Version classiqueVersion mobile

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Postface. À propos des inégalités écologiques sur le littoral

Catherine Bersani

Texte intégral

1Parler d’inégalité écologique signifie s’aventurer sur un domaine encore largement inexploré à partir de la conviction que l’humanité se définit au moins autant par la relation à la nature que par sa capacité de communication et d’échange. Si la seconde se traduit depuis des temps immémoriaux par des valeurs monétaires quasiment reconnues de façon universelle, la première, faute peut-être d’avoir été voulue et nommée avant que d’être vécue, n’émerge dans son universalité que depuis que l’on se soucie d’environnement à l’échelle globale.

2Les risques et les aménités dispensées par la relation à la nature cessent d’être considérés comme un accessoire plus ou moins instantané de la situation économique, voire sociale ; ils sont replacés dans une évolution de longue durée et appréciés dans une vision systémique des « établissements humains ».

3A l’échelle planétaire la diversité climatique, la fertilité des sols et la présence ou l’absence de l’eau rendent évidente la compréhension de la notion. La relation de l’homme à son territoire et sa capacité à influer sur sa transformation ou à choisir l’usage qu’il veut en faire dessinent des groupes tout à fait inégaux en perspectives, abstraction faite de la valorisation économique. Mais sitôt l’échelle continentale sinon mondiale délaissée, la notion d’négalité écologique se mâtine de rapports de force trop humains, de considérations politiques et financières réduisant la qualification de la relation à la nature et au territoire aux seules dimensions socio-économiques, voire religieuses ou culturelles s’il s’agit de groupes humains très primitifs ou au contraire particulièrement attentifs aux choses de l’esprit.

4C’est qu’un effort scientifique important reste à faire pour s’aventurer à la découverte d’une notion qui participe de multiples disciplines sans s’inféoder à aucune d’entre elles.

5Peut-être le plus grand mérite de l’ouvrage réside-t-il dans cette ambition : éclairer non seulement la spécificité de la notion à appréhender mais surtout donner quelques clés et, par quelques exemples, ouvrir des pistes méthodologiques et recenser des questionnements auxquels seul un travail transversal et en équipe peut permettre d ‘ esquisser des réponses.

6Le pari est tenu.

7Au terme d'une lecture forcément discursive compte tenu du parti pris – une série de séquences, les unes épistémologiques, les autres monographiques – se dessine un projet global l'approche enfin consciente d'une réalité encore trop peu informée : identifier et qualifier des inégalités d’une nature différente de celles justiciables du fonctionnement du marché tel qu’on le conçoit habituellement, d’inégalités qui mettent clairement en cause le déploiement des politiques publiques non seulement leurs méthodes mais aussi leurs finalités et partant, évidemment, leur évaluation...

8Il était hardi de choisir le littoral comme lieu et acteur d’expresion de cette notion. Non que ce milieu de vie, frontière de la terre et de l’eau, ne soit aujourd’hui généralement perçu comme un patrimoine commun, fragile et désiré par l’opinion publique nationale, mais parce que justement si sa révélation récente (cf « le désir de rivage » popularisé par Alain Corbin) l’a mis en marché directement à travers la promotion immobilière et indirectement via le marketing dont il est souvent le prétexte, elle a aussi fondé des politiques publiques qui se réfèrent explicitement au pacte citoyen fondamental « liberté, égalité, fraternité », de l’usage des plages à la préservation du « tiers sauvage » pour les générations futures.

9Le littoral à l’échelle globale comme à celle de la vie quotidienne est au coeur de l’affrontement entre le marché et la relation ontologique de l’homme au territoire et à la nature.

10Du regard croisé des auteurs convoqués et des sujets observés surgissent des visions éclatées, parfois contradictoires, sans référence à une légitimité collective qui aiderait sinon à les hiérarchiser du moins à les articuler.

11A la diversité des disciplines scientifiques convoquées pour définir le littoral – qu’on aurait peut-être enrichie de l’histoire tant la gestion du temps marque les transformations d’usages et donne à voir l’incompréhension entre les sociétés qui ne respirent pas aux mêmes rythmes – répondent les perceptions fortement étrangères les unes aux autres des ceux qui vivent et « subissent » le littoral et de ceux qui en organisent le partage.

12Grâce soit rendue à l’originalité de la démarche retenue qui détruit le confort équivoque et rassurant d’une image du littoral véhiculée par les médias selon une certaine mode des signes extérieurs du bonheur, dont on s’aperçoit du rôle moteur qu’elle joue dans la détermination des politiques publiques.

13Bien au delà des régions citées à l’appui de la démonstration, la pertinence et la richesse potentielle de cette démarche s’illustrent sous toutes les latitudes en tous cas françaises : évoquons un instant la lutte sourde qui oppose entre elles administrations centrales et locales, ainsi que les habitants du bord de la mer des Caraïbes sur l’accès au littoral : dialogue de de sourds entre parlementaires et fonctionnaires sur l’opportunité du décret instituant une servitude d’accès analogue à celle en vigueur en métropole, malentendus multiples sur la résolution du passif d’aménagement lié à la survivance d’une notion foncière archaïque, les 50 pas géométriques, tout à la fois lieu de relégation historique des catégories les plus modestes de la population, installées au bord des ravines meurtrières, premières victimes des houles cycloniques et des ravages de l’érosion, mais aussi paradis nouvellement reconnus des propriétaires d’ilets au statut « public/privé » largement incertain, de scientifiques spécialistes de mangroves ou de touristes...

14On a ici un exemple limpide de l’insuffisance d’une régulation nationale aujourd’hui plebiscitée, la loi littoral, amputée de la fertilité d’une analyse historique, culturelle et juridique locale véritablement approfondie.

15Ce n’est pas que les travaux administratifs lui aient fait défaut mais sans doute parce que les concepts présidant à l’interprétation des difficultés ne faisaient de place qu’aux considérations abstraites, économiques ou hygiénistes en référence à la réparation d’inégalités appréciées de façon selon des définitions classiques et (un peu) sociales...

16Pour reprendre les mots de Jacques Theys « l’information ne suffit pas pour construire une culture commune, ni pour produire de la mobilisation collective : il faut aussi pouvoir la relier à l’action quotidienne des individus, à leurs possibilités concrètes d’intervention dans la vie démocratique, et, plus largement, à une mémoire partagée. »

17La politique du littoral comme toutes les politiques publiques menées sur le littoral ont bon gré mal gré une dimension écologique incontournable et cela en fait évidemment un objet d’analyse privilégié des insuffisances nées de la méconnaissance de cette notion d’inégalités écologiques

18Faut-il, à l’inverse de ce réquisitoire, s’étonner de ce que l’une des institutions du littoral les plus modernes et performantes, que nous envient nombre de pays, le Conservatoire du littoral, se soit davantage inspiré de la 378 Postface signification culturelle du besoin d’accès au littoral le long des différents rivages ; qu’il ait appuyé sur une lecture partenariale la définition des modalités d’usage quand il en acceptait la responsabilité, ce qui selon ses représentants ne va pas forcément de soi toujours et partout comme justement l’ont démontré ses réticences initiales en Guadeloupe.

19Dans la Somme l’ouverture d’un parc ornithologique à côté du droit de chasser sur le domaine public maritime reconnu aux chasseurs qui investissent un jour de congé à la saison pour, à la manière ancestrale, arpenter la laisse de basse mer pourvoyeuse d’aliments et d’émotions, l’accueil de foules familiales, motorisées (!), pour l’emblématique piquenique dominical à l’Anse des cascades sur la rive indienne de La Réunion, l’offre d’une île à des paysans robinsons sur la côte bretonne ou les sentiers plus ou moins balisés du désert des Agriates en Corse peuvent apparaître comme autant de tentatives de traduire une égalité écologique « distributive » de l’accès au littoral tenant compte de la dimension symbolique, naturaliste et géographique autant qu’économique... Il ne s’agit pas comme quelques unes des observations de l’ouvrage le vérifie par ailleurs d’un parcours « sans faute », mais d’une réflexion active qui, obligée à une constante dialectique entre le référent national et la dynamique locale anticipe davantage l’élargissement du débat social sur la dimension politique de l’environnement.

20Certes ces constats de l’interpellation de politiques publiques sur le littoral, positifs ou négatifs doivent faire la part des difficultés auxquelles, toutes finalités confondues, elles sont affrontées pour correspondre aux complexités sans cesse croissantes de l’évolution contemporaine : les mouvements démographiques, la transformation des métiers et des mécanismes de création de valeur, le mouvement important de décentralisation qui affecte les organisations de toute nature, l’explosion de la mobilité, les progrès de l’information, de l’éducation même de la connaissance...

21Mais il reste indiscutable à travers la présentation des cas choisis que l’approche par la notion d’inégalité écologique contribue ou révèle, une réalité du littoral dérangeante ; la vision des aménageurs du territoire et des politiques qui les animent s’en trouve bouleversée. A commencer par l’obligation d’interroger par exemple la dimension culturelle de l’accès au littoral fortement différenciée selon les groupes !

22Il n'est plus possible d'utiliser les références classiques de l'aménagement sans tenir compte de ce nouveau regard sur les inégalités écologiques, qui remet en cause l'unicité du rapport à la nature, la figure de l'espace public, les principes référents de la dynamique résidentielle et plus largement la logique des régulations politiques traditionnelles, c’est à dire leur capacité à Postface 379 exprimer et hiérarchiser les attentes de la société civile à l’égard de son milieu de vie.

23L'enjeu de situer l'émergence du concept au croisement des approches disciplinaires naturaliste, juridique, économique, sociologique et géographique oblige à réfuter les assimilations quasi automatiques à partir des critères socio-économiques aux cadres d'analyse habituels qui suggèrent des réponses univoques.

24La règle de droit est inopérante voire contre productive si l'on examine ses conséquences à une échelle territoriale pas forcément institutionnelle ou sur un autre terrain que celui de la régulation des rapports sociaux : la difficulté de résorber le camping sur parcelles privées en bordure de mer s’avère à cet égard particulièrement éloquente.

25L'analyse économique reste « pauvre » au vu des usages sociaux de la nature et de la hiérarchie des valeurs qui modèlent les pratiques des groupes observés. Même si dans ces cas les informations apportées par les raisonnements usuels de ces disciplines enrichissent indiscutablement l'appréhension du phénomène qui ressortit des « inégalités écologiques ».

26La description du « rejet » de l’amélioration de l’habitat dans le groupe d’immeubles du « Chemin vert » à Boulogne suggère la référence à Saint Just : « on les forcera à être libres », faute d’avoir imaginé que la dimension culturelle du rapport à la nature puisse s’exprimer avec d’autres exigences préalables – ne jamais oublier la prévlance de la pyramide de Maslow...– que celle vécue par la classe moyenne urbaine, « de l’intérieur des terres »...

27L’appropriation par les « quartiers nord » de Marseille de l’ébauche du projet du Prado contrarié par le manque de budget et le calendrier politique raconte une histoire similaire qui redonne cependant une véritable légitimité à la régulation politique de l’institution représentative qui sut tirer la leçon d’une démocratie participative involontaire...

28Et si justement ce cheminement volontairement aléatoire, maitrisé par un éclairage interdisciplinaire vers une notion encore incomplétement discernable préfigurait justement la voie d’une modernisation réunificatrice des formes de régulation politique et sociale ?

29Si l’approfondissement de la notion d’inégalités écologiques rendait possible « la négociation sur les valeurs », trop souvent cantonnée, et encore de façon implicite, à des processus opérationnels comme la gestion intégrée de la zone côtière. S’il s’agissait d’enrichir la dialectique trop exclusive entre valeur monétaire, principe de précaution et biodiversité, de refonder un pacte social et politique au sens de l’organisation de la cité dans son territoire, d’enrichir la définition de ce bien commun, de la re-création offerte par la mer et ses rivages ?

Auteur

Inspecteur général de l'équipement au conseil général de l'environnement et du développement durable
Présidente du pôle interministériel sur le littoral janvier 2010

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search