Version classiqueVersion mobile

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Partie 2. Approche des inégalités écologiques dans les territoires littoraux. Études de cas en Côte d'Opale et dans la rade de Marseille

Chapitre 4. Les inégalités écologiques au Touquet (Pas-de-Calais) : perceptions et réalités géographiques

Valérie Deldrève, Philippe Deboudt et Vincent Belhassen

Texte intégral

Introduction

1Le Touquet-Paris-Plage est l’une des stations les plus renommées et connues de la Côte d’Opale (Nord-Pas-de-Calais) (Photo 15). Elle « rayonne » par son cadre forestier, sa plage, son architecture au style très « british », et par ses manifestations au rayonnement au moins national, comme le célèbre Enduro du Touquet ou Enduropale. J.-M. Dewailly (1985) a étudié la création des stations balnéaires sur la Côte d’Opale. Tout commence lorsqu’Alphonse-Jean-Baptiste Daloz, notaire parisien, achète en 1837 l’espace de la future station balnéaire. En 1856, il décide de fixer les dunes par des oyats puis par des pins maritimes. Dès 1875, la forêt est propice à l’accueil de pavillons de chasse et de villégiature. En 1880, le nivellement et le découpage parcellaire de ce qui constitue encore aujourd’hui la zone la plus dense sont effectués. Comme dans d’autres stations, de nombreux projets apparaissent, puis sont abandonnés bien vite, comme celui de la création d’une autre station au sud du Touquet, Mayville. Malgré l’échec de ce projet, John Whitley et Allen Stoneham achètent par le biais du Touquet Syndicate Limited des terrains boisés à l’est du boulevard Daloz et du centre de la station. Les règles y sont très différentes, les vastes parcelles respectent la topographie et l’absence de limite et de clôture est imposée.

2Au début du XXe siècle, le Touquet est déjà très prospère, notamment grâce à la forte présence britannique. En 1912, le Touquet acquiert son autonomie administrative et quitte la tutelle administrative de la commune de Cucq. De nombreux équipements sont mis en place pour satisfaire les désirs de loisirs des Touquettois : une piscine sur la plage, l’hippodrome gagné sur le lit de la Canche puis, en 1936, l’aérodrome permettant d’assurer des liaisons avec l’Angleterre. De fastueux hôtels voient le jour, un casino, un imposant Hôtel de ville, et de très nombreuses villas remarquables dont celles de l’architecte Louis Quételart. La clientèle du Touquet est donc celle des grandes familles anglaises et françaises du début du siècle, qui ont transformé ce massif dunaire mobile en une station balnéaire moderne et luxueuse.

3Aujourd’hui, le Touquet a conservé cette structure urbaine en deux parties. Le centre, qui longe la mer de façon très dense, dynamique avec de nombreux équipements, commerces et restaurants. La piscine a été remplacée par un complexe aquatique (Aqualud), plus moderne, et les parcs de stationnement recouvrent aujourd’hui la digue. Sur le front de mer, beaucoup de villas ont laissé place à des immeubles de parfois plus de dix étages. Si celui-ci a été défiguré pour certains, cette transformation a répondu aux nouvelles aspirations touristiques des années 1960. Aujourd’hui, le front de mer garde la trace des différentes époques, et on trouve de petites villas juxtaposées à de grands immeubles. La forêt peut se découper en plusieurs zones, selon la densité des habitations. Ainsi, les grands hôtels, le Palais de l’Europe et le casino se trouvent à la « lisière » de cette forêt, dans une zone assez dense. De nombreux projets ont été imaginés, abandonnés ou discutés : barrage sur la Canche, centre d’‘isothérapie’ ou village-vacances, port à la Pointe du Touquet.

4Les travaux de Ph. Deboudt (2004a, b) ont présenté les conflits issus de l’opposition entre, d’une part, les stratégies de développement des équipements touristiques et de l’urbanisation et d’autre part, les stratégies de préservation du patrimoine naturel (acquisitions foncières du Conservatoire du littoral, application des dispositions de la loi Littoral, respect des contraintes réglementaire liées au site classé de la Pointe du Touquet ou du site Natura 2000 des dunes du Touquet). Les recherches menées par Ph. Deboudt (2004a, b) ont consisté, dans le cadre d’une approche géographique, à analyser les interactions entre les projets d’aménagement du territoire communal et leur impact sur les milieux naturels. Cette approche permet d’identifier des conflits dans les formes d’utilisation de l’espace littoral. Elle privilégie aussi l’étude des stratégies développées par les acteurs publics. Dans le cadre de nos travaux sur les inégalités écologiques, une recherche associant une approche géographique et sociologique permet sur ce territoire littoral d’étudier les comportements développés par les acteurs privés et notamment les habitants de la commune du point de vue de leur stratégie résidentielle.

5Le travail de terrain mené au Touquet porte sur les formes d’inégalités écologiques décelables en un lieu pourvu de fortes aménités environnementales. Tout à la fois ville littorale, station balnéaire, espace de dunes et de forêt, zone d’estuaire, cette commune littorale représente, un « cas d’étude » privilégié (un terme que nombre d’interviewés utiliseront).

Photo 15 : Photographie aérienne oblique Le Touquet. Vue vers l’embouchure de l’estuaire de la Canche (NAI, mai 2007).

Photo 15 : Photographie aérienne oblique Le Touquet. Vue vers l’embouchure de l’estuaire de la Canche (NAI, mai 2007).

© Philippe Deboudt, 2009

6Lieu de résidences secondaires, il abrite également des logements sociaux et se divise en quatre quartiers clairement identifiables d’un point de vue géographique : celui des Dunes, de la Forêt, du Centre-ville et de la Pointe Nord. A partir de ce découpage géographique, nous avons décidé d’explorer le rapport que les résidents entretiennent avec le littoral et la mer, et plus largement avec leur « cadre de vie », une notion qui se pose « à l’articulation entre l’environnement avéré et l’environnement vécu » (Manusset et al., 2007), entre éléments objectivables (tel le niveau sonore) et subjectifs (et par conséquent éminemment culturels). Elle nous a permis de ne pas focaliser l’entretien de manière exclusive sur l’environnement naturel, et notamment littoral, de manière à appréhender celui-ci dans un ensemble : soit l’environnement tel qu’il est défini par les résidents du Touquet.

7Vingt cinq entretiens semi-directifs ont été réalisés au Touquet durant l’été 2007, environ 6 par quartier (Encadré 4). Ces entretiens ont été complétés par des entretiens plus brefs et plus directifs auprès des services de la Mairie, d’agents immobiliers et de commerçants. Quatorze observations ont également été réalisées dans les quartiers, les lieux de loisirs, lors d’une assemblée générale de l’Association de Sauvegarde des Forêts et des Dunes (ASFD), durant lesquels ont été recueillis de courts entretiens ou discussions plus spontanés. Ce travail a été réalisé avec la participation de Monsieur Vincent Belhassen (2007). Les interviewés, hommes et femmes, ont entre 32 et plus de 70 ans (en majorité plus de plus de 48 ans), de catégories supérieures, en activité ou retraités, résidents permanents ou très réguliers. 6 d’entre eux font partie de l’ASFD. Le guide d’entretien principal, présenté ci-dessous, a été modifié à leur adresse, comme à celle des commerçants, agents immobiliers et représentants des services de la Mairie interviewés.

8Afin de présenter et d’analyser le rapport que les résidents de ces 4 quartiers nouent avec leur environnement et d’identifier les formes d’inégalités écologiques, nous dissocions les résultats de l’enquête de terrain menée à la Pointe Nord, de ceux des autres quartiers. En effet, la population plus modeste qui y réside, en logement social, revêt une spécificité assez méconnue pour ce type de commune littorale. Nous souhaitons la mettre en exergue, afin d’en évaluer la portée et les limites dans le cadre d’une réflexion sur les inégalités écologiques.

Encadré 4 : Guide d’entretien des résidents permanents ou réguliers du Touquet (Valérie Deldrève, Vincent Belhassen, 2007)

Les questions d’identification : lieu de résidence (adresse), date d’arrivée, type de logement, résidence principale ou secondaire, statut (locataire ou propriétaire), budget logement (si possible), revenu mensuel du foyer (si possible), statut marital/nombre de personnes dans le foyer, en activité ou a la retraite, profession et lieu d’exercice, année et lieu de naissance (pour l’interrogé et le ménage), niveau de diplôme
Autres questions personnelles inhérentes à l’objet d’étude : Lieu de travail, lieu de scolarisation des enfants, participation a la vie associative (Adhère-t-ils à une association ? si oui, laquelle et quel rôle joue-t-il au sein de celle-ci ?),
- Si maison principale : Part-il en vacances ? Où et à quelle fréquence ?/Si maison secondaire : Que ce soit lors de week-ends plus ou moins prolongés ou pendant les vacances part-il toujours au Touquet et à quelle fréquence ?
- Quels sont les loisirs individuels et familiaux ?
- A-t-il de la famille au Touquet ou dans sa région ? Si oui, depuis quand vit-elle ici ? Si non, où habite-t-elle ?….
L’environnement :
- Comment le décrit-il ? Le qualifie-t-il ? Parle-t-il de ‘cadre de vie’ et en quels termes ?
- Que pense-t-il de la proximité de la mer ? Est-ce, selon lui, un avantage ou un inconvénient ? Et des autres aménités environnementales (dunes, forêts …)
- Est ce un choix de venir résider ici, quelles sont les motivations ?
Le littoral
- Exercice d’une profession liée au littoral ? Ou pour d’autres membres de votre famille ?
- Comment profite-t-il de la proximité de la mer (fréquentation de la plage, à quelles occasions ?
Seul, en famille ou entre amis ? De même pour les dunes ? Les pratiques nautiques ?) Et pour la forêt ?
- Plus généralement, que pense-t-il du littoral (en quels termes l’évoque-t-il, quelles préoccupations…) ?
La ville, le quartier, l’habitat
- Est-ce un logement neuf ou ancien ? Satisfaction à son égard ? Pourquoi ce logement ? Ce quartier ? Qu’en pense-t-il ?
- Que pense-t-il du quartier et du Touquet en général ? Quels types d’aménités/d’inconvénients sont spontanément cités ?
- Quels sont les éléments déterminants dans le choix de la ville/du quartier/de la résidence ?
- Aspiration à résider ailleurs ? Où et pourquoi ?
- Lien avec la région (types d’attache, mobilités …)
Sensibilité écologique
- Est-ce que l’état de l’environnement, notamment marin et littoral, lui semble satisfaisant ou préoccupant (niveau global, local) ?
- Connaissance de projets en rapport avec l’environnement ou l’aménagement du cadre de vie, que la mairie ou des associations du Touquet aurait pu développer ? Opinions ?
- Lesquels voudrait-il voir être mis en place ?
- Participe-t-il au tri sélectif ? Depuis quand ? Qu’en pense-t-il ? Autres pratiques quotidiennes relevant de l’écologie ?
- Intérêt pour les sujets écologiques ? Lectures, connaissances, avis, expériences en la matière

1. La Pointe Nord du Touquet : des logements sociaux à proximité du site classé et face à l’embouchure de l’estuaire de la Canche

9Le site de la Pointe du Touquet a été classé en 2001 selon les dispositions de la loi de mai 1930. Le classement de ce site naturel met fin à plusieurs années de contentieux entre des projets de construction sur cet espace et l’application des dispositions de la loi Littoral relatives à la protection des espaces remarquables. La figure 20 ci-dessous énumère les projets et décisions de justice rappelant l’inconstructibilité du site.

Figure 20 : Les contentieux entre projets d’aménagement et volonté de préservation des milieux dunaires sur la Pointe du Touquet

1988

Projet de construction d’un centre d’isothérapie à la Pointe du Touquet.
Recours en annulation du permis de construire par l’association Nord-Nature.

Le TA de Lille annule le permis le 24 octobre 1988. Non respect de l’article L 146-4 de la loi littoral (Inconstructibilité de la bande des 100 m).

1994

Permis de construire pour la construction d’un complexe touristique Pierre et Vacances à la Pointe du Touquet (centre de remise en forme et une résidence hôtelière de 82 logements). Recours en annulation par l’association « SOS Front de Mer ».

Permis de construire annulé par le TA de Lille en décembre 1996. Non respect de l’art L146-6 et R146.1 du code de l’urbanisme.
Site classé en décembre 2001.

Sources : Jugements du tribunal administratif de Lille (Deboudt, 2004a)

10A proximité du site naturel classé de la Pointe du Touquet, des habitations collectives bénéficient d’une vue sur la mer et l’embouchure de l’estuaire de la Canche. Elles se situent près de l’hippodrome et du centre nautique Nord, au bord de la rive sud de l’estuaire de la Canche. Cette situation géographique offre un panorama exceptionnel à la fois sur la baie de Canche, sur la forêt et sur le cœur de la ville (Photo 16). La majeure partie des locataires, approximativement 600, de classe moyenne voire populaire, est employée par la Commune.

11Les logements ont été construits entre 1968 et 1975 par le bailleur social « Pas-de-Calais Habitat », en marge de la ville et à proximité du dépôt de matériels de la mairie. Il servait à la fois de remise et de décharge. Dans l’esprit de développement urbain de haut standing que souhaitait la Commune, ce type d’habitation ne pouvait être construit qu’en marge de celle-ci. Toutefois, au début des années 1990, lorsqu’un hôtel 5 étoiles s’est s’implanté à quelques mètres seulement des habitations collectives, a émergé une prise de conscience du potentiel touristique de cet espace le long de la Canche. La Pointe Nord est, par ailleurs, convoitée depuis plusieurs années dans le cadre d’un projet de création d’un « Port nature », porté par l’ancien maire Léonce Desprez, sur l’espace d’un ancien terrain de camping et destiné à accueillir des bateaux de plaisance. Ce projet semble aujourd’hui définitivement abandonné. Les positions adoptées par la nouvelle municipalité et le maire du Touquet, Daniel Fasquelle, dans le cadre de la révision du PLU, envisagent un classement en zone naturelle de l’ancien terrain de camping et donc l’abandon du projet « Port nature ».

Photo 16 : Photographie aérienne oblique de la Pointe du Touquet (Rive sud de l’estuaire de la Canche) Photographie NAI, Mai 2007.

Photo 16 : Photographie aérienne oblique de la Pointe du Touquet (Rive sud de l’estuaire de la Canche) Photographie NAI, Mai 2007.

© Philippe Deboudt, 2009

12Les résidences sociales, de 6 ou 7 étages, sont les plus hautes de la ville (Photos 17). Certains locataires jouissent donc d’une vue imprenable sur toute la baie de Canche ou sur la ville du Touquet. A proximité de la baie, les résidents bénéficient également de l’accès aux plages pour la baignade, aux dunes et à la forêt avoisinante pour les promenades. Le quartier est, depuis quelque temps, relié à la ville par un service de navettes électriques gratuites et desservi par des pistes cyclables, un désenclavement consécutif à l’ouverture de l’hôtel qui a entraîné la rénovation du quartier et de ses logements.

Photos 17 : Logements sociaux et vue sur la baie de Canche

Photos 17 : Logements sociaux et vue sur la baie de Canche

Deboudt, septembre 2007

13Le bailleur, Pas-de-Calais Habitat, afin de ne pas « dénaturer » le site de la Pointe Nord et de conformer son parc locatif à l’image de la station, a mené récemment plusieurs actions : l’installation de paraboles collectives sur les toits évitant l’accrochage sauvage d’antennes privées aux fenêtres, la rénovation progressive des façades, et l’aménagement de parcs pour enfants au cœur des espaces verts. Le bailleur applique, en outre, avec une grande rigueur la politique de tri sélectif mise en place par la mairie.

14Comment les résidents habitent-ils dans ce cadre de vie à la fois urbain et naturel valorisé ?, et comment se l’approprient-ils ? Quelles relations entretiennent-ils avec ces différents cercles d’appartenance ? Que représentent leur quartier, la ville du Touquet et l’environnement naturel qui l’abrite ?

1.1. Vivre au Touquet « autrement » ?

15Habitat social, employés (pour la plupart de la Commune, à la comptabilité, au secrétariat, aux espaces verts, à l’entretien…), faible mobilité géographique, départs en vacances restreints, car trop coûteux, ou restreints à des « visites » dans la famille et chez des amis, les familles de la Pointe Nord affichent leur distinction. Elles ne collent pas à l’image de la population du Touquet, se sentent « ‘‘ à part » et l’expriment sous deux registres combinés et paradoxaux : celui de l’inégalité sociale manifeste et celui du privilège : « On est des employés de la Mairie. Ici, c’est comme dans les hôtels : le personnel dort dans des chambres sous les toits, pendant que les clients dorment dans des suites royales. Ici c’est pareil, on n’a pas les moyens de vivre dans des grands hôtels, mais on y est tous les jours pourtant ». Ainsi le sentiment d’inéquité sociale que suggère la métaphore employée est immédiatement tempéré dans les discours par celui d’être réellement privilégié par rapport à tous ceux qui souhaiteraient résider le Touquet sans y parvenir (parmi lesquels les employés qui n’ont pas obtenu de logement social). Le privilège naît d’une contradiction apparente dont les interviewés semblent jouer : ils n’ont « pas les moyens » d’habiter cette commune « magnifique », « prestigieuse »… et ils y résident pourtant ! « Ici c’est vrai qu’on est pas fort payé, comme tous les agents communaux, voire même moins. Mais on a un avantage inestimable, c’est de pouvoir habiter en bord de mer, avec la forêt de l’autre coté, des gens rêvent d’habiter ici, mais n’en n’ont pas les moyens. Nous, on n’a pas les moyens, et pourtant on nous donne l’opportunité de vivre ici, grâce à notre travail. C’est quand même magnifique et unique ça non ! » Le privilège en soi n’est pas perçu comme contestable, puisque légitimé par l’utilité, le travail accompli au sein de la ville. Il nourrit cependant une attitude empreinte de reconnaissance à l’égard de la mairie, pourvoyeuse de travail et, indirectement, de logement au sein de la Commune.

16Les locataires de la Pointe Nord se sentent-ils résidents à part entière du Touquet, et ce bien qu’ils y vivent différemment ?

17Locataires à l’année dans une commune de résidences secondaires et touristiques, ils souffrent de la cherté de la vie qui, si elle épargne leurs loyers et les impôts locaux, se manifeste à chaque comptoir, épicerie, restaurant touquettois, décrits comme des « pièges à touristes » inaccessibles. Aussi faute de navettes intercommunales régulières, la voiture est présentée comme la condition sine qua non pour vivre au Touquet sans y acheter, ni se priver des biens de consommation habituels ou de sorties en famille. Les modes et lieux de consommation ne sont pas les seules formes de distinction, ni même les plus radicales — puisque les touristes eux-mêmes tendent à s’approvisionner aux supermarchés des environs. En revanche, le mode d’habiter le quartier, et la commune, semble plus ségrégatif, et suscite le sentiment de ne rien partager avec les autres Touquettois : « On n’a rien à voir avec eux alors on ne se mélange pas trop, c’est vrai. ». Ils ne se reconnaissent pas dans les objectifs et activités des associations du Touquet et préfèrent s’investir dans la vie de leur quartier, un quartier « pas comme les autres » et rarement associé aux autres : « Par exemple, quand il y a des réunions entre quartiers, on nous oublie. Pour certains, on n’existe même pas c’est sûr ! Et puis, de l’autre côté, nous aussi on ne fait pas attention à eux ». Le « eux » désigne les propriétaires des résidences principalement secondaires des autres quartiers, et plus particulièrement ceux des dunes et de la forêt. Les représentations nourries à leur égard sont ambivalentes. Tout comme les flux de touristes, ils apparaissent comme « nécessaires à la ville » ; leur présence justifie le nombre élevé d’employés dont les interviewés font partie. Mais leur mode de résidence est assimilé à l’apanage de personnes âgées et étrangères dont les interviewés ne partagent ni le mode de vie, ni les aspirations : « Déjà parce qu’on est pas sûr de parler la même langue, vu le nombre d’Anglais qui achètent là-bas et puis aussi parce qu’on n’est pas du même monde. Je suis sûre que le bruit des enfants ou des animaux doit les emmerder, alors que moi je suis pour la vie, dans le respect bien sûr des autres, mais c’est quand même plus agréable de voir des gamins jouer que de rien entendre du tout juste du silence ! Ah non ! ça non merci […]. En plus ce que vous ne savez pas c’est que pratiquement toute l’année ces maisons sont vides. Les gens qui ont ces maisons ne viennent que pendant les vacances, ou pendant les longs week-ends. Alors imaginez vous : toute l’année sans voisin, ça doit être très triste non »

18Loin d’aspirer à l’isolement, valeur croissante des modes d’habiter (IFEN, 2006c), les résidents de la Pointe Nord valorisent le lien social, entretenu par le voisinage, la vie associative et les réunions à l’initiative du bailleur ou du gardien, un lien renforcé par les relations professionnelles entre employés de la Mairie : « Et puis, il y a aussi le voisinage qui est important, même si c’est vrai que quand on vient s’installer, on ne peut pas vraiment savoir à côté de chez qui on va vivre. Quand je vois des fois des gens qui achètent une maison sans avoir été voir qui étaient leurs voisins ! Franchement, je ne comprends pas comment c’est possible. Nous ici, c’est vraiment sympa, on se connaît presque tous, déjà parce que beaucoup travaillent à la Mairie, mais aussi parce qu’on participe à des réunions de quartiers pour parler de ce qu’on aimerait bien ici. Par exemple, on organise des sorties pour les jeunes, on fait aussi des lotos et ça c’est vachement bien pour créer des relations de voisinage. Comme ça, on se connaît et on se parle plus facilement. » Le collectif est érigé en valeur. Ni la difficulté potentielle de protéger sa vie familiale et privée au regard des voisins et collègues, ni les nuisances sonores inhérentes à ce mode de résidence ne semblent relativiser l’agrément de pouvoir habiter ensemble. Quant aux conflits de voisinage potentiels, ils ne résistent pas, selon les propos recueillis, au mode de régulation interne au quartier, une régulation composée de plusieurs éléments : respect de la convention signée avec le bailleur, médiation du gardien très impliqué dans la vie collective, et surtout entretien d’une dynamique de bon voisinage via des rapports interpersonnels multiples et de nombreuses activités en commun : « Ça c’est vrai que pour ça ce quartier est vraiment sympa. On s’entend tous bien, on se prévient quand y en a un qui fait une fête et qu’il va faire du bruit, c’est quand même normal, il nous invite même à prendre un verre des fois. On parle aussi de tous les travaux qui vont être faits dans les immeubles, on compare nos immeubles, on se bat un peu tous ensemble pour obtenir ce qu’on veut »

19Autres agréments inhérents au quartier, sa tranquillité et son aspect verdoyant, fleuri, parfaitement entretenu à l’image du Touquet, sont extrêmement valorisés, L’environnement immédiat, à la fois urbain et naturel, constitue également des attraits incontestables, maintes fois dépeints en des termes enthousiastes : « Donc, on a la mer d’un côté, la forêt de l’autre côté, et un centre-ville qui vit toute l’année. En plus nous on n’est loin de rien, mine de rien. On n’a pas de problème de stationnement. Nous on est tranquille parce qu’on est un peu en dehors du centre-ville sans pour autant en être très loin. On est même pas à 500 m de la mer en passant par les dunes. J’ai le centre équestre au coin, de ce coté là, j’ai le tennis, alors j’ai vraiment tout. On a un cadre tranquille, mais avec tout à notre disposition ». La distance au centre-ville n’est plus vécue comme un facteur d’isolement depuis la mise en place récente de navettes électriques gratuites qui desservent les différents quartiers du Touquet et épargnent les résidents excentrés des encombrements et problèmes de stationnement.

20Les interviewés se montrent très sensibles à ce désenclavement et à la prise en considération croissante de leurs conditions de vie qui se traduit diversement (enfouissement des câbles, entretien des espaces verts, ravalement des façades et insonorisation en cours des logements…) : « La commune a refait les routes et aménagé des parcs autour des espaces verts, il y a eu des réhabilitations des bâtiments au niveau des façades, des intérieurs, on refait les peintures, et les appartements en général, on a remis des éviers neufs à tout le monde, les WC, les chasses d’eau. Bientôt on va changer les portes et les fenêtres pour mieux isoler les appartements. Il n’y a pas que les aspects esthétiques, il y a aussi les aspects pratiques qui améliorent le quotidien » Cette revalorisation tous azimuts des espaces les plus publics aux plus privés, qu’ils convoquent pour définir leurs conditions de vie ou qualifier leur « cadre de vie », est spontanément associée à l’ouverture d’un hôtel 5 étoiles à quelques mètres de leurs résidences. Celle-ci a profondément marqué l’histoire du quartier, en lui conférant en quelque sorte un statut à part entière, une valeur intrinsèque : « C’est vrai qu’au début on était un peu les pestiférés du Touquet ! Ils nous avaient mis complètement à l’extérieur de la ville, près des hangars de la mairie, sûrement pour que les touristes ne voient pas qu’au Touquet aussi il y a des HLM. ! Mais pas de chance, un grand hôtel est venu se construire juste à coté de chez nous et du coup, depuis, c’est des centaines et des centaines de touristes qui voient qu’au Touquet, c’est comme partout, il y a la classe moyenne qui vit dans des tours. »

21Les transformations qui s’en suivirent sont toutes saluées par les résidents. Parmi eux toutefois, les voisins immédiats de l’hôtel, dont la vue sur l’estuaire est obstruée et le quotidien profondément affecté par les bruits et odeurs divers et nocturnes d’un établissement dont le dynamisme est à l’image d’une station touristique et balnéaire de renom, supportent amèrement le coût du changement : « Alors l’hôtel c’est beau ; mais de façade, coté Canche, avec la fontaine et tout ça. Mais derrière, c’est nul, bruyant et moche. Nous, on est du coté livraison, on se tape les camions, les poubelles. Nous on a que les nuisances en fait… Alors imaginez les gens qui rentrent du travail et qui veulent dormir, et bien l’hôtel, c’est un truc de loisir, alors c’est la fête, il y a des British, des soirées Claude François tout le temps. Alors ce n’est pas possible ! Donc l’hôtel, il est beau de l’extérieur, c’est vrai qu’il a amené plein de bonnes choses, mais il y a aussi des inconvénients. Et je dirai que le Touquet, c’est ça, de l’extérieur c’est magnifique, paradisiaque, mais en réalité il y a quand même plein de trucs qui dérangent. ».

1.2. Aimer le Touquet pour ses aménités

22L’ensemble des interviewés soulignent, il est vrai, les revers de la vocation touristique du Touquet, mais de manière plus tempérée que dans l’extrait précédent où les nuisances occasionnées par la trop grande proximité de l’hôtel empreint l’ensemble du regard porté sur la ville. Outre le coût de la vie locale déjà souligné, un autre type d’inconvénient est cité régulièrement, à savoir l’encombrement des routes que provoque l’afflux des touristes et propriétaires de résidences secondaires lors des vacances, jours fériés, et des week-ends ensoleillés. Ils citent également deux autres insuffisances inhérentes à la politique de développement régional et communal que sont le manque de correspondance rapide entre Le Touquet et les grandes métropoles et l’absence de sources d’embauche autres que la Mairie et l’hôtellerie-restauration dont les emplois sont dépeints comme peu enviables. L’une des conséquences regrettées est le départ forcé des jeunes, au demeurant attachés à la ville et à la proximité familiale. Ces contreparties de politiques locales peu contestées, bien qu’insuffisamment concertées — regrettent les résidents à propos de l’implantation de l’hôtel ou du projet de construction de parkings souterrains en bordure de mer-, semblent largement compensées par les aménités inhérentes à la résidence au Touquet. Ainsi les interviewés ne tarissent pas d’éloges sur leur ville : « Magnifique. Les paysages sont magnifiques, on a la mer d’un côté et la forêt de l’autre, c’est rare ça quand même surtout dans le coin. Et après vous regardez le centre-ville, moi je le vois, je passe mes journées là-bas, vu que je travaille dans le centre-ville, et bien c’est magnifique, c’est propre et tout. » Citant tour à tour les espaces verts, la propreté des rues et de la plage, la proximité de la forêt, de la mer et la finesse du sable, les interviewés décrivent le Touquet comme une alliance entre mer et forêt, ville et nature. « Alors qu’ici c’est trop gai, c’est merveilleux. Il y a une nature, bon un petit peu artificielle quand même parce qu’on sent que c’est quand même l’humain qui a participé à cette nature, mais c’est beau quand même ».

  • 1 Ainsi comme pour la grande majorité des Français, « qui fréquentent les espaces naturels, la simple (...)

23Le Touquet est présenté comme un équilibre ordonné, par l’homme, entre ses différentes composantes. Et, si distinction est faite entre éléments naturels et intervention anthropique, c’est souvent pour souligner leur heureuse combinaison, à l’origine même de l’histoire du Touquet et de sa renommée. L’accent est constamment mis sur l’esthétique des lieux, entretenue par la Commune dont le travail est d’autant valorisé qu’il est reconnu en dehors de ses frontières : « Vous aviez déjà vu des espaces verts aussi fleuris et beaux ? C’est rare la mairie travaille beaucoup la dessus. On d’ailleurs été décoré pour ça, un truc européen, du sérieux, non c’est nickel ! » Les aménités dont bénéficient les résidents sont nombreuses. Les unes sont imputables aux aménagements réalisés par la ville, telles les « belles routes », les pistes cyclables ou encore l’hippodrome et le tennis. Les autres proviennent de l’environnement naturel, soit la proximité de la forêt, des dunes, de la plage et de la mer. Les paysages, perçus comme « magnifiques » et « encore sauvages » sont le cadre de promenades très appréciées1, de sorties familiales. L’accès à la plage est davantage prisé en période estivale où il est concurrencé par les nombreux touristes : « Quand il fait beau, c’est magnifique d’aller dans les dunes, de se balader, ou d’aller sur la plage faire bronzette, se baigner ou faire du cerf volant avec le gosse. On va quand même plus vers la mer que vers la forêt. Je ne sais pas pourquoi on préfère ; c’est peut être parce que la forêt on l’a toujours eu et que la mer moins, alors on se rattrape (l’été) » Le reste du temps, les résidents fréquentent davantage la forêt, lieu de prédilection de la promenade. Les lieux de nature sont également le théâtre aux décors variés du centre aéré communal. La plupart des enfants des résidences y sont inscrits et participent aux courses d’orientation en forêts, comme aux divers jeux de plage. L’appropriation de l’environnement immédiat, omniprésente dans les discours, relève avant tout de la sphère des loisirs familiaux. Elle est alors exprimée en des termes qui gomment la frontière entre ville et nature : « ça doit rester secret ! Non sérieusement, je ne sais pas, on connaît les passages par les dunes pour aller se baigner, on connaît bien la forêt pour aller faire du vélo, on est sûr de ne pas se perdre. On connaît les magasins pas chers ou les bars et les restaurants qui font la meilleure cuisine par exemple. On adore aller se promener parce que le paysage est magnifique, il ne s’arrête jamais de changer, on passe d’un décor un peu sauvage avec les dunes, ça donne des fois l’impression d’être perdu et d’être tout seul, et puis on arrive sur une plage magnifique ! ».

24Par ailleurs, si les loisirs nautiques sont cités moins fréquemment que d’autres, ils n’en sont pas moins le support de relations et d’activités à la fois familiales et amicales : « J’adore aussi la bronzette, aller faire la sieste sur la plage quand il fait beau mais pas trop chaud, c’est super agréable quand même. Et puis la mer on adore, on a un bateau. On a un voilier et nos amis aussi ont un bateau, mais le leur est à moteur et c’est mieux. Nous c’est un voilier, j’aime moins, mais c’est quand même sympa. Dès que le temps le permet, on s’appelle et hop on part en mer pour aller se baigner en pleine mer et les hommes font de la pêche, ça c’est leur passion. Mon mari adore tout ce qui tourne autour de la mer, il a fait de tout, du char à voile, du bateau, de la plongée, plein de trucs comme ça, de la pêche. C’est vrai qu’on a tout essayé, on est souvent à la base nautique. »

25La gratuité de la plupart des aménités est un attribut inestimable et fortement souligné par les interviewés : « Et puis, il faut dire aussi sur les activités qu’on peut faire ici, et là je parle pour moi personnellement, mais les activités qu’on aime faire sont dans la plupart des cas gratuites. Ça ne coûte rien de se promener avec ses chiens dans la forêt, ou aller se baigner dans la mer, aller voir les chevaux s’entraîner des trucs comme ça quoi » Ce qui signifie également que les activités coûteuses comme le cheval, le golf ou autres, et ce bien que des cartes de réduction soient distribuées par la Mairie, ne sont pas perçues comme financièrement accessibles ou culturellement adaptées. Ainsi l’environnement urbain et naturel que représente Le Touquet, et notamment le site de la Pointe Nord, est-il vécu comme porteur d’aménités. Il favorise la vie hors travail, les loisirs hors domicile, un mode de vie accessible, dans certaines limites jugées acceptables, à l’ensemble des résidents, y compris les plus pérennes d’entre eux et peut-être les moins visibles : ceux qui y travaillent.

1.3. Un rapport à l’écologie à la fois distant et structurant

26L’importance que revêt l’environnement naturel du Touquet ne nourrit pas une conscience écologique de même ampleur. Les enjeux associés à la préservation des dunes, de l’estuaire ou de la forêt, leur intérêt sur le plan écologique sont assez mal identifiés, et sont davantage définis sur le plan paysager et des aménités collectives. Ainsi les interviewés ne s’émeuvent-ils pas des constructions qui fleurissent dans les dunes et de leur méfait potentiel sur le cordon dunaire, mais s’inquiètent davantage de l’aspect verdoyant et de l’image du Touquet : « Non pas trop, elles sont belles les maisons et il reste encore pas mal de nature. Mais en plein milieu de la ville, ils plantent des arbres, ils mettent des fleurs et tout. Comme ça alors, ça va : on n’est pas encore recouvert de béton. Et même quand vous regardez les maisons dans la forêt, elles se marient très bien avec le décor. Et c’est pareil au bord de la mer, sauf, comme je vous le disais, le front de mer qui là fait vraiment cité balnéaire, c’est-à-dire un endroit pour stocker des vacanciers et ça ce n’est pas terrible. Il fallait garder au Touquet un esprit village. ». La nature est plantée dans la ville et la ville est plantée dans la nature, une double interpénétration que les interviewés apprécient et tiennent à dépeindre. L’extension de la ville n’est critiquée que lorsqu’elle limite l’espace naturel accessible. Elle signifie alors la privatisation de parties de dunes ou de forêt au profit de résidences secondaires, au demeurant peu occupées, et l’exclusion d’une population qui s’était appropriée les lieux à travers des usages réguliers, voire quotidiens. Les interviewés dénoncent cette pratique tout en tolérant les nouvelles constructions, pour autant qu’elles « collent à l’image du Touquet » et participent à son dynamisme, au maintien de ses emplois.

27Est moins tolérée l’appropriation de la nature à des fins tout autant privées que restreintes lorsqu’elle se fait domestication poussée… : « Alors ils achètent un peu partout, que ce soit près des dunes comme à Whitley ou en centre-ville, ou même dans la forêt. Vous voyez on n’arrête pas de construire dans la forêt et c’est des maisons qui sont quasi tout le temps vides à l’année. Alors, c’est un peu un caprice de gosse d’acheter une grande baraque. Il y en a, c’est presque des châteaux… et eux ils ne viennent que quelques semaines dans l’année… Je ne comprends pas tout des fois. Ils ont des hectares de terrain et ils sont jamais dedans, ça sert à quoi ? En plus ils veulent habiter dans la forêt et ils rasent tout dans le jardin, comme des Anglais en fait c’est ça ! Alors là aussi, qu’on m’explique à quoi ça sert d’habiter dans la forêt si c’est pour couper tous les arbres ! ».

28De même l’Enduro est qualifié de nécessaire à la Commune, d’autant que le tourisme se modifie : les séjours sont moins longs, tributaires d’une météo aléatoire et peu favorable ces dernières années. Source de revenus et d’emplois, cette manifestation n’est pas perçue comme négative sur le plan écologique. Les deux nuisances qu’elle draine, à savoir les déchets laissés sur place par la foule de visiteurs et la dégradation des plantes dans les dunes, sont immédiatement prises en charge et les traces effacées par la Commune : « C’est pas mal critiqué, mais moi de mon point de vue je ne suis pas pour détruire la nature, bien au contraire. Mais, moi, je vois comment fonctionne la ville, il y a quand même 10 % de la population qui travaillent pour la mairie, donc 6000 habitants ça fait 600 employés, et vous pouvez me croire que le lendemain vers 7, 8h du matin il n’y a plus rien. C’est hyper nettoyé, hyper propre. » Les rues et plages sont nettoyées, les plantes et arbres détruits sont aussitôt replantés. La remise en cause de l’Enduro n’est pas écologique selon les interviewés, elle relèverait davantage du conflit de classe. Ainsi l’Enduro serait trop populaire aux yeux des propriétaires des résidences secondaires dont les biens tant matériels que symboliques se retrouveraient directement menacés par la foule drainée par la manifestation, périodique, invasive, bruyante et source de dégâts potentiels (portails brisés…). Nuisances auxquelles se montrent moins sensibles les locataires de la Pointe Nord davantage préoccupés par la vitalité économique de leur commune : « L’Enduro c’est une course populaire, alors c’est sûrement ça qui dérange les bourgeois d’ici, mais sinon c’est génial et ça fait vivre du monde Nous par exemple, on travaille ce week-end là et ça nous fait gagner une petite prime. Et puis ça permet aux commerçants aussi de se rattraper des mauvaises saisons qu’il y a en ce moment. C’est vrai qu’en ce moment c’est moins rempli que d’habitude alors l’Enduro, avec ses 400 000 personnes, ça doit leur renflouer les caisses, c’est sûr ! »

29Le débat écologique que les opposants à l’Enduro entretiennent autour de l’évènement dissimule selon les résidents de la Pointe Nord « une mentalité trop bourgeoise », ou pour le dire autrement un rejet plus global des loisirs populaires, dont le développement nuirait à l’image du Touquet et aux aménités que seule confère une résidence de haut standing en un lieu préservé du plus grand nombre. Ainsi les prix de l’hôtellerie-restauration, des mobil-homes et des emplacements de camping-cars qui ne bénéficient d’aucun aménagement spécifique seraient des moyens d’écarter les visiteurs non désirés, en bref de privilégier certains usages et de sélectionner ceux qui peuvent y prétendre.

30Pour en revenir à la conception que les interviewés ont de la nature, elle se présente comme une mixité d’espaces verts et fleuris propres à embellir la ville, de forêts, de dunes, de plages et de mer, mais sans conférer une importance prédominante à l’entrée maritime. Leur nature est littorale certes, mais surtout verdoyante, aménagée par une volonté politique forte, qui est également celle de réparer les dommages occasionnés par les usages récréatifs et les activités économiques qui font vivre la Commune. Celle-ci a construit son image de « village » entre urbanité et nature et son avenir dépend de cette image. Les résidents, et ce bien qu’ils déplorent être trop peu consultés – rappelons-le — font entière confiance en la personne ô combien prédominante du maire pour préserver cette image, et donc la nature qui en est constitutive, contre des pressions foncières et des usages économiques trop invasifs ou dégradants. Rien d’irréversible n’est fait et ne sera fait selon eux.

31L’écologie se fait alors synonyme dans leurs discours de souci de propreté et de réparation immédiate des petits dégâts qui pourraient nuire à la nature touquettoise. Car, au Touquet, la propreté est sacrée, préoccupation écologique et esthétique à laquelle la Mairie consacre de nombreuses heures de travail : « La ville, ici, est très soucieuse de la protection de la nature et de l’écologie, il n’y a qu’à regarder la propreté des rues, le nombre de poubelles dans les rues pour empêcher les gens de jeter […]. Ils avaient même distribué des cendriers jetables en carton sur la plage pour que les gens y jettent leurs mégots plutôt que de l’enterrer dans le sable ». « C’est vrai que nos plages sont magnifiques avec le sable et la propreté aussi. Vous avez vu nos plages comment elles sont propres et ça je suis bien placé pour en parler, vu que je suis aux services techniques, je vois tout ce que fait la Mairie pour garder sa ville, mais aussi la plage et les forêts les plus propres possibles. Il y a plus de 50 personnes qui travaillent à l’entretien de la ville, alors vous voyez ça fait du monde » Citée à de maintes occasions, présentée dans les entretiens comme un élément important, constitutif de l’identité du Touquet, la propreté des espaces publics fait la fierté des résidents et des employés de la Mairie. Tous se conforment à sa discipline par respect pour l’image de la ville et le travail accompli, voire de la nature telle qu’elle est donnée à voir en ces lieux. Pour quelques interviewés toutefois, cette discipline est un comportement écologique élémentaire qui répondrait à un souci plus global pour la nature animale et végétale planétaire : « On fait attention à nos déchets déjà, et ça tout le monde ne le fait pas. Quand on voit des fois certains endroits après le passage de certains groupes on est dégoûté, c’est clair. Pourtant la mairie met des poubelles un peu partout, mais rien n’y fait, il y a quand même des gens qui laissent leurs poubelles par terre. Ce n’est pas grand-chose quand même. Je pense que c’est vraiment un manque d’éducation ou des gens qui n’ont pas conscience du tort que ça crée à la planète. Dès fois, avec les marées, on voit un paquet de déchets qui vient sur nos plages et c’est grave ça quand même. L’autre fois j’ai vu à la télé qu’il y avait des baleines ou des dauphins qui mouraient étouffés en mangeant des sacs plastiques que les hommes laissent traîner. Mais ça les gens ne le savent pas ou alors ils s’en foutent. Et puis les gens qui laissent leurs déchets, ce sont souvent les gens qui n’habitent pas là, c’est clair parce que les gens qui habitent là, même s’ils s’en foutent de la nature, ils laissent rarement leurs déchets pour la propreté de leur ville, simplement. »

32Etroitement associé dans les discours à la propreté et aux préoccupations environnementales illustrées, le tri sélectif est une pratique respectée, très tôt mise en place comme gage de l’engagement écologique individuel et collectif des résidents. De même, si les navettes sont appréciées pour leur gratuité, elles sont également citées comme indicateur des intentions écologiques louables de la mairie : « Ils sont offerts gratuitement par la mairie, en plus c’est électrique alors au point de vue de l’écologie et de l’environnement c’est nickel ». L’intérêt pour l’environnement local est justifié par la résidence : ceux qui le traitent sans égard lui sont étrangers, et les résidents se montrent, en revanche, très protecteurs vis-à-vis de ce qui fait leur cadre de vie. Les préoccupations pour l’environnement plus global semblent croître avec son usage, sans pour autant que celui-ci en soit une condition suffisante. La prise de conscience des enjeux environnementaux mêle inextricablement le local et le global, le respect pour la vie, l’équilibre naturel, les valeurs esthétiques et la responsabilité à l’égard de enfants : « J’adore la pêche, mais c’est pareil je relâche après ça ne m’intéresse pas de tuer pour manger, on en est plus là […] D’ailleurs, il y a un truc qui m’énerve, des fois je vois des chasseurs qui chassent et c’est seulement pour tuer, après on retrouve les cadavres des animaux dans les poubelles : ça sert a quoi ? Et après ils se disent protecteurs de la nature… Avec une carabine… C’est pas sérieux ça ! Non faut faire gaffe à notre environnement, pour que ça reste toujours beau et puis le climat, regarde aujourd’hui ça ne veut plus rien dire : on est début juillet et il pleut ici, il neige en Amérique du Sud ou en Afrique ! ça ne veut plus rien dire et ça et c’est à cause des hommes et de leur pollution… Non faut faire gaffe, surtout pour nos mômes. Voilà… »

33L’engagement écologique est vécu comme personnel et ne suscite aucune mobilisation collective. Les interviewés ne se reconnaissent ni dans les objectifs, ni dans les acteurs des associations touquettoises impliquées dans la défense de l’environnement. Quant aux actions associatives locales, elles se concentrent sur la dynamique de quartier et notamment sur les loisirs des jeunes. A souligner toutefois l’émoi et la mobilisation (évoqués spontanément par les interviewés à propos des questions d’environnement) suscités par le projet d’installation d’une ‘antenne relais Orange’ sur le toit d’une résidence. Les craintes soulevées sont principalement d’ordre sanitaire et la mobilisation, vraisemblablement soutenue par les convictions écologiques du bailleur social, est présentée comme structurante à l’échelle des résidences et efficiente. Elle est légitimée par le « principe de précaution » que les interviewés citent tout aussi spontanément : « Pourtant la mairie nous a conviés avec les techniciens Orange, ils nous ont expliqué que ce n’est pas dangereux. Alors des locataires ont demandé à Orange une lettre officielle qui les engagerait personnellement à être pénalisés même dans 30 ans si on remarque qu’il y a quelque chose pour la santé. On attend toujours le courrier, alors non faut faire gaffe. On applique ici le principe de précaution ». « Une antenne pour les téléphones portables, alors on a dit non, on s’est fait insulter en expliquant qu’on était contre le progrès, qu’on n’avait qu’à jeter nos portables. C’était tendu avec la mairie, mais nous on savait que ça pouvait être dangereux, j’avais même vu dans une émission un scientifique qui disait que le progrès tuerait l’homme et que dans 100 ans il n’y aura plus d’humains sur terre […]. Alors nous on a utilisé le principe de précaution et on a gagné pour l’instant il n’y a pas d’antenne sur notre toit ».

34Ainsi les interviewés légitiment leur action par le principe de précaution et se réfèrent à des informations relayées par Internet ainsi que par leur propre réseau de connaissance : « Regardez sur Internet, l’association Robin des toits et vous verrez un peu les problèmes des portables. J’ai l’impression que ça va être le même débat que pour l’amiante. Dans 15 ans, on pleurera nos morts et on dira qu’on ne savait pas. Alors non, c’est pas possible comme ça, alors on parle de principe de précaution et comme ça on est couvert. » S’en suit, dans deux des entretiens, une lecture politique des problèmes environnementaux (absente des autres entretiens menés à la Pointe Nord), de leurs causes et de leurs traitements. C’est alors la dimension sociale et le pouvoir de l’argent, qui sourdent de ces points de vue. Le coût des mesures de préservation qu’il s’agisse du tri, d’une voiture moins polluante ou du reboisement, devrait être imputé aux responsables des dégradations et non être supporté par les classes moyennes et populaires, des classes peu représentées au Touquet mais non moins actives : « C’est toujours nous qui payons. Là j’ai entendu dire qu’ils veulent reboiser une partie de la ville pour la pollution, le CO2 je ne sais pas quoi et ça qui c’est qui va le payer ? Le promoteur qui à côté a construit des villas dans la forêt et qui a enlevé des arbres pour ça ou la mairie et donc nous. Ben ça va être nous, c’est sûr alors doucement avec l’écologie, je ne veux pas être méchant, mais on est toujours en train de dire que c’est à cause de nous, mais faudrait regarder vraiment le problème et là on trouverait sûrement les vrais coupables »

35Cette lecture, bien que minoritaire, vient renforcer l’interprétation plus communément partagée d’une ségrégation sociale manifeste, issue de l’appropriation des dunes et forêts du Touquet à des fins privées et restreintes qui se voudraient exclusives. Les deux lectures combinées laissent à penser que les inégalités écologiques ne sont pas seulement inhérentes aux aménités auxquelles chacun peut prétendre, ou encore aux risques auxquels on est exposé. Elles sont également liées au pouvoir différentiel des uns et des autres à peser sur les décisions qui sont prises en matière de préservation de l’environnement, ainsi qu’à l’imputation des responsabilités collectives et à la répartition du coût de la réparation. Ainsi celles-ci sont-elles perçues comme injustes car non proportionnelles aux aménités auxquelles chacun peut prétendre (ce n’est pas celui qui profite le plus qui paie le plus), ni aux dommages que l’on a occasionnés. L’inégalité ainsi produite est légitimée, voire renforcée par l’instrumentalisation du discours écologique qui se fait alors celui de la domination, conférant à la notion d’inégalité écologique une consistance éminemment politique.

2. Les quartiers aisés du Touquet : des habitations dans les dunes, la forêt et le centre-ville

36Plusieurs lotissements ont été construits dans les dunes situées au sud du Touquet, antérieurement aux politiques de préservation des espaces naturels littoraux (notamment les dispositions de la loi Littoral de 1986). Ces lotissements sont dénommés Mayvillage, West Green et Whitley (Photos 18 et 19). Les projets qu’ils représentent avaient pour ambition d’offrir aux résidents à venir un lieu unique porteur d’un maximum d’aménités environnementales, telles que la vue sur la mer, l’accès direct aux dunes et la tranquillité d’un milieu de nature. Toutefois l’expansion progressive de ces lotissements diminue peu à peu ces aménités. Aussi la majeure partie des habitants s’oppose aujourd’hui clairement à d’éventuels projets de constructions, qui pourraient nuire à la valeur écologique et économique de leur cadre de vie.

Photo 18 : Cordon dunaire du Touquet (au sud de la station) : Mayvillage, West Green et Whitley. Photographie aérienne oblique NAI Octobre 2006.

Photo 18 : Cordon dunaire du Touquet (au sud de la station) : Mayvillage, West Green et Whitley. Photographie aérienne oblique NAI Octobre 2006.

© Philippe Deboudt, 2009

37Ces lotissements sont conçus dans des enclos plus ou moins fermés, assortis d’un règlement de copropriété très strict. Dans chacun d’eux, seuls trois ou quatre modèles de résidences sont proposés, en maisons individuelles ou mitoyennes. Bien que les trois lotissements doivent leur cadre exceptionnel à la nature, nous nous sommes davantage attachés, dans cette étude, aux résidents du quartier de West Green bordant une étendue d’eau (Photos 20). Sans infrastructure excessive, il semble parfaitement intégré dans les dunes. Le lac naturel et les dunes, plus présentes qu’à Withley où elles disparaissent sous l’effet d’aménagements multiples (voiries, terrains de golfs…), sont régulièrement entretenus avec une forte volonté de préservation. C’est à notre sens le quartier le plus représentatif de l’ambition de vivre au plus près de la nature, une nature présente au sein même des logements entourant le lac sur lequel s’ouvrent leurs grandes baies vitrées

Photos 19 : Photographies aériennes obliques des lotissements (NAI, mai 2007).

Photos 19 : Photographies aériennes obliques des lotissements (NAI, mai 2007).

© Philippe Deboudt, 2009

38West Green s’est implanté juste après Mayvillage, et appartient au même syndic de copropriété. Les résidences « Whitley » ont été construites ultérieurement, perçues très négativement à West Green, où la beauté de la vue et l’existence même du lac étaient menacées par la disparition des dunes sous les nouvelles constructions. Un projet, « Whitley III », sur la même zone dunaire est actuellement en attente, freiné par la mobilisation hostile des propriétaires soutenus par l’Association de Sauvegarde des Forêts et des Dunes. L’ensemble des résidences bénéficie d’accès directs aux dunes et se situe à proximité de la forêt, des golfs (Photos 20) ; le quartier est relié au centre-ville grâce à des pistes cyclables. Le cadre naturel a été pour la plupart de ces résidents un attrait propre à déterminer leurs choix de résidence. Ils sont propriétaires en ces lieux de résidences secondaires, transformées bien souvent en résidences principales lors de la retraite. L’entretien collectif des extérieurs, proposé par le syndic, n’autorise aucune personnalisation des abords du logement, et confère au quartier une certaine uniformité ou homogénéité, un style assez britannique conjuguant des jardins à la végétation contenue et ordonnée sous les façades claires aux volets bleus. Les offres de résidence et notamment celles du quartier Whitley s’adressent principalement à des acheteurs anglais. Ces derniers sont de plus en plus nombreux à acquérir un logement au sein de la commune, aussi leurs aspirations réelles ou projetées inspirent-elles les opérations d’aménagement (résidences privées et fermées, golfs, pubs…).

39L’espace forestier du Touquet correspond à la zone communale la plus éloignée de la côte, première à être traversée lorsque l’on entre dans la ville. Les maisons construites dans la forêt sont historiquement les premières du Touquet. Nombre d’entre elles appartiennent encore à de ‘grandes’ familles de ‘souche touquettoise’. La toute première de ces villas abrite aujourd’hui le musée du Touquet, au cœur de la forêt. Les propriétaires sont des personnes particulièrement aisées (notons qu’une maison dans ce secteur coûte entre 1,5 et 3 millions d’euros). Beaucoup sont retraités, et les professions libérales sur-représentées. Les villas sont pour la plupart des résidences secondaires, vides hors des longs week-ends, des vacances et des périodes de beau temps. La plupart des résidents recherchent en ce lieu l’isolement (peu de voisinage) et la tranquillité, certains peut-être également l’image de marque que confère l’incontestable appartenance à une gentry parisienne et touquettoise. Le cadre naturel est facteur d’aménités, mais, à quelques exceptions près, il ne pénètre les parcs et les jardins que sous des aspects extrêmement domestiqués. Ainsi les espaces gazonnés et les grandes allées gravillonnées ont-ils repoussé la forêt aux limites des propriétés.

Photos 20 : Lotissements dans les dunes entre Le Touquet et Stella-Plage

Photos 20 : Lotissements dans les dunes entre Le Touquet et Stella-Plage

Philippe Deboudt, septembre 2007

40Le centre-ville de la station est dotée de commerces variés (magasins alimentaires, vestimentaires, bars, restaurants, casinos,…). et d’édifices publics. Il s’étend du front de mer (sur toute sa largeur) au boulevard Daloz, traversé de petites rues en sens unique, une réglementation destinée à limiter le plus possible le trafic automobile. Vu dans sa globalité, le centre-ville se présente sous une forme très géométrique. Le front de mer est occupé dans son intégralité par des immeubles d’appartements locatifs sur cinq ou six étages, séparés de la plage par un grand parking qui devrait être réaménagé dans les années futures (projet de parking souterrain). Ce type d’immeubles se retrouve également dans plusieurs des rues du centre ville, jouxtant de petites maisons individuelles qui sont pour la plupart des maisons de vacances. La population qui réside en centre-ville se divise en trois catégories : les vacanciers, les professionnels de l’hôtellerie-restauration et les retraités, le plus souvent âgées, qui recherchent la proximité des commerces et la perçoivent comme une nécessité (c’est le cas notamment de certains habitants qui ont quitté la forêt du Touquet ou les quartiers résidentiels des dunes à cet effet), Les deux dernières catégories recouvrent une population résidente à l’année. La première, quant à elle, est celle des résidents occasionnels. Il s’agit pour la plupart de familles qui louent un appartement ou une maison individuelle pour le week-end ou les vacances. Les habitants du centre-ville ne recherchent donc pas forcément la tranquillité, puisqu’il s’agit de la partie la plus animée de la ville (bars, restaurants et accès au front de mer). L’animation, qui plus est annuelle, est même perçue comme une aménité importante, de même que la propreté et l’esthétique des lieux (l’entretien et la mise en valeur des espaces verts ou des voiries). Les ménages qui viennent s’installer dans le centre-ville du Touquet sont désireux de vivre dans une commune qui reste active toute l’année (principe des « 4 saisons » instauré par la Mairie), et de bénéficier également de ses aménités environnementales, deux sources d’agrément citées par l’ensemble des résidents du Touquet

2.1. Pourquoi résider au Touquet ?

41Les interviewés des trois sous-quartiers présentés précédemment se déclarent tous très attachés à la ville du Touquet et ont choisi d’y habiter. Ils l’aiment « pour son environnement », une expression polysémique que leurs propos assimilent au cadre de vie à la fois urbain et naturel propre au Touquet. La motivation première de ce choix est la recherche d’un endroit calme et proche de la nature. La situation du Touquet entre mer et forêt fut souvent l’élément qui présida au choix du lieu de résidence, un choix qui a pu être également influencé par la notoriété et le standing de la station balnéaire : « Il faut dire que Le Touquet avait une très bonne réputation à l’époque, ce n’était pas aussi cher qu’aujourd’hui et aussi connu mais ça avait déjà sa réputation […] On appelait ça l’Arcachon du Nord, c’est vous dire ! […] On parlait à l’époque de 800 hectares de forêts de pins en bord de mer, c’était unique ! […] Nous ça nous a plu tout de suite. » La plupart justifient ce choix par un véritable « coup de cœur » ou « coup de folie » immédiat pour Le Touquet et ses paysages, découverts alors qu’ils passaient des vacances en famille ou cherchaient une maison secondaire : « ça a été mon plus grand coup de folie, je viens de Belgique et je cherchais une maison secondaire et cette région a été vraiment un coup de foudre, l’environnement m’a vraiment séduit, ce coté nature et tout quoi (…) Cet été là en 95, il faisait très chaud et mes enfants qui étaient encore très jeunes voulaient aller à la piscine, alors on est allé à la piscine du Touquet, l’Aqualud, et puis on s’est promené et on a vu une affiche qui disait de venir acheter dans un endroit paradisiaque et rare sur l’autre versant, et c’était la résidence de West Green qui était quasi neuve. Et là le coup de folie, on a acheté dans la nuit quasiment. »

42La forte attractivité du Touquet est également évoquée par un jeune couple, résidents d’une commune voisine, qui cherche à acheter au Touquet depuis plusieurs années. Le Touquet les a séduits lorsqu’ils étaient enfants par l’esthétique du paysage et cette fois encore le standing de la commune : « Déjà quand j’étais petit je disais à mes parents que je leur achèterai une maison au bord de la mer au Touquet […] On adorait aller se promener dans les dunes là-bas ». Aujourd’hui, ils souhaitent concrétiser « leurs rêves d’enfants » et recherchent la tranquillité, un endroit très fleuri et proche de la nature, une maison à proximité des dunes parce qu’ils adorent la mer. Un cadre de vie exceptionnel, doté d’aménités paysagères importantes, et qui se démarquerait de ce qu’ils ont actuellement, à savoir une vue « vraiment horrible, rien d’exceptionnel, une rue banale avec pas de vue à part l’immeuble d’en face ». Selon Maresca et Hebel (1999), dans l’opinion publique française actuelle « c’est le paysage des « grands éléments naturels […] qui jouent le plus fortement sur l’appréciation positive du paysage ». Le registre qui vient ensuite est composé des espaces cultivés (registre bucolique), puis des jardins et espaces verts. Ainsi « Au regard de leur qualité environnementale, les cercles de ce paysage reçoivent une appréciation de plus en plus positive à mesure que le regard s’éloigne, par référence implicite à ce qui cristallise la ville ». Par ailleurs, comme l’ensemble des interviewés, ce couple ne conçoit pas d’aller chercher « l’exceptionnel » hors de la région. Tous ont souhaité rester dans le Nord Pas de Calais, parce qu’ils aiment cette région, sa population, et surtout parce qu’y résident leurs familles. Le Touquet est alors défini comme un compromis idéal entre la recherche d’un cadre de vie « exceptionnel » et la proximité familiale ou encore la faible mobilité géographique qu’ils consentent à cette recherche : « On reste habiter dans le coin, pour la famille et l’ambiance chaude des habitants d’ici mais on veut un endroit joli à habiter et qui change de ce qu’on connaît déjà […]. Ici, au Touquet, on n’a pas l’impression d’habiter dans le Nord […] ».

  • 2 On remarquera que pour les résidents de la Pointe Nord, la distance qui sépare Le Touquet des grand (...)

43Les aménités les plus évoquées par l’ensemble des interviewés à propos du Touquet sont, dans l’ordre, les suivantes : la propreté, la tranquillité, la beauté du paysage et la réputation de la station. Cet ordre nuance finalement l’importance de la nature, dont les composantes sont pourtant très présentes dans les entretiens, et révèle l’imbrication des éléments constitutifs de la valeur du cadre de vie. Ainsi la notion d’« agrément du cadre de vie », « engage d’autres dimensions que le seul décor de l’espace où l’on réside, notamment le voisinage, la tranquillité ou au contraire l’animation, l’offre de services… » (Maresca et Hebel, 1999). Par ailleurs, pour les personnes encore en activité, la proximité du Touquet avec Paris est considérée comme un avantage supplémentaire qui leur permet de travailler régulièrement dans la capitale sans renoncer à des week-ends prolongés (voire à une résidence quasiment à l’année pour quelques uns) au cœur de la forêt2 !

44Le dynamisme du Touquet, décrit à travers les animations culturelles, sportives et festives du centre ville tout au long de l’année, est également systématiquement cité au titre des aménités du Touquet tant par le jeune couple qui déplore que leur commune voisine soit « morte à part deux mois dans l’année et quelques week-ends où il fait beau », que par les interviewés plus âgés et retraités, qui logent en centre-ville afin de bénéficier de la proximité des commerces et de la mer : « Quand on a voulu acheter au Touquet, on était dans l’esprit de trouver une maison de vacances qui servirait de maison principale quand on serait à la retraite. […] Alors on cherchait à la fois une maison qui se trouvait près de la mer parce qu’à l’époque avec les enfants, fallait pas être trop loin de la plage […] et on savait que quand on serait à la retraite on aurait encore plus de mal à se déplacer alors on voulait quelque chose en centre-ville. ». Même pour celles et ceux qui n’aspirent pas à vivre en centre-ville en bord de mer, parce que trop éventé, bruyant ou trop fréquenté par les touristes, ceux-là même qui ont préféré la quiétude des quartiers des dunes et de la forêt, la possibilité de profiter des animations des « 4 saisons » reste une opportunité appréciée. A titre d’exemple, habiter un quartier comme celui de West Green confère une certaine ‘autonomie’ à l’égard de la vie du centre dont on peut bénéficier du dynamisme sans en supporter les contraintes, ni renoncer à certains autres avantages : « C’est un très bon compromis d’habiter la bas, c’est les avantages du centre-ville sans habiter en centre-ville, je peux aller rapidement en centre-ville à vélo par là et de l’autre coté on a un chemin à travers les dunes qui nous emmène directement à la plage ».

  • 3 Parmi les résidents du Touquet sont sur--représentés les cadres supérieurs. A la lumière des entret (...)

45Ainsi le choix du quartier au Touquet est-il influencé par plusieurs facteurs : le niveau de revenu est le moins évoqué bien que l’un des plus importants. Il est associé à une autre variable – la catégorie socioprofessionnelle3 – qui influe sans conteste sur l’aspiration à un cadre de vie exceptionnel tel que les dunes, la mer, ou plus valorisé encore, la forêt, et plus encore sur les possibilités de l’assouvir. L’âge enfin pèse de manière indéniable en introduisant des contraintes (difficultés de déplacement, isolement familial..) auxquelles le lieu de résidence doit pouvoir répondre (l’accès aux commerces, aux soins, aux animations, aux réseaux sociaux…). Les relations sociales, notamment de voisinage, nouées au sein des quartiers sont peu valorisées. L’isolement l’est davantage, sans prendre toutefois la même signification d’un quartier à l’autre. Si en centre-ville, il est globalement peu regretté par une population vieillissante dont il accroîtrait la vulnérabilité, il est, en revanche, cité comme aménité dans les deux autres quartiers.

46Dans le quartier de la forêt, on protège son intimité des promeneurs et du voisinage que l’on fréquente peu : « J’ai des voisins, ça fait plusieurs années maintenant qu’ils habitent là et on ne se parle pas beaucoup. Moi je fais des efforts d’amabilité mais alors eux pas du tout. Comme je vous le disais ce n’est pas pour les voisins qu’on viendrait habiter ici, c’est clair. Les gens cherchent la tranquillité alors pas question pour eux de venir parler avec leur voisin, non ce n’est pas imaginable. ».

  • 4 C’est le cas notamment, repris plus loin, pour un résident qui n’« entretient » pas son jardin comm (...)

47Les relations de proximité sont vécues comme des contraintes, voire des atteintes aux libertés individuelles lorsque les modes d’habiter la forêt divergent entre voisins4 Dans les dunes et notamment à West Green, les résidences sont privées mais collectives et accolées les unes aux autres, sur un site dont l’accès est fermé. La propriété individuelle s’intègre alors dans une collectivité dont les intérêts sont pris en charge par un syndic unique et une association de co-propriétaires. Ainsi les choix individuels des propriétaires sont-ils soumis aux décisions collectives. La proximité des logements limite l’isolement, mais l’appropriation de l’espace, comme propriété privée, n’en est pas moins manifeste. Elle s’exprime notamment à travers l’opposition collective aux nouvelles constructions (Whitley 3) ou encore dans les discussions vives entre co-propriétaires et syndic sur les bonnes pratiques en matière de gestion des lieux, d’entretien et de travaux, d’uniformisation du quartier et de son intégration soignée dans le paysage des dunes : « Je ne dis pas que nos maisons ont du cachet mais ce qui est formidable c’est qu’elles s’ouvrent complètement sur la nature, on ne voit pas du tout ses voisins, on a de grandes baies vitrées sur le lac.. C’est ça qui nous a subjugués on a l’impression d’être sur le lac, le cadre est vraiment exceptionnel, c’est ce qui nous a séduit avant tout. Et donc les extérieurs de maisons doivent se fondre au maximum dans le décor naturel, donc je pense qu’il faut garder le bois, il faut garder les tons de sables […] Donc on s’est battus assez fort à ce sujet là. »

48A West Green, le sentiment d’isolement est inhérent à la vue sur le lac et surtout à la situation géographique du quartier — excentré, au cœur des dunes-, ainsi qu’à sa fermeture aux non résidents, un isolement entre pairs en quelque sorte. Mais l’isolement n’a de valeur que lorsqu’il est désiré et non subi, ainsi les résidents de West Green comme ceux du centre-ville, apprécient qu’à la différence des autres villes côtières, Le Touquet reste vivant toute l’année : « Vous êtes sûr de trouver vos légumes vos viandes ou vos poissons toute l’année, et nous on a vraiment l’impression d’habiter, surtout tout au bout, là où on habite à West Green, l’impression d’habiter dans un écrin de verdure magnifique, une qualité de vie magnifique et d’être au centre de toutes les activités du Touquet. »

2.2 Le coût des aménités et de l’isolement

49Le coût de cet isolement dosé et des aménités dont bénéficient les propriétaires du Touquet est élevé : « Habiter ici ça se paie, et cher, très cher », cherté de la taxe foncière et du prix des maisons ou des appartements : une résidence dans la forêt coûte entre 1,5 et 3 millions d’euros, à West Green un duplex de 72 m2, coûtait 640 000 FF hors taxe et frais, soit 95 522 euros en 1995 et 1 800 000 FF soit plus de 268 567 euros en 2007. Les travaux des services d’études du MEEDDAT (CETE, 2007) sur l’évolution du marché foncier du Sud de la Côte d’Opale confirment les informations recueillies lors des entretiens (Figure 21).

Prix moyens observés dans quelques villas du littoral en 2005 sur le segment de la maison ancienne

Prix moyens observés dans quelques villas du littoral en 2005 sur le segment de la maison ancienne

Figure 21 : Le marché immobilier au Sud de la Côte d’Opale

Figure 21 : Le marché immobilier au Sud de la Côte d’Opale

Evolution du prix moyen de la maison ancienne sur la période 2002-2005

Source : CETE, 2007

50Trois types de facteurs justifient un tel coût selon les interviewés :

  • Le premier est le décor, son esthétique et son originalité : « Quand vous voyez d’un côté la mer avec ses dunes et vous sentez le bon air marin et que de l’autre côté vous avez la forêt avec un vrai sentiment de nature, c’est évident que si vous construisez une maison au milieu de tout ça et bien, c’est très cher et c’est normal. » ;

    • 5 Cette affirmation assez nettement partagée ne semble pas validée par les statistiques. En effet, se (...)
    • 6 Selon une étude du CETE (2007), les prix de l’immobilier au Touquet n’ont de semblables que ceux qu (...)

    Le deuxième est la demande forte que suscite l’attractivité du Touquet notamment auprès des retraités et des Anglais5. Les promoteurs immobiliers vendraient des maisons à des prix qui ne correspondent pas du tout aux prix du marché6. Par ailleurs, le turnover est important, de nombreux propriétaires revendant leur bien au gré des changements de situation (séparation, mutations professionnelles…) ou de manière à réaliser une plus-value conséquente Les interviewés qui ont acquis un logement à West Green en 1995 évoquent une sélection socioéconomique croissante propre à renforcer le standing et l’image associée du Touquet ;

  • Le troisième élément qui pourrait justifier le coût d’une résidence au Touquet est relatif aux activités et services offerts par la Mairie, aux frais de personnel et de fonctionnement induits et à la plus-value qu’ils confèrent à la valeur des habitations : « Quand on voit tout ce que la mairie propose comme services à ses habitants, c’est aussi là le luxe d’habiter ici. C’est comme réserver en première classe, c’est plus cher mais au moins on a plein d’avantages, on en a pour notre argent comme on dit ! ».

51Le sentiment de payer pour des aménités réelles, inaccessibles au plus grand nombre, freine toute contestation, renforce le sentiment de bénéficier d’un cadre de vie exceptionnel, et encourage de nouvelles demandes : « Moi personnellement ça ne me dérange pas de payer autant de foncier parce que c’est fleuri c’est joli, quand on arrive on sait pourquoi on paie aussi cher. Quand on voit qu’il n’y a pas de papiers ou d’autres détritus qui traînent c’est quand même une grande satisfaction. Parce que c’est vrai que les services de la ville sont impeccables, ça il faut le dire […] C’est aussi ça le coté agréable du Touquet, il y a un coté agréable, familial, chic et bon genre, voilà il y a une certaine forme de snobisme aussi, faut pas se le cacher, mais on est bien ; on est très très bien, quand on arrive c’est toujours vert, c’est toujours fleuri… je crois que de ce coté la Mairie a fait du Touquet un petit bijou ça faut le reconnaître. ».

52Les aménagements les plus récents, telles les pistes cyclables, protégées des voies carrossables par un espace de verdure, et les navettes électriques gratuites, ajoutent au coût, un coût alors assimilé à celui du bien-être et de la sécurité : « C’est quand même très agréable de se promener à vélo sur ces pistes avec toute la sécurité que ça amène pour les enfants. Vous pouvez vous balader jusque Stella à vélo, vous pouvez aller à Etaples sans problème, vous pouvez laisser les enfants aller chercher le poisson, il n’y a aucun souci, ils ne sont pas en danger, donc c’est très appréciable aussi de ce côté-là ». Ainsi les activités citadines ou/et littorales les plus ordinaires ont, au Touquet, un cadre et des conditions d’exercice privilégiées, source d’aménités beaucoup moins ordinaires et par conséquent plus coûteuses

2.3 Des aménités littorales classiques valorisées

  • 7 Cette observation est conforme aux données plus générales dont nous disposons. Ainsi Dobré et al. ( (...)

53Les activités littorales les plus cités ne se différencient pas d’un quartier à l’autre, ni selon le milieu socio-professionnel d’appartenance, la proximité est le facteur le plus impactant sur la fréquence et le type de relation nouée avec l’environnement naturel7. Elles recouvrent prioritairement les promenades dans les dunes et la forêt, puis la fréquentation de la plage par beau temps lorsque les enfants viennent en vacances Ce sont donc des loisirs communs, dans le sens où ils ne relèvent pas d’une logique de distinction sociale, qui rythment le quotidien et font de celui-ci pourtant un mode de vie à part : « C’est quand même très très appréciable, je ne sais pas si il y a beaucoup de personnes qui peuvent aller travailler à vélo en prenant l’air par la mer, ou même le soir quand on ferme aller se faire une digue, aller se promener en bord de plage prendre l’air les journées sont longues […].. Donc ce n’est pas vraiment pour la bronzette, car pour moi j’ai passé l’âge de ça, mais c’est surtout pour la qualité de l’air, et la qualité de l’environnement qui est assez sauvage dans certains endroits et, ça, c’est vraiment agréable et ça j’adore. » Si les activités de plage et la mer ont pu jouer un rôle majeur par le passé, lors des vacances en famille (jeux de plage et baignade pour les jeunes enfants, char à voile et activités nautiques pour les plus grands), ce rôle semble aujourd’hui secondaire. La plage et la mer sont associées dans les discours à des loisirs familiaux, à la présence des enfants ou des petits-enfants. Pour de nombreux interviewés, la mer au Touquet n’a de valeur que parce qu’elle fait partie d’un tout : « c’est l’ensemble mer et forêt qui fait qu’ici c’est magnifique […] si il n’y avait que la mer peut être qu’on aimerait moins, c’est même sûr. ». Par ailleurs, elle est assimilée au tourisme, à la sur-fréquentation du Touquet et au front de mer urbanisé : « Avant c’était du bonheur mais aujourd’hui c’est plus d’ennui que de bonheur […] quand on voit la population que ramène la plage c’est trop. Vous rajoutez l’Aqualud et là vous vous faites le tableau […]]. En plus c’est pas très beau le front de mer. ».

54L’Aqualud n’est jamais cité dans les entretiens au titre des aménités. Il est qualifié de « gros bouton tout moche, un furoncle » sur un front de mer bétonné et destiné à faire le plein de touristes. La thalasso semble mieux considérée, même si peu de résidents disent en profiter. Elle semble correspondre davantage à l’image du Touquet et de la clientèle qu’elle veut se donner. De même le centre hippique et le golf sont appréciés et fréquentés, principalement par les enfants pour le premier. Le golf, quant à lui, est qualifié de « très belle réussite » par les golfeurs comme par les non golfeurs, parfaitement intégré dans ce décor littoral dont il constitue désormais une aménité valorisée : « les golfeurs qui jouent sur des sites comme ça doivent être enchantés, c’est magnifique ». L’un des trois parcours, baptisé « la mer », réservé aux golfeurs confirmés, n’est pas sans rappeler l’ambiance maritime et venteuse des golfs anglais, tel St Andrew — cite une interviewée.

  • 8 La métaphore utilisée ici pour restituer de manière synthétique les appréciations esthétiques des r (...)

55Les activités prisées se modifient au cours des trajectoires de vie, les sources d’aménités aussi. De la mer, les résidents n’ont plus la même utilité. Quelques-uns ne la citent que pour la plus-value qu’elle confère à leur habitation, les autres, couples aujourd’hui sans enfant, apprécient la proximité de la mer pour le bon air marin — le « parfum de vacances qui s’en dégage »-, la possibilité de manger « du poisson et des fruits de mer excellents », l’aspect sauvage des dunes où se promener en toute quiétude, la lumière de la Côte d’Opale qui se transforme au moindre rayon en toile de maître8.

56L’accroissement du nombre de touristes les conduit à fuir la plage lorsqu’elle est la plus agréable. Ils ne consentent à y retourner que pour accompagner la famille qu’ils reçoivent lors des congés scolaires. Seuls de jeunes adultes amateurs de char à voile et d’activités nautiques, ainsi que deux couples interviewés, plus jeunes que la moyenne, entretiennent avec la mer des relations très étroites à travers plusieurs activités telles que le canoë, le dériveur et le catamaran pour l’un, la pêche pour l’autre, armateur d’un petit bateau sur lequel il navigue avec quelques amis pêcheurs à Etaples. Amoureux des paysages sauvages, et en particulier le la Pointe Nord – « le plus bel endroit de la région »-, ces couples s’opposent farouchement au projet d’aménagement portuaire dont elle fait l’objet, et à la fréquentation induite par l’ouverture d’une base nautique. Comme leurs aînés, ils s’inquiètent également des projets de construction qui entament les dunes. Cette inquiétude est accrue à West Green où la pérennité du lac est directement menacée par la disparition des dunes qui le protègent. Les résidents du West Green ont conscience d’habiter un lieu de vie exceptionnel qualifié de « magique », de « magnifique » : « on ne retrouve ça dans aucun autre quartier à ma connaissance, car même si il y a d’autres quartiers qui sont construits près des dunes on ne ressent pas les dunes comme on peut les ressentir chez nous ».

57Mais cette aménité que certains d’entre eux sont venus chercher en quittant un milieu de vie citadin, voire industriel, une aménité que ces derniers n’hésitent pas à qualifier de « vitale », est fragilisée par la pression urbanistique. Aussi s’inquiètent-ils des constructions croissantes, des aménagements de standing qui donnent à Whitley un air de cité et gomment l’espace dunaire, et plus encore de projet « Whitley 3 » (dont ils ont pris connaissance en découvrant des compteurs d’eau au cœur des dunes). Ainsi leurs intérêts semblent-ils rejoindre la défense du milieu naturel, un milieu vulnérabilisé par ses aménités.

3. L’émergence des inégalités écologiques au Touquet ?

3.1 Le revers des aménités : Le Touquet entre logique d’ouverture et de fermeture

58A travers le projet « Whitley 3 », la pression urbanistique et du tourisme se fait sentir de manière croissante. Les interviewés oscillent alors entre deux tendances, parfois dans le même discours. Ils observent l’ensemble des aménagements du centre-ville, les constructions de résidences, de centres de vacances et d’hôtels destinés à accueillir massivement les touristes. La plupart considèrent le tourisme et l’arrivée de nouveaux résidents comme « normaux » ou « nécessaires », mais le risque de « saturation » leur semble proche. Il est perçu dans les kilomètres de bouchon à l’entrée de la ville à la belle saison et une douzaine de week-ends par an, dans la sur-fréquentation de la plage l’été et le nombre de résidences construites depuis les années 1970, beaucoup restent vides à l’année y compris depuis quelques années en haute saison. Comment justifier alors de nouvelles constructions s’interrogent les interviewés ? Les aménités du Touquet sont conditionnées au maintien d’un équilibre fragile qu’il s’agit de ne pas rompre ; ce qui fait la valeur du Touquet, selon eux, c’est un « compromis » : « Nous ce qu’on cherchait, c’était un vrai compromis entre une ville qui est vivante et qui a une bonne réputation, mais aussi une bonne renommée, si je puis dire, et un endroit tranquille à coté pour pouvoir vivre sans trop de stress […]. Le Touquet ramène quand même beaucoup de monde, mais offre aussi des îlots de solitude, des endroits où on peut être tranquille seul, dans le calme. Les dunes sont des endroits magnifiques pour ça. Si vous y allez vous verrez, vous pouvez marcher des heures sans croiser personne […] Et a contrario, si vous voulez croiser du monde vous allez dans le centre-ville, ou sur la plage du front de mer. Pour ça c’est génial Le Touquet. Alors maintenant on peut se poser la question : combien de temps cet équilibre va tenir ? » Les touristes sont nécessaires à la vitalité et au développement du Touquet — « il y a à peine 5000 habitants alors que le nombre de touristes est 10 fois plus grand, alors nous travaillons principalement avec les touristes » – commentait une restauratrice. Les Anglais notamment représenteraient, selon elle, 50 % du dynamisme économique de la Commune. Le tourisme français est, quant à lui, essentiellement « de proximité », de provenance, lilloise, parisienne, reimoise, et très tributaire des conditions météorologiques – « Vous n’allez pas louer un appart, avec ce que ça coûte, pour rester enfermer dedans ! ». Le tourisme à la journée est important, mais ne représente qu’une source de revenus modeste pour la Commune et ses commerces : « ils viennent, ils se garent, passent une journée à la plage et repartent le soir. Ça ne coûte pas excessivement cher ». Toutefois le prix du parking en centre-ville et au bord de mer (destiné à croître avec le projet de parking souterrain) est assimilé à rendre la plage payante et aussi à sélectionner le public — et la clientèle potentielle — qu’on souhaite recevoir : « C’est vrai que payer un euro de l’heure de stationnement ça revient à dire c’est vrai que la plage est payante. D’ailleurs on le voit bien quand il y a des journées train gratuit (TER mer à 1 euro), on voit débarquer beaucoup de gens de Lille et Paris, et c’est vrai que ça ne ramène pas forcement de la belle clientèle pour nous. »

59Le coût du parking, des locations, des commerces et notamment de l’hôtellerie, des restaurants et sandwicheries du bord de mer est dissuasif, de même que l’interdiction de pique-niquer sur la plage, mise en place afin de limiter les déchets et d’alimenter les sandwicheries et restaurants du bord de mer. Ces pratiques dissuasives contribuent à limiter l’accès au Touquet et à profiler les formes de tourisme. Plusieurs restaurateurs changent leurs cartes et baissent le prix des menus lors de l’Enduro – qui conduit au Touquet 300 à 400 000 personnes en un week-end — pour l’adapter à cette clientèle épisodique et massive. Un restaurateur d’origine étrangère, conscient de ne pouvoir vivre toute l’année avec la seule population résidente du Touquet, propose une large gamme de menus et produits toute l’année afin d’attirer un public estival ou autre de passage. Il s’est vu reprocher, selon lui, de « baisser le niveau social du Touquet ». Quelques Touquettois, interviewés à ce sujet, déplorent, par ailleurs, la montée de la délinquance chez les jeunes, que manifeste la fréquence des arrestations de jeunes dealers, et l’attribuent à une population estivale, trop massive, étrangère à la commune.

60La sélection par l’argent est une pratique, que remettent en cause des interviewés arrivés il y a une quinzaine d’années alors que les prix étaient moins élevés. Conscients du risque de saturation et de la perte d’aménités subies par les résidents du Touquet, notamment par les plus anciens d’entre eux, ils sont toutefois favorables à une certaine démocratisation de l’accès : « La plage est à tout le monde », « on ne peut pas empêcher les gens de venir au Touquet ». Leur lecture ambivalente oscille alors entre :

  • une volonté de limiter les nouvelles infrastructures et ‘voies d’accès’, de « ne pas ouvrir les vannes » afin d’éviter le phénomène tant redouté de saturation, dont le seuil reste difficilement mesurable : « On parle d’un 2e pont, alors je ne sais pas si ça serait vraiment la solution pour désenclaver Etaples à l’arrivée du Touquet, parce que ça reste un petit nid protégé, donc je ne sais pas s’il faut ouvrir les vannes et laisser passer tout ce flôt »,

  • et celle de ne pas refuser le droit auquel peut prétendre tout à chacun de visiter Le Touquet et de profiter de ses aménités : « et en même temps, on ne peut pas empêcher les gens de venir rêver un peu non plus, donc ceux qui viennent à la journée on ne peut pas les empêcher de venir rêver. »

61L’ouverture est, par ailleurs, perçue plutôt positivement, notamment par les commerçants et résidents qui ne sont pas Touquettois d’origine : « Alors c’est un peu à couteaux tirés, avant ils (les « Touquettois de souche ») avaient leur tranquillité, ça on ne peut pas leur enlever, mais du coup ça les enfermait un peu dans une bulle dorée des grandes familles bourgeoises du Nord. Alors qu’aujourd’hui, c’est un peu plus ouvert ». Ces interviewés savent que la limitation de l’accès par le revenu et autres pratiques dissuasives à l’égard des publics moins favorisés n’ont qu’un effet limité sur la préservation des aménités inhérentes au milieu naturel. Parce qu’« il y aura toujours des gens pour acheter une maison à 2 ou 3 millions dans la forêt », parce les projets de construction dans les dunes et d’aménagement de la Pointe Nord ne servent pas la satisfaction d’une aspiration à la démocratisation, mais celle d’une demande forte et productrice de revenus importants pour la ville, la question de l’ouverture du Touquet leur semble cacher d’autres sources de dégradation environnementale, plus inégalitaires.

3.2 Défendre l’environnement au Touquet… DU TOUQUET

  • 9 C’est le cas entre autres d’un couple qui prenait auparavant ses vacances dans les Ardennes belges.

62Comme les résidents de la Pointe Nord, ceux des autres quartiers sont pour la plupart sensibles au nombre et à la qualité des espaces verts, en ville, au nettoyage des plages et des espaces publics, ou encore à la mise en place précoce du tri sélectif, qui démontrent à leurs yeux l’engagement de la Commune sur la voie de l’écologie : « on ne se rend compte que beaucoup de choses sont mises en place par la Mairie (pour l’écologie) ». Ils ont alors le sentiment de bénéficier, au Touquet, d’un environnement privilégié sur une planète globalement menacée par l’action anthropique : « Je fais attention à tout ce qui est écologie. Ça m’intéresse beaucoup, parce que quand on voit comment va notre planète. Juste avant on parlait du mauvais temps ici qui est de pire en pire, mais c’est à cause de nous c’est clair. Bon nous on ne le voit pas au Touquet, c’est vrai, c’est toujours propre, c’est très fleuri, on a des paysages de nature qui nous font oublier que tout le monde n’a pas ça et qu’il y en a même qui le détruise ». Ces résidents sont d’autant plus sensibles aux efforts consentis en la matière qu’ils ont fui des milieux de vie ou de vacances pollués9. Beaucoup se déplacent à vélo, tous disent spontanément ne pas laisser traîner leurs déchets et respecter scrupuleusement les consignes du tri sélectif.

63La vulnérabilité des dunes piétinées par le public de l’enduro qui abîme la végétation, au mépris « de mois et de mois de travail », est jugée préoccupante : « Et puis c’est vrai que la nature et les dunes doivent être protégées un maximum, les plantations sont très très fragiles, c’est très difficile de maintenir la végétation dans les dunes et en fait c’est la végétation des dunes qui garde les dunes, donc si les oyats tout ça, les plantations qu’ils font sans cesse coûtent cher et sont difficile a mettre en place et c’est vraiment ce qui protége les dunes ».

64Le sujet de préoccupation le plus développé est, cependant, sans conteste l’« équilibre entre le développement de la ville et les constructions et la sauvegarde de la nature ». Beaucoup citent les pressions exercées par les grands promoteurs immobiliers et soupçonnent quelques accords inavoués contractés avec la mairie. Tous ne partagent pas la confiance dont témoignaient les résidents de la Pointe Nord à l’égard du Maire et de son aptitude à limiter les constructions en préservant un « état d’équilibre ». L’esthétique des nouvelles constructions et leur capacité à se fondre dans le décor ne modèrent pas leur inquiétude de voir l’environnement naturel et ses aménités disparaître progressivement. Cette inquiétude témoigne d’une grande sensibilité à l’environnement naturel comme composante essentielle et menacée de leur cadre de vie. Mais, circonscrite au Touquet, elle ne revêt que timidement les atours d’une sensibilité plus globale afférente aux préoccupations écologiques de notre société.

65Ceux des interviewés, qui démontrent une sensibilité écologique plus développée, mieux formalisée également dans des termes de contestation à l’égard des choix politiques locaux, sont membres de l’Association pour la Défense des Forêts et Dunes.

3.3 L’Association de Défense des Forêts et Dunes (ASFD)

66L’ASFD est née dans les années 1970, manifestation de résidents contre un projet de constructions collectives en forêt, lors de la mise en place du premier plan d’occupation des sols (P.O.S.). Le projet se réalise, mais partiellement, et l’association semble sommeiller jusqu’en 1995 où elle est reconnue d’utilité publique. A cette époque, elle se divise entre ceux qui appartiennent au conseil municipal de L. Déprez et les autres membres farouchement opposés au projet d’hôtel Pierre et Vacances.

  • 10 Le Touquet ne compte que 5000 résidents et seulement 150 jeunes scolarisés. Même en doublant les ef (...)

67En 1999, l’association entame une nouvelle lutte, cette fois, contre les nuisances provoquées par l’aéroport, devenu terrain d’entraînement pour les pilotes de la Compagnie Sabena. L’association obtiendra, par la suite, la fermeture de la seconde piste, plus petite, « à risque » pour ses praticiens, et proposera un projet de reboisement du site. La Mairie y obtient cependant un permis de construction pour un collège dont les adhérents de l’association contestent l’utilité10. Le lieu leur semble, en outre, de par les nuisances induites par la proximité de l’aéroport et son aspect excentré, peu adapté à l’implantation d’un établissement scolaire. Selon l’association, le projet servirait d’alibi à la viabilisation du terrain « aux frais du contribuable » au profit d’autres projets, telle la construction d’hôtels de haut standing et d’un auditorium. Opposée « au bétonnage du secteur », l’association a donc entamé une action devant le tribunal administratif afin que le projet soit suspendu.

  • 11 Le promoteur, qui avait acheté le terrain avant la promulgation de la loi Littoral, a pratiqué des (...)
  • 12 Une société hollandaise, également candidate lors de l’appel d’offre, a introduit un recours en jus (...)

68En 2004, l’association s’est également opposée au projet de construction « Whitley 3 », soit 24 villas dans les dunes et a obtenu son retrait grâce à la Loi Littoral11. Elle veille également à ce que la Pointe Nord ne soit pas aménagée en port de plaisance. Ce projet est ancien et même récurrent dans l’histoire du Touquet depuis les années 1920. Les études menées alors, puis dans les années 1960, 1980, jusqu’aux plus récentes, arrivent à la conclusion que le projet n’est pas réalisable dans la mesure où le sable en suspension dans l’embouchure exigerait un dragage permanent. En 2006, le Maire Léonce Desprez relance le projet « Port Nature ». L’association rappelle les conséquences de toutes les dispositions réglementaires sur cet espace littoral pour s’opposer à ce projet. Un autre combat, plus récent celui-ci, contre le projet de parking souterrain en front de mer, actuellement suspendu suite à l’annulation de la procédure d’attribution du marché12, mobilise également l’ASFD, bien qu’il ne touche ni les dunes, ni les forêts. La contestation de l’association ne porte pas sur le prix à venir du stationnement dont s’inquiète nombre de résidents, mais sur la localisation du parking souterrain. Celle-ci créera un flux et un reflux d’automobilistes dans les rues de la ville et l’association propose de penser plus globalement un plan de circulation favorable à l’équilibre entre vélos et automobiles. Elle suggère la création d’un parking excentré et arboré (sur le site de la Pointe Nord), beaucoup moins coûteux que le projet de parking souterrain confié à Vinci, ainsi que le développement de transports par vélos et navettes. L’objectif est de réduire de 20 % le trafic automobile afin qu’il retrouve sa fluidité.

69Enfin, l’opposition contre l’Enduropale est l’un des derniers combats de l’association. Déplacé sur la plage depuis 2 ans, il resterait selon l’association une source de pollution du sable, qui ne serait pas analysé en l’absence de demande de pavillon bleu, et de dégradation des dunes et de l’estuaire. Au sein de l’association, les membres parlent « d’aberration écologique et organisationnelle », ou encore « d’économie de Sapeur-Camembert, c’est-à-dire qu’on plante des oyats, on détruit les oyats, et on replante des oyats. ». Cette pratique, dont le coût est loin d’être négligeable servirait, selon eux, à justifier les nombreux emplois à la mairie et à alimenter une stratégie clientéliste. L’ensemble des propos tenus sur l’Enduro est empreint d’une double signification. Il y est dit qu’au départ « il s’agissait d’une bonne idée pour faire vivre le Touquet » et « lancer une saison d’hiver, mais que depuis « ça a pris des proportions hallucinantes » jusqu’à devenir « contre-productif ». Certes, sous ce terme, sont dénoncées les conséquences économiques et écologiques nuisibles de l’Enduro, mais l’idée dominante s’en écarte : l’Enduro : « ça ne colle pas à l’image du Touquet ». L’évènement est même assimilé à une « invasion du Touquet par une horde sauvage » que fuiraient alors les résidents : « C’est une population qu’on ne devrait pas faire venir ici, la mairie ne devrait pas favoriser ça. Je connais beaucoup de gens qui ne viennent pas dans leur maison du Touquet pendant ce week-end. Et ceux qui viennent, ils ne viennent que pour surveiller leur villa parce qu’il y a des dégradations »

70Ainsi, comme le suggéraient certains résidents de la Pointe Nord, les antagonismes autour de l’Enduro relèveraient davantage d’enjeux socioculturels que de l’écologie. Par ailleurs, les évènements que l’association propose comme alternatives à l’Enduro, soit un festival de théâtre ou la fête des fleurs qui, à l’image de celle de Nice, animait le Touquet avant le lancement de l’Enduro, mobilisent des références et des formes de culture plus conformes à l’image souhaitée du Touquet. Ainsi le débat autour de l’Enduro donne à lire les hésitations de la Commune entre ouverture et fermeture. La position de l’ASFD à ce sujet est celle de ses quelque 130 adhérents, à 99 % propriétaires, de moyenne d’âge élevée, appartenant à des PCS également élevées (professions libérales, commerçants, PDG, consultants, journalistes…) voire, pour quelques-uns, au milieu enseignant dans lequel les associations à visée environnementale recrutent de manière privilégiée. Tous se disent « défenseurs de l’environnement de la première heure ».

71Et il est vrai que les membres de l’ASFD interviewés témoignent d’une sensibilité écologique manifeste. C’est d’ailleurs au nom de cette sensibilité qu’ils disent adhérer à l’ASFD : « Mais bien avant mon implication dans cette association j’étais soucieux de l’écologie, et de la qualité de la vie. Je pense qu’aujourd’hui c’est vraiment primordial, on fait tellement de bêtises en France notamment et au Touquet en particulier qu’il est grand temps de s’en préoccuper. » Le plus jeune couple adhérent s’est engagé, par ailleurs, à titre personnel dans des actions à forte charge symbolique comme le nettoyage des plages de Bretagne après le naufrage de l’Erika.

72Les adhérents souhaitent un « Touquet propre et naturel » et militent pour que la ville garde au maximum son « esprit originel ». Opposés aux projets de construction et d’aménagement cités précédemment, ils proposent de « vraies alternatives » à la Mairie pour mieux vivre au Touquet, et notamment y circuler. Ils souhaiteraient d’ailleurs faire de la ville du Touquet une ville pilote en termes de transport fonctionnant à l’énergie électrique : « On pourrait imaginer qu’au Touquet on lance un partenariat avec des entreprises spécialisées en transport électrique ou même d’autres choses qui fonctionnent avec des énergies plus écologiques. Je suis sûr que ça ne coûterait pas grand-chose. On servirait de ville test en quelque sorte […] Ca serait une bonne chose pour la ville, ça redorerait le blason de la ville. Ca serait plus vivable ici, l’air serait meilleur et ça serait plus calme et moins pollué. ». Ces personnes constituent la partie active de la population touquettoise au regard de la sauvegarde de l’environnement. Lors des entretiens, il est apparu que les habitants de la ville du Touquet non membres de l’ASFD sont très attachés à la qualité de l’environnement, mais sont pour la plupart favorables à « un juste équilibre » entre des constructions « nécessaires au développement de la ville » et la sauvegarde de l’environnement naturel.

  • 13 L’association, qui ne souhaite pas que ses membres entrent dans le Conseil municipal, dispose de mo (...)

73Les adhérents de l’ASFD se différencient des autres résidents puisqu’ils refusent tout projet de développement du Touquet, « toute concession » à ce sujet, « toute négociation » avec la Mairie et ses soutiens, à laquelle ils s’opposent avec la force d’un véritable groupe de pression qui se reconnaît et s’assume comme tel13 : « On en a marre de voir des constructions apparaître partout et qui détruisent notre décor […] Maintenant on est en guerre perpétuelle mais sans violence bien […] les autres ils gueulent quand c’est fait, mais c’est déjà trop tard, alors nous on veut agir et se faire entendre avant qu’on nous mette sur le fait accompli […] »

74Certains d’entre eux reprochent aux résidents du Touquet, non adhérents, de ne pas se soucier réellement d’environnement : « Ici quand on voit qu’on est à peine 100 ou 150 à défendre des idées écologiques avec l’ASFD, c (est facile de comprendre que très peu de monde se soucie de la nature, ce qui les intéresse c’est simplement habiter dans un endroit chic et classe […] Ils construisent des maisons dans la forêt en imaginant passer pour des amoureux de la nature et ils détruisent tous les arbres pour construire, ils veulent aménager la Pointe Nord pensant préserver le site mais ils vont le détruire […] il n’y a que de l’intérêt personnel la dedans. »

75Le couple engagé dans le nettoyage des plages après l’Erika cite leur expérience pour politiser quelque peu le débat, dans une lecture toutefois peu reprise par les autres adhérents : « C’était vraiment horrible comme vision, et tout ça pour de l’argent [...] C’est pareil au Touquet un peu en fait, pour de l’argent on est près à mettre en danger la nature. »

  • 14 http://pagesperso-orange.fr/touquet-asfd/ag2005.htm.

76L’adhésion au GDEAM (Groupement de défense de l’environnement de l’arrondissement de Montreuil) fonctionne comme une légitimation de l’action écologique menée par l’association, elle lui confère poids et reconnaissance hors des limites du Touquet et dans ses combats, contre l’Enduro notamment. Mais L’ASFD a avant tout pour objectif officialisé : « de veiller à la protection de l’environnement touquettois, à la sauvegarde de son patrimoine architectural et de ses paysages et à la défense du cadre de vie des habitants »14.

77Ainsi son action reste limitée aux frontières de la Commune, la défense de l’écologie déclinée à l’échelon local : « On nous a souvent demandé de participer à des mouvements de contestation contre certains projets dans la région mais on a assez de boulot ici et puis faut commencer par balayer devant sa porte avant de faire chez le voisin […] Si on arrive a faire avancer les choses ici, ça sera déjà pas mal et puis c’est avant tout pour nous qu’on le fait, et pas pour les autres, alors on reste sur des projets au Touquet. »

78Le discours écologique et les propositions alternatives (du renouvellement de l’évènementiel à la recherche d’une modernité architecturale homogène et maîtrisée) que l’association propose sont le reflet d’une collectivité – le « nous » — qui s’est appropriée l’environnement et s’efforce de défendre, voire d’imposer, sa vision de la vie et de la ville idéale : « Moi je souhaite pour Le Touquet, qu’il y ait une vraie réflexion sur qu’est ce qu’on peut faire de cette ville ». « Vous savez le Touquet est plein de contradiction comme celle là (l’Enduro) mais bon, la plupart du temps si l’on fait abstraction de tout ça, c’est un endroit magnifique, un peu surfait par endroit, mais tellement tranquille pour les gens comme nous. Et nous on se bat pour que ça reste tranquille comme avant. On ne peut pas laisser faire tout et n’importe quoi, on a mis le prix pour habiter dans ce petit paradis, alors c’est la moindre des choses que l’on nous garantisse ce pour quoi on a payé ! » L’appropriation de l’environnement par le groupe des résidents constitués en association trouve sa légitimation dans l’investissement financier et le capital économique (et pourrait-on ajouter social et culturel associés) qui est le sien.

79Le discours écologique et militant s’inscrivant dans la logique de protection du patrimoine naturel littoral permet certes de limiter le bétonnage à outrance du Touquet et la perte des aménités consécutives, mais il se fait aussi facteur de légitimation des inégalités d’accès aux aménités résidentielles et récréatives du milieu naturel. La sensibilité écologique des adhérents interrogés semble certes supérieure à celle des autres résidents. Mieux valorisée — « C’est très vendeur l’idée d’écologie […] », — remarquait l’un d’entre eux-, elle semble puiser sa force dans celle de l’organisation collective et du discours écologique que celle-ci a la capacité d’énoncer et de défendre. Pour autant, cette sensibilité n’est pas de nature différente, accrochée à la sauvegarde de l’environnement de proximité, soit le décor du lieu d’habitation. Bien-être personnel et sauvegarde de l’environnement semblent alors se confondre. Cette fois encore l’environnement est cadre de vie et revêt des aspects composites : la qualité de l’air et des paysages, la réputation des lieux, les relations avec le voisinage, avec la Mairie, la qualité des manifestations organisées au Touquet, ou encore la régulation des touristes en période estivale. C’est la présence d’aménités naturelles précieuses et plurielles au sein de ce cadre original qui a poussé les interviewés à choisir Le Touquet et les pousse aujourd’hui à se mobiliser au nom de l’écologie.

Conclusion

80L’analyse qui précède débouche sur un certain nombre d’enseignements. Les résidents du Touquet, quelle que soit leur origine géographique ou leur appartenance sociale, développent une relation extrêmement forte avec l’environnement naturel du Touquet, mais cet environnement est composite, défini par ses éléments tant naturels que plus anthropiques et urbains. (« La nature dans la ville et la ville dans la nature »). Pour l’ensemble des résidents : c’est la combinaison des aménités littorales, forestières et urbaines qui fait la valeur et l’originalité du mode de vie touquettois. Si en matière de résidence, les aménités sont très inégales puisque associées à des revenus élevés — le cas des employés de la Mairie modestement logés en habitat collectif faisant exception-, les aménités récréatives, quant à elles, semblent moins sélectives. Certes les plus coûteuses d’entre elles (golfs, yachting, hippisme, thalasso) sont réservées aux plus aisés, mais la plupart, gratuites, sont accessibles à l’ensemble des résidents. C’est alors la proximité qui conditionne l’accès, et non la détention d’un capital social et culturel donné, conformément à ce qu’ont pu observer Dobré et al. (2005) au sujet de la fréquentation des forêts françaises. Le capital économique intervient alors indirectement en facteur conditionnant la proximité (en l’occurrence la possibilité de résider au Touquet). La valorisation de ces aménités est identique d’un quartier à l’autre, mais leur hiérarchisation (privilégier la proximité des commerces, la fréquentation de la plage…) varie en fonction de l’âge et de la trajectoire ou situation familiale des résidents. La sensibilité écologique de ces derniers est importante, là encore quel que soit le quartier d’appartenance. Elle peut être définie comme une sensibilité à la qualité de l’environnement de proximité, à la défense d’un milieu naturel et urbain approprié à travers la résidence et les usages récréatifs (professionnels également pour les employés de la Mairie). Elle peut être exacerbée par les menaces qui pèsent sur cet environnement et ses aménités, mais demeure pour l’essentiel limitée à ces enjeux locaux.

81Au cœur de ces enjeux se mêle à la question de la préservation du milieu celle de l’accès au Touquet et de sa régulation : quelle population est légitime au Touquet et quels usages associés ? Les préoccupations écologiques et sociales ainsi que les avis émis à ce sujet diffèrent (davantage que les pratiques récréatives observées), selon l’appartenance sociale et la trajectoire résidentielle des interviewés. Enfin, si la possibilité de s’approprier l’environnement conditionne bien souvent des usages respectueux de sa préservation (comme on le verra à travers l’exemple du Chemin Vert), elle conduit ici à la mobilisation d’un discours écologique qui se fait instrument de ségrégation. Comment préserver l’environnement sans accroître les inégalités ? La préservation se fait au nom d’une collectivité, d’un « nous » (les résidents de la forêt, les membres de l’ASFD, les copropriétaires de West Green) qui exclut les « autres » (une population plus défavorisée, le public de l’Enduro, les acheteurs anglais…). Les plus grandes atteintes à l’environnement et à la qualité de vie au Touquet sont d’une part la circulation et ses nuisances multiples (sur la qualité de l’air et le bien-être de chacun) et d’autre part la progression des constructions (au détriment des dunes, de la forêt, et des aménités pour leurs résidents ou usagers) que les prix élevés semblent stimuler plus que freiner. Le « nous » que représente l’ASFD semble l’acteur le plus capable de limiter ces atteintes et de proposer des alternatives constructives. Mais simultanément ne renforcent-il pas les inégalités en imposant un modèle de cité idéale, définissant par là, et légitimant enfin le mode d’appropriation qui est le sien ?

Notes

1 Ainsi comme pour la grande majorité des Français, « qui fréquentent les espaces naturels, la simple promenade reste la finalité principale » des Touquettois (Maresca, Hébel, 1999)

2 On remarquera que pour les résidents de la Pointe Nord, la distance qui sépare Le Touquet des grandes métropoles est, au contraire, trop importante. La proximité est une variable des plus relatives, dépendante des revenus et contraintes professionnelles et familiales de chacun.

3 Parmi les résidents du Touquet sont sur--représentés les cadres supérieurs. A la lumière des entretiens réalisés, il semblerait (ce que l’on ne peut confirmer faute de données statistiques plus précises) que la forêt concentre les résidences les plus chères et les propriétaires les plus aisés.

4 C’est le cas notamment, repris plus loin, pour un résident qui n’« entretient » pas son jardin comme le souhaiteraient ses voisins, parce qu’il privilégie le rapport à la forêt.

5 Cette affirmation assez nettement partagée ne semble pas validée par les statistiques. En effet, selon celles-ci, les acheteurs sont certes d’origines régionales beaucoup plus variées que dans les autres communes, mais la proportion d’étrangers est faible et celle des retraités également

6 Selon une étude du CETE (2007), les prix de l’immobilier au Touquet n’ont de semblables que ceux qui se pratiquent sur la Côte d’Azur. Dans le classement des stations balnéaires effectué par le Nouvel Observateur, Le Touquet est au 9e rang pour le niveau des prix des locations, mais au 20e pour celui des prix de l’immobilier (Nouvel Observateur, n° 2173, du 29 juin au 5 juillet) !

7 Cette observation est conforme aux données plus générales dont nous disposons. Ainsi Dobré et al. (2005) montrent que la proximité est un des facteurs les plus importants de la fréquentation des forêts (enquête quantitative auprès d’un échantillon représentatif de la population française âgée de plus de 15 ans de 1000 individus).

8 La métaphore utilisée ici pour restituer de manière synthétique les appréciations esthétiques des résidents, relatives au paysage touquettois nous rappelle la dimension éminemment culturelle du paysage : « C’est la culture, la convention, la connaissance qui tracent le dessin, qui confèrent à une impression rétinienne cette qualité que nous éprouvons sou le nom de beauté » (Schlama, 1999).

9 C’est le cas entre autres d’un couple qui prenait auparavant ses vacances dans les Ardennes belges.

10 Le Touquet ne compte que 5000 résidents et seulement 150 jeunes scolarisés. Même en doublant les effectifs grâce à des jeunes de l’extérieur, le collège, prévu pour un minimum de 450 ou de 600 élèves, ne pourrait faire le plein. Par ailleurs, les disponibilités offertes par les établissements avoisinants ne justifieraient pas le coût de l’implantation soit 18 300 000 euros, selon un adhérent.

11 Le promoteur, qui avait acheté le terrain avant la promulgation de la loi Littoral, a pratiqué des extractions de sable jugées par les tribunaux. Non condamné, il a été toutefois été amené à retirer son projet.

12 Une société hollandaise, également candidate lors de l’appel d’offre, a introduit un recours en justice, un référé pour faire annuler la décision du conseil municipal confiant a Vinci la construction du parking pour vice de procédure. Le projet est donc actuellement suspendu.

13 L’association, qui ne souhaite pas que ses membres entrent dans le Conseil municipal, dispose de moyens importants, issus des adhésions et subventions de ses membres, qui leur permettent de recourir au service d’avocats. La notoriété de son président et de certains de ses membres lui confèrent par ailleurs une bonne audience et une capacité de mobilisation auprès des médias.

14 http://pagesperso-orange.fr/touquet-asfd/ag2005.htm.

Table des illustrations

Titre Photo 15 : Photographie aérienne oblique Le Touquet. Vue vers l’embouchure de l’estuaire de la Canche (NAI, mai 2007).
Crédits © Philippe Deboudt, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Photo 16 : Photographie aérienne oblique de la Pointe du Touquet (Rive sud de l’estuaire de la Canche) Photographie NAI, Mai 2007.
Crédits © Philippe Deboudt, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15066/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Photos 17 : Logements sociaux et vue sur la baie de Canche
Crédits Deboudt, septembre 2007
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15066/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Photo 18 : Cordon dunaire du Touquet (au sud de la station) : Mayvillage, West Green et Whitley. Photographie aérienne oblique NAI Octobre 2006.
Crédits © Philippe Deboudt, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15066/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Photos 19 : Photographies aériennes obliques des lotissements (NAI, mai 2007).
Crédits © Philippe Deboudt, 2009
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15066/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Photos 20 : Lotissements dans les dunes entre Le Touquet et Stella-Plage
Crédits Philippe Deboudt, septembre 2007
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15066/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Prix moyens observés dans quelques villas du littoral en 2005 sur le segment de la maison ancienne
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15066/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 21 : Le marché immobilier au Sud de la Côte d’Opale
Légende Evolution du prix moyen de la maison ancienne sur la période 2002-2005
Crédits Source : CETE, 2007
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15066/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search