Version classiqueVersion mobile

Le changement climatique

 | 
Isabelle Roussel
, 
Helga-Jane Scarwell

Chapitre 5. Quand le climat impose une mutation des pratiques

Le retour des terroirs ?

Jean-Claude Hinnewinkel

Texte intégral

1La culture de la vigne est presque aussi ancienne que la sédentarisation des sociétés humaines.

2Paradoxalement confrontée aujourd’hui au paradigme du développement durable comme toutes les activités humaines, la production vitivinicole est contrainte de l’aborder sous la menace très directe du changement climatique dont les effets se font déjà sentir aussi bien dans les rangs de vigne que dans la fraîcheur des chais. Depuis quelques années, cette situation inquiète certains acteurs de la filière, nourrissant même des craintes pour l’avenir de ce qui est (fut ?) un des avantages comparatifs de la viticulture européenne, les terroirs.

  • 2 Exception faite d’une étude de prospective de l’INRA où toutefois la prise en compte du changement (...)

3Elle fournit ainsi une belle occasion de révéler certains fonctionnements de cette filière vitivinicole, longtemps montrée comme un exemple de réussite de cogestion entre professionnels et politiques. C’est tout particulièrement sa propension à privilégier les entrées thématiques, principalement la technique et l’économique, ignorant presque toujours la dimension sociale qui nous intéresse ici. Car les analyses, d’où qu’elles viennent, ne considèrent jamais une entrée globale. Pratiquement aucune des études proposées depuis quelques années ne prend en compte la complexité des systèmes sous l’angle spatial comme social2. La plupart accordent le primat à la technique et/ou au financier.

4Notre propos est donc d’aborder ici l’avenir de la filière vitivinicole dans les vieux pays viticoles de l’Europe de l’ouest sous un angle plus systémique, en montrant combien le terroir, représentation d’un espace de production notamment vitivinicole, peut être un scénario d’avenir pour la filière à condition de le considérer dans toutes ses dimensions et de lui redonner toute la place qui est la sienne, la première.

5Pour ce faire nous rappellerons d’abord quelles sont aujourd’hui les premières manifestations du changement climatique sur le monde vitivinicole avant d’analyser quelle représentation du terroir est porteuse d’avenir. Dans un troisième temps nous déclinerons quelques unes des conditions que nous estimons indispensables à la réussite de ce scénario.

1. Le monde vitivinicole et le changement climatique

6Plante d’origine méditerranéenne, les hommes ont réussi à acclimater la vigne sous des climats quelque peu différents mais avec une certaine prise de risque qui a toujours rendu cette culture aléatoire. Ceci explique que bien souvent les vignobles correspondent à de véritables niches climatiques où prospèrent une ou deux variétés adaptées aux conditions climatiques moyennes du lieu. Ainsi la Bourgogne avec le pinot noir ou le chardonnay, le Bordelais avec les cabernets ou le sémillon, les Côtes du Rhône avec la syrah ou le viogner... Car c’est, le plus souvent, dans des conditions limites de culture que sont produits les plus grands vins, c’est-à-dire là où la vigne croît avec difficultés, et que les arômes et les tannins sont le mieux valorisés.

7On saisit ainsi aisément les craintes de nombreux producteurs de vins fins pour lesquels toute modification du climat, même de faible ampleur, peut remettre en cause le fragile équilibre du terroir et pourrait entraîner des changements fondamentaux dans les conditions de culture et d’élevage des vins. La niche perdrait alors ses caractéristiques et les vins leurs qualités, contraignant le vigneron soit à délocaliser son vignoble vers une autre niche aux caractéristiques proches des actuelles conditions de production, soit à changer de cépages pour utiliser des variétés plus adaptées aux nouvelles conditions.

  • 3 Des Champenois exploreraient le Sud de l’Angleterre où ils retrouvent un climat frais favorable à l (...)

8C’est ainsi que certains chercheurs et professionnels parlent d’implanter la syrah, actuel cépage des Côtes-du-rhône en Bourgogne, que d’autres partent à la recherche de vignobles mieux positionnés climatiquement car, au moins autant que le sol, le climat est une des composantes essentielles du terroir vitivinicole3.

9Or le changement climatique est aujourd’hui une réalité pour le monde du vin comme pour l’ensemble de la société et ses impacts sur le vignoble sont nombreux tant du point de vue de la culture et de l’œnologie (échelle de la parcelle) que de celui de sa géographie (l’échelle du monde), avec en point d’orgue la crainte de sa délocalisation, la production de vin devenant une activité économique à faible ancrage territorial comme beaucoup d’autres (échelle intermédiaire du terroir et des AOC).

1.1. Le changement climatique, une réalité vitivinicole

  • 4 M. AGENIS-NEVERS, (Elève-ingénieur à l’INA-PG), Impacts du Changement Climatique sur les Activités (...)
  • 5 Colloque International "Réchauffement climatique, quels impacts probables sur les vignobles" (Dijon (...)

10A l’échelle locale, celle de la parcelle, la « canicule 2003 » à fait fonction de révélateur des changements climatiques en cours en donnant un aperçu du futur contexte climatique. Ces effets sur les vinifications amenèrent viticulteurs et œnologues à s’intéresser [enfin !] aux conséquences à court, moyen et long termes des modifications en cours et que dénoncent le rapport de l’ONERC remis en 20054 et le récent colloque de la Chaire Unesco « Culture et tradition du vin »5

11Dans ceux-ci est en effet analysé avec précision la manière dont le réchauffement affecte la vigne (Figure 33) avec :

  • Les influences directes liées à l’élévation de la température, la raréfaction de l’eau et l’augmentation de CO²

  • Les influences indirectes dues au rayonnement, à l’apparition de nouvelles maladies, de parasites et d’adventices

  • 6 Le « petit âge glaciaire », a marqué l'Europe occidentale entre 1550 et 1850 avec une extension de (...)
  • 7 E. DUCHÊNE et C. SCHNEIDER, 2005, “Grapevine and climatic changes : a glance at the situation in Al (...)

12Les modifications de l’environnement paraissent considérables et dans bien des vignobles, la culture de la vigne menacée. Pourtant depuis sa domestication sur les flancs méridionaux du Caucase, la vigne a connu de nombreux changements climatiques et les sociétés vitivinicoles ont su adapter sa culture aux mutations de l’environnement. Mais depuis le « Petit âge glaciaire »6, le monde a connu un mouvement de réchauffement très progressif. La brutale accélération de celui-ci, à partir des années 80 principalement dans l’hémisphère nord, est imputée pour une bonne part aux activités humaines par les scientifiques. Ses conséquences contraignent ainsi aujourd’hui le monde vitivinicole à se pencher sur la question de la durabilité de cette activité et à ouvrir ses réflexions sur une autre instance que l’économique. Au sein des modifications climatiques, c’est l’augmentation des températures qui paraît, aux yeux des professionnels, de loin la plus préoccupante, même si la violence renforcées des averses n’est pas sans incidence sur les sols des vignobles de coteaux et encore plus de montagnes. En effet le réchauffement climatique se marque à peu près partout par une croissance plus rapide de la vigne, une maturation précoce des sucres et une perte d’acidité, donnant des vins plus alcoolisés et souvent déséquilibrés et, en tout cas pour de nombreux experts, moins aptes au vieillissement7.

13Pour beaucoup de scientifiques les épisodes de type 2003 sont susceptibles de se reproduire avec leur cortège de chaleur et de sécheresse alternant avec des épisodes plus frais et pluvieux. Cette variabilité interannuelle pourrait se doubler d’une plus grande variabilité au sein d’une même saison faisant se succéder sur un temps très court pics de températures et froids prononcés. On image assez bien la difficulté des viticulteurs pour trouver à la fois les bons cépages susceptibles de s’adapter à ces fluctuations que les experts annoncent de plus en plus amples et surtout l’accroissement de la difficulté à produire d’année en année un vin aux qualités constantes afin de fidéliser le client.

Figure 33 : Les effets du changement de climat sur la filière vitivinicole, d’après ONERC, op. cit.

Figure 33 : Les effets du changement de climat sur la filière vitivinicole, d’après ONERC, op. cit.

14En France le changement climatique a déjà provoqué une avancée des vendanges de trois à quatre semaines par rapport aux moyennes observées au milieu du 19e siècle. Au cours des cinquante dernières années, dans de nombreuses régions viticoles la fréquence des jours de gel a chuté permettant une plus grande régularité des récoltes. Par ailleurs les périodes chaudes se faisaient plus nombreuses, favorisant une meilleure maturation des raisins. Ainsi les premières conséquences sont positives dans les vignobles septentrionaux, comme la Champagne et l’Alsace où la maturation des raisins se fait mieux et la qualité des millésimes s’améliore. Mais parallèlement, dans les régions viticoles où les conditions climatiques sont déjà optimales pour les cépages utilisés, l’accroissement des températures se traduit souvent par une baisse de l’acidité, un vieillissement prématuré des vins et surtout une perte de typicité. C’est le cas de nombreux vignobles méridionaux, en France comme dans les « nouveaux pays producteurs », Californie, Australie ou Chili…

15Outre l’augmentation de la température, les excès de carbone liés aux fortes émissions de gaz à effet de serres entrainent une plus grande vigueur des vignes qui donnent des raisins plus sucrés et donc des vins plus alcoolisés. D’où, la encore, une perte de typicité qui se traduit par un certain écrêtage dans la hiérarchie des vins. Par ailleurs sur les pentes, l’érosion liée à la violence des épisodes pluvieux contraindra à imaginer de nouvelles pratiques culturales comme l’enherbement.

  • 8 G. TRIOLI, Vinidea Italie, Le vrai danger provient de la variabilité in Infowine, http://www.infowi (...)
  • 9 Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat

16Un autre danger pour le viticulteur (le principal ?) viendra de la plus grande variabilité du climat qui pourrait accompagner le changement climatique8. Parallèlement l’eau deviendra un véritable enjeu, le GIEC9 prévoyant par exemple une augmentation des précipitations en hiver en Europe mais aussi une baisse en été, ce qui dans de nombreuses régions obligera les viticulteurs à avoir recours à l’irrigation. Enfin en plus des problèmes de production, d’utilisation de l’eau, les viticulteurs seront confrontés à ceux de la consommation de l’énergie, le bilan carbone du produit final devant un élément important pour consommateur ce qui impliquera de prendre en compte le poids des transports, de fabrication de la bouteille et du refroidissement des moûts déjà identifiés comme majeurs dans bilan CO2.

  • 10 Voir la récente crise subie par les vins européens et tout particulièrement français face à la conc (...)

17Ainsi l’environnement dit naturel de la vigne comme l’environnement économique10 change. Ce n’est pas une nouveauté, c’est même dans la longue durée de l’histoire de la vigne et du vin, une constante. La grande inconnue, c’est l’intensité du phénomène et surtout sa distribution dans le temps et dans l’espace. C’est ce second aspect que nous proposons d’aborder maintenant, passant de l’échelle locale, celle de la parcelle, à l’échelle mondiale.

1.2. Une géographie toujours renouvelée

18La géographie du vignoble mondial (Figure 34) est le fruit d’une très longue et permanente évolution rythmée par son expansion progressive depuis le Caucase où la plante aurait pour la première fois été domestiquée mais aussi par des fluctuations de moindre ampleur liées aux changements climatiques du passé. Dans « Histoire de la vigne et du vin en France », Roger Dion décrit les vignes de la France septentrionale, ceux de Laon et Soissons mais aussi de Cambrai. Les ducs de Normandie possédaient alors un domaine viticole près de Caen. En Europe, lors du « Petit Optimum Médiéval » (environ 900-1300 apr. J.C.), avec des températures estimées de 1°C au dessus des températures actuelles, la vigne était implantée sur les côtes de la Mer Baltique et du sud de l’Angleterre. Les vignes de l'évêque de Liège dominaient la ville et Richard Cœur de Lion possédait un vignoble près de la forêt de Rockingham.

Figure 34 : Les vignes en production dans le monde au début du troisième millénaire

Figure 34 : Les vignes en production dans le monde au début du troisième millénaire
  • 11 E. LE ROY LADURIE, Histoire du climat depuis l’an mil, Flammarion, 2007

19Les dates de récolte conservées depuis presque mille ans montrent qu’au cours du Haut Moyen-âge, (12e et 13e siècles), les vendanges se déroulaient début septembre. Puis dès le 14e siècle, la chute spectaculaire des températures et le raccourcissement de la période végétative lors du « Petit âge glaciaire » entraînèrent la disparition des vignobles les plus septentrionaux où la récolte des raisins était devenue difficile11.

20Il parait utile de noter toutefois qu’en plus des données climatiques, la géographie vitivinicole médiévale était fortement marquée par les difficiles conditions de transport qui rendaient souvent indispensable une production locale de vin de qualité médiocre afin de pouvoir célébrer l’Eucharistie. Si les anglais se sont tournés très tôt vers les vins de France, Normandie puis Anjou et enfin Saintonge avant de se replier sur l’Aquitaine à la suite de la reconquête progressive des terres de l’ouest français par les armées des rois capétiens, ils le doivent certes en partie à l’arrivée du « Petit âge glaciaire » mais aussi aux opportunités du transport maritime, déclenchant ainsi au départ de Bordeaux le plus gros trafic médiéval.

21Il fallut attendre la révolution industrielle pour voir la culture de la vigne se concentrer dans les régions européennes des latitudes moyennes, entre les 30° et 50° parallèles et, au sein de celles-ci sur les terroirs les plus favorables à l’essor d’une viticulture commerciale. Ceux-ci correspondent d’abord à des régions permettant d’abord le transport aisé d’un produit longtemps pondéreux puisque conditionné en barriques, récipient destiné à l’origine au transport ; ce n’est que plus tard, pour les grands vins essentiellement qu’elles devinrent des récipients d’élevage vinaires puis même de véritables adjuvants de la vinification avec l’emploi de barriques neuves apportant aux vins leurs tannins. Ainsi donc ce furent les vignobles situés en bordure des axes fluviaux puis à proximité d’une voie ferrée qui retinrent l’intérêt des investisseurs et devinrent soit de grands fournisseurs de vins dits de consommation courante soit des vignobles de renoms. Et cette situation initiée dès la fin du Moyen-âge perdura jusqu’à la fin des années 80.

  • 12 J. ROBINSON, La globalisation du terroir, Géo hors-série, La folie des vins du monde, Prisma presse (...)
  • 13 J. ROBINSON, op. cit.
  • 14 J. ROBINSON, op. cit.

22Parallèlement l’expansion coloniale européenne fut marquée dans la seconde moitié du 19e siècle par l’expansion des vignobles ecclésiastiques implantés après les grandes découvertes. En Californie, au Chili, en Argentine, Afrique du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande prirent forme des vignobles qui explosèrent un siècle plus tard. Plus récemment « … la multiplication des passionnés du vin, séduits par l’idée bucolique de sa production et le « style de vie » qu’elle engendre, ont repoussé les limites de la viticulture dans les deux hémisphères »12. Apparaissent alors les vignobles du Chili méridional (Mulchen), de l’ile du sud en Nouvelle-Zélande, de la Colombie britannique ou du Danemark mais aussi de l’Asie… Cette dernière expansion ce caractérise notamment par l’émergence de nouveaux producteurs sous climat tropical : « les techniques actuelles de la viticulture tropicale, adaptées aux cycles et à la quantité des pluies, sont si précises que des industries viticoles fleurissent en Bolivie, en Equateur, au Kenya, en Namibie, au Vénézuela et surtout au Brésil, où la nouvelle région de Vale de Sao Fransisco, abondamment irriguée, se situe à neuf degré seulement en dessous de l’Equateur »13. Pour comprendre cette viticulture de nouvelle latitude, il faut prendre en compte « l’adoption générale des technologies modernes, en particulier la réfrigération, pour que les producteurs du Nouveau Monde soient capables d’exporter dans le monde entier des quantités importantes de vins de table stables, jeunes et fruités »14.

23Avec le changement climatique l’enjeu spatial, à l’échelle du monde, est donc la future cartographie du vignoble mondial avec comme outils la projection des modèles scientifiques. Quelles sont les modifications potentielles ? Quels vignobles sont menacés ? Quelles nouvelles terres seront acquises à la production de vin ?

24Selon le rapport de l’ONERC, le réchauffement climatique entraînera probablement "une progression significative des zones favorables à la culture de la vigne vers le nord". En effet alors que les experts scientifiques prévoient une augmentation de la température supérieure d’un degré dès 2035-2050, pour l’hémisphère nord "une augmentation de 1 degré correspondrait à un déplacement des régions viticoles de 180 km" vers le nord en moyenne alors que les principaux perdants sont les vignobles méditerranéens, appelés à disparaître en grande partie. En France, les vignobles non méditerranéens subsisteraient. En même temps, de nouvelles implantations pourraient se multiplier en France septentrionale. D’où les interrogations des acteurs de la filière vitivinicole sur le devenir des AOC et plus généralement des terroirs.

1.3. Inquiétudes pour les terroirs

25En effet, toujours en suivant les conclusions du rapporteur de l’ONERC, l’un des enjeux spatiaux les plus forts à grande échelle pour le monde vitivinicole est "comment concilier les changements climatiques avec la notion de terroir". Et derrière cette interrogation c’est toute la logique des AOC (Appellation d’origine contrôlée) qui est questionnée.

  • 15 J.-C. HINNEWINKEL, Les terroirs viticoles, origines et devenir, Bordeaux, Editions Féret, 2004
  • 16 H.R. SCHULTZ, Réchauffement climatique, conséquences probables à l’échelle du vignoble mondiale, in (...)

26Reposant sur un cahier des charges en cours de réécriture pour toutes les appellations viticoles françaises dans le cadre de la réforme de la filière en cours, les AOC sont le résultat de la lutte des organisations de producteurs pour protéger leur « label » et défendre l’identité de leurs vins. Initiée au début du 20e siècle avec le vote en France des premières mesures sur la délimitation des appellations, celle-ci aboutit en 1936 aux décrets créant l’INAO et les appellations d’origine contrôlées (AOC)15. Celles-ci définissent les conditions de production, tout particulièrement de culture incluant le choix des cépages, mais aussi de vinification pour garantir aux consommateurs une certaine qualité. Elles reposent sur un environnement particulier et tout changement de celui-ci risque de remettre en cause le fragile « équilibre entre le site viticole, climat, sol, cépage et les systèmes de cultures qui ont parfois évolué au cours des siècles »16. Le rapport de l’ONERC met en avant le cas très évocateur des vins de Sauternes dont les spécificités sont liées au développement d’un champignon, le botrytis cinerea, dans le cadre d’un micro climat très particulier conjuguant faibles précipitations, températures douces et brouillard humide. Il est vraisemblable que le changement climatique en perturbant celui-ci se traduise en cas de températures plus élevées par des conditions trop sèches pour le développement du champignon et donc pour la production du sauternes. Faudra-t-il alors avoir recours à d’autres techniques pour obtenir le vin liquoreux ? Devra-t-on réorienter la production vers d’autres types de vins ?

  • 17 L’indice de HUGLIN s’exprime en degrés par an et comptabilise les températures moyennes journalière (...)
  • 18 Dominique MONCOMBLE, http://www.vinelink.org/FR/Rapports/04-2003/06-Moncomble.pdf

27Tiendra-t-on compte de la nouvelle donne climatique pour redéfinir les conditions d’obtention de l’AOC, qui n’est refusée actuellement qu’à quelques millésimes, ou bien le label sera-t-il "délocalisé" ? C’est en tout l’une des questions que se posent, à l’instar des Champenois beaucoup d’organisations professionnels : « Que va-til advenir de la typicité de la Champagne ? Dans cette région également, les indices de Huglin17 augmentent régulièrement. Il y a une grande inconnue sur les effets locaux à venir. Il faut alors préparer le métier en permettant aux viticulteurs d’avoir une capacité de réaction et d’adaptation élevée d’une part, et d’entretenir les moyens d’anticipation des chercheurs. Tous devraient avoir des banques de données agronomiques, œnologiques, ou encore viticoles pour bien analyser les signaux. Il va falloir travailler avec des modèles et orienter l’ensemble des moyens sur tous les programmes »18

28Quoiqu’il en soit, le cahier des charges devra être profondément modifié et c’est le terroir du sauternes qui est ainsi menacé. Partout la préoccupation est l’avenir de la typicité des vins. Car rapidement il faudra répondre à la question « Quels cépages pour quels vins sur quels terroirs ? ».

1.3.1. Quels terroirs ?

  • 19 source : http://www.viti-net.fr/Outils/Fiches/Fi...2&id=35795

29Selon les différents scénarii, les terroirs les plus menacés correspondent aux vignobles les plus méridionaux, comme ceux d’Australie où, dans certaines régions, des phénomènes de sécheresse durent depuis plus de cinq ans19. Ce serait également le cas en Californie, au Chili et en Europe dans les régions méditerranéennes où les prévisions annoncent excès de chaleur, sécheresse excessive et récurrente et érosion des sols exacerbée.

  • 20 J. PERARD, J.-P. CHABIN, M. MADELIN, Le réchauffement climatique et ses impacts sur les vignobles, (...)

30A l’opposé, les vignobles septentrionaux seraient favorisés par une meilleure maturation des raisins, cas de la Champagne et de l’Alsace en France et les experts prévoient même une extension des vignobles en latitude avec, dans l’hypothèse haute (+ 4 à +5 ° C), la réimplantation de la vigne en Suède ainsi que ce fut le cas avant le petit âge glaciaire)20.

31Entre ces deux extrêmes, les vignobles intermédiaires seront confrontés à la question de l’adaptabilité des cépages et de leur éventuel remplacement.

1.3.2. Quels cépages ?

  • 21 Institut National de la Recherche Agronomique
  • 22 B. SEGUIN, Le réchauffement climatique est ses conséquences pour la viticulture, in Chaire Unesco « (...)

32Certains cépages se caractérisent en effet par une grande plasticité qui leur a d’ailleurs permis de conquérir le monde. Ainsi chardonnay, cabernet, sauvignon ou syrah sont susceptibles de supporter des évolutions climatiques assez marquées. Par contre pinot ou riesling seraient moins adaptables ce qui contraindraient les viticulteurs à adopter d’autres cépages. Ainsi l’Inra21 a étudié, avec succès, la possibilité de cultiver la syrah en Bordelais, Cognac, Val de Loire, Alsace et Champagne. Mais alors « le produit obtenu sera de toute façon différent de celui connu traditionnellement »22. Les terroirs en seraient alors profondément affectés, et avec eux la typicité des vins, l’une des valeurs principales des AOC.

1.3.3. Quels vins ?

33Quelque soit le scénario (+2°C ou +4° C), le vinificateur européen devra faire face à :

  1. une avancée de tous les stades phénologiques

  2. une augmentation de la biomasse et des rendements due aux teneurs élevées en CO2 de l'atmosphère

  3. une augmentation des degrés alcooliques et des pH de plus en plus élevés.

  • 23 J. CASSAGNES, Viti-net, http://www.viti-net.fr/outils/fiches/fichesdetail.asp?id=39633
  • 24 J.-R. PITTE, L’augmentation du sucre dans les vins : réchauffement du climat ou changement de goût  (...)

34A chaque avancée, cette évolution rapprochera un peu plus les terroirs européens actuels des conditions des vignobles de l’Hémisphère sud et menace la planète vitivinicole d’un nivellement des appellations, les cépages atteignant tous leur optimum qualitatif23. C’en serait alors finit de la typicité des vieux terroirs viticoles, même si la menace n’est pas à porter au seul crédit du changement climatique, la mode des vins « sucrés » étant peut-être autant liée à l’engouement général pour la consommation de produits sucrés24

  • 25 B. SEGUIN, op. cit.

35Boisés ou non, sucrés ou non, les vins du futur seront différents des vins actuels comme les vins actuels sont différents de ceux du Moyen-âge. Donc « les terroirs du futurs seront différents des terroirs d’aujourd’hui »25.

36Mais alors, quelle pourrait-être leur configuration dans une perspective de développement durable ?

2. Le (quel ?) terroir, avenir d’une viticulture durable ?

37Pour de nombreux agronomes, un terroir c’est un sol original sous un climat spécifique, où un ou plusieurs cépages bien sélectionnés grâce aux savoir-faire acquis dans la durée donne (nt) un vin « typique ». Mais pour le grand public, une partie de la presse spécialisée et de nombreux scientifiques, le terroir est un concept beaucoup plus ouvert, où l’homme dans toutes ses dimensions est l’acteur principal qui mobilise le milieu pour atteindre ses objectifs : un produit à la personnalité bien marquée répondant à un projet collectif, retrouvant là les racines latines du mot.

38Terroir est en effet un vocable très ancien remontant au 16e siècle, pratiquement tombé dans l’oubli en dehors d’un sens péjoratif jusqu’à la seconde guerre mondiale. Il a été remis à la mode par les experts de l’INAO lors de la mise en place de l’institut au lendemain de la guerre, dans sa version agronomique, fournissant ainsi aux experts un outil scientifique pour faire accepter les délimitations. Il fut repris ensuite par les acteurs du territoire à la fin des années 70 mais dans un sens cette fois beaucoup plus proche de territoire. C’est donc devenu un terme très polysémique comme en témoigne les définitions trouvées et qui nous regroupons selon deux logiques :

  • celle du terroir agronomique, soit un espace aux composantes homogènes, quelles soient géologoqiques et pédologiques (texture, granulométrie, épaisseur, nature minéralogique, composants chimiques,), géomorphologiques, (altitude, pente, exposition), climatologiques (pluviométrie, température, insolation) mais aussi culturales (cépages, viticulture…).

    • 26 Pour plus de précision voir G FLUTET., Terroir : pour une définition opérationnelle au service du d (...)

    celle du terroir-territoire soit un espace de production géré par une organisation de producteurs sur un espace délimité, à toutes les échelles. C’est donc une construction sociale, sur un espace naturel doué de caractéristiques homogènes, défini sur le plan juridique et caractérisé par un ensemble de valeurs, esthétiques paysagères, culturelles, patrimoniales, médiatiques. C’est donc un espace géographique délimité où une communauté humaine a construit, au cours de l’histoire, un savoir collectif de production fondé sur un système d’interactions entre un milieu physique et biologique et un ensemble de facteurs humains dans lequel les itinéraires sociotechniques mis en jeu révèlent une originalité, confèrent une typicité et engendrent une réputation, pour un produit originaire de ce terroir26.

39Dans le contexte du changement climatique, la première définition du terroir n’est bien sûr pas délocalisable, le vin non reproductible mais les possibilités d’adaptation en sont d’autant plus réduites. On ne peut alors que prévenir le changement climatique, et encore en le limitant aux scénarii les plus optimistes et en permettant la résilience des terroirs actuels. Par contre la seconde est directement liée à la capacité d’adaptation des sociétés vitivinicole aux traditions parfois millénaires. L’avenir des terroirs devient ainsi une question de société autant que de nature.

2.1. Le changement climatique, quelle réponse des sociétés ?

  • 27 Colloque Chaire Unesco, op. cit.
  • 28 M. O’CONNOR, La lutte contre l’effet de serre ne peut être imposée par le haut, Le Monde, 03 MAI 20 (...)

40Cette problématique questionne toute la recherche sur le changement climatique en sciences-sociales. Le changement climatique est beaucoup plus souvent abordé du point de vue des sciences dites « dures » que des sciences humaines. Le récent colloque de Dijon27 en est une preuve parmi d’autres. Et pourtant, “Le changement climatique est une question complexe, qui ne se réduit pas à des simulations numériques ou des calculs coût-bénéfice. Entrent en jeu le problème de la répartition du risque -inégale selon les régions du monde, le degré de développement des pays et le niveau de vie des individus -, celui de l’impact des politiques énergétiques mises en œuvre - c’est-à-dire aussi de la justification et de l’acceptation de ces politiques -, ainsi que celui de la responsabilité collective et individuelle. Tout cela relève des sciences sociales et des humanités : l’économie, la sociologie, la psychologie, la philosophie… sont en première ligne. La meilleure expertise scientifique, le meilleur rapport de synthèse ne suffisent pas… »28.

41La délocalisation de la production du sauternes ou du champagne déjà évoquée pose la question de l’avenir de région entière, consacrée à la monoculture de la vigne. En Aquitaine par exemple, la vigne c’est 12 000 producteurs, plus de 50 000 salariés, 400 entreprises de négoce, 3,5 milliards d’€ de chiffres d’affaires dont 1,5 à l’export, soit près de 50 % de l’excédent commercial aquitain).

42On imagine aisément les problèmes économiques et sociaux que le déclin voire la disparition de la cette culture entraînerait. Mais sans aller jusque là, la plus grande variabilité à venir du climat prévue par les scientifiques dans le cadre du réchauffement de la planète devrait faire de la viticulture une activité plus risquée sur le plan économique. Le vigneron pourra-t-il seul assumer ces risques pour permettre à une économie vitale pour le territoire de perdurer ? La collectivité territoriale porteuse du vignoble ne devra-t-elle pas assumer une part de ce risque pour voir son activité mais aussi son attractivité, sa renommée, son patrimoine… conservés ?

43On notera ici que, que dans l’énumération des disciplines des SHS ci-dessus, la géographie est absente, souffrant sans doute, au sein des SHS d’une image désuète qui ne lui reconnait pas une solide compétence dans l’analyse du fonctionnement des territoires. Or, comme nous venons de le voir, ce sont bien ces derniers qui risquent d’être remis en cause par le changement climatique. Leur identité même est menacée soit par la disparition de la culture de la vigne dans les situations extrêmes comme dans certaines régions australiennes ou de l’Europe du Sud, soit par la « migration des cépages » vers le Nord avec mutation consécutive de la qualité des vins. Que deviendrait le « bordeaux » si l’on devait remplacer le « cabernet par de la syrah ? L’image du vin de Bordeaux en serait de toute façon fortement modifiée, le marché des bordeaux sans doute perturbé et avec lui toute l’économie de la région.

  • 29 J.-C. HINNEWINKEL, 2004, op. cit.

44L’historien des vignobles sait que le vignoble Bordeaux a connu dans le passé des mutations importantes et que le système a toujours depuis les temps médiévaux été capable de résilience. Mais il sait aussi que celle-ci est due principalement à la capacité de la société locale, à sa capacité d’adaptation et d’innovation face au changement politique (la fin de la guerre de Cent ans), économique (l’évolution du marché vers des vins plus forts au 17e siècle)29 … Après quelques années de turbulences en ce début de 21e siècle, il parait en mesure de surmonter les mutations récentes du marché mondial générées par l’irruption des nouveaux concurrents de l’hémisphère sud. Alors, l’un des enjeux (essentiel, le premier ?) du changement climatique n’est-il pas de donner aux acteurs du monde vitivinicole la capacité de faire face à ce nouveau défi qu’est le climatique ?

  • 30 http://agriculture.gouv.fr/sections/presse/dossiers-presse/plan-modernisation/downloaddFile/Fichier (...)
  • 31 C. COMPADRE, Un plan qui tourne à vide, Journal Sud-ouest du 30 mai 2008

45Derrière ce questionnement nous retrouvons une des interrogations majeures de nos sociétés contemporaines : la gouvernance. Celle de la filière vitivinicole est de plus un sujet brulant d’actualité avec une réforme dans le cadre du plan gouvernemental de modernisation de la filière viticole30 qui suscite de nombreuses controverses31

  • 32 R. FEREDJ, OPA sur la viticulture, Bordeaux, Editions Féret 2007

46Sans rentrer dans les détails techniques qui n’apporteraient pas d’éclairages particuliers à la question posée ici, il paraît utile de remarquer que de nombreux analystes relèvent une « OPA sur la viticulture »32 par le pouvoir central. Or cette réforme est une tentative de réponse à la crise économique que vient de traverser le vignoble français et que les organismes en place ont été incapables d’anticiper, faute de moyens, de clairvoyance, de liberté d’action… C’est donc toute la question de la capacité des sociétés locales à répondre au changement qui est de fait posée…

  • 33 J.-P. DARRE, L’invention des pratiques dans l’agriculture, Vulgarisation et production locale de co (...)

47Par ailleurs les SHS dans leur ensemble ont depuis longtemps souligné que seules les réformes acceptées par les personnes concernées atteignaient leurs objectifs… Cela implique notamment une implication de l’ensemble des citoyens d’un territoire très en amont dans la réflexion dans ce que l’anthropologue Jean-Pierre Daré33 nomme d’un sigle assez peu mobilisateur « GPL » (Groupe local de production) associant acteurs locaux et scientifiques comme co-constructeurs des savoirs et des projets adaptés aux réalités vécues du territoire. Or si “la tempête de l’hiver 1999, la canicule de l’été 2003 et la banalisation de températures saisonnières hors normes” ont sensibilisé à “l’idée que le climat est en train de se modifier”, il demeure que les Français présentent un paradoxe. Ils ne s’opposent pas “à l’engagement d’une politique volontariste de lutte contre l’effet de serre”, mais “ils restent plutôt fatalistes devant un phénomène naturel” qu’ils n’ont d’autre choix que de s’adapter “dont ils ont le sentiment qu’il leur échappe et sont très récalcitrants devant des réformes politiques ressenties comme contraignantes ou injustes.”

  • 34 M. O’CONNOR, op. cit.

48Il est donc indispensable de « d’abord permettre aux citoyens de comprendre, puis s’appuyer sur leurs initiatives pour trouver des solutions qu’ils auront eux-mêmes validées. Une politique de contrôle à sens unique par une administration centralisée ne peut être que contre-productive.34

  • 35 H. R. SCHULTZ, op. cit.

49Aux côtés de la biologie et de l’économie, la dimension sociale du réchauffement climatique est ainsi tout à fait essentielle. Une fois les conclusions scientifiques rédigées, c’est à la société d’estimer risques et mesures à prendre en fonction des coûts engendrés. C’est aux sociétés locales de les intégrer dans leurs projets de développement, alors que l’un des plus grand défis de l’industrie du vin n’est peut-être pas celui de l’environnement climatique mais des conséquences légales de la consommation35. Et nous nous retrouvons bien là encore face à un problème de territoire et de société. Pour être intégré dans les prospectives, dans les projets de développement, le changement climatique doit être non seulement accepté mais aussi vécu par tous les protagonistes, ce qui nous renvoie à l’agriculture de terroir…

2.2. Le terroir, de quoi parle-t-on ?

50Considéré comme un « simple » espace agronomique, le terroir paraît avoir un avenir limité dans le temps, à la fois parce que les nouveaux pays producteurs découvrent chaque jour des sols viticoles tout aussi exceptionnels que ceux des grands crus de Bordeaux ou de Bourgogne mais aussi et surtout parce que le changement climatique risque de remettre en cause l’un des éléments du terroir qu’est le climat.

51Alors l’avenir des grands terroirs européens ne peut se résoudre dans une interrelation sol –climat qui les condamnerait soit à une banalisation certaine soit à une disparition. Le terroir n’a d’avenir que dans la prise en compte de toute la complexité d’un espace de production de qualité géré par une société locale. C’est d’ailleurs le sens que lui donnent de plus en plus les média comme les acteurs du territoire.

52Ainsi perçu, le terroir est bien plus qu’un espace physique élémentaire, même quand il est relativement exceptionnel ; il devient espace social complexe. C’est alors avant tout un espace de production organisé, structuré par des hommes. Au delà des avantages comparatifs, naturels, économiques ou politiques qui ont présidé à leur création, la permanence des grands terroirs, Bordeaux, Douro, Chianti..., est en effet le produit d’un ou plusieurs groupes sociaux. La durabilité du terroir est dépendante de la valorisation de la rente territoriale par les sociétés qui les ont exploités et qui les exploitent, plus sûrement que des terroirs d’exception souvent mis en exergue par les agronomes. C’est donc la complexité du système géographique « terroir » qu’il faut prendre en compte pour en mobiliser tous les ressorts.

53Ainsi conçu, le terroir est toujours un espace de production bien réel, physique avec des caractéristiques propres comme tout espace géographique, et une délimitation précise (Figure 35)

Figure 35 : Le terroir, un système géographique complexe, repris de JC Hinnewinkel, L’avenir du terroir, gérer de la complexité par la gouvernance locale, Aix-en-Provence, Méditerranée, n°109, p. 17-22

Figure 35 : Le terroir, un système géographique complexe, repris de JC Hinnewinkel, L’avenir du terroir, gérer de la complexité par la gouvernance locale, Aix-en-Provence, Méditerranée, n°109, p. 17-22

54En effet il ne s’agit pas de nier le rôle du milieu naturel dans la construction d’un terroir et tous les terroirs correspondent à un milieu original, soit par leurs composantes géo-pédologiques, soit par ses composantes climatiques soit le plus souvent les deux. Mais pour être déterminantes dans le choix des productions retenues, ces composantes physiques ne sont qu’un des éléments du terroir agronomique et la caractérisation de l’espace de production est bien souvent dépendante de la délimitation du terroir par les sociétés humaines. Le terroir devient donc territoire et dès lors une question s’impose : à partir de quand, le territoire devient terroir ?

55Trois conditions s’imposent :

  • La délimitation d’un terroir fait à peu près toujours référence à une identité avec valorisation globale et collective dans un contexte régional. C’est la force des identités et des appartenances locales qui le plus souvent fait la pertinence du terroir avec (re) construction d’une longue évolution séculaire et valorisation d’une dimension patrimoniale. Cet enracinement culturel a été très clairement mis en exergue par les sociologues (Bérard, 2004) et l’inscription au patrimoine mondial de paysages culturels viticoles par l’UNESCO en rappelle la pertinence. L’enracinement du terroir se concrétise dans une symbiose de plus en plus forte entre le produit et le paysage où il est produit.

  • Mais cet encrage territorial n’a de sens que s’il s’articule sur la valorisation de la rente territoriale ainsi créée car le terroir est, à l’origine, création d’un espace économique, celui d’un bassin de production alimentant un marché. Le terroir est donc valorisation économique d’un espace (le vignoble par exemple) et d’un produit (un vin). Cette valorisation économique engendra très tôt une hiérarchisation. Déjà au Moyen Age, chaque producteur voulait être le meilleur de la Chrétienté !...

    • 36 G.GARRIER, Introduction aux deuxièmes rencontres « Aujourd’hui, l’histoire des bourgognes », Beaune (...)

    Le terroir est donc toujours un territoire de production mais d’une production de qualité. Il est valorisation globale et collective dans un contexte « régional » d’abord, mondial ensuite, alors que le château apparaît davantage comme un repli identitaire sur la « propriété »36. Et cette valorisation collective ne peut durer dans le temps long que dans la mesure où le groupe qui porte le terroir est capable de gérer son projet de développement durable, ce qui implique que ce groupe soit en mesure de maintenir sa cohésion et son influence au sein de l’instance socio politique locale.

  • 37 JC. HINNEWINKEL, 2004, op. cit.
  • 38 JC. HINNEWINKEL, 2007, Vignobles et géohistoire, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, Sud-Ou (...)

56Ainsi le terroir est le lieu d’expression de la volonté d’un ou plusieurs groupes sociaux37, car une fois identifiés, il fallut les faire durer ces terroirs face aux incertitudes de la conjoncture, face à la concurrence, face aux tentatives des négociants d’accaparer l’essentiel de la plus value aux dépens des producteurs. La survie d’un terroir, sa durabilité apparaît ainsi largement fonction de la capacité des producteurs à organiser leur défense. Les histoires des vignobles de Porto comme de Bordeaux, de Champagne et bien d’autres en sont des preuves manifestes. Les appellations d’origine, et donc les terroirs sont des constructions « syndicales ». Elles sont, avant la lettre, des projets collectifs de développement pour un territoire local de production, soit un terroir. C’est ce projet collectif, celui des Bourgeois de Bordeaux comme des viticulteurs du Douro, qui, au fil du temps long, a permis à la rente d’appellation de devenir rente territoriale à travers les conflits avec le négoce pour fixer la production contre les velléités de délocalisation.38

57Alors l’avenir des terroirs dépend de la bonne gestion de ce conflit. Lieu de la « cohérence des acteurs » du système, le terroir se définit avant tout comme un lieu des médiations entre les des projets collectifs des groupes d’acteurs qui animent le système (Figure 36) Et c’est en renforçant le projet collectif que l’on assurera le meilleur avenir aux productions de qualité. Car c’est seulement en intégrant les conséquences du changement climatique dans les prospectives à moyen et long terme que l’on permettra aux sociétés locales contemporaines de maintenir leur acquis.

58Dès lors il est permis d’interroger les conditions de l’avenir des vignobles européens en misant sur le retour d’une viticulture de terroirs.

Figure 36 : Le terroir, lieu de médiation entre les différents projets des acteurs.

Figure 36 : Le terroir, lieu de médiation entre les différents projets des acteurs.

On pourra approfondir dans J.C. Hinnewinkel, 2004, op. cit.

2.3. Le terroir, scénario d’avenir ?

59L’Europe a, au fil du temps, peaufiné une image de produits de terroirs, des produits géographiques fondés sur la tradition et les savoir faire de ses acteurs au moins autant que sur la typicité des espaces qui les portent. Cette image de produits de qualité, uniques et différenciés est à conserver, à développer pour continuer à valoriser au mieux un patrimoine agricole qui jusqu’ici a globalement été porteur. Elle paraît, à l’heure de la maladie de la vache folle, en phase avec la demande des consommateurs européens et de plus en plus mondiaux.

60La représentation du terroir, construction sociale dans la durée, apparaît comme un des actifs majeurs des espaces des vieux pays producteurs européens. Ce sont ces constructions sociales dans le temps long qu’il faut aujourd’hui valoriser. Cette agriculture de terroir est généralement considérée comme un des scénarios pour l’agriculture de demain aux côtés :

  • d’une agriculture pilotée par la puissance publique pour maintenir l’activité de régions rurales isolées,

  • d’une industrie agroalimentaire dominée par l’industrie,

    • 39 JP CHARVET, Introduction au colloque « Le devenir de l’agriculture et des espaces ruraux », Château (...)

    d’une agriculture de services fondée sur la multifonctionnalité gérée par les collectivités locales pour assurer notamment l’entretien des espaces et des paysages, l’agriculture de terroir offre une alternative efficace39

61Dans ce concert des possibles pour l’agriculture du 21e siècle, quels sont les atouts de l’agriculture de terroir face à ses concurrents ?

62Ils sont de quatre ordres, correspondant chacun à l’une des quatre grandes composantes du système.

  • De l’ordre du spatial d’abord avec un ancrage local, territorial même si l’on retient comme modalité du terroir, celle qui met en exergue comme nous le faisons le rôle essentiel des systèmes d’action. L’une des concrétisations majeures en est le paysage devenu aujourd’hui un des emblèmes du terroir. Avec le réchauffement climatique, la protection de l’environnement devient un enjeu pris en compte par les vignerons, comme en témoigne les bilans carbone effectués par les interprofessions (voir plus loin).

  • De l’ordre de l’économique ensuite avec une relative réussite lui confère une certaine fiabilité. Alors que la viticulture de qualité est une des activités agricoles les moins subventionnées, son succès en Europe est sans conteste porteur d’avenir comme modèle d’agriculture de terroir. Sur les marchés contemporains, la rente territoriale est, aujourd’hui comme hier, synonyme d’une plus value satisfaisante dans la plupart des cas pour assurer la pérennité des exploitations.

  • De l’ordre du culturel également, l’ancrage du terroir dans le temps, souvent synonyme d’ancrage identitaire, et qui, joint au localisme spatial, lui confère un positionnement idéologique porteur dans la mondialisation.

  • De l’ordre du social surtout. Nous l’avons déjà noté, l’agriculture de terroir repose en grande partie, non pas sur des milieux exceptionnels, mais sur des organisations sociales dont il s’agit de renforcer le fonctionnement démocratique dans le cadre d’une nouvelle gouvernance mondiale.

63Mais responsabiliser les seuls groupements de producteurs ne comporte-t-il pas un risque pour la société locale ? Le terroir est en effet toujours un patrimoine collectif, celui d’une société et pas seulement celui des producteurs. Les terroirs vivent et meurent, comme tous les organismes et leur durabilité est toujours le fruit d’une œuvre collective, celle de tous les acteurs territoriaux, producteurs mais aussi marchands, politiques et associatifs... L’avenir des terroirs, leur gouvernance locale, dans le cadre de l’espace de production passe par l’implication de l’ensemble des acteurs de la communauté territoriale. Promouvoir un terroir doit être un projet local de société. Il doit reposer sur des organisations capables de porter ce projet que doit avant tout être le terroir. Promouvoir un terroir ne peut être abandonné aux seuls « techniciens de la production ». Il doit être projet global du territoire qui le porte jusqu’à s’identifier à lui.

64Ainsi considérés, les terroirs, tout à la fois projet de valorisation de la rente, action collective organisée et constructions territoriales sous leurs différentes déclinaisons nationales, sont une forme moderne de gestion des espaces de production agricole, un modèle d’adaptation non seulement agricole mais aussi social à la mondialisation (rôle de la concertation, de la participation, de la négociation de tous les partenaires dans la définition et des objectifs et des moyens de les atteindre par des acteurs impliqués). Ce peut être un exemple de la nouvelle gouvernance locale dans la mondialisation, une solution d’avenir à haute valeur démocratique pour l’agriculture européenne et mondiale.

  • 40 E.PISANI, Réflexions, texte lu par JP Charvet en ouverture du colloque « Le devenir de l’agricultur (...)

65Ainsi interprétés, les terroirs deviennent le lieu de la meilleure valorisation de la proximité avec les phénomènes de territorialité qu’elle engendre. Ils alors un des acteurs majeurs de la construction des territoires ruraux. Le terroir devient dès lors une des modalités de cette « autre vision de la cohérence nécessaire des acteurs que sont le territoire, l’économie, le socioculturel et le politico-administratif… [un lieu] d’invention des médiations entre organes et organismes, unité et diversité, présent et durée, économie et société, village et espace rural, local, national et mondial »40 l devient le lieu d’une modalité démocratique et donc participative du fonctionnement de notre société. Il est ainsi une alternative sociale aux dynamiques libérales.

66Conforter les terroirs implique d’abord, nous l’avons souligné, le renforcement de la gouvernance locale dans le cadre de la mondialisation, vécue comme une nouveauté à laquelle il faut s’adapter, avec l’élargissement du champ géographique de la gestion. Mais si seul un traitement mondial des problèmes permet de délimiter le champ du marché et l’application contrôlée de règles communes, les politiques de proximité prennent dans ce cadre toute leur pertinence. Appuyées sur une démocratie locale améliorée par une plus grande mobilisation, partant des préoccupations des producteurs sans théoriser, elles deviennent projet du terroir.

67Se pose dès lors notre dernier questionnement : quelles sont les conditions de la durabilité des terroirs ?

3. Faire vivre les terroirs !

68Afficher cette volonté relève d’abord de l’adaptation et de la prévention face aux nouvelles conditions de production.

3.1. Des mesures techniques

69Elles constituent l’essentiel des recommandations et des projets de la filière pour permettre aux vignobles en place de perdurer face aux menaces que représente le changement climatique. Il est possible de les regrouper en trois ensembles :

3.1.1. L’adaptation de la vitiviniculture actuelle aux nouvelles conditions climatiques41

  • 41 ONERC, Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique, Marc AGENIS-NEVERS, (Elève (...)

70Les possibilités d’adaptation paraissent nombreuses comme, souvent inspirées par les viticultures subtropicales chilienne, argentine ou australienne, voire algérienne :

  • augmenter la densité de plantation pour protéger les grappes du rayonnement,

  • enraciner les pieds plus profondément,

  • enherber les sols pour réduire l’évaporation de l’eau,

  • croiser les cépages qui sont au nombre de "presque 5 000 dans le monde".

  • Maîtriser les rendements,

  • retarder la maturité

71L’objectif est toujours d'adapter à la chaleur de certains pieds de vigne au sein d'un même cépage, tout en luttant contre les effets pervers sur le goût du vin d'une trop forte chaleur (teneur en sucre et degré d'alcool trop élevés par exemple).

  • 42 D. MONCOMBLE, http://www.vinelink.org/FR/Rapports/04-2003/06-Moncomble.pdf

72Mais les stratégies des organisations professionnelles vont au delà de cette seule adaptation technique et engagent la filière sur la voie de la prévention. Elles sont parfaitement illustrées par celle de la Champagne orchestrées par le CIVC42.

3.1.2. L’agriculture raisonnée comme alternative à l’intensive

73L’action du CIVC s’inscrit dans une logique de généralisation d’une viticulture plus respectueuse de l’environnement. Le grand projet est alors d’installer en Champagne la viticulture raisonnée.

74En 2001 le CIVC envoie à ses 15 000 viticulteurs trois documents :

  1. un référentiel sur la viticulture raisonnée : 140 points à respecter, de l’aménagement à la préservation des sols, et des éléments importants sur la traçabilité.

  2. un autodiagnostic, avec un système de notation et une traduction des résultats par des plans de progrès.

  3. un guide de conseils techniques.

75Ce travail est complété en 2002 par une analyse environnementale dont l’objectif est de fournir une vision précise des impacts environnementaux de tous les gestes techniques. La méthode appliquée consiste à :

  • mesurer l’importance de chaque geste (par des enquêtes, analyses et expertises)

  • multiplier cette quantité par une cotation en impact environnemental et en impact image

76De ces deux actions découle tout naturellement le bilan carbone en 2003

3.1.3. La lutte contre le réchauffement climatique pour en limiter les effets aux hypothèses basses43

  • 43 A. DESCOTES et Dominique Moncomble (CIVC), Bilan carbone et plan climat de la Champagne in Colloque (...)

77Le bilan carbone est un diagnostic de l’ensemble des émissions de gaz à effets de serre liées aux activités de production et de commercialisation. A partir de celui-ci, les professionnels champenois élaborent un plan climat dont l’objectif est de réduire de 20 à 30 % les émissions de gaz. Les principales pistes retenues sont les actions sur :

  1. les consommations énergétiques avec passage à l’emploi d’énergies alternatives

  2. les émissions non-énergétiques comme le protoxyde d’azote provenant des engrais azotés minéraux en les remplaçant par des engrais organiques et gaz halogènes provenant des groupes froid

  3. les emballages qui représentent 30 % des émissions en étudiant la possibilité d’emploi de bouteilles allégées

  4. les transports qui interviennent pour 15 % dans le bilan avec passage progressif au fret ferroviaire pour les exportations,

  5. les achats avec pour objectif de « faire entrer l’ensemble de nos fournisseurs dans un cercle vertueux de réductions e leurs propres émissions »

78Ce bilan carbone de la filière a été effectué dans un souci d’anticipation :

  • de l’évolution défavorable du contexte réglementaire : la réglementation s’oriente en effet vers une maîtrise des émissions obligatoires (le Protocole de Kyoto ; une future directive européenne engageant les entreprises à prendre en compte les émissions ; la législation française avec la loi NRE, etc.)

  • de la prise de conscience environnementale croissante de la société : demain, les consommateurs de Champagne exigeront que les producteurs prennent en compte l’effet de serre.

  • de la possible amélioration de la filière par la filière elle-même : ce serait dans cette perspective une bonne chose que la notoriété du Champagne contribue à inciter les autres acteurs de la filière dans la voie de la viticulture raisonnée. Il y a là une occasion de cibler les efforts à saisir.

  • 44 A. DESCOTTES, CIVC (Comité interprofessionnel du vin de champagne), in Réussir Vigne Avril 2007 - 0 (...)

79Ce plan climat répond ainsi à de nombreux objectifs : “D'un point de vue strictement économique, nous avons intérêt à faire évoluer nos pratiques… même si cela peut sembler une approche un peu cynique… Mais lutter contre le réchauffement climatique est aussi une question morale, citoyenne et écologique. On nous bassine avec le développement durable que personne n'arrive d'ailleurs clairement à définir. Cela devrait pourtant être simple : arrêtons d'enrichir l'atmosphère en gaz à effet de serre. Ce qui suppose, dès demain matin, de diminuer par deux nos émissions au niveau mondial. Pour la France, cela implique une division par quatre de ses émissions. Cet objectif à l'horizon 2050 est d'ailleurs inscrit dans la loi française. La Champagne a donc décidé de coller à cet objectif national”44.

  • 45 En plagiant C. LEPAGE ‘le temps de l’économie durable est arrivé », Le Monde du 23 août 2008

80Depuis d’autres vignobles comme celui de Bordeaux ont suivi l’exemple champenois et initié un bilan carbone. Mais toutes ces batteries de mesures relèvent de la seule entrée technique du système global vitivinicole. Pour prendre en compte la totalité du système, pour entrer pleinement dans le temps des sociétés durables45, c’est un véritable changement de paradigme qu’il faut opérer en considérant toutes les entrées du système, soit la complexité.

3.2. La prise en compte de la complexité (Figure 35)

  • 46 G. FLUTET, op. cit.

81Le terroir n’est pas seulement un sol viticole dont il faut s’inquiéter du devenir face aux agressions des modes de mise en valeur. Le terroir n’est pas seulement un climat dont il faut anticiper les modifications dans les décennies à venir. Il n’est pas davantage la seule mise en relation de ces deux facteurs, mais interactions de ceux-ci avec les savoir-faire et donc les hommes. C’est le sens de la définition rédigée au sein d’un groupe de réflexion INRA/INAO46. Il y a dans les propositions en cours un recul majeur par rapport au dogme des lendemains de la seconde guerre mondiale où régnait l’impérialisme pédologique. La prise en compte des données culturelles au cœur desquelles figurent les savoir faire est une avancée fondamentale pour le travail des experts chargés d’évaluer les demandes de reconnaissances de terroir.

82Mais pour faire durer le terroir – et non seulement le défendre – les acteurs ne peuvent se satisfaire de considérer, en plus des composantes techniques (agronomiques comme œnologiques), les seules composantes économiques (valeur centrale de l’agriculture productiviste), et culturelles (trop souvent repli sur le passé). La composante sociale, l’organisation des acteurs du terroir qui prennent part au projet de développement local durable est vitale. Elle est la seule compétente pour maintenir en vie le système en ménageant l’ouverture, la dynamique indispensable. Les difficultés actuelles des vignobles français ne sont elles pas avant tout une preuve de l’immobilisme dans lequel était maintenu la filière ?

83Faire durer le terroir revient donc à gérer des mécanismes de coopération, réguler les jeux entre tous les acteurs du système les partenaires mais aussi avec l’environnement incluant le Politique qui peut modifier les règles et susciter de nouveaux jeux dans les situations de crise. Faire durer le terroir revient à mettre en œuvre des médiations pour gérer la complexité du système.

84Alors gérer la complexité du terroir ne revient-il pas à prendre en compte le système des acteurs comme ressort n° 1 du système global, plus que le spatial, le culturel ou l’économique ?

3.3. Le choix d’une gouvernance locale

  • 47 D. MONCOMBLE, op. cit.

85Que va-t-il advenir de la typicité de la Champagne ?47 « Il y a une grande inconnue sur les effets locaux à venir. Il faut alors préparer le métier en permettant aux viticulteurs d’avoir une capacité de réaction et d’adaptation élevée d’une part, et d’entretenir les moyens d’anticipation des chercheurs. Tous devraient avoir des banques de données agronomiques, œnologiques, ou encore viticoles pour bien analyser les signaux. Il va falloir travailler avec des modèles et orienter l’ensemble des moyens sur tous les programmes. »

86C’est alors à la gouvernance du terroir qu’il faut s’attacher. Et définir le terroir implique alors de prendre aussi en considération son mode de gouvernance. Pour assurer la durabilité il faut associer au concept de terroir toutes les caractéristiques d’une gouvernance, véritable pouvoir partagé et troisième voie de la gestion publique fondée sur une logique entrepreneuriale, avec redéfinition des rapports entre les pouvoirs publics et les administrés, mais aussi entre le local et le central.

  • 48 JP GAUDIN., Gouverner par contrat, l’action publique en question, Paris, Presses de Sciences Po, 19 (...)

87Ce processus de l’action collective décrit souvent comme un changement de style de gouvernement48 apparaît comme une constante, dès l’origine des terroirs, dans les analyses géohistoriques conduites sur les terroirs vitivinicoles où la gouvernance paraît être une réalité déjà très ancienne et une preuve, parmi d’autres, de la valeur de modèle du terroir comme mode de gestion contemporaine des espaces ruraux. Ce sont les acteurs qui ont structuré et structurent véritablement le terroir car ils gèrent les interrelations entre toutes les composantes du système.

88La question de l’avenir du terroir devient dès lors celle de la gouvernance locale de la production dans le cadre d’une politique publique qui, de nationale, est devenue européenne et qui demain sera sans doute mondiale.

89Ce pose dès lors la question du lieu du pouvoir. Où sont et surtout où seront les véritables pouvoirs décisionnels ? Dans le terroir ? À Paris ? A Bruxelles ? Dans les nombreuses récriminations des acteurs, le poids du « centre » est toujours vécu comme un obstacle alors même que les filières agricoles sont très largement autogérées. Ce vécu qui paraît en contradiction avec la réalité paraît lié essentiellement à un mauvais fonctionnement des instances locales où seuls quelques acteurs impliqués prennent leur part dans la gestion du système. La majorité silencieuse observe et manifeste mais participe peu. Or l’avenir des terroirs passe par la responsabilisation des acteurs locaux et dans la nouvelle loi, le rôle des collectivités locales est fondamental. Or une fois encore cette loi est vécue comme une contrainte car elle ne correspond pas à un projet des communautés de producteurs concernés ou des collectivités incluant les producteurs. Nous retrouvons la question de la démocratie locale. C’est en suscitant des ODG, organismes de défense ( !) et de gestion, dynamiques, responsables dans tous les sens du terme, réactifs et donc décisionnels, y compris dans des choix menaçant le vie du terroir, que l’on permettra aux plus grand nombre de terroirs de vivre. L’avenir des terroirs, et la diffusion du modèle dans le monde requiert des systèmes ouverts sur des projets plutôt que fermés sur des règlements, offensifs plus que protégés, des OOG (organisme offensif de gestion) plus que des ODG.

90Sans doute aussi cela implique une plus grande rigueur dans la gestion de la marque collective qu’est l’appellation d’origine contrôlée par les syndicats de producteurs : l’assurance de la qualité est devenue un enjeu désormais incontournable et la mobilisation du plus grand nombre des adhérents est le véritable enjeu pour une nécessaire adaptation stratégique. Mais il n’est pas douteux aujourd’hui que l’existence des terroirs repose sur celle d’une politique publique, dont le bras en France est INAO. On lui reproche un fonctionnement très administratif et surtout une certaine ingérence dans les affaires locales, sous-entendu un poids trop important dans la gouvernance des terroirs. « Ne jetons pas l’INAO avec l’eau du bain » devait lancer René Renou, président de l’INAO en 2000. Ce serait en effet la pire des solutions. L’existence de l’Institut a été et reste un atout incontournable du succès des terroirs. Il reste le seul garant du respect de la politique publique mise en œuvre depuis le début du 20ème siècle. L’enjeu est aujourd’hui de bien fixer les missions de ses agents dans le respect des responsabilités qui seront confiées aux ODG.

  • 49 J.BERTHOMMEAU, Rapport au Ministre de l’Agriculture sur la filière vin française, 11 juillet 2001

91Par ailleurs promouvoir l’agriculture de terroir à l’européenne sous-entend le renforcement incontournable de l’organisation de la filière. Au moins autant que l’émergence de grands opérateurs, comme le suggère le rapport Berthomeau49, seule l’amélioration de l’efficacité des interprofessions vitivinicoles, voie originale de cogestion de la filière par la profession, est capable de maintenir compétitifs les vignobles européens. Sans doute la solution passe-t-elle par des regroupements comme cela vient de se faire dans la vallée de la Loire ou en vallée du Rhône : il faut regrouper les moyens financiers pour lutter à armes égales avec les grands opérateurs anglo-saxons.

92Cette réflexion sur l’organisation interprofessionnelle de la filière vitivinicole est une des clés de la réussite des vignobles traditionnels européens face aux difficultés annoncées. Après une longue période d’euphorie, l’avenir n’est plus aussi assuré et c’est par le renforcement de sa spécificité, de sa culture vitivinicole et de son organisation, donc de ses terroirs que l’Europe assurera celui-ci. Si dans le passé, la protection de la rente a été subordonnée à la territorialisation (Aquitaine anglaise, privilèges de Bordeaux, Pombal, Toscane, 1905…) à toutes les échelles, aujourd’hui, dans la mondialisation, l’avenir de la viticulture européenne repose sur la promotion de cette dimension territoriale, donc du terroir, avec ce qui le sous-tend, lui donne du sens, la gouvernance collective dans le cadre d’une politique publique. Le terroir ainsi mobilisé devient tout à la fois une arme pour la défense d’un patrimoine collectif, pour le maintien de campagnes vivantes et pour la promotion du vin. Projet de développement local durable, il paraît largement porteur d’avenir.

4. Conclusion

93Le réchauffement climatique est aujourd’hui une réalité pour le monde vitivinicole qui contraint les acteurs à une remise en cause variable dans l’espace comme dans le temps. Il est un démenti cinglant pour tous ceux qui croyaient aux vertus d’un « terroir » idéal et éternel assurant pour toujours la renommée et la suprématie des vins qui y sont produits. Ce terroir « naturel » n’est qu’une pièce d’un puzzle complexe, d’un système géographique « terroir » qui, comme tout système, a besoin de se renouveler pour survivre. Cette donc cette capacité d’innovation, d’adaptation aux mutations de l’environnement, qu’il soit naturel, économique ou social qui assurera l’avenir des terroirs et avec eux des vignobles.

94Processus de coordination des acteurs, expression de leur personnalité à l’œuvre pour faire d’un produit une véritable signature du territoire, le terroir devient bannière, signe distinctif en respectant les principes fondamentaux d’appartenance et d’identité. L’avenir du terroir paraît aujourd’hui essentiellement lié aux synergies avec les politiques de développement local, tant il est devenu un puissant outil de mobilisation et d’ancrage local.

95C’est à ce prix, nous semble-t-il, que le terroir peut participer au maintien d’une viticulture durable sous nos latitudes tempérées occidentales.

Notes

2 Exception faite d’une étude de prospective de l’INRA où toutefois la prise en compte du changement climatique n’est pas inclue

3 Des Champenois exploreraient le Sud de l’Angleterre où ils retrouvent un climat frais favorable à la production de vin mousseux et des sols crayeux semblables à ceux de la Champagne.

4 M. AGENIS-NEVERS, (Elève-ingénieur à l’INA-PG), Impacts du Changement Climatique sur les Activités Vitivinicoles, ONERC (Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique) http://www.ecologie.gouv.fr/-ONERC-.html

5 Colloque International "Réchauffement climatique, quels impacts probables sur les vignobles" (Dijon-Beaune - 28, 29, 30 mars 2007), http://www.u-bourgogne.fr/chaireunesco-vinetculture/Actes%20clima/Actes/Actes.htm

6 Le « petit âge glaciaire », a marqué l'Europe occidentale entre 1550 et 1850 avec une extension de la banquise Arctique et à une avancée des glaciers en montagne. Le paroxysme de froid est atteint entre les années 1570 et 1730. Auparavant, l'Europe du Nord, le Canada et l'Asie orientale avaient connu un épisode chaud entre 900 et 1000, à l'époque de la conquête du Groenland, le « pays vert » par les Vikings.

7 E. DUCHÊNE et C. SCHNEIDER, 2005, “Grapevine and climatic changes : a glance at the situation in Alsace”, Agron. Sustain. Dev. 25, 93-99.

8 G. TRIOLI, Vinidea Italie, Le vrai danger provient de la variabilité in Infowine, http://www.infowine.com/

9 Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat

10 Voir la récente crise subie par les vins européens et tout particulièrement français face à la concurrence des nouveaux producteurs de l’Hémisphère sud.

11 E. LE ROY LADURIE, Histoire du climat depuis l’an mil, Flammarion, 2007

12 J. ROBINSON, La globalisation du terroir, Géo hors-série, La folie des vins du monde, Prisma presse, p. 8-9

13 J. ROBINSON, op. cit.

14 J. ROBINSON, op. cit.

15 J.-C. HINNEWINKEL, Les terroirs viticoles, origines et devenir, Bordeaux, Editions Féret, 2004

16 H.R. SCHULTZ, Réchauffement climatique, conséquences probables à l’échelle du vignoble mondiale, in revue des Œnologues, n°124, 2007

17 L’indice de HUGLIN s’exprime en degrés par an et comptabilise les températures moyennes journalières supérieures à 10°C....

18 Dominique MONCOMBLE, http://www.vinelink.org/FR/Rapports/04-2003/06-Moncomble.pdf

19 source : http://www.viti-net.fr/Outils/Fiches/Fi...2&id=35795

20 J. PERARD, J.-P. CHABIN, M. MADELIN, Le réchauffement climatique et ses impacts sur les vignobles, in Chaire Unesco « Culture et tradition du vin », op. cit.

21 Institut National de la Recherche Agronomique

22 B. SEGUIN, Le réchauffement climatique est ses conséquences pour la viticulture, in Chaire Unesco « Culture et tradition du vin », op. cit.

23 J. CASSAGNES, Viti-net, http://www.viti-net.fr/outils/fiches/fichesdetail.asp?id=39633

24 J.-R. PITTE, L’augmentation du sucre dans les vins : réchauffement du climat ou changement de goût ? in Chaire Unesco « Culture et tradition du vin », op. cit

25 B. SEGUIN, op. cit.

26 Pour plus de précision voir G FLUTET., Terroir : pour une définition opérationnelle au service du développement durable, in Aix-en-Provence, Méditerranée, n°109, 2007

27 Colloque Chaire Unesco, op. cit.

28 M. O’CONNOR, La lutte contre l’effet de serre ne peut être imposée par le haut, Le Monde, 03 MAI 2008.

29 J.-C. HINNEWINKEL, 2004, op. cit.

30 http://agriculture.gouv.fr/sections/presse/dossiers-presse/plan-modernisation/downloaddFile/FichierAttache_1_f0/plandemodernisation.pdf?nocache=1134040585.85

31 C. COMPADRE, Un plan qui tourne à vide, Journal Sud-ouest du 30 mai 2008

32 R. FEREDJ, OPA sur la viticulture, Bordeaux, Editions Féret 2007

33 J.-P. DARRE, L’invention des pratiques dans l’agriculture, Vulgarisation et production locale de connaissance, Karthala, 1996

34 M. O’CONNOR, op. cit.

35 H. R. SCHULTZ, op. cit.

36 G.GARRIER, Introduction aux deuxièmes rencontres « Aujourd’hui, l’histoire des bourgognes », Beaune, 14 avril 2007

37 JC. HINNEWINKEL, 2004, op. cit.

38 JC. HINNEWINKEL, 2007, Vignobles et géohistoire, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, Sud-Ouest Européen, n°23, p.5-16

39 JP CHARVET, Introduction au colloque « Le devenir de l’agriculture et des espaces ruraux », Châteauroux, 7-8 décembre 2001

40 E.PISANI, Réflexions, texte lu par JP Charvet en ouverture du colloque « Le devenir de l’agriculture et des espaces ruraux »

41 ONERC, Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique, Marc AGENIS-NEVERS, (Elève-ingénieur à l’INA-PG)

42 D. MONCOMBLE, http://www.vinelink.org/FR/Rapports/04-2003/06-Moncomble.pdf

43 A. DESCOTES et Dominique Moncomble (CIVC), Bilan carbone et plan climat de la Champagne in Colloque International "Réchauffement climatique, quels impacts probables sur les vignobles" (Dijon-Beaune - 28, 29, 30 mars 2007), http ://www.u-bourgogne.fr/chaireunesco-vinetculture/Actes % 20clima/Actes/Actes.htm

44 A. DESCOTTES, CIVC (Comité interprofessionnel du vin de champagne), in Réussir Vigne Avril 2007 - 07/05/07

45 En plagiant C. LEPAGE ‘le temps de l’économie durable est arrivé », Le Monde du 23 août 2008

46 G. FLUTET, op. cit.

47 D. MONCOMBLE, op. cit.

48 JP GAUDIN., Gouverner par contrat, l’action publique en question, Paris, Presses de Sciences Po, 1999, 233 p

49 J.BERTHOMMEAU, Rapport au Ministre de l’Agriculture sur la filière vin française, 11 juillet 2001

Table des illustrations

Titre Figure 33 : Les effets du changement de climat sur la filière vitivinicole, d’après ONERC, op. cit.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 34 : Les vignes en production dans le monde au début du troisième millénaire
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15018/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 35 : Le terroir, un système géographique complexe, repris de JC Hinnewinkel, L’avenir du terroir, gérer de la complexité par la gouvernance locale, Aix-en-Provence, Méditerranée, n°109, p. 17-22
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15018/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 36 : Le terroir, lieu de médiation entre les différents projets des acteurs.
Légende On pourra approfondir dans J.C. Hinnewinkel, 2004, op. cit.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15018/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Auteur

Professeur émérite de Géographie de l’Université de Bordeaux et chercheur au sein du CERVIN et de l’UMR CNRS 5185 ADES, composante de l’ISVV de Bordeaux
Ancien directeur du CERVIN (Centre d’études et de recherche sur la vigne et le vin http://www.msha.fr/CERVIN)

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search