Version classiqueVersion mobile

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Partie 1. Territoires littoraux et inégalités écologiques : regards pluridisciplinaires et approches théoriques

Chapitre 1. Regards pluridisciplinaires sur le territoire littoral

Olivier Lozachmeur, Mahfoud Ghézali, Gérard Bellan, Denise Bellan-Santini, Jean-Claude Dauvin, Jérôme Longuépée, Valérie Deldrève, Vincent Herbert, Catherine Meur-Férec, Valérie Morel et Philippe Deboudt

Texte intégral

1Ecologues, économistes, juristes, géographes et sociologues développent des démarches spécifiques et singulières pour étudier le territoire et contribuent ainsi à la définition d’un concept au carrefour des sciences humaines et sociales et des sciences de la nature. Tous font apparaître dans leur analyse qu’un territoire est un espace approprié. Quel regard singulier porte chaque discipline sur le territoire et plus spécifiquement sur le territoire littoral ?

1. Le territoire et le droit

  • 1 Loi n° 86-2 du 3 janvier 1986 relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du litto (...)

2Bien que le Parlement ait voté une loi dite ‘Littoral’ en 1986, il n’existe pas de définition juridique du littoral dans notre pays. Pour les juristes, le littoral s’est longtemps limité au rivage, avant de s’étendre au domaine public maritime, puis au territoire des communes littorales telles qu’elles sont identifiées à l’article 2 de la loi Littoral1. De nos jours, sous l’influence d’autres disciplines scientifiques, la biologie, la géographie, et du droit international et communautaire, les limites qui sont reconnues par le droit et qui peuvent être proposées pour délimiter le territoire littoral sont plus nombreuses et lui confèrent une largeur plus importante que par le passé. Avant d’évoquer ces limites, il convient de souligner que si le terme « littoral » est traditionnellement utilisé en France pour désigner l’espace où la terre et la mer sont en contact et s’influencent mutuellement (toute la difficulté étant ensuite de fixer les limites de cet espace), l’expression ‘zone côtière’ est aujourd’hui de plus en plus employée en même temps et/ou à la place du terme ‘littoral’. Pour certains auteurs, le littoral est plus étendu que la zone côtière, alors que pour d’autres c’est la zone côtière qui est plus vaste que le littoral. Ce débat étant vraisemblablement impossible à trancher, il semble plus simple de considérer que ces deux notions sont interchangeables et désignent une bande de largeur variable située à l’interface de la terre et de la mer et qui s’étend de part et d’autre du trait de côte. Si l’expression ‘zone côtière’ est de plus en plus utilisée depuis quelques années en France, c’est principalement en raison de la consécration du concept de ‘gestion intégrée des zones côtières’(GIZC) par les pouvoirs publics français (Lozachmeur, 2008).

  • 2 Décret du 7 juillet 2000 portant création du comité de l’initiative française pour les récifs coral (...)
  • 3 Article 160 de la loi n° 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, J.O. n° (...)
  • 4 Article 235 de la loi n° 2005-157 du 23 février 2005 relative au développement des territoires rura (...)

3En effet, quelques mois après l’apparition de ce concept dans le décret du 7 juillet 2000 portant création du comité de l’initiative française pour les récifs coralliens2, le Gouvernement a annoncé lors du Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire du 9 juillet 2001 que la politique du littoral « procède d’une philosophie nouvelle fondée sur le concept de gestion intégrée des zones côtières », en précisant que "cette gestion intégrée doit désormais dépasser les approches strictement juridiques et réglementaires fondées sur la contrainte, pour privilégier les logiques de projet et de partenariat" (DATAR, 2001). Depuis cette annonce, le législateur a lui aussi consacré ce concept en 2002 lors du vote de la loi relative à la démocratie de proximité3 puis en 2005 lors du vote de la loi relative au développement des territoires ruraux4. Dans le premier cas, il a ajouté un alinéa à l’article L. 322-1 du code de l’environnement qui énonce qu’afin de "promouvoir une gestion plus intégrée des zones côtières, le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres peut également exercer ses missions sur le domaine public maritime qui lui est affecté ou confié". Dans le second, il a ajouté un article 43 à la loi Littoral qui prévoit la création d’un « conseil national pour l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral et la gestion intégrée des zones côtières dénommé Conseil national du littoral ».

  • 5 Loi n° 83-8 du 7 janvier 1983 relative à la répartition de compétences entre les communes, les dépa (...)
  • 6 Albanie, Algérie, Bosnie-Herzégovine, Chypre, Communauté européenne, Croatie, Espagne, France, Grèc (...)

4Il est important de préciser que la notion de ‘zone côtière’ a été utilisée par le législateur dès 1983 à l’occasion de la création des schémas de mise en valeur de la mer (SMVM). L’article 57 de la loi de décentralisation du 7 janvier 1983 énonce en effet sans plus de précision que « dans les zones côtières peuvent être établis des schémas de mise en valeur de la mer »5. S’il s’est abstenu de définir le ‘littoral’, le législateur s’est donc aussi bien gardé de définir les ‘zones côtières’, qui sont par contre définies dans le Protocole relatif à la gestion intégrée des zones côtières de la Méditerranée qui a été adopté le 21 janvier 2008 par 17 Etats6 et par la Communauté Européenne. Ce protocole a été adopté dans le cadre de la Convention sur la protection du milieu marin et du littoral de la Méditerranée adoptée à Barcelone le 16 février 1976 et modifiée le 10 juin 1995. Il définit la ‘zone côtière’ comme « l’espace géomorphologique de part et d’autre du rivage de la mer où se manifeste l’interaction entre la partie marine et la partie terrestre à travers des systèmes écologiques et systèmes de ressources complexes comprenant des composantes biotiques et abiotiques coexistant et interagissant avec les communautés humaines et les activités socio-économiques pertinentes ».

  • 7 Décret n° 2004-311 fixant la liste des communes riveraines des estuaires et des deltas considérées (...)
  • 8 Loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains ; J.O. n (...)
  • 9 Article L. 122-2 du code de l’urbanisme, version consolidée suite aux modifications notamment appor (...)
  • 10 Article L. 322-1 du code de l’environnement.

5Comme nous l’avons précédemment souligné, la zone côtière (ou le littoral) est définie ici comme une interface terre-mer dont les limites varient en fonction des systèmes et des interactions pris en compte. Le Protocole précise à cet égard qu’il s’applique à ‘la zone de la mer Méditerranée’ délimitée « vers la mer, par la limite de la zone côtière définie par la limite extérieure de la mer territoriale des Parties » et « vers la terre, par la limite de la zone côtière définie par la limite des entités côtières compétentes telles que définies par les Parties ». Si la limite en mer de la zone côtière où s’applique le Protocole est celle de la mer territoriale qui, en vertu de l’article 3 de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer, ne peut dépasser 12 milles marins, chaque Etat est libre de fixer la limite de cette zone à terre. En France, les juristes ont longtemps considéré que cette limite à terre était celle des communes littorales telles que définies par les dispositions de la loi Littoral du 03 janvier 1986 et qui figurent désormais à l’article L. 321-2 du code de l’environnement. Cet article énonce que sont considérées comme communes littorales : « les communes de métropole et des départements d’outremer riveraines des mers et océans, des étangs salés, des plans d’eau intérieurs d’une superficie supérieure à 1000 hectares » ainsi que les communes « riveraines des estuaires et des deltas lorsqu’elles sont situées en aval de la limite de salure des eaux et participent aux équilibres économiques et écologiques littoraux ». Comme le prévoit cet article, la liste des communes riveraines des estuaires et des deltas a été fixée par un décret en Conseil d’Etat, qui a été publié en mars 20047 et qui identifie 87 nouvelles communes littorales. Depuis la publication de ce décret, 970 communes métropolitaines sont considérées comme des communes littorales, ce qui représente 4,05 % du territoire métropolitain. Si ces 970 communes constituent à terre le ‘cœur’ du littoral, d’autres communes sont elles aussi directement concernées par les pressions qui affectent cet espace, notamment au niveau du développement de l’urbanisation et du tourisme. Comme l’a très justement souligné J.-M. Bécet (1993), il apparaît en effet que la « commune n’est certainement pas à l’échelle des problèmes écologiques et économiques littoraux », ce qui implique pour certains géographes de « proposer de nouveaux découpages plus souples et mieux adaptés à la nécessité contemporaine d’une gestion rationnelle des littoraux » (Péron, 1998). C’est notamment pour prendre en compte cette réalité que le législateur a fixé une règle spécifique pour les communes situées à moins de quinze kilomètres du rivage de la mer lors du vote de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains8. Comme dans les communes situées à moins de quinze kilomètres de la périphérie d’une agglomération de plus de 50 000 habitants, le plan local d’urbanisme de ces communes ne peut en effet être modifié ou révisé en vue d’ouvrir à l’urbanisation une zone à urbaniser délimitée après le 1er juillet 2002 ou une zone naturelle lorsqu’elles ne sont pas couvertes par un schéma de cohérence territoriale applicable9. Si cette disposition a constitué une « forte incitation à élaborer un Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) sur le littoral » (Bécet, 2002), elle a surtout permis de ne plus limiter le littoral au territoire des communes littorales, mais de l’appréhender avec une certaine profondeur et en tenant mieux compte des réalités. Il est important d’ajouter que cette prise en compte par le droit de la profondeur du littoral vers l’intérieur des terres n’est pas nouvelle puisque depuis sa création en 1975 le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres est chargé de mener « une politique foncière de sauvegarde de l’espace littoral et de respect des sites naturels et de l’équilibre écologique »10 dans les cantons côtiers, et non uniquement dans le communes situées en bord de mer.

  • 11 Le domaine public maritime naturel de L’Etat comprend : le sol et le sous-sol de la mer entre la li (...)
  • 12 L’article 57 de la convention de Montego Bay sur le droit de la mer énonce que « la zone économique (...)

6Si d’autres limites peuvent évidemment être proposées pour ‘délimiter’ le littoral d’un point de vue juridique et politique, il nous semble que celles des quinze kilomètres à partir du rivage de la mer et des douze milles marins sont celles qui permettent aujourd’hui le mieux d’appréhender cette bande composée d’espaces terrestres et marins et située de part et d’autre du trait de côte. A terre, la limite des SCOT littoraux, celle des petits bassins versants ou celle des bassins de vie peuvent également être retenues en fonction des problématiques et des objectifs poursuivis. Côté mer, le fait d’admettre que la bande nommée ‘littoral’ ou ‘zone côtière’ peut être bornée « en mer par la limite des eaux territoriales » (DATAR, 2004), permet d’y inclure le domaine public maritime11, même si cette limite peut dans certains cas être étendue jusqu’à celle de la zone économique exclusive12.

7Au final, on peut donc considérer comme l’OCDE (1993) que « les limites de la zone côtière dépendent de l’objectif visé », la bande terrestre et marine prise en compte devant être « plus ou moins étendue selon la nature du problème » et « du champ d’action des autorités responsables de la juridiction et de la gestion de la zone littorale ».

2. Le territoire des écologues : prolégomènes pour une définition du territoire naturalistique

8Comment peut-on définir le territoire du point de vue de l’écologue ? Ramade (2002) en donne cette définition : « espace que s’approprie un individu, un couple ou un petit groupe, généralement familial, d’une espèce animale donnée, afin d’y nidifier et (ou) de s’assurer l’exclusivité des ressources alimentaires possibles. La taille et la forme du territoire varient de façon considérable dans le règne animal (….). La forme et la surface du territoire sont aussi déterminées par la topographie du lieu et conditionnées par divers facteurs écologiques ». Cette définition qu’on pourrait presque qualifier d’autoécologique du territoire doit être élargie lorsqu’on prend en compte de manière systémique et non plus une ou un groupe d’une espèce, mais l’ensemble d’une communauté d’espèces interactives (peuplement, biocénose, habitat dans le sens de NATURA 2000. La définition de territoire devient alors l’espace occupé par un ou plusieurs habitats voir d’un ou plusieurs écosystèmes. Actuellement, dans la nouvelle approche GIZC, l’écologue aura tendance à considérer que le territoire consiste en un espace possédant une cohérence naturalistique ou paysagère que l’on va tendre à préserver à la faveur d’une gouvernance appropriée dans une optique de gestion raisonnée et concertée. Il intègre à la fois une partie continentale et une partie marine base de la notion d’interface, écotone ou écocline que revêt le littoral ou les mers côtières au sens d’une approche écosystèmique. Le territoire, du point de vue écologique, n’est pas considéré comme un simple support des activités humaines. Sa valeur intrinsèque, ainsi que la valeur de sa protection et de sa reconstruction, commence à être prise en compte lors de la mise en place de sa gestion et de sa gouvernance. Ne peut-on se référer au tout récent « Manifeste pour les villes » de l’Ordre des Architectes (Le Monde, 14 février 2008) qui va jusqu’à proclamer : « Sanctuarisons les espaces naturels existant entre les zones urbanisés pour protéger les agglomérations ».

9Cette définition du ‘territoire’ a donc une portée générale, indépendante de sa localisation géographique et de la nature physique de l’environnement occupé : terrestre, aquatique, maritime. Il convient donc maintenant de nous concentrer sur ce que l’écologue entend comme littoral, ou plutôt comme territoire littoral. Pour le naturaliste, et tout particulièrement pour l’écologiste marin, s’intéressant au ‘littoral’ en tant que territoire, interface écosystèmique, deux notions demeurent fondamentales :

  • le territoire littoral prend en compte la partie terrestre et la partie marine, sans distinction ;

  • le territoire littoral ne peut s’appuyer sur une quelconque limite de type administratif et ce, quel qu’en soit le niveau, local, national ou international. Il peut être de dimension très variable en fonction des structures, des mécanismes ou des processus considérés. Par exemple, pour comprendre l’eutrophisation des mers côtières il faudra tenir compte de l’ensemble des apports continentaux de sels nutritifs notamment des nitrates qui en sont la cause et considérer une large échelle de l’ensemble du bassin versant à un bassin maritime. A une plus grande échelle, la compréhension des flux migratoires des espèces d’oiseaux d’eau (ou de mer) s’étend sur des milliers de km et peut intéresser tout un hémisphère. Si on étudie la diversité de la macrofaune adulte d’un banc de maërl, l’espace occupé par cet habitat pourra être suffisant. En revanche, si on étudie le processus de recrutement d’une espèce benthique à larve planctonique, la source des larves peut provenir de plusieurs dizaines de kilomètres.

10Comme, il vient d’être montré, les limites de ce territoire littoral seront à rechercher dans le cadre imposé d’un milieu naturel, anthropisé ou non, dont les limites pourront évoluer largement en fonction de la dimension du champ d’étude envisagé ou imposé. Ces évidences paraissent tellement ‘évidentes’ à l’écologiste marin, qu’il négligera trop souvent de les rappeler, de les souligner. Il pourra en résulter des controverses bien inutiles lorsqu’il aura à se confronter à d’autres spécialistes du (d’autres) littoral (littoraux). Comme le rappellent Bellan et al. (2002), « un biologiste marin, tout comme un géographe, ne saurait confiner la notion de littoral aux seuls niveaux superficiels du domaine marin susceptible d’être émergés ou, a contrario, soumis à des phénomènes d’humectation par l’eau de mer ». L’écologiste a une approche beaucoup plus large de la notion de ‘littoral’ et, par là même, de ce que peut être un territoire littoral. Cette approche vaut bien entendu pour le versant ‘mer’ trop souvent négligé. Terrasson (2006) souligne le « déséquilibre entre l’attention portée aux deux cotés de la limite (la mer d’une part et la terre de l’autre) ». En France, la vision polarisée ‘terrestre’ tend à négliger les spécificités de l’espace marin notamment dans la mise en place de politiques publiques.

11Nous nous rapporterons, pour expliciter le sens que nous souhaitons donner à cette notion de territoire littoral à Bellan et al. (2002) traitant de la notion de littoral vue par le naturaliste ainsi que des interrelations avec les approches d’autres discipline issues des Sciences Humaines au sens large (Bellan et al., 2002 ; Dauvin, 2002). L’espace marin est à trois dimensions. Une de ces dimensions tient au fait que la mer est un espace quasi continu dont les limites naturelles sont liées à des facteurs abiotiques (profondeur, température, salinité…) qui conditionnent la structuration du territoire en habitats et écosystèmes. Ces écosystèmes peuvent être contigus ou emboîtés. Le domaine terrestre se structure par le biais de limites naturelles qui, à l’instar des montagnes, des fleuves, par exemple, créent de véritables frontières, souvent infranchissables aux espèces limitant ainsi des écosystèmes particuliers, frontières qui sont souvent confirmées par les frontières administratives précédemment évoquées. Mais il se pose la question qui d’ailleurs à fait l’objet d’un colloque « Peut-on zoner la Nature ? » au Muséum National d’Histoire Naturelle organisé par Hervé Maurin et Dominique Richard du Service du Patrimoine Naturel. Si cette difficulté est posée pour le domaine terrestre, elle est largement plus complexe en mer. En effet, le domaine marin est rarement limité de cette manière. Même s’il restreint les échanges entre deux mers (ou océans) un détroit, un archipel, un seuil n’empêcheront pas drastiquement les échanges. Ceci étant particulièrement valable dans le cas des espaces littoraux qui nous intéressent plus spécifiquement dans le cas de figure auquel nous nous attachons.

12Il est intéressant de noter que cela vaut tout aussi bien pour la partie marine que pour la partie terrestre de ‘notre’ littoral. Le territoire littoral concerne donc une interface que les géographes, géologues ou paléographes appellent souvent ‘marges littorales’. En écologie ces zones d’interface ou de transition se référent à deux notions : celle d’écotone et d’écocline. Un écotone correspond à une zone de changement relativement rapide, c’est-à-dire une zone écologique restreinte située entre deux communautés distinctes. Les écotones sont fortement dynamiques et habituellement instables. Une écocline est une zone de changement graduel entre deux zones contenant des communautés relativement hétérogènes qui sont écologiquement plus stables que les écotones. C’est une zone frontière montrant un changement progressif entre deux écosystèmes en réponse à la variation progressive d’au moins un facteur environnemental majeur. L’exemple type d’une écocline est l’estuaire où est observée une double écocline en fonction de la salinité : accroissement progressif de la salinité du fleuve à la mer et disparition concomitante de la faune dulcicole au fur et à mesure que la salinité augmente et décroissance progressive de la salinité de la mer aux eaux douces du fleuve et disparition progressive des espèces marines au fur et à mesure que la salinité décroît. Ce double gradient se traduit par l’existence d’une zone de salinité réduite, dite zone oligohaline (0,5-5,0), où le nombre d’espèces est faible. En fait, seules les espèces adaptées physiologiquement à de faibles salinités conjointement à une forte variabilité peuvent subsister dans cette zone aux conditions écologiques extrêmement stressantes.

13En résumé, que pourrait être pour un écologiste un territoire littoral ? Un espace géographique correspondant, de fait, au sujet d’étude choisi ou imposé, pour autant qu’il s’inscrive dans une approche systémique (un ou plusieurs écosystèmes contigus ou emboîtés, comme nous l’avons vu). Ce pourrait être une baie et ses rivages, un bassin maritime, un archipel, un bassin versant et son prolongement en mer, coïncidant ou non à un territoire administratif. Dans ce dernier cas, le territoire ‘naturalistique’ a de bonnes chances de ne pas s’inscrire strictement à l’intérieur du territoire administratif et d’en épouser exactement les limites, il devra le déborder, tant du côté mer que du côté terre pour conserver sa pertinence propre et ainsi permettre de jouer pleinement son rôle dans la prise en compte globale de l’espace géographique en question. C’est très exactement le problème qui s’est posé tout récemment lorsqu’il a fallu proposer différents scenarii d’extension de la territorialité d’un Parc National terrestre et marin de ‘nouvelle génération’ provisoirement dénommé Parc National des Calanques de Marseille et Cassis (Delanoe et al., 2008). Il se pose donc indubitablement à toute définition de territoire : l’échelle d’observation à considérer et les interactions existant entre différents écosystèmes en fonction du sujet abordé et enfin la nécessité d’appréhender l’étude d’un territoire à une échelle demeurant compatible avec les connaissances acquises et les capacités d’en acquérir de nouvelles.

3. Le territoire en Economie et en Sociologie

3.1 Le territoire en Économie

  • 13 Pouvant par ailleurs faire l’objet d’améliorations par le travail de l’homme.

14L’économie régionale s’est assez tardivement penchée sur la notion de territoire et pour cause : l’économie s’est d’abord intéressée à l’espace en tant que simple support des activités avant de le considérer d’une manière plus personnifiée, active pourrions-nous dire. Nous pouvons, à l’instar de Guigou (1982), retracer plusieurs conceptions de l’espace-territoire allant d’une vision naturaliste (partagée par Marx et Ricardo) selon lesquelles la terre est une ressource naturelle et donc spécifique ; jusqu’à une appréhension capitaliste, néo-classique, qui considère la terre comme un bien ordinaire, dénué de caractère particulier. Par ailleurs, Huriot (1988) rappelle que le sol, ressource rare, possède une dimension à la fois naturelle et humaine. La dimension naturelle renvoie à la terre dont les qualités intrinsèques apparaissent comme des dons de la nature13, tandis que la dimension humaine nous invite à considérer le sol comme une surface, un plan sur lequel se développe l’ensemble de l’activité anthropique. Deux acceptions peuvent être retenues selon que l’on considère le territoire comme un simple support des activités humaines ou au contraire comme une entité agissante.

15Une première approche consiste à considérer que le territoire représente un plan sur lequel se manifesteraient indépendamment de celui-ci les activités économiques, les aménités environnementales, etc. L’espace est considéré alors comme « le support d’activités économiques qui utilisent le sol comme facteur de production ou de consommation » (Normandin, Cavailhès, 1996). Dans une conception où l’espace est considéré comme une surface consommable orientée par un ou plusieurs centres (Rallet, Torre, 1995), les activités humaines tendent à se localiser sur un espace sur lequel les agents économiques sont susceptibles de pouvoir bénéficier de ressources et d’aménités : l’espace est alors un espace-support, entité exogène, de quantité et de qualité données. L’espace-support revêt donc deux caractéristiques principales. Primo, il constitue la base matérielle sur laquelle l’activité économique se développe, sans pour autant que cette base ne soit valorisée per se. La localisation des activités sur l’espace-support est donc conditionnée par la présence ou la proximité de ressources environnementales, de capital artificiel ou humain. La valeur de l’espace est constituée par la valeur de son contenu, et l’avantage comparatif d’un espace par rapport à d’autres se mesure en termes de dotation en contenus ou de distance à la ressource.

16Secundo, l’espace-support, n’étant pas ‘valorisable’ (ou du moins valorisé) pour lui-même, il constitue parallèlement un espace-exutoire de l’activité anthropique qui s’y développe. Cet espace est le réceptacle de déchets issus des productions humaines : espace bidimensionnel (sol) ou tridimensionnel (atmosphère, eau, sous-sol). L’espace-support, entendu comme espace-véhicule d’externalités, d’aménités ou de ressources apparaît ainsi comme un espace-quantité (par opposition à un espace-qualité). Il n’en demeure pas moins que ce dernier peut néanmoins subir des dégradations, notamment en termes de disponibilité par le biais d’un effet de congestion : c’est l’espace-rareté qu’évoque Lacour (1994) pour lequel les usages peuvent être réglementés selon son degré d’abondance, traduit notamment par le biais du signal prix.

17Mais les ressources naturelles, comme les autres, ne sont pas distribuées de manière identique sur l’ensemble de l’espace. Ainsi, si certaines ressources environnementales locales sont propres à certains territoires, elles peuvent contribuer à différencier ces derniers, c’est-à-dire définir certains espaces par rapport à d’autres : la dotation en actifs environnementaux est un moteur de différenciation territoriale. L’état d’intégrité des ressources naturelles (la qualité des milieux par exemple) peut donc contribuer à étendre la différenciation entre les espaces et définir in fine la qualité et l’attractivité des territoires. En outre, la quantité des ressources locales, la qualité des ressources à la fois territoriales et globales fondent les dotations spécifiques des territoires en ressources environnementales et donc potentiellement l’attractivité des territoires.

18Considérer l’espace comme un bien économique à part entière peut constituer une caractérisation alternative du lien entre espace et ressource environnementale. L’espace devient alors facteur de production ou de consommation, pouvant être différencié qualitativement, non seulement à partir de différentiels de fertilité ou de localisation par rapport aux ressources, mais plus généralement par une hétérogénéité eu égard au contenu qualitatif qu’il referme. S’il reste vrai que le territoire représente un espace-support, il n’est plus cette entité exogène sur laquelle l’homme ne peut influer : quantitativement, dans la mesure où certains usages du sol (habitat, culture hors-sol, etc.) évoluent sur un espace de plus en plus tridimensionnel ; et qualitativement puisque son contenu peut varier de facto, naturellement pourrait-on dire, par le biais des dotations en actifs environnementaux localisés, ou encore selon le mode d’exploitation mis en œuvre sur le territoire. L’espace apparaît comme un facteur de production d’externalités et d’aménités environnementales, davantage qu’un simple support de ressources se développant indépendamment de celui-ci. Ainsi, à l’espace-quantité se substituerait partiellement un espace-qualité où la disponibilité d’actifs constitue comme pour l’espace-quantité un critère de localisation, mais plus encore, qui serait à la fois différentiable intrinsèquement et du ressort des acteurs locaux, nationaux : l’espace n’est plus ici une entité exogène, statique mais un plan construit, endogénéisé, aménagé et dynamique, théâtre d’arbitrages entre usages, théâtre d’arbitrage entre projets. L’espace doit alors être considéré comme milieu naturel façonné au cours des siècles. « Construit par le temps, l’espace naturel va revêtir une forme particulière suscitée par les structures politiques, économiques et sociales antérieures » (Thireau, 1993).

19Il ressort que la caractérisation de l’espace peut s’effectuer soit par le biais des dotations en ressources, soit par rapport aux usages qui en sont faits, ou enfin eu égard aux potentialités offertes à la suite d’aménagements.

20A une vision de l’espace soutenue par les théories de la localisation, se cumule dorénavant, notamment par le biais de la science régionale, une interprétation beaucoup plus dynamique de l’espace : ce dernier n’est plus un plan statique sur lequel les agent opèrent des arbitrage au gré des ressources qu’il renferme, mais une entité mouvante, subissant crises et périodes de prospérité, habité d’une ‘tectonique’ (Lacour, 1996) à travers les actions individuelles et collectives, inscrites dans l’histoire. Le territoire n’est plus considéré comme un bien de consommation ni même un facteur de production normal, il est davantage une entité vivante, dynamique, et pour cause : aujourd’hui, aux stratégies d’entreprises, se sont superposées les stratégies territoriales où les territoires, nouveaux acteurs économiques à part entière, personnifiés à travers leurs institutions, détiennent un rôle d’offreur de site, cherchent à attirer les activités, les hommes, promeuvent le développement local. Plus qu’un rôle, cette dynamique s’apparente même à un impératif : « les collectivités locales se sentent de plus en plus investies d’une responsabilité de croissance économique » (Colletis et al., 1999).

21Admettre que la dotation en ressources peut aider à la caractérisation des territoires et influencer leur évolution constitue une vision juste mais assez incomplète de la dynamique territoriale. Comme le rappellent Cavailhès et Jayet (1996), « les dotations en facteurs de production sont l’élément traditionnel sur lequel on fonde les spécialisations régionales selon les avantages comparatifs ». Cependant, il conviendrait de rechercher les déterminants desquels découlent, in fine, les dotations, c’est-à-dire de répondre à la question de savoir comment ont été construites, façonnées, ces dotations (et par qui) qui représenteront à terme des facteurs d’attractivité propres à certains territoires, des avantages construits. Colletis et al. (1999) s’étonnent de ce point de vue de ce désintérêt relatif des économistes à « la compréhension des dynamiques internes de construction des avantages construits », même si la science régionale a assez tôt comblé cette lacune laissée par la théorie de la localisation : « l’espace est un construit et non pas une simple donnée d’essence géographique […]. Les équipements, le type d’habitat qu’il abrite, la qualité de son environnement, son degré d’urbanisation, sa population, ses activités sont autant de caractéristiques nées, parfois, dans le passé lointain et qui contribuent à identifier l’espace » (Thireau, 1993).

22Deux idées principales méritent d’être soulignées : premièrement, la caractérisation et le type de dynamique des territoires sont en grande partie conditionnés dans un premier temps par leurs dotations respectives en ressources environnementales qui fonderont la différenciation entre espaces. Deuxièmement, la dotation en ressources représente à plus long terme un avantage construit, en ce sens qu’elle résulte de choix politiques et économiques quant aux usages et aux modes d’exploitation mis en œuvre sur le territoire. Ce n’est donc pas uniquement la dotation en ressources qui conditionne la dynamique territoriale, mais également les décisions économiques quant aux usages qui en seront faits, dont les aspects d’externalités ne sont d’ailleurs pas exempts.

23Colletis-Wahl avance l’idée selon laquelle l’intérêt des territoires est de mettre à disposition des agents et des ressources hors marché, sachant que le lien existant entre agents et territoires est dynamique, « fait de rapports directs et de rétroactions » (1995, p. 806). Cependant, il convient de souligner que ces rapports directs peuvent s’avérer soit mutuellement bénéfiques pour le territoire et les entreprises comme le souligne l’auteur, soit au contraire s’avérer préjudiciables pour le territoire à long terme, comme l’illustrent l’exemple du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais et les effets négatifs et d’irréversibilité qu’a engendré la mono activité industrielle d’extraction de la houille (Letombe, Zuindeau, 2001).

  • 14 On retrouve également ce lien entre territoire et potentialité chez Lacour (1996) lorsqu’il définit (...)
  • 15 Le capital formel d’une organisation comprend l’ensemble des répartitions fonctionnelles et structu (...)

24Plusieurs auteurs différencient la notion de territoire de celle d’espace, en ce que la première représente « un espace géographique de taille variable […] non seulement lieu de politiques publiques […] mais aussi un espace producteur d’externalités complexes » (Colletis, Pecqueur, 1993). En outre, « le territoire se différencie de l’espace en ce sens qu’il offre des potentialités d’ancrage aux entreprises qui diffèrent de celles qui peuvent être trouvées sur un marché au sens strict » (Colletis-Wahl, 1995, p. 896)14. Selon le même auteur, c’est ici que réside la principale différence entre espace et territoire : dans le premier, le lien avec les entreprises apparaît unilatéral, ces dernières puisant les ressources sur l’espace, puis se délocalisant une fois ces dernières épuisées. A l’opposé, le lien entre entreprises et territoires s’avère plus complexe, reposant sur une dynamique d’échange, c’est-à-dire une relation de réciprocité, fondée sur le long terme. De ce fait, « pour une organisation territorialisée, le rôle de l’espace cesse d’être extérieur, tout ou partie du capital formel15 étant intransportable. Biens physiques et biens formels sont alors intimement liés, qu’ils soient ou non attribuables à des legs historiques : structures paysagères et types d’habitat, formes urbaines, etc. » (Jayet, 1996).

25D’une certaine manière, nous assistons à une sorte de mutation du rôle, une quasi-personnification de l’espace, ou plus exactement son institutionnalisation : « l’espace n’est pas seulement un cadre de localisation des agents économiques, c’est aussi le cadre d’émergence d’un acteur économique particulier […] : le territoire » (Rallet, Torre, 1995). En tant qu’acteur économique, son objectif est de favoriser son attractivité par rapport à des territoires concurrents, notamment par le biais d’une offre de biens publics locaux (Tiebout, 1956) ou de sites au sens de Jayet (1993 ; 1995). Ce dernier définit le site comme un « terrain, caractérisé par ses attributs physiques et plus encore par l’ensemble des biens et services accessibles à un agent qui choisirait de s’y localiser » (Jayet, 1993, p. 68). Cependant, tous les auteurs ne s’accordent pas pour caractériser le territoire comme un agent offreur de site à part entière. Jayet lui-même nous met en garde contre la tentation de faire du territoire « un agent individuel, avec un objectif global et des contraintes globales qui lui sont propres » (1993, p. 70). Au contraire, le territoire apparaît davantage comme une organisation territoriale, où les usagers participent eux-mêmes à la production de ressources et d’externalités, à la conservation des actifs environnementaux générateurs d’aménités, à l’élaboration du site. Il convient dès lors de rechercher précisément les modalités par lesquelles les agents économiques peuvent être, par le biais de comportements, d’institutions spécifiques et de cadres sémantiques communs ou au contraire antagonistes, des bâtisseurs de territoires. La construction territoriale et la mise en valeur des actifs et ressources relèvent de formes originales de coordination entre acteurs : il n’est en l’occurrence plus question de considérer un marché de localisation à l’image d’un marché de produit. Il semblerait au contraire que sous certaines conditions, le marché de localisation soit doublé d’un marché de participation : « derrière le concept d’organisation territoriale, il y a l’idée de la participation des usagers eux-mêmes à la production du capital organisationnel » (Jayet, 1993, p. 71). L’idée d’une participation fondant l’organisation et donc la construction territoriale se retrouve chez de nombreux auteurs, notamment dans le concept d’intermédiation territoriale de Lacour. Selon ce dernier, « les territoires servent d’intermédiation, de révélation, de concrétisation à des comportements, des processus d’acteurs » (1996, pp. 34-35). Cette intermédiation engendre une identification, un sentiment d’appartenance pouvant avoir plusieurs origines : sociale, familiale, religieuse, historique, appartenance à des préoccupations semblables, etc. Il apparaît clairement que la coordination entre acteurs de laquelle émanera la construction territoriale (les facteurs agissants de Lacour, 1996) se nourrit largement de substrats plus ou moins intangibles, relevant davantage des institutions que de la simple coordination marchande, monétaire et instantanée.

26Pour conclure, soulignons que dans une perspective économique, les dotations et usages en œuvre sur les territoires conditionnent pour une large part leur devenir et leur caractérisation. Par ailleurs, ressources et territoires s’avèrent des objets construits, au sens que les dotations actuelles sont le fruit d’aménagements et de réglementations des usages antérieurs. Ainsi "le territoire est l’objet d’une création collective et constitue une ressource institutionnelle" (Abdelmalki et al., 1996).

3.2. Le territoire en Sociologie

27Du point de vue de la Sociologie, le territoire est une notion née de l’éthologie, puis reprise par la socio-biologie « pour émettre l’hypothèse que les êtres humains seraient, par nature, portés à s’approprier des territoires et à manifester du même coup un instinct d’agression (d’où certains développements sur le caractère inné de la propriété privée » (Bourgeot, 1991). Développée par les géographes, elle a également intéressé très tôt les anthropologues qui ont montré que, par delà l’opposition entre sociétés sédentaires et nomades, « le processus d’organisation territoriale doit s’analyser à deux niveaux distincts, reliés l’un à l’autre selon une logique qui appartient en propre à chaque société : celui de l’action des hommes sur les supports matériels de leur existence et celui des systèmes de représentation. Le territoire est à la fois objectivement organisé et culturellement inventé. » (Bourgeot, 1991).

28Cette double dimension du territoire imprègne également l’approche sociologique des rapports entre sphères publiques et privés (ou comment on se recrée un espace privé dans un espace public), et plus récemment des conflits d’usage. L’entrée par les usages montre les formes d’appropriation matérielle et symbolique d’un territoire, telles celles de la forêt (Kalaora, 1998 ; Dobré et al., 2005). Elle induit l’étude des phénomènes de coexistence et de concurrence, des conflits éventuels qu’elles génèrent et des modes de régulation de ces derniers. On citera, à titre d’exemple, les études de A. Torre (Torre et Caron, 2002 ; Torre et Lefranc, 2006) sur les usages concurrentiels des espaces ruraux. Celui-ci développe alors certains concepts pour appréhender les ‘tensions’ et ‘conflits’ observés comme celui de la ‘multifonctionnalité d’un territoire’ ou de la ‘proximité géographique organisée’ (qui repose sur des logiques de similitude et d’appartenance), dite recherchée ou subie selon qu’elle correspond à un besoin ou à une contrainte.

29Référée au littoral et à la mer, la notion de territoire est d’autant plus intéressante que ceux-ci sont inaliénables et, par la densité et la multiplicité croissante de leurs usages (correspondant à autant de formes d’appropriation), fortement conflictuels. Le littoral recouvre, par ailleurs, un espace géographique, qu’on peut appeler territoire dès lors qu’il est approprié, extrêmement variable selon ces usages : « Espace physique indéterminé, mi-aquatique, mi-terrestre, entre deux, espace composite de différents milieux, il se prête mal aux catégories traditionnelles de représentation du territoire. Trait de côte, ligne de rivage pour les uns, bande ou frange pour les autres, le terme littoral recouvre des acceptations diverses qui prêtent à équivoque car des interprétations multiples sont possibles. Pour les gens de la côte, les marins, les pêcheurs, pour ceux de l’arrière-pays, les agriculteurs, les cueilleurs, pour les touristes, pour les artistes, le littoral recouvre des réalités distinctes : la falaise, ou la dune ou l’embouchure. Chacun de ses termes désigne un espace matériel et géographique autant qu’imaginaire et symbolique ».

30Usages, modes d’organisation et représentations constituent ainsi trois dimensions sociologiques indissociables de la notion de territoire. Au regard des spécificités disciplinaires, le territoire littoral apparaît avant tout comme un territoire complexe aux multiples facettes. Toujours est-il qu’au regard des disciplines, le territoire littoral n’a rien d’homogène ni de permanent par ce que l’interface terre-mer est d’abord dynamique.

4. Territoire littoral, dynamiques des marges urbaines littorales et emboîtement d’échelles : contributions de géographes

4.1 Le territoire littoral

31Les travaux de A. Bailly, R. Ferras et D. Pumain, (1995), de R. Brunet, R. Ferras, H. Théry (1998) et de J. Lévy et M. Lussault (2003) font apparaître dans leur analyse qu’un territoire est un espace approprié, dénommé, délimité, identitaire ; qu’il s’agit d’une surface ou maille gérée soumise à l’exercice d’un pouvoir, d’une administration. Un territoire est une surface sur laquelle un pouvoir applique une politique donnée. Le territoire est en quelque sorte une maille construite autour des caractères suivants :

  • un espace localisé aux contours mobiles et perméables à l’extérieur ;

  • l’unité de gestion qu’il constitue ;

  • les logiques d’appartenance à une même entité exprimée par les acteurs qui y vivent et qui l’utilisent.

32Les échelles géographiques du territoire peuvent être bien différentes. Y. Jean (2002) souligne l’omniprésence du terme dans la vie quotidienne : « Dans le langage commun, tout devient territoire, les politiques publiques qui ont le leur comme les minorités ethniques, les différentes espèces animales comme les tribus en Afrique ou à l’Assemblée, les universitaires comme les élus … ». Depuis quelques années, le territoire est devenu un concept géographique tendant à exprimer plus fortement que l’espace le rapport qu’entretiennent les hommes avec celui-ci. Selon Y. Jean, « ce retour du territoire, du local, s’inscrit dans un contexte économique et idéologique caractérisé par un phénomène de mondialisation ». A « la déterritorialisation accentuée de la production, des échanges, des concentrations industrielles et financières, de la circulation accélérée des idées, des capitaux, des marchandises, des hommes » s’oppose « une volonté individuelle d’ancrage, d’identité, d’un besoin de territoire, d’être de quelque part ». Pour Y. Jean (2002), le territoire peut être défini comme :

  • un espace géographique qui regroupe en un tout un système de production, des réseaux proches ou qui ne sont pas présents physiquement sur l’espace local » (lien favorisé par les technologies de l’information et de la communication) ;

  • une construction d’acteurs » ;

  • un espace réel et rêvé » ;

  • des signes, des symboles, des images inscrits dans le temps ».

33G. Di Méo (1998) propose de développer une analyse territoriale « s’engageant dans un déchiffrement croisé de deux logiques. L’une s’attache aux territoires des institutions et du pouvoir, expressions d’une volonté politique agissant elle-même comme un facteur d’objectivation et d’imposition de formes, de structures à caractère géographique. L’autre, partant au contraire des personnes, décrit les espaces de vie et les espaces vécus ». Dans un pays comme la France où « la décentralisation tardive, lente et inachevée progresse en même temps que s’exercent les effets de la mondialisation – globalisation et de la construction européenne, l’intense production de nouveaux territoires politiques et administratifs nécessite une réflexion approfondie sur leurs rapports avec les espaces de vie. » Pour promouvoir la formation d’une nouvelle citoyenneté, « il importe de rapprocher les territoires (constructions politiques) et les territorialités (rapports individuels et collectifs à l’espace signifié, territorialisé), ou tout au moins de les rendre compatibles ». Espace et territoire conduisent donc, actuellement, les géographes à revisiter les concepts de discontinuité, limite et frontière.

34Le territoire est un système complexe dont la dynamique résulte de la boucle de rétroaction entre un ensemble d’acteurs et l’espace géographique qu’ils utilisent aménagent et gèrent. Cette définition s’appuie en fait sur la mise en relation de trois sous-systèmes clairement définis par A. Moine (2005) :

« – les acteurs en interrelation qui vont permettre, soit dans un espace donné, soit par rapport à une problématique donnée, de comprendre en partie les raisons des équilibres en présence qui déterminent une stabilité dynamique du territoire ;

– l’espace géographique, espace aménagé par les acteurs, en fonction du géosystème, présentant de multiples objets en interaction et que l’on peut désagréger en trois sous-systèmes :

  • le géosystème ou milieu géographique au sein duquel évoluent les acteurs, on parlera des contraintes ou aménités naturelles qui entrent en interaction avec les acteurs et influencent l’organisation de l’espace géographique ;

  • l’espace anthropisé constitué par l’ensemble des objets anthropiques (réseaux, constructions, hommes, etc.) répartis au sein du géosystème ;

  • l’espace social, celui des rapports sociaux qui recèle « l’ensemble des interrelations sociales spatialisées » (Frémont et al., 1984), entre les individus, les groupes et en étroite relation avec l’espace politique et institutionnalisé ;

  • l’espace politique et institutionnalisé au sein duquel sont formalisées les multiples relations entre les acteurs. Il s’agit d’une portion d’espace régi par la reconnaissance de règles communes.

– les systèmes de représentation, qui se fondent sur l’interconnexion entre trois types de filtres : individuel, sociétal (valeur) et idéologique (théorie, modèle), qui forgent à la fois la connaissance et la conception qu’ont les acteurs du monde qui les entoure (Callon et Latour, 1990). »

35Le territoire littoral doit être appréhendé comme un système qui renvoie à la nature comme aux pratiques sociales. Il va de soi qu’aucun système littoral n’est purement littoral et coupé de toute influence en provenance d’aires lointaines, vraiment terrestres ou vraiment marine. Pour J.-P. Corlay (1995), le littoral doit être appréhendé comme un système aux éléments multiples, dont les deux composantes principales sont, d’une part, l’écosystème, c’est-à-dire un milieu aux potentialités diverses et aux contraintes très fortes et, d’autre part, le socio-système, combinaison de facteurs qui relèvent de la société. La dynamique du système résulte d’interactions complexes entre la dynamique naturelle et la dynamique sociale. Le centre du système est constitué par les acteurs sociaux développant, à terre ou en mer, des pratiques dessinant des itinéraires et des territoires en fonction de projets et de stratégies spatiales qui s’appuient sur des représentations et s’inscrivent dans un cadre juridique, le droit du littoral. Le littoral peut ainsi être appréhendé comme un ‘éco-sociosystème’. Les géographes ne proposent pas de limites figées car le littoral est, par sa nature même, un espace dynamique et mobile. L’extension du territoire littoral dépend directement de la problématique à traiter. Il convient donc de travailler, en privilégiant une approche systémique, sur des « unités géographiques fonctionnelles appartenant à des sous-systèmes naturels et/ou anthropiques » (UNESCO, 1997). Pour le géographe, d’une part il n’existe pas de définition unique du territoire littoral et d’autre part, une délimitation géographique du littoral est associée à chaque sens. Cette variété de sens est étroitement liée aux relations entre nature et société qui se sont opérées au fil du temps et qui s’opèrent encore aujourd’hui sur ce territoire.

4.2. Les marges urbaines littorales

36L’étude des marges ouvre un chapitre intéressant sur les fluctuations, spatiales et temporelles, des aires de peuplement des espèces. Les marges, en fonction de leur appellation, offrent des dynamiques différentes. Elles peuvent être interface ou écotone. Alors que l’interface constitue une rupture nette, l’écotone consiste en un gradient menant d’un milieu à un autre Selon B. Prost (2004), « la marge serait l’écart (de surface, de temps, d’intensité fonctionnelle) entre un "plus", c’est-à-dire un territoire organisé, fonctionnant suivant des règles mises en place progressivement, et un "moins" qui, pour un espace, une époque, une forme d’activité donnés, ne répond plus aux normes du système, du territoire auquel il se rattache, que cette non-réponse soit brutale (rupture) ou progressive (modification, transition) ». Ce concept est particulièrement intéressant, car la plupart des milieux, abordés à petite échelle, présentent des transitions progressives qui peuvent s’échelonner sur des dizaines de kilomètres. Les marges urbaines peuvent s’apparenter à des espaces que les villes gagnent sur leur environnement périphérique. On peut donc les considérer comme des zones périurbaines, résultant de la croissance urbaine (urban sprawl), en quelque sorte des zones tampons entre milieux urbains et naturels et/ou agricoles. Les lois de décentralisation de 1983 ont donné aux décideurs locaux une maîtrise de l’affectation des sols de leurs communes. Les perspectives qu’a ouvert cette loi en termes de développement économique ont grandement contribué à encourager un phénomène déjà prégnant dans les années 1970 : la périurbanisation ou extension urbaine, en direction des zones préalablement orientées vers la vocation agricole ou d’élevage. Pour ces communes nouvellement investies par une destination résidentielle, urbaine, le cadre rural est un élément identitaire et un atout de développement (Serrano, 2005). L’extension urbaine, à l’origine de l’avancée des marges urbaines à l’intérieur de zones par définition non urbanisées, peut engendrer des modifications en termes d’occupation de sols largement reconnus. Parmi ceux-ci nous pouvons citer la réduction des terres agricoles dans la mesure où ces dernières sont converties en zones urbanisables, ou encore la réduction des habitats naturels et la perte de biodiversité. Outre ces modifications concernant l’occupation des sols, l’extension des marges urbaines engendre des phénomènes économiques, comme l’augmentation de la pression fiscale à l’échelle locale, induits par la nécessité de développer les services publics locaux et de raccorder les nouveaux venus aux réseaux publics d’adduction d’eau, d’électricité, de gaz et aux réseaux routiers. L’extension engendre également une augmentation de la pollution de l’air puisque les mouvements pendulaires domicile-travail s’allongent. D’un point de vue social également, l’étalement urbain va poser problème puisqu’il est souvent synonyme de ségrégation, gentrification et homogénéisation sociale… ainsi que d’inégalités devant l’accès aux ressources environnementales. Sur les marges urbaines littorales, la proximité entre espaces urbanisés et espaces de nature, dont la mer, crée des interactions et engendre des influences réciproques.

37Cette co-évolution reflète un mouvement trajectif perpétuel entre ville et nature (Figure 1).

Figure 1 : Les marges urbaines littorales

Figure 1 : Les marges urbaines littorales

C. Meur-Férec et V. Herbert, 2006

38D’une part, la nature exerce des effets sur la ville. Cette thématique est bien connue et a été traitée sous l’angle des ségrégations selon les quartiers ou gentrification : la qualité environnementale (ici en termes de cadre de vie) va en effet modifier le profil physique, paysager, de la ville, ce qui affectera en retour les prix de marché et donc le profil social des quartiers. Cette question a été notamment traitée en économie par le biais de la méthode des prix hédoniques (MPH) développée notamment par S. Rosen (1974) ou encore A. M. Freeman (1974). L’idée consiste à considérer que certains biens économiques sont dits composites, en d’autres termes, sont constitués d’un faisceau de caractéristiques dans une certaine mesure identifiables, et évaluables. Ce caractère composite attribué à ces biens permet de dégager une valeur économique, c’est-à-dire un prix implicite à chaque caractéristique. On peut par exemple considérer qu’une automobile puisse se différencier de ses concurrentes par le biais de la marque, de certaines caractéristiques du moteur (puissance, nombre de chevaux, consommation, génération de pollution), ou encore de caractéristiques liées aux finitions, aux matériaux mis en œuvre, etc. L’objet de la MPH sera alors d’évaluer le prix implicite de chaque caractéristique, autrement dit la valeur marchande que les acheteurs révélés octroient à chaque caractéristique. Concernant les caractéristiques qui nous intéressent ici plus particulièrement, à savoir les inégalités écologiques, on peut estimer que l’environnement naturel, dans une acception assez large, peut être intégré au sein des valeurs immobilières. Cela signifie qu’au travers l’observation des marchés immobiliers, on pourrait obtenir une idée de la façon dont les ménages évaluent la qualité de l’environnement qui leur est proche. Cependant, les inégalités écologiques ne concernent pas uniquement la question de l’environnement à proximité des lieux d’habitation, il concerne par ailleurs des usages qui n’impliquent pas d’appropriation privative tels les loisirs, les promenades sur des sites de nature proches par exemple, ou l’accès à la plage et à la mer. Les valeurs économiques rattachées à ces autres usages sont évaluables au travers d’autres méthodes d’évaluation économique à l’instar de la méthode des coûts de transport, par exemple, qui tente de mettre en lumière l’ensemble des coûts, pécuniaires ou autres, mis en œuvre par les individus se déplaçant sur un site de nature de manière à pouvoir en jouir. Cet effet de la nature sur la ville est donc un effet positif, une aménité positive qui sera exploitée par les décideurs publics pour promouvoir l’image et l’attractivité de leurs communes.

39D’autre part, la ville exerce en retour un impact sur la nature : la pression urbaine, notamment sur les franges, se traduit par des modifications de qualité environnementale (dans le sens d’écosystèmes), lorsqu’il ne s’agit pas de dégradations ou encore d’apparition de risques « dits naturels » résultant notamment de la confrontation des dynamiques urbaines et naturelles (Meur-Férec et Morel, 2004). Ce mouvement procède donc de la thématique générale de l’impact des activités humaines sur les milieux dits naturels, ainsi que des réponses apportées en termes de politiques publiques, impulsées des niveaux internationaux, nationaux ou locaux. Les travaux des écologues permettent d’apporter des éléments de réponse à la question de savoir quel est l’impact de la proximité grandissante de la ville sur les milieux, notamment en termes de biodiversité. Lorsque l’on replace ces deux mouvements au sein de la dynamique de co-évolution qui anime les rapports ville-nature ou ville-frange côtière, il importe d’en mettre en évidence les manifestations en termes de génération d’externalités environnementales, qui, se manifestant de manière hétérogène sur les territoires, seront à terme source d’inégalités écologiques. C’est précisément l’objet de la troisième partie que de développer des outils permettant l’évaluation des phénomènes en cause.

40Du point de vue de l’espace littoral qui nous intéresse plus particulièrement, il importe de considérer l’interface littorale comme étant une zone qui complexifie les types des relations entre ville et nature, par l’introduction de la dimension côtière et marine (Figure 2)

Figure 2 : Inégalités écologiques et spécificité littorale

Figure 2 : Inégalités écologiques et spécificité littorale

V. Herbert, 2006

41La recherche d’une proximité de la mer, étendue libre et « naturelle », nous semble parfaitement illustrer la dualité des effets produits par l’étalement urbain. En effet, cette recherche d’investissement des milieux littoraux va générer des effets complexes se manifestant sur des échelles d’espace et de temps différenciées. Dans un premier temps, l’urbanisation des franges littorales, dont le profil est au départ naturel ou plutôt peu artificialisé ou peu anthropisé, va conduire à une augmentation du prix du foncier ; la ‘vue sur mer’ et l’abondance d’espace donnant l’impression d’insularité, de havre, vont constituer un argument important lors d’une transaction immobilière ou plus généralement lors d’une décision de localisation résidentielle (Meur-Férec, 2006). Mais en retour, ces espaces urbanisés contribuent à la modification ou à la dégradation du milieu, de façon directe (aggravation de l’érosion côtière par rupture du couple dune-plage, ou développement de la pollution par manque de stations d’épuration…) ou indirecte (développement de nouvelles infrastructures sur l’estran comme un port de plaisance hors-site…). Le milieu côtier subit également des dégradations dues à une fréquentation risquant de dépasser sa capacité d’accueil (pêche à pied). Cette fréquentation peut être mise en relation avec la proximité urbaine.

42D’un point de vue théorique, ces relations dynamiques entre la présence initiale d’aménités environnementales et l’urbanisation qui en découle ont bien été mises en évidence par Dendrinos (2000) qui à l’aide d’un modèle prédateur-proie, illustre la façon dont le développement économique et l’urbanisation, en se nourrissant de l’attrait exercé par l’environnement, conduisent à la destruction de ce dernier. Il en résulte une dynamique en 4 phases qui unissent un niveau de qualité environnementale d’une part et un niveau de développement et d’urbanisation d’autre part.

43Plus précisément, la phase initiale présente un état de l’environnement élevé qui se réduit lors des phases 2 et 3 à mesure que l’urbanisation et le développement accélèrent, puis augmente lors de la phase 4. A l’inverse, l’urbanisation présente un niveau faible durant la première phase, qui ne cesse cependant de croître jusqu’à la seconde phase. Cependant, du fait de la diminution de la qualité environnementale, les perspectives de développement se trouvent compromises et le niveau de développement diminue à la manière de la qualité environnementale, annonçant une crise écologique se répercutant in fine en déclin économique.

44Ce modèle conceptuel présente l’intérêt de pouvoir expliquer la dynamique de co-évolution des liens entre qualité environnementale et dynamique de développement/peuplement sur certains territoires littoraux et seulement certains. En effet, ce modèle souffre de certains manquements, et notamment :

  • La prise en compte des effets d’irréversibilité : à mesure que le développement est freiné par la crise écologique, les territoires concernés font l’objet d’une reconquête de la qualité environnementale, ce qui semble assez peu réalisable en zone littorale urbanisée où le niveau d’artificialisation ne laisse guère de place au milieu naturel : le « bétonnage » est alors un phénomène irréversible à court et moyen terme.

  • Une définition précise de ce que serait une qualité environnementale du point de vue du tourisme balnéaire et l’haliotropisme en général. De notre point de vue en effet, on ne saurait raisonnablement corréler la dynamique de développement ou d’urbanisation des territoires littoraux à leur qualité environnementale, loin s’en faut. Plus précisément, les facteurs d’attractivité, moteurs de l’artificialisation des façades littorales ne semblent pas résider tant dans la qualité des milieux naturels que dans celle de l’environnement dans son acception ‘sanitaire’ : qualité de l’air, des eaux de baignades, ainsi que dans les attributs liés à l’espace ou encore à l’héliotropisme. Pour s’en convaincre, il nous suffit de considérer que les zones touristiques de la façade méditerranéenne française ou espagnole subissent une artificialisation intense qui ne nuit pas à leur fréquentation. C’est le cas du modèle de ‘baléarisation’ entre 1960 et 2000 dont les caractéristiques principales liées à l’offre sont le soleil, la plage et l’hôtel (Vittori, 2004)

  • Au final, il y a lieu de considérer qu’à mesure de l’urbanisation, les aménités environnementales font place à des externalités ou des biens publics locaux (infrastructures de loisirs, etc.) et que dans ce cas précis, le développement rime avec substitution d’externalités urbaines aux aménités environnementales préexistantes.

45Face à ce développement urbain largement consommateur d’espace et de contenus environnementaux, notamment sur les marges, le législateur a tenté de contrer cette dynamique co-évolutive développement environnement et de contraindre les pouvoirs publics locaux dans leur développement économique. Le sentiment de J. Daligaux (2005) à cet égard nous semble tout à fait manifeste de la façon dont le développement a été conçu durant les dernières décennies. S’appuyant sur l’exemple de la côte provençale, il écrit : « avec l’effondrement du potentiel de constructibilité, les communes sont passées brutalement d’un modèle de développement économique ‘quantitatif’, basé sur croissance touristique et urbanistique rapide, à un modèle ‘qualitatif’, cherchant à optimiser le bâti existant ».

46Il convient de signaler le cas particulier insulaire, où l’idée d’inégalité écologique relève autant du site (parfois en partie préservé, mais où les surfaces constructibles ou à urbaniser sont de plus en plus rares : île de Ré, Groix…) que de sa situation par rapport à la côte. Il est certain que le milieu littoral (continental, insulaire), intègre une dimension exogène au système local, à savoir une interrelation avec une clientèle extérieure, susceptible d’investir dans l’immobilier. Pour les géographes-aménageurs, il convient non seulement de décrire la façon dont surgissent et évoluent les différents types d’inégalités écologiques, touchant les écosystèmes et les sociétés et, pour les juristes, d’analyser les mécanismes institutionnels favorisant ou au contraire tentant de pallier ces tendances.

47Du point de vue de la géographie, l’entrée par le milieu, dans le sens d’écoumène (Berque, 1996), et donc l’approche mésologique (Berque, 2000), semble la plus pertinente pour aborder la notion d’inégalité écologique. La mésologie privilégie un point de vue relationnel qui cherche à dépasser le dualisme nature-société ; La réflexion est placée sur les modalités de la relation nature-société, vue comme est un trajet perpétuel à la fois pratique et idéologique ou théorique. Selon A. Berque (2000), l’écoumène est « à la fois la terre et l’humanité, mais ce n’est pas la terre plus l’humanité, ni l’inverse, c’est la terre en tant qu’elle est habitée par l’humanité et c’est aussi l’humanité en tant qu’elle habite la terre. […] L’écoumène c’est la relation de l’humanité à l’étendue terrestre. »

48L’étude des inégalités écologique s’inscrit donc parfaitement dans cette approche écouménale. En effet, la mesure de l’inégalité amène à traiter de façon croisée, selon différents emboîtements d’échelles, les données de l’environnement naturel et celles concernant les sociétés. Cette approche contribue en outre à replacer l’environnement dans l’histoire de chaque territoire. Il s’agit notamment d’appréhender le rapport des individus à leur environnement à travers l’expérience qu’ils en ont ‘là où ils vivent’. Ce rapport ne se limite pas à la proximité géographique au site. D’autres facteurs peuvent peser sur le vécu environnemental des personnes : mobilité résidentielle, attachement à un lieu, insertion dans des réseaux environnementaux, traitement local des questions environnementales… L’approche par l’écoumène permet la mise en œuvre d’une telle analyse. L’inégalité écologique peut correspondre, par exemple, à l’inégalité d’accès à des sites de nature ; la problématique peut aussi être orientée sur la question du coût élevé du foncier qui empêcherait ou limiterait les classes sociales les plus défavorisées de résider à proximité de ces sites.

Notes

1 Loi n° 86-2 du 3 janvier 1986 relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, J.O. du 4 janvier 1986, p. 200.

2 Décret du 7 juillet 2000 portant création du comité de l’initiative française pour les récifs coralliens, J.O. n° 159 du 11 juillet 2000, p. 10 503.

3 Article 160 de la loi n° 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, J.O. n° 50 du 28 février 2002, p. 3808.

4 Article 235 de la loi n° 2005-157 du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux, J.O. n° 46 du 24 février 2005, p. 3073. Cet article énonce également que le Conseil national du littoral "définit les objectifs et précise les actions qu’il juge nécessaires pour l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, dans une perspective de gestion intégrée des zones côtières".

5 Loi n° 83-8 du 7 janvier 1983 relative à la répartition de compétences entre les communes, les départements, les régions et l’Etat, J.O. du 9 janvier 1983, p. 215.

6 Albanie, Algérie, Bosnie-Herzégovine, Chypre, Communauté européenne, Croatie, Espagne, France, Grèce, Israël, Italie, Malte, Maroc, Monaco, Monténégro, République arabe syrienne, Slovénie, et Tunisie.

7 Décret n° 2004-311 fixant la liste des communes riveraines des estuaires et des deltas considérées comme littorales en application de l’article L. 321-2 du code de l’environnement et la liste des estuaires les plus importants au sens du IV de l’article L. 146-4 du code de l’urbanisme, J.O. du 30 mars 2004, p. 6082. Voir l’article R. 321-1 du code de l’environnement.

8 Loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains ; J.O. n° 289 du 14 décembre 2000, p. 19 777.

9 Article L. 122-2 du code de l’urbanisme, version consolidée suite aux modifications notamment apportées par la loi n° 2003-590 du 2 juillet 2003 relative à l’urbanisme et à l’habitat, J.O. n° 152 du 3 juillet 2003, p. 11 176.

10 Article L. 322-1 du code de l’environnement.

11 Le domaine public maritime naturel de L’Etat comprend : le sol et le sous-sol de la mer entre la limite extérieure de la mer territoriale et, côté terre, le rivage de la mer ; le sol et le sous-sol des étangs salés en communication directe, naturelle et permanente avec la mer ; les lais et relais de la mer (article L. 2111-4 du code général de la propriété des personnes publiques).

12 L’article 57 de la convention de Montego Bay sur le droit de la mer énonce que « la zone économique exclusive ne s’étend pas au-delà de 200 milles marins des lignes de base à partir desquelles est mesurée la largeur de la mer territoriale ».

13 Pouvant par ailleurs faire l’objet d’améliorations par le travail de l’homme.

14 On retrouve également ce lien entre territoire et potentialité chez Lacour (1996) lorsqu’il définit le territoire comme « un espace qui […] peut réaliser une intermédiation multiple ‘globale", ‘entre de multiples trajectoires possibles, sous l’effet de comportements d’acteurs variés et variables ».

15 Le capital formel d’une organisation comprend l’ensemble des répartitions fonctionnelles et structures hiérarchiques, des procédures de délégation, de règles de procédures générales à l’ensemble de ses membres, des contrats passés entre ceux-ci, qu’ils soient implicites ou explicites (Jayet, 1996).

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les marges urbaines littorales
Crédits C. Meur-Férec et V. Herbert, 2006
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2 : Inégalités écologiques et spécificité littorale
Crédits V. Herbert, 2006
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

Auteurs

Maître de Conférences en Géographie, Laboratoire Dynamique des Réseaux et des Territoires (DYRT), Université d’Artois & Laboratoire de Génétique et Evolution des maladies infectieuses, UMR CNRS-IRD, Equipe DySMI, Guyane

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search