Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Épilogue. L’Histoire peut-elle servir la paix ?

p. 189-202


Extrait

1The Parliament of Man1 est un ovni dans le paysage littéraire de son époque. Rédigé par Maximilian August Mügge, un spécialiste de la philosophie allemande, il paraît à Londres en 1916, en plein cœur de la Grande Guerre.

2Le tirage est modeste, et les quelques exemplaires qui nous sont parvenus amassent aujourd’hui la poussière dans de rares bibliothèques spécialisées. Le livre n’en est pas moins fascinant.

3Comme le titre de l’ouvrage le laisse entendre, Mügge propose, pour que la paix puisse durablement s’implanter après le conflit qui ravage l’Europe, la création d’un « Parlement de l’humanité », autrement dit une structure politique au-dessus des États, qui pourrait ainsi les contrôler et les empêcher de jeter à nouveau le monde dans l’abîme. Sur le fond, le propos n’est pas révolutionnaire, la Première Guerre mondiale ayant suscité nombre de réflexions du même type, plus ou moins sérieuses, qui avaient pour objectif de penser l’après-guerre2. Là où Mügge se distingue, c’est

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.