Version classiqueVersion mobile

Enkhuizen au xviiie siècle

 | 
Thierry Allain

Deuxième partie : Recompositions urbaines

Chapitre III. L’ébranlement d’une communauté d’habitants

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La notion de « communauté urbaine » ne se laisse pas facilement appréhender pour les Provinces-Unies. Plusieurs éléments viennent battre en brèche une définition sommaire ne concernant que les individus logeant dans un espace distingué de la campagne par des murailles et partageant une forme de destin commun. Les droits dont jouissaient les habitants d’un espace urbain défini présentaient ainsi des variations considérables, et il en allait de même à propos des obligations auxquelles ils étaient soumis. On aurait tort, en outre, de se laisser prendre au piège d’une vision idéalisée de la cité, telle qu’elle a pu être développée à l’Âge moderne par des gouvernements urbains en mal de légitimité face à des pouvoirs centraux envahissants. Selon l’analyse de Willem Frijhoff et de Marijke Spies, il faudrait en effet considérer la ville comme « un espace non pas ordonné de façon hiérarchique mais segmenté, à l’instar d’une société disposée en écailles »1. La communauté des habitants d’un e...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search