Version classiqueVersion mobile

Antoine Volodine, l’affolement des langues

 | 
Dominique Soulès

2. Dilater la langue

Nommer sans fin pour dire plus

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Estelve Bakhor, Ingrid Vogel, Maria Henkel, Molly ; Verena Norstrand, Sonia Wolguelane, Leonor Nieves, Gloria Vancouver. Mais aussi : Tregar-Molop, Volp Wolguelam, Kurt Wellenkind, Son Woo ; Khrili Gompo, Yasar Dondog, Jean Balbutiar. Ces quelques anthroponymes choisis parmi les noms, plus de trois cents, qui émaillent désormais l’œuvre de Volodine, suffisent à faire comprendre, même intuitivement, que l’onomastique y est un espace de création véritable. L’écrivain par ailleurs le confirme, qui déclare apporter une « attention spéciale aux choix des noms de [ses] personnages1 » et les « fabrique[r] avec soin2 ». Si les listes qu’il élabore s’avèrent une forme-sens devenue autostéréotype et ce, particulièrement lorsqu’elles sont longues, l’onomastique qu’il forge bénéficie aussi d’une rapide reconnaissance. Ensemble à nul autre pareil, elle (dé)lie les langues d’une façon telle que les noms créés transportent le lecteur dans des territoires linguistiques largement inexplorés. Petit P...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search