Version classiqueVersion mobile

Antoine Volodine, l’affolement des langues

 | 
Dominique Soulès

1. Faire miroiter la langue

Introduction partie 1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’étude de la langue dans les œuvres d’Antoine Volodine conduit dans de multiples directions ; notre but premier sera logiquement de la débusquer. Si ce verbe peut surprendre tant penser que la littérature travaille (avec) la langue semble aller de soi, ici il s’impose car les ouvrages post-exotiques n’affichent avec ostentation ni l’attention de l’écrivain à l’égard de celle-ci ni ses intentions. Au lecteur, donc, d’être aux aguets et de se rendre « photosensible » à la langue – d’autant que Volodine mêle indistinctement à d’autres composantes de la fiction passages à résonance plus linguistique ou mots porteurs d’enjeux particuliers, et qu’il dissémine au gré de ses romans les éléments ayant trait à la langue. Cependant, une fois extraits de leur gangue narrative, ils révèlent une réelle cohérence qui autorise à penser que l’auteur s’emploie sciemment à faire miroiter la langue dans son édifice romanesque. Sans dogmatisme ni théorisation toutefois, puisque romancier il est et non ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search