Version classiqueVersion mobile

Antoine Volodine, l’affolement des langues

 | 
Dominique Soulès

3. Piéger la langue

Troubler la koinè

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on en vient parfois à parler de la langue d’un auteur, de la langue de Proust par exemple, de celle de Duras, de Beckett, ce singulier, qui vaut aussi singularité, recouvre en réalité pour chacun des pratiques auctoriales variées. Articulées les unes aux autres, comme peuvent l’être les composantes d’un singulier collectif, elles correspondent à un ensemble de traits distincts, mais pas hétéroclites. Volodine, considérant pour sa part le français comme « une langue amie, une pâte linguistique familière, très appréciée pour sa richesse et sa souplesse1 », ne se contente pas de lui donner des inflexions internationales inédites mais, profitant de ces deux qualités qu’il attribue à la langue française, il la travaille également de l’intérieur. Dans ce cadre-là aussi, il se l’approprie et ce, d’une façon suffisamment prégnante pour que l’on y reconnaisse sa « marque de fabrique », l’une des premières impressions de lecture des ouvrages post-exotiques étant effectivement celle d’une...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search