Version classiqueVersion mobile

Antoine Volodine, l’affolement des langues

 | 
Dominique Soulès

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dès les premières lignes, Dans le dos noir du temps convoque la fiction et en appelle à la place essentielle qu’elle tiendrait dans l’existence, avançant même l’idée qu’il en serait ainsi pour « tout le monde, non seulement les romanciers, non seulement les écrivains, mais tous ceux qui ont raconté quelque chose depuis le début des temps connus, au cours desquels personne n’a fait autre chose que raconter et raconter sans cesse, ou préparer et méditer son récit, ou le tramer1 ». À en croire le romancier espagnol Javier Marías, chacun de nous s’emploierait donc régulièrement à tisser des récits, tramer des fictions. Pourquoi pas ? Convenons toutefois que les façons et les façonnages diffèrent grandement de l’un à l’autre et que les écrivains, qui plus est lorsqu’ils sont romanciers, ont sur le quidam un net avantage – celui de leur art. La fiction, souvent, y conserve ses privilèges immémoriaux, ses attraits également. En témoignent quelques glissements délibérés de la biographie à l...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search