Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Partie 1. Territoires littoraux et inégalités écologiques : regards pluridisciplinaires et approches théoriques

Introduction

Philippe Deboudt, Gérard Bellan, Denise Bellan-Santini, Jean-Claude Dauvin, Valérie Deldrève, Mahfoud Ghézali, Vincent Herbert, Jérôme Longuépée, Olivier Lozachmeur, Catherine Meur-Férec, Valérie Morel, Didier Paris et Guillaume Schmitt

Texte intégral

1Pour cet objet de recherche relativement récent, des recherches exploratoires ont été menées, principalement dans le cadre du programme « Politiques territoriales et développement durable » du MEEDDAT/PUCA. Elles se situent dans le champ des sciences humaines et sociales et dans l’interdisciplinarité de proximité (économie, géographie, gestion, histoire, sociologie, urbanisme). Elles s’inscrivent principalement dans des territoires urbains ou péri urbains. Elles privilégient l’analyse des relations entre les populations et les nuisances environnementales (bruit, pollution) ou les vulnérabilités environnementales. Face à la nouveauté et à l’ambiguïté de la notion d’inégalité écologique, il apparaît nécessaire de réfléchir aux définitions existantes, à la fois parce qu’il s’agit d’une expression dont l’utilisation est relativement nouvelle en France et parce que l’équipe de recherche est composée de représentants de disciplines différentes qui doivent se construire une culture commune sur cette thématique. Cependant, à la lecture de la littérature qui s’y réfère, force est de constater que si quelques définitions ont été proposées, elles n’en demeurent pas moins fragiles, notamment eu égard aux efforts consentis par certains auteurs à différencier cette notion de celle d’inégalité environnementale (Zaccai et al., 2007).

2Les premiers états de l’art réalisés dans le contexte français et européen montrent une absence de caractérisation précise de la notion d’inégalité environnementale (Dieboldt et al., 2005 ; Emelianoff, 2005 ; Laigle, 2004, 2005). En outre, certains auteurs tendent à utiliser indifféremment le terme d’inégalité environnementale et d’inégalité écologique. Dans un dossier de la revue Développement Durable et Territoires, publié en mai 2007, B. Villalba et E. Zaccai (2007) ont ‘interrogé’ la notion d’inégalité écologique. D’après ces auteurs, « trois approches se rencontrent actuellement pour le traitement de cette notion dans la littérature scientifique et dans certaines politiques qui s’en inspirent : la justice environnementale, les approches Nord-Sud sur la question des inégalités sociales en interférence avec les dégradations environnementales et les approches territoriales pour analyser les relations entre inégalités sociales et environnementales, notamment dans le cadre de politiques urbaines (Laigle et Ohler, 2004) ». Malgré la polysémie du terme, il nous semble que deux aspects sont systématiquement abordés dans les études relatives à la notion d’inégalité écologique : l’échelle à laquelle elles peuvent et doivent être appréhendées et les différentes formes d’inégalités auxquelles elle se réfère. En effet comme le souligne J. Theys (2002, p. 10) à propos des inégalités écologiques : « la qualité de l’environnement diffère considérablement d’une région à une autre, d’un quartier à un autre ; et que cette forme d’inégalité se cumule le plus souvent avec celles qui existent en matière de salaire ou d’accès au travail. »

A quelles échelles penser les inégalités écologiques ?

3Selon la mission mandatée par le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable (Dieboldt et al., 2005), la pertinence du concept d’inégalités écologiques apparaît d’emblée lorsqu’on l’applique à l’échelle du monde : les disparités naturelles entre les territoires, les inégalités d’accès aux ressources vitales (eau, air, sol, énergie…) et d’expositions aux nuisances et aux risques, varient considérablement selon le pays ou le continent où l’on se situe. Dans cette acception, les inégalités écologiques renvoient dans un premier temps aux différences Nord-Sud. On peut ainsi estimer que les populations du Nord qui sont à l’origine de la plupart des dégradations majeures causées à l’environnement sont nettement moins vulnérables vis-àvis des risques que celles du Sud. A contrario, les grandes catastrophes font porter un tribut sensiblement plus lourd en vies humaines aux ‘pays du Sud’, alors que leur contribution aux nuisances reste marginale. Cette approche renvoie ainsi à d’autres notions comme ‘l’empreinte écologique’ ou le ‘droit à polluer’. Si cette idée peut apparaître séduisante, elle ne présente pas une portée opératoire universelle et ne répond pas précisément à la problématique de la présente recherche dont l’échelle est moins globale, mais concerne davantage des inégalités au sein d’une même société et sur un territoire spécifique, le littoral. Toutefois, la notion d’inégalité écologique est ‘multiscalaire’ et « peut être lue à une échelle planétaire, à une échelle locale ou à tous les échelons intermédiaires ». (Emelianoff, 2005). En France, elle a d’ailleurs d’abord été uniquement appliquée aux échelons urbains pour caractériser la différence du cadre de vie entre les centres-villes et les banlieues, les quartiers favorisés et les quartiers défavorisés.

A quelles inégalités renvoie la notion d’inégalité écologique ?

4Si les inégalités écologiques peuvent désigner selon L. Laigle et V. Oelher (2004, 2005), un cumul de disparités d’accès à la qualité du cadre de vie et d’exposition aux nuisances engendrées par l’expansion urbaine et aux risques, industriels et naturels, elles ne sont pas indépendantes des autres formes d’inégalités sociales (inégalités de revenu, d’emploi, ou de consommation). D’après le rapport réalisé à la demande du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable (Dieboldt et al., 2005), les inégalités écologiques sont implicitement connues, mais peu évaluées et donc peu traitées en tant que telles par les pouvoirs publics car il n’existe pas à ce jour de conception unifiée, et surtout opérationnelle, de ces inégalités. L’évaluation des risques encourus par les citadins particulièrement exposés aux nuisances urbaines n’est pas envisagée de la même manière par les différents acteurs, faute de cadre d’analyse commun (Dieboldt et al., 2005). D’après Dieboldt et al., 2005, « c’est donc à une nouvelle approche des politiques environnementales, qui viendrait enrichir l’approche traditionnelle axée sur les ressources et milieux naturels, que l’utilisation de ce concept invite, en mettant l’humain au centre de ces politiques et en s’inscrivant résolument dans une perspective de développement durable. Il nous est apparu en effet que la non prise en compte de la dimension environnementale joue un rôle important dans les processus de ségrégation spatiale. La réduction des inégalités écologiques, en contribuant à l’amélioration de la qualité environnementale du cadre de vie urbain, constitue un volet incontournable de la politique de lutte contre les inégalités urbaines et représente un élément de réussite de l’objectif de mixité sociale et de cohésion nationale ». (pp. 4 et 5).

Encadré 3. Typologie des inégalités écologiques proposée par L. Laigle (2007, p. 147)

Inégalités territoriales

liées à l’héritage, au marquage social et environnemental des espaces urbains qui conditionnent les voies possibles de leur développement

Inégalités d’accès à l’urbanité et au cadre de vie (d’accès à l’habitat, aux équipements, aux services, aux transports et à la qualité de l’environnement urbain, etc.)

qui se réfèrent aux possibilités inégales de choix des lieux de résidence et de parcours résidentiels, ainsi qu’aux possibilités inégales d’usage et de modes de vie en ville.

Inégalités d’exposition aux nuisances urbaines (bruits, pollutions…) et aux risques (naturels, technologiques, industriels…)

qui renvoient à l’inégale perception et appréciation de ces nuisances (bruit, pollutions…) et à l’inégale information sur leurs incidences. Cette question ne peut être traitée sans évoquer le rôle de la puissance publique dans l’information et la prévention des risques au regard des mécanismes du marché et du secteur privé, et l’action des collectivités territoriales aux différents échelon d’intervention (Région, intercommunalités, communes…).

Inégalités dans la capacité d’agir sur l’environnement et d’interpeller la puissance publique pour la transformation du cadre de vie.

Ces inégalités se réfèrent à la place et au rôle des habitants, des associations, des aménageurs, des techniciens des villes, des acteurs politiques et économiques… dans les médiations et les décisions présidant à la conception et à la réalisation de projets urbains intégrant une réflexion sur l’usage (usage des lieux et usage ‘raisonné des ressources’) et la préservation environnementale.

  • 1 Dès le premier paragraphe, l’auteur remarque que « la question écologique apparaît en effet sous ce (...)

5L. Laigle (2005, Encadré 3) part, quant à elle, du constat selon lequel « il existerait ainsi des inégalités dans la propension des territoires à engager des processus de développement visant une amélioration de l’environnement urbain. De plus, aux inégalités dans l’exposition aux risques (industriels, naturels…) et aux nuisances urbaines, viendraient se greffer des inégalités sociales dans l’accès au logement et au cadre de vie, ainsi que des inégalités dans la capacité d’agir sur l’environnement. Les inégalités écologiques désigneraient ce cumul des inégalités ». Selon elle, les inégalités écologiques se caractériseraient par le phénomène de l’accumulation d’inégalités de différentes natures. Voici donc une première définition, somme toute stabilisée, de la notion des inégalités écologiques. D’autres auteurs, auxquels se réfère L. Laigle pour caractériser les inégalités écologiques, ont apporté des contributions sur ce thème. C’est le cas notamment de C. Emilianoff (2005) dont la position reflète la difficulté qu’il y a à différencier inégalités environnementales et écologiques. L’auteur assimile les inégalités écologiques à un phénomène certes social1 mais dont les critères de différenciation restent environnementaux. Pour C. Emelianoff (2005), « le terme d’inégalité environnementale exprime l’idée que les populations ou les groupes sociaux ne sont pas égaux face aux pollutions, aux nuisances et aux risques environnementaux, pas plus qu’ils n’ont un accès égal aux ressources et aménités environnementales. »

  • 2 Ce qui de facto implique la prise en compte de la plus ou moins grande capacité de résilience des p (...)
  • 3 Nous reviendrons sur ce point un peu plus loin.

6Pour C. Emélianoff (2005), l’inégalité environnementale met ainsi en lumière une inégalité d’exposition et de vulnérabilité2 vis-à-vis des pollutions, nuisances et autres risques environnementaux cumulée à une inégalité d’accès aux ressources et aménités environnementales renvoyant selon elle à une question de justice distributive3. L’inégalité écologique quant à elle ajoute à l’inégalité environnementale l’émission de polluants et plus largement toutes les dégradations causées par l’homme à son environnement naturel (ce que certains appellent les ‘risques environnementaux’). En d’autres termes, l’inégalité écologique traduirait une vulnérabilité couplée à une dangerosité des populations vis-à-vis de l’environnement. Selon Dieboldt et al., 2005, l’expression ‘inégalités écologiques’ correspond donc à une convention de langage qui oblige à préciser le sujet de la présente étude : il s’agit en fait, de traiter ici d’inégalités de situation résultant des variations qualitatives de l’environnement urbain et d’analyser dans quelle mesure ces inégalités de situation recoupent d’autres inégalités, celles issues de l’appartenance sociale des individus.

7Nous proposons dans cet ouvrage les résultats d’une recherche exploratoire sur les inégalités écologiques dans un territoire spécifique, le territoire littoral.

8Les territoires littoraux sont des espaces occupés et convoités par des populations et des activités nombreuses ; ils sont aussi des espaces naturels à haute valeur patrimoniale. Les pressions exercées par les populations et les activités y sont considérables et peuvent aboutir parfois à une artificialisation de l’espace. Pour préserver les espaces naturels de haute valeur patrimoniale, les soustraire à l’urbanisation et garantir leur accès au plus grand nombre, des politiques ont été mises en place depuis une trentaine d’années : certaines parties du territoire de ces communes sont devenues inconstructibles suite, notamment, à la mission d’acquisition foncière du Conservatoire du Littoral, à l’application de la loi Littoral et à la politique des ‘espaces naturels sensibles’ des conseils généraux (Meur-Férec, 2006). Des espaces naturels sont devenus des espaces de nature en raison de la mise en œuvre de ces politiques qui ont permis leur préservation pour garantir la prise en compte du ‘temps long’, celui de la nature, dans la planification territoriale au détriment du ‘temps court’, celui de la compétitivité économique. Cependant, la préservation des espaces naturels dans des territoires convoités a entraîné parfois des tensions, voire des conflits, qui aboutissent souvent à des contentieux juridiques, relatifs par exemple au contenu des PLU, à la délivrance des autorisations d’urbanisme (permis de construire…) ou à l’interprétation des dispositions de la loi Littoral (espaces remarquables, espaces proches du rivage…) (Bersani et al., 2000). Nous proposons dans le chapitre 1, un regard de différentes disciplines – le droit, l’écologie, l’économie, la sociologie, la géographie – sur le territoire littoral.

9Le choix de réaliser un travail de recherche sur les territoires littoraux et les inégalités écologiques peut surprendre ou au moins susciter des interrogations. En effet, si la relation entre les territoires littoraux et la dimension écologique correspond à une approche relativement traditionnelle et compréhensible, c’est beaucoup moins évident pour la notion d’inégalité écologique. La discussion sur la combinaison des termes ‘inégalité’ et ‘écologique’ a, pendant la première année de nos travaux, cristallisé certaines tensions et incompréhensions et a nécessité un positionnement disciplinaire (chapitre 2, Bellan et al., 2007).

10Pour un objet de recherche qui possède à la fois une dimension naturelle et une dimension sociale, le dialogue à mettre en œuvre se complexifie en raison de la diversité des disciplines intervenant dans la connaissance des inégalités écologiques. La construction du dialogue entre l’écologie et la sociologie notamment est complexe (Levêque, 2003). Nous proposons dans le chapitre 3, une approche pluridisciplinaire des inégalités écologiques en sciences humaines et sociales.

Notes

1 Dès le premier paragraphe, l’auteur remarque que « la question écologique apparaît en effet sous cet angle doublement sociale, d’une part, par le fait que les destructions de l’environnement génèrent par rétroaction des dommages subis par des populations humaines, d’autre part, parce qu’il existe des différenciations sociales dans l’exposition aux nuisances et aux risques, tout comme dans l’accès aux ressources environnementales ».

2 Ce qui de facto implique la prise en compte de la plus ou moins grande capacité de résilience des populations considérées.

3 Nous reviendrons sur ce point un peu plus loin.

Auteurs

Maître de Conférences en Géographie, Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société (TVES), Université Lille 1 Sciences et Technologies & Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société Lille Nord de France USR 3185 CNRS (accueil en délégation)

Directeur de Recherche Emérite CNRS, Ecologue, Centre d’Océanologie de Marseille, UMR DIMAR CNRS, Station Marine d’Endoume

Directrice de Recherche Emérite CNRS, Ecologue, Centre d’Océanologie de Marseille, UMR DIMAR CNRS, Station Marine d’Endoume

Professeur des Universités, Ecologue, Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences (LOG) UMR CNRS, Station Marine de Wimereux, Université Lille 1 Sciences et Technologies

Chargée de recherches en Sociologie, Unité Aménités et Dynamiques des Espaces Ruraux, CEMAGREF, Bordeaux

Professeur Emérite de Droit, Laboratoire de Recherche Juridique, (LARJ), Université du Littoral Côte d’Opale

Maître de Conférences en Géographie, Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société (TVES), Université du Littoral Côte d’Opale

Maître de Conférences en Economie, Laboratoire Etudes et Recherches Economiques Interdisciplinaires de l’Artois, EREIA, Université d’Artois

Consultant en Droit et Gestion Intégrée du Littoral, Docteur en Droit Public de l’Université de Nantes

Professeur des Universités en Géographie, GEOMER, UMR CNRS Littoral, Environnement, Télédétection, Géomatique, Université de Bretagne Occidentale

Maître de Conférences en Géographie, Laboratoire Dynamique des Réseaux et des Territoires (DYRT), Université d’Artois & Laboratoire de Génétique et Evolution des maladies infectieuses, UMR CNRS-IRD, Equipe DySMI, Guyane

Professeur des Universités en Aménagement et Urbanisme, Directeur du Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société (TVES), Université Lille 1 Sciences et Technologies

Docteur en Géographie et ATER, Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Sociétés (TVES), Université Lille 1 Sciences et Technologies

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540