Version classiqueVersion mobile

Pratiques d’ateliers dans la Grèce et l’Égypte anciennes

 | 
Sophie Descamps-Lequime
, 
Violaine Jeammet

De l’argile au bronze : au commencement était le plastès

From Clay to Bronze: In the Beginning was the Plastès

Sophie Descamps-Lequime et Violaine Jeammet

Résumé

Cet article, centré sur la notion de plattein, traite des techniques de sculpture ayant pratiqué le modelage et utilisé le moule dans l’Antiquité grecque. Le coroplathe (modeleur de figurines) et le bronzier (plastès) se rejoignaient nécessairement à certaines étapes d’élaboration de leurs œuvres quand ils fabriquaient, à partir de matières malléables, rarement conservées, les prototypes, empreintes, moules et modèles intermédiaires. Indépendamment des œuvres achevées demeurent quelques empreintes, moules et tirages en terre cuite ou en plâtre, et peut-être quelques prototypes en terre cuite. Mais que connaissons-nous de la cire et de la terre crue ? C’est en s’appuyant sur l’alternance ou la complémentarité argile/bronze et en insistant sur les inconnues techniques auxquelles le chercheur moderne est confronté, que les auteurs abordent ces différentes questions. Cette complémentarité peut confiner à l’ambiguïté, comme le prouve la lecture des quelques rares documents iconographiques connus et convoqués à cette occasion.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alors que la question des ateliers est devenue depuis une vingtaine d’années un thème récurrent dans la réflexion sur l’artisanat1, le propos de cette journée d’étude avait comme objectif de questionner la relation entre les différentes pratiques des artisans, afin de décloisonner certaines de leurs activités. Le chercheur, qui s’interroge sur les techniques de sculpture ayant pratiqué le modelage et le moule, est de surcroît aujourd’hui confronté à des inconnues liées aux matériaux utilisés dans l’Antiquité, notamment la cire dont la conservation est quasiment inexistante en Grèce, et à certaines des différentes étapes de création. Indépendamment des œuvres achevées – figurines de bronze ou de terre cuite – demeurent quelques empreintes et moules de terre cuite ou de plâtre, et peut-être quelques prototypes de terre cuite. Certains objets offrent même des indices qui permettent d’évoquer les matières malléables, fragiles, souvent périssables, utilisées en cours de fabrication et qu...

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search