Version classiqueVersion mobile

Antoine Volodine, l’affolement des langues

 | 
Dominique Soulès

3. Piéger la langue

Contrer le bavardage sexuel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Proscrivant la « langue méduse », l’entreprise volodinienne entend montrer que roman et langue ont tous deux à y gagner lorsque celle-ci se met au service de celui-là et s’y déploie, s’y délie, sans s’y déliter toutefois. Le verbe « suruquer »1, que l’on découvre dans Le nom des singes, en est un exemple flagrant. Ce néologisme, distinct des autres par sa formation, ce qui suffirait déjà à justifier qu’on lui accorde une importance particulière, retient en réalité l’attention parce qu’il exemplifie cette réticence de l’écrivain à s’abandonner à la koinè, particulièrement lorsqu’il y a péril en la demeure langagière et que la langue est moins transparente, flasque et dormante que floue, filandreuse et sournoisement agissante. Bien que la conjugaison de ce verbe inédit soit familière au lecteur et son sens accessible grâce au contexte, il doit vite convenir que ce mot n’appartient pas au lexique francophone en usage. L’idée qu’il serait une forgerie s’impose alors, trouvant confirmati...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search