Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Introduction générale : Dix ans après, une nouvelle édition originale…

Bertrand Zuindeau

Texte intégral

1Ce livre traite de la dimension territoriale du développement durable (DD). Il a pour objet les réflexions, propositions, et actions qui s’y réfèrent, ainsi que la littérature rendant compte de ces dernières. Les initiatives en matière de DD sont très nombreuses et la littérature qui s’y rapporte est immense. Initiées dès la fin des années 1980, les contributions n’ont cessé de se multiplier et de se diversifier. Cependant, avant même l’effort de synthèse qu’appelle une telle profusion de travaux, s’impose un préalable : celui de justifier l’intérêt heuristique du champ lui-même que constitue le DD dans son rapport au territoire. La recherche de justification peut procéder de deux interrogations : 1– En quoi est-il pertinent de s’intéresser à la dimension territoriale au sein de la problématique générale du DD ? 2– En quoi la référence au DD permet-elle de renouveler utilement l’analyse territoriale ?

2La première question revêt un aspect paradoxal, étant donné justement la quantité considérable de travaux portant sur le DD territorial. Il faut rappeler, pourtant, qu’à l’origine, au milieu des années 1980, le DD est plutôt envisagé comme une problématique (ou un projet) global. Le rapport Brundtland (CMED, 1987), en particulier, s’il n’oublie pas complètement l’échelon local, à la fois pour l’examen des problèmes et pour leur traitement, n’en met pas moins l’accent sur le niveau mondial. « Il n’existe aucun modèle idéal de développement durable, est-il écrit dans ce rapport, car les systèmes sociaux, les systèmes économiques et les conditions écologiques varient beaucoup d’un pays à l’autre. Chaque pays devra trouver sa voie propre. Mais, indépendamment de toutes ces différences, le développement durable doit s’envisager comme un objectif à atteindre à l’échelle mondiale » (CMED, 1987, p. 47). La structure même du rapport avec ses trois parties, « préoccupations communes », « problèmes communs », « efforts communs », exprime bien cette prééminence du « global », tandis que les voies d’action privilégiement proposées ont trait au droit international de l’environnement et à une coopération internationale renforcée et profondément rénovée. De cette optique originelle, suivant laquelle, en quelque sorte, le DD serait une réponse globale à un problème global, subsiste une certaine réticence à considérer comme pertinente toute approche territoriale de DD. Il n’est pas rare, en effet, d’entendre en colloque ou séminaire, des propos déniant l’intérêt de ses formes territoriales (locales, régionales…), au motif que le DD est global et ne peut être que global. Les arguments ne manquent pas pour contrer une telle opinion. Ceux-ci sont à relier au caractère morcelé de l’espace mondial. Les problèmes varient, dans leur nature et dans leur intensité, selon les territoires. D’ailleurs, la citation du rapport Brundtland, présentée à l’instant, ne dit pas autre chose. Mais ce morcellement est aussi un facteur-clé du point de vue du traitement des problèmes. Les interdépendances qui existent entre problèmes et entre territoires sont complexes. Il serait fallacieux de déduire de telles interdépendances le caractère unitaire du problème et de son règlement. L’action d’un territoire n’est pas sans subir les interférences des autres territoires. Plusieurs figures en résultent qui méritent d’être considérées : effet d’additivité spatiale des actions, effet d’innovation, effet d’exemplarité, mais aussi effet de concurrence, effet d’inhibition face à une coopération incomplète… Si – pour paraphraser le rapport Brundtland – le DD est un objectif à atteindre à l’échelle mondiale, les voies de son accomplissement passent par les territoires (locaux, régionaux, nationaux…) et l’analyse, à ces divers échelons, est justifiée et même nécessaire (pour des arguments supplémentaires, voir le chapitre 3).

  • 1 Une conception est dite de « durabilité faible » si elle estime que les diverses composantes du cap (...)

3Passons maintenant de la pertinence de l’analyse territoriale du DD à la pertinence d’une analyse du territoire en termes de DD. Qu’apporte de plus, en effet, le DD à l’analyse des territoires ? En quoi est-il de nature à renouveler les approches territoriales traditionnelles, notamment d’aménagement du territoire ou d’environnement ? C’est bien sûr la spécificité du DD au regard de ces autres notions qui permettra, le cas échéant, de fonder l’originalité de la démarche. À l’inverse, si le DD est, par exemple, abusivement identifié à la seule prise en compte de l’environnement, la référence qui y sera faite pour caractériser telle action territoriale se comprendra comme simple variation sémantique, les promoteurs du projet satisfaisant alors, par opportunisme, à un paradigme ayant le vent en poupe. Cependant, la multitude des définitions – et donc sans même parler des usages dévoyés du concept – n’aide pas la tâche. Certes, la définition du DD, contenue dans le Rapport Brundtland selon laquelle le DD est « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (CMED, 1987, p. 51), est une définition qui paraît pouvoir recueillir une large adhésion. Toutefois, quand l’approche se fait plus précise, quand elle tend vers plus d’opérationnalité, des différences, voire des divergences se font jour. Entre les approches « plutôt économiques » ou, au contraire, « plutôt écologiques » du DD, entre ce que les théoriciens du DD ont convenu d’appeler, d’un côté, la « durabilité faible » et, de l’autre, la « durabilité forte »1 (Turner, 1992 ; Neumayer, 2003), il n’y pas que des nuances, tant s’en faut ! Dans un ouvrage récent, Jacques Theys (2009) rend compte de ces différences, mais explicite aussi ce qu’il appelle « une conception spécifique » (p. 28 sqq.) du DD, plus spécialement adaptée au domaine du développement. Cette conception présente cinq caractéristiques (p. 29) : le souci de construire des stratégies globales et à long terme ; la volonté de donner, dans ces stratégies, la priorité aux générations futures et aux ressources et risques critiques pour ces générations ; une attention forte aux problèmes d’articulation entre global et local (mais aussi entre les différentes échelles territoriales ou entre le Nord et le Sud) ; le souci, dans les stratégies, d’accorder une place importante aux besoins essentiels des populations ou des territoires les plus pauvres ou les plus vulnérables ; enfin, une autre façon d’articuler les objectifs du développement avec notamment l’idée que la prise en compte des trois piliers du DD (l’économique, le social, l’environnemental) ne doit pas conduire à un simple collage, mais doit donner lieu à une véritable intégration, amenant à redéfinir les objectifs du développement eux-mêmes.

4Une telle conception permet alors de voir autrement la manière d’appréhender le territoire et d’y mener des politiques. En particulier, des approches sectorisées ou exclusivement axées sur le territoire d’étude sans prise en compte des interdépendances extérieures ne sont plus de mise. De même, une approche territoriale orientée vers la compétitivité et l’attractivité ne garderait sa légitimité que si elle intègre des considérations relatives au maintien des ressources, à la gestion des risques, ou à la recherche d’équité sociale. Sur un plan de mise en œuvre des politiques, une telle caractérisation tient plus actuellement de la perspective souhaitable que de la réalité observable. Sa concrétisation ne paraît guère pouvoir se faire autrement que progressivement, et l’orientation proprement durable de la politique est peut-être même à rechercher dans une démarche in itinere (« chemin faisant ») plutôt que définie en amont, une fois pour toutes. En revanche, sur un plan heuristique, c’est d’emblée que la « conception spécifique » doit trouver à s’appliquer au cadre territorial.

5Dès lors, l’élaboration des chapitres qui suivent a voulu tenir compte de cette contrainte définitionnelle. Sans doute, de manière plus ou moins marquée selon les contributions – certaines d’entre elles mentionnant même le terme « environnement » et non DD –, avec une vision nécessairement différenciée selon les auteurs, le texte tente cependant de faire ressortir de telles caractéristiques, notamment la prise en compte des diverses composantes inter-reliées du DD, le rôle des interdépendances spatiales et temporelles, l’importance de questions telles que l’équité ou la gouvernance.

 

  • 2 Autre différence par rapport à l’édition de 2000 : alors que cette dernière s’appuyait pour l’essen (...)
  • 3 Un corollaire de cette caractéristique est que, si les chapitres sont complémentaires dans l’ensemb (...)

6Parlons du livre justement… Le projet provient de la demande de l’éditeur, Les Presses universitaires du Septentrion, de procéder à une réédition d’un premier ouvrage, paru en 2000, sous le titre Développement durable et territoire (Zuindeau, 2000). L’idée était initialement d’actualiser le contenu des sept chapitres qu’il contenait. Très vite, s’est imposée cette autre idée que le contenu n’était pas, en l’occurrence, actualisable. En dix ans, les initiatives, les actions, les dispositifs en matière de DD territorial, mais aussi les analyses en rendant compte, s’étaient, à ce point, multipliés et étoffés, qu’il n’était pas possible d’en témoigner en se contentant de modifier, plus ou moins sensiblement, le texte d’origine. Un livre entièrement nouveau s’avérait nécessaire. Le projet s’est alors progressivement échafaudé d’élargir le nombre de thèmes et de problématiques touchant à cet objet. Le plan initial prévoyait une trentaine de chapitres : en définitive, ils seront 40, écrits par 48 auteurs2. Nous ne saurions prétendre à l’exhaustivité en la matière et le lecteur relèvera peut-être ce qui lui semble être des oublis, mais nous pensons avoir couvert, pour l’essentiel, la thématique générale. Cela étant, la volonté de coïncider, le mieux possible, au champ, en augmentant le nombre de chapitres, a aussi impliqué une orientation rédactionnelle, différente de celle qui prévalait en 2000. Pour la première édition, les contributions ne correspondaient pas vraiment à des thématiques délimitées. Il s’agissait plutôt d’analyses entendant démontrer telle ou telle hypothèse, parfois même des apports issus de thèses de doctorat. L’optique, aujourd’hui, n’est plus la même. Le livre s’apparente plutôt à un manuel, ou pour reprendre une expression anglaise plus adaptée, un handbook collectif, regroupant les connaissances relatives aux thèmes divers que porte le DD territorial. Chaque chapitre traite du thème concerné, sous ses aspects divers (position du problème, causes, conséquences, réponses des acteurs, perspectives…), en offre une synthèse, tout en s’appuyant sur la littérature qui s’y rapporte3. Le souhait de l’éditeur de ne pas atteindre un document trop volumineux a conduit, par ailleurs, à une consigne de concision auprès des auteurs, le coordinateur étant bien conscient que ces derniers se trouvaient alors placés devant des injonctions paradoxales : cerner au mieux un thème ou une problématique du DD territorial en se limitant à 30 000 signes ! Une façon d’y répondre est justement d’offrir des perspectives d’approfondissement ou d’illustration par des exemples, grâce aux références bibliographiques qui, dès lors, sont relativement nombreuses dans l’ouvrage.

7S’il y a un schéma général qui fonde grosso modo la constitution des différentes contributions, nous ne voudrions pas, pour autant, laisser supposer une quelconque uniformité dans l’approche. En premier lieu, chacun a répondu à notre sollicitation à partir de sa discipline. L’ouvrage, en effet, est pluridisciplinaire. Économistes, sociologues, politistes, juristes, géographes, aménageurs, agronomes, ingénieurs… ont participé au projet. Certains chapitres ont même été écrits par des auteurs issus de disciplines différentes. Traiter du DD requiert l’ouverture interdisciplinaire ; y associer le territoire renforce l’exigence. Le chapitre 2 porte d’ailleurs spécifiquement sur cette question. Mais la différence de regard ne procède pas, tant s’en faut, de la seule distinction disciplinaire. Le DD invite aux positions plurielles, parfois antagoniques entre elles, voire pour certaines, plutôt critiques par rapport à la problématique elle-même. Bien que l’ouvrage prenne la forme d’un handbook, chacun des contributeurs n’adhère pas, pour autant, à l’ensemble des autres contributions (et n’est responsable que de son seul écrit). L’introduction générale ne saurait rentrer dans le détail des différences et divergences existantes. Mais le lecteur s’en rendra compte au fil de la lecture. Un exemple, quand même : le fait que si prédomine très largement le terme « durable », celui de « soutenable » pourra cependant être lu, notamment dès le premier chapitre, sous la plume de Franck-Dominique Vivien qui en justifie l’usage. Précisons aussi que si, dans l’optique didactique des manuels, les contenus sont plutôt de nature positive, certains développements sont, toutefois, marqués par une certaine normativité. C’est notamment le cas du dernier chapitre relatif à la gouvernance, qui offre des perspectives pour l’avenir.

 

8Comment classer les chapitres ? Et, en amont, comment rendre compte de cette littérature sur le DD territorial dont on a déjà dit qu’elle était considérable et multiforme ? Plusieurs catégories de travaux peuvent être distinguées. Cette spécification résulte, dans une certaine mesure, de la manière dont on envisage le rapport du DD au territoire.

9Un premier ensemble regroupe des travaux ayant trait à des enjeux de DD situés territorialement. Il est, par exemple, possible d’analyser une gestion durable des déchets ou une gestion intégrée de l’eau, suivant leurs aspects territoriaux. Le territoire pourrait ainsi apparaître comme le support de problèmes, de modes de gestion, ou pour reprendre le terme générique donné à l’instant, d’enjeux liés au DD. Cependant, une telle vue conférerait, en quelque sorte, un rôle passif au territoire, ce qu’il ne passe pas généralement pour être. Le territoire, en effet, n’est pas l’espace (voir le chapitre 3). Deux différences au moins apparaissent vis-à-vis de ce dernier. D’une part, il n’est pas un donné : il est une construction permanente. Un nouveau projet est de nature à faire ressortir certains acteurs, à élargir les surfaces de collaboration, à renforcer ou, à l’inverse, amoindrir divers traits du territoire initial. D’autre part, le territoire a un rôle actif à l’égard des enjeux à traiter. Son étendue, ses composantes, son contenu, ses habitants et leurs spécificités sont, le plus souvent, des variables agissantes. Par exemple, une politique de traitement des déchets ménagers sera, à l’évidence, influencée par des caractéristiques proprement géographiques (taille du territoire, densité de population, type d’habitat…), mais également par les caractéristiques (socioéconomiques, culturelles…) de la population, de même que par la configuration des institutions territoriales. Avec une optique similaire, il est possible de considérer la déclinaison territoriale, non pas d’enjeux de DD, mais de secteurs dont les impacts potentiels en termes de durabilité justifient l’analyse. Les secteurs les plus polluants ne sont pas seuls justiciables d’une telle approche. A priori, tout secteur est concerné, et en particulier ceux dont la dimension territoriale est forte : tourisme, agriculture…

10Un deuxième ensemble distingue les travaux portant sur l’analyse des enjeux de durabilité ou la mise en œuvre du DD dans certains territoires : la ville, les espaces ruraux, les zones côtières, les territoires de montagne, etc. La pertinence de cette distinction trouve sa justification dans la traduction particulière du DD dans ces espaces particuliers. Les enjeux de durabilité varient selon les territoires. Déjà, au début des années 1990, Olivier Godard avait eu cette expression intéressante que « le concept de durabilité n’a pas une structure fractale » (Godard, 1994, p. 316), autrement dit que l’analyse en termes de DD sur un territoire ou la mise en œuvre d’un projet s’y référant ne consistent pas en la transposition de principes invariants à la réduction homothétique près. Au contraire, le changement d’échelle influe sur le type durabilité. Il y a plus que l’évidence d’un contenu spécifique influençant les enjeux à traiter : le trait de côte dans les espaces littoraux, des écosystèmes fragiles dans les zones de montagne… Certains principes ou règles ou certaines problématiques vont émerger plus spécialement selon les cas : la recherche de compensations liées au prélèvement de ressources naturelles dans un territoire exportateur, la relation entre la ville et son extérieur, le traitement des pollutions historiques dans les zones d’ancienne industrialisation et au-delà les caractéristiques d’une trajectoire de la non-durabilité vers la durabilité, les conditions de justification de zones non durables au regard de périmètres plus larges, etc.

11Une troisième catégorie réunit les réflexions qui ne visent, ni l’enjeu ou le secteur déclinés territorialement, ni les divers territoires à l’aune du DD, mais traitent de questions faisant intervenir, de manière inter-reliée, le DD et le territoire. Pour les distinguer des catégories précédentes, nous parlons de problématiques, entendues comme ensemble des problèmes se posant sur un sujet déterminé, ici dans un contexte d’analyse de DD. Il ne s’agit pas d’une thématique ou d’un enjeu singuliers, par exemple les déchets ménagers, mais de questions plus générales, porteuses d’aspects variables, pouvant par ailleurs inclure des considérations normatives. Par exemple, des questions telles que l’équité territoriale, les conflits territoriaux, la localisation d’activités, etc., sont de telles problématiques. La problématique peut être générale puis se traduire territorialement : par exemple l’équité qui devient ainsi équité territoriale. Ou alors la problématique sera d’emblée territoriale : ce sera clairement le cas de la localisation des activités. D’une certaine manière, pour spécifier de telles problématiques, on pourrait initier une interrogation du type : qu’apportent les approches en termes de DD à l’appréhension de la question (de l’équité territoriale, de la localisation d’activités, des conflits, etc.) ? Nous retrouvons l’une des deux interrogations initiales de cette introduction – qu’apporte le DD à l’analyse territoriale ? – mais en la précisant au travers d’une problématique plus fine.

12Un autre groupe – dont le caractère amont aurait même justifié de le situer en premier – traite des aspects méthodologiques. Certes, chacun des sujets évoqués précédemment, qu’il soit enjeu, secteur, territoire, ou problématique, implique généralement des considérations d’ordre méthodologique (par exemple la mesure de pollutions, la mesure d’inégalités écologiques, la conception d’indicateurs de conflits environnementaux…). Cependant, la question peut être abordée transversalement aux sujets particuliers. En matière de méthodologie, l’optique territoriale du DD suscite en effet des réflexions et des mises en œuvre plus générales. L’évaluation du DD territorial est de celles-là. Avec un périmètre un peu moins large, mais restant dans le même registre, nous pensons aussi aux indicateurs territoriaux de DD. Au domaine méthodologique, on peut adjoindre un champ de travaux plus directement conceptuels, dont l’objet est de définir et de discuter des principaux concepts mobilisés dans la littérature sur le DD territorial : qu’est-ce que la durabilité (ou la soutenabilité) ? Qu’est-ce que le territoire, notamment en regard de l’espace ? Ce travail définitionnel est susceptible aussi de s’élargir vers des considérations proprement épistémologiques : la genèse des notions de base, la place de l’interdisciplinarité dans les analyses, l’étude critique des recherches existantes…

13Une dernière catégorie de travaux est axée sur les pratiques d’acteurs. Il est vrai, de même qu’il est possible d’associer des aspects méthodologiques à chacune des rubriques antérieures, de même pouvons-nous cerner des suites opérationnelles aux différents registres considérés : enjeux sectoriels, enjeux territoriaux, problématiques générales, et méthodologies/concepts. Par exemple, une politique de gestion des déchets, une politique de préservation des espaces naturels sensibles, des actions dédiées à la réduction des inégalités, la mise en œuvre d’un tableau de bord d’évaluation du DD, sont des illustrations de la partie opérationnelle de chacun de ces items. Cependant, l’importance de certaines de ces pratiques et la volonté de les considérer comme des ensembles cohérents et complexes, et non de simples prolongements à des problèmes à gérer, justifient de les traiter à part. Par exemple, les Agendas 21 locaux ou les Plans climat locaux entrent dans cette catégorie. Il est possible aussi que les catégories d’action aient un caractère transversal et ne soient pas l’apanage de tel ou tel sujet précis : les mobilisations collectives en lien avec le DD, la gouvernance, etc., sont dans ce cas. Il s’ensuit qu’il y a une légitimité heuristique à envisager, dans un ensemble particulier, les travaux ayant trait aux pratiques territoriales de DD.

14Pour synthétiser les commentaires qui précèdent relativement à la partition proposée, un tableau a été élaboré. Il rappelle les différentes catégories de travaux – dans un ordre un peu différent de celui qui vient d’être donné – et indique les enjeux de recherche qui s’y rattachent. Il annonce également le plan par chapitre du présent ouvrage.

Tableau Intro. 1 : Développement durable et territoires : catégories de travaux et enjeux de recherche

Catégorie de travaux se rapportant au domaine développement durable/territoires

Principaux enjeux de recherche

Chapitres du livre concernés

Concepts et méthodes

-Définir les concepts à l’œuvre ;
- Répondre aux exigences épistémologiques requises ;
- Élaborer des méthodes adaptées ;
- Étudier de manière critique les méthodes existantes.

1. Les antécédents conceptuels du développement soutenable
2. Interdisciplinarité et DD
3. Espace, territoire, DD
4. DD et territoires : recherches actuelles
5. L’évaluation des politiques territoriales au regard du DD
6. Les indicateurs de DD à l’échelle des territoires

Problématiques générales

- Préciser la problématique à l’aune du DD ;
- Traduire territorialement la problématique ainsi formulée ;
- Apprécier les aspects territoriaux des voies de solutions proposées ; concernant notamment les gouvernances présentes ou à constituer ;
- Tenir compte d’aspects particuliers : interdépendances spatiales, articulations espace-temps, etc.

7. Équité territoriale et DD
8. Conflits environnementaux et territoires
9. Ressources environnementales et territoires
10. Patrimoine, territoire, DD
11. DD, innovations environnementales et green clusters
12. Localisation d’activités et DD
13. DD et territoire : aspects juridiques

Enjeux territoriaux

- Spécifier les caractéristiques du territoire influant sur la durabilité ;
- Apprécier les aspects territoriaux des voies de solutions proposées, concernant notamment les gouvernances présentes ou à constituer ;
- Tenir compte d’aspects particuliers : interdépendances spatiales, articulations espace-temps, etc.

14. La ville durable
15. Espaces ruraux et DD
16. Espaces naturels et biodiversité
17. DD et zones côtières
18. Espaces marins et DD
19. DD et territoires d’ancienne industrialisation
20. Territoires de montagne et DD
21. DD et territoires du Sud
22. Par-delà les territoires : internet, intelligences et DD

Enjeux sectoriels

- Analyser les conséquences territoriales des problèmes ou des impacts sectoriels ;
- Préciser en quoi les caractéristiques du territoire peuvent influer sur les enjeux sectoriels ;
- Apprécier les aspects territoriaux des voies de solutions proposées, concernant notamment les gouvernances présentes ou à constituer ;
- Tenir compte d’aspects particuliers : interdépendances spatiales, articulations espace-temps, etc.

23. Pollutions atmosphériques locales et DD
24. Territoires de l’eau et DD
25. Risque d’inondation et DD
26. Déchets municipaux et DD
27. Changement climatique et adaptation des territoires
28. Santé et environnement
29. Agriculture et DD
30. Tourisme et DD
31. DD et construction
32. Transport et DD

Démarches d’acteurs

- Caractériser ces démarches dans leurs traits généraux et leurs spécificités ;
- Traiter d’aspects particuliers : information, formation, sensibilisation, appropriation, incitation, contrainte, conflits, coopération, etc.

33. Politique d’aménagement du territoire et DD
34. Articulation des échelles territoriales des politiques de DD
35. DD et mobilisations collectives
36. Les Agendas 21 locaux
37. Les Plans Climat Locaux
38. Écologie industrielle et DD
39. DD et bonnes pratiques
40. La gouvernance, une impérieuse nécessité pour le DD

15Il n’est pas sans difficulté de rattacher les divers sujets à telle ou telle rubrique. Un enjeu dit « sectoriel » n’est pas loin parfois d’une problématique à part entière… ou l’inverse… Par ailleurs, la caractérisation des enjeux heuristiques ne peut qu’être ici générale : chaque sujet particulier apporte ses propres questions de recherche, parfois très contingentes.

16Finalement, sous une forme légèrement modifiée, les deux interrogations que l’on posait comme préalable à l’analyse des relations entre DD et territoires, pourraient servir de balises et de garde-fous permanents à toute recherche en la matière : 1– Qu’apporte la dimension territoriale à cette analyse en termes de DD ? 2– Qu’apporte l’approche en termes de DD à cette analyse territoriale ?

Bibliographie

CMED (Commission mondiale sur l’environnement et le développement), 1987, Notre avenir à tous, traduction française de 1988, édition de 1989, Montréal, Éditions du Fleuve.

Godard O., 1994, « Le développement durable : paysage intellectuel », Natures – Sciences – Sociétés, 2 (4), p. 309-322.

Neumayer, E., 2003, Weak versus strong sustainability – Exploring the limits of two opposing paradigms, Second edition, Cheltenham, UK, Northampton, USA, Edward Elgar.

Theys J., 2009, « Le développement durable vingt ans après : plaidoyer pour une seconde étape », in J. Theys, C. du Tertre, F. Rauschmayer, B. Zuindeau, Le développement durable, la seconde étape, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 21-60.

Turner, R. K., 1992, « Speculations on weak and strong sustainability », CSERGE Working Paper GEC 92-26.

Zuindeau B. éd., 2000, Développement durable et territoire, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Notes

1 Une conception est dite de « durabilité faible » si elle estime que les diverses composantes du capital (capital matériel, capital humain, capital naturel) sont substituables. À l’inverse, les approches de type écologique retiennent plutôt l’idée que cette substitution n’est pas possible.

2 Autre différence par rapport à l’édition de 2000 : alors que cette dernière s’appuyait pour l’essentiel sur un groupe d’économistes lillois, la nouvelle édition a requis une mobilisation de compétences considérablement élargie. Si le réseau « Développement durable et territoires fragiles » – réseau de recherches en sciences humaines et sociales émanant des Universités du Nord-Pas-de-Calais – est à l’origine d’une part significative des contributions (un peu plus d’1/3), nombreux sont les apports issus d’autres Universités ou centres de recherches français (ou belge) ou d’organismes divers.

3 Un corollaire de cette caractéristique est que, si les chapitres sont complémentaires dans l’ensemble que constitue le livre, ils peuvent aussi se lire de façon relativement indépendante les uns des autres. Il en résulte que des répétitions sont tout à fait possibles, encore que rares : elles se justifient par l’unité de raisonnement pour chaque texte et, dans tous les cas, elles sont assumées par le coordinateur.

Auteur

Maître de conférences HDR en économie, CLERSE UMR 8019, Université Lille 1, bertrand.zuindeau@univ-lille1.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540