Version classiqueVersion mobile

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Introduction générale

Texte intégral

1La mise en œuvre des principes du développement durable constitue aujourd’hui une référence désormais bien connue du grand public. Notamment en raison de l’importante médiatisation des scènes politiques ou sont expliqués et débattus les conditions de l’adaptation des processus et des comportements économiques pour rendre possible un développement durable. Une définition du développement durable a été diffusée à l’échelle internationale dans le rapport Brundland en 1987 à l’issue d’une commission des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement : « Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Les définitions du développement durable sont très nombreuses ; plusieurs théories économiques (Boidin et Zuindeau, 2006) sous tendent ces définitions et contribuent à l’émergence de controverses sur les liens entre croissance économique et développement ou sur les liens entre les contraintes environnementales et le développement économique et le progrès social. Le développement durable intègre cependant dans l’acception commune une interaction entre trois dimensions environnementale, économique et sociale dans une dialectique qui s’impose dans la construction des projets politiques, les stratégies de développement des entreprises, les comportements des individus.

 

2Depuis dix ans, en lien notamment avec les nombreuses interrogations sur l’impact des changements climatiques, la mondialisation et le développement durable, l’intérêt des chercheurs et enseignants-chercheurs en sciences humaines et sociales pour l’analyse des relations entre les populations et l’environnement s’est considérablement développé. Quelques notions ou concepts au contenu polysémique ont permis de renouveler les questionnements, les méthodologies et de proposer des résultats innovants sur les interactions entre populations et environnement : la justice environnementale, l’inégalité écologique et l’inégalité environnementale représentent ces nouveaux champs de recherches qui apportent, par la mise en œuvre d’une pluridisciplinarité ou interdisciplinarité, des éclairages nouveaux sur les enjeux de société en lien avec les interactions entre les questions environnementales et sociales.

3La notion d’inégalité écologique propose d’établir un lien entre les questions environnementales et sociales mais n’a pas un sens encore totalement construit, et encore moins partagé par l’ensemble de la communauté scientifique. Jacques Theys (Geoforum, Le Mans, mai 2006) a présenté les raisons de ce manque d’intérêt (Encadré 1)

Encadré 1 : Les raisons d’un désintérêt pour l’étude des inégalités écologiques.
Par Jacques Theys, Geoforum Le Mans, mai 2006.
« Différentes approches permettent d’étudier les inégalités écologiques de manière statique, la démarche consiste à observer la situation, ou de manière dynamique, on étudie les causes, les processus, et les modes de régulation de ces inégalités. Celles-ci font référence à des inégalités entre territoires, entre individus, ou entre groupes sociaux, mais aussi entre politiques publiques. Elles font référence à des inégalités de cadre de vie, mais aussi à des inégalités de capacité de réaction face à ces problèmes. En France, les problèmes sociaux et environnementaux ont toujours été séparés. Deux raisons, épistémologique et politique peuvent permettre de comprendre pourquoi ce thème ne se développe qu’aujourd’hui. Il a d’abord rencontré des obstacles épistémologiques. Le concept d’« environnement » s’est développé en même temps sur les plans historique et scientifique. Dans les années 1960-1970, trois conceptions environnementales différentes dominent : une bio-centrique, vision naturaliste où prédomine la collection d’objet naturels, le techno-centrisme, qui fixe des limites à respecter afin que les systèmes puissent fonctionner, et la dernière qui correspond à ce qui nous entoure, c’est-à-dire les relations entre l’homme et le milieu naturel. L’approche varie selon les conceptions. La 3ème ne s’étant pas imposée, les conséquences en matière d’approche statistique des inégalités écologiques ont été importantes. En effet, les outils de l’approche technocratique sont incapables de dire les populations exposées aux risques, de montrer qui est exposé à quoi. De plus, les deux premières approches se désintéressent de l’environnement des grandes villes. Les différentes disciplines ont alors intégrées différemment les questions sociales liées à l’environnement. La géographie, qui aurait pu être l’interface entre la société et l’environnement, ne l’est pas vraiment. La sociologie ne s’est pas beaucoup intéressée à ces questions, et s’est contentée de conclure que ‘ les pauvres se désintéressent de l’environnement’. Seul le milieu de la sociologie rurale a eu un intérêt pour les problèmes environnementaux ; la sociologie urbaine a, elle, gardé une grande méfiance face à l’environnement. Il y a eu par exemple une euphémisation des risques pour les ouvriers. Dans ce contexte, on comprend que le thème des inégalités écologiques a eu du mal à trouver sa place. Des problèmes politiques se sont ajoutés aux problèmes épistémologiques. Ce concept n’a jamais réussi à émerger dans aucun programme politique ces 40 dernières années. La structuration du champ politique français a un rôle important dans l’absence de ce thème dans les débats politiques, et ce, par la position des clivages, par la non fédéralisation du territoire, et par la représentation réductrice du rapport entre l’urbain et le rural. La non prise en compte de ces problèmes est aussi liée aux problèmes de mise en place du développement durable. Ce thème n’est pas abordé dans la conception des Agendas 21, et a beaucoup de mal à l’être compte tenu du manque de transversalité de bon nombre de ces documents. Si ce thème n’est pas pris en compte, c’est aussi car il n’est pas rentable politiquement. Les questions environnementales ont été captées par les classes moyennes. Elles ont alors pris une portée globale et universelle, et ont mis de côté la notion de différenciation sociale. »

4Les relations mises en œuvre dans les territoires littoraux entre d’une part, des espaces de haute valeur écologique dont le patrimoine naturel est source d’aménités environnementales et d’autre part, les formes d’appropriation, les mobilités et les usages de l’espace, différenciés en fonction des types de population, peuvent être analysées sous le prisme des inégalités écologiques. C’est la première spécificité des travaux présentés dans cet ouvrage : la confrontation entre des processus aboutissant à des modes de construction territoriale spécifiques aux territoires littoraux et la notion d’inégalité écologique. Cette première spécificité procède donc de la nature géographique des territoires étudiés. La dimension littorale représente un facteur original dans la mesure où ce territoire est caractérisé par une double interface : d’une part entre la terre et la mer et d’autre part, entre des espaces de nature, souvent de haute valeur patrimoniale et insérés dans des zonages de préservation, et des espaces urbanisés.

5Seconde spécificité de notre approche, les inégalités écologiques ne sont pas ici principalement abordées en fonction de l’exposition à des nuisances ou des risques (externalités négatives) mais sont liées essentiellement aux aménités offertes par le littoral et notamment aux possibilités de jouissance du milieu naturel (externalités positives). Ainsi, contrairement aux précédents travaux sur les inégalités écologiques ou environnementales, notre posture met davantage en valeur l’accès ou l’appropriation d’aménités environnementales que la présence de problèmes environnementaux comme les pollutions ou les risques. La notion d’externalité a tout d’abord été définie en économie de marché (Marshall, 1920 ; Pigou, 1920). Depuis une trentaine d’année, en relation avec le développement de l’économie de l’environnement, des recherches (Barthelemy et al., 2003) ont reconnu « l’existence et le poids des relations sociales externes au marché », contribuant d’une part, à accorder une importance particulière aux notions de bien public et d’externalité et, d’autre part, à fonder, au nom de ces deux catégories, les politiques publiques sur des propositions d’extension de la notion de capital (du capital « physique » ou financier au capital humain, social, naturel…). Des chercheurs (Zuindeau, 2001, 2005) ont dans un premier temps réservé la notion d’externalité aux externalités négatives, c’est-à-dire aux effets d’activités privées entraînant des coûts sociaux non pris en compte. L’analyse concerne alors l’identification des externalités négatives résultant de la croissance industrielle (pollution provenant de l’industrie lourde), mais aussi de la déprise industrielle actuelle (friches industrielles et urbaines). D’autres recherches ont analysé les externalités positives (dénommées « aménités environnementales »), notamment en lien avec l’activité agricole dans un contexte de multifonctionnalité des territoires ruraux (Bonnieux et Rainelli, 2000 ; Tolron, 2002). D’après D. Cairol, et D. Terrasson (2002), l’OCDE (1996, 2000) « les aménités constituaient un enjeu pour le développement des zones rurales. Mais les travaux de prospectives pour le littoral ou les zones de montagnes, le poids économique du tourisme culturel et urbain montrent que cet enjeu a une portée plus générale ». Comme pour la notion d’inégalités écologiques, il n’existe pas de définition consensuelle de la notion d’aménité environnementale (Napoléone, 2002). D’après J. Longuépée (2003), l’aménité environnementale relève d’un cadre plus large que l’externalité positive. Il propose de la définir comme un effet externe au marché, dont l’origine ne serait non plus strictement anthropique mais naturelle, sans pour autant en exclure les flux produits conjointement par la nature et l’homme. Dans le cadre de l’externalité, l’homme est à l’origine de l’effet externe (pollution…), véhiculé accessoirement par le biais d’un actif naturel (eau…), et exerçant un effet hors-marché. Différemment, dans le cas de l’aménité, l’environnement, produit ex nihilo ou co-produit par l’homme, est à l’origine de l’effet externe (beauté des paysages, biodiversité), véhiculé par l’environnement lui-même et affectant le bien-être individuel ou collectif. La définition de l’aménité ainsi proposée est susceptible de rendre compte de la diversité des effets externes influant le bien-être : elle superpose aux seules origines anthropiques, celles, d’une part strictement naturelles et d’autre part hybrides. Nous distinguons deux types d’aménités environnementales : celles qui sont inhérentes aux lieux de résidence et celles accessibles par déplacement sur le littoral. Comme le précise J. Cavailhès et al. (2002), les premières sont « un produit joint du logement comme le paysage que l’on voit depuis sa résidence ou la qualité du voisinage ; ce sont des externalités qui ne sont disponibles qu’au lieu de résidence » ; elles se différencient par conséquent des secondes « dont la consommation suppose un déplacement » (2002, p. 6). Ainsi, le choix des terrains d’investigation du projet associe des sites jouxtant des sources d’aménités environnementales littorales (mer, espace de nature protégés), ainsi que des sites plus éloignés de ces sources et en situation de relégation (par exemple des zones urbaines sensibles). La mise en valeur du caractère dynamique des aménités, dont la valeur évolue dans le temps et l’espace, est aussi un fil directeur de la recherche. Il peut ainsi être intéressant de démontrer que des quartiers défavorisés, ne subissent pas uniformément des inégalités écologiques. C’est typiquement le cas en ce qui concerne la localisation géographique de certains quartiers défavorisés qui bénéficient d’une vue sur la mer pour le moins exceptionnelle. Dans d’autres cas, la présence ou la proximité géographique d’un paysage littoral préservé ou d’un site de nature protégé (site Natura 2000, propriété du Conservatoire du Littoral…) est un des facteurs qui contribuent à attirer une population aisée. Le caractère dynamique des aménités s’exprime à travers l’extension de l’urbanisation dans les communes littorales. Par des « sauts de grenouilles » successifs, pour reprendre l’expression de J. Cavailhès et M. Hilal (1999), cette extension fait ainsi évoluer la localisation de la marge entre espaces urbanisés et espaces de nature. La dynamique urbaine construit et déconstruit, dans le temps et l’espace, les inégalités écologiques. Cette dynamique qui transparaît à travers les politiques locales et nationales, urbaines et foncières, environnementales et sociales, ainsi que par l’entremise des marchés fonciers et immobiliers et des ‘phénomènes de mode’ qu’ils expriment. V. Thireau (1993) exprime parfaitement cette idée lorsqu’il souligne que « construit par le temps, l’espace naturel va revêtir une forme particulière suscitée par les structures politiques, économiques et sociales antérieures ».

6Une troisième spécificité réside dans les aspects interdisciplinaires de cette étude qui tente de croiser les contributions de disciplines relativement éloignées et plus précisément de « bâtir des ponts » (Serres, 2006) entre écologues et chercheurs en sciences humaines et sociales (économie, géographie, gestion, histoire, droit, sociologie et urbanisme). La confrontation des points de vue, la construction de la compréhension et de l’appropriation réciproque des cadres analytiques mobilisés dans chaque discipline sont des temps incontournables pour l’élaboration d’une « démarche de recherche construite en assemblant de façon méthodique des connaissances, des points de vue, des techniques de travail provenant de disciplines scientifiques différentes », pour reprendre la définition de l’interdisciplinarité développée par M. Jollivet (2005). L’élaboration d’une démarche partagée repose sur le dialogue entre les disciplines et doit permettre de faire émerger une problématique hybride.

  • 1 Brunel C., Dupont A., Hallynck C., 2006, Les inégalités écologiques sur le littoral de la Côte d’Op (...)

7Durant la période de recherche, des entretiens (Brunel et al., 2006)1 avec des acteurs engagés dans la gestion et l’aménagement des territoires littoraux soulignent à l’occasion de réflexions sur la mise en œuvre du développement durable dans les territoires littoraux l’importance des enjeux et des attentes, notamment en lien avec la dimension sociale du développement durable et les inégalités écologiques (Encadré 2).

Encadré 2 : Extraits des entretiens avec les acteurs du littoral (Brunel et al., 2006)
- Service urbanisme d’une commune littorale
« Il n’y a pas d’inégalités liées au cadre de vie, et le territoire est accessible. Les inégalités écologiques sont liées au tourisme qui augmente la demande en logement, et donc exerce une pression foncière sur le territoire, et crée de la ségrégation sociale. En effet, les habitants doivent aller se loger dans l’arrière-pays ou les locations sont plus abordables. De plus, les adaptations à la loi Littoral réduisent l’espace urbanisable au profit de la sauvegarde du patrimoine naturel. Il y a une peur récurrente chez les habitants du front de mer, qui serait la disparition de leur point de vue suite à la construction de collectifs touristiques. »
- Maire d’une commune littorale
« Aujourd’hui, le thème du développement durable est très abordé sur le littoral. On a tendance à plus axer la réflexion sur l’environnement, mais ce sont les trois pôles qu’il faut développer. Les inégalités sur la commune existent de fait. En effet, la partie plage, à la vocation balnéaire, n’a pas le même niveau de service que le centre-ville. Une inégalité écologique, celle de l’accès au foncier, est très présente. La ségrégation sociale est incontestable, elle est due au prix du foncier très élevé, et au fait que de nombreux jeunes ménages ne peuvent pas habiter sur la commune. Mais grâce à la préemption urbaine, des espaces ont été achetés afin de réaliser des équipements mais aussi du logement dit « social » (on parle plus de logements à vocation d’acquisition, destinés en particulier aux jeunes ménages). A la station-plage, l’inégalité est encore plus forte, car les terrains n’ont pas de prix, plus rien n’est en effet disponible pour la construction ».
- Chargé de mission environnement et planification dans une mairie d’une commune littorale
« Quand on parle de Développement Durable, on a l’impression que les domaines sociaux et économiques sont lésés par rapport à l’environnement, et qu’il n’y a pas d’équilibre entre ces trois pôles. Cependant, l’économie est aussi un sujet de préoccupations communale. La ville est consciente que si elle n’avait pas sa partie balnéaire, elle serait une ville morte. Elle ne vit qu’à travers l’économie du tourisme, qui lui est aujourd’hui indispensable. C’est entre autres pour rompre cette dépendance que le projet éolien est né, pour créer de l’emploi autrement que de façon saisonnière et de la taxe professionnelle. La commune subit donc la primauté de l’environnement, mais l’accorderait sans problème à l’emploi si cela était possible. Par les prix très élevés du foncier, la mixité sociale est compromise dans la commune. Des projets tentent d’y remédier, comme les actions menées par le bailleur social, qui a construit des logements à prix raisonnables afin de jouer sur l’offre et la demande, et ainsi juguler les prix. Si les prix sont un problème, le caractère secondaire des résidences l’est aussi. En effet, on ne compte que 700 résidents permanents dans la partie balnéaire, 3000 les week-ends et 20 000 l’été. Si les inégalités d’accès à la propriété sur la commune sont importantes, celles liées à la qualité de vie entre habitants de la commune le sont beaucoup moins. Le cadre de vie de la commune est, en effet, différent selon les quartiers, mais une hiérarchie entre eux serait subjective. »
- Chargé de mission dans une communauté de communes du littoral
« Le thème du développement durable est repris par beaucoup d’élus, qui tentent de l’appliquer. Ils recherchent à mettre en place des politiques pour animer le territoire sur les quatre saisons, Cour pérenniser les emplois, et donc augmenter le nombre d’habitants permanents. Ils associent cette démarche à un souci de préservation environnementale. Ainsi, tout ce qui doit être fait pour les espaces naturels l’est. Coupler les besoins économiques avec les besoins environnementaux est assez difficile, comme l’illustre l’application de la loi Littoral. Celle-ci bloque la plupart des possibilités de développement, et les acteurs locaux doivent alors s’adapter, et trouver des solutions en fonction de ces différents impératifs. On peut alors dire que, en ce qui concerne les 3 pôles du développement durable, le pôle environnement est déjà bien mis en place. Il faut désormais pérenniser l’économique le social. De nombreuses actions et réflexions sont mises en place en direction du social, mais il est difficile d’agir compte tenu de la situation foncière. La ségrégation sociale existe en effet de fait. Tout le monde ne peut pas vivre sur le littoral. Le manque de terrain et la spéculation foncière qui s’en suit se répandent sur toute cette zone. On constate que ce problème gagne aussi les communes arrière-littorales de « l’avant-pays ». Les acteurs locaux font de nombreux efforts pour atténuer cela. Ce n’est pas la volonté qui est absente, mais les outils. De nombreuses communes voient en l’intercommunalité un espoir, mais cette structure est encore trop jeune. On peut aussi noter que la ségrégation sociale ne se fait pas que par le prix du foncier, mais aussi parfois par des représentations mentales ».
- Chargé de mission dans un service déconcentré de l’Etat
« Le développement durable est un thème largement abordé par les acteurs locaux, comme, par exemple, avec l’appel à projet DATAR GIZC. Cependant, même si cette volonté existe, chacun préfère agir de son côté, et faire « son » développement durable, seul, en ne diminuant surtout pas sa capacité financière. Les jeux politiques prennent une place trop importante ; de nombreux projets manquent de lisibilité ; des zones à urbaniser parsèment le territoire de toutes parts. On remarque par exemple qu’en ce qui concerne l’économie, les principales actions consistent à créer des zones d’activités, très coûteuses et difficiles à intégrer à tous les niveaux. Il existe donc un déséquilibre entre les trois pôles majeurs du développement durable que sont l’économie, l’environnement, et le social. Tout le monde est d’accord pour s’investir, à condition de ne pas payer, de ne pas avoir de contraintes, de ne pas partager les projets. Chacun pense à « son » territoire, à « son » mandat. L’absence de projets globaux, qui dépassent les querelles politiques, peut être déplorée. On ne recense qu’une multitude d’actions ponctuelles, non coordonnées. L’Etat a aussi sa part de responsabilité dans la difficile application de ce concept si prometteur. En effet, la superposition des outils, et en particulier des échelles, est une entrave à son bon déroulement. Par ailleurs, l’émiettement des services de l’Etat, entre ministères et entre territoires contribue largement à un jeu difficilement coordonnable. Aussi, l’échelle de la commune n’est pas pertinente face à ces enjeux, et nuit à cette réflexion. L’émergence d’un interlocuteur unique de part et d’autre (Etat et Collectivités) faciliterait grandement les échanges. Les inégalités écologiques existent sur le littoral. En effet, des populations sont défavorisées en terme de cadre de vie, et n’offrent pas à leurs habitants un accès facile au rivage et aux espaces naturels. Ces inégalités sont grandement liées aux courbes de pollution et d’urbanisation. Une autre portion du littoral est plus privilégiée, en ce qui concerne le cadre de vie. Mais en même temps, il est très touché par des difficultés d’accès au foncier, et une certaine stratification des habitations — plus on se rapproche de la côte, plus les prix sont élevés ; ce sont donc les plus riches qui y habitent. Trouver une solution à ces problèmes n’est pas chose facile. On constate que ces inégalités écologiques (pollution, et accès à un cadre de vie agréable) sont très fortement corrélées aux inégalités sociales. Ces réflexions sur les inégalités écologiques ne doivent pas négliger la notion de valeur du paysage. Il est très difficile de l’évaluer et de définir une hiérarchie entre ces milieux. La notion d’inégalités écologiques est donc fortement liée à cette appréciation du paysage par les différents individus. »
- Chargé de mission dans un service déconcentré de l’Etat
« Le thème du développement durable revient souvent, mais on à tendance à mettre en avant le concept de développement, sans forcément prendre en compte le paramètre de durabilité. Quand on parle de développement durable, on doit parler de la recherche de « l’impossible équilibre ». La difficulté pour les élus est d’être confrontés à des pressions provenant d’une multitude d’acteurs. Etant élus et ayant pour souci de donner du travail, des logements, des équipements à leurs habitants, ils sont tentés de mettre de côté le volet environnemental, quand celui-ci est un frein, pour donner la primeur aux besoins sociaux et économiques. Sur le littoral, on peut trouver deux façons différentes d’aborder le développement durable. Pour le nord, les pressions sociales sont telles, que les communes ont besoin de se développer économiquement, et le côté environnemental est alors mis de côté. Pour le sud, c’est un peu différent, dans la mesure où les communes sont plus touristiques, et où le cadre de vie est resté beaucoup plus naturel qu’au nord. Actuellement, l’ensemble des réflexions des élus, des acteurs du développement, des Chambres du commerce et de l’industrie reflètent la manière dont ils considèrent le territoire resté naturel : c’est, pour eux, la plupart du temps une réserve foncière. Notre position, elle, se situe dans une optique différente. Quand se trouve sur un territoire donné une zone Natura 2000, une ZNIEFF, ou terrain en ZICO, c’est qu’on leur a attribué une valeur à part entière. Le problème, c’est que bien souvent les zones naturelles, représentées en blanc sur les cartes IGN, sont perçues comme des zones à développer par les auteurs de l’aménagement du territoire, parce que financièrement parlant ce sont des territoires qui ne rapportent rien. Par exemple, si on institue une fiscalité environnementale, c’est-à-dire que le gouvernement décide d’attribuer une compensation aux communes qui préservent leur environnement, cette dotation de compensation encouragera les communes à préserver les territoires. Le jour où cet impôt existera, les problèmes environnementaux n’existeront plus. Aujourd’hui, un des problèmes majeurs est que beaucoup de territoires sont sanctuarisés et deviennent pour la collectivité improductifs : pas de taxe professionnelle, pas de taxe d’habitation. Ils ne rapportent rien en comparaison avec une zone d’activité. Révision après révision, zones d’urbanisation future après zones d’urbanisation future, le littoral va être urbanisé à 100 %. Au regard de l’étalement urbain sur le territoire des communes littorales, on se rend compte que c’est une fuite en avant qui va à l’encontre des équilibres voulus par la loi Littoral. Ce phénomène, qui menace l’équilibre environnemental, est aussi en train de saborder l’attractivité de ces territoires. Un défi important pour ces communes est de dégager du foncier pour la population locale, qui n’a pas les moyens de s’implanter dans ces communes. Sur le littoral, on constate en général que le foncier atteint des prix exorbitants. Cependant certaines communes n’arrivent pas, ou ne veulent pas, intervenir sur le foncier et créent, de fait, une ségrégation sociale forte sur ces secteurs. Comment gérer cette problématique ? Aucune solution pour faire baisser le prix du foncier n’existe. Nous sommes aujourd’hui dans un système libéral où la demande fait les prix. Une ségrégation est alors parfois générée, à cause de la spéculation foncière qui se développe. La solution n’est pas de préempter des territoires naturels pour les urbaniser, en pensant aider les catégories sociales les plus basses à accéder à ces territoires. Si on ouvre ces espaces à l’urbanisation dans ce but, il n’est pas évident que les prix diminueront, et qu’une certaine mixité sociale apparaisse. L’étalement urbain ne doit pas se faire dans ce sens là. Sur cette compétence particulière, il devrait être fait « un tour de table » entre les différents acteurs. Ils pourraient intervenir, mais sur quels fondements ? Quel type d’intervention peut faire baisser le prix du terrain ? L’autre solution, qui n’est d’ailleurs en rien une solution, est ce qui ce fait actuellement sur certaines communes. Elles reconstruisent la ville sur la ville, elles surélèvent, et créent de la densification en hauteur. »
- Directeur d’une Agence de Développement
« Le thème du développement durable revient très souvent dans le domaine de l’aménagement, même s’il n’est pas forcément labellisé « développement durable », ou « HQE ». La prise de conscience grandit, mais de nombreux efforts restent encore à faire. Les démarches pédagogiques doivent être continuées, et l’Etat doit continuer de développer une politique de défiscalisation en lien avec ces thèmes, pour inciter les élus à s’en soucier. Ce ne sont pas en effet les seuls aspects normatifs qui permettront de mettre en pratique les notions liées au développement durable. Les lois doivent orienter ce processus, en permettant notamment aux différents documents de s’adapter au contexte. Elles doivent aider les élus à sans cesse prendre du recul, à travailler pour ne pas figer leur territoire dans le temps, afin de prendre en compte les différentes problématiques actuelles, dont l’équilibre entre les trois pôles que sont économie, environnement, et social, fait aujourd’hui partie. A ce sujet, on peut constater qu’aucune de ces trois composantes n’est réellement mise de côté, les élus sont la plupart du temps sensibilisés aux problèmes environnementaux. Le problème vient plus du fait que ces trois domaines sont encore trop souvent traités indépendamment les uns des autres. Quelques exemples peuvent être notés mais ils sont encore trop rares. La pression anthropique a poussé beaucoup d’élus à ne penser que sur un mode binaire basé sur la construction et la protection. Ils n’ont parfois pas pris le temps de réfléchir au développement qu’ils souhaitaient mettre en place. Les solutions à ces problèmes devront venir du terrain. Les acteurs devront beaucoup plus se concerter, et analyser ensemble le territoire. Il faut organiser les différentes structures, articuler les différents acteurs. Le véritable problème vient plus de la méthode utilisée que des outils. Les inégalités écologiques sont une des conséquences de ce manque de réflexion et de coopération. Parler d’inégalités écologiques entre territoires n’est pas forcément valable. Les secteurs ont chacun un patrimoine différent, une approche différente. Chaque lieu a son micro écosystème, son mode de fonctionnement. Les différences existent, mais on ne peut pas réellement parler d’injustice. L’injustice se situe moins entre les territoires, qu’entre les individus qui n’ont pas toujours la possibilité de choisir leur cadre de vie, parmi ces différentes situations. En effet, une géographie et une ségrégation sociales sont bien visibles. La mixité sociale, voulue dans les la loi SRU, souhaite la construction de logements aidés, mais la population les rejette parfois, par manque d’information. De plus, l’augmentation très importante des prix du foncier conduit à une segmentation et un rejet de certaines populations. Ceci constitue un véritable défi à relever. Deux solutions se posent : jouer sur le cycle des prix du foncier, en augmentant fortement l’offre de logement, mais cette solution pourrait être un désastre au point de vue environnemental ; ou maîtriser le foncier, c’est à dire créer du logement social. Il s’agit d’un travail de pédagogie auprès des riverains, mais aussi de décisions importantes, qui ne sont pas toujours simples à prendre. Les inégalités seraient donc plutôt sociales, et situées entre les individus. En regardant la situation actuelle, il peut être difficile de rester optimiste quant aux inégalités futures. »
Chargé de mission d’un Etablissement Public de l’Etat
« Le développement durable ne veut rien dire en lui-même, Tout le monde emploie ce thème, sur le littoral pas plus qu’ailleurs. Il est utilisé dès que l’on met en œuvre des politiques. Pour une petite commune cela va consister à mettre en place l’assainissement, l’électricité, la restructuration de voieries et de l’aide sociale. On trouve ensuite des degrés supérieurs d’application, notamment avec les communautés de communes. Les choses sont appréhendées à une échelle plus vaste (énergie renouvelable, gestion des déchets…). Le développement durable est différent selon le lieu traité. Le choix d’urbanisation va être différent selon la grandeur de la commune considérée. Le développement durable est intégré dans les communes par l’intermédiaire du PLU, généralement sous forme d’un PADD conforme, théoriquement, à ce concept. La cohérence des PLU, et leur durabilité, tient à leur capacité à évoluer et à la volonté des territoires à avoir une trame de développement bien défini, et qui intègre les différents paramètres. Dans ce cadre, l’établissement des SCOT semble pouvoir apporter plus de cohérence. Pourtant, ce type de document peut rencontrer un problème de légitimité : le PLU est réalisé par les élus locaux, qui sont issus du suffrage direct, mais le SCOT est, lui, mis en place par des élus, issus du suffrage universel indirect. Cela peut nuire à l’impact de ce type d’outils. La fonction touristique, dans les stations balnéaires où la résidence secondaire a pris le pas sur les résidences principales, a un côté négatif, car on se retrouve à certaines périodes face à des villes « fantômes ». Il devient très difficile de maintenir la population locale. L’habitat social volontaire quant à lui dépend des politiques communales. C’est aux pouvoirs publics locaux d’agir, avec notamment les outils donnés par la loi SRU. Malgré quelques efforts certains, on observe tout de même sur le littoral une certaine ségrégation sociale, entre les communes littorales et les communes à l’intérieur des terres. Au regard du prix du foncier, on se rend bien compte que le foncier et les locations en bordure de mer ne sont pas accessibles à tous. Les plus démunis sont ainsi obligés de partir s’installer en arrière des côtes. L’accès à cet espace privilégié est limité pour ceux qui veulent y habiter. Le foncier est soumis à la loi de l’offre et de la demande, et comme nous nous trouvons dans des espaces de qualité, où l’attractivité est importante, la demande est importante. Dans ce cadre, les auteurs publics doivent intervenir, avoir une planification renforcée. Avec le droit de préemption le foncier est raréfié d’une certaine mesure, la spéculation s’intensifie alors. De ce fait, une réflexion urbaine mieux pensée est nécessaire et pourquoi pas des fusions communales pour augmenter la cohérence des territoires. Il faut à tout prix ancrer le dialogue entre les différents acteurs du territoire, et prendre du temps pour échanger. L’espace littoral est donc un espace attractif, car de qualité. Face à cette pression grandissante, ce milieu doit donc être « hyper-protégé », notamment contre l’urbanisation. Les axes de développement urbain sont donnés par la loi Littoral et le code de l’urbanisme sur le littoral, mais rien n’est fixé pour les communes arrières-littorales, où souvent la planification spatiale est absente. On se retrouve alors face à de nombreux espaces dégradés, dans la mesure où ces espaces manquent de contrôles d’urbanisation. Le nécessaire besoin d’une réflexion cohérente à une échelle plus petite est mis ici en évidence. Les communes vont plus vite en matière de planification, d’urbanisation, que les intercommunalités, d’où l’émergence d’une difficulté supplémentaire pour organiser une planification cohérente du territoire. »
- Directeur d’une association de défense de l’environnement
« Dans la zone littorale, le cadre de vie peut être différent d’une commune à l’autre mais dans tous les cas, les espaces naturels ne sont jamais très loin. Aujourd’hui, la tendance est de considérer les espaces naturels publics comme des jardins publics, voire de les privatiser. Le tourisme est effectivement en plein essor, et demande de l’espace pour pratiquer ses activités de loisirs. Les élus voient alors les espaces naturels comme des friches, et les habitants les voient comme des terrains de jeux pour se défouler. On ne perçoit pas la nature en tant que telle, il faut qu’elle serve à quelque chose. Faire payer l’accès à un espace naturel serait scandaleux, même s’il s’agit de faire payer une partie du coût de gestion à l’usager. Si cette idée émerge c’est parce qu’il ne reste que très peu d’espaces naturels, que l’on veut alors « muséifier ». Mais on assisterait alors à une inégalité complète. La nature est, en effet, un loisir qui ne coûte rien, et le jour où elle deviendra payante, les personnes qui ont peu de moyen ne pourront plus y aller. La solution n’est pas de faire payer l’accès à quelques sites pour les protéger, mais de faire une « protection extensive ». Il faudrait éparpiller la fréquentation, plutôt que de la focaliser sur un site, comme cela est fait par exemple avec les opérations « Grand Site ». Ces opérations sont économico-touristiques et utilisent des sites, comme emblèmes. De même, il faudrait s’employer à restaurer des espaces anciennement dégradés, à proximité des habitations. Favoriser les espaces naturels de proximité et faire en sorte que personne ne se trouve à plus de 20 minutes d’un espace naturel est une initiative qui constitue une bien meilleure approche du problème de l’aménagement du territoire que le laisser-faire actuel où chaque élu local essaie d’attirer le plus de monde possible dans sa commune ou son secteur géographique. L’attitude des élus locaux relève d’un pur opportunisme économique dénué de toute analyse sur le long terme et ne peut à ce titre certainement pas prétendre à une politique clairvoyante d’aménagement du territoire. Pour régler les problèmes d’inégalités écologiques et d’urbanisation du littoral, c’est l’organisation de la société qu’il faut revoir. Il paraît essentiel de citer les chiffres de l’IFEN sur le ratio des espaces naturels. Pour parler crûment, la nature, il n’y en a plus assez pour qu’on puisse encore en faire n’importe quoi. Dans cette réalité statistique réside assurément un élément fondamental de l’analyse circonstanciée des problèmes de conflits d’usages et d’inégalités en matière d’accès aux espaces naturels. »
- Représentant d’une association de protection de la nature
« Les inégalités écologiques sur le littoral ne semblent pas être liées à la surexposition aux risques, ou à la pollution, mais plutôt à l’inaccès à ce cadre de vie privilégié. On ressent fortement ce dernier type d’inégalité, qui met en place une forme de ségrégation sociale. Dans ce cadre, c’est la protection qui fait augmenter les inégalités. Qui pourrait apporter une solution ? Qui pourrait instaurer une équité entre les trois pôles du développement durable ? Peut-être un gouvernement mondial. Mais il n’en existe pas, et il n’existera probablement jamais. Aujourd’hui ces questions ne sont de toute façon pas vraiment à l’ordre du jour. La préoccupation majeure est l’économie mondiale. »

8Dans ces réflexions, la notion d’inégalité écologique est généralement associée aux inégalités d’accès au foncier entraînant des phénomènes de ségrégation sociale. Les acteurs mettent en avant l’importance de la concertation dans l’approche des inégalités écologiques. Le partage des connaissances et des enjeux est un préalable quasi indispensable à l’élaboration d’une réflexion commune sur les inégalités écologiques. Les réflexions et recherches présentées dans cet ouvrage en sont une première contribution.

9La première partie de l’ouvrage rassemble les réflexions des auteurs sur le sens des inégalités écologiques dans le cadre de leur discipline et les implications liées à la prise en compte de cette notion dans un territoire littoral. Les auteurs proposent une définition du concept de territoire dans leur discipline (chapitre 1). La mobilisation de l’Ecologie dans l’expression ‘inégalité écologique’ a motivé une mise au point de la part des auteurs issus de l’Ecologie sur le sens de cette mise en relation (chapitre 2). Les auteurs des différentes disciplines des sciences humaines et sociales présentent enfin une définition de l’inégalité écologique en référence à leur discipline (chapitre 3).

10La seconde partie de l’ouvrage présente une approche empirique de la notion d’inégalité écologique à partir de six études de cas. Les inégalités écologiques sont révélées par l’analyse du marché foncier et des types d’utilisation du sol sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais (chapitre 1). Les inégalités résidentielles conditionnées par le rapport à la mer sont étudiées sur le littoral de la commune d’Ensuès-La Redonne (Côte Bleue) dans les Bouches-du-Rhône (chapitre 2). L’insularité permet d’illustrer d’autres facettes des inégalités écologiques à partir de l’exemple de l’archipel du Frioul à Marseille (chapitre 3). La commune du Touquet-Paris-Plage (Pasde-Calais) est l’objet d’une lecture en terme d’inégalités écologiques à partir d’une approche sociologique et géographique (chapitre 4). Un projet d’aménagement – les plages du Prado à Marseille — peut contribuer à la réduction des inégalités écologiques et à la construction d’un bien commun (chapitre 5). L’exemple du quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) permet de s’interroger sur les relations entre les inégalités écologiques et les inégalités sociales (chapitre 6).

11La troisième partie de l’ouvrage propose une mise en perspective des recherches sur les inégalités écologiques par rapport aux processus de gestion intégrée des zones côtières qui représente aujourd’hui un cadre de référence pour l’élaboration des politiques publiques dans les territoires littoraux. La recherche d’une dimension opérationnelle pour les recherches sur les inégalités écologiques nécessite de constituer des indicateurs opérationnels pour l’évaluation de la valeur patrimoniale (chapitre 1). L’élaboration d’une méthode d’évaluation globale des inégalités écologiques pourrait aussi contribuer à leur prise en compte dans l’élaboration des politiques publiques (chapitre 2). Néanmoins, l’intégration d’une réflexion sur les inégalités écologiques dans les politiques publiques dédiées aux territoires littoraux est encore limitée (chapitre 3). Plusieurs dispositions réglementaires permettent d’intégrer la prise en compte des inégalités écologiques dans les politiques territoriales (chapitre 4). Les enjeux soulevés par cette notion déterminent d’importantes perspectives de recherches dans le cadre d’une interdisciplinarité étendue dans les sciences humaines et sociales et les sciences de la nature.

Notes

1 Brunel C., Dupont A., Hallynck C., 2006, Les inégalités écologiques sur le littoral de la Côte d’Opale. Etude des communes de Camiers, Cucq, Merlimont et Le Touquet, Rapport d’Atelier, IUP ENVAR 2e année, dir. Ph. Deboudt, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Lille, Université de Lille 1, 2 vol., 206 p.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search