Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie I. Concepts et méthodes

Chapitre 1. Les antécédents conceptuels du développement soutenable1

Franck-Dominique Vivien

Texte intégral

  • 1 Nous avons retenu l’expression « développement soutenable » qui, de notre point de vue, traduit mie (...)
  • 1 Le développement soutenable est « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromet (...)
  • 2 Voir les textes de O’Connor (1995), Burkett (2005) et Berr (2009), consacrés respectivement à une r (...)

1Le rapport Brundtland, dans lequel on trouve ce qui est parfois considéré comme la définition canonique du développement soutenable1, est souvent présenté comme le point de départ de cette problématique, comme le moment fondateur qui ouvrirait un nouvel âge politique, une nouvelle période de l’histoire de l’humanité. Marcel Jollivet (2001, p. 99) note qu’il s’agit là d’une « vision totémique » du rapport Brundtland, accueilli comme le « Livre de la révélation ». Mais on peut aussi inverser cette perspective et considérer le rapport Brundtland comme un point d’arrivée : le développement soutenable peut se concevoir dans la suite de réflexions élaborées depuis l’origine de l’économie politique sur la dynamique du capitalisme2. On peut aussi – c’est l’optique adoptée ici – appréhender les antécédents conceptuels du développement soutenable en ne considérant que la période contemporaine.

Un point de départ : The Limits to Growth

  • 3 « Nous affirmons que les voies globales du développement sont étroitement liées à d’autres voies gl (...)

2Créé en 1968 à l’initiative de l’industriel Aurelio Peccei et du directeur des affaires scientifiques de l’OCDE, Alexander King, le Club de Rome est un groupe d’experts cooptés d’une centaine de membres, issus des milieux d’affaire, de la science et de la diplomatie. Il a passé commande à une équipe du MIT, dirigée par Dennis Meadows (1972), d’une étude visant à simuler par ordinateur le fonctionnement du système planétaire. Les résultats du modèle World 3 sont saisissants : une population croissante avec des besoins énergétiques et matériels en expansion fait peser une pression de plus en plus forte sur son environnement jusqu’à l’effondrement de la dynamique du système. Le message de The Limits to Growth est clair et va faire beaucoup de bruit : le Club de Rome appelle à ce que l’on réfléchisse à un autre scénario que celui de la poursuite d’une croissance exponentielle sur le long terme. On a parlé alors de « croissance zéro » ; le titre de la traduction française (Halte à la croissance ?) semblant aller dans ce sens. Pourtant, c’est l’idée d’un développement qui y est dessinée en filigrane3 : il ne s’agit pas de renoncer à l’augmentation du bien-être des populations, mais de faire en sorte que celle-ci se réalise par le biais d’activités (éducation, art, recherche fondamentale…) qui sont moins consommatrices d’énergie et de matière que celles qui ont dominé durant la phase de consommation de masse des « Trente Glorieuses ». C’est, par ailleurs, l’idée d’une redistribution des richesses au niveau mondial qui est proposée par les membres du Club de Rome ; la croissance devant se poursuivre dans les pays du Sud, au moins pendant un certain temps, tandis qu’elle doit se ralentir peu à peu dans les pays du Nord.

Le retour de la thèse de l’état stationnaire

  • 4 Dans un texte qui se veut une réponse aux critiques adressées au travail de son équipe, Dennis Mead (...)

3Ce sont les travaux des économistes écologiques Kenneth E. Boulding (1966) et Herman E. Daly (1971) qui se trouvent en arrière-plan de ce premier rapport au Club de Rome et de la perspective d’un « état d’équilibre durable » qui y est mise en avant4. L’article de Daly figure même en bibliographie de The Limits to Growth. À l’évidence, la référence à la thèse de l’état stationnaire de John Stuart Mill, que l’on trouve aussi dans ce rapport, provient du même article de Daly, dans lequel il déclare que cette perspective lui apparaît plus pertinente aujourd’hui qu’à l’époque de Mill. Après avoir fait une distinction entre pays et classes sociales riches et pauvres, Daly dit ne s’adresser qu’à la société d’abondance et, en particulier, à celle qui existe aux États-Unis. L’état stationnaire, qui est un concept physique, précise-t-il, correspond à une constance du stock de capital physique et de la population. Ces quantités doivent être maintenues constantes à travers le temps ; les flux permettant leur reproduction, qui doivent être égaux aux flux de sortie, doivent être minimisés. Cela doit conduire à allonger la durée de vie des individus et des biens, que ceux-ci soient du capital ou des biens de consommation, ce qui passe aussi pour ces derniers par des possibilités accrues de recyclage. Ces flux (solde naturel et investissement net) doivent être les plus faibles possibles pour des raisons environnementales, mais aussi pour des raisons de désirabilité sociale. Daly s’interroge, en effet, sur la notion de besoin. S’inscrivant dans une longue tradition de penseurs – il cite notamment les « Perspectives économiques pour nos petits-enfants » de Keynes (1930) – notre auteur distingue les besoins réels et ceux qui n’importent que parce qu’ils nous permettent de nous différencier de nos semblables. Selon Daly, seuls les premiers doivent être pris en compte. Le but assigné à l’économie de l’état stationnaire étant celui de la distribution plus que celui de la production, cela oblige à considérer l’épineuse question des institutions qui doivent permettre d’atteindre cet objectif ; Daly évoquant, sans grande précision, la nécessité de marier des principes de distribution mis en avant par le socialisme et des principes d’efficacité économique mis en avant par l’économie de marché.

Aux racines modernes de la décroissance

  • 5 Georgescu-Roegen a une conception phénoménologique de la loi de l’entropie : comme l’énergie, la ma (...)

4Nicholas Georgescu-Roegen (1971) a publié The Entropy Law and the Economic Process, son magnum opus, quelques mois avant la parution de The Limits to Growth. Une alliance de circonstance va se constituer alors entre ce dernier et l’équipe dirigée par Meadows, le premier demandant au second de lui faire parvenir toutes les critiques qui lui ont été adressées par des économistes pour pouvoir y répondre (Levallois, 2010). Mais, bien vite, les positions respectives des uns et des autres vont diverger. Cela apparaît clairement dans « Energy and Economic Myths », le texte amendé d’une conférence donnée en novembre 1972 à l’Université de Yale dans un cycle intitulé « Limits to Growth : The Equilibrium State and Human Society ». Georgescu-Roegen (1975) y redit le message de Sadi Carnot, salué dans The Entropy Law and the Economic Process : s’il continue à dénoncer la posture des néoclassiques qui, en cette première moitié des années 1970, voient dans le nucléaire la possibilité d’une source d’énergie inépuisable, comme d’autres l’avaient fait au temps de Carnot en considérant la machine à feu, il est aussi sévère vis-à-vis des positions théoriques adoptées par Boulding et Daly. Au premier, il est reproché de se réjouir un peu trop vite que l’entropie ne concerne pas la matière (Boulding, 1966, p. 7), et l’on sait que Georgescu-Roegen va insister, au contraire, pour que soit reconnue une « quatrième loi de la thermodynamique » relative à la dissipation de la matière au niveau macroscopique (matter in bulk)5. Au second, c’est l’idée même d’état stationnaire qui est contestée et renvoyée au statut de mythe énergétique. « Un monde avec une population stationnaire, écrit Georgescu-Roegen (1975, p. 81), serait (…) continuellement forcé de changer sa technologie de même que son mode de vie pour faire face à l’inévitable baisse dans l’accessibilité des ressources. Même si l’on résolvait la question de savoir comment le capital peut changer qualitativement tout en demeurant constant, il faudrait imaginer que cette baisse imprévisible serait miraculeusement compensée par de bonnes innovations intervenant au bon moment ». C’est l’idée de décroissance qui apparaît finalement avec une traduction du terme declining que l’on doit à Jacques Grinevald (2006) : « La conclusion nécessaire des arguments avancés, écrit ainsi Georgescu-Roegen (1975, p. 82), (…) consiste à remplacer l’état stationnaire par un état de décroissance. À n’en point douter, la croissance actuelle doit non seulement cesser, mais être inversée. » Les limites matérielles et énergétiques qu’imposent les lois de la thermodynamique conduisent notre auteur à proposer un « programme bioéconomique minimal » destiné à faire durer le plus longtemps possible le stock d’énergie et de matière disponible pour l’humanité. Cette politique repose sur l’idée qu’il convient d’agir sur la demande de biens et de services plutôt que sur l’offre, grâce à une nouvelle éthique (dont le nouveau commandement, écrit Georgescu-Roegen, serait « Tu aimeras ton espèce comme toi-même »), tout en restant conscient de la nécessité, pour les populations pauvres, de voir s’améliorer, pendant une phase de transition, leurs conditions matérielles.

La réponse néoclassique : le modèle de soutenabilité faible

  • 6 On désigne par là la relation vertueuse qui relierait la croissance économique (voire le développem (...)

5La réaction des économistes néoclassiques vis-à-vis du premier rapport au Club de Rome ne se fait pas attendre. Leur première critique porte sur les informations statistiques dont on dispose qui ne prêtent pas au pessimisme affiché par The Limits to Growth. William Nordhaus (1974) reproche ainsi aux concepteurs de World 3, d’une part, de ne s’intéresser qu’aux réserves prouvées en matière de ressources minérales et fossiles, lesquelles, du fait de leur caractère stratégique, ne sont pas de bons indicateurs de raréfaction et, d’autre part, d’omettre les données pertinentes que sont les prix relatifs d’extraction de ces ressources. La seconde critique des néoclassiques porte justement sur cette modélisation qui ne s’appuie pas sur les formalisations qu’ils retiennent habituellement : dans World 3, il n’y a pas de fonction de production, pas de substitution entre les facteurs de production, ni de mécanisme de régulation par les prix. C’est d’ailleurs à l’occasion de cette controverse que Nordhaus (1973) va franchir un pas supplémentaire dans cette formalisation en introduisant la notion de « technique limite » (backstop technology) ; ce qui n’est jamais qu’une manière ad hoc de lever l’incertitude en matière de progrès technique. Grâce à ce dernier, les prix, selon les néoclassiques, doivent permettre l’internalisation des externalités et des prises de relais entre facteurs de production. Et si cette substituabilité entre facteurs de production s’opère correctement, l’épuisement des ressources naturelles, ainsi que l’écrit Robert Solow (1974), sera un évènement parmi d’autres et non une catastrophe. Nordhaus (1974) aboutit au même constat en ce qui concerne les ressources énergétiques : l’évolution des prix, même si elle moins favorable que par le passé, ne devrait pas trop peser sur les perspectives de croissance future. Wilfred Beckerman (1972, p. 336) affiche la même confiance : en prenant l’exemple des émissions de SO2 dans certains États des États-Unis, il met l’accent sur la réduction de la pollution par unité de production que l’on peut observer depuis quelques années. Cette baisse devrait, selon lui, se poursuivre à l’avenir, grâce notamment aux politiques environnementales mises en œuvre ; un argument qui, une vingtaine d’années plus tard, deviendra celui qui fonde l’idée de l’existence d’une « courbe environnementale de Kuznets »6. On trouve, dans toute cette littérature, les arguments du modèle de « soutenabilité faible ». Nordhaus (1974, p. 25-26) note cependant que les questions de pollution considérées jusqu’à maintenant sont essentiellement locales, alors qu’il convient aussi de s’intéresser aux pollutions globales. À ses yeux, le seul problème environnemental qui mérite que l’on s’y intéresse à l’avenir est celui de la concentration atmosphérique des gaz à effet de serre. C’est à partir de là que cet auteur va se consacrer à l’économie du changement climatique.

  • 7 Conçue comme lieu de rencontre et de convergence entre l'économie et l'écologie, l’économie écologi (...)

6Le débat soulevé par le premier rapport au Club de Rome n’est pas clos pour autant, comme en témoigne le chapitre que Robert Ayres et Allen V. Kneese (1976) rédigent pour un ouvrage en l’honneur de Kenneth E. Boulding. La question de la soutenabilité, qui jusqu’alors était présente en filigrane, figure clairement dès le titre de leur texte. C’est à partir d’un exercice de prospective, qui distingue la situation des pays développés et celle de pays en voie de développement, que s’élabore le raisonnement des auteurs. La croissance zéro ne leur apparaît pas une solution envisageable, du fait des besoins à satisfaire d’une population en augmentation, dans les pays du Sud essentiellement. Pour autant, ils doutent que les écarts se réduisent sensiblement entre le Nord et le Sud. Dès lors, les deux problématiques qui leur apparaissent centrales en matière de soutenabilité sont, d’une part, les possibilités futures offertes par le progrès technique et, d’autre part, la capacité des systèmes sociaux à gérer leur vulnérabilité, laquelle provient de leur interdépendance croissante et des risques que font courir certaines techniques (le nucléaire, notamment). Ayres et Kneese se montrent extrêmement prudents quant à ce que réserve l’avenir dans ces deux domaines : rien ne dit, en effet, que les rendements futurs de la technique seront identiques à ceux que l’on a connus jusqu’alors. Qui plus est, compte tenu des très grandes incertitudes qui entourent l’énergie nucléaire, la décision en matière de choix technique ne peut reposer sur l’utilisation du calcul coûts-avantages. Les choix en cette matière relèvent nécessairement du politique, écrivent Ayres et Kneese, tout en soulignant que la durée de vie des gouvernements est infinitésimale relativement à celle des déchets nucléaires. D’où une conclusion des plus circonspectes : la question de la soutenabilité de l’humanité est ouverte, mais du fait des nombreuses incertitudes qui entourent les choix techniques, les systèmes sociaux et les modalités de gouvernement, Ayres et Kneese avouent qu’il leur est difficile de voir comment influencer de manière rationnelle les politiques actuelles. Une chose est sûre, notentils – et cela fait écho à la pensée de Boulding et annonce un des traits analytiques de l’Ecological Economics7 : ceux qui ne posent la question de la viabilité à long terme de l’humanité qu’en des termes de potentiels techniques ou de capacités économiques laissent de côté des éléments absolument essentiels au débat.

L’écodéveloppement

7C’est dans les couloirs de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement humain, organisée à Stockholm en 1972 – et dont l’objectif est d’« élaborer une politique commune afin de créer un ordre viable » (Ward, Dubos, 1972, p. 23) –, que son secrétaire général, Maurice Strong, lance le terme d’écodéveloppement afin de tenter de concilier les oppositions entre le Nord et le Sud qui s’y expriment. L’expression, qui, précise Ignacy Sachs (2007, p. 254-255), est d’abord un contenant avant d’être un contenu, va être reprise et approfondie au Symposium organisé par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, qui se tient à Cocoyoc en 1974, sous la présidence de Barbara Ward. La déclaration finale de cette conférence s’interroge sur les « limites internes » constituées par les besoins humains et les « limites externes » que représentent les ressources physiques de la planète : « Nous croyons, peut-on lire dans l’épilogue de ce document (UNEP, 1981, p. 119), à la possibilité d’établir des modes de vie et des systèmes nouveaux plus justes, moins arrogants dans leurs exigences matérielles, plus respectueux de l’environnement de la planète entière. La voie ne passe ni par l’attente désespérée d’un désastre, ni par la croyance optimiste en une succession de prouesses techniques. Elle passe par une évaluation attentive et dépassionnée des limites externes, par une recherche collective de la manière de respecter les limites internes des droits fondamentaux de l’homme. Elle passe par l’édification de structures sociales pour exprimer ces droits et par un patient travail d’invention des techniques et des modes de développement qui mettent en valeur et protègent notre patrimoine planétaire. » Sachs, qui participe à ces débats, va associer son nom à cette perspective d’écodéveloppement qui est une sorte de voie moyenne, à égale distance des propositions du rapport Meadows et de celles des néoclassiques. La croissance en tant que telle n’est pas rejetée, mais elle doit être mise au service du progrès social et de la gestion raisonnable des ressources et milieux naturels. En s’inscrivant dans la perspective ouverte par les théories du développement endogène et en étant particulièrement attentif au développement local, il importe, selon Sachs, que chaque communauté définisse par elle-même son propre « style de développement », en particulier au travers d’un choix de « techniques appropriées », compatibles avec son contexte culturel, institutionnel et écologique. L’écodéveloppement repose ainsi sur trois piliers : l’autonomie des décisions des communautés humaines en fonction de leurs valeurs, la prise en charge équitable des besoins de tous les hommes et la prudence écologique.

8Le PNUE, qui a été créé à la suite de la Conférence de Stockholm, va faire de l’écodéveloppement un des axes privilégiés de sa stratégie jusqu’au début des années 1980. Il y est incité par le rapport de la Fondation Dag Hammarskjöld (1975) préparé à l’occasion de la 7e réunion spéciale de l’Assemblée générale des Nations unies. L’équipe du Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (CIRED), que dirige alors Sachs à Paris, participe à ce projet à travers un ensemble de contributions qui seront publiées quelques années plus tard (Sachs et al., 1981). L’écodéveloppement occupe aussi une place centrale dans le troisième rapport au Club de Rome coordonné par Tinbergen (1976). Sachs, qui fait partie de la vingtaine d’experts ayant participé à cet ouvrage, y signe un des chapitres consacrés à l’approche sectorielle dont on retrouve de larges extraits dans la partie commune du rapport. Ce document, qui porte sur les relations Nord/Sud, entre en résonance avec les propositions de l’Assemblée des Nations Unies qui a appelé en 1974 à l’instauration d’un « nouvel ordre économique international » (NOEI), « plus humain et plus équitable », débouchant sur « une démocratie socio-économique planétaire ». Dans le même temps, tournant le dos à l’idée de croissance zéro qui prévalait quelques années plus tôt, les auteurs du troisième rapport au Club de Rome soulignent la nécessité d’accélérer la croissance mondiale et de libéraliser le commerce international ; ce qui, selon Rist (1996, p. 234), était le sens véritable du NOEI. D’ailleurs, on va assister à la marginalisation progressive de la notion d’écodéveloppement au profit de celle de développement soutenable ; la réaction de Kissinger et de la diplomatie étatsunienne à la Résolution de Cocoyoc, si l’on en croit Sachs (2007, p. 264), ayant joué un rôle important dans cette substitution sémantique. Il est vrai que la seconde expression fait écho aux termes employés par Rostow (1960) dans son célèbre « manifeste anti-communiste » que sont Les étapes de la croissance économique. Le développement y est conçu comme un phénomène de rattrapage par rapport au modèle qu’incarnent les économies occidentales, les États-Unis étant la plus « avancée » en la matière.

La Stratégie mondiale de la conservation

9Le World Wildlife Fund va parler d’« écodéveloppement durable » dans son rapport annuel des années 1978-1979 (Chartier, 2004). Un pas supplémentaire va être franchi par l’Union internationale pour la conservation de la nature – UICN – (1980) avec la publication de la Stratégie mondiale de la conservation, qui est le premier texte de portée internationale qui se donne « pour but de contribuer à l’avènement du développement soutenable ». Comme l’indique le sous-titre de ce rapport – La conservation des espèces vivantes au service du développement soutenable – l’accent y est mis sur les ressources biologiques. L’enjeu pour l’UICN est de relégitimer sa politique de conservation en montrant que celle-ci ne se fait pas à l’encontre des populations locales, lesquelles se voient imposées de fortes contraintes administratives, tout en bénéficiant peu des retombées financières de l’activité touristique organisée autour des aires protégées. En d’autres termes, il s’agit de montrer que la conservation se fait dans un souci de développement. Mais, comme le montre Denis Chartier (2004), ce sont deux conceptions du développement soutenable qui sont mises en avant. La première, qui fait écho à une vieille tradition de gestion des ressources renouvelables (Vatin, 2005), est celle de la détermination du rendement soutenable, à savoir le volume de production qui, dans une perspective de gestion à long terme, est supportable pour la reproduction du stock de ressources naturelles ou de l’écosystème. La seconde est l’idée de faire durer le développement, en inscrivant la conservation dans la perspective du NOEI. Les rédacteurs du rapport insistent, en effet, sur l’importance que commencent à prendre les ressources génétiques du fait de l’essor du secteur des biotechnologies. Les aires protégées apparaissent alors comme des « réservoirs » de ressources que les hommes vont pouvoir exploiter dans l’avenir. Qui plus est, la collecte des échantillons biologiques – en provenance du règne végétal, essentiellement – est une activité qui doit pouvoir s’effectuer sans détruire les écosystèmes qui les abritent. Il s’agit même de veiller à maintenir leur état et leur dynamique si l’on veut pouvoir découvrir des ressources biologiques qui sont encore inconnues aujourd’hui. On a là en filigrane la politique internationale qui sera promue par la Convention sur la diversité biologique adoptée à Rio en 1992 ; une différence notable résidera dans l’abandon du statut de patrimoine commun de l’humanité pour la biodiversité au profit de la souveraineté des États, des droits de propriété intellectuelle et des droits pour les communautés autochtones et locales.

Building a Sustainable Society

10Un autre indice du rôle joué par les ONG dans la construction de cette problématique est la publication de Building a Sustainable Society par Lester R. Brown (1981), le directeur du Worldwatch Institute (WI). Selon ce dernier, la soutenabilité, qui est une notion issue de l’écologie, a des implications économiques et sociales puisqu’une société soutenable voit sa dynamique économique et le bienêtre humain dépendre du maintien de la bonne santé de la Biosphère. Ce débat, précise notre auteur, a été lancé par le premier rapport au Club de Rome, mais il a eu tendance à s’enfermer dans une alternative croissance / non-croissance qu’il convient de dépasser. Si on excepte les attaques contre les économistes et, en particulier, ceux dits « de l’offre », qui conseillent alors le Président Reagan, la structure et la philosophie de cet ouvrage annoncent celles du rapport Brundtland : une crise de civilisation, dont la première partie du livre s’attache à décrire les nombreuses manifestations environnementales, économiques et sociales, oblige à modifier nos priorités, modes de décision et comportements. Dans une deuxième partie, Brown nous offre une vision pragmatique de la société soutenable, qui peut être rattachée à différents paradigmes : stabilisation de la population mondiale, préservation des ressources naturelles, restructuration de l’activité économique, élaboration de nouveaux indicateurs macroéconomiques, développement des énergies renouvelables, mise sur pieds d’une économie du recyclage, de circuits de distribution courts, plus grande autonomie des communautés humaines, simplicité des modes de vie, etc. Une idée présente dans ce livre, qui va faire de plus en plus florès, est celle de la transition vers une « éco-économie », porteuse de nouvelles industries, de nouveaux emplois, de nouveaux usages, une « économie verte » qu’il convient de faire émerger au plus tôt, en agissant par le biais des pouvoirs publics, des forces du marché, des entreprises, des ONG, des citoyens... Un autre trait de cette analyse est que, selon Brown, la plupart des solutions institutionnelles et techniques existent déjà de par le monde ; il suffit de les découvrir et de les diffuser. D’où la nécessité de compiler les études et données pour favoriser la prise de conscience, la mise en commun des solutions et un apprentissage collectif. Depuis 1984, le WI publie d’ailleurs un rapport annuel sur l’état de la planète qui mesure l’avancée vers une société soutenable.

Le rapport Brundtland : l’expression d’un compromis ?

11En 1987 est publié Notre avenir à tous, un épais volume fruit de cinq années de travail de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement (CMED) de l’ONU, dirigée par Gro Harlem Brundtland. Le contenu de ce rapport fait écho à maintes propositions précédentes. Les questions d’environnement et de développement sont considérées de concert : certains modes de développement dégradent l’environnement et, inversement, un environnement dégradé peut constituer un obstacle au développement. Il n’y a donc qu’une seule crise, les différents domaines considérés (population, sécurité alimentaire, énergie, pollution, etc.) étant liés les uns aux autres. Ce qui amène à trouver une solution, qui n’est autre que le développement soutenable. Deux concepts sont attachés à cette notion : d’une part, celui de « besoins » et, plus particulièrement, des besoins essentiels des plus démunis à qui il convient d’accorder la priorité ; d’autre part, et l’on pense au texte de Ayres et Kneese, l’idée des limitations que l’état des techniques et l’organisation sociale font peser sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins des générations présentes et futures. Concrètement, c’est une « nouvelle ère de croissance » que la CMED appelle de ses vœux pour répondre à ces besoins, tout en précisant que la « qualité » de cette croissance doit changer, en recourant à des techniques moins consommatrices d’énergie et de matière et en étant mieux redistribuée. Bien que l’on ne parle pas d’écodéveloppement, cette croissance doit être au service d’une conception élargie du développement, intégrant les besoins essentiels en ce qui concerne l’alimentation, l’énergie, l’emploi, etc., un objectif qui doit être décliné différemment selon les pays, leurs contraintes environnementales, leurs traditions culturelles et politiques. Si certaines populations doivent adapter leur mode de vie pour qu’il soit plus respectueux de l’environnement, d’autres doivent limiter leur croissance démographique. Le chapitre consacré aux espèces et aux écosystèmes fait écho aux propositions de l’UICN en recommandant notamment la mise au point de « stratégies nationales de conservation » susceptibles de rapprocher les objectifs de conservation et de développement. La nécessité, d’une part, de recourir au multilatéralisme pour résoudre les problèmes internationaux et, d’autre part, d’instaurer un NOEI sont toujours à l’ordre du jour. À ce titre, la gestion du « patrimoine commun » est aussi une question évoquée en fin de volume. De même que figurent des recommandations portant sur les réformes institutionnelles et juridiques à mettre en œuvre, notamment à l’échelle internationale, le PNUE se voyant proposer un rôle renforcé au sein du système des agences de l’ONU. Le rapport s'achève par un projet de charte de la Terre.

Bibliographie

Ayres R.U., Kneese A.V., 1976, « The sustainable economy », in M. Pfaff (ed.), Frontiers in social thought. Essays in honor of K.E. Boulding, Amsterdam/New York, North Holland Publishing, p. 183-214.

Beckerman W., 1972, « Economists, Scientists, and Environmental Catastrophe », Oxford Economic Papers, 24 (3), p. 327-344.

Berr E., 2009, « Keynes and Sustainable Development », International Journal of Political Economy, 38 (3), p. 22-38.

Boulding K.E., 1966, « The economics of the coming spaceship earth », in H. Jarrett (ed.), Environmental quality in a growing economy, Baltimore, John Hopkins University Press, p. 3-14.

Brown L.R., 1981, Building a Sustainable Society, New York/London, W.W. Norton & Company Ltd.

Burkett P., 2005, « Marx’s Vision of Sustainable Human Development », Monthly Review, 57 (5), p. 34-62.

Chartier D., 2004, « Aux origines des flous sémantiques du développement durable : une lecture critique de La Stratégie mondiale de la conservation de la nature », Écologie & politique, (29), p. 173-183.

CMED, 1987, Notre avenir à tous, trad. fr. 1989, Montréal, Éd. du Fleuve. Dag Hammarskjöld Foundation, 1975, “What Now”, Development Dialogue, (1-2), Uppsala.

Daly H. E., 1971, « Toward a steady-state economy », in J. Harte, R.H. Socolow (eds), Patient Earth, New York, Holt, Rinehart and Winston Inc., p. 226-244.

Georgescu-Roegen N., 1971, The Entropy Law and the Economic Process, Cambridge, Harvard University Press.

Georgescu-Roegen N., 1975, « L’énergie et les mythes économiques », trad. fr. 1979, in Demain la décroissance, Lausanne, Éd. Pierre-Marcel Favre, p. 37-104.

Grinevald J., 2006, « Histoire d’un mot. Sur l’origine historique de l’emploi du mot décroissance », Entropia, 1, p. 185-188.

Jollivet M., 2001, « Le développement durable, notion de recherche et catégorie pour l’action. Canevas pour une problématique hybride », in M. Jollivet (éd.) Le développement durable, de l’utopie au concept. De nouveaux chantiers pour la recherche, Paris, Elsevier, p. 97-116.

Keynes J.M., 1930, « Perspectives économiques pour nos petits-enfants », rééd. in La pauvreté dans l’abondance, trad. fr. 2002, Paris, Gallimard, p. 103-109.

Levallois C., 2010, “Can de-growth be considered a policy option? A historical note on Nicholas Georgescu-Roegen and the Club of Rome”, Ecological Economics, 69, p. 2271-2278.

Martinez-Alier J., Røpke I. (eds), 2008, Recent Developments in Ecological Economics, 2 vol. , Cheltenham, Edward Elgar.

Meadows D.H., Meadows D.L., Randers J., Behrens III W.W., 1972, Halte à la croissance ?, trad. fr. 1972, Paris, Fayard.

Meadows D., 1973, « Les limites sur ordinateur », in A. Petitjean (éd.), Quelles limites ? Le Club de Rome répond…, trad. fr., Paris, Le Seuil, p. 31-65.

Nordhaus W. D., 1973, « The Allocation of Energy Resources », Brooking Papers on Economic Activity, (3), p. 529-576.

Nordhaus W.D., 1974, « Resources as a Constraint on Growth », American Economic Review, 64 (2), p. 22-26.

O’Connor M., 1995, « La réciprocité introuvable. L’utilitarisme de J.S. Mill et la recherche d’une éthique de la durabilité », Économie appliquée, 48 (2), p. 271-304.

Tinbergen J. (sous la dir.), 1976, Nord-Sud : du défi au dialogue ? Propositions pour un nouvel ordre international, trad. fr. 1978, Paris, Dunod.

Rist G., 1996, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po.

Rostow W.W., 1960, Les étapes de la croissance économique, trad. fr. 1963, Paris, Le Seuil.

Sachs I. et al., 1981, Initiation à l’écodéveloppement, Toulouse, Privat.

Sachs I., 2007, La troisième rive. À la recherche de l’écodéveloppement, Paris, Bourin Ed.

Solow R. M., 1974, « The Economics of Resources or the Resources of Economics », American Economic Review, 64 (2), p. 1-14.

UICN, 1980, Stratégie mondiale de la conservation, UICN/PNUE/WWF, Gland.

UNEP, 1981, In Defence of the Earth. The Basic Texts on Environment: Founex, Stockholm, Cocoyoc, UNEP Executive Series 1, Nairobi.

Vatin F., 2005, « Aménagement forestier et métaphysique économique du XVIIIe au XIXe siècle : le premier débat sur le « développement durable » », in J.-P. Maréchal, B. Quenault (dir.), Le développement durable. Une perspective pour le XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 51-67.

Ward B., Dubos R., 1972, Nous n’avons qu’une seule terre, trad. fr. 1972, Paris, Denoël.

Notes

1 Le développement soutenable est « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (CMED, 1987, p. 51).

2 Voir les textes de O’Connor (1995), Burkett (2005) et Berr (2009), consacrés respectivement à une relecture des œuvres de Mill, Marx et Keynes à la lumière du développement soutenable.

3 « Nous affirmons que les voies globales du développement sont étroitement liées à d’autres voies globales, qu’une stratégie à l’échelle mondiale doit être mise au point pour attaquer tous les problèmes essentiels, ceux des relations entre l’homme et son environnement […] Développement et environnement doivent absolument être traités comme un seul et même problème » (Meadows et al., 1972, p. 295).

4 Dans un texte qui se veut une réponse aux critiques adressées au travail de son équipe, Dennis Meadows (1973, p. 46) déclare : « Notre espoir est qu’il se trouvera des esprits plus imaginatifs pour répondre aux défis de tous ordre que lance, à la recherche économique et sociologique, le problème d’un état matériellement stabilisé. » Une note en bas de page précise alors : « Des économistes comme Kenneth Boulding, Ezra Mishan, Herman E. Daly, Nicholas Georgescu-Roegen ont déjà commencé. »

5 Georgescu-Roegen a une conception phénoménologique de la loi de l’entropie : comme l’énergie, la matière transformée par l’activité humaine ne disparaît pas – il y a bien conservation –, mais elle devient peu à peu inutilisable pour les hommes – il y a donc une dissipation qualitative. L’exemple qu’il donne souvent est celui de la gomme des pneus d’une automobile qui se dépose sur l’asphalte : cette gomme pourrait être récupérée, mais en dépensant une énergie très grande en un temps presque infini.

6 On désigne par là la relation vertueuse qui relierait la croissance économique (voire le développement) et la protection de l’environnement, laquelle, comme la courbe de Kuznets, prendrait la forme d’un « U inversé ».

7 Conçue comme lieu de rencontre et de convergence entre l'économie et l'écologie, l’économie écologique est une école de pensée qui s’est institutionnalisée à la fin des années 1980. Ses partisans argumentent généralement en faveur d’un modèle de soutenabilité forte. Pour un aperçu de ces travaux, voir notamment J. Martinez-Alier, I. Røpke eds (2008).

Notes de fin

1 Nous avons retenu l’expression « développement soutenable » qui, de notre point de vue, traduit mieux, sémantiquement et logiquement, celle de sustainable development. Le terme durable existe en anglais et ce n’est pas celui-ci qui a été choisi. Qui plus est, il existe un vieux mot français, utilisé dans des textes régissant la gestion des forêts, décrivant l’obligation de « soustenir » les ressources naturelles en bon état dans le long terme. On peut aussi souligner que le terme durable a tendance à renvoyer à la seule durée du phénomène auquel il s’applique, comme si le problème se résumait à vouloir faire durer le développement… La notion de soutenabilité permet de mettre l’accent sur d’autres enjeux relatifs à la répartition des richesses dans le temps et dans l’espace.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540