Version classiqueVersion mobile

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Partie 2. Approche des inégalités écologiques dans les territoires littoraux. Études de cas en Côte d'Opale et dans la rade de Marseille

Conclusion

Vincent Herbert et Philippe Deboudt

Texte intégral

1Les six études de cas présentées dans cette deuxième partie de l’ouvrage ont révélé différentes facettes des inégalités écologiques dans les territoires littoraux. Le Sud de la Côte d’Opale permet d’appréhender les inégalités écologiques à partir des différentes formes d’utilisation du sol et des dynamiques du marché foncier et selon des méthodes qui relèvent de la géographie et de l’aménagement (chapitre 1). Sur le territoire de la commune d’Ensuès la Redonne située sur la Côte Bleue, les auteurs analysent les inégalités socio spatiales en lien avec la proximité, la vue sur la mer ou les espaces de nature protégés, dans le cadre d’une approche mobilisant l’aménagement et l’urbanisme (chapitre 2). L’archipel du Frioul est l’objet d’une analyse, à partir d’une orientation en géographie et aménagement, des relations entre les aménités et les contraintes liées à l’insularité et à une situation de marge urbaine dans la ville de Marseille (chapitre 3). Sur le territoire de la commune du Touquet, dans la cadre d’une démarche de recherche en sociologie et en géographie, une analyse des perceptions des habitants, situés dans ou à proximité d’espaces de haute valeur écologique, combinée à une identification des inégalités socio spatiales démontre la dimension ségrégative des politiques de protection de la nature (chapitre 4). L’aménagement du parc balnéaire du Prado à Marseille, étudié d’un point de vue rétrospectif et dans le cadre de l’urbanisme, illustre la capacité des populations littorales à s’approprier les composantes écologiques d’un projet urbain balnéaire (chapitre 5). A l’inverse, une étude interdisciplinaire du quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer, mobilisant la sociologie, la géographie et l’aménagement, démontre le décalage entre l’intégration de la dimension écologique ou maritime dans un projet urbain et sa perception ou son appropriation par les habitants (chapitre 6). La combinaison d’approches relavant de méthodologies en sciences humaines et sociales permet une analyse relativement fine des différentes formes d’inégalités écologiques. L’ensemble de ces études de cas propose une analyse des inégalités écologiques à une échelle géographique relativement grande, celle du territoire communal ou infra communal. C’est en effet par rapport à cette échelle géographique, que l’étude des inégalités écologiques semble la plus pertinente. Dans le cadre de cette échelle locale ou unité fonctionnelle, l’analyse est extrêmement fine, puisqu’elle peut cibler le quartier, voire les habitations, dans un contexte d’enquêtes. A l’échelle communale, les données statistiques sont aussi relativement accessibles (Plan local d’Urbanisme, cadastre, données INSEE…). Cependant, les observations et analyses réalisées à cette échelle spatiale doivent être articulées par rapport à d’autres échelles géographiques : les échelles intermédiaires qui correspondent à la prise en compte de l’intégration du territoire communal dans les différents territoires de projet ou zonages susceptibles d’influencer les politiques communales (intercommunalité, région…) ; les échelles dites globales pour intégrer la dimension nationale, européenne et internationale dans la compréhension des dynamiques territoriales à partir du contexte juridique et des politiques publiques (Conventions internationales sur la diversité biologique, le droit maritime ; réseau Natura 2000, stratégie européenne pour la mer et le littoral ; loi littoral, gestion intégrée de la mer et du littoral…), socio-économique (tourisme…) et des conséquences de l’impact des changements climatiques sur les territoires littoraux. Cette prise en compte des différentes dimensions des territoires, permet d’affiner l’analyse, en intégrant les nuances scalaires. L’intérêt d’une approche systémique réside alors essentiellement dans l’analyse des interrelations entre ces échelles distinctes, entre les unités identifiées mais variées d’un même niveau spatial. Il faut ainsi marquer une distinction entre des facteurs endogènes et des facteurs exogènes : certaines inégalités d’origines endogènes (différences entre deux quartiers par exemple) pourraient être distinguées d’inégalités d’origines exogènes (fréquentation de l’archipel du Frioul, de la ville du Touquet, essentiellement d’origine extérieure). Pour les deux espaces littoraux retenus dans l’analyse des inégalités écologiques, la référence à cette articulation de différentes échelles géographiques permet de distinguer, par exemple, les structures suivantes :

  • des ensembles unipolaires, qui sont davantage identifiables à Marseille et dans son agglomération : s’y dégagent des ensembles homogènes, comme la Côte Bleue (Ensuès la Redonne), l’Archipel du Frioul ;

  • des ensembles polycentriques, fondés sur des unités urbaines qui organisent le territoire de telle sorte qu’il apparaît comme un espace multipolaire : la Côte d’Opale présente cette organisation en forme de "stratification" des marges urbaines. Les différents sites individualisés associent des approches spatiales variées : des dichotomies intérieures, par rapport au trait de côte, au statut du foncier et à l’accès au rivage, mais aussi perpendiculaires au rivage avec une dichotomie entre les espaces à vocation naturelle et les espaces urbanisés. La dimension maritime est plus marquée au Frioul et à Ensuès la Redonne et la dimension terrestre plus marquée en Côte d’Opale. La figure 30 synthétise ces éléments de réflexion.

Figure 30 : Situation et articulation géographique des 6 études de cas

Figure 30 : Situation et articulation géographique des 6 études de cas

Vincent Herbert, 2009

Table des illustrations

Titre Figure 30 : Situation et articulation géographique des 6 études de cas
Crédits Vincent Herbert, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15072/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search