Version classiqueVersion mobile

Le changement climatique

 | 
Isabelle Roussel
, 
Helga-Jane Scarwell

Conclusion générale

Texte intégral

1Les différents exemples présentés montrent combien, indépendamment des scénarios du GIEC, la redécouverte du rôle joué par le climat dans les contextes locaux met l’accent sur une réalité multiforme et en continuelle évolution. La géographie dans sa complexité est résolument dynamique et en aucun cas le climat ne peut être considéré comme un déterminant d’un paysage et d’un territoire définis de manière statique. Même les plus prestigieux terroirs viticoles apparaissent comme des réalités mouvantes, des systèmes, en continuel devenir sous l’effet d’une dynamique endogène et de contraintes externes ! Le climat agit toujours comme une variable qui se combine de manière complexe avec de nombreux autres facteurs constituant le système considéré. Les exemples présentés reflètent bien cette complexité sur des thèmes aussi variés que la santé, la viticulture ou les pentes du Kilimandjaro. Extrapoler des évolutions sociétales à partir de données, très incertaines au demeurant, sur le seul changement climatique relève d’une orientation prospective difficile.

2Comme le montre C. Norrant-Romand, les modèles climatiques suggèrent bien une tendance au réchauffement, politiquement reconnue à travers le protocole de Kyoto dont les principales clauses sont en phase avec le contexte énergétique mondial et les principales orientations du développement durable. Ensuite, pour les États, il est bien difficile de décliner ces constatations générales, objet d’un large consensus, en prescriptions plus précises tant les contextes locaux sont variés. Les manifestations locales du changement climatique sont connues de manière très incertaine et donc, des préconisations trop rigides sont totalement contre-productives dans un contexte où précisément, seule la dynamique locale peut insuffler l’adaptabilité et la flexibilité indispensables.

3Paradoxalement, alors que l’évolution du climat concerne l’ensemble de la planète, les réponses esquissées ont une orientation patrimoniale qui n’a rien à voir avec la défense passéiste des vieilles pierres ou d’un territoire figé. Les exemples présentés montrent l’importance des variables endogènes, même et surtout en cas de contraintes extérieures, comme celles qu’exerce le climat. L’enjeu principal qui résulte des analyses esquissées montre la nécessité de s’adapter aux évolutions du monde non pas seulement par la technique mais en croisant les richesses naturelles avec celles de la culture pour transformer le territoire en terroir au sein duquel humains et « non humains » sont unis par une destinée commune. La notion d’adaptation est essentielle et interroge l’artifice complexe et technique développé par les sociétés modernes qui souvent sont prises dans une spirale technique au sein de la quelle les réponses apportées génèrent une certaine vulnérabilité qui impose une nouvelle technicité. A cette spirale de l’artifice, il convient d’opposer des aménagements dits « doux » qui respectent le milieu naturel. L’exemple des littoraux montre combien la lutte de l’homme contre l’avancée de la mer est imparable même avec les meilleures digues. Mieux vaut accompagner les modifications du trait de côte par une adaptation progressive. C’est ce type d’adaptation qui stimule la connaissance et l’innovation qui, selon l’OMS, est un gage de bonne santé qui est : « le processus qui confère aux populations les moyens d'assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d'améliorer celle-ci ». Cette démarche relève d'un concept définissant la " santé " comme la mesure dans laquelle un groupe ou un individu peut d'une part, réaliser ses ambitions et satisfaire ses besoins et, d'autre part, évoluer avec le milieu ou s'adapter à celui-ci. La mobilisation des ressources locales suscite un dynamisme individuel et collectif dont les connaissances récentes en médecine apprécient les impacts sanitaires positifs.

4Devant la complexité des sociétés et l’imbrication des facteurs à prendre en compte, seule une gouvernance locale peut esquisser des réponses pertinentes et partagées. Le temps d’un Etat détenteur de l’intérêt général imposé localement est révolu. Seule une gestion locale peut intégrer les facteurs naturels et imaginer un développement mieux intégré dans l’écosystème grâce à une approche plus « métabolique » à l’image du système des cosmonautes préconisé pour les déchets. Le passage d’un monde du gaspillage des énergies et des ressources naturelles à une société plus immatérielle doit se faire grâce aux ressources de la connaissance, de l’innovation et de la culture qui ne sont pas limitées mais, au contraire, partagées grâce aux facilités des outils de communication développés. Peut on imaginer une gouvernance locale davantage centrée sur la gestion des biens communs plutôt que tournée vers l’impossible quête de l’intérêt général bien souvent détourné au profit d’un petit nombre ?

  • 1 Thackara J; 2007, In the Bubble. Designing in a complex world, cité par Alex Steffen, changer le mo (...)
  • 2 Les Créatifs Culturels en France, 2007, Association pour la Biodiversité Culturelle, éditions Yves (...)

5Ce retour vers le local, indispensable pour tirer partie des richesses matérielles qui se raréfient ne peut s’effectuer en vase clos, l’ouverture planétaire est indispensable. M. Serre (2008) souligne la fin du territoire et la mondialisation : « Dès lors, la pollution, telle que nous en souffrons depuis le 21e siècle et telle que, se mondialisant aujourd’hui, nous la dénonçons et nous en inquiétons, bouleverse les données primaires, vitales, « naturelles »… de cette salissure et de ses vieux résultats ; elle nous oblige à changer nos usages d’appropriation. Nous n’habitons plus le même espace : le nouveau ne connaît plus de bornage possible ». Seuls les échanges permettent une exploitation de la spécificité des terroirs et l’évolution de la vie urbaine. Le repli du vignoble sur des terroirs adaptés a permis un saut qualitatif de la viticulture trop souvent développée, par nécessité, sur des terrains inappropriés. Tout l’enjeu de la gouvernance locale consiste à trouver le bon équilibre entre la qualité et la compétitivité liées à la spécialisation et la dépendance. La crise alimentaire mondiale oblige à repenser cet équilibre difficile entre les cultures spécialisées « monétarisables » et l’agriculture de subsistance, gage d’autonomie. La vision nostalgique d’une population vivant sur les rythmes du passé en refusant tout progrès et tout contact est quelque peu naïve et contredite par le téléphone mobile qui a fait son apparition jusque dans les régions les plus reculées de la planète. Cet objet dont la diffusion planétaire a dépassé toutes les prévisions, est le symbole d’une rupture civilisationnelle : alors que les ressources naturelles s’épuisent, alors que s’esquisse la fin d’une civilisation du matériel, les énormes possibilités des flux immatériels s’imposent comme des ressources nouvelles permettant la quête d’un sens nouveau. John Thackara1, gourou du design, explique la nécessité de se dégager de l’emprise de la technique et de l’économie : « Nous avons construit une société centrée sur la technologie qui est remarquable quant aux moyens mais incertaine quant aux fins. Et nous ne savons plus à quelle question tout cela répond ni quelle plus-value elle apporte à notre vie ». Comme le souligne l’enquête mondiale sur « les créatifs culturels »2 » auxquels appartiendraient 17 % des français, la société adhère de plus en plus à d’autres choix culturels qui supposent de dépasser le paradigme de la culture technique et de l’accumulation des biens matériels. Une enquête publiée dans le numéro de janvier 2008 de 60 millions de consommateurs indique pour 80 % des consommateurs, consommer durable est une priorité aujourd’hui et que 95 % d’entre eux sont prêts à modifier leur consommation pour l’orienter vers une consommation durable.

  • 3 http://www.afrik.com/article15123.html

6Le sens de la responsabilité et de l’égalité apportent des alternatives par rapport à la catastrophe climatique annoncée. Les pays du Sahel, les plus touchés par les changements climatiques, en appellent à la solidarité des pays du nord, responsables de 64 % des émissions de GES pour lutter contre la désertification et la pauvreté. En effet, on estime que les pays en voie de développement, responsables de 2 % des émissions, subiront 20 % des dommages. D’ailleurs, en La déclaration de Libreville3 sur la santé, signée le 29 août 2008 par un grand nombre de ministres africains. Préconise de « mettre à jour les politiques nationales et les cadres de coopération régionaux pour aborder de manière plus efficace les liens entre la santé et l'environnement par l'intégration de ces liens dans les politiques, le stratégies et les plans nationaux de développement (...) de mettre en œuvre des programmes prioritaires intersectoriels en santé et environnement (...) développer les capacités pour mieux prévenir les maladies liées à l'environnement ». En l’absence de politiques vigilantes, le processus d’adaptation peut être très inégalitaire et pas seulement au niveau mondial. Paradoxalement, les politiques étatiques : crédits d’impôts, écotaxes, transports urbains, favorisent les nantis.

  • 4 Blowers A., Boersema J., Martin A., 2009, Whatever happened to environmental politics? Journal of I (...)

7On peut s’interroger sur la réalité du pouvoir des politiques dans ce domaine situé au croisement entre la nécessité de la réglementation et celle de l’adhésion individuelle. Cependant, tout le monde s’accorde sur le nécessaire passage du contexte scientifique des lanceurs d’alerte au portage politique. Mais à quel niveau et comment doit s’effectuer ce transfert ? Au niveau international, les Etats se montrent impuissants pour mettre en place une indispensable gouvernance planétaire. La plupart des négociations politiques fonctionnement encore sur le modèle révolu de la recherche de l’intérêt général qui, en fait, profite à des intérêts particuliers alors que les négociations environnementales devraient être forgées à partir de la notion de bien commun. La santé et son accès pour tous étant considérés comme un bien inaliénable. Les conférences internationales sur le climat ont vu la place essentielle tenue par les ONG. et les entreprises. Toutefois, la crise financière marquée par le retour en force des États risque de brouiller les cartes en amalgamant sécurité et environnement. Effectivement, la tentation sécuritaire, souvent réclamée par les populations, encourage le rôle joué par un État protecteur. Or, dans le domaine du climat et de l’environnement, la tentation sécuritaire est contre productive. Selon A. Blowers4, 2009 qui s’interroge sur la situation anglaise, le retour en force de la sécurisation s’accompagne d’un mouvement de centralisation plus répressive, d’un développement des technologies lourdes telles que le nucléaire et d’une vision temporelle qui privilégie le court terme. Les exemples analysés dans cet ouvrage convergent pour montrer combien ces tendances s’opposent à la mise en place d’une vision plus patrimoniale. La montée en puissance du rôle de l’État qui, en France, rejoint la tendance jacobine naturelle, encourage la réglementation et la norme et non la flexibilité des adaptations préconisées. La surveillance relevant d’une tendance répressive étouffe l’initiative individuelle et la dynamique des sociétés locales. Au nom de la sécurité énergétique, les solutions centralisées s’opposent à la nécessaire prolifération des systèmes alternatifs adaptés à l’utilisation et au recyclage des ressources locales. En outre une vision sécuritaire peut mettre l’accent sur les nécessités de court terme au détriment de la sécurité environnementale qui s’acquiert progressivement selon le temps long des co-évolutions progressives.

  • 5 Le concept d’apocalypse n’est pas synonyme de catastrophe ou d’engloutissement final, les temps apo (...)

8Dans cette perspective, en France, le « Grenelle de l’environnement » est particulièrement ambigüe. Certes cette initiative étatique a permis de franchir des frontières sectorielles et d’échanger des informations diffusées jusque là au sein de cercles restreints et fermés sur eux même. Le processus législatif lourd et lent qui résulte de cette consultation souligne combien le vrai verrou ne se situe pas au niveau de l’Etat et de la surproduction législative mais au niveau de son application et de sa déclinaison à la faveur des contextes locaux. Le défi majeur que constitue le réchauffement climatique est probablement d’inscrire toute initiative dans un contexte de dynamiques collectives. La faible participation des collectivités locales aux travaux du Grenelle et le foisonnement de nombreuses initiatives montre le décalage, comme le prouve les analyses d’H. J Scarwell, entre les intentions politiques et les possibilités d’action. Il s’agit d’une véritable incapacité à agir. Puisque toutes les analyses présentées convergent pour montrer que les attentes vis-à-vis des politiques relèvent d’un recentrage vers des valeurs partagées qui devrait représenter le cœur de la vie politique plutôt que vers la mise en œuvre de grosses opérations. La peur est plus mobilisatrice pour les politiques que la responsabilité et la solidarité. Or, le climat, en dépit de son caractère apocalyptique et peut être à cause de cela5 désarçonne les politiciens plus rassurés par la présentation de projets concrets, de détails sans importance que par la dynamique à insuffler.

  • 6 Remaniement ministériel du 23 juin 2009

9Contrairement à ce que l’image que l’on pourrait en avoir, le réchauffement climatique ne peut s’appréhender uniquement sous la forme de quantifications précises et ne constitue pas pour les sociétés un horizon borné. Au contraire, le réchauffement climatique attend un signal politique fort prouvant que la communauté internationale s’engage sur la voie d’une économie raisonnée et change de trajectoire de développement. Mais la simple volonté politique suffit-elle ? Le sommet de Copenhague semble montrer qu’un bon accord aurait été de se doter d’un nouvel instrument juridique en remplacement du protocole de Kyoto et comprenant des incitations et des contraintes. C’est également une traduction économique et politique des recommandations des scientifiques et la prise en compte des plus vulnérables afin que la répartition de l’effort entre les États soit équitable. En France, le signal politique s’est illustré notamment par des modifications mineures. Ainsi, exit le Meedat, place au Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la mer6 en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat. Mais cette ouverture du champ d’incertitude ne désigne-elle pas l’indétermination des politiques du changement climatique ? Certes cette tétanisation devant l’action s’explique par l’incertitude des connaissances et par l’ampleur des dommages collatéraux observés là où ils n’étaient pas attendus. Elle a également pour origine l’ampleur des transformations à effectuer en cas de changement de paradigme et l’aveu d’impuissance d’un État devant les forces en présence économiques ou idéologiques qui tissent la réalité du monde.

  • 7 Serres M. « Le temps des crises », ed Le pommier (à paraître)
  • 8 Lepage C., 2009, Vivre autrement, Bernard Grasset, 166 p

10On peut conclure, comme M. Serres7 ; « Il faut faire entrer le monde dans la politique ; car aujourd’hui le monde est hors de la politique. On est perpétuellement dans un jeu entre deux humains ; or il faudrait faire entrer un troisième intervenant dans toutes les relations : le monde réel. C’est le monde qui nous battra tous. Cela demande une révolution politique sans précédent » Ou bien, comme le constate C. Lepage8 (2009) : « Il est vrai que tout ceci implique une révolution douce, à la fois dans la réappropriation d’un pouvoir confisqué par une élite technico-administrative, hermétique aux enjeux du XXIe siècle, dans la nécessaire décentralisation, accompagnée d’une montée en puissance de la société civile, dans de nouveaux modes de production et de consommation, dans une nouvelle représentation de l’avenir et du progrès. Il s’agit donc bien de politique au sens plus noble du terme. Le changement climatique porte en lui les transformations politiques du premier quart du 21e siècle. Il n’est donc par surprenant que les hommes politiques du 20e siècle soient largement passés à côté alors que les jeunes générations y voient la clé de leur avenir ».

  • 9 Paroles et Musique : Charles Trenet© - 1939 LE SOLEIL ET LA LUNE

11L’impuissance est alors remplacée par la communication et le spectacle, le symbole remplace l’action dans une société du virtuel… ou comme le chantait Charles Trenet9 : « Des savants avertis par la pluie et le vent Annonçaient un jour la fin du monde Les journaux commentaient en termes émouvants Les avis les aveux des savants Bien des gens affolés demandaient aux agents Si le monde était pris dans la ronde C'est alors que docteurs savants et professeurs Entonnèrent subito tous en chœur : Le soleil a rendez-vous avec la lune Mais la lune n'est pas là et le soleil l'attend Ici-bas souvent chacun pour sa chacune Chacun doit en faire autant… ».

12En définitive, si l'urgence climatique impose de changer de paradigme, faut-il changer la société... et non le climat ?

Notes

1 Thackara J; 2007, In the Bubble. Designing in a complex world, cité par Alex Steffen, changer le monde, un guide pour le citoyen du XXIe siècle. Ed Alex Steffen, La Martinière

2 Les Créatifs Culturels en France, 2007, Association pour la Biodiversité Culturelle, éditions Yves Michel,

3 http://www.afrik.com/article15123.html

4 Blowers A., Boersema J., Martin A., 2009, Whatever happened to environmental politics? Journal of Integrative Environmental Sciences, Vol 6, n° 2 p.97-101

5 Le concept d’apocalypse n’est pas synonyme de catastrophe ou d’engloutissement final, les temps apocalyptiques signifient la possibilité d’un surgissement, de la révélation d’un autre monde transformé.

6 Remaniement ministériel du 23 juin 2009

7 Serres M. « Le temps des crises », ed Le pommier (à paraître)

8 Lepage C., 2009, Vivre autrement, Bernard Grasset, 166 p

9 Paroles et Musique : Charles Trenet© - 1939 LE SOLEIL ET LA LUNE

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search