Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Partie 2. Approche des inégalités écologiques dans les territoires littoraux. Études de cas en Côte d'Opale et dans la rade de Marseille

Chapitre 6. Une zone urbaine sensible avec vue sur la mer : le quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)

Approche interdisciplinaire sur les inégalités écologiques et les inégalités sociales1

Philippe Deboudt, Valérie Deldrève, Vincent Houillon et Didier Paris

Texte intégral

Introduction

  • 1 Deboudt Ph., Deldrève V., Houillon V., Paris D., 2008, Inégalités écologiques, inégalités sociales (...)
  • 2 Loi du 24 novembre 1996 relative à la mise en œuvre du pacte de relance pour la ville : article 2.
  • 3 Le quartier du Chemin Vert est composé de trois sous-quartiers : Transition, Triennal et Aiglon.

1En référence à la double dimension sociale et territoriale des inégalités écologiques, les auteurs ont mobilisé les méthodologies de la géographie, de l’aménagement et de la sociologie pour étudier le sens de cette notion et les liens entre inégalités écologiques et inégalités sociales dans un territoire où les recherches sur ce thème sont encore exploratoires. Le terrain d’étude combine à la fois une dimension urbaine, comparable aux espaces urbains déjà analysés en rapport avec les inégalités écologiques (zones urbaines sensibles) et une situation littorale : une zone urbaine sensible située dans l’agglomération de Boulogne-sur-Mer : le quartier du Chemin Vert (Figure 24). Les zones urbaines sensibles (ZUS) sont en France des quartiers urbains dont le périmètre a été fixé par la loi du 14 novembre 1996 relative à la mise en œuvre du pacte de relance de la ville. Les ZUS sont « caractérisées par la présence de grands ensembles ou de quartiers d’habitat dégradé et par un déséquilibre accentué entre l’habitat et l’emploi »2. Ce quartier est identifié comme un espace de marginalisation sociale (Figures 25, 26, 27). L’objectif de la recherche consiste à étudier les relations entre les inégalités sociales et les inégalités écologiques dans ce territoire urbain littoral. Nous souhaitons démontrer le rôle des politiques urbaines dans la construction de ces relations. Le quartier du Chemin Vert3 est situé dans la périphérie de l’agglomération de Boulogne-sur-Mer et marginalisé par rapport aux principales fonctions urbaines. Cependant, il s’est développé sur un site bénéficiant d’un potentiel d’aménités environnementales remarquable (vue sur la mer exceptionnelle, proximité géographique avec des espaces naturels protégés ou un parc naturel régional, Figure 24). En comparaison des quartiers socialement défavorisés, traditionnellement insérés dans des espaces urbains marqués par la concentration des formes de dégradation environnementale, quelles sont les conséquences de ces effets de site sur l’évolution du quartier (d’un point de vue des politiques urbaines) et sur les relations entre les habitants et leur environnement. A priori, dans ce quartier, ces effets de site pourraient contribuer à limiter les inégalités écologiques qui, dans des quartiers aux caractéristiques sociales similaires, aggravent les inégalités sociales. Dans le cadre d’une approche sociologique, les inégalités écologiques sont analysées comme des formes d’inégalités sociales. D’où un certain scepticisme à l’idée qu’elles puissent ne pas se confondre dès lors qu’une population socialement défavorisée bénéficie d’un libre accès à la plage, d’un joli point de vue sur la mer ou de la proximité d’un site naturel préservé. Non loin des controverses sur ce qu’est la liberté d’accès, l’appréciation esthétique d’un paysage ou celle plus scientifique d’un écosystème, des questions relatives au contenu normatif de la notion d’inégalité écologique et à son intérêt heuristique se posent. Comment appréhender la complexité sociale sous-jacente, la nature des relations entre inégalité sociale et inégalité écologique ? Quelle est l’influence de la situation géographique littorale dans l’expression des inégalités écologiques ? Les inégalités écologiques sont-elles des facteurs d’aggravation des inégalités sociales ? Comment sont perçus les facteurs de valorisation d’un territoire (aménités littorales) par des populations marquées par de fortes inégalités sociales ?

Figure 24 : Le quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer. Localisation, insertion dans l’espace urbain boulonnais et relations avec l’environnement littoral

Figure 24 : Le quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer. Localisation, insertion dans l’espace urbain boulonnais et relations avec l’environnement littoral

D’après Leleu et al., 2007

Figure 25 : Inégalités sociales, la ZUS du Chemin vert en perspective (Population de la ZUS : 7 006 habitants ; Superficie de la ZUS : 45 ha)

Figure 25 : Inégalités sociales, la ZUS du Chemin vert en perspective (Population de la ZUS : 7 006 habitants ; Superficie de la ZUS : 45 ha)

Sources INSEE RP 1999/DGI 2004 (données fiscales)/Ministère de l’Intérieur (2005) Ministère de l’Education Nationale (2004) http://sig.ville.gouv.fr/​

Figure 26 : Revenus fiscaux (médiane) dans l’agglomération de Boulogne-sur-Mer.

Figure 26 : Revenus fiscaux (médiane) dans l’agglomération de Boulogne-sur-Mer.

INSEE, IRIS, 2002

Figure 27 : Médiane des revenus en euros dans l’agglomération de Boulogne-sur-Mer (unité de consommation 2002)

Figure 27 : Médiane des revenus en euros dans l’agglomération de Boulogne-sur-Mer (unité de consommation 2002)

Réalisation : Vincent Houillon ; source : INSEE

1. De l’ignorance à la valorisation de la dimension littorale dans la construction territoriale

1.1. Le quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer : une périphérie socialement défavorisée marquée par un cumul d’inégalités sociales

2Le Chemin Vert s’est constitué en trois étapes entre 1945 et 1974. La construction de ce quartier est contemporaine de la période de reconstruction d’après-guerre, suite aux destructions importantes subies pas la ville et le port de Boulogne-sur-Mer (85 % de la ville est détruite au lendemain de la Seconde Guerre mondiale). Les habitants sans abri sont relogés dans des baraquements d’urgence. Un espace vacant peut les accueillir sur un vaste espace agricole, à la périphérie nord de la ville, à l’écart du centre-ville : le Chemin Vert. Le plan de reconstruction de la ville et de son centre (plan Vivien du nom du ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme de l’époque) nécessite le relogement de la population. Les baraquements du Chemin Vert sont remplacés par les nouveaux logements « Million » en référence à leur prix en anciens francs dans les années 1950. Les « expropriés » du centre-ville sont accueillis dans le quartier « Transition » achevé en 1960. Dans un contexte de difficultés économiques et sociales, la construction des deux autres secteurs du Chemin Vert, Triennal (parce que construit en 3 ans de 1966 à 1969) et Aiglon en 1974 complètera la constitution de cette périphérie urbaine.

3Le quartier du Chemin Vert est un quartier « populaire » situé à 1,5 km du centre-ville au nord de la commune de Boulogne-sur-Mer, sur un plateau dominant la zone portuaire de la ville et la vallée de la Liane. Il est composé de trois sous-quartiers : Transition, Triennal et Aiglon, dont les limites varient selon le point de vue des acteurs politiques, des habitants, ou encore du découpage statistique. Couvrant un peu plus d’une centaine d’hectares, l’ensemble compte 11 000 habitants (RGP 1999), répartis de manière à peu près équivalente dans les trois secteurs, soit un quart de la population de la ville (45 100 habitants selon l’estimation de 2005). Le quartier se caractérise par une grande jeunesse démographique, 40 % des habitants ayant moins de 20 ans, mais surtout par le cumul de toutes les variables de la marginalisation et de la ségrégation sociale et économique. La situation socio-économique du quartier s’écarte en effet fortement de la situation moyenne de la ville, pourtant globalement socialement pauvre et défavorisée dans le contexte français (Figures 25 et 26). Près de 50 % des actifs sont au chômage alors que la moyenne des ZUS est de 20 % au niveau national et de 22 % à Boulogne-sur-Mer. La structure des familles est marquée par l’importance de la monoparentalité (1/3 de familles monoparentales). Les ménages sont essentiellement locataires d’un logement social (80 % des logements), le reste relevant du locatif privé. Le seul quartier du Chemin Vert concentre la moitié des logements sociaux de Boulogne-sur-Mer, ville où pourtant le logement social est surreprésenté par rapport à d’autres centres urbains de taille équivalente. Toutes ces variables caractérisent une situation de pauvreté que l’on peut résumer par la faiblesse des revenus fiscaux (Figure 27). Ceux-ci sont en effet largement inférieurs à la moyenne de l’agglomération, la médiane des revenus étant inférieure à 5000 euros annuels alors que pour l’ensemble de la France, ce chiffre s’élève à 14 000 (RGP 1999). Au total, seule la faiblesse de la population étrangère ou d’origine immigrée singularise le quartier du Chemin Vert de la plupart des quartiers classés en ZUS. A cette accumulation d’indicateurs de difficultés et de marginalisation sociale, s’ajoute-il des inégalités écologiques ?

1.2 L’environnement urbain : la médiocrité du parc de logements et de l’accessibilité urbaine

  • 4 ZFU : Zone Franche Urbaine. Définies pour la première fois en 1996 pour favoriser l’emploi. Les ent (...)

4Cette périphérie urbaine est assez proche du centre-ville (1,5 km) mais des facteurs topographiques contribuent à sa marginalisation géographique. Un dénivelé topographique relativement important (70 m) isole ce quartier du centre ville. Par ailleurs, cet isolement est renforcé par la coupure urbaine représentée par la présence d’un cimetière et d’un camp militaire qui sépare le Chemin Vert de la ville. Jusqu’à une période récente, les conditions de vie urbaine étaient marquées par une dégradation environnementale. Les bâtiments « provisoires » du sous-quartier Transition sont très dégradés et très mal insonorisés. Malgré plusieurs programmes de réhabilitation (PALULOS) menés dans les années 1980, la qualité du bâti et du confort est restée faible à Transition et à Triennal. Les populations les plus pauvres sont contraintes d’habiter dans les logements les moins coûteux. L’implantation des immeubles et des tours est aussi un facteur aggravant du malaise social. A Transition, les barres d’immeubles sont parallèles et à Triennal, elles sont organisées autour d’une tour qui peut-être à l’origine d’un sentiment d’enfermement, exacerbé par les nombreuses impasses et l’insuffisance des routes qui traversent le quartier. Les espaces publics sont absents. L’ensemble du quartier constitue une seule et même parcelle appartenant à un bailleur unique. Le découpage foncier avec la ville de Boulogne-sur-Mer n’a pas été réalisé et explique l’absence d’espaces publics intermédiaires, de parcs ou jardins, d’espaces verts, qui faute d’affectation deviennent incivils. Le mono fonctionnalisme résidentiel a pendant longtemps largement présidé à la réalisation de ce type de quartier de grands ensembles. Il a participé à la formation d’une image négative et dévalorisée de cette périphérie urbaine quand même atténuée par l’implantation de services publics (collèges, mairie de quartier, bureau de poste, Police) et plus récemment encore d’une médiathèque. Enfin les entreprises privées sont inexistantes dans ce quartier qui ne dispose pas du classement en ZFU4. Les commerces de proximité sont situés dans une rue proche (la rue du Chemin Vert) qui jouxte les trois sous-quartiers. Les populations du quartier du Chemin Vert ne sont pas directement exposées à des nuisances environnementales. La vulnérabilité aux aléas naturels y est relativement faible (classement en zone bleue dans le PPRn falaise du Pas-de-Calais en 2007). Les autres nuisances environnementales (bruit, pollution) sont limitées aux usages des mobylettes, mini-motos et quads. Le quartier du Chemin Vert est donc marqué par d’importants problèmes sociaux, un accès très limité à l’urbanité et une qualité de l’environnement urbain médiocre. Par contre, il est situé dans un territoire littoral bénéficiant d’un potentiel d’aménités. Ces aménités associées à la proximité de la mer ont habituellement été valorisées dans les processus de construction territoriale. Elles l’ont été pour la constitution d’un bien commun dans le cadre des politiques de préservation du patrimoine naturel ou, à l’inverse, dans le cadre d’une appropriation privative de l’espace, pour des populations socialement favorisées (usage résidentiel, touristique de l’espace littoral). Sur ce territoire littoral de Boulogne-sur-Mer, on observe deux trajectoires différentes en termes de construction territoriale :

  • la relégation de populations socialement défavorisées dans une périphérie urbaine, marginalisée par rapport à la ville. L’urbanisation « tourne le dos » à la mer. C’est la position de « marge urbaine » qui justifie la construction de ce quartier du Chemin Vert.

  • une valorisation des aménités littorales dans les espaces proches du quartier, sur le « front d’urbanisation » de la ville de Boulogne-sur-Mer (périmètre du parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale).

5Le quartier du Chemin vert représente donc un espace urbain et littoral original dans lequel la mise en valeur des aménités littorales pourrait constituer un « levier » potentiel d’atténuation des inégalités sociales.

1.3. La valorisation de l’environnement littoral et maritime dans les politiques urbaines récentes

6La valorisation des aménités littorales sur le site du Chemin Vert représente une dimension importante du projet mis en œuvre pour le renouvellement urbain de ce quartier dans les années 2000. Un projet urbain sélectionné par l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine a utilisé les atouts géographiques du site pour tenter d’atténuer le monolithisme social et la marginalisation urbaine de ce quartier. Contrairement à beaucoup de quartiers situés dans les métropoles où les facteurs de marginalisation sociale sont aggravés par des facteurs de vulnérabilité et de dégradations environnementales, dans le quartier du Chemin Vert, les aménités littorales pourraient constituer un potentiel pour la réduction des inégalités écologiques et l’atténuation des inégalités sociales (Photos 24).

Photos 24 : Photographies aériennes obliques du quartier du Chemin Vert (Boulogne-sur-Mer) (NAI, décembre 2006)

Photos 24 : Photographies aériennes obliques du quartier du Chemin Vert (Boulogne-sur-Mer) (NAI, décembre 2006)

Transition, Triennal et Aiglon. La colonne de la Grande Armée à l’arrière plan. (NAI, décembre 2006)

© Philippe Deboudt, 2009

Vue vers le nord. Au premier plan, le quartier du Chemin Vert. A l’arrière plan, le littoral de la Côte d’Opale et la station balnéaire de Wimereux. (NAI, mai 2007)

© Philippe Deboudt, 2009

Le Chemin Vert, photographie aérienne oblique. Vue de la plage de Boulogne-sur-Mer (premier plan) vers l’est. (NAI, mai 2007)

© Philippe Deboudt, 2009

Le Chemin Vert, photographie aérienne oblique. Vue vers le port de Boulogne-sur-Mer et la Manche (sud-ouest) (NAI, mai 2007)

© Philippe Deboudt, 2009

7Le site présente certes les inconvénients topographiques énoncés précédemment mais il est aussi un atout exceptionnel. La partie nord du plateau bénéficie de la plus belle vue sur mer de la ville de Boulogne-sur-Mer, « un des plus beaux sites du parc HLM de France » pour les urbanistes (Abid et Loubière, 2006). Le Parc Naturel Régional des Caps et Marais d’Opale est mitoyen du secteur de l’Aiglon et de Beaurepaire. Des paysages ruraux situés au nord du quartier renforcent l’attractivité du site. La proximité d’un patrimoine historique (Colonne de la Légion d’honneur et Colonne de la Grande Armée) renforce les atouts environnementaux du site. L’histoire urbaine du quartier montre l’absence de liens avec la mer sur le plan de la valorisation patrimoniale et touristique, car l’histoire de ce quartier est associée à celle d’habitants qui travaillaient en mer ou dans les industries de transformation des produits de la mer. Ce fait représente une forme d’inégalité écologique. Un site littoral identique approprié et urbanisé en lien avec le développement touristique est généralement associé à une valorisation foncière ou immobilière pour des populations socialement favorisées. L’absence de prise en compte de ces aménités environnementales pour le développement urbain d’un quartier rassemblant des populations socialement défavorisées représente une forme d’inégalité écologique.

8Le projet de rénovation urbaine du Chemin Vert a été confié par l’ANRU à l’Atelier Castro-Denissof-Casi (2006). Le projet concerne le sous-quartier Transition avec la rénovation du bâti (démolition, reconstruction et rénovation de bâtiments) Ces opérations sont actuellement en cours de réalisation. Plusieurs barres ont déjà été détruites, certaines le sont actuellement. De nouveaux logements ont été reconstruits : 300 logements nouveaux avaient été prévus initialement, puis 600 après la visite du site par le ministre du Logement J.-L. Borloo en 2005 qui a souhaité assimiler le quartier du Chemin Vert à une « vitrine » des projets mis en œuvre par l’ANRU. Les objectifs du projet comportent aussi le renforcement des services urbains, définis par les auteurs du projet comme des équipements de loisirs liés au niveau de vie (infrastructures sportives ou à destination culturelle, création d’un véritable espace public avec une place centrale, des services et commerces).

9La valorisation de la maritimité a été proposée par les concepteurs du projet comme une idée maîtresse, structurant le projet de rénovation urbaine. Pour les architectes, la maritimité constitue un ensemble de rapports à la mer susceptible de traductions urbanistiques : un espace de loisirs récréatifs et de proximité propice aux pratiques récréatives (ramassage des moules et des coquillages, fréquentation de la plage) ; un lieu de vie professionnelle pour de nombreux habitants qui sont parfois d’anciens pêcheurs ; un paysage, même si la mer n’est pas toujours directement visible par tous les habitants, notamment à Triennal où les barres donnent souvent sur d’autres immeubles et à Aiglon où elle est masquée par les autres quartiers.

10Le projet comporte aussi la volonté de modifier l’appropriation de l’histoire du quartier par ses habitants en inscrivant dans l’urbanisme l’histoire maritime de Boulogne-sur-Mer. Pour l’atelier Castro-Denissof-Casi (2006), « ce qui peut être vécu comme relégation aux confins urbanisés de la ville peut être retourné comme une situation géographique privilégiée ». La valorisation des aménités littorales représente un des leviers essentiels de la rénovation urbaine et du changement de représentation du quartier du Chemin Vert. En termes de réalisations architecturales, cette mise en valeur des aménités se traduit par la construction de nouveaux logements où l’on privilégie l’horizontalité avec de grandes baies vitrées et des extensions en pignon de proue, loggias et jardins d’hiver tournés vers la mer. Les traitements de façade utilisent les hauteurs et les couleurs. Dans les secteurs rénovés, la transformation du bâti a été radicale. Les habitations s’organisent en îlots ou en bandes, à patios ou petits collectifs, avec jardins et parcs de stationnement. La diversité des nouveaux logements doit permettre d’introduire une mixité sociale (l’une des conditions liées au financement attribué par l’ANRU). La création de nouvelles rues pour désenclaver le quartier et un nouveau plan d’implantation des nouveaux logements améliorent la vue sur la mer. Le symbole de ce nouveau rapport à la mer, inscrit dans l’urbanisme, est constitué par la réhabilitation d’une tour de logement (la « tour O », Figure 28), la plus haute du quartier, pour la mettre en lumière tel un « phare dans la ville ». Associé à 2 barres maintenues (les autres sont ou seront détruites), l’objectif est d’associer à l’image du nouveau quartier la silhouette d’un paquebot.

11La mixité sociale, affichée comme objectif de tout projet de renouvellement urbain et objectif principal des projets ANRU, est, à ce jour, peu perceptible dans la transformation du quartier. Le projet de rénovation urbaine du quartier Transition prévoit de reloger la grande majorité des habitants déplacés (le relogement des anciens habitants est une obligation des projets ANRU). Ce sont ces mêmes habitants socialement défavorisés qui occupent les nouveaux logements ou qui vont les occuper. Peu d’habitants originaires d’autres quartiers de la ville de Boulogne-sur-Mer seront logés dans les nouveaux bâtiments. La diversification sociale est liée à l’occupation de logements non demandés par les anciens locataires et au développement d’une offre locative libre (dispositif du 1 % logement). La revalorisation sociale du quartier souhaitée par le processus de rénovation urbaine se réalise cependant sur les zones voisines où une pression foncière est observée. L’introduction de l’image de la maritimité dans l’urbanisme du quartier est globalement une réussite et contribue à modifier son image mais de nouveaux problèmes apparaissent. La maritimité a été utilisée plus pour l’aspect esthétique des bâtiments que pour leur fonctionnalité (Photos 25). Des problèmes liés à l’architecture des maisons se sont manifestés très rapidement. Les grandes baies vitrées balayées par les vents violents et les embruns salés sont l’objet de dégradations et nécessitent un entretien renforcé. Les frais de chauffage, dont le coût est difficilement supportable par les habitants, pourraient s’élever. La non prise en compte de l’impact des facteurs de l’environnement littoral (exposition à une fréquence de vents forts) dans les transformations architecturales pourrait contribuer à la création de nouvelles inégalités écologiques.

Figure 28 : La Tour « O » et projet de réhabilitation.

Figure 28 : La Tour « O » et projet de réhabilitation.

Source : Leleu et al., 2007 et http://www.castrodenissof.com

Photos 25 : Les nouveaux logements du quartier du Chemin Vert

Photos 25 : Les nouveaux logements du quartier du Chemin Vert

L’intérieur d’un îlot ; vue des immeubles.

Source : Leleu et al., 2007

Les nouveaux logements vus de la rue du Sandettie.

Source : Leleu et al., 2007

Vue de l’intérieur d’un jardin d’hiver ; appartement en duplex type IV.

Source : Leleu et al., 2007

2. Les rapports des habitants du quartier au littoral et à la mer : réussites et échecs des projets urbains dans la réduction des inégalités écologiques

12En 2005, une mission de l’Inspection générale de l’environnement et du Conseil Général des Ponts et Chaussées a analysé plus spécifiquement les inégalités écologiques en milieu urbain et notamment dans les zones urbaines sensibles (Dieboldt et al., 2005). Une étude de l’INSEE (Rizk, 2003) a montré le lien entre la dégradation du cadre de vie et le revenu des ménages : les ménages les plus pauvres habitent dans des quartiers plus bruyants. L’observatoire des zones urbaines sensibles a analysé, dans son rapport 2004 à partir de l’enquête permanente de l’INSEE sur les conditions de vie des ménages, l’exposition des habitants des ZUS aux nuisances et risques environnementaux (DIV, 2004). D’un point de vue général, les résultats de l’enquête montrent que l’intérêt des habitants par rapport au cadre de vie, quelle que soit la zone de résidence, est atténué ou relativisé par rapport à d’autres questions jugées plus importantes (chômage, délinquance). Les rapports de l’observatoire des ZUS publiés en 2005, 2006 et 2007, n’abordent pas la question des liens entre le cadre de vie et les conditions socio-économiques des populations. L’absence d’intérêt pour cette question est de fait susceptible d’accentuer les inégalités environnementales dans ces quartiers. Dans le rapport de l’Observatoire des Zones Urbaines Sensibles publié en 2004 (DIV, 2004), une question concerne la présence des espaces verts à proximité domicile ; la différence entre les ZUS et les autres territoires urbains porte moins sur la présence des espaces verts que sur leur nombre. Concernant l’exposition aux risques naturels, il n’y a pas de différences significatives entre les communes avec ZUS ou sans. Les différences deviennent plus importantes pour l’exposition aux risques industriels et technologiques : 41 % des communes avec ZUS sont exposées au risque industriel et 21 % pour les communes sans ZUS (mais appartenant à des unités urbaines avec ZUS). L’étude sociologique réalisée par V. Deldrève (2008, Encadré 4)) dans le quartier du Chemin Vert apporte des précisions sur les rapports entre les habitants, leur quartier, le littoral ou la mer. Ces rapports révèlent la persistance ou l’atténuation des inégalités écologiques en lien avec les récentes politiques de rénovation urbaine.

Figure 29 : Les noms des bâtiments à connotation maritime dans le secteur de Transition.

Figure 29 : Les noms des bâtiments à connotation maritime dans le secteur de Transition.

Source : BOURDAIS V. (dir.), Le Chemin vers…, Boulogne-sur-Mer, le 27 mars 1997

13Il y a une dizaine d’années, les vingt-quatre bâtiments d’habitation avaient pour nom des lettres (A, B, C…). Cela apparaissait très formel. Pour renouer avec la tradition marine du quartier, ces lettres ont été complétées d’un nom à connotation marine (par exemple, U = Ulysse, E = Equille…) par l’agence nord d’Habitat du Littoral (Figure 29). Les habitants se sont-ils appropriés ce changement ? La réponse est non. Les habitants de Transition appellent toujours leurs immeubles par des lettres. Les populations les plus jeunes ne savent même pas toujours la signification des nouveaux noms donnés. Par contre à Triennal, les bâtiments avaient également des lettres pour leurs appellations. Cependant, cette dénomination n’a pas été appropriée par la population qui appelle les bâtiments de Triennal par leurs adresses respectives. Donc la dénomination des bâtiments de Transition par les lettres est bel et bien une spécificité qui est rentrée dans l’esprit des habitants du quartier

2.1. L’espace vécu du quartier du Chemin Vert et l’appropriation des nouveaux logements

14Au cours de l’enquête de terrain réalisée entre août 2006 et septembre 2007 (Encadré 5) se sont progressivement dessinés les contours du quartier, ses liens avec la ville de Boulogne-sur-Mer, dont il représente une marge urbaine. Les non résidents interrogés pour les rapports étroits qu’ils entretiennent — le plus souvent dans un cadre professionnel — avec la population du Chemin Vert, le distinguent voire l’opposent à Boulogne-sur-Mer : « ceux du plateau ne descendent pas à la ville », « être du Chemin Vert, ce n’est pas être de Boulogne-sur-Mer » « Ce sont des gens qui restent à part ». Et il est probable que ces propos correspondent à une certaine réalité. Toutefois, pour les résidents rencontrés, le sentiment d’appartenance au quartier n’est pas exclusif, il est au contraire la raison explicite de leur attachement profond à Boulogne-sur-Mer et à leur région : « Etre du quartier, c’est être de Boulogne. On est tous Boulonnais ici. Ma mère est née ici et mon père venait de la vieille ville. J’ai toujours habité à Boulogne » La structuration de l’espace résidentiel des sociétés constitue le support matériel, le cadre principal de la vie quotidienne, à partir duquel se fonde l’idée d’environnement – selon Maresca et Hebel (2006)-. Le cadre de vie fonctionne comme une série d’espaces gigognes centrés sur le lieu d’habitat, le logement, puis le « lieu » — quartier, ville ou commune-, puis le « pays », petite ou grande région-, en sont les principales échelles ». Ces échelles renvoient aux cercles d’appartenance à forte charge identitaire des résidents du Chemin Vert, des cercles qui ne sont pas exclusifs l’un de l’autre, mais tendent à se renforcer à mesure qu’ils se resserrent autour de l’habitat.

15Les contours du Chemin Vert en tant que quartier sont, par ailleurs, relativement abstraits ou imprécis ; et prédomine l’appartenance à un sous-quartier (Transition, Triennal, ou L’Aiglon) : « En fait on est de Transition ou de Triennal, ce n’est pas la même chose, on reste dans son quartier ». S. Manusset et al. (2007) précisent que « la définition des « quartiers » comporte à la fois une dimension géographique qui renvoie à leur localisation dans l’environnement urbain et une dimension sociale et culturelle qui porte en elle la perception du quartier par les résidents eux-mêmes ». Ainsi Transition est-il assimilé à l’unité de référence « quartier », par ses résidents, plus que le Chemin Vert lui-même.

16Les tensions de voisinage entre locataires de logements neufs semblent ainsi faire sens à la lumière de l’origine résidentielle des protagonistes : « Quand ils ont commencé à déménager des familles de Triennal, c’est comme si on avait changé Transition. Les problèmes ont commencé ». « […] Et puis on ne connaissait plus nos voisins et comme ils venaient de Triennal, ce n’était pas la même chose. C’était plus difficile ».

  • 5 Une association de résidents a proposé, à l’occasion de la rénovation, un concours auprès des résid (...)
  • 6 Très peu de faits de violence et d’inquiétudes ont été énoncés. Certains interviewés attribuent cet (...)

17Et les réseaux amicaux sont définis comme internes aux sous-quartiers, forgés par de longues années de voisinage. Ainsi les locataires qui ont toujours résidé à Transition, ou plusieurs décennies durant, le décrivent comme une entité à part entière, distincte et « rayonnante » puisqu’ils lui rattachent par extension les rues adjacentes qui le desservent. Conscients de la stigmatisation sociale dont ils font l’objet, ils survalorisent leur quartier, déplorent sa mauvaise image et, pour certains, jusqu’à son nom : « Transition ne devrait pas s’appeler Transition », « Ce n’est pas un nom pour un quartier ».5 Les liens familiaux et amicaux, l’ambiance de quartier, où les résidents dénoncent des nuisances propres aux habitats collectifs mais peu d’insécurité6, la qualité des services de proximité et l’environnement « exceptionnel » dont il bénéficie sont convoqués tous azimuts pour dépeindre le sous-quartier en termes positifs : « C’est très beau ici. On est bien. Il y a tout sur place, tout près et on connaît bien les voisins, C’est sympa. Je ne voudrais bouger pour rien au monde ! »

  • 7 Il est vrai qu’il y a peu de demandes pour quitter le quartier, ce qui peut être perçu comme un sig (...)

18L’appartenance au quartier (ou plus justement au sous-quartier) est sans conteste un élément identitaire fort qui s’enracine dans une histoire de vie personnelle et familiale marquée par une mobilité géographique très faible (limitée aux divers quartiers de Boulogne-sur-Mer et aux communes voisines), voire inexistante : « Ma famille est venue au bâtiment « L » après la destruction des baraquements de Wimille et ceux de Bon Secours. Toute ma famille réside dans le quartier. On n’a pas bougé. » Seuls les interviewés les plus âgés ont pu bénéficier, au fil de leur carrière professionnelle, d’une mobilité résidentielle ascendante : de Transition à Triennal puis à L’Aiglon. Le chômage croissant et la précarité ont contribué à figer les populations et accru la tendance au repli sur soi7. Les mobilités provoquées par les politiques de logement, pour contrer des problèmes d’incivilité (en déplaçant, à titre d’exemple, des résidents de Transition à Triennal) ou plus récemment pour accompagner la réhabilitation de Transition, sont le plus souvent mal perçues - « on déplace les problèmes, c’est tout ! »-, et la très faible mixité ainsi insufflée clairement désapprouvée : « Dans mon ancien immeuble, c’était animé, les gens se côtoyaient, faisaient la fête tout le temps. Alors que là, les gens se regardent et c’est tout. […] C’est lié aux nouveaux, au brassage. C’est dommage »

19Le sentiment d’appartenance est de toute évidence renforcé par l’omniprésence de l’univers familial, fondé sur une grande proximité spatiale tant intergénérationnelle que collatérale. L’entraide familiale et les visites quotidiennes sont prégnantes. Les relations entre mères et filles, notamment, sont très structurantes, renforcées par des maternités précoces et la nécessité de lutter contre l’isolement et la précarité :

« Tous les jours, elles (mes deux filles) viennent, avec les petits. On joue aux cartes, on discute. Je ne suis jamais seule. A trois heures, elles vont arriver avec les enfants » ; « Ma fille et ma petite-fille viennent tous les jours. ».

20A la lumière des entretiens et des observations menées au sein des foyers, la famille se présente finalement comme un haut lieu de cohésion et d’insertion sociale, de réalisation de soi, un « cadre d’accès à des identités légitimes » certes traditionnel en milieu ouvrier (Schwartz, 1990). Mais c’est aussi bien souvent l’un des seuls qui soit accessible aux résidents rencontrés. Les liens amicaux nourrissent le même sentiment d’appartenance. Peu étendus, ces réseaux amicaux sont toutefois très présents et reposent sur de longues années de voisinage. Jouant un rôle analogue aux liens familiaux, ils survivent aux mobilités résidentielles qu’ils freinent cependant : « J’avais peur de bouger, je ne voulais pas. Je connaissais mes voisins depuis 20 ans. Mes meilleures amies sont à Triennal. On se voit encore beaucoup. Elles viennent à la maison et moi, je vais les voir aussi, mais ce n’est plus pareil, elles ne sont plus à côté comme avant. On vivait ensemble avant. ».

21Quant aux rapports de voisinage, qu’on sait denses en milieu ouvrier, ils se sont affaiblis ces vingt dernières années : « on se visite peu » entre colocataires. Résidents et gardiens imputent le déclin de cette pratique, autrefois coutumière, aux politiques de logement et aux mobilités induites : « Maintenant on ne se connaît plus » ; « On sait ce que l’autre a, mais on ne sait pas qui il est ». Il est possible également que la dégradation sociale du quartier ait entamé la vitalité des relations de voisinage. Et ce d’autant que la consommation comme pratique valorisante de distinction et d’imitation s’est affirmée comme fin en soi, alors même que la population du Chemin Vert se paupérisait.

22La mer première source de revenus au sein de ce quartier, où résidaient des pêcheurs, dockers et de nombreux employés du mareyage et de la transformation des produits de la mer, a cessé progressivement de l’être, sans que d’autres sources d’emploi se substituent à elle. Les relations et notamment les solidarités de travail qui alimentaient la vie de quartier se sont éteintes, accélérant la retraite vers le domicile et la sphère familiale. De nombreuses associations de résidents veillent à animer une forme de vie collective dans le but explicite de « faire sortir les gens de chez eux ». Mais les liens sociaux qu’elles cherchent à tisser sont fragiles, malgré le dynamisme dont elles font preuve, dynamisme matérialisé à travers maintes activités ludiques, sportives ou culturelles et l’ouverture d’une laverie sociale, microprojet réalisé dans le cadre de la réhabilitation de Transition. La laverie est le seul projet « résident » et associatif abouti. Un autre projet d’envergure, la création d’une régie, est mort-né sans que les responsabilités soient clairement établies. Elles questionnent toutefois les modes d’appropriation souhaités et le contrôle que la Mairie et le bailleur entendent exercer.

  • 8 Il est prévu, en effet, que le service locatif travaille en concertation avec ses assistantes socia (...)

23L’enjeu, inhérent à la réhabilitation de Transition et la condition sine qua non de sa durabilité, est sans aucun doute la capacité d’appropriation des résidents. Tous apprécient leurs nouveaux logements, malgré, pour ceux dont le bâtiment délabré a été détruit, quelques réserves initiales voire quelques désagréments (problèmes de construction ou d’aménagement). Selon le bailleur, l’appropriation nécessite des choix avisés en matière d’attribution de logements et surtout un accompagnement social des nouveaux résidents : « Le relogement est un facteur stabilisant donnant grand espoir pour envisager demain Malgré tout demeurent des inquiétudes de devoir vivre dans un environnement proche mais différent. C’est une population très sédentaire. Aller à 50 mètres est déjà un déchirement. C’est pourquoi ce doit être l’objet d’un accompagnement social. Ils ont habité durant de très longues années un logement avec des façons d’habiter et on leur dit qu’il faut les changer ! Ça relève de la mission sociale8 : Les attributions doivent donc se faire en fonction des typologies familiales, du revenu, des souhaits et des relations de voisinage ! »

  • 9 Ainsi certains interviewés, issus des sous-quartiers voisins, avaient déménagé parce que leur état (...)

24Les locataires ont été logés d’office et en priorité dans la nouvelle cité, en habitat collectif, généralement avec vue sur mer, ou en maison individuelle avec jardin. Mais les 130 familles choisies en commission pour « la première vague » de relogement, l’ont été également pour d’autres motifs : sanitaires, adaptation du logement à la taille restreinte du ménage9.

  • 10 Selon le bailleur, un duplex face à la mer T4 coûte 390 euros par mois. « On s’est engagé – ajoute- (...)

25Le changement de logement s’opérait sans hausse de charge, ni de loyer10, et devait bénéficier prioritairement aux résidents du Chemin Vert, que la réhabilitation du quartier ne devait pas chasser : « C’était leur grande crainte de devoir quitter leur quartier, mais on leur a garanti qu’ils resteraient chez eux. » ; « La première inquiétude des gens était d’être chassés. Mais tout le foncier appartient à la ville, c’est un choix de la ville » Les critères d’attribution semblent plutôt figés et la mixité sociale écartée, malgré l’émergence d’une demande croissante provenant d’autres quartiers : « On reçoit des demandes de couples qui travaillent à deux et qui ont des revenus supérieurs à ici. La rénovation attire bien sûr. Le quartier prend du cachet et la vue est imprenable. C’est normal. ».

  • 11 Selon des associations et travailleurs sociaux, impliqués dans un projet de « restitution de parcou (...)

26A l’observation, l’appropriation des lieux est rapide, même si les associations craignaient qu’ils ne soient pas adaptés, faute de concertation préalable et de prise en compte des modes de vie de la population du quartier11. Jardins et vérandas sont investis, personnalisés : « Mon mari est bricoleur, il a fait son atelier dans la véranda qui fait partie de la cuisine. Et moi je me mets souvent dans la véranda pour lire. Quand il fait chaud on peut rester là, c’est très agréable » ; « C’est mieux avec la maison. Mon mari bricole et fait son jardin, ses petites fleurs, il n’y a pas de bonne terre pour les légumes. »

27En revanche, les requêtes des résidents pour clôturer leurs maisons ou améliorer les espaces verts collectifs ne sont pas satisfaites, au nom du respect du projet tel qu’il a été conçu par l’atelier Castro et peut-être des limites imposées à une appropriation sous contrôle :

« Les chiens viennent jusque sur notre paillasson et les papiers volent…. On voulait être chez nous et puis ça aurait fait joli. Mais on n’a pas eu le droit. Pareil il y a des résidents qui ont proposé d’aménager les jardins tout le tour, c’était une bonne idée. Mais ça a été refusé également. »

  • 12 es membres associatifs rappellent à ce sujet que les anciens bâtiments avaient des noms liés à la m (...)

28Le sous-quartier rénové est perçu comme de qualité : « c’est beau », et « agréable à vivre », « près de tout (de la famille, des commerces, administrations, du cimetière où certains se rendent quotidiennement) comme avant », « mais en mieux ». Plus orientés vers la mer, les appartements « avec vue » sont prisés. En revanche, les interviewés se montrent globalement insensibles à l’empreinte maritime qui se manifeste à travers la nouvelle architecture des lieux, à la dénomination des ensembles et immeubles. Aucune référence, y compris au nom du sous-quartier rénové : « la Sirène », n’y est faite au cours des entretiens12. La proximité de la mer et l’exposition des appartements au vent marin ne semblent pas pour le moment générer de nuisances, ni de coûts induits. Les nuisances décrites sont d’un autre ordre, celui du non respect de l’espace privé ou de la collectivité, des cohabitations difficiles et des incivilités.

29L’identité de quartier est au Chemin Vert une référence identitaire structurante qui repose sur divers cercles d’appartenance, de micro-dimensions comme le sous-quartier, les réseaux amicaux et surtout familiaux, et d’autres plus méso, soit l’environnement littoral et maritime boulonnais.

  • 13 Selon Marchand et Weiss, « l’identité sociale positive » renvoie « au succès d’un processus identit (...)

30La réhabilitation du quartier de Transition et de ses dimensions maritimes, bien que partiellement identifiées, est considérée comme très positive, objet de revalorisation sociale pour les résidents – « Tout le monde trouve que c’est beau chez nous ». Celle-ci opère d’autant plus que, jusqu’à présent, seule la famille était source de qualification dans un quartier lourdement stigmatisé socialement. Ainsi l’identité de lieu13 devient une identité positive puisque le quartier remplit désormais les deux fonctions de différenciation nécessaires, à savoir que « Le lieu doit être perçu comme singulier, différent des autres et ses caractéristiques doivent avoir des attributs uniques qui vont contribuer à une bonne estime de soi » et il doit permettre également, ce qui était déjà le cas avant la rénovation, « de créer une cohésion locale autour d’un « Nous » en différenciant les résidents du quartier des autres individus. » (Marchand, Weiss, 2006)

2.2. Une appropriation difficile des dimensions littorales et environnementales

31Le rapport à la mer et au littoral des résidents de la Côte d’Opale, et plus particulièrement du quartier du Chemin Vert, est à première vue très distant. Nombre d’informateurs disent connaître des enfants ou jeunes adultes qui ne sont jamais allés à la plage, ou d’autres, plus âgés, qui se moquent de la vue sur la mer dont ils bénéficient depuis leur fenêtre. Anecdotiques, ces faits sont présentés comme emblématiques de l’absence de lien entre le quartier et son environnement littoral. Mais le rapport à l’environnement maritime est polymorphe et l’on peut concevoir que les standards actuels de valorisation patrimoniale et touristique liés aux aménités littorales soient moins prégnants dans le Nord-Pas-de-Calais et a fortiori au Chemin Vert que dans d’autres régions ou auprès d’autres types de population, familière de ce type de valorisation. Pour autant, l’environnement maritime est bien perçu comme un élément d’identification et de qualification du cadre de vie, et une source d’aménités. Si les résidents ne commentent pas spontanément la vue offerte, une grande partie d’entre eux affirment néanmoins qu’« il ne faudrait pas leur retirer, ça fait partie de notre vie », elle constitue une partie intégrante de leur environnement familier qu’ils qualifient volontiers de « privilégié » ou d’« envié ».

  • 14 Ces problèmes sont importants et expliquent qu’une partie des résidents sortent à peine de chez eux (...)
  • 15 Les informateurs interviewés mettent l’accent sur le fait que les résidents du Chemin Vert ne quitt (...)

32Les aménités sont des « classiques » du littoral : la sortie solitaire au Calvaire des marins, en famille sur les chemins aménagés du bord de mer, avec les enfants aux jardins du front de mer, aux abords du Centre national de la mer (Nausicaa) ou au Portel, les beaux jours à la plage la plus proche, voire à Wimereux : « On marche beaucoup avec ma sœur au bord de la mer. Les gens me disent « tu as de la chance avec la proximité de la mer et je leur dis, en effet, qu’on est en plein dedans ». Quelques-uns descendent également ramasser les moules et les crevettes, ou pêcher — « se faire une digue » disent les rares amateurs. Quant aux « vacances, c’est la plage », excepté pour les personnes âgées ou à mobilité restreinte par de lourds problèmes de santé14. Elle pallie les départs en vacances15 et les activités de loisir, moins familiers ou aux coûts prohibitifs, telles les aménités littorales culturelles et sportives à l’accès plus sélectif (visite de Nausicaa, pratique de la voile…) : « On est allé à Nausicaa une fois oui. Mais quand on descend, c’est pour se promener ou aller à la plage ou aux jardins avec les enfants, c’est tout. Sinon ça coûte cher, on le fait une fois pour voir ».

33Pour les résidents du Chemin Vert, cependant, la mer et le littoral ne se réduisent pas à des éléments paysagers plus ou moins marquants de leur cadre de vie, ou à une source de loisirs plus ou moins sollicitée. Ils ne sont pas considérés pour autant comme milieu naturel à préserver, seul un interviewé y fait référence sans souhaiter développer. La relation à la mer était pour les plus de 50 ans une relation de travail, et elle l’est encore au regard des évènements récents qu’une jeune retraitée associe spontanément à la mer : « On a une bonne image de la mer. La destruction de la Comilog (usine du front de mer) a été vécue ici comme un drame, car c’est un poumon de travail qui disparaissait à nouveau. C’est un site qui a toujours existé et qui faisait partie prenante de la mer, du quartier » Quelle que fût leur profession (pêcheurs, dockers, saisonniers du mareyage ou de la transformation…), les interviewés soulignent la pénibilité de celle-ci : nocturne ou trop matinale, dans des conditions météorologiques difficiles, physiquement éprouvantes… De proches parents ont péri en mer et beaucoup ont perdu leur emploi : « Mon mari et ses deux frères travaillaient aux moules, ils faisaient des vacations. C’est fini tout ça » ; « A cette époque (début des années 1980), même sans ressources, les gens allaient sur le quai et ils trouvaient à s’embaucher occasionnellement comme docker, ou ils faisaient la fin de marché, la revente, ou ils récupéraient un sac de poissons aux petits bateaux. Maintenant ça a disparu. Au niveau de la marée, il y a encore du travail. Mais avant ils apprenaient sur le tas, par exemple pour faire fileteur. Et un bon fileteur gagnait un bon salaire. Maintenant, on demande une formation… »

34La mémoire maritime du quartier n’est pas entretenue, aucun mythe ne la transcende et les métiers de la mer sont peu valorisés :

35« C’était dur et puis c’est loin. Des fois quand je rencontre des anciens (marins-pêcheurs retraités) on en parle. Mais en famille non jamais. C’est fini tout ça. Les jeunes ne connaissent pas » En outre, malgré des perspectives de rémunération attrayantes, la filière halieutique n’attire plus les jeunes, une désaffection qui n’est pas propre au Chemin Vert, mais qui renforce ici le sentiment d’un lien autrefois vital, aujourd’hui distendu, presque oublié, si ce n’est dans une configuration plutôt négative : « Moi mon fils, il est embarqué à la pêche industrielle. Bon ça lui plait. Mais sinon les jeunes, ils n’aiment plus, ils ne pensent même pas d’aller à la mer. » ; « Pour aller en mer aujourd’hui, il faut aller à l’école, avoir un diplôme, et ici les jeunes ils n’ont rien et ne veulent pas retourner à l’école »

2.3. Les effets ambivalents des inégalités sociales sur les inégalités écologiques

36Le lien à la mer n’est pas revitalisé grâce à la montée en légitimité des préoccupations écologiques dans notre société. Les valeurs auxquelles se réfère le quartier sont celles de l’identité, de la solidarité et de la reconnaissance en tant que groupe dans un territoire. Les références à l’identité et à la solidarité s’expriment dans le souhait d’un relogement sur place. Chaque sous-quartier du Chemin Vert (Transition, Triennal, Aiglon) constitue un territoire à part, avec une hiérarchie implicite entre eux. Les résidents, aux prises avec des difficultés socio-économiques importantes et propres à favoriser un certain repli sur des sphères privées, manifestent globalement peu d’intérêt pour l’environnement littoral et marin.

37Plus largement, leurs préoccupations restent étrangères aux questions d’ordre écologique. Ils peuvent être amenés à lire quelques articles sur le sujet, parmi d’autres plus prisés de la Semaine Boulonnaise. Mais les médias consultés (télévision) et les jeux familiaux (cartes, mots croisés…) auxquels ils s’adonnent sollicitent peu les canaux d’information disponibles en la matière. Sur le plan des pratiques, l’instauration du tri sélectif dans les nouvelles résidences représente une petite révolution culturelle à laquelle les résidents, accompagnés par les associations, se sont facilement pliés :

38« On les voit bien quand même trier les poubelles. C’est important car ça sert à refaire des choses, c’est bien. ça. » Subsistent quelques problèmes imputables à la division des tâches pré-existantes, telles les poubelles déposées au pied de conteneurs inaccessibles aux enfants chargés de les jeter avant d’aller à l’école : « Résultat ça s’entasse par terre à l’heure de l’école et après les chiens déchirent les sacs et ça fait sale. Il faut que les habitudes changent ».

39La maîtrise des dépenses de chauffage, collectif, est une autre petite révolution pour celles et ceux qui vivaient jusqu’à leur récent déménagement dans de vieux appartements qu’ils chauffaient individuellement. Mais la maîtrise des coûts a un caractère plus concret et immédiat que l’enjeu écologique qu’elle sert, à savoir la lutte contre le gaspillage énergétique. Ils sont tous deux dissociés dans les propos et les manières de penser, où ne subsiste, dans les nombreux entretiens (de résidents ou d’informateurs) où elle est abordée, que la question des charges à supporter.

40Pourtant au gré des entretiens, quelques personnes, impliquées dans des associations dont l’objectif manifeste est d’améliorer le cadre de vie et le quotidien des résidents, se sont montrées plus sensibles aux enjeux environnementaux. Leurs discours imprécis témoignent d’un niveau de connaissance assez modeste en la matière. Mais leur intérêt semble grand, nourri par une motivation principale : les implications concrètes pour « les enfants », leurs enfants et ceux des générations à venir : « A voir ce qui va se passer pour les enfants. Ça fait peur pour eux. » ; « Il faut réfléchir à ce qu’on va laisser à nos enfants plus tard. C’est quand même notre responsabilité ».

41Les problèmes environnementaux décrits le sont à travers le prisme du quartier : les incivilités, le « manque de respect », la dégradation des arbres, la détérioration des poubelles sont autant d’aspects cités pour leurs méfaits sur l’environnement, parce qu’observés et subis. L’environnement, c’est comme le quartier finalement : « on y vit bien, si on le respecte ». Les problèmes sont le plus souvent le fait d’enfants, parfois d’adultes de tous âges : des plus jeunes avec « leurs boosters, ils ont des quads, des mobylettes qui ne cessent de passer et de repasser » aux plus vieux qui laissent les chiens salir les trottoirs et les entrées des maisons voisines. La responsabilité incombe à « ceux qui laissent faire » — « Tout le monde regarde et personne ne dit rien » — par crainte des représailles ou par manque de discernement. Les problèmes perçus comme le produit d’un agrégat de comportements individuels, irrespectueux du quartier et par extension de l’environnement, ne sont pas insolubles puisqu’ils relèveraient de la responsabilisation de chacun. L’engagement individuel de ces interviewés puise sa raison d’être dans l’appropriation et le sentiment d’appartenance. Ils sont responsables de « leur » environnement comme ils le sont de « leur » quartier : « C’est chez nous et il faut y faire attention pour ne pas tout gâcher. On a un beau quartier et vous avez vu la mer d’ici, c’est beau non ? C’est à nous aussi, la vue, la plage et tout. Alors c’est à nous aussi d’y faire attention. Sinon on n’a plus rien finalement »

42Les inégalités sociales que subissent les résidents sont marquées et conscientes, mais sans faire l’objet de protestations. Les inégalités écologiques, quant à elles, ne sont pas vécues comme telles, notamment parce qu’ils ont le sentiment de bénéficier d’un cadre de vie privilégié bien qu’habituel. Ce sentiment est renforcé par la valorisation nouvelle et croissante de leur habitat, dont ils bénéficient au quotidien, et plus largement du quartier auquel ils sont profondément attachés, une valorisation qui n’est plus seulement interne et opère désormais hors de ses frontières (demandes externes de logements, discours gratifiants sur la vue depuis Transition…). Peu conscientes, ces inégalités, atténuées par le processus de rénovation urbaine, demeurent pourtant observables à travers deux dimensions qui interrogent :

  • L’accès très limité aux aménités autres que paysagères liées à la mer, inaccessibles de par le coût induit ;

  • une méconnaissance des enjeux environnementaux littoraux, y compris locaux, et des politiques associées.

43Et comment pourrait-il en être autrement ? Les modalités d’accès aux aménités littorales et à l’écologie demeurent ségrégatives, au point d’écarter ceux qui, de par leurs usages passés ou leur proximité spatiale, ont nourri un sentiment d’appartenance au littoral. Un sentiment propre à développer, s’il était légitimé, une auto-responsabilisation vertueuse à l’égard de lieux qu’ils pourraient considérer alors comme « leur environnement » ou mieux encore celui de leurs enfants.

Conclusion

44Les réflexions développées dans ce chapitre contribuent à rapprocher les préoccupations sociales et écologiques qui, généralement, s’ignorent mutuellement selon le propos de J. Theys (2007). J. Theys (2002, 2007) a abordé indirectement la thématique des inégalités écologiques, à partir des politiques de remédiation de ces inégalités (politiques locales de développement durable). Ce faisant, il porte un regard assez critique sur ces politiques dans la mesure où elles tendent à se focaliser sur des mesures de conservation de l’environnement ; un environnement dont ne bénéficient pas les populations les plus défavorisées. L’une des hypothèses généralement formulée considère que cela est toutefois différent sur le littoral car le libre accès à la mer, à l’estran, aux plages, aux sentiers littoraux et aux espaces protégés ouverts gratuitement au public et qui appartiennent notamment au Conservatoire du Littoral et aux Départements permettent à ces populations d’y accéder. Ces éléments offrent ainsi la possibilité à tout à chacun de profiter d’aménités littorales telles que les paysages et la pratique de la pêche à pied. Les résultats présentés dans cet article montrent la difficulté à établir une relation aussi directe entre, d’une part, la mise à disposition d’aménités littorales par des politiques publiques ou la construction d’espaces urbains valorisant ces aménités et, d’autre part, les usages et les modalités d’appropriation de l’espace par les populations urbaines socialement défavorisées. La réflexion proposée dans cet article, à partir d’une double approche géographique et sociologique sur les inégalités écologiques et les inégalités sociales analysées dans un territoire littoral (quartier de relégation de la ville de Boulogne-sur-Mer concerné par une intervention publique le Chemin vert) conduit à un certain nombre de remarques et ouvre une série de pistes de réflexion sur le thème de la valeur. La dimension environnementale du cadre de vie des habitants est plus une valeur identifiée par les acteurs extérieurs au quartier de relégation (urbanistes, architectes, responsables de l’ingénierie du développement urbain) que par les habitants eux-mêmes. Le regard porté de l’extérieur, qui souligne le potentiel du site en terme de valorisation des aménités littorales, contraste avec le faible degré de perception de cet atout chez les habitants. Certes, les difficultés sociales vécues passent au premier plan et ne peuvent permettre de se contenter d’un paysage rare pour dépasser les difficultés du quotidien. Par contre, la valeur d’usage de l’environnement maritime proche est réelle et s’exprime à travers différentes pratiques qui amènent les habitants à profiter des aménités du milieu (baignade, pêche, ramassage de coquillages…).

45Les acteurs extérieurs de la transformation urbaine du quartier dans le cadre du projet ANRU reprennent facilement à leur compte ce thème de la valeur environnementale, ici le site littoral et maritime, pour développer un concept appliqué à leur intervention : la « maritimité ». L’action de l’urbaniste cherche à faire sens par rapport à son territoire d’intervention. Mais la traduction opérationnelle du concept possède des limites lorsque les habitants eux-mêmes semblent peu sensibles à la valeur à laquelle il se réfère. Si les habitants ne se reconnaissent pas directement dans le concept de « maritimité », l’intervention publique massive et qualitative crée un syndrome paradoxal auprès de certains qui se demandent s’ils sont « dignes de ces nouveaux logements » : exclus, vivant dans la pauvreté ou à ses confins, ils expriment un doute soudain, celui d’être des privilégiés : « et si on ne le méritait pas ? »

46La question de l’environnement comme valeur sociale, et non simplement comme aménité, représente certainement une piste intéressante dans l’analyse de la question des inégalités écologiques. Si les habitants, quoique usagers du milieu maritime, ne se reconnaissent pas forcément dans la « maritimité », les associations peuvent réaliser un travail considérable en révélant aux habitants la représentation de la valeur sociale objective ou subjective de l’environnement, sa richesse, et en leur redonnant la fierté de leur territoire, donc de ce qu’ils sont.

Encadré 5 : Méthodologie de l’enquête sociologique en vue d’analyser le rapport à l’environnement littoral et les formes de mobilisation environnementale dans le quartier du Chemin Vert (Boulogne sur Mer) (Valérie Deldrève, 2006-2008)

Les travaux de sociologie sur le Chemin Vert (août 2007-septembre 2008) ont consisté en la réalisation d’une enquête qualitative pour appréhender les rapports des habitants à l’environnement littoral. La mise en œuvre d’une étude sociologique conjointement à l’étude géographique du quartier du Chemin Vert doit permettre d’approfondir l’identification des liens entre inégalités écologiques et inégalités sociales et de donner sens, ou non, aux objectifs des projets de renouvellement urbain mis en œuvre dans le quartier depuis 2004. Quels rapports entretiennent les habitants de ce quartier avec le littoral ou la mer ? Dans cette perspective, une méthodologie quantitative, appliquée en vue de mesurer les inégalités écologiques, s’avérait inadaptée. Il ne s’agissait pas, en effet, d’évaluer, mais d’explorer ces rapports (en termes de pratiques et de représentations), en évitant de provoquer par des questions portant directement sur le sujet un « sur-dimensionnement » de la relation des résidents à leur environnement littoral (ce qui excluait l’emploi d’un questionnaire ciblé sur les usages et représentations de l’environnement littoral et marin). S’ajoutait, en outre, la difficulté de passer un questionnaire auprès d’une population aux conditions de vie précaires et peu mobilisable dans le cadre d’une enquête aussi formelle et ostensiblement portée sur l’environnement (taux élevé de refus et de non réponse). Ainsi l’enquête qualitative représente une option forte, axée sur l’environnement tel qu’il est vécu par les résidents de ce quartier littoral (et non tel qu’il a été défini dans le cadre de cette recherche ou dans celui du projet de rénovation urbaine). Ont été réalisés à cet effet une vingtaine d’observations des usages du rivage boulonnais, ou encore des rassemblements associatifs du quartier, et vingt-six entretiens semi-directifs auprès de résidents et de quelques informateurs privilégiés (bailleurs, personnels de la mairie, travailleurs sociaux) Plusieurs guides d’entretien ont été utilisés selon qu’ils s’adressaient aux résidents ou à des informateurs. Le principal d’entre eux (guide d’entretien résidents) figure ci-dessous
La sous-population ainsi touchée n’est pas statistiquement représentative du quartier du Chemin Vert, mais elle est toutefois diversifiée en fonction de l’âge, du genre, du type de ménage et du sous-quartier ou sous-ensemble d’appartenance. La moitié d’entre-elle est locataire, depuis moins d’un an, de logements sociaux neufs, produits phare de la réhabilitation de Transition. Sans être l’objet premier de notre recherche, cette réhabilitation était incontournable in situ, idoine pour investir des thématiques telles que l’appropriation des lieux ou la sensibilité des résidents à la valorisation de la dimension maritime du quartier. Les résultats de cette enquête apportent d’une part des enseignements sur les usages associés à l’environnement immédiat des résidents et sur la valeur qu’ils lui confèrent, des enseignements qui interrogent les formes constitutives de l’inégalités écologique ainsi que leur lien avec les autres formes d’inégalités sociales.
Guide d’entretien « résidents » :
Les questions préalables à l’enquête sont les suivantes :
- Qui sont les résidents (caractéristiques socio-démographiques) ?
- Comment caractériser le Chemin vert et le Touquet du point de vue environnemental et urbain ?
Les questions d’identification recouvrent les données suivantes (variables explicatives potentielles) : Lieu de résidence exact, si possible budget logement et revenus mensuels du foyer ? Statut (propriétaire ou locataire) ? Statut marital et nombre de personnes dans le foyer ? Profession ? Lieu de naissance ? Année ? Niveau de diplôme ? Idem conjoint (e) ? Si possible :
Idem père et mère ? Idem enfants adultes hors du foyer ?
Autres questions personnelles inhérentes à l’objet d’étude :
- Où travaillent-ils (s’ils travaillent) ? Entreprise et site ?
- Où les enfants sont-ils scolarisés ?
- Font-ils partie d’associations, lesquelles ? objet, genèse de l’engagement, motivation et rôle
- Partent-ils en vacances ? Où (pourquoi ?) et avec quelle fréquence ou régularité ?
- Quels emplois du temps, loisirs ?
Le guide d’entretien doit permettre de répondre (à travers un ensemble d’indicateurs) aux questions suivantes, des questions qui englobent le rapport au littoral dans d’autres dimensions, comme celle du cadre de vue et de la sociabilité.
- A propos du « cadre de vie »
Comment définissent-ils leur environnement, ou cadre de vie ? Quels qualificatifs emploient-ils ? Quelle référence dans leurs propos à la mer et au littoral (en quels termes ?), ou au quartier et à la ville ?
De quelles nuisances souffrent-ils (pollutions sonores, olfactives, visuelles et sources) ; de quels avantages bénéficient-ils ? En quels termes l’expriment-ils ? Et les hiérarchisent-ils ?
Leurs aspirations en terme de cadre de vie ? Qu’est-ce qu’un « beau » cadre de vie selon eux ?
Est-ce que le littoral est « agréable » (ou autre qualificatif), la mer ?
Le littoral
Quels usages ont-ils du littoral : professionnels, de loisirs (lesquels), à quelle fréquence ? De même pour les enfants ? Y-a-t-il un mode de vie littoral ?
Quelles perceptions ont-ils du littoral et de la mer et quels modes de connaissance (types et canaux) ?
Connaissent-ils l’Ifremer, la station maritime de Wimereux, Nausicaa ou Maréis ?
Existe-t-il une mémoire familiale, collective liée à la mer et au littoral (familles de marins-pêcheurs, d’ouvriers de Capécure…) ? Si oui quelle image de la mer véhicule-t-elle ?
- Le quartier, l’habitat
En quels termes parlent-ils de leur lieu de résidence ? Quelle est leur mobilité résidentielle éventuelle intra-et intergénérationnelle ? Les facteurs de résidence (relevant du choix et du non choix, les justifications) ? Leurs projets éventuels de mobilité résidentielle, géographique ? Leurs aspirations en la matière (où aimeraient-ils résider ?) ? Qu’est-ce qui prime dans leurs choix ou aspirations : les rapports familiaux, de voisinage (comment se caractérisent-ils ?), la proximité d’un lieu de travail, l’appartenance au littoral, l’accès à la mer ?
En quels termes parlent-ils du Chemin de vert (« leurs quartiers ?…. »), quels qualificatifs ? Et de Boulogne ? de la Côte d’Opale, de la Région ?
Ont-ils entendu parler (ou fait l’objet ?) du programme de réhabilitation du quartier (pour le Chemin Vert) et quels aspects citent-ils ? Qu’en pensent-ils ?
- Sensibilité écologique
Se montrent-ils sensibles aux questions environnementales en général, littorales, et locales ? Comment ? (par exemple : font-ils le tri sélectif (s’il y est) et pourquoi ?)
Quels modes de connaissance (empirique, scientifique…) ont-ils des questions environnementales, types et canaux (pratiques, médias …) ?
Quelles actions ou mobilisations éventuelles ?
Dénoncent-ils des problèmes associés ou non à leur lieu de vie ? Au nom de quel statut, en quels termes, des problèmes sociaux ou environnementaux (à propos notamment de la raréfaction des ressources, de l’appauvrissement de la biodiversité) ? Connaissent-ils les mesures de prévention, ou de préservation de l’environnement, qu’en pensent-ils ?
Connaissent-ils les gestionnaires de l’environnement littoral et marin ? Degré de confiance et respect de la réglementation ?
Plus largement rapport au politique, à l’administration et aux scientifiques ?

Notes

1 Deboudt Ph., Deldrève V., Houillon V., Paris D., 2008, Inégalités écologiques, inégalités sociales et territoires littoraux : l’exemple du quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer (France), Espace Populations Sociétés, n° 1, pp. 173-190. Leleu S., Journieux P., Jocteur-Monrozier A., Panayoty M., Polonceaux A., 2007, Environnement littoral et quartiers de relégation des marges urbaines : mutations, usages et projets ; l’exemple du quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer, Rapport d’atelier de Master AUDT ENVAR 1ère année, dir. V. Houillon et Ph. Deboudt, Université de Lille 1, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Lille, 152 p.

2 Loi du 24 novembre 1996 relative à la mise en œuvre du pacte de relance pour la ville : article 2.

3 Le quartier du Chemin Vert est composé de trois sous-quartiers : Transition, Triennal et Aiglon.

4 ZFU : Zone Franche Urbaine. Définies pour la première fois en 1996 pour favoriser l’emploi. Les entreprises qui s’y installent bénéficient d’exonérations fiscales.

5 Une association de résidents a proposé, à l’occasion de la rénovation, un concours auprès des résidents pour trouver un nouveau nom pour Transition et de dessins associés auprès des plus jeunes. Mais le projet n’a pas été retenu par la Mairie.

6 Très peu de faits de violence et d’inquiétudes ont été énoncés. Certains interviewés attribuent cette situation peu conforme à celle qu’on prête aux « grands ensembles » à la vitalité du monde associatif. Le bailleur, quant à lui, met l’accent sur les rôles de proximité pour gérer les problèmes potentiels et les nuisances quotidiennes. Le gardien, originaire du quartier et connu de tous, remplit le plus important de ces rôles. Par ailleurs, le bailleur a créé ils a deux ans un service avec 2 correspondants de nuit (18h-1heure) : « c’est pour occuper l’espace quand les services publics sont absents, pour qu’il y ait des référents disponibles en plus des services d’astreintes, car la vie est importante, mais pas très saine à ces heures là. Ce n’est pas trop grave, des gamins un peu trop turbulents, le dialogue suffit en général »

7 Il est vrai qu’il y a peu de demandes pour quitter le quartier, ce qui peut être perçu comme un signe d’attachement ou de repli sur l’univers domicilié. Aujourd’hui la volonté de trouver un emploi se heurte à l’idée de la mobilité induite : « Avec la rénovation, une entreprise qui travaille sur le quartier embauche des gens du quartier. Et ça se passe très bien. Ils veulent trouver un emploi, mais sans bouger ». Il faut ajouter, cependant, que l’absence de mobilité réduite peut être imputable à un autre facteur : il y a peu très d’autres offres de logement social à Boulogne, comme dans les autres villes voisines. Le parc saturé ne suscite, par conséquent, que peu de demandes.

8 Il est prévu, en effet, que le service locatif travaille en concertation avec ses assistantes sociales, ainsi qu’avec celles de la CAF et le CCAS. Le travail en commun s’avère, cependant, parfois difficile selon certaines d’entre elles, entre structures de logiques et objectifs différents.

9 Ainsi certains interviewés, issus des sous-quartiers voisins, avaient déménagé parce que leur état de santé ne leur permettait plus de résider au 3e étage d’un immeuble vieillissant, ou parce que, suite au départ des enfants, ils demandaient un logement de taille inférieure, plus conforme à la compisition nouvelle de leur ménage.

10 Selon le bailleur, un duplex face à la mer T4 coûte 390 euros par mois. « On s’est engagé – ajoute-t-il – à ce que le taux d’effort mis dans le logement ne dépasse pas 30 % (des ressources du ménage). On a signé une charte de relogement avec la Mairie, l’Etat, l’ANRU, les associations de résidents, où on s’engage à ce que le taux d’effort soit entre 25 et 30 %. Pour 95 % des familles ça marche. Mais on ne voulait pas le mettre comme critère impératif car les gens qui veulent faire un sacrifice personnel pour rester là, bénéficier d’un beau logement, comme des personnes âgées qui ont peu d’autres dépenses, se trouveraient exclues. Ce n’est pas toujours possible, mais on essaie de garder un espace de discussion. »

11 Selon des associations et travailleurs sociaux, impliqués dans un projet de « restitution de parcours de relogement » (en vue d’améliorer les prochains habitats et les services inhérents), les nouveaux logements ne sont pas adaptés au mode de vie des résidents. A titre d’exemple, ils citent la hauteur des carreaux dont l’entretien nécessite le recours à une entreprise, ou encore la cuisine américaine trop petite pour abriter les femmes qui « vivent à la cuisine » et « reçoivent au salon ».

12 es membres associatifs rappellent à ce sujet que les anciens bâtiments avaient des noms liés à la mer, mais ne disent pas qu’il en est de même pour les nouveaux.

13 Selon Marchand et Weiss, « l’identité sociale positive » renvoie « au succès d’un processus identitaire en relation avec un groupe de référence, de même que « l’identité de lieu positive » renvoie au succès d’un processus identitaire en relation avec un lieu. ».

14 Ces problèmes sont importants et expliquent qu’une partie des résidents sortent à peine de chez eux (dépression, obésité….). « La problématique de santé est importante dans le quartier – rappelait le Directeur du GIP —. Les indicateurs sont toujours dans le rouge pour trois quartiers du Nord-Pas-de-Calais. Ici c’est un site sympa, avec une architecture qui s’améliore, plus urbaine, une population extra fragile avec des problèmes graves. »

15 Les informateurs interviewés mettent l’accent sur le fait que les résidents du Chemin Vert ne quittent pas leur quartier et ne partent jamais en vacances (de manière autonome), ou alors à quelques kilomètres de leur domicile, sur la Côte. A l’exception d’une dame qui a voyagé plusieurs fois à l’étranger, les résidents rencontrés disent, en effet, soit ne jamais partir en vacances, soit se rendre dans la famille ou chez des amis (afin de restreindre les coûts). Un couple qui partait en camping, avec ses 3 enfants, à 20 kilomètres au sud a cessé de le faire dès lors qu’ils obtenu une maison : « on n’en a plus l’utilité maintenant qu’on n’est plus enfermés dans un appart » Des associations et travailleurs sociaux organisent régulièrement des vacances en montagne ou à la mer. Selon eux, les résidents qui y participent seraient trop démunis pour partir de manière autonome. Ces derniers semblent, en effet, apprécier l’organisation et le collectif, mais insistent sur le fait qu’ils ne pourraient assumer seuls financièrement le voyage.

Table des illustrations

Titre Figure 24 : Le quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer. Localisation, insertion dans l’espace urbain boulonnais et relations avec l’environnement littoral
Crédits D’après Leleu et al., 2007
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-1.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Figure 25 : Inégalités sociales, la ZUS du Chemin vert en perspective (Population de la ZUS : 7 006 habitants ; Superficie de la ZUS : 45 ha)
Crédits Sources INSEE RP 1999/DGI 2004 (données fiscales)/Ministère de l’Intérieur (2005) Ministère de l’Education Nationale (2004) http://sig.ville.gouv.fr/​
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-2.jpg
Fichier image/, 352k
Titre Figure 26 : Revenus fiscaux (médiane) dans l’agglomération de Boulogne-sur-Mer.
Crédits INSEE, IRIS, 2002
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-3.jpg
Fichier image/, 288k
Titre Figure 27 : Médiane des revenus en euros dans l’agglomération de Boulogne-sur-Mer (unité de consommation 2002)
Crédits Réalisation : Vincent Houillon ; source : INSEE
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-4.jpg
Fichier image/, 516k
Titre Photos 24 : Photographies aériennes obliques du quartier du Chemin Vert (Boulogne-sur-Mer) (NAI, décembre 2006)
Légende Transition, Triennal et Aiglon. La colonne de la Grande Armée à l’arrière plan. (NAI, décembre 2006)
Crédits © Philippe Deboudt, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-5.jpg
Fichier image/, 792k
Légende Vue vers le nord. Au premier plan, le quartier du Chemin Vert. A l’arrière plan, le littoral de la Côte d’Opale et la station balnéaire de Wimereux. (NAI, mai 2007)
Crédits © Philippe Deboudt, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-6.jpg
Fichier image/, 516k
Légende Le Chemin Vert, photographie aérienne oblique. Vue de la plage de Boulogne-sur-Mer (premier plan) vers l’est. (NAI, mai 2007)
Crédits © Philippe Deboudt, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-7.jpg
Fichier image/, 748k
Légende Le Chemin Vert, photographie aérienne oblique. Vue vers le port de Boulogne-sur-Mer et la Manche (sud-ouest) (NAI, mai 2007)
Crédits © Philippe Deboudt, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-8.jpg
Fichier image/, 592k
Titre Figure 28 : La Tour « O » et projet de réhabilitation.
Crédits Source : Leleu et al., 2007 et http://www.castrodenissof.com
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-9.jpg
Fichier image/, 436k
Titre Photos 25 : Les nouveaux logements du quartier du Chemin Vert
Légende L’intérieur d’un îlot ; vue des immeubles.
Crédits Source : Leleu et al., 2007
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-10.jpg
Fichier image/, 496k
Légende Les nouveaux logements vus de la rue du Sandettie.
Crédits Source : Leleu et al., 2007
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-11.jpg
Fichier image/, 348k
Légende Vue de l’intérieur d’un jardin d’hiver ; appartement en duplex type IV.
Crédits Source : Leleu et al., 2007
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-12.jpg
Fichier image/, 420k
Titre Figure 29 : Les noms des bâtiments à connotation maritime dans le secteur de Transition.
Crédits Source : BOURDAIS V. (dir.), Le Chemin vers…, Boulogne-sur-Mer, le 27 mars 1997
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15070/img-13.jpg
Fichier image/, 602k

Auteurs

Maître de Conférences en Géographie, Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société (TVES), Université Lille 1 Sciences et Technologies & Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société Lille Nord de France USR 3185 CNRS (accueil en délégation)

Chargée de recherches en Sociologie, Unité Aménités et Dynamiques des Espaces Ruraux, CEMAGREF, Bordeaux

Maître de Conférences en Géographie, Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société (TVES), Université Lille 1 Sciences et Technologies

Professeur des Universités en Aménagement et Urbanisme, Directeur du Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société (TVES), Université Lille 1 Sciences et Technologies

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540