Version classiqueVersion mobile

Antoine Volodine, l’affolement des langues

 | 
Dominique Soulès

1. Faire miroiter la langue

Marges de la langue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si, de la langue, Volodine prend plaisir littéraire à ne pas dissimuler les états balbutiant rarement héroïques et glorieux, il n’élude pas plus les moments où, bien que maîtrisée, elle s’avère inadéquate ou inopérante. Donnant à lire cette faillite, l’écrivain met en évidence une autre forme de résistance langagière qui vient cette fois non d’une méconnaissance linguistique ou d’un apprentissage infructueux, mais d’un hiatus avec le réel, dont on ne peut rendre compte et qui laisse coi l’animal parlant qu’est chacun de nous. Ce silence, auquel nous sommes parfois acculés, parvient éventuellement à se résoudre en cri, en chant ou en musique. Tous, substrats de quelques épisodes romanesques sans paroles, révèlent les marges de la langue, qu’elles soient infralangagières ou qu’elles la subliment. « Langues illettrées » de factures diverses, cris, chants et musique permettent de faire écho, de façon tout à fait plaisante, à la différence (qui vaut ligne de démarcation) entre ce qui rel...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search