Version classiqueVersion mobile

Inégalités écologiques, territoires littoraux & développement durable

 | 
Philippe Deboudt

Préface

Corinne Larrue

Note de l’éditeur

Décembre 2009

Texte intégral

1Ce livre est issu d’une recherche menée dans le cadre du programme de recherche « politiques territoriales et développement durable » financé par le PUCA et le service de la recherche du Ministère de l’environnement entre 2003 et 2008. Le pari de cette recherche était de rassembler autour des questions liant écologie et inégalités sociales, des écologues, géographes, juristes, économistes et politistes. Cet ouvrage qui en est issu, cherche restituer les efforts menés en termes d’interdisciplinarité.

 

2On retiendra plusieurs apports de cette recherche.

3Le premier se décline en termes de confrontation disciplinaire de la notion même d’inégalités écologiques. Dans la première partie de ce livre, les chercheurs ont interrogé cette notion à partir de leur propre corpus disciplinaire et pour un type d’espace particulier : les territoires littoraux. On notera ainsi avec intérêt l’effort de mise en regard des définitions disciplinaires proposées par l’écologue, l’économiste, le sociologue, le géographe et le juriste. Ainsi à une définition en termes d’inégalités liées au facteur nature (habitats et espaces naturels, usage des espaces naturels, inégalités face aux risques et aux protections) fait écho une définition en termes d’aménités environnementales, facteurs de localisation géographique. De même à une définition en terme de justice sociale et de valeurs portées à l’environnement se superpose une approche en terme d’inégalités spatiales et également une définition quasi juridique de cette notion. Cet effort de précision des notions mobilisées par chaque discipline montre l’intérêt de définir concrètement les mots utilisés dans chaque approche avant toute tentative de porter un regard pluridisciplinaire sur un même objet de recherche.

4Le second apport est lié aux travaux de terrain menés dans le cadre de la recherche. La diversité des terrains choisis, finement restitués dans l’ouvrage, permet d’illustrer et de mettre en exergue les différentes formes d’inégalités écologiques rencontrées dans les territoires.

5Celles-ci se déclinent ainsi tout d’abord en termes fonciers. Cela se traduit par une inégalité d’accès au marché foncier liée à l’accroissement de la valeur des biens immobiliers selon leurs localisations et leur proximité au littoral. Ce qui permet de rendre visible l’existence de « cercles des inégalités » notamment dans le cas du sud de la France, mais surtout les rapports différenciés des habitants à leur environnement naturel selon leurs catégories sociales et leurs localisations.

6Ces inégalités écologiques se déclinent également en termes de pratiques spatiales. Le cas de l’archipel du Frioul vient ainsi questionner la notion d’aménités associées à la proximité des espaces naturels. L’analyse des pratiques spatiales de ces habitants montre en effet que cette proximité se traduit plutôt comme une source d’isolement et de marginalité. De même les préoccupations écologiques apparaissent dans le cas du Touquet comme un argument pour gérer et pratiquer l’espace naturel entre soi, constituant au final un instrument de ségrégation.

 

7Enfin les deux derniers terrains présentés, le Prado à Marseille et le Chemin Vert à Boulogne, montrent bien le décalage possible entre les porteurs de projets urbains et territoriaux et les habitants concernés. La place de l’espace naturel, minimisé dans le projet d’aménagement de Marseille est valorisé a posteriori par la pratique des usagers de la plage du Prado. A l’inverse dans le cas de Boulogne-sur-Mer, la mise en valeur de la « maritimité » du lieu dans le projet de réaménagement du quartier du Chemin Vert reste encore éloignée des représentations des habitants qui n’accordent pas forcément une valeur sociale importante à ces espaces naturels.

8Ces contrastes montrent bien la diversité des situations géographiques qui rendent la notion d’inégalités écologiques fort complexe.

9Enfin, le troisième apport de la recherche porte sur le traitement de la question des inégalités écologiques par les politiques publiques. Les constats des chercheurs mettent bien en exergue la difficulté de cette intégration : outre la question des indicateurs pertinents pour prendre en compte la nature et les inégalités socio-spatiales, la recherche met bien en exergue la timidité des démarches de prise en compte de ces inégalités actuellement par les différents échelons territoriaux. Les inégalités écologiques constituent un enjeu encore peu politique en France, contrairement aux Etats Unis où ce que l’on appelle la Political Ecology revendique fortement une attention croisée entre inégalités sociales et environnementales.

10Au final l’intérêt ce travail exploratoire, dont rend compte cet ouvrage, est de mieux cerner la polysémie de la notion des inégalités écologiques, et de préciser leurs diversités géographiques ainsi que les différents regards disciplinaires que l’on peut poser dessus. Il constitue pour moi une première pierre permettant de rendre visibles et de qualifier ces questions et par la même de rendre possible leur prise en charge par les politiques publiques.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search