Version classiqueVersion mobile

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Partie 2. Approche des inégalités écologiques dans les territoires littoraux. Études de cas en Côte d'Opale et dans la rade de Marseille

Introduction

Philippe Deboudt

Texte intégral

1Le choix des sites d’étude des inégalités écologiques présentés dans les chapitres suivants résulte tout d’abord de l’expérience des auteurs sur les deux zones littorales en Côte d’Opale et à Marseille et des propositions formulées par les acteurs de ces territoires lors de rencontres-débats organisées en mai et juin 2006. L’objectif de cette deuxième partie n’est cependant pas de proposer une juxtaposition de monographies à partir de l’étude des inégalités écologiques dans des portions de territoires littoraux en Côte d’Opale et à Marseille.

2Le choix des études de cas présentées dans cette deuxième partie (Figure 3) se justifie aussi par l’élaboration d’une typologie, non exhaustive, des différentes formes d’inégalités écologiques spécifiques à ces territoires. Pour chacun des sites choisis, les auteurs ont mis en exergue une facette de l’inégalité écologique, selon un point de vue disciplinaire. Certains sites ont aussi permis une approche interdisciplinaire de l’inégalité écologique.

3A travers le prisme des inégalités environnementales, aborder les notions d’utilisation du sol et de marché foncier, amène à s’interroger sur les interrelations qu’ils entretiennent à la valorisation/dévalorisation des territoires en termes de choix résidentiel des individus (chapitre 1). Le sud de la Côte d’Opale connaît des trajectoires territoriales singulières où, sur les mêmes communes, la volonté de préservation des espaces naturels dans une région très urbanisée et la prédilection de la maison individuelle suivent des logiques pouvant être contradictoires. Dans cette perspective, s’intéresser aux inégalités environnementales dans les marges urbaines des territoires littoraux passe dans un premier temps par une mise en perspective à différentes échelles spatiales des dynamiques récentes d’utilisation du sol, notamment de l’urbanisation. Dans un second temps, l’évolution de la construction de logements et plus particulièrement de la maison individuelle fait l’objet d’une mise en perspective à l’échelon communal en insistant notamment sur les rôles respectifs du marché en termes de sélection des nouveaux résidants et du foncier en termes de distanciation socio-spatiale des individus.

4L’analyse des différents modes d’occupation et d’appropriation de l’espace selon que l’on se trouve plus ou moins loin de la mer permet aussi de révéler des inégalités écologiques. A partir de l’exemple d’Ensuès-la-Redonne (chapitre 2), sur la Côte Bleue, nous proposons une analyse de la façon dont le rapport à la mer organise, par cercles concentriques, la carte des inégalités résidentielles. L’accès physique à la mer, le sentiment d’en être proche, et la vue ont chacun un impact sur la valeur des biens immobiliers. La combinaison de ces trois facteurs y est déterminante. Le rapport à la mer dessine l’échelle de valeur des résidences et de la répartition sociale des habitants. Typologie sociale et relation à la mer sont étroitement liées sur le territoire communal.

5Les caractéristiques liées à l’insularité de l’archipel du Frioul et sa proximité géographique du centre-ville de Marseille (par l’accès au Vieux-Port) permettent une analyse en lien avec la problématique des marges urbaines littorales (chapitre 3). Le lieu, qui combine des espaces de haute valeur patrimoniale (mise en valeur des espaces naturels et bâtis par tout un dispositif réglementaire et institutionnel, comme le réseau Natura 2000, la création d’une ZPS, l’application de la loi Littoral, la rénovation de sites historique dans un cadre d’insertion sociale) et un développement urbain récent (milieu des années 70), offre un cas d’étude particulier dans le cadre de la notion d’inégalités écologiques. On entre ici dans le champ des politiques publiques, comme indicateur d’inégalités écologiques. De façon plus générale, ces inégalités semblent inévitables, puisqu’elles relèvent aussi de la perception des populations et de leur approche personnelle (selon que l’on soit résident ou usager occasionnel…).

6Une démarche de terrain associant une approche sociologique et géographique sur la commune du Touquet (Pas-de-Calais) a permis de révéler des formes d’inégalités écologiques en un lieu pourvu de fortes aménités environnementales (chapitre 4). Tout à la fois ville littorale, station balnéaire, espace de dunes et de forêt, zone d’estuaire, le Touquet représente, un ‘cas d’étude’ privilégié (un terme que nombre d’interviewés utiliseront). Lieu de résidences secondaires, il abrite également des logements sociaux et se divise en quatre quartiers clairement identifiables d’un point de vue géographique (celui des Dunes, de la Forêt, du Centreville et de la Pointe nord) et sociologique à l’issue des entretiens.

7A Marseille, l’étude de la création du parc balnéaire du Prado permet d’aborder le lien entre la réalisation d’un projet urbain et son appropriation par les acteurs et les usagers (chapitre 5). L’analyse du décalage entre les premiers projets et les réalisations, l’évolution de la perception du projet par les acteurs de l’aménagement, les conditions de l’appropriation du projet par les habitants apportent plusieurs enseignements sur la prise en compte des inégalités écologiques dans les projets urbains situés en zone côtière.

8Si les caractéristiques sociales du quartier du Chemin Vert à Boulognesur-Mer le rangent sans ambiguïté dans la catégorie des quartiers socialement très défavorisés, l’inégalité écologique est partielle par rapport aux autres quartiers de la ville. En effet l’environnement urbain du quartier est certes bien dégradé par la faiblesse de l’accès aux services, par la qualité médiocre de ses logements et par sa marginalisation spatiale mais il bénéficie d’un environnement ‘naturel’ objectivement positif que lui procure sa situation littorale et sa proximité à la mer. La rénovation du quartier à l’œuvre depuis 2004 s’appuie sur la redécouverte et la valorisation de la ‘maritimité’ du lieu. Le concept a fortement inspiré les acteurs du projet urbain Une étude sociologique réalisée en 2006-2007 par Valérie Deldrève montre qu’il demeure encore peu approprié par les habitants du quartier eux-mêmes qui considèrent d’abord l’espace littoral comme un espace de pratiques ordinaires inhérentes au quartier, avant d’être un site naturel et un paysage remarquable. L’environnement vécu et perçu par les habitants diffère fondamentalement de celui des acteurs du territoire. La notion d’inégalité écologique s’enrichit de la double lecture des approches sociologique et géographique (chapitre 6).

Figure 3 : Localisation des sites littoraux étudiés dans la partie 2

Figure 3 : Localisation des sites littoraux étudiés dans la partie 2

Réalisation : Jacqueline Domont, TVES

Table des illustrations

Titre Figure 3 : Localisation des sites littoraux étudiés dans la partie 2
Crédits Réalisation : Jacqueline Domont, TVES
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search