant à elle, l’étude d’inégalités (économiques, sociales, environnementales) sur ou entre des territoires. Si les aspects de proximité ne sont pas absents dans l’appréhension des inégalités territoriales – on le verra avec les travaux en termes de justice environnementale – pour autant, l’équité territoriale ne se limite pas à cela. Comme le territoire se distingue de l’espace en tant que construit social (voir le chapitre 3), l’équité territoriale a trait à l’ensemble des disparités, avec leur « épaisseur » d’ordre géographique et historique.

Inégalités environnementales entre territoires

7Même si pour diverses raisons géographiques et historiques, l’idéal d’une stricte égalité environnementale n’aurait guère de sens, il n’en reste pas moins que l’ampleur des disparités environnementales d’un territoire à l’autre peut autoriser à utiliser, au-delà du terme d'équité, celui d’inégalités. D’ailleurs, les contributions institutionnelles, telles que le Rapport Brundtland, l’Agenda 21, le Plan de mise en œuvre de Johannesburg, la Déclaration du Millénaire, ou ceux émanant du Millennium Ecosystem Assessment, rendent compte abondamment de ces inégalités et exhortent à leur réduction, de telle sorte, en particulier, que soient éradiquées les situations de pauvreté jugées inacceptables.

8Ce faisant, les contributions sur le DD se conjuguent avec des travaux issus de l’écologie politique (O’Connor, 1988 ; Martinez-Alier, 2002) et de la « justice environnementale ».

9Cette dernière approche trouve son origine aux États-Unis dans les années 1980 (Wenz, 1988 ; Bullard, 1990). Relativement peu illustrée en Europe (voir encadré 7.2.), sinon en Grande-Bretagne (Lucas et al., 2004), elle a suscité de nombreuses publications traitant notamment d’inégalités localisées (exposition aux pollutions et accès aux ressources), de ségrégations, en particulier raciales, ainsi que des mobilisations organisées en réaction à ces ségrégations. Après une certaine montée en puissance, l'Agence de protection de l'environnement américaine (EPA) a intégré dans ses missions, au milieu des années 1990, un thème spécifique de « justice environnementale » (EPA, 1995). Dans ce contexte, la notion est vue principalement comme devant assurer un niveau de protection sans aucune ségrégation et éviter la concentration de nuisances dans des territoires déjà défavorisés. La Convention d'Aarhus (1998), dont les pays de l'Union européenne sont signataires, reconnaît, quant à elle, que le public doit avoir « la possibilité de participer au processus décisionnel et a accès à la justice en matière d'environnement sans discrimination fondée sur la citoyenneté, la nationalité ou le domicile » (art. 3.9).

Encadré 7.2. : La justice environnementale en France
Le courant de la justice environnementale est actuellement peu présent en France et en Belgique, même si d’autres travaux ne se revendiquant pas explicitement de cette approche, traitent des inégalités écologiques (e.g. Theys, 2000 ; Laigle, Oehler, 2004 ; Cornut et al., 2007 ; Villalba, Zaccaï, 2007 ; Espace Populations Sociétés, 2008 ; Écologie et Politique, 2008). Cependant, un article de Lucie Laurian (2008) documente les questions d'éventuelles « injustices environnementales » sur le mode anglo-saxon, en étudiant la France (Laurian, 2008). En s’appuyant sur des données provenant principalement du ministère de l’Écologie et de l’ADEME, l’auteur teste l’existence de corrélations entre la présence de diverses sources de pollutions et de risques (sites SEVESO, incinérateurs, sites pollués de la base BASOL, friches industrielles…) dans les villes et diverses variables socioéconomiques : population, part des emplois industriels, pourcentage de population née à l’étranger, et revenu. Les corrélations mises en évidence sont généralement significatives. Par exemple, le nombre total de sites est conditionné de manière significative, par les quatre variables considérées, avec une liaison négative s’agissant du revenu (p. 71). Sur le plan territorial, il y a clairement un cumul des inégalités écologiques et des inégalités sociales. Par exemple, le quartile des villes ayant le taux de chômage le plus élevé (supérieur à 13,1 %) révèle une probabilité double d’avoir une décharge et quatre fois plus élevée d’avoir un site pollué ou un site à risques que le quartile des villes ayant le taux de chômage le plus faible (inférieur à 7 %). De même, les villes qui font apparaître les taux de présence étrangère les plus élevés (plus de 6,3 %) ont une probabilité sept fois plus élevée de loger des sites pollués que les villes caractérisées par un faible taux d’étrangers (moins de 1,8 %) (p. 68). Lucie Laurian parvient alors à la conclusion suivante : « L’hypothèse qu’existent en France des inégalités dans la distribution des pressions relatives à l’environnement, est vérifiée par l’analyse, comme elle peut l’être dans les autres nations occidentales industrialisées. » (p. 73)

10Comme indiqué précédemment, la question des inégalités Nord-Sud suscite particulièrement l'attention en matière de dégradations environnementales dans le cadre du DD. Que ce soit en matière d'impacts générés (mesurés par exemple par les gaz à effet de serre par habitant, par l'empreinte écologique par habitant ou d'autres indicateurs – Kestemont et al., 2006 –) ou subis (déforestation, érosion, désertification…), les inégalités entre pays économiquement riches et pauvres suscitent des propositions politiques : aide Nord-Sud, transferts technologiques, convergence à terme des niveaux possibles d'utilisation des ressources… Ces dernières s'avèrent bien difficiles à mettre en œuvre étant donné le poids historique des systèmes techniques et économiques dans les différentes sociétés du monde. Elles peinent aussi à réellement contrebalancer des phénomènes tels que l’exportation de déchets ou le pillage de ressources (cf. infra), qui jouent comme des puissants vecteurs d’iniquité. Toujours est-il qu’on trouve ce genre de préoccupations tant dans des travaux issus d'institutions internationales – on l’a évoqué plus haut – que dans les mouvements altermondialistes (voir aussi encadré 7.3).

Encadré 7.3. : L’équité territoriale vue par le rapport Brundtland (d'après Zaccaï, 2002, p. 137-138)
Dans le Rapport Brundtland, c’est sous le titre Équité et intérêt commun qu’est décrite une série d’effets qui mettent au défi les modes de gestion classiques. Cette question est abordée juste après la définition du DD.
Le point de départ de l’analyse est que « [l]es interactions écologiques ne respectent ni la propriété privée, ni les découpages politiques » (CMED, 1987, p. 55). Les formes de gestion traditionnelles sont mises en péril par l’évolution technique et le développement industriel et commercial qui « ont arraché le pouvoir aux groupes comme aux individus ». Dès lors, « [l]’application de l’intérêt commun souffre souvent de la non correspondance entre les décisions politiques et leurs conséquences » (p. 56). Et si des compensations peuvent être trouvées, ce que le rapport remet justement en question, c’est essentiellement le fait que les « pertes » que subissent certains ne sont pas équivalentes aux « gains » qu’ils font par ailleurs. « Les perdants dans les conflits environnement/développement sont ceux qui assument plus que leur part du coût de la pollution, par le biais d’effets sur la santé, la prospérité ou les dommages aux écosystèmes » (p. 57-58).
On constate donc que c'est une approche économique qui sert de socle fondamental à la gestion du couple environnement/développement, à savoir la recherche d’un équilibre entre pertes et profits. Mais par ailleurs, le rapport fait preuve d’une vision plus pessimiste qu’on veut bien le dire sur les synergies possibles entre économie et environnement, ou entre gagnants et perdants : « La recherche de l’intérêt commun serait plus aisée si, pour tous les problèmes de développement et d’environnement, il existait des solutions dont pourrait bénéficier tout le monde. Mais c’est rarement le cas, car il y a habituellement des gagnants et des perdants » (p. 57) (italiques ajoutées).

Vulnérabilité des territoires et développement durable

  • 2 Dans la définition de Benoît Lallau et Sophie Rousseau (2009, p. 174), la capacité d’adaptation, au (...)

11L’étude des inégalités territoriales fait appel à une diversité de critères : économiques, sociaux, et plus particulièrement traités ici, environnementaux. Les approches en termes de vulnérabilité semblent pouvoir procéder d’une analyse similaire – les territoires sont plus ou moins soumis à divers risques (économiques, sociaux, environnementaux…) – mais mobilisent, en réalité, une multiplicité d’aspects rendant plus complexe l’analyse et légitimant de l’aborder en tant que telle. En effet, la notion de vulnérabilité fait intervenir les catégories d’aléa, d’enjeux divers soumis à ces aléas (vies humaines, valeurs économiques…), d’exposition particulière à l’aléa, de capacité de résilience face au risque, de capacité d’adaptation, et la liste n’est pas close. Signe de cette complexité : on remarque la difficulté de parvenir à une définition synthétique qui fasse l’unanimité. Certes, dans la littérature, et ainsi que le rappelle Claude Gilbert (2009, p. 24), la vulnérabilité est souvent perçue comme cette variable qui, se combinant avec l’aléa, produit le risque. Mais précisément, et ainsi que le remarque avec justesse le même Claude Gilbert (p. 29), l’assimilation ainsi faite entre vulnérabilité et enjeux est discutable. Cet auteur n’hésite pas à dire alors que : « malgré les efforts entrepris (…), la vulnérabilité demeure une notion faible ou, pour le dire autrement, la ‘partie faible’ de la définition des risques » (p. 30). Peut-être une voie plus pertinente, proposée par d’autres auteurs (e.g. Lallau, Rousseau, 2009), consiste à comprendre la vulnérabilité comme la résultante d’un risque (lui-même produit d’un aléa et des enjeux), pondéré par une capacité d’adaptation, ou pour l’exprimer formellement : V = R / C, avec R = a x e, où V correspond à la vulnérabilité, R : le risque, C : la capacité d’adaptation au risque, a : l’aléa, e : les enjeux économiques et humains2.

12Une telle définition pourrait, bien sûr, être enrichie (en faisant intervenir l’exposition, la résilience, etc.), mais déjà permet-elle de répondre au paradoxe de faire apparaître des régions riches plus vulnérables que des territoires défavorisés au motif que les valeurs économiques exposées seraient plus considérables dans le premier cas…

13Si l’on suit Neil Adger (2006, p. 270), les travaux sur la vulnérabilité relèvent de deux traditions, dont les ramifications, cependant, peuvent s’entremêler. La première concerne plutôt les individus ou les catégories de personnes. La vulnérabilité a trait alors aux conditions d’existence. On retrouve ici comme inspirateur Amartya Sen dont les textes pionniers s’y rapportant datent du début des années 1980 (Sen, 1981). À cet égard, le concept de « capabilité » exerce un rôle majeur, car cette dernière est de nature à réduire la vulnérabilité. La seconde tradition porte sur la vulnérabilité des systèmes socio-écologiques. Les études s’intéressent à des facteurs de dommages tels que les inondations, les tremblements de terre, les éruptions volcaniques, etc., mais aussi, de plus en plus, les changements globaux, en particulier, le changement climatique.

14De fait, aujourd'hui, en matière d'environnement, c'est principalement dans le domaine des changements climatiques que l'équité territoriale est questionnée à l'échelle mondiale. De nombreux rapports officiels relèvent l'injustice flagrante du fait qu'un grand nombre de pays pauvres seront plus sévèrement touchés par les conséquences du réchauffement alors que leur part dans la génération de ce phénomène est relativement peu importante. La vulnérabilité plus grande de certains de ces pays, en outre, résulte de plusieurs facteurs parmi lesquels on peut citer une large proportion de la population vivant d'une agriculture très faiblement technicisée. Les changements dans le régime des pluies et des saisons risquent, par conséquent, de désorganiser grandement ces territoires. En outre, à la fois les ressources financières et d'organisation (assurantielles) sont nettement plus faibles qu’au Nord (Lallau, 2008), rendant la préparation d'une adaptation très problématique. D'autres facteurs géographiques tels que la disponibilité de l'eau sont également mis en évidence, de sorte que les changements climatiques font apparaître de nouvelles problématiques liées à l’équité territoriale. Il ne serait pas surprenant de voir se développer, par exemple, des aspects juridiques propres à ces questions (évacuation de zones, relocalisation, dédommagements, etc.).

Des inégalités aux « transferts de durabilité » au niveau mondial

15La problématique du DD est aussi plus directement à l’origine d’une approche particulière de l’équité territoriale. Plusieurs contributions aident à préciser celleci. Elle apparaît au travers des notions telles que la « soutenabilité importée » (Pearce et al., 1989), les « soutenabilité interne/soutenabilité externe » (Nijkamp et al., 1992), plus fréquemment la notion de « dette écologique » (e.g. Martinez-Alier, 2002), ou enfin de « transferts de durabilité » (Zuindeau, 2007). Cette approche vise les formes d’inégalités interterritoriales liées à des comportements dominateurs ou prédateurs (exportation de déchets dans les pays du Sud, accaparement de ressources), mais aussi à des formes de commerce « non équitables », voire à ce que Martinez-Alier (2002, p. 214) appelle un « échange écologiquement inégal ».

16L’utilisation de l’empreinte écologique – mais d’autres mesures sont possibles, voir encadré 7.4. – peut aider à mettre en évidence le problème dont il est question. Cet indicateur qui mesure, suivant un certain nombre de conventions, les surfaces requises pour les divers usages de consommation (voir le chapitre 6), permet de montrer que de nombreux pays riches nécessitent, pour leurs consommations, des surfaces supérieures à celles de leur superficie, tandis que la situation est inverse dans un certain nombre de pays pauvres. Ainsi, un Français aurait un « déficit écologique » de 2,9 hectares globaux par habitant alors qu’un Congolais a un « excédent écologique » de 13,3 hag/hab. (WWF, 2008). Les excédents de consommation se traduisent surtout par une augmentation de carbone dans l'atmosphère (non absorbée par des surfaces de forêts), ainsi que par l'utilisation par des pays économiquement plus riches de produits issus de terres situées dans des pays plus pauvres.

17Ces analyses nous permettent de discuter trois aspects majeurs par lesquels est pensée l'équité territoriale dans le cadre du DD aujourd'hui.

18Le premier est hérité d'une conception écologique classique tendant à privilégier des formes de production et de consommation centrées sur les ressources locales. Dans cette optique, l'exploitation de ressources naturelles supérieures à celles dont dispose une entité est critiquée. Toutefois, des échanges de ressources entre territoires, via le commerce, sont pratique courante, et la critique pourrait plutôt porter sur les conditions d'échange, qui sont défavorables aux pays, ou aux groupes sociaux, plus faibles économiquement (voir notamment les travaux de Martinez-Alier déjà cité).

19Le second aspect provient des résultats quantitatifs obtenus par cette méthode, qui tendent à montrer que les ressources naturelles totales du monde sont aujourd'hui exploitées à un rythme empêchant leur renouvellement et la stabilité des systèmes écologiques (en particulier l'atmosphère, le CO2 représentant plus de la moitié de l'empreinte). Dans l'optique de soutenabilité forte ici choisie, la démonstration est ainsi faite de l'insoutenabilité du développement. L'excédent d'utilisation nuit en effet à la fois aux générations futures et aux pays se situant en-dessous de la moyenne. On peut dire que la question d'équité territoriale est reposée ici avec une nouvelle force : dans un monde aux ressources finies, elle impose des réductions à la consommation de certaines entités pour satisfaire les besoins d'autres.

  • 3 En tenant compte de spécificités géographiques.

20Le troisième aspect porte sur les critères suivant lesquels peut être envisagée l'équité dans cette approche. Au cœur des représentations en matière d'empreinte écologique, se trouve la notion d'empreinte par habitant, laquelle devrait tendre, selon certains auteurs, vers une valeur commune dans les différents pays du monde3. Cette approche a des précurseurs, tel le petit livre fondateur de A. Agarwal et S. Narain (1991) Global warming in an unequal world, ou l'étude des Amis de la Terre (1995) Pour une Europe soutenable qui ensemble prônaient comme équitables des critères d'émissions et d'utilisation des ressources égaux pour tous les habitants de la planète.

  • 4 De façon imagée, continuer en partie à bénéficier de situations qui étaient celles des grands paren (...)

21Elle peut aussi être discutée dans le sens où l'équité aurait, en tous cas à titre transitoire, à tenir compte de situations historiques (débat autour du « grandfathering »4 qui nous ramène aussi aux différentes conceptions de la justice et de l'équité – voir plus haut). C'est ce que reconnaît implicitement le Protocole de Kyoto imposant des réductions relatives d'émissions en fonction des niveaux de 1990 et non de critères de convergence. Par ailleurs, à l'intérieur de pays, les différences entre régions, collectivités, voire individus, sont considérables : l'échelle nationale ne peut pas être considérée comme la seule pertinente et les différences tolérables obéissent à des critères variés (une ville aura presque inévitablement une empreinte supérieure à sa superficie). Surtout, la soutenabilité forte ainsi mobilisée ne doit pas masquer, à travers une focalisation sur une comptabilité de ressources naturelles, les réalités historiques, géographiques et économiques qui régissent l'exploitation effective de ces ressources et leurs conséquences sociales. « (…) [La] production des inégalités [territoriales] ne fait que se saisir et user des opportunités géographiques, climatiques, des qualités environnementales, elles-mêmes variables dans le temps, des ressources dites naturelles, dont l'exploitation générera des impacts radicalement différents selon le contexte dans lequel elles sont ‘mises en valeur’. Le pétrole permet d'alimenter un fonds pour les générations futures et d'user de ses revenus pour le développement économique et social en Norvège ; il exacerbe en revanche les comportements parasitaires des détenteurs du pouvoir d'État ailleurs » (Vandermotten, 2007, p. 152-153).

Encadré 7.4. : Une tentative de mesure de la dette écologique
Un travail original (Ragueneau, Millet, 2008) a calculé la différence entre la quantité de CO 2 émise effectivement par les pays développés et la quantité à laquelle ces derniers auraient droit suivant la double hypothèse d’une répartition des droits selon le poids démographique et d’une limitation globale des émissions pour contenir l’augmentation des températures à + 2 °. Compte tenu des émissions réalisées par le passé, les pays riches ont déjà dépassé ces émissions « théoriques » ! En valorisant cette différence à un taux considéré comme raisonnable – le cours moyen de la tonne de CO2 sur le marché européen des quotas en 2006 –, les pays riches seraient en situation de dette écologique par rapport aux pays en développement, pour un montant de 2 860 milliards de dollars environ, un ordre de grandeur comparable à la dette financière du Tiers monde et ce, bien sûr, sans compter les émissions qu’ils ne manqueraient pas de réaliser dans les années à venir...

22Avec des formes de déclinaison variable, le principe d’équité peut se déduire des définitions canoniques du DD, notamment la définition brundtlandienne et celle établie à l’aide d’un triptyque. Cependant, lorsque l’équité se fait équité territoriale, une spécification plus originale peut être proposée. Pour conserver une certaine analogie avec la définition brundtlandienne, il est possible de l’exprimer de la façon suivante : « Pour respecter l'équité territoriale, le développement doit répondre aux besoins des habitants d'un territoire donné sans compromettre la capacité des habitants des autres territoires de répondre aux leurs. » (Zuindeau, 2007) Ne seraient pas seulement en cause des inégalités différenciant les territoires, mais l’existence de comportements sur certains territoires qui, par le jeu d’interdépendances spatiales, créeraient des préjudices sur d’autres territoires et sont donc particulièrement concernés des phénomènes tels que la dette écologique, ou plus largement, les transferts de durabilité.

23De nombreuses perspectives à cette analyse apparaissent, tant heuristiques que politiques. Sur un plan de recherche, la mesure des transferts est une question majeure, sans la limiter cependant aux seules quantités de ressources naturelles. En l’occurrence, les problèmes posés par une mesure de type synthétique invitent plutôt à se tourner vers un système d’indicateurs désagrégés (exportations de déchets, valeurs et volumes d’importations de ressources naturelles, établissement polluants délocalisés, retombées sociales, etc.) (cf. Zuindeau, 2007). S’agissant des aspects politiques, si ce qui est bon pour le DD en général est applicable aussi pour cette problématique particulière (réduction des consommations de ressources naturelles, réduction des gisements de déchets, etc.), des mesures spécifiques sont, cependant, à prévoir, touchant aux relations internationales : amélioration des règles commerciales, harmonisation dans une certaine mesure des normes environnementales et sociales, transferts de technologie, coopération renouvelée, etc.

Bibliographie

Adger W. N., 2006, « Vulnerability », Global Environmental Change, 16 (3), p. 268-281.

Agarwal, A., Narain, S., 1991, Global warming in an unequal world. A case of environmental colonialism, New Delhi, Centre for Science and Environment.

Amis de la Terre Europe, 1995, Vers une Europe soutenable, consulté le 27 juillet 2009, URL : http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/ATF_Europe_Soutenable_haute_resolution.pdf

Bullard R., 1990, Dumping in Dixie: Race, Class and Environmental Quality, third edition 2000, Westview, Boulder, CO, USA.

CMED (Commission mondiale sur l’environnement et le développement), 1987, Notre avenir à tous, trad. fr. de 1988, éd. de 1989, Montréal, Éd. du Fleuve.

Cornut P., Zaccaï E, Bauler T., 2007, Environnement et inégalités sociales, Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles.

Développement durable et territoire, 2007, dossier 9 : « Inégalités écologiques, inégalités sociales : interfaces, interactions, discontinuités ? »,
URL : http://developpementdurable.revues.org/index1849.html, consulté le 25 juillet 2009. Ce dossier inclut notamment une liste bibliographique de travaux portant sur les inégalités environnementales, http://developpementdurable.revues.org/index3492.html

Écologie et politique, 2008, Dossier « Des inégalités écologiques parmi les hommes », 35, p. 13-110.

EPA (Environmental Protection Agency), 1995, The EPA’s Environmental Justice Strategy, URL (consulté le 27 juillet 2009), URL : http://www.epa.gov/compliance/resources/policies/ej/ej_strategy_1995.pdf

Espace Populations Sociétés, 2008, Dossier « Populations, vulnérabilités et inégalités écologiques », 1, p. 3-201.

Gilbert C., 2009, « La vulnérabilité : une notion vulnérable ? », in Becerra S., Peltier A., Risques et environnement : recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité des sociétés, Paris, L’Harmattan, p. 23-40.

Kestemont B., Frendo L., Zaccaï E., 2006, « Indicateurs des impacts du développement sur l'environnement : une comparaison Afrique – Europe », VertigO, 7 (2), consulté le 26 juillet 2009, URL : http://vertigo.revues.org/index2300.html,.

Kymlicka W., 1999, Les théories de la justice : une introduction, Paris, La Découverte.

Lallau B., Rousseau S., 2009, « De la vulnérabilité à la résilience : une approche par les capabilités de la gestion des risques », in Becerra S., Peltier A., Risques et environnement : recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité des sociétés, Paris, L’Harmattan, p. 171-183.

Lallau B., 2008, « Les agriculteurs africains entre vulnérabilité et résilience. Pour une approche par les capabilités de la gestion des risques », Revue française de socio-économie, 1, p. 177-198.

Laurian L., 2008, « Environmental injustice in France », Journal of Environmental Planning and Management, 51 (1), p. 55-79.

Laigle L., Oehler V., 2004, Les enjeux sociaux et environnementaux du développement urbain : la question des inégalités écologiques, Rapport final, Paris, Centre scientifique et technique du bâtiment.

Lucas K., Walker G., Eames M., Fay H., Poustie M., 2004, Environment and Social justice: rapid research and evidence review, Final report, London, SDRN, DEFRA.

Martinez-Alier J., 2002, The environmentalism of the poor, Cheltenham UK – Northampton MA, Edward Elgar, USA.

Nijkamp P., Lasschuit P., Soeteman F., 1992, « Sustainable development in a regional system », in Breheny M. J., Sustainable development and urban form, London, Pion Limited.

O’Connor J., 1998, Natural causes – Essays in ecological Marxism, New York, London, The Guilford Press.

Pearce D., Markandya A., Barbier E. B., 1989, Blueprint for a green economy, edition 1992, London, Earthscan Publication Limited.

Ragueneau O., Millet D., 2008, « Le Nord doit reconnaître sa dette écologique face aux pays du Sud », Le Courrier, paru le 16 janvier, consulté le 25 juillet 2009, URL : http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=438424

Sen A., 1981, Poverty and famines: an essay on entitlement and deprivation, Oxford, Claredon.

Theys J., 2000, « Quand inégalités sociales et inégalités écologiques se cumulent. L’exemple du ‘SELA’ », Note du CPVS, n° 13, Paris, MELT-DRAST.

Thisse J.-F., 1994, « L’équité spatiale », in Auray J.-P., Bailly A., Derycke P.-H., Huriot J.-M., Encyclopédie d’économie spatiale, Paris, Economica.

Vandermotten C., 2007, « Territoires et inégalités », in Cornut P., Bauler T., Zaccaï E., Environnement et inégalités sociales, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Villalba B., Zaccaï E., 2007, Développement durable et Territoires, Dossier 9 : « Inégalités écologiques, inégalités sociales : interfaces, interactions, discontinuités ? », URL (consulté le 24 juillet 2009) : http://developpementdurable.revues.org/index1849.html

Wenz P. S., 1988, Environmental Justice, New York, Albany, State University of New York Press.

WWF, 2008, Rapport Planète Vivante 2008, consulté le 20 mai 2009 : http://assets.panda.org/downloads/lpr_wwf_2008_french.pdf,

Young H. P., 1995, Equity: in theory and practice, Princeton, Princeton University Press.

Zaccaï E., 2002, Le développement durable. Dynamique et constitution d’un projet, Bern - Brussels, PIE - Peter Lang.

Zuindeau B., 2007, « Territorial equity and sustainable development », Environmental Values, 16 (2), p. 253-268.

Notes

1 Même si des références aux générations futures apparaissent déjà dans la Déclaration de Stockholm, issue du premier sommet des Nations Unies sur l'environnement (1972).

2 Dans la définition de Benoît Lallau et Sophie Rousseau (2009, p. 174), la capacité d’adaptation, au dénominateur, correspond plus précisément à la valeur des capabilités, conformément à une optique « à la Sen ».

3 En tenant compte de spécificités géographiques.

4 De façon imagée, continuer en partie à bénéficier de situations qui étaient celles des grands parents.

Table des illustrations

Titre Figure 7.1. : Les trois dimensions du développement durable
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Auteurs

Professeur, Directeur du Centre d'Etudes du Développement Durable (IGEAT), Université Libre de Bruxelles, ezaccai@ulb.ac.be

Maître de conférences HDR en économie, CLERSE UMR 8019, Université Lille 1, bertrand.zuindeau@univ-lille1.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540