Version classiqueVersion mobile

Antoine Volodine, l’affolement des langues

 | 
Dominique Soulès

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On peut nommer écrivain celui qui s’occupe de la langue dont il use avec un soin particulier.
Non le « soin du langage », au sens de ce qu’on soigne, et qu’on entoure de soins. Comme pour panser une plaie. Remédier un défaut. Ménager une souffrance. Entretenir une blessure. Parer le mort. […]
Mais le soin comme « souci ». L’extrême soin (dénué d’attention. Passionné de la fragilité, de la destruction. Où la langue est le plus en péril)1.

Une attention particulière portée à la langue, attention à la fois tourmentée, savante, heureuse et explicite, telle est pour partie la signature de Pascal Quignard lisible dans ses textes. Différemment, différent aussi, ce souci figure dans les œuvres d’Antoine Volodine : la fragilité, la destruction et le péril de la langue, avec les états d’être qu’ils supposent, traversent l’édifice post-exotique et y ont une part substantielle que ne masquent ni l’imaginaire luxuriant qui le façonne, ni l’humour du désastre qui l’habite. Essentielle dans cette amp...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search