Version classiqueVersion mobile

Antoine Volodine, l’affolement des langues

 | 
Dominique Soulès

2. Dilater la langue

Ouvrir des perspectives internationales

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aborder l’internationalisme de Volodine par l’onomastique c’était s’en remettre, dans ce premier temps, à sa mise en œuvre la plus manifeste et la plus singulière. Toutefois la multiplicité des langues travaille les phrases également et se loge ainsi dans les œuvres plus amplement que ne le laissent voir les noms – moins ouvertement, donc, mais de façon tout aussi décisive et prompte à dilater la langue française, à ouvrir en elle des « doubles-fonds », qui donnent sa pleine expansion à ce projet particulier d’une littérature étrangère écrite en français. Ces « doubles-fonds », ces soubassements linguistiques qui se font in fine projet véritablement littéraire, nous occuperont dans ce chapitre.

Choisir des termes étrangers

S’il est constitutif de toute langue de se former pour partie en empruntant à d’autres, écrire en français est inévitablement écrire avec d’autres langues. Pourtant, elles sont parfois comme invisibles, tant leurs racines sont discrètes, révélées uniquement par un d...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search