Version classiqueVersion mobile

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Partie 2. Approche des inégalités écologiques dans les territoires littoraux. Études de cas en Côte d'Opale et dans la rade de Marseille

Chapitre 5. L’aménagement des plages du Prado à Marseille : la construction d’un bien commun

Arlette Hérat

Texte intégral

Introduction

1L’ensemble balnéaire des plages du Prado a été réalisé progressivement à partir du milieu des années soixante-dix. C’est un ensemble de 45 hectares, se déployant sur près de trois kilomètres de littoral et dont la caractéristique principale est d’avoir été conquis sur la mer. Il associe des plages protégées par des digues avec un vaste parc et quelques équipements commerciaux regroupés en un secteur. Seuls, quelques buvettes et postes de secours, viennent ponctuer l’ensemble. Cet espace planifié — au paysage très artificialisé — a tout de suite remporté un grand succès d’usage dans une ville dont l’originalité de la condition urbaine a, cependant, plutôt été décrite à travers l’éloge de ses désordres (Medam, 1995 ; Roncayolo, 1996). Sans conteste, les plages du Prado (Photo 21) représentent aujourd’hui un des espaces publics majeurs de Marseille. Elles figurent d’ailleurs parmi les trois premiers grands aménagements (après le Métro et le TGV) qui, pour les Marseillais, ont amélioré l’image de leur ville (Vergès, 1999).

2Or, la période durant laquelle le projet s’est élaboré (à la charnière des années soixante et soixante-dix) n’a pas encore nommé l’espace public comme une des catégories d’aménagement (Billard, 1988). Ainsi, à mon intérêt pour l’étude d’une situation locale — approfondir la « complexité marseillaise » — s’est ajouté un questionnement plus large sur la manière dont l’aménagement se fonde et se construit dans un contexte donné (sociétal et doctrinal).

  • 1 Impliqués alors en tant qu’architecte-urbaniste, ingénieur, sociologue, paysagiste, dirigeant d’ass (...)

3Nous proposons de faire état de premières investigations autour de la genèse du projet, tout du moins, celle qui conduit à l’inauguration d’une première tranche d’opérations en 1977. L’étude des documents d’archives et le recueil de témoignages auprès des acteurs1 nous poussent à percevoir cet aménagement comme l’aboutissement d’un processus traversé par des enjeux forts. Cet exemple, préfigurant ce que pourrait être une conduite de projet « souple » (Ascher, 2001), se situe cependant dans une période qui ne connaît pas encore de doutes à propos de la rationalité de l’aménagement. La loi d’orientation foncière de 1967 vient tout juste de créer, avec les Zones d’Aménagement Concertées (ZAC), les outils qui paraissent adéquats pour développer des projets d’une telle ambition. Au regard de propos recueillis auprès d’un acteur — les plages du Prado sont un bon exemple pour Marseille, mais pas forcément pour l’aménagement —, nous avons pu apprécier, au contraire, toute l’exemplarité de cette réalisation.

Photo 21 : Parc balnéaire du Prado.

Photo 21 : Parc balnéaire du Prado.

© Claude Paris, 2009

1. Bien plus que des plages

4Observer les plages du Prado revient à embrasser un très vaste espace, où la perception dominante combine mer, sable et pelouses bien vertes. Si ce « vert », exotique en littoral méditerranéen, a été décrié lors de l’inauguration par certains tenants de la culture locale, sa valeur d’usage, par contre, s’est rapidement imposée. Plus, il est devenu la « marque de fabrique » de plages peu ordinaires. Nous verrons plus tard que son arrivée n’était cependant pas programmée…

1.1. Plages et ville intimement liées

5Ces plages sont complètement insérées dans le territoire de la ville et participent de sa faible densité. En effet, la caractéristique de Marseille est d’être tout autant constituée d’espaces urbanisés que d’espaces naturels. Par leur ampleur, et donc la prise de recul qu’elles autorisent, les plages du Prado permettent d’embrasser des fragments importants de la ville et de ses limites marquées par les collines. Ainsi, si l’activité balnéaire autorise un temps de pause, la ville n’est jamais très loin ; elle reste présente dans le paysage. Les plages sont maillées au réseau principal de voirie et connectées aux transports publics. L’avenue qui les borde constitue le prolongement de la Corniche (qui épouse le Littoral depuis le centre-ville) et elles sont reliées au métro par l’avenue du Prado. Ce large boulevard, créé au milieu du XIXe siècle, a préparé, avec la décision d’étendre le port de commerce au nord du Vieux-Port, l’avenir du littoral Sud en faveur des loisirs et du résidentiel. En période estivale, le métro se pare d’ambiance balnéaire (shorts, tongs, serviettes autour du cou, glacières et ballons de foot…) ; ainsi la plage est rendue présente dans la ville.

1.2. Un grain de sable dans le clivage nord/sud de la ville

6Ces bonnes conditions d’accessibilité, comme la présence du parc, en font un des espaces pratiqués le long de l’année, par des habitants venus de tous les quartiers. Face à une ville historiquement centrifuge, où le sentiment d’appartenir à un quartier perdure malgré les évolutions profondes que ces derniers connaissent, les plages sont devenues un lieu partagé à l’échelle de la ville, à l’instar du Vieux-Port ou du Stade Vélodrome. Comme ce dernier, elles sont situées dans les quartiers Sud, quartiers résidentiels « bourgeois »’, qui s’opposent aux quartiers Nord « populaires ».

7Des observations nous révèlent qu’à travers les rythmes d’occupation, et les lieux choisis, un certain partage de l’espace s’établit. Ainsi les habitants des quartiers Sud ont certainement plus de loisirs d’usage en semaine alors que, le week-end, les plages « font le plein » grâce à la fréquentation provenant des autres quartiers de la ville. La fluidité de l’aménagement de l’espace n’a pas empêché la constitution de secteurs bien identifiés, propices aux rendez-vous rituels. Et, au-delà de l’activité balnéaire, ce sont divers loisirs et sports « libres » qui se pratiquent régulièrement (Photos 22). Seule témoigne de clivages anciens, l’anse Nord dans laquelle la base nautique municipale — coupée en deux — vient s’encastrer entre un hôtel haut de gamme et un club nautique privé.

8L’ampleur de cet espace permet la tenue de manifestations exceptionnelles, certaines pouvant restreindre l’accès public. La construction d’un pôle commercial, lors de la réalisation de la deuxième tranche dans les années quatre-vingt-dix, s’était déjà accompagnée de concessions de plages au profit des bars-restaurants. Au côté populaire répond aujourd’hui le côté « people » qui, avec les soirées privées d’été, contribue à dessiner une nouvelle image que Marseille adresse au monde.

9Ainsi, vues de plus près, malgré la forte unité qui se dégage, les plages paraissent comme autant de lieux spécifiques, investis par des catégories diverses de population. Cette mixité sociale est rendue possible à la fois par de bonnes conditions d’accessibilité, l’ampleur de l’espace libre aménagé et la « légèreté » de cet aménagement. Ces deux dernières caractéristiques se trouvent être justement au cœur des bouleversements et des grands débats qui ont agité la construction du projet.

Photos 22 : Usages balnéaires et sportifs sur les plages et les pelouses.

Photos 22 : Usages balnéaires et sportifs sur les plages et les pelouses.

© Claude Paris, 2009

2. Les mises à l’épreuve du projet

  • 2 Membre de plusieurs sociétés savantes et littéraires, auteur de guides et monographies édités dans (...)

10L’idée d’un projet sur la plage du Prado est ancienne et résulte de la prise de conscience de la fragilité du site. D’une part, exposé plein ouest il subit les vents dominants et la houle, ce qui entraîne une forte érosion. D’autre part, il recueille les rejets captés en amont par l’Huveaune. Sensible au développement des « bains de mer », Alfred Saurel2 proposait de donner une profondeur à la plage, avec la mise en retrait de la voie longeant le littoral, et de la planter avec des tamaris. En 1928, le Plan Directeur de la Région marseillaise confirme la vocation du littoral Sud en zone de loisirs. Gaston Castel, l’architecte en chef du Département, et Jean Ballard évoquaient alors avec passion l’avenir de la plage (Castel et Ballard, 1934). Ils prévoyaient l’installation d’une galerie souterraine afin de rejeter la pollution au large, la création d’un port dans l’anse Nord, l’élargissement de la promenade ainsi que l’organisation de grandes fêtes sur cette nouvelle scène urbaine. Plus tard, Pierre Vago, architecte chargé de nombreux plans de ville à la Reconstruction, aurait proposé un remblaiement sur la mer (sur plus de 100 m de large), sans exutoire cependant prévu pour l’Huveaune (Daher, 1996). Il faudra attendre les années soixante, l’époque où Marseille se pense en tant que future métropole du Sud et où la fonction touristique est mise en avant, pour que le projet de la plage soit réactualisé.

2.1. Urbaniser la rade Sud

11En 1967 des premières études sont lancées portant sur l’urbanisme, l’hydraulique et l’assainissement.

Des grands principes établis…

12Les objectifs initiaux assignés au projet sont les suivants :

  • résoudre la pollution due aux rejets de l’Huveaune et à la saturation du réseau d’assainissement. C’est un préalable à l’aménagement du site qui précipitera la réalisation d’un deuxième émissaire et de la station d’épuration de Marseille ;

  • créer une plage artificielle, conquise sur la mer, permettant de répondre à l’afflux touristique pressenti et à la demande locale. Les déblais des travaux du deuxième émissaire, puis ceux de la construction du métro, serviront d’ailleurs à remblayer le site ;

    • 3 Etudes menées par la SOGREAH et la SGTE.

    protéger la plage des vents dominants et de la houle. Des études très poussées vont déboucher sur un système de digues générant des plages protégées3. Le découpage en alvéoles viendra faciliter la réalisation de l’aménagement par étapes successives ;

    • 4 L’Organisme Régional d’Etudes et d’Aménagement de l’aire Métropolitaine (OREAM) prévoyait que Marse (...)
    • 5 Architecte en Chef des Bâtiments Civils et Palais Nationaux, conseiller technique de l’Etat, maître (...)
    • 6 Représentée sur ce projet par Robert Inglésakis et Guy Daher.

    créer un arrière-pays justifié par la croyance en des perspectives d’accroissement démographique important4 et par le souci de financer l’extension sur la mer. Les études d’urbanisme englobent donc un périmètre très vaste (140 ha) et sont confiées à René Egger5, qui s’associe à une jeune structure, Atelier 96.

  • 7 La circulaire n° 73-05 du 3 Janvier 1973.

13Le projet de l’aménagement de la plage devient, dès ce moment-là, le projet d’urbanisation de la rade Sud : il y est attendu entre 5000 et 10 000 habitants (Figure 22). Mais les esquisses se figent définitivement au début de l’année 1973. La circulaire Guichard7 vient proscrire toute construction sur les concessions à charge d’endigage, à l’exception d’équipements publics liés à la proximité des rivages.

Figure 22 : Conception de l’aménagement des plages par René Egger Atelier 9

Figure 22 : Conception de l’aménagement des plages par René Egger Atelier 9

Paru dans « Marseille Informations » n° 31, mars 1972

… mais une légitimité contestée

  • 8 Seule la ZAC n° 1 sera réalisée en son temps (700 logements et des équipements). Il faudra attendre (...)

14La circulaire vient mettre un coup d’arrêt brutal à toutes les études d’urbanisation du domaine public maritime. Nous ne trouvons trace, ni de tentatives de négociation, ni de contestation de son application. De plus, nous constatons un coup de frein considérable aux opérations programmées sur l’arrière-pays8. Notre hypothèse — étayée par plusieurs témoignages — est qu’il a été d’autant plus facile de renoncer à un tel projet, que sa légitimité était déjà contestée. En effet, si la loi d’orientation foncière de 1967 permet à l’aménagement de se redéployer en faisant une large part au privé, Mai 68 va générer dans son sillage de nouvelles pratiques du débat public. Les questions traitant du cadre de vie vont alors prendre une importance de plus en plus grande dans la société. Les effets sociaux de la spéculation immobilière y sont fortement dénoncés dans le même temps qu’y sont décriées les formes de l’urbanisme moderne. Les méthodes traditionnelles de l’aménagement sont progressivement « bousculées » (Marié, 1989).

  • 9 Maire de Marseille de 1953 à 1986, date de son décès.
  • 10 Aux socialistes la gestion des hommes, au centre et à la droite modérée celle des travaux.

15À Marseille, le projet des plages initie de nouvelles méthodes de travail au sein de la municipalité et, au-delà, une immixtion progressive du politique dans les questions urbaines. Gaston Deferre9 y exercera une influence personnelle forte, malgré la répartition des délégations municipales qui était admise jusque-là, entre les socialistes et leurs alliés10. Le dossier est piloté par le Secrétariat Général à l’Expansion (SGE, créé en 1971) et bénéficie d’un outil technique, l’Agence d’Urbanisme (AGAM créée en 1969). Pour la première fois, la concertation va sortir du strict dialogue Mairie/Comité d’Intérêt de Quartier. Elle va s’adresser à des associations d’éducation populaire et sportive, mobiliser des méthodes sociologiques et ainsi contribuer peu à peu à faire sortir les enjeux du projet d’un simple cadre local, même si la pression des résidents des quartiers bourgeois surplombant le site n’est pas évacuée pour autant. Ces derniers trouvent même, à ce moment-là, une « alliance objective » avec les opposants à l’urbanisation des terres remblayées.

  • 11 Justifiées par la nécessité de rentabiliser des fondations sur pieux, imposées par le sol remblayé.

16Plusieurs points de tension vont en effet apparaître à l’occasion de ces échanges : le caractère public des plages, la densité construite, la construction de tours11, l’impact des voies… Des lignes de fracture apparaissent y compris parmi les concepteurs. Certains acteurs vont jusqu’à proposer un espace remblayé à vocation exclusive de loisirs. C’est pourquoi, en 1973, lorsque la circulaire Guichard est publiée, il paraît évident que le projet d’urbanisation de la rade Sud ne peut plus être d’actualité.

2.2. Équiper pour animer l’espace

17En ce début d’année 1973, un nouveau projet à vocation de loisirs est alors décidé. Il concerne une première tranche allant de l’anse Nord jusqu’à l’Huveaune (Figure 23). Les études techniques concernant le système de digues ayant, quant à elles, été confortées, il s’agit de définir une programmation précise des équipements et de donner forme aux 20 hectares conquis sur la mer.

Figure 23 : Conception de l’aménagement de la première tranche par René Egger Atelier 9

Figure 23 : Conception de l’aménagement de la première tranche par René Egger Atelier 9

Paru dans « Marseille Informations » n° 74, mai 1976

  • 12 Cette orientation ne s’est que partiellement concrétisée aujourd’hui.

18Les études urbaines prennent en compte un périmètre bien plus vaste, mais cette fois-ci, ce dernier n’est plus pensé en termes de potentiel d’urbanisation. Est privilégiée la mise en liens d’espaces de loisirs offrant une diversité d’usages tels que le Parc Valmer (colline du Roucas-Blanc), le parc Borély et le champ de courses (face aux plages), la Campagne Pastré (au pied des collines de Marseilleveyre), le massif des calanques ainsi que les îles du Frioul (où une ZAC à vocation touristique est lancée)12. Mais c’est à une autre échelle que les débats vont se référer : celle de la ville tout entière.

Une plage pour tous les Marseillais

  • 13 Gaston Deferre sera particulièrement à l’écoute de ces résultats qui lui seront présentés directeme (...)

19Tandis que, lors de la phase précédente, les échanges étaient organisés essentiellement à partir de la production des urbanistes, ingénieurs et économistes, le rôle des professionnels issus des sciences humaines ainsi que celui des acteurs sociaux va se renforcer. À côté d’études urbaines et techniques, de maquettes, d’essais en soufflerie, de sondages de sols etc. vont prendre place des enquêtes auprès des usagers futurs ainsi que des consultations poussées auprès d’associations. Ces méthodes vont éclairer les débats qui se focalisent alors sur les destinataires des plages. En effet, l’abandon du programme immobilier n’a pas pour autant évacué les questionnements sur le financement des investissements publics ni ceux, plus larges, sur la destination des équipements. D’un côté, les enquêtes menées auprès de la population vont mettre en exergue le désir immense (d’aller se baigner) et rendre compte du clivage spatial vécu par les habitants des quartiers Nord13. De l’autre, les associations — pressenties pour être les futurs gestionnaires des équipements — vont user de leur pouvoir d’influence au sein de la concertation. C’est ainsi que le libre accès de tous les Marseillais aux plages va s’imposer à l’issue d’affrontements vifs. Cette décision se fera, cette fois-ci, à l’encontre des positions des groupes de pression locaux qui craignent une vocation ouverte et populaire du site.

Offre d’animation et conception de l’espace : une réflexion liée

  • 14 Quatre références ont été citées : l’aménagement de la côte aquitaine (René Porte, chargé par le BE (...)
  • 15 A travers une collaboration fructueuse entre Atelier 9, le service municipal chargé des espaces ver (...)

20D’autres clivages, relatifs à l’aménagement de l’espace proprement dit, voient le jour. Au cœur des débats : faut-il préserver une offre de loisirs libres, ou bien ceux-ci doivent-ils être complètement encadrés ? En cette période, où la société de loisirs se met en place, il y a encore peu d’exemples permettant de penser l’aménagement d’espaces urbains aussi vastes14. Dans la lignée traditionnelle du monde de l’éducation populaire, la vocation didactique de tout aménagement doit être privilégiée, ainsi que le principe d’une animation permanente et spécifique selon les tranches d’âge. Cette vision s’affronte aux tenants d’activités spontanées, parmi lesquels on retrouve aussi des militants associatifs. Ces acteurs rejoignent l’aspiration des concepteurs à s’éloigner d’un modèle spatial basé sur la fonctionnalité. Les principes conceptuels privilégient alors une démarche environnementale, dans laquelle le confort de l’usager et la pérennité des aménagements et plantations sont au cœur du projet. L’espace non construit bénéficie à partir de ce moment-là de grandes attentions15. Le Plan des activités dominantes, proposé en 1977, révèle le « compromis » obtenu. Il prend appui sur l’opportunité de développer la base nautique municipale existante, déterminant ainsi la vocation de l’anse Nord. Outre la base nautique, un centre de plongée et une piscine y sont prévus. Un pôle urbain est pensé dans l’axe de l’avenue du Prado et aboutit à un embarcadère à destination des îles du Frioul. Il est constitué de cafés, restaurants, boutiques et même d’une patinoire. Enfin, en arrière des plages et reliant les deux pôles, un vaste espace polyvalent est décidé. Il témoigne de la place accordée aux activités spontanées ; il se présente cependant comme un jardin architecturé (mouvements de terres et essences indigènes).

21Pendant ce temps, les travaux d’infrastructure avancent : déplacement du pont de l’Huveaune et construction du deuxième émissaire dès 1974, travaux maritimes et remblaiement à partir de 1975. Ainsi, au printemps 1977, les plages sont visibles, parées de leur « grain de riz » caractéristique. Gaston Deferre décide alors de l’inauguration de deux premières plages dès l’été prochain. Notons que nous sommes dans une époque politique intense : les élections municipales de 1977 consacrent la rupture de l’alliance avec la droite modérée et l’hypothèse que l’Union de la Gauche gagne les prochaines élections législatives de 1978 paraît plausible. Des urgences apparaissent…

3. L’inauguration : la révélation d’un espace public

22Le service municipal des espaces verts est chargé d’aménager le site de manière transitoire afin de permettre un accès aisé aux plages. Cette réalisation a vocation à durer quelques années : il s’agit d’attendre que les terres remblayées se stabilisent avant de construire. A cela, s’ajoute le fait que le financement des équipements n’est toujours pas acquis. Au lieu de mettre un point final aux débats précédents, en ménageant une parenthèse, la réalisation provisoire va au contraire les prolonger. Le projet adopte une solution pour traiter l’ensemble du site remblayé. Celle-ci consiste à réaliser des mouvements de terre, correspondant à la volumétrie des constructions prévues, et à les recouvrir de pelouses. Ces choix permettent de préserver la constitution de microclimats tout en restant très économes. D’autant, que pour la réalisation des buttes, les déblais des travaux de la première ligne du métro sont utilisés.

23Des heures d’études de conception, d’échanges, de consultation vont ainsi être soudainement englouties par de la terre. Bien qu’il ait à répondre à un défi — qualifier des déblais en trois mois —, le responsable du service espace vert (paysagiste de formation), présente son intervention non pas comme une solution technique, mais comme une position. Une esthétique de la légèreté en réponse aux doutes qui l’animent. « L’aspiration des Marseillais à avoir un site où ils puissent respirer au bord de l’eau » lui paraît être l’élément de programmation central. À partir de là, il propose un paysage « le plus harmonieux, le plus tranquille, le plus agréable possible ». Même les constructions de première nécessité (douches, sanitaires, buvettes) sont logées dans des « Algécos » qui resteront une dizaine d’années avant d’être remplacés, suite à un concours d’architecture.

  • 16 Décision heureuse pour les finances communales.

24Le pari des pelouses est gagné grâce à un mois de Juillet particulièrement pluvieux. Un dispositif de navettes de bus gratuites se met en place, permettant aux habitants des quartiers Nord de se rendre aux plages. Face à l’appropriation de l’ensemble du site aménagé, les panneaux « pelouses interdites » sont vite enlevés. Le Parc balnéaire du Prado est né, les arrières-plages se sont imposées comme un espace public à part entière (Photo 23). Le choc provoqué par une transformation radicale du site, l’effet paysager vert a été comme une déferlante, et par son usage immédiat engendre une prise de position de Gaston Deferre qui transforme le provisoire en aménagement définitif. Il renonce ainsi aux constructions d’équipements16 ; seule la base nautique sera effectivement réalisée. Les représentants des intérêts locaux s’en trouvent soulagés, même si « on (leur) a volé la mer ». Confortant cette première réalisation, le Maire demande que l’on en retrouve l’esprit lors du lancement des études de la deuxième tranche au début des années quatre-vingt.

Photo 23 : Fête du vent (septembre 2009), Parc Balnéaire du Prado

Photo 23 : Fête du vent (septembre 2009), Parc Balnéaire du Prado

© Claude Paris, 2009

Conclusion

  • 17 En tous les cas, pour ceux que nous avons rencontrés.

25Cette genèse nous révèle donc une histoire peu commune. Ce projet d’aménagement, non seulement, connaît une évolution très sensible de son programme, mais se voit « dépouillé », jusqu’à l’extrême, au moment de sa réalisation. Et pourtant, il recueille une adhésion profonde, y compris de la part d’acteurs s’étant fortement impliqués dans des choix non retenus17. Ceci témoigne d’une certaine exemplarité. Nous la percevons, bien sûr, dans la qualité conceptuelle et de mise en œuvre, ainsi que dans les moyens de gestion déployés pour pérenniser cette réalisation. En effet, trente ans après l’inauguration, le site reste extrêmement bien entretenu et ne paraît pas connaître les effets du vieillissement. Mais au-delà, nous ressentons que cette opération a profondément ébranlé le domaine de l’aménagement, ceci à plusieurs titres.

26D’abord, dans son objet même. Au fil des évolutions du projet, se dessine une inversion dans la hiérarchie des catégories d’espaces prises en compte ; l’espace non bâti bénéficie d’un investissement conceptuel croissant. C’est une position résolument novatrice car elle témoigne d’une double rupture.

27Première rupture, avec l’urbanisme Moderne, qui imprègne encore fortement les schèmes de conception de la période, et pour lequel « l’espace vert » résulte avant tout d’une mise en valeur des constructions ainsi que de la prise en compte de considérations hygiénistes. Sa conception, dans une grande majorité de cas, s’appuie sur une composition de plan-masse où l’homme n’est vu que de très haut. Ici, au contraire, l’homme — et son milieu environnemental — vont être placés au centre du projet.

28Seconde rupture, avec les premières critiques de l’urbanisme moderne, qui associent espace libre et désordres sociaux, voire délinquance. Ainsi F. Choay (1965) soutient : « Aux espaces vides et aux espaces verts, qui sont des espaces morts et souvent mortels, on a opposé des espaces qui fonctionnent et que nous nommerions volontiers "espaces actifs". Le vide gratuit est source d’angoisse et la verdure demande à être mise en forme et localisée en des points stratégiques. ». Ici, le doute quant au « trop-plein » d’équipements a permis une pensée positive du vide, dans laquelle pragmatisme et sensibilité paysagère ont été déterminants.

29Ensuite, cette opération a ébranlé le processus du projet d’aménagement. En effet, tel le tirage photographique qui résulte d’un enchaînement d’actions, l’espace public n’a pu être révélé que par le dernier bain. Autrement dit, les qualités de cet espace doivent autant à un processus collectif de pensée et d’actions qu’à la prise de position des usagers. Car c’est celle-ci qui « précipite » la décision politique entérinant le statut définitif de la réalisation. Nous percevons combien le projet des plages est, peu à peu, sorti de la sphère technique de l’aménagement pour devenir un bien commun à partager. Celui-ci s’entend bien au-delà de la phase d’émergence que nous venons de relater. Aujourd’hui, nous constatons toujours une fréquentation importante du site et une forte implication des décideurs politiques et agents techniques ayant en charge sa gestion.

30Cet engagement commun témoigne aussi, à notre sens, d’un bouleversement qui dépasse le domaine de l’aménagement. Il touche le rapport identitaire que les Marseillais entretiennent avec leur ville. Alors que Marseille n’a cessé, à travers l’histoire, de magnifier son terroir au détriment du littoral (Donzel, 1998), les plages du Prado réalisent la mise en désir d’un littoral balnéaire. Le mythe de la « ville-oasis » (Péraldi, 1988) est revisité, plus d’un siècle après la construction du canal de Marseille. Cette fois, ce sont des plages qui font figure d’Eden, offrant aux Marseillais le luxe de l’eau : à travers la baignade, les douches prises à profusion, la contemplation et l’usage hédoniste d’une herbe toujours verte.

  • 18 Ce massif bénéficie d’une mesure de protection au titre des Sites Classés (depuis 1975 pour l’intég (...)

31Enfin, nous émettons l’hypothèse qu’à travers l’échelle du site et sa capacité à attirer une forte fréquentation, une contribution à la préservation du massif des calanques18 tout proche a été rendue possible, bien que nous n’ayons trouvé aucune trace de cet objectif d’équilibrage entre plages et calanques, ni dans l’analyse documentaire dépouillée à ce jour, ni dans les entretiens d’acteurs.

Notes

1 Impliqués alors en tant qu’architecte-urbaniste, ingénieur, sociologue, paysagiste, dirigeant d’association d’éducation populaire et militant politique, juriste. Les expressions en italique placées dans le corps du texte émanent de ces entretiens ou de la documentation dépouillée.

2 Membre de plusieurs sociétés savantes et littéraires, auteur de guides et monographies édités dans la dernière partie du XXe siècle.

3 Etudes menées par la SOGREAH et la SGTE.

4 L’Organisme Régional d’Etudes et d’Aménagement de l’aire Métropolitaine (OREAM) prévoyait que Marseille atteindrait 2 000 000 d’habitants d’ici l’an 2000.

5 Architecte en Chef des Bâtiments Civils et Palais Nationaux, conseiller technique de l’Etat, maître d’œuvre de nombreux équipements à Marseille.

6 Représentée sur ce projet par Robert Inglésakis et Guy Daher.

7 La circulaire n° 73-05 du 3 Janvier 1973.

8 Seule la ZAC n° 1 sera réalisée en son temps (700 logements et des équipements). Il faudra attendre ces dix dernières années pour que des opérations de logements privés soient relancées.

9 Maire de Marseille de 1953 à 1986, date de son décès.

10 Aux socialistes la gestion des hommes, au centre et à la droite modérée celle des travaux.

11 Justifiées par la nécessité de rentabiliser des fondations sur pieux, imposées par le sol remblayé.

12 Cette orientation ne s’est que partiellement concrétisée aujourd’hui.

13 Gaston Deferre sera particulièrement à l’écoute de ces résultats qui lui seront présentés directement.

14 Quatre références ont été citées : l’aménagement de la côte aquitaine (René Porte, chargé par le BERU de la programmation des équipements, y a été impliqué), le parc de la Courneuve, la plage de Copacabana (présentée comme un territoire libre) et la Grande Motte (pour la prise en compte du vent).

15 A travers une collaboration fructueuse entre Atelier 9, le service municipal chargé des espaces verts (SEVE), le laboratoire Ambiance Bio-Climatique de l’école d’architecture de Marseille (ABC) et le Centre Scientifique des Travaux du Bâtiment (CSTB) de Nantes.

16 Décision heureuse pour les finances communales.

17 En tous les cas, pour ceux que nous avons rencontrés.

18 Ce massif bénéficie d’une mesure de protection au titre des Sites Classés (depuis 1975 pour l’intégralité du massif) et fait l’objet aujourd’hui d’un dossier en cours d’instruction en vue de la création d’un Parc National.

Table des illustrations

Titre Photo 21 : Parc balnéaire du Prado.
Crédits © Claude Paris, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Photos 22 : Usages balnéaires et sportifs sur les plages et les pelouses.
Crédits © Claude Paris, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15068/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Figure 22 : Conception de l’aménagement des plages par René Egger Atelier 9
Crédits Paru dans « Marseille Informations » n° 31, mars 1972
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Figure 23 : Conception de l’aménagement de la première tranche par René Egger Atelier 9
Crédits Paru dans « Marseille Informations » n° 74, mai 1976
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Photo 23 : Fête du vent (septembre 2009), Parc Balnéaire du Prado
Crédits © Claude Paris, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15068/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 773k

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search