Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie I. Concepts et méthodes

Chapitre 4. Développement durable et territoires : recherches actuelles

Corinne Larrue

Texte intégral

1L’émergence de la notion de développement durable (DD) tant à l’échelle internationale que nationale s’est accompagnée d’efforts plus ou moins organisés de production de nouvelles connaissances permettant d’accompagner sa diffusion et sa mise en pratique. Cet engouement scientifique pour le DD a surtout, au démarrage, mobilisé la discipline économique dont les tenants d’une économie alternative ont pu proposer et travailler d’autres lectures des régulations économiques à l’œuvre. La recherche sur le DD s’est progressivement structurée et diffusée via la création de revues dédiées (Ecological Economics en 1989, Sustainable Developpement en 1993, International Journal of Sustainable Developpement en 1998), et la création de sociétés scientifiques associant chercheurs et partenaires professionnels comme l’International Society for Ecological Economics ou l’International Society of Sustainable Development Research, à visées de plus en plus interdisciplinaires. C’est d’ailleurs l’une des spécificités de cet objet de recherche que d’inciter à une approche mobilisant différentes disciplines (Jollivet, 1999).

2Pour ce qui concerne la dimension territoriale du DD, cet investissement scientifique est plus récent : les économistes régionaux s’y sont confrontés d’un point de vue théorique (cf. les travaux de Peter Nijkamp dans les années 1990) et des travaux plus appliqués ont également vu le jour progressivement. Outre ces approches économiques, les travaux dans ce domaine sont portés à la fois par les chercheurs en sciences environnementales (via différentes entrées disciplinaires) et plus récemment par les chercheurs en urbanisme.

3Il est difficile d’établir un panorama exhaustif de la recherche actuelle et récente sur la dimension territoriale du DD. Ce chapitre propose un survol de quelques programmes phares en la matière, montrant la progressive percée de ces recherches dans les diverses communautés scientifiques, pour ensuite analyser les différentes entrées et apports des recherches menées.

Les efforts de recherche sur le développement durable et les territoires à l’échelle européenne

4Ce panorama des programmes de recherche en place dans ce domaine commence par l’échelle européenne. En effet, les thématiques progressivement affichées à cet échelon sont un bon révélateur des investissements de la communauté scientifique sur cette thématique. En outre, ce sont surtout ces programmes européens qui ont proposé cet objet de recherche à la communauté scientifique. Quatre générations de « Programme cadre de recherche et développement » (PCRD) sont ainsi concernées.

5Le 4e Programme cadre de recherche, lancé par l’Union Européenne entre 1994 et 1998, mettait en avant la question environnementale en lien avec le climat, mais pas celle du DD stricto sensu. Toutefois, la thématique environnement-climat incitait à des recherches tant d’un point de vue technologique que d’un point de vue socio-économique. Il s’agissait alors de produire des connaissances pour aider à l’élaboration et à la mise en œuvre des politiques environnementales européennes et ce, en lien avec le lancement du 5e programme environnement de l’Union Européenne intitulé « Vers un développement durable » et couvrant la période 1993-2000.

6À la lecture des programmes de travail proposés et des projets financés (www.cordis.europa.eu), on ne retrouve pas de dimension territoriale explicite du DD. En revanche, un certain nombre de projets financés témoignent d’investissements épars de chercheurs sur des thématiques proches. À titre d’exemple, on peut mentionner le projet SPECTRA (Sustainability, Development and Spatial Planning : An Examination of the Capacity of Spatial Planning Systems to Develop and Implement Policy for Sustainability), financé dans le cadre de la thématique Environnement-Climat, et coordonné par Vincent Nadin, professeur d’urbanisme à l’université de Bristol, qui a mobilisé des chercheurs en aménagement-urbanisme britanniques, hollandais, italiens et grecs. Ce projet s’attachait à étudier les relations entre DD et système de planification de l’espace dans six pays européens : Angleterre, Pays-Bas, Finlande, Irlande, Grèce et Italie. La question abordée dans le projet était de voir comment la planification spatiale pouvait être utilisée pour orienter la ville vers un DD. Le projet a montré qu’il était difficile d’orienter concrètement l’usage des sols, même en sachant quelle forme urbaine est la plus souhaitable du point de vue du DD. Certes, on peut faire des plans, élaborer des politiques allant dans le sens de la forme souhaitable, mais beaucoup de secteurs différents de l'administration publique sont concernés par l’usage des sols (planification spatiale, transport, habitat, agriculture, protection de la nature, etc.). Les politiques promues par ces différents secteurs sont menées à des niveaux différents de l'administration publique. Et la planification spatiale n’est pas suffisante pour que ces différentes politiques soient transformées dans des actions concrètes allant dans le sens de la durabilité. Néanmoins, les chercheurs ont bien montré dans leur rapport que la planification pro-active ou collaborative, qui essaye d’associer les différents acteurs dans un processus constructif d’interaction, est plus favorable à la construction d’un DD que la planification réglementaire, laquelle prescrit des usages du sol donnés et suppose que les actions concrètes vont quasi-automatiquement respecter le plan élaboré préalablement.

  • 1 On trouve sur www.cordis.europa.eu, via le moteur de recherche interne, un résumé de l’ensemble de (...)

7L’entrée en force du DD a été particulièrement claire dans le cadre du 5e PRCDT (1998-2002) avec un programme entier qui y était consacré, intitulé Energy, Environment and Sustainable Development. En outre, au sein de ce programme une action thématique particulière a été proposée, centrée sur la dimension territoriale : l’action clef intitulée Ville de demain et patrimoine culturel. Cette action clef, relativement modeste sur le plan financier, apparaît particulièrement « fourretout », mêlant des questions de technologie pour la construction et le transport, à des thématiques autour du patrimoine culturel et enfin à la question de la gouvernance urbaine pour le DD (Urban governance and sustainable ressource management). Dans ce cadre, 19 projets ont été financés. Un rapide survol de ces projets1 montre que trois entrées sont particulièrement privilégiées :

  • celle des indicateurs de DD urbain : on peut citer dans ce cadre le projet PASTILLE associant des chercheurs et des acteurs autrichiens, suisses, britanniques et français (CERTU, ENTPE et le Grand Lyon), et visant à mettre au point des indicateurs de DD urbain mobilisables par les acteurs locaux ;

  • celle de l’évaluation et du benchmarking des initiatives en faveur d’un DD urbain : on peut citer à cet égard le projet LASALA destiné à élaborer un outil d’auto-évaluation pour les porteurs d’Agendas 21 locaux, mobilisable, ici aussi, via internet par les acteurs de ces programmes d’action ;

  • et enfin la question de la participation comme vecteur d’orientation vers un DD urbain. Plusieurs projets abordaient cette question de manière relativement classique (projets DEMOS ou DISCUS par exemple) sans que le lien avec le DD ne soit fait explicitement.

8Ainsi, deux traits principaux caractérisent ces projets : d’une part, une implication quasi systématique des acteurs de la décision urbaine (stakeholders) au sein des projets parfois dans le cadre d’une expérimentation et, d’autre part, une orientation affichée en faveur de la construction d’une connaissance pour l’action, notamment afin d’aider à mettre en œuvre les objectifs de l’Union européenne dans ce domaine (en lien notamment avec le Livre vert sur l’environnement urbain publié dès 1990). La volonté affichée pour ce programme, mentionnée en préambule de l’appel à proposition de recherche, était de « traiter la question de la durabilité urbaine d’un point de vue global ».

9Au cours de ce 5e programme, d’autres projets, directement centrés sur la dimension spatiale du DD, vont voir le jour au sein ou à la marge des appels à proposition de recherche. C’est le cas de l’action concertée SUSCOM coordonnée par William Lafferty, professeur de science politique à l’université d’Oslo, qui visait à suivre et analyser la mise en place des Agendas 21 locaux dans 12 pays européens. C’est le cas également du réseau thématique REGIONET rassemblant chercheurs et acteurs autour de trois questions : le rôle des fonds structurels, la gouvernance multi-niveaux et la question de l’évaluation au regard du DD. Ici encore, ces réseaux mobilisaient à la fois des chercheurs (politistes, urbanistes, économistes notamment) et des acteurs des territoires. Ils ont donné lieu à plusieurs publications (notamment Lafferty, 2001 ; Ravetz, 2004). Enfin, des rencontres entre chercheurs et acteurs européens (notamment la Commission européenne) ont été organisées sur ces questions à plusieurs reprises (Graz en 1997, Joensuu en 1999, Tours en 2000) afin de mettre en visibilité les enjeux de la dimension spatiale du DD. La rencontre de Tours était d’ailleurs centrée sur la question de la recherche et du développement régional durable (Larrue, 2002).

10L’ensemble de ces projets analysaient les pratiques en cours d’élaboration ou de mise en œuvre d’un DD territorial et mettaient en exergue à la fois la difficulté de cette confrontation à la pratique ainsi que la diversité des chemins empruntés.

11Enfin, pour ce qui concerne les deux dernières générations de programmes de recherche européens, on constate une formalisation de plus en plus grande des questions relatives au DD, mais curieusement un abandon de l’entrée spatiale en tant que telle. Le 6e programme-cadre (2002-2006) comporte, en effet, une thématique consacrée au DD (Sustainable development, global change and ecosystems) divisée en trois sous-thèmes : l’énergie, les transports et les écosystèmes. L’objectif affiché est de renforcer la capacité de compréhension et d’anticipation des changements globaux et de développer des stratégies de prévention et d’adaptation ainsi que de protéger la biodiversité. Les entrées proposées sont centrées sur les ressources naturelles (ressource par ressource : eau, sol, forêt, etc.) et en dehors de timides ouvertures transversales (comme le thème : Outils pour l’évaluation, intégration du développement durable dans les processus de décisions), la dimension territoriale n’est pas affichée en tant que telle.

12Quant au 7e PCRDT (2007-2013), actuellement en cours, son programme « Environnement » centré sur la question du changement climatique, des pollutions et des risques, de la gestion durable des ressources naturelles et des technologies environnementales, s’inscrit dans la même tendance.

13Les visées à la fois technologiques et bio-physiques de ces deux programmes sont particulièrement affichées ainsi que la volonté d’inscrire ces efforts de recherche dans un processus politique d’élaboration de politiques dédiées. Le programme de recherche européen consacré aux sciences humaines et sociales n’offre pas d’entrée spécifique à la dimension territoriale du DD, même si l’approche en termes économiques est, elle, privilégiée (via la modélisation notamment).

  • 2 Voir à ce sujet la recension réalisée par Édith Besson sur l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne et (...)
  • 3 Outre la participation de chercheurs français dans ces projets européens, les financeurs nationaux (...)

14Ces efforts de recherche déployés à l’échelle européenne ne sont pas sans lien avec l’émergence et le développement de cette question à l’échelle française comme à l’échelle d’autres pays européens2. Chercheurs comme organisateurs ou financeurs de recherche ont en effet été impliqués de manière directe ou indirecte dans ces processus européens3.

15Toutefois, on peut identifier des spécificités françaises dans la mise à l’agenda de la recherche sur la dimension territoriale du DD.

La structuration progressive de la recherche française sur le thème du développement durable et des territoires

16L’investissement progressif du monde de la recherche notamment en sciences humaines et sociales sur la dimension territoriale du DD montre en effet certaines spécificités.

17Une première constatation peut être faite à cet égard : celle de la relative résistance du monde français de la recherche (notamment en sciences sociales) à retenir le DD comme un objet de recherche digne de ce nom. Cette acculturation des milieux de la recherche française à une notion et des problématiques jugées importées et essentiellement politiques a été relativement longue. Cette montée progressive peut s’analyser à travers les incitations et les résultats des différents programmes mis en place depuis les années 1980 par les structures en charge de la programmation de la recherche.

18C’est en effet à partir des effets de structuration de la recherche en environnement que la question du DD est apparue. Nous ne reviendrons pas sur l’émergence (tardive par rapport à d’autres pays européens) des incitations à la recherche sur le thème de l’environnement que Marcel Jollivet a particulièrement bien décrite (Jollivet, 2001).

19Plusieurs programmes ont ainsi progressivement porté la question du DD dans sa dimension territoriale sur la scène de la recherche française.

  • 4 Plan urbain à l’époque devenu par la suite Plan urbanisme construction et architecture : PUCA.

20Il y a tout d’abord le programme « Ville et écologie » conjoint au PUCA4 et au ministère de l’Environnement qui s’est déroulé de 1992 à 1999. Ce programme n’abordait pas la question du DD proprement dite mais traitait essentiellement des questions d’environnement et de cadre de vie dans des espaces particuliers : les milieux urbains (Duhem et al., 1999). Toutefois, dans la continuité de ce programme, un atelier thématique sur le DD a été conduit par le PUCA de 2001 à 2003, donnant lieu à un bilan des thématiques de recherche en cours ou à envisager dans le cadre d’un programme de recherche à mettre en place (Garin-Ferraz, Goudet, 2003).

21Dans le même temps, le ministère de la Recherche mettait en place une Action concertée incitative (ACI) sur le thème de la ville (1999-2004) avec une (petite) entrée spécifiquement dédiée aux questions de DD (Barjolet et al., 2006). Parallèlement, une autre ACI était proposée par ce même ministère sur le thème Sociétés et cultures dans le développement durable (2003-2005), sans entrée spatiale directe, mais néanmoins implicitement présente. Puis le CNRS montait un Programme interdisciplinaire sur le développement urbain durable – PIPUD – (2003-2007), explicitement centré sur ces questions de durabilité urbaine. Quelques temps plus tard le PUCA (ministère de l’Équipement) et le service recherche du ministère de l’Environnement mettait en place un programme spécifique intitulé Développement durable et politiques territoriales (programme D2RT sur la période 2004-2008, cf. www.territoires-rdd.net). Plus récemment, l’Agence nationale de la recherche (ANR) proposait un programme Villes durables (2007-2008) et le CNRS proposait un Programme interdisciplinaire de recherche ville et environnement (PIRVE) (2008) en association avec le ministère de l’Écologie (service recherche et PUCA) – www.pirve.fr. Enfin, tout récemment, l’Institut écologie et environnement du CNRS (INEE) a lancé un réseau thématique programmé (RTP) Villes durables (2009).

22Cette rapide énumération permet de constater à la fois une montée en puissance de la thématique, notamment au regard de la ville, et un foisonnement d’initiatives par différents opérateurs de recherche, pas toujours coordonnées.

23L’analyse des thématiques retenues par ces différents programmes montre une certaine convergence : si les thématiques étaient très centrées sur des problématiques environnementales dans les premiers programmes du ministère de l’Environnement dans le cadre du programme « Ville et écologie » (écologie en ville, coût des pollutions, etc.), la question du DD apparaît plus présente dès l’ACI Ville mise en route à partir de 1999, et réellement centrale dans le cadre du PIDUD et du programme D2RT. Les entrées retenues dans ce cadre sont celles de la forme urbaine, de l’organisation territoriale analysée au regard de sa durabilité, des politiques urbaines et de ses acteurs, et également des réflexions d’ordre épistémologique. Exception faite du programme de l’ANR Villes durables où la composante ingénierie et génie civil est dominante, l’ensemble de ces programmes vise à inciter des recherches plutôt en sciences humaines et sociales, avec une mise en valeur des approches pluridisciplinaires, mêlant sciences de la nature, sciences de l’ingénieur, et sciences humaines et sociales.

24En termes de tribune et de diffusion des connaissances, outre l’inscription des publications des chercheurs dans la littérature internationale (cf. ci-dessus), plusieurs lieux de confrontation et de dialogues autour de ces problématiques peuvent être mentionnés pour ce qui concerne la France. Notons d’abord les séminaires associés à chaque programme où se retrouvent les chercheurs ainsi que les opérateurs de recherche et certains acteurs des territoires (cf. Rencontres du PIDUD, séminaires et colloques du programme D2RT et du PIRVE). Sont à mentionnés aussi quelques rencontres phares comme celle organisée par la DRAST, en 1998, à La Rochelle sur « La ville du XXIe siècle » (Theys et al., 2001), dans le cadre de laquelle un atelier entier a été consacré à la ville durable. En termes de support de publication, on peut bien sûr citer la revue en ligne Développement durable et territoires spécifiquement dédiée à cette problématique depuis 2002 (www.developpementdurable.revues.org) et qui constitue une réelle référence francophone en la matière, Les annales de la recherche urbaine qui ont publié un numéro entier sur ce thème en 2002, rendant compte des recherches menées dans le cadre de ces différents programmes (PUCA, 2002), ainsi que d’autres revues comme Écologie et politique (Emelianoff, 2004)…

25Enfin, on ne compte plus les colloques scientifiques qui rendent compte des efforts de recherche sur cette thématique : notamment Politiques territoriales et développement durable : évaluation et gouvernance (Tours en 2006), Instituer le développement durable (Lille en 2007), Le développement durable 20 ans après (Lille en 2008)…

26Ce rapide aperçu historique montre ainsi que le DD et sa dimension spatiale sont devenus progressivement un objet légitime de recherche en France. Néanmoins, il s’agit encore d’un champ de recherche multiforme, pour lequel les investissements des chercheurs sont de qualité variable ; ce que l’on peut lier au caractère somme toute encore risqué de cet objet de recherche.

Les apports des recherches menées

27Au final, si l’on tente d’analyser les principaux apports de ces efforts de recherche ou tout du moins les thèmes concrètement abordés dans les projets financés, on peut mettre en exergue les éléments suivants.

28Les premières approches de type conceptuel ont été portées par les économistes au début des années 1990. Nijkamp et al. (1992), Godard (1994), Zuindeau (1994), Camagni et Gibelli (1997) ont, à ce titre, fait ressortir la spécificité de l’approche territoriale pour le DD : l’obligation de saisir les interdépendances spatiales et non pas seulement temporelles du développement. Cette nécessaire prise en compte a donné lieu à des réflexions en termes de durabilité interne mais également externe (report des coûts sur l’extérieur), dont il reste à préciser les critères, ainsi qu’en termes de fractalité, avec la mise en évidence du caractère non reproductible à l’identique du DD à l’échelle de chaque territoire. Ces travaux d’ordre conceptuel et théorique ont constitué un terreau pour les travaux plus empiriques engagés dans les différents projets de recherche des programmes mentionnés ci-avant.

29Ainsi, les travaux développés dans le domaine de l’écologie industrielle et territoriale (métabolisme urbain ou plus largement territorial) (Erkman, 2004 ; Barles, 2002 ; Barles et al,. 2006) abordent la question de la durabilité interne et externe et de l’interdépendance entre les territoires. La mesure des interactions matérielles entre les espaces permet en effet d’appréhender la dépendance d’un territoire à un autre et de proposer une lecture spécifique du DD territorial.

30Plus généralement, les recherches menées sur la question de l’évaluation du DD d’un territoire ou celles relatives à l’évaluation des politiques et actions territoriales au regard du DD (Larrue, 2008 ; Boutaud, 2005) ont permis de mettre au point un certain nombre d’outils mobilisables par les acteurs de ces politiques. C’est le cas de l’empreinte écologique développée dans les années 1990 (Wackernagel, Rees, 1999), de la signalétique énergétique proposée par Pierre-Noël Giraud et Benoit Lefèvre (2006), des indicateurs de capital social (Putman, 2000 ; Callois, 2005) ou encore du « bilan sociétal » (Capron, 2006). Ces dernières recherches ont permis de faire avancer les réflexions sur la prise en compte conjointe des différentes dimensions du DD, notamment les dimensions culturelle et sociale. Les recherches menées ont également montré que les limites associées à ces outils sont moins liées à la construction proprement dite de ces indicateurs qu’aux usages qui en sont faits par les acteurs.

31Un autre pan des recherches porte sur les processus de décision et l’ouverture aux usagers et habitants. C’est la question du débat public et de son lien avec la production d’un DD des territoires ou tout au moins avec la mise en place de politiques territoriales de DD qui est ici investie. Ces recherches montrent l’existence d’une multiplicité dans l’offre de « débat public » développée dans le cadre de politiques se revendiquant d’une orientation vers un DD. Cette multiplicité est, certes, liée aux obligations législatives et réglementaires, mais pas seulement. Elle est également le produit de différentes demandes plus ou moins anticipées par les décideurs des politiques locales. Le lien entre politiques de DD et participation apparaît complexe : les recherches menées montrent une diversité de situations liées aux postures adoptées tant par les participants à ces processus de débat que par ceux qui les écoutent et/ou les convient. Toutefois, la question de la capacité au dialogue et à l’écoute mutuelle des différentes parties prenantes constitue un élément clef du processus.

32La question du DD territorial est également travaillée via des échelles plus fines, comme celle du quartier, analysé comme lieu de mise en œuvre et d’expérimentation. Dans ce cadre, des travaux ont été menés sur les écoquartiers définis comme moins consommateurs de ressources (notamment en sol et énergie) et plus productifs de liens sociaux (Héland, 2008). Les travaux menés sur cette thématique ont permis d’identifier à la fois des démarches spécifiques de production de tels quartiers, mais surtout de développer des technologies spécifiques notamment en termes de design urbain et d’architecture écologique (notamment Lefèvre, 2002).

33La question de l’organisation de la ville est également au centre des travaux sur le DD urbain. Dans ce cadre, est abordée la question des « modèles » plus ou moins durables de la ville, appréhendés au travers de la consommation de ressources (énergie, carbone), questionnant les modalités et les conséquences d’une ville compacte. Ce sont surtout les difficultés liées à la coordination des acteurs qui sont mises en avant par les recherches, de même que les effets socioéconomiques de la densité des agglomérations. En outre, des réflexions ont été entreprises sur le sens à donner à la promotion de tels modèles : est ainsi émise l’idée d’une ville durable promue comme hétérotopie plus que comme utopie, permettant des pratiques urbaines et des modèles d’action inchangés pour la majorité des espaces urbains (Berdoulay, Arnauld de Sartre, 2007).

34La question des périmètres est également une entrée privilégiée par les efforts de recherche. D’une part, constat est fait d’une multiplicité de délimitations produites tant par les actions territoriales mises en œuvre au nom du DD (Agendas 21 locaux) que par les chercheurs eux-mêmes posant frontalement la question : à quelle échelle peut-on ou faut-il analyser les processus de DD ? D’autre part, le décryptage des modes de fabrique du DD territorial (Rouyer, 2008) met en évidence l’importance du contexte (de la géographie, de l’objet, des configurations d’acteurs), permettant de mettre en exergue une typologie des modes de faire du DD territorial (Bertrand, 2004 ; Rouyer, 2008).

35Toutefois, les recherches montrent que si les politiques se revendiquant d’un DD se déclinent à partir de différentes entrées, leur élaboration et mise en œuvre concrète reposent sur des rapports de force somme toute classiques (entre acteurs politiques, entre acteurs économiques, etc.), mais également sur des relations renouvelées entre élus et praticiens. On peut retenir l’idée d’une figure professionnelle émergente, notamment d’aide à la maîtrise d’ouvrage, mais qui ne dispose pas à proprement parler d’une communauté de valeurs partagées au sein de ces professions récentes.

36Enfin, la thématique émergente de ces recherches est bien celle des inégalités socio-environnementales. Ce thème a été particulièrement au centre des recherches sur le DD territorial (notamment au sein du programme D2RT). À ce titre, on notera un réel apport en termes de caractérisation et de mesure (Faburel, 2010 ; Gueymard, 2009) et une mise en évidence des inerties et des héritages du passé (Lestel, Lefort, 2008). Les travaux ont également montré les multiples entrées possibles pour saisir ces questions d’inégalité (Laigle, Tual, 2007) et les vulnérabilités associées aux territoires (Bertrand et al., 2007). Cette thématique est certainement celle qui devrait faire l’objet d’un effort de recherche à l’avenir.

37Au final, il nous semble que deux thématiques apparaissent encore peu travaillées dans les travaux menés jusqu’ici. Tout d’abord, la question des articulations d’échelles : les recherches menées sur les coordinations entre acteurs des territoires et leurs politiques restent inabouties jusqu’ici. Que ce soit en termes de compensation, de configuration d’action, ou de fiscalité, la question des solidarités territoriales est relativement absente des recherches menées et ce, tant d’un point de vue théorique que d’un point de vue empirique. D’autre part, une seconde catégorie de travaux apparaît encore peu développée : celle des effets d’inertie de l’organisation des territoires avec pour corollaire les conditions d’une réversibilité des dispositifs et politiques en place ou projetés. Face à l’incertitude croissante des conditions écologiques, économiques et sociales des territoires, la question de l’adaptabilité dans le temps des aménagements mis en place apparaît une thématique de recherche à développer.

Conclusion

38En conclusion de ce rapide aperçu des recherches menées sur la thématique du DD et des territoires, on retiendra une réelle mobilisation progressive des chercheurs et opérateurs de la recherche tant en France qu’à l’échelle européenne. Cette mobilisation est à mettre en parallèle avec l’émergence de plus en plus prégnante dans les discours et les pratiques de ces questions. On constate en effet une réelle attente de la part des acteurs des territoires vis-à-vis des milieux de la recherche pour produire des connaissances sur ces questions, voire pour accompagner des démarches. Une telle mobilisation des chercheurs sous différentes formes dans les politiques mises en place au nom du DD peut néanmoins relever de l’instrumentalisation lorsque l’affichage du DD en reste à un effet marketing.

39En tout cas, on peut constater l’émergence d’un nouveau champ de recherche au sein des « sciences territoriales et urbaines » dont se dessinent les contours et les modes de faire. Ce champ n’a pas encore atteint son niveau de maturité et il reste encore des travaux à développer.

Bibliographie

Barjolet E., Mattei M.F., Rennes J.M. (eds), 2006, Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004, Tours, PUFR, coll. « Perspectives, villes et territoires », 13.

Barles S., 2002, « Le métabolisme urbain et la question écologique », Annales de la recherche urbaine, 92, p. 143-150.

Barles S., Traisnel J. P., Rudolf F., Maizia M., 2006, « Ville et durabilité : questions pour la recherche, questions à la recherche », in Barjolet E., Mattei M.F., Rennes J.M., (eds), Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004, Tours, PUFR, coll. « Perspectives, villes et territoires », 13, vol. 2, p. 23-33.

Berdoulay V., Arnauld de Sartre, X., 2007, Problèmes dans l’appropriation territoriale du développement durable : une modernité réinventée ?, CD Rom des Actes du colloque, Université de Pau, 21-23 novembre.

Bertrand, F., 2004, Planification et développement durable : vers de nouvelles pratiques d’aménagement régional ?, Thèse de doctorat en aménagement et urbanisme, Université de Tours.

Bertrand F., Rocher L., Melé P., 2007, Le changement climatique, révélateur des vulnérabilités territoriales ? Action publique locale et perceptions des inégalités écologiques, Rapport final pour le programme D2RT-MEDD/PUCA – Politiques territoriales et développement durable, CITERES, Université de Tours/CNRS.

Besson E., 2004, Inventaire critique des programmes de recherche sur le thème du développement urbain durable en Europe : Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Espagne, PIDUD, CNRS (disponible sur le site www.pirve.fr).

Boutaud A, 2005, Le développement durable : penser le changement ou changer le pansement ?, Thèse de l’ENSM de St-Étienne.

Callois J. M., 2005, Approches microéconomiques du développement économique local : prise en compte de la notion de capital social dans l’analyse des espaces périphériques, Thèse d’économie, Dijon, Université de Bourgogne.

Camagni R., Gibelli M. C., 1997, Développement urbain durable – quatre métropoles européennes, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Capron M., 2006, Une démarche d’évaluation croisée comme support, d’une dynamique territoriale de développement durable, Rapport final pour le programme D2RT-MEDD/PUCA – Politiques territoriales et développement durable, LERGO, Université Paris 8.

Duhem B., Werquin A. C., Garin-Ferraz G., Gault M., 1999, Ville et écologie, bilan d’un programme de recherche, 1992-1999, ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement.

Emelianoff C., (ed), 2004, « Urbanisme durable ? », Écologie & politique, 29.

Erkman S., 2004, Vers une écologie industrielle, Genève, Éditions Charles Léopold Mayer (2e éd.).

Faburel G., 2010, « Inégalités et justice environnementales », in Lévy J. P., Coutard O. (eds), Écologies urbaines, Paris, Economica, coll. « Anthropos ».

Garin-Ferraz G., Goudet F., 2003, Questions à propos du développement durable : les travaux de l’atelier du PUCA, PUCA, coll. « Recherche », 147.

Giraud P.N., Lefevre B., 2006, Signature énergétique des transports urbains (SETU), un outil de suivi-évaluation de la durabilité des dynamiques urbaines. Application à Bangalore, Inde, Rapport final pour le programme D2RT-MEDD/PUCA – Politiques territoriales et développement durable, CERNA.

Godard O., 1994, « Le développement durable. Paysage intellectuel », Natures Sciences Sociétés, 2 (4), p. 309-322.

Gueymard S., 2009, Inégalités environnementales en région Île-de-France : répartition socio-spatiales des ressources, des handicaps et des satisfactions environnementales des habitants, Thèse de doctorat en Aménagement et urbanisme, Université Paris XII.

Héland L, 2008, Le quartier comme lieu d'émergence, d'expérimentation et d'appropriation du développement durable. Analyse à partir des processus d'aménagement de deux quartiers européens : Vauban et Hyldespjaeldet, Thèse de doctorat en Aménagement et urbanisme, Université de Tours.

Jollivet M., 1999, « L’évaluation scientifique : mise à l’épreuve et outil de conception de l’interdisciplinarité », Natures Sciences Sociétés, 7 (4), p. 27-32.

Jollivet M., 2001, « Aux origines du PIREN », La revue pour l’Histoire du CNRS, 4, mai (http://histoire-cnrs.revues.org).

Lafferty W., (ed) 2001, Sustainable Communities in Europe, London, Earthscan Publications Ltd.

Laigle L., Tual M., 2007, « Conceptions des inégalités écologiques dans cinq pays européens : quelle place dans les politiques de développement urbain durable ? », Développement durable et territoires [en ligne], Dossier 9 : Inégalités écologiques, inégalités sociales, mis en ligne le 2 septembre.

Larrue, C, 2002, Recherche et développement régional durable, Actes du Symposium des 18 et 19 décembre 2000, Maison des Sciences de l’Homme, villes et territoires, coll. « Sciences de la ville », 17.

Larrue C., 2008, Politiques territoriales et développement durable : évaluation et gouvernance, CD Rom des Actes du colloque de Tours, 16-17 novembre 2006.

Lefèvre P, 2002, Architectures durables – 50 réalisations environnementales en France et en Europe, Aix-en-Provence, Edisud.

Lestel L Lefort A. C., 2008, Pour un renouveau urbain : gestion des héritages et inégalités ; difficultés sociales et risques environnementaux en Seine-Saint-Denis, 1850-2000, Rapport final pour le programme D2RT-MEDD/PUCA – Politiques territoriales et développement durable, CNAM, CDHT, Paris.

Nijkamp P., Lasschuit P., Soeteman F., 1992, « Sustainable development in a regional system », in Breheny M. J. (ed.), Sustainable development and urban form, London, Pion Limited.

PUCA, 2002, « Ce qui demeure », Annales de la recherche urbaine, 92.

Putnam R., 2000, Bowling alone: the collapse and revival of American community, New York, Simon & Schuster.

Ravetz J., 2004, Regionet Special Issue « Evaluation for regional sustainable development », Journal of Environmental Assessment Planning & Management.

Rouyer A., 2008, La petite fabrique locale du développement urbain durable. De la construction programmatique à la mise en œuvre de projets labellisés, une comparaison Nord-Sud des enjeux de la mobilisation dans quatre métropoles, Rapport final pour le Programme D2RT-MEDD/PUCA – Politiques territoriales et développement durable, CIRIUS-Université de Toulouse.

Theys J., Spector T., Ménard F., 2001, Villes au XXIe siècle : quelles villes voulons-nous, quelles villes aurons-nous ?, coll. du CERTU.

Wackernagel M., Rees W., 1999, Notre empreinte écologique, Montréal (Québec), Éditions Écosociété.

Zuindeau B., 1994, « La (les) théorie(s) du développement soutenable : quel apport pour l’analyse du développement économique régional ? », Revue d’économie régionale et urbaine, 4, p. 607-622.

Notes

1 On trouve sur www.cordis.europa.eu, via le moteur de recherche interne, un résumé de l’ensemble de ces projets.

2 Voir à ce sujet la recension réalisée par Édith Besson sur l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie en 2004 dans le cadre de la préfiguration du PIDUD CNRS (Besson, 2004).

3 Outre la participation de chercheurs français dans ces projets européens, les financeurs nationaux de recherche comme le ministère de l’Environnement (service de recherche du MEEDAT), le PUCA ainsi que le CNRS sont également impliqués dans l’élaboration des appels à proposition de recherche et dans le montage de programmes communs, notamment des Eranet comme Urbanet autour des questions urbaines y compris liées au DD.

4 Plan urbain à l’époque devenu par la suite Plan urbanisme construction et architecture : PUCA.

Auteur

Professeur en aménagement-urbanisme, Directrice de l’UMR CITERES 6173, Université François Rabelais de Tours, corinne.larrue@univtours.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540