Version classiqueVersion mobile

Antoine Volodine, l’affolement des langues

 | 
Dominique Soulès

4. Résister dans la langue

Égarements du sens

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il arrive, au détour d’un roman post-exotique, que les protagonistes meurent. Moins théâtraux et moins grandioses que les hommes illustres de l’Antiquité en pareille situation, ils sont plus solitaires, mais pas moins loquaces. Dans Le nom des singes, c’est Gutierrez qui, agonisant, consacre ses derniers soupirs verbaux à l’ébauche d’un programme politique1. Dans Macau, au moment de basculer dans la mort, le dénommé Breughel opte pour une citation littéraire2. Que ce soit en pleine touffeur amazonienne ou au fond d’une jonque asiatique, se manifeste une volonté similaire de ne pas céder sur l’essentiel, même dans les instants ultimes. Il n’y a rien de dérisoire dans cet entêtement, au contraire ; les personnages sont fidèles à eux-mêmes et lancent à la figure de la mort, humblement mais sans faillir, des mots qui font sens. Pour autant Gutierrez et Breughel ne partagent pas avec les hommes antiques restés célèbres le statut d’exempla, ce serait contraire à la visée de la littérature...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search