Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le changement climatique

 | 
Isabelle Roussel
, 
Helga-Jane Scarwell

Chapitre 4. La santé revisitée par le changement climatique

Le changement climatique élargit la santé aux dimensions de la planète

Texte intégral

1En mettant à nouveau l’accent sur l’importance du climat dans l’adaptation de l’homme à son environnement, le changement climatique, quels que soient les scénarios envisagés, impose une nouvelle vision du monde qui va bien au-delà de la relation entre le climat et l’occurrence directe ou indirecte de certaines pathologies. Les déséquilibres climatiques, ressentis par la population, entrent en résonance avec les inquiétudes suscitées par le monde moderne considéré comme non durable et inéquitable.

2La perspective du changement climatique, à travers la notion de santé environnementale, élargit considérablement la vision de la santé individuelle qui interroge l’individu, de manière quasi métaphysique, sur le devenir de l’univers. D’ailleurs, les grands mythes de l'humanité ne sont pas exempts de tels rapprochements ; par exemple le déluge a été l’occasion, à travers la révélation de Noé, d’étayer une alliance entre Dieu et l’homme. La crise climatique, conjuguée avec d’autres inquiétudes sur l’alimentation, l’érosion de la biodiversité, la progression d’un monde toxique… interroge le devenir même de l’humanité malade de ses propres maux. La transition épidémiologique montre la progression, dans de nombreux pays du Nord, des maladies liées à l’environnement, véritables maladies de société : allergies, cancer, diabète, diminution de la fertilité qui atteignent une population vieillissante (Figure 32).

Figure 32 : Évolution des causes de décès dans le monde (source OMS)

Figure 32 : Évolution des causes de décès dans le monde (source OMS)

3Ces courbes cachent l’hétérogénéité des situations locales. Les maladies infectieuses prédominent encore largement dans de nombreux pays dans lesquels l’espérance de vie est encore faible. La prévalence de ces maladies infectieuses met également en cause l’environnement, sous la forme d’insalubrité de l’habitat, de la détérioration de la qualité des eaux de boisson ou de pollutions délocalisées, autant de dysfonctionnements soulignés par la déclaration de Libreville (cf ci-dessous). Ces constatations stigmatisent le mode de vie occidental puisque, tandis que les pays du nord meurent du vieillissement et de l’excès alimentaire, les habitants des pays du sud ne peuvent satisfaire leurs besoins fondamentaux indissociables de la dignité humaine. Ainsi, la crise climatique, fortement médiatisée et nécessairement mondialisée, est le révélateur de dysfonctionnements profonds d’une société inégalitaire. En dévoilant l’intolérable vulnérabilité de certains devant les aléas climatiques, cette crise révèle combien la santé relève d’un droit fondamental, elle fait donc partie des droits de l’homme qui, comme le climat, affectent l’ensemble du genre humain. Les préoccupations sur le climat futur, en concernant l’ensemble de la planète interrogent la solidarité mondiale devant un risque qui n’est plus tout à fait naturel.

4Ainsi le couple climat/santé joue avec les échelles : grâce à la dimension planétaire du climat, la santé s’élargit aux dimensions du monde et devient un bien commun de l’humanité. A l’inverse, le climat et l’environnement s’invitent dans les maisons et nous oblige à repenser nos actions en fonction de la planète et du futur. Ils mettent en avant la pathogénéicité des modes de vie, très artificiels, du monde occidental.

5Ces réflexions sur l’environnement poussent à agir à travers des actions et des mobilisations qui s’exercent à travers de véritables bénéfices sanitaires pour les individus comme pour l’humanité, dès maintenant comme pour le futur. L’amélioration du bien être, compte tenu de l’importance affective accordée, à l’heure actuelle, à la santé, est essentielle pour motiver les efforts des individus sur le long terme et initier un changement durable des modes de vie dans le sens d’une plus grande équité.

6Dans ces conditions, l’adaptation et la mitigation, présentées comme les modes de prévention du changement climatique ne sont pas exemptes de contradictions. Les artifices utilisés comme mode d’adaptation ont été utilisés dans l’optique moderniste de s’affranchir du climat et de ses aléas. Montréal et sa ville souterraine est un exemple de la maîtrise des rigueurs de l’hiver. Paradoxalement, la ville, paroxysme de l’artificiel, devient le lieu de la vulnérabilité, inondations rapides sur les sols imperméabilisés lors des fortes pluies, îlot de chaleur qui amplifie les températures extrêmes lors des canicules. Certes les famines ne se conjuguent plus avec les vagues de froid ou de chaleur pour augmenter la mortalité mais la manière dont les disettes ont été jugulées repose sur un mode d’agriculture extensif et mondialisé qui n’est pas sans présenter des effets pervers aujourd’hui. De même, la lutte contre les vecteurs pathogène repose sur l’usage de pesticides susceptibles de stériliser nombre de cultures. En nous encourageant à penser l’avenir, le changement climatique suscite un certain nombre d’interrogations de fond sur la relation entre le climat et la qualité de vie de nos sociétés. Il impose une nouvelle vision du monde dans laquelle l’atténuation et l’adaptation, ne peuvent constituer des réponses pertinentes, qu’à condition de s’insérer dans une véritable mutation culturelle mondiale.

1. Le changement climatique impose une nouvelle vision du monde et modifie la notion de risque naturel

7Le climat transforme notre conception du risque naturel en nous interrogeant sur la responsabilité humaine vis-à-vis des cataclysmes annoncés, sur l’irruption des phénomènes non humains dans notre société, phénomènes qui ont des répercussions directes sur la santé de l’homme, et sur l’élargissement du risque aux dimensions de la planète. Le climat impose une vision prospective à différentes échelles temporelles au sein d’un espace temps complètement éclaté : le glocal.

1.1. Une nouvelle vision du monde

8La crise climatique impose une nouvelle vision du monde parce que l’homme devient responsable de l’aléa et donc de son environnement ce qui suppose la responsabilité de chacun et une dématérialisation accélérée de nos modes de production ainsi qu’une nécessaire mutation énergétique. La grande révolution culturelle portée par le GIEC tient dans l’affirmation, encore parfois contestée, de la responsabilité de l’homme vis à vis du changement climatique. Certes, cette responsabilité, limitée selon les estimations à 3.05 w/m2, est faible par rapport à l’apport solaire de 342 w/m2 mais, même très faible, cette contribution revêt une dimension symbolique majeure.

9Le risque planétaire, paradoxalement, interroge les populations qui de victimes deviennent responsables et acteurs. On aurait pu croire qu’en élargissant l’échelle du risque à l’ensemble de la planète, la responsabilité individuelle serait diluée. Or, la part des activités anthropiques dans la construction de l’effet de serre additionnel interroge bien la responsabilité de chaque individu dans le changement global.

10Notre conception du monde social relève de l’apport des Lumières, d’une vision de l’exceptionnalité humaine, d’un homme éclairé, doué de raison, capable de choix rationnels. Cela sous-entend de disposer en permanence des outils permettant d’opérer ces choix, ou, si ces outils ne sont pas disponibles, de recourir à la science et à la technique qui auront à terme la possibilité de les produire… Les catastrophes, les aléas de l’aventure humaine sont comme mis entre parenthèses, repoussés dans la sphère obscure d’un rebut primaire, pré-humain que davantage de socialisation, de science, de technique, de responsabilité, d’expérience sauront en définitive réduire. L’expérience du XXe siècle a conduit à remettre profondément en cause cette vision sur de multiples plans. L’homme moderne, héritier de siècles de développement scientifique et technique et d’un héritage civilisationnel de plusieurs milliers d’années dont s’est manifestée toute la fragilité, est apparu comme un barbare capable d’exercer à des échelles décuplées par les moyens mêmes de la techno-science une violence inouïe, dont ont témoigné guerres, massacres, génocides ou menaces sur l’environnement.

11La définition classique du risque climatique est complètement modifiée puisque les activités humaines peuvent avoir leur part de responsabilité dans l’éventualité d’une catastrophe majeure qu’il est impossible d’exclure. La vision classique du risque en tant que résultat du croisement entre un alea (avec une occurrence probable) avec la vulnérabilité de la société, est dépassée. Les activités humaines agissent, non seulement sur la vulnérabilité, mais elles contribuent également à la construction de l’alea. Ainsi l’alea n’est plus perçu comme une fatalité exogène mais plutôt comme un élément appartenant à la complexité du monde moderne au sein duquel les facteurs naturels et humains sont inextricablement mêlés. (C. Gilbert, 2009).

12Le climat et son cortège d’aléas divers interroge ainsi l’humanité dans ce qu’elle a de plus profond, à savoir ses doutes cosmiques sur son devenir au sein des espaces infinis qui l’entourent. Depuis Descartes et Pascal, cette métaphysique s’était diluée à travers la sécurité apportée par la technique et la maîtrise de la planète. La crainte du « ciel qui tombe sur la tête » ou du déluge étaient renvoyée au rang des vieilles lunes tellement les parades techniques rendaient illusoires les effets ravageurs des éléments déchaînés. Or, les investigations scientifiques et sérieuses du GIEC entrent en phase avec l’expérience timide de la fin de cette civilisation de l’invulnérabilité. Les images reçues en temps réel nous invitent à vivre avec le spectacle désolant d’enfants noyés, de corps déchiquetés et de flots déchaînés. Cette expérience intime, délivrée par le climat soufflant alternativement le chaud ou le froid, s’impose de plus en plus dans notre vie quotidienne pourtant aseptisée et protégée, ainsi remise en cause. Dans cette perspective, la santé humaine, le bien être de l’humanité, prennent une dimension cosmique tout en se situant au cœur des facteurs complexes qui contribuent à façonner l’environnement de manière réflexive.

1.2. La mondialisation des risques sanitaires

13La mondialisation et le changement climatique appellent à une ouverture de la notion d’environnement à l’ensemble de la planète. La relation entre le climat, la santé et la globalisation des échanges est étroite. La grippe aviaire a montré combien il était impossible de maîtriser les oiseaux migrateurs qui, en fait, contaminent les populations les plus fragiles et les plus vulnérables. Cette mondialisation des risques s’explique par la mobilité et les déplacements. Ainsi l’ambroisie, plante tropicale, s’est implantée près de l’aéroport de Satolas et a essaimé ensuite dans la région à la faveur des labours et des remblais. Les vecteurs voyagent et selon J.P.. Besancenot (2007), au Japon, sur 928 avions prospectés, 399 hébergeaient à l’arrivée des insectes encore vivants qui avaient survécu à 7 ou 8 heures de vol à des températures de-40°. ! Mais « il ne semble pas que l’on ait jamais observé l’adaptation massive à un climat extratropical de vecteurs originaires de basses latitudes. ».

14Les nouveaux risques induisent des crises totales qui révèlent les fractures de nos sociétés. « Si, depuis 20 ans, les grandes crises de santé publique pouvaient être définies comme des crises de précaution de portée limitée, on découvre depuis le passage du prion pathogène dans l’espèce humaine (1996), les tempêtes de Noël (1999), le SRAS de 2003, la canicule de 2003, le tsunami et Katrina en 2005, un nouveau type de crise qui touche simultanément plusieurs pays et divers secteurs de la société. Leur envergure dépasse de loin les capacités de réponse habituelles. Ces crises ont un retentissement considérable en raison de leur ampleur et de la vulnérabilité de notre monde qu’elles révèlent alors que la sécurité, au sens classique du terme, n’a vraiment jamais été aussi bien assurée dans l’histoire de l’humanité. » (W.Dab, 2006) Les risques s’expriment maintenant loin des lieux où ils sont produits. 5000 personnes voyagent chaque jour entre la France et l’Asie. Les facteurs de prolifération de nouveaux risques sont innombrables : le développement de l’eau chaude, de la climatisation, du chauffage… La société secrète ses propres vulnérabilités en exigeant plus de confort, plus de transport, des aliments toujours plus disponibles en toute saison et à faible coût. Avec l’urbanisation, l’industrialisation et l’internationalisation, le nombre d’habitants exposés peut être considérable. Or, ce qui compte en matière d’impact sanitaire n’est pas tant l’excès de risque individuel que l’impact sanitaire collectif, directement lié au nombre de personnes exposées. La mondialisation bouleverse la scène des risques dans laquelle s’inscrit le climat. L’influence du phénomène du Nino est mise est évidence par tous les climatologues qui voient dans ce réchauffement cyclique des eaux au large du Pérou un facteur de variabilité globale du climat. Il semblerait que l’occurrence de certaines pathologies dans différentes parties du globe soit en phase avec l’apparition de ce phénomène. De grandes épidémies de choléra apparaitraient de manière synchrone en différentes parties du monde. (Valleron, 2006). En effet, la modification de la circulation des eaux profondes aurait une incidence sur la prolifération de zooplancton dans lequel le vibrion du cholera aurait pu trouver refuge. El Nino permettrait la production de bouffées de phytoplancton et ainsi la diffusion des germes. C’est donc un phénomène global comme celui du Nino qui pourrait être responsable de l’émergence de certaines pathologies dans des lieux privés d’interconnections directes. Des observations analogues sont effectuées pour la grippe, épidémie globale saisonnière qui serait en relation, elle aussi, selon des mécanismes encore inconnus, avec l’oscillation océanique.

15Ce sont les fondements mêmes de notre société qui sont menacés par ces nouveaux risques dont la gestion ne constitue pas l’unique dimension de la prévention de plus en plus assimilée à la santé environnementale dans la mesure où la salubrité de l’environnement est reconnue comme une condition de bonne santé.

1.3. La santé environnementale revisitée dans une perspective élargie

16Le climat, de par sa complexité et son universalité ne peut plus être classé comme un facteur de risque ou un déterminant de santé. Son action est beaucoup plus complexe et intervient dans des domaines très différents mais souvent interagissant le plus souvent entre eux dans des enchaînements comme par exemple l’augmentation de la fréquence des loisirs de plein air mais aussi de l’exposition aux ultraviolets et des coups de chaleur ! ! Des effets connexes conjoncturels, comme le vieillissement de la population, la montée de la précarité et l’affaiblissement de l’économie risquent d’avoir un rôle amplificateur sur la santé de la population en s’ajoutant aux effets du changement climatique. Les habitants savent combien la société moderne peut les empoisonner. Le nombre de cas de cancer dans le monde a doublé au cours des 30 dernières années. Or, ni le vieillissement de la population, ni les évolutions génétiques ne peuvent justifier de telles évolutions, force est donc d’incriminer l’environnement dans des proportions qui restent encore à préciser.

17Grâce au climat, c’est toute une philosophie de la santé qui s’impose à travers une adaptation réciproque de l’homme à la nature et une conception renouvelée de la dimension de l’environnement.

1.3.1. La santé environnementale s’enracine dans la nature

18L’intrusion du climat en tant que « concernement partagé » par l’ensemble de la population impose un lien universel et, en même temps oblige la réintégration du « non humain » dans le champ de l’action publique ce qui suppose une véritable révolution culturelle décrite par B. Latour (1999). Le schéma dichotomique de nuisances anthropiques affectant séparément l’homme et l’écosystème n’a pas de sens. Il s’agit d’un réseau d’influences mutuelles où il devient possible d’analyser par exemple les bienfaits apportés par les écosystèmes à la santé humaine aussi bien que les risques liés à la prolifération de pathogènes ou de parasites. L’arrivée du climat dans les politiques impose de repenser l’interface trop souvent impensé entre l’homme et la nature. Selon E. Morin (2003) « Notre tradition scientifique occidentale était jusqu’alors dominée par une disjonction fondamentale entre l’homme et le monde physique ou naturel : l’homme avait dans la nature un statut de complète insularité…. Aujourd’hui nous découvrons que la science écologique peut se fonder uniquement sur la déinsularisation de la place de l’homme dans la nature…. Ce type de solidarité est d’une importance capitale car il nous permet de formuler de nouveaux principes. Nous pouvons affirmer que désormais seule une nature à double pilotage est concevable : la nature doit être pilotée par l’homme, mais celui ci doit, à son tour être piloté par la nature. Les deux copilotes, bien qu’hétérogènes, sont de toute façon inséparables. » C’est sur cet interface que se situe, aujourd’hui, la santé environnementale qui relève donc d’une double tension entre l’homme et la nature et entre l’individu et le collectif. Allant jusqu’au bout de l’artifice, nos contemporains découvrent les bienfaits d’une santé plus en harmonie avec la nature. Le rapport de l’homme au climat et l’ensemble de la santé environnementale sont modifiés si on considère qu’une part importante de la bonne santé correspond à une adéquation de l’homme avec son environnement immédiat non pas dans un rapport de dépendance mais comme une co-construction d’un monde possible. La santé environnementale impose une meilleure prise en compte des phénomènes naturels. Le climat étant sans doute la partie de la nature qui intervient le plus sur la vie quotidienne de l’homme moderne tout citadin qu’il soit. L’implication du public dans les enjeux scientifiques complexes comme celui du climat se traduit par une revalorisation de l’expérience vécue séculaire puisque le climat et le temps qu’il fait sont des objets reconnus de préoccupation et de conversation comme le montrent les verbatims cités au début du chapitre. C’est donc toute une nouvelle gestion de la santé environnementale qui s’esquisse avec une dimension ancrée dans la réalité de la nature et, en même temps partagée avec l’ensemble de l’humanité.

1.3.2. La santé environnementale, élargie à l’écosystème planétaire, relève d’une dialectique délicate entre l’individu et le collectif

19Le climat rappelle opportunément l’appartenance planétaire de l’humanité ainsi collectivement insérée dans un univers fini et solidairement responsable de son évolution. Il n’est pas possible de réduire la santé environnementale à une dimension individuelle (L.Charles, 2006) mais il s’agit de définir quels sont les points saillants sur lesquels l’action politique peut agir pour faciliter la dynamique d’adaptation individuelle. La mondialisation ouvre la santé à la dimension planétaire, celle-ci ne peut plus se limiter à la maîtrise des pollutions de proximité, les émissions sont globales et parcourent l’ensemble du globe à l’image du « brown cloud » qui traverse les océans et déclenche des alertes à la pollution sans aucune possibilité d’action préventive. Cette vision collective du monde se décline localement de manière très différente en fonction des contextes. Comment les impératifs climatiques, conjugués avec ceux qui contribuent à la survie de l’humanité, peuvent ils être en phase avec les aspirations individuelles au bonheur ? Sans doute, le modèle trop normatif de la santé assimilée à la sécurité doit être repensé. En revanche, l’assimilation du confort et de la consommation au bonheur, a montré ses limites. Libéré du carcan de la norme et du poids de l’économie, l’individu peut trouver un certain plaisir, à travers la promotion de valeurs nouvelles indispensables, pour sortir d’un monde dont les biens matériels sont limités et injustement répartis. Seule une dimension spirituelle peut permettre de trouver une issue à l’implacable diagnostic de « l’enfermement planétaire » (A. Lebeau, 2008). C’est une autre conception de la richesse qu’il s’agit de définir. la richesse n’est donc pas que matérielle mais relationnelle et spirituelle tout autant… L’abondance généralisée est une illusion… Chacun doit pouvoir accéder à ce qui pour lui est essentiel à travers un surcroît de démocratie.

1.3.3. La santé environnementale de la gestion des risques à celle des choix

20La santé environnementale s’est longtemps appuyée sur la notion d’Etat sécuritaire qui a pour ambition de limiter les risques. Le risque sanitaire déplace l’objet de politique publique de l’aval (le risque réalisé sous forme de problème de santé) à l’amont (influencer les facteurs environnementaux modifiant la possibilité de survenue des problèmes de santé). Cette notion de risque a guidé l’élaboration du PNSE mais est elle encore opératoire devant les nouveaux risques issus de la société moderne ? En effet, les risques sont devenus multiples insidieux et difficiles à cerner. De faibles doses de certains produits peuvent déclencher des manifestations importantes et les effets synergiques de différentes substances, présentes à bas bruit, dans l’environnement, sont méconnus. L’incertitude sur la connaissance des effets et des impacts devient la règle, elle impose la dynamique positive des choix.

21Ces nouvelles formes de gestion des risques apparaissent dans un contexte d’incertitude. L’incertitude et l’universalité sont véritablement le dénominateur commun à ces nouvelles questions de santé environnementales. Jamais l’homme n’a transformé son écologie de façon aussi rapide et aussi étendue. Au XXe siècle, l’approche probabiliste a transformé le risque en une fonction permettant de quantifier l’incertitude. Au XXIe siècle, nous faisons face à une incertitude bien plus grande encore au point qu’il est possible de dire que l’incertitude est le nouveau risque. La seule attitude de précaution ne suffit plus à faire face efficacement à ces problèmes. L’incertitude fondamentale n’est pas liée à un manque de connaissances mais au phénomène lui même et à son caractère fondamentalement aléatoire dans ses processus même. L’augmentation de la connaissance, le plus souvent augmente également l’incertitude.

22L’incertitude éloigne le mythe d’un choix rationnel, elle donne plus de force à l’empirisme et dénie la rationalité des choix. Cela revient à donner à l’incertitude une signification paradigmatique, en faisant de l’état d’ignorance (partiel, momentané) à toutes les échelles une réalité non pas marginale, mais au contraire centrale (S.O. Funtowicz, 1992). Or, indépendamment de l’expérience empirique, le développement scientifique lui-même donne un sens croissant à cette vision, à travers la théorie de l’évolution par exemple, ou encore plus récemment la théorie du chaos…. On peut considérer la rationalité comme ne possédant qu’une validité limitée et suggérer que l’homme reste fragile, vulnérable, instable face aux complexités d’un monde qu’il ne domine nullement, et qu’il lui faut trouver d’autres références et d’autres fondements à ses actions que celles qu’il tire d’une rationalité instrumentale reposant uniquement sur la science et la technique.

23Dans ce monde incertain et mouvant la liberté des choix individuelle n’est elle pas plus pertinente que la rigidité ou l’uniformité de la norme ou du règlement. Ces derniers ne s’opposent ils pas à l’incroyable créativité dont l’homme est capable pour s’adapter et faire face à des situations nouvelles ainsi que pour promouvoir sa santé ?

1.3.4. Santé environnementale et développement durable : une synergie à construire

24A travers le climat, l’environnement rentre en force et signe la fin des tentatives timides de réconciliation entre les trois piliers du développement durable promu par les Etats et les agents économiques. Le développement durable est un concept à la fois flou et normatif qui n’intègre pas suffisamment le développement de l’homme et donc la promotion et la prévention de la santé. D’ailleurs, dans la plupart des collectivités locales, les directions en charge de la santé sont distinctes de celles qui ont en charge le développement durable. La proposition d’un développement durable correspond à cette ouverture spatio-temporelle de l’environnement planétaire. Cette démarche préconisée par les pays du Nord, a montré ses limites et n’a pas suffisamment intégré la notion de développement personnel pour répondre aux attentes sanitaires qui ne se limitent pas à la prise en compte de la globalité des risques.

  • 1 J.B. de Foucauld Un homme nouveau in L’homme et sa planète sous la direction de M.Boiteux, PUF 2003 (...)

25Le développement durable a eu le mérite de renouveler et rendre caduque l’hygiénisme cantonné dans une vision locale et plutôt curative de la santé humaine. Ce concept est resté très normatif dans la perspective de modifier les procédés industriels et la prise en compte de l’environnement dans une optique préventive. Pour certains, le développement durable a pu donner l’illusion qu’en introduisant un troisième pilier social, la compatibilité entre environnement et développement serait plus facile. Or l’incompatibilité est structurelle, elle avait déjà été dénoncée au moment du changement de nom du Ministère de l’environnement (L.Charles, 2003) ou par Flipo (2004). C.Cans, 2003, avait souligné les incohérences juridiques lorsque le droit intègre cette notion floue du développement durable. Même J.B. Foucault1 préconise ce retour à créativité : « Peut on opter pour un développement durable et équitable sans un rééquilibrage général, sans une forme de sobriété individuelle et collective qui n’est ni l’égalitarisme, ni l’austérité mais un mode de vie à inventer progressivement dans le cadre de tout un ensemble de nouvelles régulations ? »

1.3.5. La santé environnementale, un mobile pour l’action

  • 2 Parue dans un numéro (327) de « la santé de l'homme » du CFES de janvier 1997, cette définition est (...)
  • 3 Entretien réalisé dans le cadre d’une étude dirigée par I. Roussel, (2008) : « Cohérence territoria (...)

26Le concept de développement durable, adopté de manière emblématique par de nombreuses entreprises et collectivités territoriales est insuffisant pour mobiliser des comportements affectifs ou des attitudes préventives de santé. Tout le mouvement de la santé communautaire qui a intégré la santé dans le champ social s’est effectué en marge du développement durable peu soucieux du développement des personnes. Or, La santé communautaire, très développée dans la région Nord-Pas de Calais comme en Belgique et au Canada, s’appuie sur la prise de conscience des difficultés de la classe ouvrière et la nécessité de valoriser des pratiques de santé prenant appui sur des démarches issues des habitants eux-mêmes. « La santé communautaire est une démarche d'un groupe humain au cœur de la population, interpellé par la santé, qui se mobilise à partir de ses ressources et par sa dynamique. Pour ce faire, il s'organise dans une perspective de développement en référence à la santé positive »2. L’environnement et la conquête de la qualité environnementale peuvent être des facteurs, tout à fait privilégiés, de mobilisation de la population pour construire une démarche de prise en charge, de contrôle de son univers par elle-même. En 1968-69, selon P. Macquet3 des habitants d’une courée ont protesté contre un fossé qui était un véritable cloaque. Ils ont créée une association et se sont organisés pour exposer la question. Des mobilisations de ce genre sont nombreuses lorsque les habitants prennent conscience des dangers et veulent les éradiquer.

27La notion de santé environnementale doit repenser l’équilibre entre l’homme et son environnement pour agir à travers une prévention sanitaire efficace et responsable. Dans cette perspective, quels sont les moyens d’action ? La notion d’adaptation au climat devient ambiguë et inséparable de l’obligation d’atténuation. Le terme d’adaptation ne saurait être séparé de changements plus profonds imposés par une nécessaire sobriété énergétique. Le changement climatique en reconnaissant la responsabilité de l’homme sur l’alea considéré jusque là comme relevant du sacré ou de l’intouchable transforme l’adaptation séculaire de l’homme au climat en un devoir d’atténuation par la remise en cause de l’énergie fossile sur laquelle reposait tout le développement moderne.

2. Adaptation au climat : définitions et paradoxes

28L’adaptation aux variations du climat est séculaire mais elle peut être ambivalente. Soit cette adaptation s’exerce sur le mode ancestral d’une relation harmonieuse avec la nature soit elle consiste au contraire à s’affranchir des caprices de la nature par des parades techniques complexes et artificielles. L’adaptation oscille donc entre deux pôles contradictoires : l’artificialisation du monde et la technicité des sociétés peuvent procurer des garanties contre les aléas naturels qui s’exercent soit sur le long terme soit à travers des phénomènes catastrophiques. Toutefois cette relative immunité par rapport aux effets du climat et de l’environnement s’appuie sur une organisation de plus en plus sophistiquée et sa complexité même peut devenir signe de vulnérabilité et précipiter l’effondrement.

29Dans le débat sur le changement climatique, l’adaptation est de plus en plus considérée comme une question politique prioritaire. L’adaptation insensible, lente, suivant le fil de la variabilité climatique ne semble plus être de rigueur dans le contexte dénoncé par le GIEC. Le rythme des changements attendus nécessite une démarche anticipative éclairée, individuelle ou collective, comme toute démarche de santé. S’adapter rapidement et de façon plus ciblée est d’une importance fondamentale pour assurer le développement des populations vulnérables. Pourtant le concept même d’adaptation soulève de nombreux problèmes philosophiques et éthiques dans la mesure où l’adaptation individuelle peut être très inégalitaire car les capacités d’adaptation dépendent de nombreuses conditions matérielles mais aussi psychiques et sociales. Nos sociétés modernes sont-elles prêtes à faire émerger des politiques offrant des conditions d’adaptation modulées selon les besoins fondamentaux des individus ?

2.1. L’adaptation : définitions

  • 4 Adaptation to climate change in Europe - options for EU action. Green Paper from the Commission to (...)

30La notion d’adaptation est un concept défini en tant que tel par le Troisième Rapport d’évaluation du GIEC publié en 2001. Le GIEC y définit alors l’adaptation comme « l’ajustement des systèmes naturels ou humains en réponse à des stimuli climatiques présents ou futurs ou à leurs effets, afin d’atténuer les effets néfastes ou d’exploiter des opportunités bénéfiques ». La notion de planification de l’adaptation a été introduite plus récemment, notamment par le Livre Vert4 « Adaptation au changement climatique en Europe : les possibilités d’action de l’Union européenne » (2007), dans lequel est proposée la définition suivante : « […] L'adaptation vise à réduire les risques et les dommages liés aux incidences négatives actuelles et futures de manière économiquement efficace et, le cas échéant, à tirer parti des avantages possibles. […] L'adaptation peut englober des stratégies nationales ou régionales et des mesures concrètes prises au niveau communautaire ou individuel […] ». La capacité d’adaptation (ou adaptabilité) correspond à la capacité d'ajustement d'un système face aux changements climatiques (y compris à la variabilité climatique et aux extrêmes climatiques) afin d'atténuer les effets potentiels, d'exploiter les opportunités, ou de faire face aux conséquences. A titre d’illustration, en cas de période de forte chaleur, la vulnérabilité d’un territoire sera fonction : de son degré d’exposition à l’augmentation des températures, de ses caractéristiques socio-économiques telles que la présence de populations fragiles (plus de 75 ans par exemple), qui conditionnent sa sensibilité à la chaleur et sa capacité d’adaptation (systèmes de prévention en place, accès aux équipements d’urgence…).

2.2. L’ambivalence de l’adaptation

31L’individu, pour rester en bonne santé, doit aménager son logement et ses modes de vie en fonction des évolutions du climat. S’il est vrai que le climat, parfois oublié dans l’architecture, revient en force, il s’agit parfois, pour la minorité la plus fortunée de l’humanité, d’utiliser l’arsenal des outils technologiques pour s’affranchir des caprices du climat. En considérant l’harmonie avec l’environnement comme un signe de bonne santé, il est clair que se pose la question du milieu naturel. L’adaptation est elle directement ancrée dans une démarche d’intégration de la nature ou bien s’agit-il d’une démarche de protection qui, pour s’affranchir des aléas du climat aura tendance à avoir recourt à des procédés techniques sophistiqués précisément pour se réfugier dans un monde mieux maîtrisé ? Cette position est-elle durable compte tenu du caractère englobant et peu maîtrisable du monde qui nous entoure ?

2.3. L’adaptation par la migration

32Comme pour le cas irlandais évoqué, les migrations peuvent également représenter une adaptation à un environnement dégradé. Le traumatisme éventuel subi lors de la transplantation est-il, pour autant un gage de bonne santé ? De tels déplacements pourront avoir un impact favorable sur la santé, bien qu’il soit difficile d’en faire l’évaluation, mais ils auront des conséquences économiques et sociales indéniables. Les grandes migrations ont montré combien l’homme était capable de transgresser les limites du climat en se projetant vers d’autres ambiances. Mais tout en présentant des réponses possibles ou imposées aux différentes formes du dérèglement climatique, ces mouvements de population ont eu pour conséquence la migration de maladies qui, à l’image de la rougeole, ont pu tuer de nombreux habitants.

33Ces mouvements migratoires se sont accélérés à l’heure actuelle et il n’est pas besoin d’invoquer le changement climatique pour se méfier de l’ampleur des échanges transcontinentaux quasi instantanés. Virus et parasites voyagent alors rapidement. Certaines estimations avancent le chiffre d’un billion d’individus qui, d’ici 2050, seraient obligés de trouver refuge dans d’autres contrées sous l’effet de la désertification ou l’aridification des terres. La désertification fait perdre chaque année plus de 1 000 kilomètres carrés de terres cultivables au Maroc, à la Tunisie et à la Libye. Ce véritable exode viendrait amplifier le mouvement de concentration des populations dans les villes pourtant peu aptes à assurer la survie de tant d’individus compte tenu précisément du caractère artificiel de l’écosystème urbain.

2.4. Le paradoxe de l’adaptation : la vulnérabilité des civilisations traditionnelles

  • 5 Ces civilisations qui disparaissent Courrier International n° 946-47 p. 35-53
  • 6 On sait tout de suite si l’on se sent las, que c’est la saison kasapuluh. Ou, si l’on se met facile (...)

34L’exemple des riziculteurs de java5 dont la vie est réglée sur un calendrier qui s’appuie sur le rythme de la nature et des saisons est intéressant car il souligne combien ce genre de vie, traditionnellement fondé sur une symbiose avec la nature est particulièrement vulnérable quand le climat évolue. La moindre perturbation apportée au rythme ancestral des travaux des champs se traduit par une profonde remise en question de ce mode de vie. Le pranatamangsa, calendrier décrivant le cycle des saisons, apparaît comme le recueil des capacités humaines à affronter les défis et à profiter des bénédictions de la nature. Pour les paysans javanais, la nature n’est pas un adversaire qu’il faut subjuguer, mais une mère dont ils apprennent, en l’aimant, à connaître les spécificités et les comportements. Le pranatamangsa, en outre, montre que les états d’âme des hommes sont souvent étroitement liés aux éléments climatiques6. Il s’agit d’une spiritualité radicale de la terre. Le Pranatamangsa enseigne ainsi aux hommes à passer de l’austérité à la joie en accord avec le cycle de la nature, qui glisse de l’indigence à l’abondance, de la sécheresse à la pluie. Il les aide à gérer économiquement leur vie, à épargner et à se contenter de peu en période d’indigence, à festoyer quand viennent les temps d’abondance. Les paysans s’efforcent de s’adapter au rythme éternel de la nature et de vivre en harmonie avec le cosmos selon la devise : « dans l’ordonnance cosmologique se trouve en vérité le secret et la force de la souffrance humaine ». Or, le réchauffement planétaire bouleverse les cultures agraires et les cycles que connaissaient jusque là les paysans javanais. Ils ne peuvent plus se repérer aux signes de la nature qui ont été le guide de leur vie sociale et économique depuis la nuit des temps. Si les prémisses du changement climatique s’accentuent, si les saisons se dérèglent, ce sont tous les repères de cette civilisation qui s’effondrent en perturbant le déroulement des travaux des champs guidés par des signes immuables. Si les bergeronnettes des ruisseaux, chassées par une chaleur accentuée, ne viennent plus faire leur nid, comment se préparer à la saison des pluies ?

35De nombreux autres exemples peuvent contribuer à renforcer ces interrogations, par exemple le cas des Chagga sur les pentes du Kilimandjaro, Tanzanie présenté par L. Sébastien (chap. 2). De la même manière, la réaction des peuples autochtones vis-à-vis de l’irruption des éléments dévastateurs de la civilisation moderne est-elle viable ? Peut on véritablement, pour le XXIe siècle revenir à la notion de capital naturel après avoir goûté aux effets dévastateurs du capital financier du XXe siècle ? On peut émettre quelques doutes dans la mesure où les progrès de l’hygiène s’appuient sur un développement technologique sophistiqué et sur des réseaux de communication de bonne qualité. Outre le fait que ces économies extensives consomment énormément d’espace, on constate que ce sont les plus vulnérables non seulement en raison d’un changement progressif et incessant du climat mais aussi lors des catastrophes brutales. Les études prouvent, par exemple que Boston est plus vulnérable que Dallas aux vagues de chaleur car, à Dallas, la climatisation est généralisée et devenue habituelle. Il s’agit bien d’une forme d’adaptation au climat en s’affranchissant de ses excès mais en induisant une plus grande dépendance technique et énergétique.

36La résistance sanitaire vis-à-vis des aléas du climat correspond à un aménagement du territoire très poussé et artificialisé au sein d’une société complexe. Or, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer cette complexité même comme source de vulnérabilité.

37Les plus adaptés sont ils les plus vulnérables ?

2.5. La vulnérabilité

38Selon la définition du GIEC, la vulnérabilité est le degré par lequel un système risque d’être affecté négativement par les effets des changements climatiques sans pouvoir y faire face, y compris la variabilité climatique et les phénomènes extrêmes. Notons que le parti-pris est ici un affect globalement négatif, alors que dans certains cas, un système peut au final se révéler « gagnant » (exemples d’une agriculture plus productive sous certaines conditions, des gains dans le degré d’alcool des vins, d’un climat plus agréable dans certains pays…) ; on peut alors parler d’opportunité plus que de vulnérabilité. Le champ potentiel d’opportunité reste cependant nettement plus restreint (tant dans le temps que dans l’espace) que celui de vulnérabilité qui se définit dans la littérature comme une fonction de l’exposition du système aux changements climatiques (nature, ampleur, rythme des changements), de sa sensibilité (conséquences possibles) et de sa capacité d’adaptation. La vulnérabilité est un signe d’impuissance, d’incapacité à s’adapter.

39Un regard sur l’histoire pose la question de l’ambivalence du rôle joué par le climat dans la disparition des civilisations anciennes. Soit elles ont disparu faute d’avoir anticipé une catastrophe de grande ampleur, souvent impossible à maîtriser, soit la complexité même de leur système les rendait vulnérable face à un événement banal qui sert de déclencheur à l’image des famines irlandaises.

2.5.1. Le rôle du climat dans la disparition des civilisations anciennes

40Les enjeux de l’adaptation au changement climatique dépassent largement le cadre du climat. Les effets du changement climatique sur la santé dépendent de multiples facteurs de risque, interagissant le plus souvent entre eux dans des enchaînements identifiés par les historiens, et pouvant aboutir à l’extinction ou la mutation des civilisations anciennes. Ces références au passé, difficiles à projeter dans le futur, montrent toute l’imbrication des phénomènes causaux. Les phénomènes climatiques ont sûrement joué un rôle dans la disparition des civilisations les plus démunies de stratégies préventives ou adaptatives mais aussi dans l’effondrement des sociétés sophistiquées mais complexes.

2.5.2. La paléoclimatologie

41La paléoclimatologie a mis en évidence de nombreuses variations climatiques rencontrées par les civilisations anciennes depuis le paléolithique, c’est à dire depuis 40 000 ans. Les recherches actuelles tendent à dépasser la simple constatation d’un synchronisme entre les oscillations climatiques et les modifications culturelles. La finesse de l’archéologie permet d’avancer quelques hypothèses appuyées sur la disponibilité de la densité d’occupation des terres. Les conditions climatiques favorables à l’éclosion de la biomasse permettraient une certaine sédentarisation et donc des foyers culturels plus fragmentés alors qu’en période plus froides, lorsque les ressources sont plus rares, les populations s’étendent sur un territoire plus vaste. L’étude de la période de péjoration climatique autour de 800 av J.C (Bar-Yosef, 2005), montre bien le synchronisme avec une rupture civilisationnelle au cours du néolithique. Cependant, les archéologues mettent également en évidence un « filtre culturel » puisque les anthropologues ont découvert que les « réactions sociales résultaient des convictions, de la structure et de l’organisation sociales préexistantes, et des interactions avec les sociétés voisines ».

2.5.3. La disparition étonnante des Mayas7

  • 7 Ces civilisations qui disparaissent Courrier International n° 946-47 p.35-53
  • 8 Id.
  • 9 Le Monde, 9 janvier 2009

42Elle a fait l’objet de nombreuses études qui s’interrogent sur l’ampleur, au fil des siècles, de la détérioration progressive de l’environnement, en partie dissimulée par les fluctuations des récoltes et des précipitations. Mais lorsque le point de basculement a été atteint, les événements se sont précipités. Les rois qui étaient également prêtres étaient censés maintenir l’ordre et éviter le chaos par les rituels et les sacrifices. A partir du moment où la magie n’a plus opéré, la population a perdu confiance et la royauté s’est écroulée. Joseph Tainter8 souligne qu’au-delà d’un certain niveau de complexité, une société commence à se fragiliser, tant et si bien qu’il suffit d’une perturbation relativement minime pour provoquer un effondrement total. Un seuil est atteint quand une communauté est contrainte d’utiliser toutes ses énergies et ressources disponibles dans le seul but de maintenir son niveau existant de complexité. Dès lors il suffit d’un changement climatique ou d’une invasion barbare pour que les institutions épuisées cèdent et que l’ordre public s’effondre. La loi du rendement décroissant est la cause profonde de l’effondrement de toutes les civilisations dont le haut niveau de complexité signifie une réelle vulnérabilité. J. Diamond, a étudié minutieusement les facteurs contribuant à la disparition de certaines civilisations (2007). Effectivement, il arrive à la conclusion que ce sont les sociétés les moins préparées à un choc climatique ou les plus vulnérables qui ont le moins bien résisté. Joseph Tainter remarque que la population actuelle repose sur les carburants fossiles et l’agriculture industrielle. Si la civilisation industrielle entre vraiment en décadence, ce sont les citadins, soit la moitié des habitants de la planète, qui seront les plus vulnérables. « Ceux qui ont le moins à perdre sont les paysans pratiquent l’agriculture de subsistance. Ceux qui survivront pourront même voir leurs conditions de vie s’améliorer. » J. Diamond ajoute récemment9 : « La disparition des Vikings ou des Mayas, consécutive à la suxexploitation des écosystèmes dans un contexte de changement climatique, n’était pas une fatalité. Elle aurait pu être évitée si ces sociétés avaient accepté de remettre en cause leur mode de vie et leurs valeurs.… Si nous ne prenons pas les bonnes décisions, dans quelques décennies, l’effondrement risque d’être global ».

43Le lien vital et séculaire entre climat et agriculture conditionne la survie de l’humanité et oscille, lui aussi entre deux pôles : l’un ancestral, assure une agriculture de subsistance, l’autre, ouvert, mondialisé, technicisé. Ce dernier est-il capable de nourrir l’ensemble de l’humanité en protégeant les ressources disponibles pour les générations futures ?

2.6. Santé et crise alimentaire

44Les variations climatiques se conjuguent avec la vulnérabilité des populations les plus fragiles pour générer un risque de pénurie alimentaire. 1,4 milliard de ruraux dépendent de la petite agriculture pour leur survie dans les pays en développement. Ce sont surtout les pays de la zone intertropicale qui sont menacés par l’extension des maladies infectieuses et parasitaires mais la vulnérabilité de ces pays est loin d’être attribuable uniquement au climat.

45Le risque alimentaire est peu visible en France pour l’instant. Si la disette n’est pas encore à l’ordre du jour, les aléas climatiques peuvent avoir des répercussions sur la qualité des aliments et sur la nécessité d’utiliser un traitement chimique. La sécurité alimentaire n’est pas uniquement quantitative. Le développement de l’hygiène est sûrement une forme d’adaptation pertinente à l’augmentation des températures. Il ne faut pas oublier que le réfrigérateur a été le meilleur instrument de la médecine préventive de la population en générale et de la mortalité infantile en particulier. Le développement de l’hygiène a permis de faire sensiblement reculer les déshydratations et les dysenteries infantiles. Mais les progrès réalisés dans le maintien de la chaîne du froid sont-ils à la portée de l’ensemble de la population mondiale ? Faut-il trouver d’autres formes d’adaptation moins coûteuses et plus accessibles à un plus grand nombre ?

46Jusqu’à maintenant, la sécurité alimentaire mondiale reposait largement sur des échanges transcontinentaux et sur la grande agriculture extensive pour pouvoir pallier les aléas climatiques par des compensations commerciales. Néanmoins cette réponse commerciale aux disettes climatiques fait l’objet de critiques vis-à-vis d’un système agricole qui montre des dysfonctionnements. Les cultures de masse sont soutenues par une utilisation excessive de produits phytosanitaires dont on découvre les dangers. En outre, d’un point de vue organisationnel, cette grande culture a tendance à s’implanter au détriment de la culture vivrière traditionnelle. Paradoxalement, les cultures les mieux adaptées au climat et à l’écosystème, celles qui sont les plus naturelles et qui réclament le moins de soin sont concurrencées par la grande culture céréalière aux destinées mondiales. Ces cultures nécessitent beaucoup d’eau et d’intrants pour assurer des rendements réguliers. Engrais chimiques, pesticides voire même OGM sont les corollaires indispensables de ces cultures destinées à nourrir l’humanité.

2.6.1. Une agriculture plus locale

47Une agriculture plus locale, plus adaptée au terroir est souvent considérée comme une forme d’adaptation au renchérissement des transports et à la baisse de l’utilisation des produits phytosanitaires. Les circuits courts alimentaires, durables, sont des projets qui s’inscrivent indéniablement, et ce de manière transversale, au cœur du développement durable. Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche Michel Barnier a annoncé le 14 avril 2008 un plan en 14 mesures pour favoriser la commercialisation de produits agricoles en ''circuits courts". Cette agriculture de proximité, lorsqu’elle se développe sur un territoire répond à des enjeux de redynamisation de l’économie locale, de lutte contre le changement climatique, de limitation de l’étalement urbain et de lien social. Renchérir le projet de circuits courts alimentaires sur la base d’une pratique agricole durable accroît, dans une seconde étape, la réponse à des enjeux de préservation des ressources naturelles et de stratégie de trame verte et bleue, d’accès à une alimentation saine et d’un cadre de vie de qualité. Les traditions locales de vente à la ferme et de pratique agricole conventionnelle, comme dans la région Nord-Pas de Calais, favorisent cette orientation. Cependant, la dépendance exclusive par rapport à une agriculture locale n’est pas sans danger de pénurie. Tout en permettant aux agriculteurs une meilleure rémunération et une meilleure valorisation de leur production, l’objectif de ce nouveau type d’agriculture est de répondre à une demande croissante des consommateurs à la recherche de produits authentiques, de saisonnalité, de proximité et de lien social. Cependant, l’horticulture classique, pour être économiquement viable, reste dépendante de différents produits dont le dosage et la composition sont encore à améliorer pour répondre à une exigence sanitaire légitime des populations. L’orientation vers des pratiques de jardinage, pour assurer un complément alimentaire, se traduit par une forte utilisation de produits chimiques. La durabilité des zones périurbaines passe par la mise en œuvre de ces objectifs à la fois pour permettre aux agriculteurs de résister au mirage de la vente de leur terre incitée par une valeur foncière galopante et pour valoriser les jardins, atout incontournable de la maison individuelle.

2.6.2. Et si l’agriculture intensive était la plus écologique ?

  • 10 Etude citée dans « Courrier international » n0961, 2009 p. 92

48Un groupe de chercheurs, dont Frits Van Evert, de l’Université de Wageningen, a tenté d’évaluer les conditions de durabilité maximale de l’agriculture. Selon Mr Van Evert10 : « l’extensification de l’agriculture est une bonne chose pour un seul hectare mais, comme la récolte est moins bonne, il faut aussi s’assurer que de nouvelles terres soient réservées à l’agriculture. Cela coûte de l’argent et fait du tort à l’environnement, car le paysage perd sa fonction d’origine. Il ressort de ces calculs que c’est avec à peu près la quantité d’engrais chimiques utilisée actuellement par les agriculteurs en Europe occidentale- Une utilisation plutôt intensive- que les dégâts pour la nature sont le plus réduits ».

49Le climat et tout particulièrement les sécheresses modifieront ils les aires de production agricole pour faire craindre des disettes de plus en plus graves ? Cette question dépend également de l’évolution des habitudes alimentaires. Si les pays émergents ont les mêmes exigences que les pays développés et pourquoi ne les auraient ils pas ? La recrudescence de l’alimentation carnée ou la pression sur certaines céréales se traduiraient par un renchérissement des coûts à l’image de ce qui a été vécu en 2008.

2.7. Le rôle des politiques dans l’adaptation : incertitudes et inégalités

50Devant tant de complexité les politiques à mettre en œuvre sont certes urgentes mais difficiles à décider en raison d’une part de l’ampleur des incertitudes qui entourent ces questions mais aussi en raison de l’enjeu qui consiste à ne pas creuser le fossé social entre ceux qui auraient les moyens de mettre en ouvre des actions d’adaptation et ceux qui resteraient particulièrement vulnérables. Ces inégalités se creusent aussi bien entre les nations qu’à l’intérieur des pays même les plus nantis.

2.7.1. L’adaptation agit dans un contexte d’incertitude

51En effet l’environnement auquel il convient de s’adapter, par la prévention sanitaire, est en perpétuelle évolution sous l’influence, entre autre, des actions entreprises. L’adaptation est donc une co-construction continuelle qui suppose une très grande flexibilité difficile à appliquer quand il s’agit de mettre en œuvre des décisions d’aménagement qui ont une durée de vie de plusieurs dizaines d’années. C’est pourquoi les politiques étatiques sont plus difficiles à mettre en place que les initiatives locales plus souples et plus spontanées. Sans doute, une des formes nouvelles des politiques climatiques consiste à encourager les initiatives locales. Pour autant, l’adaptation ne peut pas être un substitut à la mitigation ; il est impossible de s’adapter à un environnement qui se dégrade sans agir sur les racines du mal et donc sur la décarbonisation du monde.

52Les politiques d’adaptation ont donc pour objectif de faire disparaître toutes les poches de vulnérabilités ce qui est tout à fait utopique mais qui ne dispense pas d’une réflexion éthique sur les politiques à mettre en œuvre devant l’urgence du changement climatique.

2.7.2. Vulnérabilité et injustice

53Au niveau individuel, le seuil de vulnérabilité correspond à un niveau de santé ou de pauvreté qui ne permet plus à l’individu de contribuer à son propre bien-être en passant du statut de simple consommateur à celui d’investisseur en santé. A l’échelle macroéconomique, le seuil se définit comme la ligne qui sépare les situations irréversibles de dégradation ou de faiblesse, du capital santé, et les situations où le niveau de santé global de la population permet, au contraire, de maintenir la résilience de celle-ci dans un contexte de contraintes socioéconomiques fortes. Pauvreté et vulnérabilité sont souvent synonymes.

54Tous les rapports sur les relations entre changement climatique et santé s’accordent pour s’inquiéter sur la vulnérabilité des populations ou des pays le plus pauvres. L’analyse des canicules effectuée a montré la vulnérabilité particulière des enfants mais surtout des vieillards, phénomène préoccupant dans les pays vieillissant. Dans ces mêmes pays, les plus démunis risquent d’être touchés par une éventuelle hausse des prix alimentaires et surtout par l’impossibilité d’investir dans leur logement pour l’isoler et économiser l’énergie (cf ci-dessous).

  • 11 http://www.afrik.com/article15123.html

55Les pays suffisamment riches pour investir dans des infrastructures améliorant non seulement le système de soins mais aussi l’assainissement des villes, le traitement des eaux, la lutte contre l’érosion et l’artificialisation des sols, les véhicules propres sont mieux armés pour mener une politique de prévention sanitaire. La maîtrise de la nature et son aménagement a un coût. L’analyse de conséquences du cyclone Katrina a mis en évidence l’insuffisance des budgets alloués pour le nécessaire renforcement des digues. A l’inverse, la situation de certains pays, spécialement dans le continent africain a suscité une prise de conscience forte et abouti à la déclaration de Libreville11 sur la santé, signée le 29 août 2008 par un grand nombre de ministres africains. Ce texte reconnait que « Plus de 23 % des décès en Afrique, soit plus de 2,4 millions de décès par an, sont imputables à des facteurs de risques liés à l’environnement avec des effets particuliers sur les couches les plus pauvres et les plus vulnérables (enfants, femmes, populations rurales pauvres, les personnes débitées, les réfugiés ou déplacées et les personnes âgées) » ; il met en avant un véritable engagement vers une stratégie massive de prévention en s’attaquant aux causes des maladies c'est-à-dire à l’amélioration de l’environnement". Il s'agit, selon le texte, de notamment "mettre à jour les politiques nationales et les cadres de coopération régionaux pour aborder de manière plus efficace les liens entre la santé et l'environnement par l'intégration de ces liens dans les politiques, le stratégies et les plans nationaux de développement (...) de mettre en œuvre des programmes prioritaires intersectoriels en santé et environnement (...) développer les capacités pour mieux prévenir les maladies liées à l'environnement".

56La réduction de la vulnérabilité suppose une certaine solidarité qui relève d’une éthique à la fois individuelle et étatique pour dissiper les inégalités. L’adaptation suppose une vision commune du monde à construire et de la solidarité qu’il convient de promouvoir. Dans un contexte mondial difficile, dans lequel l’inquiétude généralisée et l’absence de gouvernance mondiale renvoient les initiatives vers les individus ou les ONG, l’adaptation risque d’être privée d’un cadre éthique général susceptible de prendre en compte la notion de besoin élémentaire indispensable pour la survie de l’être humain. Il s’agit de s’appuyer sur la philosophie des droits de l’homme pour construire une éthique transculturelle, c'est-à-dire adaptable à toute l’humanité et acceptée dans toutes les communautés politiques pour exprimer le sens élémentaire de l’équité entre les êtres humains. Les disparités, dont rendent compte de manière imagée, la notion d’empreinte écologique montrent combien le changement climatique met en cause la généralisation du mode de vie occidental qui ne correspond pas aux ressources disponibles sur la planète. Les réponses sociétales au changement climatique se situent dans un cadre politique et moral dans lequel il est urgent de définir des principes d’action dont d’ailleurs la crise actuelle encourage la définition. C’est dans un contexte d’urgence, voire même de catastrophe que s’impose cette nouvelle définition des principes politiques puisque les failles dans l’adaptation à l’environnement ont pu précipiter l’effondrement des civilisations anciennes (J. Diamond, 2007).

57Comment anticiper l’effondrement ? Comment s’adapter et prévenir l’effondrement possible ? Pourtant, une simple adaptation de notre mode de vie individuel et collectif à un réchauffement climatique se montrera sans doute insuffisante à long terme, et en tout état de cause, tout à fait asymétriques puisqu’à la portée des seuls pays et citoyens aisés. (F. Cerutti, 2008). Dans le domaine du logement, seuls les ménages les mieux informés et les plus nantis peuvent isoler leur maison et profiter des incitations fiscales pour améliorer les performances énergétiques de leur chauffage tandis qu’une partie de la population continue à vivre dans des épaves thermiques.

  • 12 Oxfam International est une association de 13 organismes de même sensibilité, travaillant de concer (...)

58L'incapacité des leaders mondiaux à gérer ces risques ainsi qu'un système d'aide humanitaire inadapté à la situation actuelle, aggravent encore plus cette situation injuste, souligne l'ONG. Oxfam12 qui dénonce une inégalité de traitement des victimes. Quand 1 241 dollars ont été dépensés pour chaque survivant du tsunami de 2004 en Asie du Sud-Est, 23 dollars seulement ont été alloués à chaque victime de la crise humanitaire au Tchad. « L'aide humanitaire fonctionne comme un grand jeu de cartes dont la donne est aléatoire et non basée sur les besoins des individus. La réponse est souvent irrégulière, insuffisante, en retard et inadéquate », déclare Jeremy Hobbs, directeur général d'Oxfam International.

59Pour pallier ces injustices, il est nécessaire d’agir sur les modalités d’atténuation des changements climatiques proposées par le GIEC.

60Il est donc indispensable de diminuer les émissions de GES de 20 % d’ici 2020 selon les engagements de l’Union européenne. Les efforts à fournir pour atteindre cet objectif se traduisent par un bénéfice sanitaire immédiat puisqu’il s’agit d’adopter des modes de vie plus sobres mais aussi plus sains. En outre, la réduction des GES suppose de limiter la consommation de combustibles fossiles ce qui permet de réduire les émissions toxiques sur le court terme. L’ozone, GES, est également un irritant puissant et un gaz nocif dont la réduction des concentrations dans l’atmosphère est bénéfique à toutes les échelles.

61L’adaptation sans la mitigation ne fait qu’accélérer la dégradation de l’environnement sans éradiquer les erreurs commises

3. L’atténuation et ses bénéfices sanitaires

62L’objectif général qui consiste à contenir et maîtriser le réchauffement à deux degrés de température moyenne mondiale d’ici la fin du siècle est indiscutable et impératif. La communauté internationale, au sein de laquelle l’Europe a une position de « leader » doit se donner les moyens de contraindre les émissions de GES et de les diminuer de moitié d’ici 2050 ou, comme en Europe, de 20 % d’ici 2020. La maîtrise des GES, en modifiant la consommation, répond également à la crise énergétique et présente des bénéfices sanitaires.

3.1. La maîtrise des GES entre le présent et le futur, entre l’individu et la collectivité

63La prévention préconisée par le GIEC s’inscrit dans un objectif à long terme mais les perspectives futures ne sont pas très mobilisatrices surtout pendant les périodes de crise telles que celles traversées actuellement. Cependant les bénéfices présents sont incontestables puisqu’ils répondent à une crise énergétique tout en imposant la réduction d’activités polluantes ayant un impact sanitaire tout à fait négatif. Il n’est pas inutile, dans un objectif d’acceptabilité, de s’interroger sur les effets sanitaires immédiats des actions à entreprendre. C’est ainsi que l’administration américaine, pour relancer la politique climatique, s’appuie sur des déclarations de l'Agence américaine pour la Protection de l'Environnement (EPA) qui, suite à la réalisation d’une revue scientifique complète commandée en 2007 par la Cour Suprême des États-Unis, a conclu que les gaz à effet de serre contribuent à la pollution atmosphérique qui peut mettre en danger la santé publique ou le bien-être. La pollution par les gaz à effet de serre est un problème grave aujourd’hui et pour les générations futures, a renchéri dans un communiqué Lisa P. Jackson, administratrice de l’agence. Bien sûr, outre les bénéfices sanitaires liés à la pollution de l’air, la maîtrise des GES permettrait de limiter l’occurrence de catastrophes climatiques qui pourraient être les conséquences d’un dérèglement généralisé du climat si cette hypothèse se confirme. L’EPA d’ailleurs, évoque également les conséquences sanitaires des catastrophes naturelles provoquées par les changements climatiques : sécheresse accrue, déluges et inondations, vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses, feux de forêt, élévation de niveau de la mer, impacts sur les ressources en eau, l'agriculture, la faune et les écosystèmes.

64Les politiques de prévention si elles sont élaborées et évaluées globalement s’appuient sur des efforts individuels qui ne peuvent pas être motivés uniquement par des objectifs planétaires futurs. L’idéal consiste donc à rechercher quels peuvent être les actions induisant des bénéfices à la fois sur le court et le long terme, à la fois sur le local et le global. La réduction des GES consiste essentiellement à réduire la consommation d’énergies fossiles puisque toute combustion, rarement parfaite, émet à la fois du dioxyde de carbone avec une durée de vie très longue et ayant un impact reconnu sur le changement climatique et des gaz plus toxiques ayant une durée de vie plus courte. Les émissions de particules proviennent également d’autres combustibles comme la biomasse par exemple.

65Les effets sanitaires de la politique de lutte contre le changement climatique peuvent être directs à travers les changements bénéfiques de mode de vie, ils peuvent également être indirects en permettant la maîtrise de la pollution atmosphérique dont on connaît, de manière sûre et quantifiée, les effets délétères sur la santé humaine.

3.2. La réduction des GES peut avoir des effets bénéfiques sur la santé humaine à travers une modification des genres de vie

66La diminution de la consommation des énergies fossiles répond également à un impératif économique puisque le prix de l’énergie est globalement en hausse sur le long terme. Cet impératif économique n’est pas le seul en cause puisque la baisse actuelle du prix de l’énergie n’a pas modifié l’évolution des comportements vertueux en direction d’une utilisation plus limitée de la voiture et d’une meilleure gestion énergétique des logements. La maîtrise de l’énergie correspond donc bien à une amélioration du bien être principalement en favorisant la marche à pied, les efforts physiques, une alimentation plus saine, la vie à la campagne etc.

3.2.1. Les avantages sanitaires de la réduction de la mobilité motorisée

67L’abandon de la voiture, quand il est possible, peut favoriser le développement de la marche à pied mais également la réduction des accidents de voiture. L’inactivité physique, dont l’obésité est la principale expression, est également très associée à l’augmentation de l’utilisation de la voiture pour effectuer les déplacements. L’activité physique, comme la marche, réduit la probabilité d’être obèse. Des recherches scientifiques démontrent (Blomberg M., 2008). que chaque kilomètre de marche par jour est associé à une diminution de 5 % de la probabilité d’être obèse, alors que chaque heure passée quotidiennement dans la voiture est associée à une augmentation de 6 % de la probabilité d’être obèse. Ces études démontrent que les individus qui dépendent de l’automobile pour le transport ont plus de problèmes de santé reliés au poids que les individus qui utilisent les transports en commun et le transport actif. Les résultats de recherches américaines vont dans le même sens et démontrent que les utilisateurs du transport en commun marchent en moyenne 24 minutes par jour et réduisent ainsi la probabilité d’être obèse.

3.2.2. La réduction des GES et la lutte contre l’obésité

68C'est un des fléaux de santé publique les plus évidents à l’heure actuelle. Les politiques de santé américaines sont confrontées à l’augmentation du diabète avec ses dommages collatéraux qui rendent les perspectives très sombres en raison du vieillissement de la population. Actuellement, deux tiers des adultes américains sont en surpoids. L’obésité aux USA serait responsable de 6 % des dépenses de santé soit un coût de 75 billions de dollars en 2004 (Blomberg M., 2008). Le nombre d’obèses a presque doublé entre 1987 et 2003 au Québec et l’obésité des enfants est une préoccupation majeure de la santé publique française.

69Dans cette perspective, la transformation du sucre américain en biocarburants peut trouver une justification sanitaire à condition qu’ils ne contribuent pas au renchérissement des produits alimentaires ni à l’émission de polluants !

70La lutte contre l’obésité passe également par la promotion d’une alimentation plus saine. L’évolution de l’alimentation peut avoir des effets bénéfiques à la fois en termes de GES et en termes de santé. Les avantages éventuels de l’agriculture de proximité ont été envisagés ci-dessus. Une alimentation moins carnée permettrait de nourrir plus d’habitants tout en économisant des GES puisqu’un kilo de viande équivaut, selon certaines estimations, à 100 Km parcourus.

71Ces changements qui s’imposent aux pays développés remettent en cause le modèle de développement puisque les pays émergents au fur et à mesure qu’ils s’enrichissent ont tendance à utiliser plus de voitures individuelles et à faire évoluer leur alimentation vers un modèle occidental qui, pourtant, a montré ses limites. C’est toute la notion de besoin élémentaire qu’il convient de réinterroger de manière à éradiquer la pauvreté par une sobriété acceptée et partagée. La pauvreté doit être à la fois combattue pour lutter contre les inégalités les plus criantes, celles qui offensent la dignité du genre humain mais la pauvreté doit également être prônée de manière à lutter contre tous les excès et libérer une partie de l’humanité du joug de la consommation qui donne l’illusion du bonheur. Il s’agit de distinguer la misère intolérable de la pauvreté qui peut présenter des vertus.

72La maîtrise du changement climatique en interrogeant les modes de vie occidentaux ouvre un chantier extrêmement vaste à la santé environnementale qui, bien qu’émergente, doit pouvoir orienter les choix individuels vers une meilleure adéquation des genres de vie avec les ressources naturelles et l’environnement.

3.3. La réduction des GES et la réduction des pollutions : un double bénéfice sanitaire

73Un des éléments le mieux connu est celui du champ de la pollution atmosphérique dont les effets sur la santé sont établis et quantifiés. L’abandon de la voiture a des effets directs, évoqués ci-dessus, en suscitant des exercices physiques plus nombreux mais il a aussi des effets indirects en limitant les niveaux de pollution ce qui améliore la santé publique. L’exemple des jeux olympiques d’Atlanta est célèbre (Friedman, 2001). L’interdiction, pour les voitures, de l’accès au centre pendant la durée des jeux s’est traduite par une diminution des niveaux d’ozone et, par voie de conséquence, une baisse des consultations pour l’asthme infantile.

74Des études récentes, portant sur les particules fines (d'une taille inférieure à 2,5 microns ou PM 2,5) ont montré qu’une augmentation de leur concentration de 10µg/m3 a été associée à une réduction de l'espérance de vie de 1,11 année aux Pays-Bas, de 1,37 an en Finlande et de 0,8 an au Canada. En octobre 2008, une expertise collective de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) citait des travaux estimant qu'environ 1 300 à 1 900 décès par cancer du poumon pourraient être évités chaque année dans 23 villes européennes si les niveaux de PM 2,5 étaient ramenés respectivement à 20 et à 15 µg/m3." L'Union européenne ne s'est dotée pourtant que d'une norme maximale sur les PM 2,5 de 25µg/m3 en 2010, qui ne deviendra contraignante qu'en 2015.

75L’effet de serre additionnel dû aux activités anthropiques serait de 3.05 w/m2 (cf ci-dessus). La part du méthane serait de 0.48, l’ozone troposphérique de 0.35 et le « black carbon » de 0.34 w/m2. Le méthane est d’ailleurs un précurseur de l’ozone. La lutte contre les émissions de méthane, de particules ou d’ozone, présente de nombreux avantages car elle permet d’améliorer la qualité de l’air dans l’immédiat et, comme les gaz incriminés ont une durée de vie courte, le bénéfice sur l’effet de serre est rapide. En théorie, ce double bénéfice lié à la réduction de la pollution de l’air et à la maîtrise de l’effet de serre parait simple. La réalité est en fait plus compliquée :

3.3.1. La complexité des réactions entre GES et polluants de l’atmosphère

76Si, entre les GES et les polluants toxiques, les sources sont souvent communes, leur durée de vie est bien différente. Le CO2 peut persister dans l’atmosphère pendant de nombreuses années voire même de siècles. La durée de vie des CFC (Chlorofluorocarbure) est encore beaucoup plus longue. En revanche, les oxydes d’azote ou de soufre ne persistent que quelques jours au maximum tandis que l’ozone et le méthane peuvent persister pendant quelques semaines. Les polluants urbains et les GES ont une durée de vie bien différente ce qui définit des impacts à des échelles spatio-temporelles spécifiques. Les polluants urbains sont essentiellement des polluants de proximité tandis que les GES sont des polluants globaux pouvant être transportés par les courants d’altitude bien loin de leur lieu d’émission ou de formation. L’ozone et les particules jouent un rôle bien particulier ; d’une part parce qu’ils représentent une menace pour la santé publique mais aussi parce qu’ils participent au rayonnement des gaz à effet de serre. La maîtrise de ces deux catégories de polluants présente donc un double bénéfice : réduction, à court terme de la toxicité de l’air ambiant et, à long terme, diminution de l’effet de serre additionnel. Or, la maîtrise des ces polluants est complexe en l’absence de coïncidence entre leurs sources, leurs précurseurs et les lieux d’immission.

3.3.2. Le cas de l’ozone

77Le cas de l'ozone est d’autant plus compliqué que la croissance du bruit de fond de ce polluant a été assez spectaculaire en raison, vraisemblablement de l’explosion des moyens de transports. Le bénéfice d’un changement de comportement et de modes de vie, même drastique, risque de ne porter des fruits que dans de nombreuses années. En outre la production d’ozone est liée à la température donc les périodes chaudes sont favorables à la formation d’ozone. Au cours de la canicule de 2003, les niveaux d’ozone étaient élevés (cf ci dessus).

78Avec l’hypothèse d’un réchauffement climatique, les pics d’ozone sont appelés à se multiplier. S’il fait plus chaud, des pics plus fréquents et/ou plus intenses de pollution à l’ozone sont à craindre. Il s’agit là, en effet, d’un polluant « secondaire » qui a besoin de soleil et de chaleur pour se former à partir de divers précurseurs émis principalement par la circulation automobile.

79L’EPA a ainsi diligenté une récente étude intitulée « Assessment of the Impacts of Global Change on Regional U.S. Air Quality : A Synthesis of Climate Change Impacts on Ground-Level Ozone » qui démontre que le changement climatique conduit à des concentrations plus élevées en ozone au niveau du sol (ozone troposphérique). Certains s’attendent même à ce que les niveaux d’ozone troposphérique augmentent de 40 % d’ici 2100. Une augmentation des niveaux d’ozone est dommageable à la fois pour la santé de l’homme et pour le climat. Or, ce gaz nocif est à l'origine d'irritations des muqueuses oculaires et respiratoires et de crises d'asthme chez les sujets sensibles. Mais il y a également lieu de craindre une fréquence accrue de certaines maladies cardio-vasculaires, et notamment des accidents vasculaires cérébraux ;

80Toutefois, il faut noter que si les températures sont plus élevées au cœur des villes, l’ozone, contrairement aux particules, n’est pas un polluant urbain puisque l’ozone troposphérique est détruit par les oxydes d’azote émis abondamment par les transports urbains.

3.3.3. Le méthane

81Le méthane, appelé également gaz naturel, est un puissant gaz à effet de serre, mal maîtrisé puisque c’est un composant naturel de l’atmosphère donc toutes ses sources ne sont pas d’origine anthropique. C’est le principal constituant du biogaz issu de la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l’absence d’oxygène. Le méthane est ainsi le seul hydrocarbure classique qui peut être obtenu rapidement et facilement grâce à un processus biologique naturel renouvelable. La gestion des déchets s’oriente de plus en plus vers l’utilisation de composteurs individuels ou vers la mise en place de digesteurs collectifs pour récupérer le méthane et le réutiliser. Ce gaz se distingue par sa durée de vie atmosphérique beaucoup plus longue que celle de l’ozone, ce qui explique sa répartition relativement homogène dans chaque hémisphère. Par conséquent, tout effet issu d'une variation des émissions de méthane, se manifestera avec un temps de latence long, de l'ordre de la décennie. Ce polluant est produit essentiellement par l’agriculture qui, en France, contribuerait pour 70 % des émissions. Sa maîtrise interroge fortement le monde rural et les pratiques agricoles.

3.3.4. Les particules et les suies

82Elles ont un impact radiatif complexe, positif pour les suies appelées “black carbon », et négatif pour le NO3-, SO4-, CO. Le carbone organique, présent dans l’atmosphère, peut diminuer le réchauffement tandis que les suies l’augmentent. Les particules secondaires liées aux polluants atmosphériques jouent un rôle de compensation par rapport au réchauffement de la planète. Ces particules ont un effet réfrigérant en accentuant la réflexion des rayons du soleil vers l’espace. En outre, selon L. Mercado (L.Mercado, 2009), les particules en suspension dans l’atmosphère, en contribuant à la diffusion du rayonnement solaire, ont tendance à accroître le processus de photosynthèse. Les plantes et le sol absorbent plus de CO2 quand le rayonnement est diffus. La maîtrise des pollutions atmosphériques, en induisant une réduction de ce type de particules secondaires et une augmentation du rayonnement direct, aurait pour conséquence d’accélérer le réchauffement tout en ayant un impact sanitaire positif (cf ci-dessus).

3.3.5. L’objectif des stratégies politiques

  • 13 Guus J.M., Vzlders, PNAS, 2007

83Il consiste à initier un double bénéfice en mettant l’accent sur les polluants toxiques dont la réduction diminue également l’effet de serre additionnel. Par exemple le protocole de Montréal qui avait pour objectif de limiter les CFC afin de protéger la couche d’ozone a eu un effet bénéfique sur le climat13. Ces politiques qui s’appuient sur des connaissances encore incertaines, ne sont pas exemptes de contradictions, puisque la diminution des oxydes d’azote se traduirait par une augmentation des niveaux d’ozone tandis que la réduction des particules augmenterait le rayonnement direct et contribuerait au réchauffement de la planète.

84Pour trouver des effets synergiques, il convient de disposer d’outils d’évaluation permettant de comparer les problèmes de court terme associés aux pollutions atmosphériques avec les considérations de long terme liées au changement climatique. L’Union européenne, grâce au modèle RAINS (Regional Air Pollution Information and Simulation), peut évaluer les bénéfices occasionnés par les mesures adoptées pour réduire le CO2 sur la maîtrise des pollutions de proximité. D’un point de vue économique au niveau européen des calculs ont été effectués pour montrer l’effet bénéfique de la combinaison des stratégies de réduction de la pollution atmosphérique (CAFE, clean air for Europe) avec celle mise en œuvre à partir de Kyoto. Les actions effectuées en faveur de la maîtrise du changement climatique auraient permis de diminuer de 7 % le nombre de décès prématuré attribuable à la pollution de l’air par rapport aux seuls bénéfices de la stratégie CAFE. La conjugaison des deux stratégies permet de réaliser des économies substantielles tout en atteignant les mêmes objectifs de réduction de la mortalité.

  • 14 Registration, Evaluation and Authorization of Chemicals, réglement mis en place depuis 2007

85La politique de promotion de la qualité de l’air a fait ses preuves dans le domaine industriel du monde occidental. Néanmoins bien des progrès restent à accomplir comme en témoigne la persistance des maladies allergiques et des cancers. La surveillance de la toxicité des produits et la mise en place du dispositif Reach14 sont des éléments essentiels de cette politique en pleine transformation. En effet, il ne suffit plus de maîtriser le panache d’une usine ni de surveiller l’évolution des concentrations polluants par polluants par rapport à des normes pour s’assurer d’une réelle salubrité de l’air. Les substances toxiques se multiplient, tout en restant en deçà des normes qui, d’ailleurs, n’existent pas pour tous les produits présents dans l’atmosphère. La complexité grandissante de la pollution atmosphérique et son caractère très technique échappe au grand public qui saisit de manière beaucoup plus expérimentale les variations climatiques que des phénomènes plus abstraits tels que l’ozone ou les particules qui sont pourtant des enjeux de santé publique majeurs. L’effort vis-à-vis de la qualité de l’air ne doit pas être relâché ni masqué par la maîtrise des GES. Comme le fait le discours de l’EPA cité ci-dessus, il convient de mettre l’accent sur les connexions existantes entre les politiques de lutte contre la pollution atmosphérique et celles de maîtrise de l’effet de serre. Ces connexions sont d’autant plus faciles à opérer que les sources sont identiques Le secteur des transports, l’industrie et le bâtiment produisent 92 % des GES émis dans le monde. Ce sont également ces trois secteurs qui sont responsables de 95 % d’émissions de SOx et 99 % des émissions de NOx, gaz contribuant à la formation de particules secondaires, sulfates et nitrates qui obscurcissent l’atmosphère et augmentent la morbidité et la mortalité.

86Pourtant, devant l’urgence des problèmes climatiques, il convient de rester vigilant quant aux impacts sanitaires des mesures préconisées pour réduire les émissions de GES. L’utilisation de la biomasse, alternative tout à fait intéressante pour remplacer les combustibles fossiles, doit se faire avec précaution tandis que l’isolation des bâtiments ne doit pas aboutir au confinement préjudiciable à la qualité de l’air intérieur.

3.4. Des solutions alternatives à utiliser avec précaution

87Les préjudices sur la santé ne peuvent être réduits au statut de dommages collatéraux des politiques environnementales. Au contraire, ce sont les bénéfices sanitaires qui peuvent faire accepter les mesures, parfois contraignantes, prises pour diminuer la consommation d’énergies fossiles.

3.4.1. L’utilisation énergétique de la biomasse

88L’utilisation énergétique de la biomasse constitue un élément clé de la stratégie de lutte contre le changement climatique. Stratégie, d’ailleurs entérinée par la commission européenne au sein du « paquet législatif Climat/Energies renouvelables » du 28 janvier 2008. Il s’agit de promouvoir les biocarburants non sans quelques réserves qui ont fait l’objet d’un ouvrage précédent. (H. Scarwell, 2007). Les précautions à prendre concernent l’examen des bilans globaux sur l’ensemble du cycle de vie depuis le « puits jusqu’à la roue » afin de ne pas perdre, en intrants divers, les bénéfices enregistrés pour la planète. La mise en œuvre des bio fuels, dits de « seconde génération », permet d’envisager l’élaboration de carburants à partir de plantes spécialement destinées à cet usage sans détourner les céréales de leur rôle alimentaire de première nécessité.

3.4.2. L’utilisation de la biomasse comme combustible

89L’utilisation de la biomasse comme combustible est inquiétante dans les pays en voie de développement mais constitue une alternative intéressante aux énergies fossiles dans les pays du Nord. Plus de trois milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès à une source d’énergie moderne pour se chauffer et cuire les aliments et ont recours à des combustibles solides qui représentent plus de 50 % de l’énergie domestique utilisée (5 % dans les pays industrialisés). L’Organisation Mondiale de la Santé estime à 1,6 million le nombre annuel de décès prématurés causés par la pollution résultant de l’utilisation résidentielle des combustibles solides. Un enjeu mondial à la fois sanitaire et environnemental consiste à améliorer les foyers et les poêles utilisés dans les pays les plus pauvres. L’amélioration des modes de cuisson pourrait réduire les concentrations de P.M. 2,5 de 37-75 %, ce qui permettrait également de réduire de 54-77 % les concentrations de CO (Bruce et al., 2002 ; Patil and Dash, 2002).

90L’utilisation de la biomasse est une orientation, tout à fait intéressante pour les collectivités locales qui ont la possibilité d’intervenir sur le bouquet énergétique qu’elles peuvent proposer aux entreprises et aux habitants. (I. Roussel, 2007). L’utilisation du bois comme source d’énergie s’inscrit dans le cycle du carbone ; le gaz carbonique qui s’échappe dans l’atmosphère est compensé par celui qui a été fixé pour la fabrication de l’arbre par la photosynthèse. Seule l’utilisation du bois comme matériau de construction est un véritable « puits de carbone » qui améliore la teneur en CO2 de l’atmosphère.

91Il s’agit d’utiliser les déchets organiques urbains (boues en provenance des stations d’épuration, ordures ménagères) ou les effluents agricoles pour produire de l’énergie ou de l’électricité selon différents procédés. Les chaufferies collectives au bois présentent un bénéfice dûment constaté puisque les précautions concernant le combustible et le rendement énergétique sont garanties. « La combustion dans les chaudières de l’industrie, du tertiaire ou du résidentiel collectif ne contribue que marginalement aux émissions de polluants classiques » (N. Allemand, 2009). Affirmation corroborée par l’expertise de dix chaufferies collectives au bois (P. Le Louer, 2009) qui montre que les problèmes techniques sont souvent liés à la mauvaise qualité du bois.

  • 15 Centre Interprofessionneml Technique sur la pollution atmosphérique http://www.citepa.org/pollution (...)
  • 16 Composés organiques volatiles non méthaniques
  • 17 Hydrocarbures aromatiques polycycliques

92A l’intérieur des maisons, l’utilisation du bois comme combustible n’est pas sans poser de graves problèmes sanitaires à l’image de la situation dans les pays en voie de développement. Selon le CITEPA15, la combustion du bois dans les appareils domestiques représente 31 % des émissions totales de CO, 20,6 % pour les COVNM16, 24,8 % pour les P.M. 10, 37,5 % pour les P.M. 2,5 et 74,1 % pour les HAP17 en 2006. Aux USA, on estime que dans les zones rurales, 420 000 tonnes de P.M. 2,5 sont émises chaque année. Cependant les facteurs d’émission varient considérablement en fonction de la qualité du bois et des rendements de l’appareil utilisé. Actuellement les chaudières à bois et à granulés ont des rendements tout à fait exemplaires et supérieurs à 90 %. (S. Collet, 2009).

3.4.3. La pollution intérieure

93La pollution intérieure est une forte cause de mortalité qui affecte surtout les populations les plus pauvres. Lors des chocs pétroliers des années 1980, les économies d’énergie ont induit le calfeutrage des maisons. Ce confinement explique la détérioration de la qualité de l’air intérieur alors que des matières utilisées pour l’ameublement ou l’isolation relarguent des polluants tels que le formaldéhyde dont les niveaux élevés, à l’intérieur des maisons ou des écoles, ont été mis en évidence par la campagne de mesures de l’OQAI (observatoire de la qualité de l’air intérieur). En effet, les incitations aux économies d’énergie et à l’isolation des maisons risquent de faire perdre de vue que les habitants passent plus de 80 % de leur temps à l’intérieur et que la dégradation de la qualité de l’air intérieur présente un impact sanitaire qu’il convient de prendre en considération avec la même attention que celle qui a été portée sur l’air ambiant. La ventilation devient un point crucial permettant de conjuguer économies d’énergie et qualité de l’air intérieur de manière à ne pas négliger le renouvellement de l’air tout en maintenant le souci de limiter les émissions de GES. Or, c’est toute la chaîne des acteurs du bâtiment qui demande à être restructurée et formée dans ce sens depuis l’architecte jusqu’à l’habitant en passant par les bailleurs et les différents corps de métier. Il semblerait, d’après des investigations encore préliminaires, que de grandes disparités sociales apparaissent. Les habitants les mieux informés et les plus nantis sont ceux qui bénéficient des aides publiques mises en œuvre. Au contraire, dans le domaine du logement social, la plupart des gestionnaires interrogés sont inquiets quant à la sensibilité des locataires sur l’aération. Il semblerait que le confinement reste une attitude de replis et de peur par rapport au monde en pleine évolution comme le suggère les Verbatim tirés d’un focus group qui a eu lieu à Metz le 13 décembre 2008 sur le thème de la pollution de l’air intérieur : « Mais là aussi c’est un problème d’éducation. Les locataires, ils bloquent systématiquement parce que, pour eux, l’air froid arrive donc il faut se calfeutrer parce qu’il fait froid donc on empêche la ventilation de fonctionner et tout ça, alors il faut refaire sans cesse des campagnes, moi, je vois, je suis administrateur dans un office qui est très important sur la Moselle, chaque année, on est obligé de refaire des campagnes d’information, il faut aller faire du porte à porte pour expliquer aux gens l’importance de la VMC, de cette aération.

  • Il faut surtout dire que le chauffage, le dimensionnement du chauffage a été calculé en fonction justement de ces aérations.

  • On donne des fiches d’information mais on essaye quand même de faire passer l’information verbalement auprès des gens, mais ce n’est pas facile, les gens, ils sont dans leur truc et c’est un problème à la fois d’information et d’éducation. »

3.4.4. Une dégradation de la santé des populations

94Les économies d’énergie peuvent également se traduire par la dégradation de la santé des populations en état de précarité comme les anglais l’ont montré en instaurant le concept de « fuel powerty ». Selon le CREDOC, 2007, la charge financière du logement a fortement augmenté. Cette hausse représente, de 1980 à 1997, une augmentation de 55 % pour les bas revenus et de 48 % pour les classes moyennes. (I. Devalière, 2008). Les ménages modestes sont confrontés à des arbitrages qui se traduisent par une réduction de la température du logement, ce qui contribue à l’augmentation du nombre de décès en hiver. Souvent ce sont aussi ces ménages les plus précaires qui habitent dans des « épaves thermiques » très énergivores. Le phénomène est difficile à quantifier mais il concerne une part grandissante de la population. L’enquête européenne « Living conditions in Europe 2002-2005 » indique que 6.2 % des ménages déclarent « être en incapacité d’assurer une température adéquate dans leur logement en raison de faibles revenus et de mauvaises performances énergétiques ». L’étude réalisée en 2007 par le groupe EPEE (Etude sur la précarité énergétique en Europe) met en évidence les conséquences de cette précarité sur la santé physique (bronchites), mentale (mal être, isolement), économique du ménage (processus d’endettement) mais aussi sur la dégradation du bâti.

95La lutte contre le changement climatique ne peut, à court terme, qu’être bénéfique pour la santé humaine. Certaines alternatives à l’utilisation de combustibles fossiles doivent faire l’objet de précautions fortes comme l’utilisation de la biomasse ou les biocarburants. En mettent l’accent sur la diminution des GES, la politique de lutte contre le changement climatique ne peut qu’améliorer la qualité de l’air. Cependant les évolutions du climat et de la qualité de l’air sont tellement imbriquées qu’on ne peut pas envisager les phénomènes de manière statique. Or cette co-évolution est difficilement prévisible et maîtrisable en particulier pour l’ozone et les particules qui précisément, représentent les deux enjeux majeurs de santé publique.

96Si le changement climatique a élargi la notion de santé humaine à celle de la planète, il est certain que la santé des populations actuelles ne peut être sacrifiée à des mesures de mitigation en destination du climat futur. Les politiques misant sur le double bénéfice s’imposent.

4. Conclusion

97Quelle que soit l’exactitude des pronostics concernant l’ampleur et la localisation du réchauffement climatique, l’extraordinaire médiatisation de cette question posée à l’origine par des scientifiques, a pour conséquence de remettre le climat sur le devant de la scène et de le considérer comme un élément vital du devenir de l’humanité. Cette irruption d’un élément naturel au sein de nos sociétés pose de nombreuses questions qui vont même jusqu’à remettre en cause les choix de civilisation effectués générant d’autres risques qui rentrent en phase avec la crise climatique.

98Certes, l’atténuation du changement climatique impose une vision élargie des pratiques de prévention en sachant qu’il est vain d’imaginer un monde plus sain si la planète elle-même est en danger ainsi que l’ensemble de l’humanité. Jamais la notion de santé n’a été autant chargée de sens car il s’agit non pas seulement de prévenir la maladie mais d’éviter la catastrophe annoncée qui pourrait être la disparition totale ou pour partie du genre humain.

99La prévention, la promotion de la santé sortent du champ sanitaire et interrogent la société toute entière, responsable des choix qu’elle opère ce qui pose la question de la valeur accordée à l’homme et à sa qualité de vie par rapport aux enjeux économiques. Ce qui pose également les limites d’une société technicisée dont les seules réponses par rapport aux aléas climatiques étaient de l’ordre technique avec pour objectif une maîtrise accrue des éléments naturels et la généralisation de réseaux d’hygiène coûteux et sophistiqués. En outre, imposer des normes sanitaires pour augmenter l’espérance de vie des pays développés de quelques mois alors qu’elle atteint déjà environ 83 ans n’est plus admissible quand, dans certaines régions du globe cette même espérance de vie est réduite à 50 ou 55 ans. Là encore la santé, en tant que « bien commun de l’humanité », met en lumière l’impératif éthique d’une vision planétaire des questions vitales qui réinterrogent les droits de l’homme (D. Fassin, 1997). Le climat pose ainsi des questions sur le sens attribué aux civilisations modernes. Les sociétés les plus adaptées aux caprices du climat sont les plus vulnérables devant les catastrophes climatiques mais la complexité des sociétés modernes, très technicisées, de deviendrait elle pas aussi une source de vulnérabilité ? Le climat fait prendre conscience d’un certain nombre d’évidences liées au mode de vie et à l’équité. Il agit comme un révélateur, d’autant plus opportun que la crise climatique entre en résonnance avec de nombreuses autres interrogations fondamentales sur le devenir de l’humanité : l’érosion de la biodiversité, la toxicité accrue de l’environnement, les crises alimentaires et énergétiques.

100Devant cette crise de civilisation et du sens, les hommes politiques sont démunis, ils espèrent pouvoir intervenir marginalement en renvoyant les responsabilités vers les changements de comportements individuels mais que peuvent faire les individus devant tant de remises en cause civilisationnelles ? Paradoxalement les demandes concernant la sécurité à court terme sur lesquelles les états ont une prise certaine sont incompatibles avec le traitement plus flexible des questions environnementales (A. Blowers). La normativité imposée par la sécurité sanitaire est incompatible avec l’autonomie des individus, nécessaire pour libérer la créativité, indispensable pour faire face à des situations radicalement nouvelles. Les réponses apportées ne peuvent être d’ordre purement scientifique. Dans ce changement, rien n’est général, tout est local, tout est incertain, tout est chaotique et l’interprétation des observations concrètes n’est pas une chose aisée. Leur extrapolation encore moins.

Bibliographie

Allemand N., 2009, Inventaire des émissions de polluants : contribution de la combustion bois dans les émissions de gaz à effet de serre et les émissions de polluants classiques. Pollution atmosphérique, n° spécial, mars 2009 p. 105-111

Bar-Yosef Mayer, D.E. (editor), 2005, Archaeomalacology: Molluscs in Former Environments of Human Behaviour. Oxbow Books, Oxford

Besancenot J.P., 1992, Risques pathologiques, rythmes et paroxysmes climatiques, John Libbey, 416 p.

Besancenot J.P., 2001, climat et santé, PUF, 128 p.

Besancenot J.P., 2002 : "Vagues de chaleur et mortalité dans les grandes agglomérations urbaines". Environnement, Risques et Santé, vol. I, n° 4, pp. 229-240

Besancenot J.P., 2007, Santé et changement climatique, Delachaux Et Niestle, 240 p.

Chantal CANS, 2003, « Le développement durable en droit interne : apparence du droit et droit des apparences », AJDA, p. 210

Blowers A., Boersema J., Martin A., 2009, Whatever happened to environmental politics? Journal of Integrative Environmental Sciences, Vol 6, n° 2 p.97-101

Capelli, G., Baldelli, R., Ferroglio, E. et al., 2004, Monitoring of canine leishmaniasis in

northern Italy: an update from a scientific network. Parassitologia : 46 : 193-197.

Champiat C., 2009, Identifier les îlots de chaleur urbains pour réduire l’impact sanitaire des vagues de chaleur, Environnement, Risques et Santé, vol. 8, n° 5, pp 399-411

Charles L., 2001, « Entre milieu et environnement », dans L‟environnement question sociale. Dix ans de recherche au ministère de l‟environnement, Paris, Odile Jacob, 2001.

Cohen J.-C., J.M. Veysseire, and P. Bessemoulin, 2005: Bio-climatological aspectsof summer 2003 over France. Extreme weather events and public health, WMO – European Commission, Heidelberg, Springer-Verlag: 33-45.

Collet S., 2009, Les émissions de polluants par les foyers domestiques, Pollution Atmosphérique, numéro spécial, mars 2009, p. 83-90

Craig, M.H., I. Kleinschmidt, J.B. Nawn, D. Le Sueur and B. Sharp, 2004: Exploring 30 years ofmalaria case data in KwaZulu-Natal, SouthAfrica. Part I. The impact of climatic factors. Trop. Med. Int. Health, 9, 1247.

David B. et M. Thibaudon, 2003, Variations climatiques et allergies, Ann. Inst. Pasteur, 16: 133-147.

Laaidi M, Laaidi K, and Besancenot J.P, 2002. La relation température-mortalité en France. Les possibles répercussions d'un changement climatique : Arles, Colloque "Regards croisés sur les changements globaux".

Charles L.,2007, La pollution atmosphérique, entre individu et collectif : mise en perspective sociologique.). in Charles L., Ebner P., Roussel I., Weill A. : Évaluation et perception de l’exposition à la pollution atmosphérique, Paris, La Documentation française.

Charles L.Kalaora B.,2003, Environnement : du ministère de l’impossible à l’administration de l’oubli ? ? Natures sciences sociétés. vol. 11, n° 1, janv.-mars 2003.- pp. 58-60

Cerutti F., 2008, Le réchauffement de la planète et les générations futures Pouvoirs n° 127 P 107-123

Cornut P., Bauler T., Zaccaï E., 2007, Environnement et inégalités sociales, Editions de l’Université de Bruxelles, 214 p.

Devalière I., 2008, Au-delà des impayés d’énergie, comment appréhender la précarité énergétique ? Espace- Populations-Sociétés, p. 191-201

Delaroziere J., San Marco, JP, 2004, Excess mortality in people over 65 years old during summer heat waves in Marseille. Comparison before and after a preventive campaign. Presse Med 2004, 33 : 13-16.

Diamond J., 2007, Effondrement - Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survi, Gallimard, 648 p.

Emberlin J., M. Detandt, R. Gehrig, S. Jaeger, N. Nolard, and A. Rantio-Lehtimäki, 2002 : « Responses in the start of Betula (birch) pollen seasons to recent changes in spring temperatures across Europe », Int. J. Biometeorol., 46 (4) : 159-170.

E.U. Adaptating to climate change Adaptation to climate change in Europe - options for EU action. Green Paper from the Commission to the Council, the European Parliamen the European Economic and Social Committee and the Committee of the Regions. COM(2007) 354 final.

Fassin D., 1997, L'internationalisation de la santé publique, entre culturalisme et universalisme, Esprit, février 1997, p. 83-105

Flipo F., 2004, « Les tensions constitutives du “développement durable” », Développement durable et territoires : http://developpementdurable.revues.org/index1041.html

Fouillet A., Rey G, Wagner V, et al., 2008, Has the impact of heat waves on mortality changed in France since the European heat wave of summer 2003? A study of the 2006 heat wave. Intern J Epidemiol 37 : 309-13.

Fouillet A., 2007, Surmortalité liée aux vagues de chaleur : la modélisation des variations spatio-temporelles de la mortalité en fonction des caractéristiques climatiques. Thèse de doctorat, Université Paris XI, 246 p.

Lafore et al., 1998, The MésoNH atmospheric simulation system. Part1: Adiabatic formulation and control

Friedman MS, Powell KE, Hutwagner L, Graham LM, Teague WG. 2001, Impact of changes in transportation and commuting behaviors during the 1996 Summer Olympic Games in Atlanta on air quality and childhood asthma, JAMA, 2001 Feb 21; 285 (7):897-905.

Funtowicz, S.O., and J.R. Ravetz 1992. Three types of risk assessment and the emergence of post-normal science. In Krimsky, S., and D. Golding, ed. Social theories of risk. p. 251-274. Westport, CT : Praeger.

Galam S., 2008, Les scientifiques ont perdu le nord, Plon, 214 p.

Gilbert C., 2009, « La vulnérabilité, une notion vulnérable ? A propos des risques naturels in Risques et environnement : recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité des sociétés sous la dir. de Becerra S. et Peltier A. p. 23-41 L’Harmattan 575 p.

Gilbert C. (dir.), Les crises sanitaires de grande ampleur : un nouveau défi ?, Paris, La Documentation française, Collection La Sécurité aujourd'hui, 2007, 70 p.

Hoebe, C.J.P., Cluitmans, J.J.M., and Wagenvoort, J.H.T. (1998). Two fatal cases of nosocomial Legionella pneumophila pneumonia associated with a contaminated cold water supply. Eur. J. Clin. Micriobiol. Infect. Dis., 17 : 740-749.

Le Louer P., Korchia J.L., 2009, Expertise de dix chaufferies collectives au bois, analyse et recommandations, Pollution Atmosphérique, numéro spécial, mars 2009, p. 99-104

Huynen M.M.T.E, Martens P, Schram D, Weijenberg M.P, and Kunst A.E, 2001. The impact of heat waves and cold spells on mortality rates in the Dutch population: Environmental Health Perspectives, 109, 463-470.

InVS Eléments de synthèse bibliographique et perspectives Rapport d’investigation

InVS, 2004, Etude des facteurs de risque de décès des personnes âgées résidant à domicile durant la vague de chaleur d’août 2003, rapport d’étude, InVS – CépiDc, 165 p.

InVS, 2004, Vague de chaleur de l’été 2003 : relations entre températures, pollution atmosphèrique et mortalité dans neuf villes françaises, rapport d’étude, InVS, 44 p.

InVS, 2006 : Évaluation de l’impact sanitaire de la vague de chaleur de juillet 2006, 6 p.

IPCC, 2007 : Climate Change, Working Group I Report « the Physical Science Basis », WMO – UNEP, Geneva, 210 p.

Katz E., Lammel A.M., 2002, Entre Ciel Et Terre. Climat et Societes, Editeur : Ird -

Kakstein L.S., Greene J.S., 1997, An evaluation of climate mortality relationships in large US cities and the possible impact of a climate change. Env. Heallth Pespective, 105;84-93

Keatinge W, Donaldson G.C, Cordioli E, Martinelli M, Kunst A.E, Mackenbach J, Nayha S, and Vuori I, 2000, Heat related mortality in warm and cold regions of Europe: observational study : BMJ, 321, 670-672.

Laschewski G, and Jendritzky G, 2002. Effect of the thermal environment on human health: an investigation of 30 years of daily mortality data from SW Germany: Clim Res, 21, 91-103.

Latour B., 1999, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte,

Morin E., 2003, Éduquer pour l’ère planétaire, la pensée complexe comme méthode d’apprentissage dans l’erreur et l’incertitude humaine, Balland, 158 p.

Lau E.M, Gillespie B.G, Valenti L, and O'Connell D, 1995. The seasonality of hip fracture and its relationship with weather conditions in New South Wales: Aust J Public Health, 19, 76-80.

Lauffenburger M., Desplat J., Kounkou-arnaud R., 2009, canicule à Paris et changement climatique : approche pluridisciplinaire de la vulnérabilite et de l’adaptation Geographia Technica. Numéro spécial, 2009 p. 269-274

Lehoucq R, 2000. Libre propos d'un physicien sur les sensations de chaud et de froid : Climat et Santé cahiers de bioclimatologie et de biométéorologie humaine, 5-9.

Lindgren, E. and R. Gustafson, 2001 : Tick-borne encephalitis in Sweden and climate change. Lancet, 358, 16-18.

Luber G., McGeehin M., 2008, climate change and Extreme Heat Events, Am J. Prev. Med 35 p. 429-435

Mercado L.M., Bellouin N., Sitch S., Boucher O., Impact of changes in diffuse radiation on the global land carbon sink Nature 458, 1014-1017 (23 April 2009)

Murgue B, Murri S, Zientara S, Labie J, Durand B, Durand JP, Zeller H (2001b) West Nile in France in 2000: the return 38 years later. Emerg Infec Dis, 7 (4) : 692-696.

Le Roy Ladurie E., Rousseau D., 2008, Impact du climat sur la mortalité en France, de 1680 à m’époque actuelle, La Météorologie n° 24 p. 43-53

Le Roy Ladurie E., 2009, Histoire humaine et comparée du climat, le réchauffement de 1860 à nos jours, Fayard, 462 p.

MacKenzie M, 2000, Cold exposure and winter mortality in Europe: The Lancet, 350, 590-591.

Herity B, Daly L, Bourke G.J, and Horgan J.M., 1991. Hypothermia and mortality and morbidity. An epidemiological analysis: J Epidemiol Community Health, 45, 19-23.

Friedman MS, Powell KE, Hutwagner L, Graham LM,2001, Teague G. Impact of changes in transportation and commuting behaviors during the 1996 Summer Olympic Games in Atlanta on air quality and childhood asthma. JAMA 2001;285 :897–905.

Bloomberg M., Rohit T. Aggarwala Think Locally, 2008, Act Globally How Curbing Global Warming Emissions Can Improve Local Public Health Am J Prev Med 2008; 35(5) p. 414-423

Ogden, N.H.,A. Maarouf, I.K. Barker, M. Bigras-Poulin, L.R. Lindsay, M.G. Morshed, C.J. O’Callaghan, F. Ramay, D. Waltner-Toews and D.F. Charron, 2006: Climate change and the potential for range expansion of the Lyme disease vector Ixodes scapularis in Canada. Int. J. Parasitol., 36, 63-70.

Oke, T.R., 1982, The energetic basis of urban heat island. Journal of the Royal Meteorological Society. 108 (455), 1-24.

ONERC, Observatoire national des effets du réchauffement climatique, 2007, Changements climatiques et risques sanitaires en France. La documentation française, 208 p. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapportspublics/074000568/index.shtml

Rey G., 2007, Surmortalité liée aux vagues de chaleur : facteurs de vulnérabilité sociodémographiques et causes médicales de décès. Thèse de doctorat, Université Paris XI, 206 p.

Richert P., Qualité de l ‟air et changement climatique : un même défi, une même urgence, rapport au premier ministre, Paris, La documentation Française, 2007.

Roussel I., 2007, Les collectivités locales et le changement climatique Air pur n° 72 p. 42-52

Roussel I., 2008, « Cohérence territoriale et gestion de l’air dans la région Nord-Pas de Calais, rapport d’étude dans le cadre du programme Primequal “Perception et évaluation de la pollution atmosphérique”, N° du contrat CV 05000041, Lille, APPA Nord-Pas de Calais.

Scarwell H., 2007, Biocarburants : les temps changent ! Effet d’annonce ou réelle avancée ? Presses Universitaires du Septentrion 293 p.

Sorre M., 1943, Les fondements biologiques de la géographie humaine. Essai d'une écologie de l'homme. Paris, Armand Colin, 1943, 440 p. de la Soudière M., 1999, Au bonheur des saisons, voyage au pays de la météo, Paris, Grasset, 379 p.

Staszak J.F., 1995, La géographie d’avant la géographie, L’Harmattan, 252 p.

Thirion X, Simonet J, Serradimigni F, Dalmas N, Simonin R, Morange S, Sambuc R, San Marco JL :, 1992, La vague de chaleur de juillet 1983 à Marseille- Enquête sur la mortalité - Essai de prévention. Santé publique, 4(7) : 58-64
http://www.efcasymposium.eu/

Valleron. A.J., 2006, L'épidémiologie humaine - Conditions de son développement en France, et rôle des mathématiques Edp Sciences 424 p.

White, R., 2003, Commentary : What can we make of an association between human immunodeficiency virus prevalence and population mobility? Int. J. Epidemiol., 32, 753-754.

Zientara, S., 2002, Infection à virus West Nile. Situation épidémiologique. Risques pour l’homme. Epizootie en France en 2000-2001. Bulletin de l’Académie Vétérinaire de France 155 : 67-72.

Notes

1 J.B. de Foucauld Un homme nouveau in L’homme et sa planète sous la direction de M.Boiteux, PUF 2003 p. 513 à 525

2 Parue dans un numéro (327) de « la santé de l'homme » du CFES de janvier 1997, cette définition est issue de l'expérience en santé communautaire du Nord - Pas-de-Calais.

3 Entretien réalisé dans le cadre d’une étude dirigée par I. Roussel, (2008) : « Cohérence territoriale et gestion de l’air dans la région Nord-Pas de Calais, rapport d’étude dans le cadre du programme Primequal “Perception et évaluation de la pollution atmosphérique”, N° du contrat CV 05000041, Lille, APPA Nord-Pas de Calais.

4 Adaptation to climate change in Europe - options for EU action. Green Paper from the Commission to the Council, the European Parliament, the European Economic and Social Committee and the Committee of the Regions. COM(2007) 354 final.

5 Ces civilisations qui disparaissent Courrier International n° 946-47 p. 35-53

6 On sait tout de suite si l’on se sent las, que c’est la saison kasapuluh. Ou, si l’on se met facilement en colère, c’est qu’on est influencé par l’humeur de la nature qui se trouve dans la saison Katelu.

7 Ces civilisations qui disparaissent Courrier International n° 946-47 p.35-53

8 Id.

9 Le Monde, 9 janvier 2009

10 Etude citée dans « Courrier international » n0961, 2009 p. 92

11 http://www.afrik.com/article15123.html

12 Oxfam International est une association de 13 organismes de même sensibilité, travaillant de concert avec des milliers de partenaires et d’alliés dans le monde entier en vue d’un changement durable. http://www.oxfam.org/fr/

13 Guus J.M., Vzlders, PNAS, 2007

14 Registration, Evaluation and Authorization of Chemicals, réglement mis en place depuis 2007

15 Centre Interprofessionneml Technique sur la pollution atmosphérique http://www.citepa.org/pollution/index.htm

16 Composés organiques volatiles non méthaniques

17 Hydrocarbures aromatiques polycycliques

Table des illustrations

Titre Figure 32 : Évolution des causes de décès dans le monde (source OMS)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540