Version classiqueVersion mobile

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Partie 3. Inégalités écologiques et gestion intégrée des zones côtières

Chapitre 1. Indicateurs et indices Nature pour l’évaluation de la valeur patrimoniale : intérêt pour l’analyse des inégalités écologiques

Jean-Claude Dauvin, Cédric Figuères, Gérard Bellan et Denise Bellan-Santini

Texte intégral

Introduction

1Face aux indicateurs sociaux existant ou à créer par enquêtes dans le cadre de ce travail pluridisciplinaire, il paraît nécessaire d’envisager l’élaboration d’indices ou indicateurs Nature fournissant l’« état du milieu » pour un site et donc une estimation de sa « valeur Nature ». Ces indices ou indicateurs devraient pouvoir être confrontés et combinés aux autres indicateurs sociaux qui prennent en compte l’état du milieu urbain ou périurbain en terme de transport, de foncier, de pollutions diverses (sans oublier que des indices et indicateurs de pollutions ou perturbations sont déjà intégrés dans leurs équivalents Nature, cf. supra), et aux indices d’état humain : santé, démographie, niveau d’étude. Ces indices ou indicateurs Nature (IN) pourraient être dressés à partir des surfaces appartenant aux collectivités et/ou au Conservatoire du littoral (pour ce qui est du foncier), aux surfaces de ZNIEFF, zones protégées, sites Natura 2000, aux surfaces d’espaces verts et de jardins. Les données seraient alors plus objectives ; rapports de surfaces, de linéaire côtier, suivi des ZNIEFF, des sites Natura 2000… A côté de ces indicateurs surfaciques d’espaces d’intérêts patrimoniaux, il conviendra d’aborder les indicateurs d’évaluation de la richesse patrimoniale (richesse en espèces, pourcentage d’espèces d’intérêt communautaire, patrimoniales, protégées, endémiques, richesse en habitats remarquables ou d’intérêts communautaires y compris des banques de données espèces/habitats, des indices ou indicateurs d’état développés notamment dans le cadre de le la mise en place de la Directive Cadre sur l’Eau (bon état écologique), des valeurs écologiques et économiques des habitats naturels et enfin des indices et indicateurs révélant la notion de fonctionnalités des espaces naturels : par exemple niveau de « santé » — d’équilibre — de communautés ou faciès (Herbiers à Posidonies, peuplements de Gorgonaires (réseaux H.P., Gorgones, et autres exemples possibles en Manche-Atlantique), capacité de nidification, de zones de nourriceries, de production biologique (espèces clé de voûte…), de capacité de réhabilitation ou restauration (résilience des écosystèmes), conflits dans les choix des restaurations entre différents points de vue des écologues continentalistes ou marins…

2Nous avons réalisé un travail bibliographique de recensement des indicateurs ou indices existant, non seulement au niveau français (des deux façades Méditerranée et Atlantique-Manche-Mer du Nord) et au niveau européen voire mondial (Figuérès, 2007). Nous proposons ensuite une analyse critique et objective des indices et indicateurs opérationnels utilisables non seulement par la communauté scientifique des écologues mais aussi leur transfert potentiel vers les Sciences Humaines et Sociales et les aménageurs afin qu’ils puissent en tenir compte dans leurs futurs projets d’utilisation des espaces littoraux et des zonages environnementaux existants.

1. Les indicateurs : un lien entre science et gouvernance

3La communauté scientifique développe des outils permettant d’évaluer l’état d’espaces naturels ainsi que de suivre leur évolution. Malheureusement, ces outils sont souvent complexes et restent souvent difficiles à s’approprier pour les personnes n’ayant pas de sensibilité environnementale telle que les politiques, les décideurs ou les urbanistes dont le métier est de gérer l’espace naturel. Cela amène souvent à une situation d’incompréhension quelquefois délicate entre ces deux types d’acteurs. Il est donc nécessaire, pour une bonne marche des projets nécessitant la collaboration d’un grand nombre d’acteurs, qu’une interface rendant la communication plus compréhensible entre les scientifiques et les personnes susceptibles d’utiliser leurs connaissances soit élaborée.

4Le concept d’indicateur est utilisé dans un grand nombre de disciplines. Toutes ont le même but, évaluer l’état d’un système qu’il soit biologique, économique ou social afin de suivre son évolution en fonction de décisions que l’on prend pour modifier son fonctionnement. Il est donc nécessaire de préciser ce qu’est le concept d’indicateur, en effet, plusieurs définitions et interprétations existent selon les démarches scientifiques et les différents utilisateurs. Les indicateurs simplifient la description et l’explication d’un système, ils sont des outils d’évaluation et d’aide à la décision comme témoins (proxies) permettant de définir l’état et l’évolution d’un système. Ils doivent mesurer de façon objective une activité à un instant donné, dans le temps et/ou l’espace. Un indicateur peut donc être considéré comme un outil de gouvernement ou de coordination en insistant sur sa dimension sociale et son rôle normatif (Desrosières, 2004). Turpin (1993) émet la possibilité de définir un indicateur non pas comme « la simple mesure d’un paramètre mais aussi comme la réponse à une préoccupation sociale relative à un problème identifié, présent ou à venir. Destiné à des acteurs multiples, susceptibles d’avoir des points de vue différents, son interprétation nécessite un consensus » (Rey-Valette et al., 2006). Les indicateurs dépendent du contexte dans lequel ils sont utilisés et ils n’auront pas forcément le même sens ou la même valeur. Par exemple, le taux de chômage peut être utilisé pour évaluer la santé économique d’un pays aussi bien que pour évaluer les conséquences du terrorisme aux États-Unis. Ceci veut dire qu’il est nécessaire d’identifier ce que l’on veut mesurer avant de choisir un indicateur. Dans un domaine très vaste, comme l’Océan par exemple, il apparaît utile d’adopter un cadre conceptuel pouvant faciliter la délimitation des entités à mesurer comme par exemple une masse d’eau. Plus la définition de ces entités est précise et plus le cadre conceptuel est clair, plus l’indicateur susceptible d’être choisi s’impose de lui même jusqu’à l’évidence. Le concept de développement durable abordant l’économie, les sciences sociales ainsi que les sciences de la nature se prête particulièrement bien à l’élaboration de cadre conceptuel.

5La présentation et le type d’indicateur varient en fonction de l’utilisateur. On peut définir trois types d’interlocuteurs susceptibles d’être amenés à utiliser les indicateurs de développement durable : les gestionnaires, les décideurs et les citoyens. Les gestionnaires occupent des postes administratifs et ont une mission de planification et d’aménagement du territoire ; ils sont souvent appelés à utiliser des indicateurs de performance leur servant d’aide à la décision qui va les amener à atteindre des objectifs bien précis. Les décideurs, eux, sont définis comme les personnes élues aux différents échelons de la vie politique (local, régional, national…) ainsi que les membres d’organismes gouvernementaux ayant ‘une influence prépondérante sur les leviers de développement’ (CQDD, 2001).

6Ils ont besoin d’une information moins détaillée que les gestionnaires par souci de communication et de clarté face à leurs interlocuteurs qui sont la plupart du temps issus du grand public et souvent les citoyens. Ces derniers peuvent être subdivisés en plusieurs catégories dont les acteurs impliqués de près dans les thématiques utilisant les indicateurs comme le tissu associatif par exemple, ceux pouvant être atteints par le biais des médias et les personnes difficiles à informer comme les personnes âgées. Le principal problème inhérent à la mise en place d’indicateurs de développement durable semble la multiplicité des acteurs ayant des points de vue divergents face à la problématique du développement durable qui par nature réfute l’existence de solutions toutes faites prêtes à l’usage (Brodhag et al., 2004). Il existe donc un besoin de coordination et un indicateur peut servir à faire converger les représentations. L’introduction de cette fonction de coordination est le moteur du passage récent d’une approche sectorielle par paliers dans une logique d’inventaire à une approche par enjeux dont la pertinence dépend du caractère démocratique du processus d’identification des enjeux (Rey-Valette et al., 2006).

7Il convient, tout d’abord, de définir la notion d’indicateurs Nature. En effet, par abus de langage, certains termes reliés aux sciences de la nature ont vu leur signification détournée dans le cadre d’autres disciplines telle que la sociologie ou la géographie qui ont tendance à adopter une vision anthropocentrique poussée (Bellan et al., 2007). Ici, les indicateurs Nature sont ceux permettant l’évaluation de l’état d’un écosystème ainsi que son suivi au cours du temps. Cette approche écosystémique globale s’appuie sur la notion d’écosystème correspondant à « un système d’interactions entre les populations de différentes espèces vivant dans un même site et entre ces populations et le milieu physique » avec des interactions à double sens (Frontier, 1999). Un système écologique peut être défini sur une grande variété d’échelles d’espace-temps. On peut en définir autant que de niveaux spatio-temporels emboîtés : écosystème d’un banc de maërl, d’une baie, d’un bassin-versantmer côtière, de l’océan mondial tout entier qui constitue un vaste écosystème. Tout écosystème comprend des compartiments biologiques (biocénose) et un biotope physico-chimique modifié, reliés par un réseau d’interactions qui sont portées par des flux d’énergie et de matière et structurées dans l’espace temps (Frontier, 1999). La plupart des écosystèmes sont complexes, ils sont organisés, nécessitent une diversité d’interactions et évoluent dans le temps et l’espace. A côté de cette approche écologique se développe aussi une approche plus économique liée aux services et biens rendus par les écosystèmes. Souvent l’homme est intégré dans ce système d’interactions on peut alors parler d’anthroposystème. Le suivi de l’écosystème permet de pouvoir alors détecter d’éventuelles perturbations du système, de diagnostiquer d’éventuels problèmes et d’évaluer les impacts d’une politique de gestion ou de conservation mise en place sur ce système et d’en tirer alors les enseignements qui en découlent (Dale & Beyeler, 2001).

8Les indicateurs environnementaux peuvent être des statistiques clés qui représentent ou résument un aspect significatif de l’état de l’environnement, de la durabilité des ressources naturelles et des activités humaines connexes. Ils peuvent aussi indiquer les tendances des changements environnementaux, statuer sur les agressions ou les stress à l’origine de ces changements, sur la façon dont les écosystèmes et leurs composantes réagissent à ces changements et sur les réactions sociétales visant à prévenir, à réduire ou à atténuer ces agressions.

9Pour définir ce qu’est un indicateur biologique ou bioindicateur), il faut se référer à la définition de Blandin (1986) : un indicateur est « un organisme ou un ensemble d’organismes qui — par référence à des variables biochimiques, cytologiques, physiologiques, éthologiques ou écologiques — permet de façon pratique et sûre, de caractériser l’état d’un écosystème ou d’un éco-complexe et de mettre en évidence, aussi précocement que possible, leurs modifications naturelles ou provoquées ». Le même auteur définit les indicateurs écologiques comme « une population ou un ensemble de populations qui, par ses caractéristiques qualitatives et/ou quantitatives, témoigne de l’état d’un système écologique et qui par des variations de ces caractéristiques peuvent détecter d’éventuelles modifications de ce système ».

10Un indice est défini de la manière suivante : lorsque plus d’un indicateur peut être employé pour interpréter un ou des phénomènes, ils peuvent être combinés sous formes d’Indices et en particulier d’Indices Biotiques (Bellan et al., 2002). Il est nécessaire de préciser que pour définir l’état d’un écosystème, évaluer la gravité des perturbations qu’il subit et élaborer un suivi au cours du temps, il est nécessaire d’établir un état de référence de ce système. Cette étape est d’ailleurs relativement complexe à mettre en œuvre puisque les données concernant l’état d’un écosystème avant son anthropisation, dit état ‘pristine’ chez les anglo-saxons, ne sont guère disponibles, et l’état de référence difficile voir impossible à établir. Il faut donc extrapoler l’état initial du système par rapport à un échantillon d’un système voisin considéré comme le meilleur échantillon d’un écosystème type.

11Les problématiques liées à l’environnement ont tout d’abord fait l’objet de description d’état écologique. Le problème engendré par cette approche est le manque de lien permettant aux décideurs d’orienter leurs politiques de manière efficace et optimale. Ceci a débouché sur la construction d’un modèle PER ‘Pression-Etat-Réaction’ (OCDE, 1993). Cette approche a été précisée par l’élaboration du modèle DPSIR ‘Drivers-Pressures-State-Impacts-Responses’ (AEE, 2002) afin d’établir une synergie entre politiques environnementales et politiques économiques (transports, industries…). Il permet la compréhension intégrée de phénomènes liés à plusieurs compartiments environnementaux ou encore plusieurs secteurs politiques. Ce modèle distingue d’une part les acteurs (Drivers) et les pressions (Pressures) engendrées par les activités des acteurs et d’autre part les impacts sur les personnes ou les systèmes (Impacts) et les modifications de l’état de l’environnement (State). La mise en place de cette approche permet alors d’observer les conséquences des réponses élaborées afin d’agir sur les différents compartiments. Cette approche a été utilisée avec succès dans le cadre d’une étude de cas : les estuaires et les eaux côtières basques dans le cadre de l’implémentation de la Directive Européenne Cadre sur l’Eau (Borja et al., 2006) et il est apparu qu’elle peut être adaptée à d’autres régions.

12Le développement d’indicateurs biologiques et écologiques montre une première période d’intérêt dans les années 1980 avec la production de plusieurs rapports dont celui de Blandin (1986). Ce type d’approche a été très critiqué à l’époque notamment par Washington (1984) mais défendue par plusieurs auteurs dont Bellan (1991). Il en est résulté un désaccord de fond sur le bien fondé et l’utilisation des indicateurs et indices. Puis, les indicateurs et indices biologiques vont connaître un désintérêt jusqu’à l’apparition de deux étapes décisives qui vont stimuler la réflexion et la production de nouveaux indicateurs et indices. Ces deux étapes sont : 1) la conférence de Rio de 1992 qui a mis en avant les principes de développement durable et de Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) et la Directive européenne Cadre sur l’Eau (DCE) de 2000 qui a pour but une amélioration de la qualité des eaux européennes et l’obligation d’obtenir un bon état écologique des masses d’eaux d’ici 2017.

13De ce fait, on assiste aujourd’hui à une recrudescence de la demande des décideurs pour le développement d’indicateurs d’état et d’évolution ‘Nature’. Il apparaît que cette tendance s’explique par un changement de point de vue des politiques face aux problèmes de conservation et de gestion de la nature. En effet, avant les années 1980, les politiques de gestion de l’environnement sont orientées vers la source des problèmes rencontrés (Turnhout et al., 2007). Par exemple, en prenant le cas d’une pollution atmosphérique, le mode opératoire est de mesurer les émissions de polluants et d’agir sur la source des polluants afin de les ramener à une valeur fixée, considérée comme acceptable par la réglementation. Cette méthode possède un avantage puisqu’il est relativement facile de mesurer les émissions de polluants mais elle comporte quelques désavantages dans le sens où il est quelquefois difficile de trouver la source d’une pollution notamment les pollutions diffuses et que, dans le cas ou celle-ci est provoquée par de multiples sources, l’impact que les émissions de polluants ont sur l’environnement peut apparaître relativement peu clair.

14Depuis les années 1980, l’approche des politiques de gestion de la nature s’oriente plus vers les effets des éléments perturbants l’environnement et le développement durable.

15La gestion actuelle des biens environnementaux se construit à travers ce principe de développement durable prenant en compte des facteurs économiques, sociaux, culturels et environnementaux et essayant d’adopter une vision à long terme des actions à entreprendre (WCED, 1987). L’élément de départ des politiques de conservation et de gestion de l’environnement devient la qualité du système qu’il est nécessaire de gérer. Cette méthode présente l’avantage de concentrer la politique de gestion sur le système qui est vraiment évalué mais le lien entre la politique de conservation ou de gestion et la qualité d’un système n’est pas prévisible. Il est donc logique que pour évaluer les actions de politiques publiques découlant de cette approche, il est nécessaire d’avoir des objectifs de qualité écologique. Ces objectifs servent à évaluer le système qu’il est nécessaire de suivre ainsi qu’à pouvoir évaluer les impacts des actions entreprises par les décideurs et les gestionnaires. Afin de pouvoir apporter des données objectives nécessaires pour définir ces objectifs de qualité ainsi que pour mettre en relation les décisions des décideurs et des gestionnaires avec la qualité du système suivi, les indicateurs Nature semblent être un bon moyen. Le développement de tels indicateurs amène donc à une implication importante du monde scientifique car il nécessite de connaître le fonctionnement de l’écosystème sur lequel les indicateurs doivent être utilisés. Cette tâche conduit à des difficultés car un indicateur ne constitue qu’une image imparfaite d’un système complexe et trouver le moyen de la rendre la plus fidèle possible sans la simplifier trop n’est pas chose aisée. De plus, il faut souligner que les notions de ‘nature et de qualité de la nature’ laissent une large part de subjectivité.

16D’un point de vue juridique, le besoin d’utiliser des indicateurs environnementaux est mis en avant au niveau international au sein du rapport Brundtland publié en 1987 précisant la nécessité de renforcer le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et lui assignant la tâche « d’élaborer des critères et des indicateurs normalisés relatifs à la qualité de l’environnement et des directives pour garantir une exploitation et une gestion durable des ressources naturelles ». Ce rapport souligne également la nécessité de disposer d’outils juridiques pour favoriser la mise en place d’un développement soutenable en amenant les Etats à assumer leurs responsabilités face à l’environnement comme notamment « assurer la préservation des écosystèmes et des processus écologiques qui sont essentiels au fonctionnement de la biosphère »’ou « procéder ou exiger que l’on procède à des évaluations préalables pour assurer que les politiques, les activités et les technologies nouvelles de quelque importance contribueront au développement durable ». Ceci a été généralement oublié.

17Au niveau européen, la DCE impose la mise en place d’indicateurs environnementaux et c’est lors du Conseil Européen de Göteborg en 2001, qui a vu l’adoption de la stratégie de développement durable de l’Union Européenne, que la Commission a été chargée d’évaluer les progrès effectués dans la mise en œuvre de cette stratégie. L’évaluation des impacts de cette politique est en cours au travers de l’utilisation d’indicateurs environnementaux.

18Au niveau national, le besoin d’utiliser les indicateurs liés à l’environnement se fait sentir notamment à travers le Décret n° 2002-258 du 20 mars 2000 intégré à l’article 17-2 du décret du 21 septembre, obligeant les installations classées soumises à déclaration de fournir un bilan de fonctionnement contenant notamment une évaluation des principaux effets actuels de l’installation sur l’environnement. L’utilisation d’indicateurs environnementaux au sein des entreprises se renforce à travers la loi n° 2001-420 du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques qui impose aux sociétés cotées en bourse d’établir un rapport annuel sur la prise en compte des conséquences environnementales de leurs activités. Leur démarche étant d’évaluer les résultats obtenus par rapport aux investissements effectués. Les informations devant être fournies sont précisées dans le Code du commerce au sein de l’article L 148-3 qui impose notamment de fournir « les mesures prises pour limiter les atteintes à l’équilibre biologique, aux milieux naturels et aux espèces animales et végétales protégées ».

19L’arrêté du 30 avril 2002 définissant les informations relatives aux rejets du rapport mentionné à l’article L. 225-102-1 du Code de commerce impose que pour les rejets dans l’air, l’eau et le sol des éléments soient précisés au niveau des émissions de gaz à effets de serre, de substances entrainant l’acidification, l’eutrophisation ou la pollution photochimique.

20La stratégie nationale pour le développement durable est adoptée en 2003 suite au Conseil européen de Göteborg. Cette stratégie propose une conception d’indicateurs environnementaux autour de deux aspects : la conception d’indicateurs au niveau national permettant une comparaison de la France avec les autres pays et une déclinaison de ces indicateurs au niveau des collectivités territoriales (Alfandary, 2006). Des indicateurs de développement durable (économiques, sociaux et environnementaux) au nombre de 45 ont été retenus au niveau national au sein d’un rapport interministériel intitulé « Indicateurs nationaux du développement durable » par un groupe de travail interministériel composé de 32 experts (http///www.ecologie.gouv.fr). Les indicateurs environnementaux retenus s’insèrent dans des thèmes tels que la gestion des risques, les modes de production et de consommation, la santé humaine et les ressources environnementales qui ne sont pas forcément les critères retenus par les scientifiques pour la production d’indicateurs mais qui constituent les thèmes récurrents dans la conception de jeux d’indicateurs aussi bien au niveau national qu’européen. Les enjeux des indicateurs environnementaux à l’échelon politique semblent le plus souvent liés à un souci de développement économique, au bien être des citoyens et à la prévention des risques éventuels que va induire le changement climatique. Cette approche est fortement anthropocentrique et diffère de la vision des indicateurs environnementaux défendue par les acteurs des sciences de la Nature qui reste axée sur une approche plus écosystémique (Bellan et al, 2007). Le monde politique et le monde scientifique n’étant pas régis par les mêmes codes, le processus scientifique se caractérise par examen par les pairs pour attester de la qualité d’un travail alors que le processus politique est plutôt perçu comme une négociation et un vote, les scientifiques passant pour des gens critiques et les politiques pour être conservateurs et frileux quand à une prise éventuelle de risques.

21Selon une vision scientifique, il apparaît que les indicateurs ‘Nature’ peuvent être utiles à trois niveaux d’utilisateurs :

  • Le premier niveau est constitué des processus scientifiques aboutissant ou susceptibles d’aboutir à l’examen par les pairs. Ces experts internationaux ont une portée ‘universelle’ puisque les publications sont validées par d’autres scientifiques d’autres nationalités que celui ayant effectué les recherches qui doivent avoir une portée internationale. Les travaux produits peuvent paraître complexes aux utilisateurs potentiels que sont les gestionnaires, les politiques et le grand public puisqu’ils sont le plus souvent théoriques ou visant à la théorisation.

  • Le deuxième niveau est constitué par les gestionnaires. Ces derniers ont l’habitude d’évoluer à l’échelon national ou régional et ont besoin d’indicateurs pouvant être comparés dans l’ensemble du pays comme les Agences de l’Eau vis-à-vis de la DCE. Par exemple, les indicateurs et les méthodes utilisés par les agences de l’eau en France doivent être identiques puisque les résultats obtenus doivent être comparables pour l’ensemble des masses d’eau.

  • Le troisième échelon est constitué par les politiques représentant les citoyens qui sont plutôt concernés par un échelon plus local. En effet, les besoins des politiques sont centrés autour d’indicateurs simples permettant de transmettre une information claire aux citoyens et les besoins des citoyens sont centrés autour du besoin d’avoir des informations compréhensibles sur le milieu qui les entoure. Par exemple, les politiques doivent pouvoir fournir des preuves quand à la politique environnementale qu’ils mènent comme l’efficacité d’une nouvelle station d’épuration qui va pouvoir être testée par une meilleure qualité des eaux d’une rivière et les citoyens sont concernés par des indicateurs simples leur permettant par exemple d’évaluer la qualité de leur eau de baignade.

22Dans ce cadre, la commission nationale de débat public aide à la prise de décision après avoir réuni l’ensemble des avis sur tel ou tel projet.

23La relation que peut amener l’élaboration d’indicateurs Nature entre science et gouvernance concerne essentiellement le transfert de connaissance. En effet, l’élaboration de tels outils oblige les acteurs scientifiques à sélectionner, intégrer et traduire les informations dont ils disposent en informations utilisables pour les décideurs mais elle oblige également la traduction de problèmes politiques en problématiques scientifiques. Le travail des scientifiques n’est pas d’adapter les indicateurs qu’ils produisent à des fins d’application pour les gestionnaires ou les politiques. Ce n’est pas non plus du ressort de ces derniers d’adapter les indicateurs produits par le monde scientifique à leurs besoins, cependant il est souvent difficile de faire exprimer aux gestionnaires et politiques leurs attentes et questions face à des problématiques environnementales : qualité et état d’un milieu, causes, et mesures qu’il conviendrait de prendre pour réduire les effets néfastes de tel ou tel dysfonctionnement. Il est par conséquent nécessaire de faire appel à une interface permettant un transfert des connaissances entre la sphère scientifique et la sphère des décideurs et permettant la conception d’un langage commun amenant à valoriser les compétences de chacun. Une structure administrative et opérationnelle comme un Groupement d’Intérêt Public (GIP) est une structure parfaitement capable de remplir ce rôle à l’instar du GIP Seine-Aval ou du GIP Loire estuaire pour répondre aux trois impératifs : acquisition d’un langage commun, transfert et application des recherches vers l’opérationnel et communication.

2. Vers la constitution d’indicateurs Nature opérationnels

24Bon nombre d’organismes, de pays et de régions du monde sont aujourd’hui intéressés par le développement d’indicateurs ‘Nature’ car ils sont nécessaires à la mise en place et l’évaluation de processus tels que le développement durable, la Gestion Intégrée des Zones Côtière (GIZC) ou la DCE. Ces indicateurs Nature, associés aux indicateurs économiques et sociaux, devraient permettre d’évaluer l’état d’un écosystème (fleuve, rivière, bassin-versant, baie, mer cotiêre…) ainsi que d’en suivre l’évolution en fonction des décisions prises par leurs gestionnaires ou un autre acteur ayant la possibilité de l’influencer. Des organismes régionaux telle que l’Agence Européenne pour l’Environnement (AEE, 2002) ou nationaux tel que l’Institut Français de l’Environnement (IFEN) ont été chargés de choisir, de trier et mettre en place un panel d’indicateurs utilisables parmi la batterie des indicateurs existants. Des programmes européens INTERREG tels que celui du Développement Durable des Côtes Européennes (DEDUCE) (http://www.deduce.eu/) ou nationaux comme le programme Indicateur de Développement Durable de l’IFEN (http://www.ifen.fr/​) ou régionaux comme le programme Seine-Aval (Dauvin et al., 2008) mettant au point des indicateurs d’état de l’écosystème estuarien, s’intéressent eux aussi à développer ou extraire des indicateurs afin d’aider les gestionnaires dans la prise de décision.

25Les qualités principales d’un indicateur sont la représentativité, la sensibilité, l’applicabilité, le suivi facile et peu coûteux, la bonne pertinence et l’application généralisable (Dale & Beyeler, 2001 ; Müller, 2005 ; Tasser et al., 2008) et il n’est pas à exclure une possible adaptation de ces indicateurs et leur inclusion au sein de méthodes économiquement viables, techniquement réalisables, socialement acceptables, administrativement réalisables et avantageuses politiquement (Dauvin et Lozachmeur, 2007).

26Dans le recensement des indicateurs de développement durable (soit plus de 700 indicateurs, dont 655 indicateurs de l’AEE, 27 de DEDUCE, 10 de l’IFEN et quelques autres des travaux scientifiques), parmi les indicateurs Nature qui peuvent être sélectionnés, il en apparaît deux grandes catégories :

  1. les indicateurs développés à l’échelon scientifique apparaissant souvent complexes et quelquefois trop théoriques pour les utilisateurs tels que les gestionnaires et les politiques ;

  2. les indicateurs plus simples utilisés par les gestionnaires et les politiques qui ont des besoins forts dans l’applicabilité de ces outils.

27La mise en place de la DCE a été une occasion propice à la mise en place d’indicateurs permettant de statuer sur l’état écologique d’une masse d’eau et d’en suivre l’évolution. Elle a permis à travers l’exemple d’indices comme AMBI ou BENTIX (Borja et al., 2000 ; Simboura & Zenetos, 2002) utilisant la macrofaune benthique des substrats meubles et leur réponse à un enrichissement en matière organique de mettre en lumière les avantages et les inconvénients de l’utilisation de tels indicateurs. Une difficulté supplémentaire dans l’évaluation de ‘l’état de santé’ des écosystèmes est la détermination des conditions de références auxquelles le système de classification choisi doit être comparé. Ainsi, la notion d’‘Ecological Quality Report’, retranscrite dans le cadre de la DCE consiste à établir un rapport entre la valeur d’un indice appliqué au système que l’on désire suivre et la valeur de ce même indice appliqué à un système de référence. Si le résultat est proche de 1, la qualité du système suivi est proche du système de référence, à l’inverse si le résultat est proche de 0, le système suivi est fortement dégradé. Les rapports peuvent prendre des valeurs supérieures à 1. Ces résultats expriment l’état écologique d’un système à travers cinq classes : mauvais, médiocre, moyen, bon, très bon. Un autre problème qui reste à résoudre est celui des échelles d’espace et de temps : comment généraliser quelques points d’échantillonnage préconisés par exemple par la DCE aussi bien pour les eaux de transition que côtières, à l’ensemble des habitats de la zone côtière et comment mener à bien des études écologiques comparatives (inter habitats) pour en déduire des principes généraux quant à la sensibilité des habitats à la pression humaine ?

28Pour l’échelon des gestionnaires et des acteurs politiques, les indicateurs retenus par l’AEE (AEE, 2002 ; CSI, 2005), le programme DEDUCE (Newsletter 3), l’IFEN et les documents d’objectifs de projets Natura 2000 montrent qu’une grande partie des indicateurs Nature proposés sont redondants. Quelques exemples peuvent être cités parmi beaucoup d’autres :

  • l’utilisation de la surface protégée par divers moyens légaux au sein d’un territoire où l’indicateur retenu est le rapport surface protégée du territoire sur surface totale ;

  • l’utilisation de la surface artificialisée du territoire où l’indicateur retenu est le rapport de la surface construite par rapport à la surface totale ;

  • l’utilisation du nombre d’oiseaux communs présents sur un territoire ;

  • le nombre d’espèces inscrites sur la liste rouge de l’IUCN au sein d’un territoire donné…

29Ces indicateurs sont présents plusieurs fois dans les travaux de l’AEE, dans ceux du programme DEDUCE et de l’IFEN. Les méthodes d’évaluation des espaces et espèces au sein des documents d’objectifs des sites Natura 2000 utilisent une classification des habitats en trois niveaux A, B et C correspondant respectivement à excellent à bon (A), bon mais menacé (B), moyen à dégradé (C). Cette classification utilise des critères surfaciques d’évolution des habitats. Cette méthode semble cependant trop simpliste pour espérer effectuer un suivi correct du milieu à gérer et prendre en compte l’ensemble des évènements pouvant affecter le site ainsi que pour en évaluer une bonne gestion.

30La liste de l’Agence Européenne de l’Environnement (AEE, 2002) se veut exhaustive et recense 655 indicateurs dont 43 seulement correspondent aux critères indicateurs Nature du littoral ; en les croisant avec ceux retenus dans d’autres travaux (DEDUCE, IFEN, Salas et al., 2006), 19 autres indicateurs peuvent être sélectionnés pour un total de 64 indicateurs Nature. Ces indicateurs peuvent être classés en cinq groupes : ceux reliés aux espèces présentes au sein des écosystèmes à évaluer, les indices de diversité, ceux reliés aux espaces, ceux liés à la structure et enfin ceux liées aux fonctions des écosystèmes.

31Ces indicateurs peuvent ensuite être classés selon leurs appropriations par les gestionnaires ou les politiques. Les indicateurs reliés aux fonctions des écosystèmes étant encore théoriques, en développement et plutôt complexes, ils sont peu adaptés pour le moment aux gestionnaires de même que les indicateurs considérés comme relativement coûteux en temps et donc en argent. Seulement 52 indicateurs pourraient être utilisables par les gestionnaires.

32Enfin, tous les indicateurs utiles pour les gestionnaires ne vont pas forcément l’être pour les politiques ou les citoyens. Les politiques doivent transmettre des informations aux citoyens mais aussi posséder des données simples leur permettant de gérer le territoire de leur commune (gestion de l’érosion, des infrastructures…). Les citoyens ont besoin d’être renseignés sur la qualité de leur environnement et doivent donc disposer d’indicateurs simples comme par exemple la qualité chimique ou microbiologique des eaux côtières. Il ne reste alors que 29 indicateurs utiles aux politiques ou aux citoyens (Figure 31). Ils sont relativement peu coûteux à mesurer et les données nécessaires afin de les mettre en place sont disponibles dans la bibliographie, au sein d’organismes de gestion du foncier (Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres, mairies…) ou gérant la mise en place d’inventaires de faune et de flore comme les Directions Régionales de l’ENvironnement (DIREN) et le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN). Ils sont plus facilement utilisables par des personnes n’ayant pas une grande connaissance des sciences de la ‘Nature’ et permettent de visualiser une évolution du système dans l’espace et le temps.

33Leur nombre pourrait encore être réduit si le besoin s’en faisait sentir selon les opérateurs ; il constitue cependant une base d’indicateurs opérationnels aujourd’hui compte tenu de notre niveau de connaissance ; elle n’est pas l’inventaire exhaustif des indicateurs nécessaires pour la gestion optimale d’un écosystème par les décideurs. En effet, l’analyse de la bibliographie met en évidence des lacunes notamment au niveau de la mise au point d’indicateurs nécessaires à l’évaluation du fonctionnement des écosystèmes et des services qui lui sont associés tels que des services de régulation, de production, d’information (Müller, 2005). Ces derniers peuvent représenter les tendances intrinsèques d’un écosystème mais également son niveau de maturité. Le potentiel d’auto-organisation d’un système peut alors être mis en lumière par ces jeux d’indicateurs qui comportent encore des lacunes. Cependant la partie durabilité environnementale d’un projet peut-être prise en compte à l’aide de ces indicateurs et ils s’inscrivent très bien dans le cadre de l’approche DPSIR (Müller, 2005).

Figure 31 : Des indicateurs Natures pour les politiques, les gestionnaires et les scientifiques

Figure 31 : Des indicateurs Natures pour les politiques, les gestionnaires et les scientifiques

Indicateurs retenus pour l’échelon des politiques en caractères gras (retenus également au niveau des gestionnaires et scientifiques) au niveau des gestionnaires, en caractère normal (retenus aussi au niveau des scientifiques) et en italique, indicateurs retenus seulement au niveau des scientifiques (pour les définitions et les significations des indices de diversité et des indicateurs structurels et fonctionnels scientifiques voir Salas et al., 2006).

34Ainsi, les écosystèmes sont organisés en unités fonctionnelles qui s’emboîtent en unités organisationnelles supérieures possédant des propriétés fonctionnelles et structurelles émergentes. Les indicateurs fonctionnels permettant de définir les fonctions d’un écosystème ou de ses unités fonctionnelles sont encore en phase de développement et ne sont pas encore disponibles pour les gestionnaires (Müller, 2005). L’utilisation de jeux d’indicateurs mêlant indicateurs structurels et fonctionnels devrait permettre aux gestionnaires de mieux cerner et de suivre dans des conditions optimales, les écosystèmes dont ils assurent la gestion. De plus, en prenant en compte les deux critères de structure et de fonction des écosystèmes, il est possible de caractériser les performances des écosystèmes en termes de biens et services rendus pour la population dans le cadre d’une évaluation des processus biologiques (Derous et al., 2007a, b). Cette utilité est particulièrement bien venue dans le contexte de la gestion des inégalités écologiques puisqu’elle permet de relier les aspects environnementaux aux aspects économiques utiles pour la prise de décision. Cette méthode permet, en utilisant des critères telles que l’agrégation ou la rareté, couplés avec l’échelle et l’anthropisation d’un système, de définir des cartes adaptées à trois niveaux de valeurs biologiques et écologiques : faible valeur, valeur moyenne et forte valeur. Ces cartes ainsi établies peuvent ensuite être utilisées en associant avec des critères socio-économiques, de gestion, de sensibilité du public pour définir les espaces susceptibles d’être propices à la création d’Aires Marines Protégées (AMP). Dans ces conditions, il serait donc nécessaire de promouvoir l’utilisation des indicateurs fonctionnels développés aujourd’hui uniquement par la sphère scientifique au sein de la sphère des gestionnaires ainsi qu’à celle des politiques et des citoyens.

35Il est nécessaire de souligner que la réflexion scientifique autour de ces concepts n’est pas figée puisque cette approche à déjà fait l’objet de modifications dans le cadre d’un atelier ‘Marine Biodiversity and Ecosystem Functioning (MARBEF) et ENCORA’ en décembre 2006 (Derous et al., 2007b), qu’elle est encore aujourd’hui au stade de développement et a besoin d’être testée dans plusieurs zones littorales comme cela sera réalisé dans le cadre du réseau d’excellence MARBEF sur des régions pouvant à terme être retenues comme AMP (Derous et al., 2007b). Les critères d’agrégation et de fitness ont ainsi été regroupés afin d’éviter de prendre en compte deux fois la même information car ce ne sont pas des critères indépendants ; le critère d’échelle (locale ou plus globale) est replacé au début de la procédure et le critère de l’anthropisation est laissé de côté car il est finalement impossible de connaître l’état de référence d’un écosystème et donc d’évaluer son anthropisation.

36Enfin, les indicateurs Nature peuvent être croisés à certaines dimensions d’évaluation de la valeur économique d’un écosystème et des fonctions qu’il remplit (Constanza et al., 1997). Dans ce domaine, le concept d’aménité prend toute sa place. La définition première de ce concept est ce qui est agréable, aimable qui procure ou suscite du plaisir et ce mot est actuellement fréquemment rapporté à l’utilisation et la fréquentation d’un lieu. Le mot aménité apparaît dans le droit français par la Loi d’Orientation pour l’Aménagement et le Développement du Territoire (LOADT) dite loi Voynet au sein des Schémas de Service Collectif. La définition des aménités donnée par l’OCDE (1993) paraît plus judicieuse. Elle définit les aménités comme « les attributs naturels ou façonnés par l’Homme qui différencie un territoire d’un autre territoire et qui peuvent lui donner de la valeur ». Les aménités créées par un milieu peuvent être la qualité de l’environnement, la qualité de l’eau pour la baignade ou la pêche, le savoir-faire pour la fabrication de produits du terroir, des paysages recherchés pouvant donner une valeur supplémentaire au foncier… La notion d’aménité sous-entend une notion de gratuité puisqu’elle désigne le plaisir apporté par la contemplation de la nature ou d’un paysage. Ce concept est porté de plus en plus par le besoin éprouvé des citadins à retrouver une part de nature lors de leur temps de loisir. Cependant, cette recherche de la nature provoque un débat autour de la valeur économique des aménités et les dépenses qu’elles génèrent pour la préservation des paysages et de la nature qui les créent. Une partie du tourisme se développe autour de ce concept et il apparaît indispensable d’exploiter le potentiel des aménités et de les préserver voir de les restaurer. Il faut cependant bien être conscient que ce concept n’est pas figé et qu’il demeure subjectif. Un territoire ayant de la valeur pour une personne peut se révéler exempt de tout intérêt pour une autre. Les aménités apportées par un paysage ou un savoir-faire peuvent perdre leur valeur au cours du temps. Il faut bien souligner que ce concept dispose d’une dynamique qui lui est propre et qui suit une tendance définie par les utilisateurs du milieu concerné. Dans ce contexte, le rôle des sciences de la nature apparaît comme complémentaire à celui des sciences sociales et économiques. Toutes trois permettent de définir les aménités apportées par un territoire et permettent d’évaluer la valeur d’usage de celui-ci.

Conclusion

37Il existe un foisonnement d’indicateurs dont des indicateurs ‘Nature’. Il apparaît inutile de continuer à produire des indicateurs puisque l’on observe actuellement une redondance de ces derniers, mais plutôt de favoriser leur appropriation et leur validation par les gestionnaires et les politiques. Il faut inciter l’utilisation d’indicateurs fonctionnels ceux permettant d’intégrer une véritable approche écosystèmique de gestion des espaces littoraux et côtiers et ainsi permettre, en les utilisant de pair avec les indicateurs structurels déjà existants, de caractériser les écosystèmes en termes de biens, de services rendus ainsi que de leur donner une valeur biologique indispensable pour la gestion des milieux et la caractérisation de leur avenir (AMP, zone Natura 2000, aménagement…) (Derous et al., 2007a, b).

38Pour une meilleure application du concept de développement durable, donc de GIZC et de réduction des inégalités écologiques, il est donc nécessaire à l’avenir d’aller plus loin que l’interdisciplinarité des travaux permettant la mise au point de jeux d’indicateurs nécessaires à la bonne gestion du système. La clé semble donc résider dans la transdisciplinarité et la mise au point d’outils tels que le tableau de bord permettant au décideur d’appliquer une gestion globale du système dont il a la charge en intégrant les différents types d’indicateurs (Dauvin et al., 2008). Aujourd’hui, le principal obstacle à une meilleure gestion des systèmes par le biais de l’utilisation de l’outil indicateur reste donc le problème de l’intégration du savoir et des savoir-faire appartenant aux différentes disciplines impliquées, le choix au sein des outils déjà disponibles et la volonté d’adapter des indicateurs développés par les scientifiques, considérés comme complexes, par les gestionnaires eux-mêmes dans le but de leur application. Cette barrière à une gestion efficace des écosystèmes peut semble-t-il être levée grâce à la mise en place d’interfaces telles que les GIP permettant un transfert de connaissance entre les sphères scientifiques et des gestionnaires amenant à la valorisation d’un travail de recherche considéré comme difficilement accessible pour les décideurs. Il serait donc utile d’étendre cette méthode (GIP plus tableau de bord) afin de permettre une utilisation optimale des compétences de chacun au service d’un développement durable.

39Les gestionnaires sont tenus de respecter des règles juridiques leur imposant de définir des indicateurs par rapport à des stratégies européennes. Selon le principe de subsidiarité, les différents pays peuvent accomplir leur politique de développement durable de la manière dont ils le veulent et peuvent tout aussi bien ne pas avoir une vision au rabais de cette dernière tant qu’ils respectent les critères définis. D’un point de vue environnemental, les indicateurs proposés sont des indicateurs correspondant aux catégories définies par les projets européens uniquement (risques environnementaux, halieutique…). Au travers d’un travail transdisciplinaire et d’une véritable concertation entre tous les acteurs du littoral, il serait intéressant pour le futur d’utiliser des jeux d’indicateurs environnementaux renseignant certes sur les directions prévues par la politique de développement durable européenne mais possédant également un spectre plus large afin de permettre une gestion du système (environnemental, social et économique) optimal afin de garantir un développement soutenable des territoires à gérer.

Table des illustrations

Titre Figure 31 : Des indicateurs Natures pour les politiques, les gestionnaires et les scientifiques
Légende Indicateurs retenus pour l’échelon des politiques en caractères gras (retenus également au niveau des gestionnaires et scientifiques) au niveau des gestionnaires, en caractère normal (retenus aussi au niveau des scientifiques) et en italique, indicateurs retenus seulement au niveau des scientifiques (pour les définitions et les significations des indices de diversité et des indicateurs structurels et fonctionnels scientifiques voir Salas et al., 2006).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 433k

Auteurs

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search