Version classiqueVersion mobile

Enkhuizen au xviiie siècle

 | 
Thierry Allain

Première partie : Un déclin économique

Chapitre II. Perceptions croisées

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je vis une longue rue large,
Près du chemin pour les voitures,
À peine un seul être humain
À qui demander son chemin.
Je me cherchais ensuite un asile pour la nuit
Suivant les indications que l’on m’avait données.
Je trouvais cependant une maison vide et en ruine
Et pas âme qui vive.
On m’indiqua une autre auberge.
La porte y était largement ouverte
De manière à ce que l’on puisse
Entrer et sortir des chambres.
Cependant personne ne se montra
Et mes appels se perdaient dans le lointain,
Jusqu’à ce que finalement une faible voix
Se fasse entendre depuis une pièce sur le côté.
C’était un homme pâle et amaigri
Quasi mort de maladie,
Et terré dans son terrier
Depuis déjà plusieurs semaines […]1.

Ce poème, objet d’une lecture publique en 1809 devant la société littéraire « Démocrite » de Haarlem, était l’œuvre d’Abel van der Willigen. L’auteur, plein de tristesse, y dessinait un tableau particulièrement sombre d’Enkhuizen, tout en paraissant ignorer que la ville était en proie à un déclin ancien et de grand...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search