Version classiqueVersion mobile

Antoine Volodine, l’affolement des langues

 | 
Dominique Soulès

4. Résister dans la langue

Totalitarismes et dictatures linguistiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ne cessant de rappeler quels êtres de langage nous sommes, diversement, Volodine ne se contente pas d’en célébrer la meilleure part. « Les mots, comme le reste, détruisent1. » lit-on au détour d’un roman en guise d’avertissement. Le trouverait-on pessimiste ou, plus radical, incompréhensible, on sera vite détrompé par la réalité de notre siècle et du précédent. Véritables dictatures linguistiques outrepassant les égarements du sens et pratiquant avec zèle, ténacité et systématisme la confiscation de la langue, les régimes fascistes ou totalitaires fournissent les exemples de mésusages langagiers les plus avancés, les plus sombres également. Bien que des différences existent car le totalitarisme « ne fut pas une réalité monolithique2 », les langues totalitaires (de la langue brune du nazisme à la langue de bois communiste), à défaut d’être vraiment identiques, sont similaires en ce qu’elles sont des « langues idéologiques ou manipulées, mises en place par les régimes nazi et communis...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search