Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Préface

Jacques Theys

Texte intégral

1Spontanément, le développement durable évoque la planète, le climat, les grands équilibres globaux, les négociations internationales – Rio, Kyoto, Copenhague… C’est pourtant à l’échelle des territoires – des villes, des régions, des communautés locales – qu’il a connu depuis vingt ans ses progrès politiques et méthodologiques les plus convaincants comme le présent ouvrage, par son ampleur et sa diversité, en porte à nouveau admirablement témoignage.

2Dans le sillage d’initiatives législatives nombreuses, ce sont toutes les dimensions de la gestion locale qui ont été ainsi directement concernées par l’émergence de cette notion : les choix de priorités, les modes de décision, les échelles de gouvernance, les organisations internes, les relations à la population, la conception des projets… Si bien qu’aujourd’hui il n’est pas déraisonnable de dire que le « développement durable » est devenu, en France comme dans beaucoup d’autres pays européens, le « référentiel majeur » pour les politiques locales de développement, d’aménagement, de transport, d’urbanisme…

3Plusieurs raisons expliquent cette importance de l’échelle territoriale. D’abord une raison objective : beaucoup de problèmes, même globaux, ont leur source dans des dynamiques spécifiquement locales – qu’on pense à l’étalement urbain – et leur solution ne peut le plus souvent qu’être « sur mesure », adaptée à l’extrême inégalité ou variabilité des situations géographiques. Ensuite, une raison économique : depuis le tournant des années 1990-2000, le développement durable est devenu un élément important de la compétitivité territoriale à l’échelle mondiale ; l’opportunité pour les uns de conforter une attractivité déjà acquise et, pour les autres, de changer une image a priori défavorable. Enfin, une raison pragmatique, liée aux conditions de l’action : une intervention à l’échelle locale a probablement plus de chance d’être efficace qu’au niveau global, dans la mesure où les responsabilités sont plus faciles à établir, les actions plus commodes à contrôler, les transversalités plus aisées à organiser… S’il y a quelque part une articulation démocratique à trouver entre les trois dimensions constitutives du développement durable – le social, l’écologique et l’économique –, c’est sans aucun doute au niveau local qu’elle pourra le plus concrètement être construite – dans la mesure où c’est aussi à cette échelle que leurs contradictions ou leurs synergies apparaissent avec le plus de force et d’évidence…

4À travers les quelques mots qui viennent d’être évoqués – « transversalité », « adaptation aux situations spécifiques », « ouverture démocratique », capacité à « articuler local et global », « intégration des dimensions sociales, économiques et écologiques » –, on mesure, inversement, l’ampleur des enjeux techniques ou politiques, mais aussi méthodologiques ou scientifiques, qui sont ceux de la prise en compte du développement durable à l’échelle territoriale. C’est le grand mérite de cet ouvrage de synthèse de les aborder dans toute leur diversité et complexité en mobilisant toutes les disciplines et en croisant toutes les approches possibles – conceptuelles, juridiques, économiques, par type de secteur ou catégorie de territoire… Les praticiens y trouveront des analyses utiles sur les outils classiques de la gestion territoriale du développement durable : Agendas 21, empreinte écologique, Plans Climat, indicateurs… Mais l’ambition de cette « somme » va bien au-delà de la boîte à outils. En nouant les fils des différents articles ainsi réunis, c’est aussi une conception cohérente du développement durable territorial qui se dégage, attentive aux solidarités entre territoires, aux inégalités écologiques, aux formes d’engagement des acteurs et des populations impliquées, aux espaces vulnérables et marginalisés…

5La simple comparaison par rapport à la première édition du même ouvrage montre qu’un saut qualitatif majeur a ainsi été franchi en matière de développement durable territorial, si bien qu’aujourd’hui on peut considérer que le socle de connaissances sur lequel celui-ci s’appuie est désormais solidement constitué. Cela ne veut pas dire, cependant, que tous les enjeux sont également couverts et que les controverses sont closes.

6Dans un contexte qui s’annonce très différent des deux décennies passées, il apparaît, en effet, qu’au moins trois défis nouveaux devront recevoir une attention prioritaire dans les années à venir, appelant d’autres réflexions, d’autres perspectives.

7D’abord celui de la solidarité et de l’articulation entre les différentes entités ou échelles territoriales. Si depuis quinze ans, l’enjeu prioritaire a naturellement été celui de la mobilisation de chaque collectivité locale, à son niveau et avec sa spécificité, on ne pourra plus dans les années futures, éviter d’aborder la question complémentaire de leurs interactions ; des externalités ou des services qu’elles créent pour d’autres ; des formes de solidarité ou de mutualisation qu’elles peuvent mettre en œuvre en commun ; des responsabilités qu’elles doivent partager pour gérer le plus efficacement possible les « biens communs » dont elles ont collectivement la charge. Les formes modernes d’une « gouvernance multi-échelles » du développement durable restent encore très largement à inventer…

8Un second défi, en apparence, plus technique, mais tout aussi important, devrait être d’introduire un peu plus d’analyse stratégique dans la panoplie des outils du développement durable.

9Si les éclairages sectoriels ou les outils spécifiques abondent désormais, il manque incontestablement d’approches globales permettant aux territoires concernés, à la fois de hiérarchiser les risques et les atouts qui sont les leurs et d’évaluer les marges de manœuvre dont elles disposent pour mettre en œuvre des stratégies de développement durable robustes. Cela renvoie à la fois à de nouvelles analyses scientifiques – sur la « résilience » ou la « capacité de charge » des espaces, la notion de « capital critique », les transitions économiques… – et à un recours plus systématique aux méthodes d’analyse stratégique ou de hiérarchisation de risques trop peu utilisées à l’échelle des territoires. À ce propos, on ne peut, une nouvelle fois, que s’étonner de la faible place jouée par la prospective dans des démarches qui, en principe, concernent d’abord les générations futures – comme c’est, par exemple, le cas pour les Agendas 21 ou les Plans Climat…

  • * Sur cette adaptation nécessaire du développement durable à la crise actuelle, voir J. Theys, C. du (...)

10Le troisième défi, qui, pour des raisons de calendrier, n’a pu être pris en compte dans cet ouvrage, est bien évidemment celui de la crise. Le développement durable est historiquement lié à la période qui s’est ouverte au tournant des années 1980-1990 ; et la crise économique, comme les conséquences de l’échec de Copenhague, nous ont fait entrer dans un cycle qui, par beaucoup d’aspects, va être extrêmement différent. Pour certains, c’est toute la dynamique amorcée depuis deux décennies qui risque d’être remise en cause. Mais tout laisse penser qu’au contraire la notion de développement durable pourrait être une notion très utile pour appréhender aussi bien les risques que les opportunités qui vont être ceux de la période qui commence – à condition d’en avoir une conception plus large, allant bien au-delà de la simple vision « environnementale » à laquelle on le réduit trop souvent*… et donc d’en exploiter pleinement toutes les virtualités laissées, pour partie, « en friche ».

11La décennie qui s’ouvre sera décisive à la fois pour la crédibilité du développement durable et pour les économies et sociétés européennes. Les fondations sont construites. Les connaissances sont disponibles. Aux acteurs et aux lecteurs de s’en saisir pour montrer que, finalement, ces deux enjeux sont étroitement liés, en particulier, à l’échelle des territoires.

Notes de fin

* Sur cette adaptation nécessaire du développement durable à la crise actuelle, voir J. Theys, C. du Tertre, F. Rauschmayer, B. Zuindeau, 2009, Le développement durable, la seconde étape ?, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Auteur

Enseignant à l’EHESS et responsable de la prospective au ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540