Version classiqueVersion mobile

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Conclusion générale

Philippe Deboudt

Texte intégral

  • 1 « Il s’agit bien pour nous d’une démarche de recherche construite en assemblant de façon méthodiqu (...)

1Plusieurs interrogations ou doutes ont accompagné les débuts de cette recherche sur les inégalités écologiques dans les marges urbaines des territoires littoraux. Comment définir tout d’abord une position partagée sur une notion qui amène s’interroger sur les relations entre les sociétés, les individus et la nature ? Les inégalités écologiques représentent d’une certaine manière un nouveau paradigme pour les scientifiques qui interrogent la complexité des relations entre les hommes et la nature. Les positions de recherche et questionnements sur les inégalités écologiques dans les territoires littoraux présentées dans cet ouvrage n’ont pas d’autre ambition que de proposer une recherche exploratoire sur ce sujet. Les auteurs sont conscients des nombreuses limites inhérentes à ce type de travaux. Les recherches sur les inégalités écologiques ouvrent une nouvelle voie pour réintroduire une dimension sociale (Sébastien et Brodhag, 2004) dans la compréhension des conflits et des enjeux dans des territoires ou la recherche d’un « équilibre » entre les dimensions écologique et économique a été privilégiée. Dans la mise en œuvre de ces recherches sur le terrain, si l’exigence d’une pluridisciplinarité, voire d’une interdisciplinarité selon la définition proposée par Jollivet et Legay (2005)1 a été affirmée dans nos hypothèses de recherche, il a été assez difficile d’obtenir des résultats tout à fait satisfaisants dans sa mise en oeuvre. L’association et la confrontation des approches sociologiques et géographiques sont probablement l’une des avancées les plus importantes acquises dans les terrains d’étude communs (Le Touquet, Le Chemin Vert cf. partie 2 chapitres 4 et 6). La difficulté d’obtenir un résultat comparable entre l’écologie et les sciences humaines et sociales démontre la vigueur des positionnements théoriques propres à chaque discipline qui sous tendent un rapport ontologique au monde. L’idée de construction d’une vision socio-centrée du développement durable pourrait représenter l’un des objectifs de cette interdisciplinarité « élargie » (Jollivet et Legay, 2005).

2Si nous avons exploré dans cet ouvrage les inégalités écologiques du point de vue de leurs dimensions écologiques, territoriales et sociales – trois dimensions qui peuvent s’opposer selon les points de vue disciplinaires — nous n’avons pas envisagé les implications de cette notion en terme de justice ou d’éthique, ni « pensé le territoire en terme de philosophie ou de justice » (Bret, 2006). Plusieurs publications récentes abordent cette relation entre les inégalités écologiques et les théories de la justice ou de l’éthique environnementale (Flipo, 2009 ; Laurent, 2009). D. Blanchon et al. (2009) soulignent que « la géographie a proposé des approches intégrées de la nature et de la société. C’est dans ce type d’approche que peut se fonder une éthique de l’environnement qui s’applique aux modalités selon lesquelles les sociétés habitent la terre. Cette approche intégrée reste marginale. On manque de cadre conceptuel pour penser ensemble l’environnement et les inégalités sociales et définir une éthique de l’environnement mais pratiquement la question des indicateurs et des mesures des inégalités sociales face à l’environnement est extrêmement complexe.

3C’est pourtant probablement en creusant cette notion hybride naturesociété que les problématiques environnementales qualité cadre vie accès aux ressources partage biens et maux environnement peuvent être posées comme des questions de justice sociales et examinées à la lumière des théories contemporaines de la justice ». Si les recherches présentées dans cet ouvrage ne mobilisent pas les théories de la justice pour appréhender les inégalités écologiques, elles apportent cependant des positionnements théoriques interdisciplinaires et des analyses territoriales qui pourront servir au développement de ces réflexions sur la justice environnementale ou la justice spatiale dans le prolongement par exemple des réflexions développées par B. Bret (2006, 2009) et Ph. Gervais-Lambony et F. Dufaux (2009). L’inégalité écologique représente cette « notion d’hybride nature-société » (Blanchon et al., 2009) nécessaire pour le développement du dialogue interdisciplinaire et utile pour envisager une plus grande intégration des aspirations des individus dans les politiques publiques et pour construire des politiques environnementales équitables.

Notes

1 « Il s’agit bien pour nous d’une démarche de recherche construite en assemblant de façon méthodique des connaissances, des points de vue, des techniques de travail provenant de disciplines scientifiques différentes ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search