Version classiqueVersion mobile

Le changement climatique

 | 
Isabelle Roussel
, 
Helga-Jane Scarwell

Chapitre 3. La santé revisitée par le changement climatique

Climat et santé : une histoire d’adaptation ?

Isabelle Roussel

Texte intégral

1Certes le climat évolue mais n’est-ce pas un pléonasme que d’accoler climat et changement tant, depuis l’origine des temps, les fluctuations sont inhérentes au climat lui-même ? En revanche le climat contribue, de manière évidente, à faire évoluer notre vision du monde. A un univers statique équilibré, immuable, proche de la perfection des anciens succède un monde chaotique, déchaîné grâce à la fureur des éléments mais aussi des hommes. La nature n’est plus seulement le décor d’un théâtre dans lequel se joue la tragédie humaine mais elle semble aussi gagnée par le tragique de la situation, renvoyant, comme dans un miroir, les incohérences et les extravagances de la société en mal de vivre. Avec l’acuité de la question environnementale, l’humanité qui avait cru à un moment à la maîtrise de la nature, se sent de nouveau interpellée par ce sentiment vital, cet impérieux besoin de s’inscrire dans le cadre d’un développement respectueux de la nature à laquelle elle appartient. L’individu, à travers la promotion de sa santé ressent, au plus profond de lui-même, le besoin de retrouver cette harmonie naturelle partagée avec l’ensemble du genre humain. La santé, loin d’être limitée à l’absence de maladie devient un bien commun trop inégalement partagé. Le climat est un élément de cette inter-relation entre l’homme et la nature et il est souvent difficile de l’isoler des autres composantes de l’éco-socio-système. La première partie de ce chapitre rend compte de phénomènes observés sur la relation entre le climat et la santé et de son évolution. Le changement climatique implique de repenser l’adaptation au climat comme facteur de bonne santé. En effet, les progrès techniques avaient permis de s’affranchir des aléas climatiques que ce soit par l’abri des maisons, de la ville ou même des vêtements. Or, grâce aux prévisions du GIEC, le climat s’impose à nouveau comme une variable fondamentale de notre environnement que ce soit directement, à travers le changement des températures ou du rayonnement ou indirectement, à travers les modifications de l’écosystème qu’imposent les évolutions climatiques. Le couple climat/santé se définit alors selon plusieurs échelles. Le changement climatique, phénomène planétaire global, impose une vision planétaire de l’homme, de son devenir et de son bien être partagé mais la santé, bien individuel, très valorisé, impose une vision locale, extrêmement hétérogène, des phénomènes climatiques. Ces observations permettent, dans une seconde partie, de poser un certain nombre de questions sur les implications sociales de l’adaptation et de la mitigation ainsi que sur les nombreuses interrogations que soulèvent ces enjeux et leurs différentes échelles. Le changement climatique bouleverse la notion de santé qui, à travers le développement durable, s’inscrit au registre des « biens communs de l’humanité ». Le climat, en imposant à l’humanité une conscience mondiale de son devenir, pose alors la question de la santé et du bien être en termes éthiques.

 

2Les changements climatiques attaquent les fondements de la santé publique et nous offrent un aperçu des défis qu'il faudra relever à grande échelle." a déclaré le Dr Margaret Chan, directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé, à l'occasion de la Journée mondiale de la santé en avril 2009. Selon le Dr Chan, « le problème essentiel peut se résumer en quelques mots : le changement climatique met directement en péril la santé. La planète va se réchauffer progressivement mais les effets des phénomènes climatiques extrêmes – augmentation du nombre de tempêtes, d’inondations, de sécheresses et de canicules – seront brutaux et durement ressentis. Ces deux évolutions peuvent avoir des répercussions sur des éléments aussi fondamentaux pour la santé que l’air, l’eau, les denrées alimentaires, le logement ou l’absence de maladie », a-t-elle ajouté. Ce qu’il est convenu d’appeler « le changement climatique » rappelle opportunément que le climat existe, qu’il évolue sans cesse et qu’il convient, non pas d’essayer de s’en affranchir mais de l’intégrer dans nos modes de pensée et nos comportements. Cependant, cette citation montre combien le climat ou, plutôt, le temps qu’il fait, a été considéré sous un angle pathogène en associant la chaleur et la fièvre, le temps humide et les rhumes, le froid et les grippes etc… Cette vision de la relation entre le climat et la santé insiste sur les effets délétères des phénomènes paroxysmiques. Or, dès l’antiquité, l’adaptation au temps quotidien, ordinaire est considérée comme un élément de bonne santé à travers une démarche qu’il convient de redécouvrir aujourd’hui. Les interactions entre le climat et la santé humaine ont lieu de manière directe comme, par exemple, la relation entre la mortalité et les saisons mais elles peuvent survenir de manière indirecte à travers les excès ou les déficits pluviométriques par exemple. A travers les évolutions du climat, c’est l’écosystème, favorable à l’agriculture et à la prolifération/éradication de vecteurs porteurs de gênes pathogènes qui se modifie.

3En définitive, il s’agit, dans cet ouvrage, d’interroger la coadaptation de l’homme avec le climat général et non à travers d’hypothétiques projections sur l’avenir comme le font les scénarios présentés par le GIEC. La réflexion présentée ne se situe pas dans le registre de la prospective par rapport à des hypothèses climatiques mais dans celui de l’interrogation présente sur l’intégration des éléments du climat ou plutôt du temps qu’il fait dans la vie quotidienne en partant de l’hypothèse qu’une des conditions de la bonne santé résulte de l’adaptation de l’individu à son environnement immédiat dans la construction duquel le climat joue un rôle direct (le temps qu’il fait) mais aussi indirect en influençant de nombreuses autres composantes de l’écosystème voire même du socio-système. La médiatisation dont est l’objet le changement climatique, a le mérite de remettre sur le devant de la scène cette évidence véhiculée par la philosophie grecque et revisitée par les questions environnementales. En effet, les progrès de la technique avaient pu faire croire que l’homme s’était affranchi des aléas du climat. Les maisons, les villes ont contribué à créer un monde de plus en plus artificialisé dans lequel l’homme se croyait abrité. La perspective du changement climatique bouscule cette croyance en renversant même la proposition dans la mesure où l’artifice non seulement devient vulnérable mais contribue même à créer sa propre vulnérabilité. Le climat s’invite au cœur même des maisons puisque l’adaptation aux conditions climatiques devient le maître mot pour satisfaire aux exigences de la sobriété énergétique. Les temps actuels assistent à un véritable bouleversement spatio-temporel du couple climat/santé qui impose quelques précisions sémantiques. Le climat et la santé de l’homme, deux notions inséparables depuis Hippocrate, un couple indissociable mais avec toutefois, au cours de l’histoire, des successions des périodes marquées par une intimité forte et d’autres vécues sous le signe d’une séparation ne pouvant jamais bien évidemment conduire au divorce qui sanctionnerait alors la fin de l’humanité dans notre cosmos.

1. Climat et santé : quelques définitions

4Cette chronologie de l’imbrication de ces deux réalités n’est pas seulement factuelle elle est également conceptuelle dans la mesure où la polysémie caractérise tant le climat que la santé.

1.1. Le terme « climat »

  • 1 On a pris l’habitude d’associer la définition d’un climat à une « normale climatique » c'est-à-dire (...)

5Le terme « climat » apparaît dans la langue française au XIIe siècle comme dérivé du latin climatis qui provient du grec klima qui désigne l'inclinaison de la Terre par rapport au Soleil. Comme cette étymologie le suggère, le climat est un concept scientifique qui, dans un premier temps rend compte physiquement des saisons et des zones climatiques réparties à différentes échelles spatio-temporelles à la surface du globe en fonction de l’inclinaison de l’axe des pôles. L’approche géographique, selon Hann, en 1910, définit le climat comme « l’ensemble des éléments météorologiques qui caractérisent l’état moyen de l’atmosphère au dessus d’un lieu ». La climatologie, la science du climat est nécessairement récente puisqu’elle suppose l’existence de mesures permettant de calculer des moyennes1. Cette étude, liée à la notion de moyenne suppose une investigation sur une longue période. Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Ce n’est que depuis une période très récente que certaines techniques scientifiques comme l’utilisation de « carottes glaciaires » permettent de reconstruire les climats du passé. Le climat, décomposé paramètre par paramètre, serait le fruit d’une vision analytique contraire à la complexité et à la perception des phénomènes météorologiques. Par exemple, l’impression de froid est liée à la combinaison de la température, de l’humidité et de la vitesse du vent. La notion de climat perçu serait un abus de langage, seul le temps qu’il fait peut être perçu mais non le climat qui, assimilé à une moyenne, est, par définition, un non événement. Cette définition du climat est également réductrice par l’idée de stationnarité dont elle fait la promotion puisque l’identification d’un climat à une moyenne suppose une certaine permanence des conditions météorologiques. D’ailleurs la définition du climat donnée par Hann au début du siècle est abandonnée au profit d’une vision plus dynamique du climat défini comme étant : « l’ensemble des états habituels et fluctuants de l’atmosphère qui, dans leur succession saisonnière, caractérisent une région ou un site. ». Comme le climat, dans le vocabulaire actuel est, le plus souvent assimilé à la notion de changement, la sémantique a transgressé les anciennes définitions et, de manière pas toujours très correcte, assimile le changement climatique à la variabilité du temps qu’il fait. Ce glissement sémantique est ambigu puisque le concept de changement climatique, selon la définition du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), correspond à une modification durable (de la décennie au million d'années) des paramètres statistiques (paramètres moyens, variabilité) du climat global de la Terre ou de ses divers climats régionaux. Ces changements peuvent être dus à des processus intrinsèques à la Terre, à des influences extérieures ou, plus récemment, aux activités humaines. Cette expression devrait être réservée au temps long tout en présentant elle aussi des ambigüités puisque dans la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique, le terme désigne uniquement les changements dus aux activités humaines. La Convention-cadre utilise le terme « variabilité climatique » pour désigner les changements climatiques d'origine naturelle.

1.2. Le terme de santé

6Le terme de santé est tout aussi polysémique, il désigne l’absence de maladie ou bien, selon la définition trop vague de l’OMS « un état de bien être physique et moral ». René Dubos (1973) assujettit ce bien être à un état d’équilibre avec l’environnement encore baptisé milieu et définit la santé comme un : « état physique et mental relativement exempt de gênes et de souffrances qui permet à l'individu de fonctionner aussi longtemps que possible dans le milieu où le hasard ou le choix l'ont placé », selon une convergence entre des notions d'autonomie et de bien-être. En effet, en associant la santé au climat on évoque la bioclimatologie humaine qui, comme Max Sorre (1943) la définit, s’applique essentiellement à rechercher les effets du climat sur la santé humaine voire même l’influence des paramètres climatiques sur l’occurrence de pathologies. Le changement climatique élargit cette perspective puisqu’il affirme une interaction, une réflexivité entre l’homme et le climat. Le terme santé serait alors plutôt à considérer comme santé environnementale selon la définition donnée par l’OMS : La santé environnementale recouvre l'ensemble des aspects de la santé humaine, y compris « la qualité de vie, qui sont déterminés par des facteurs d'environnement chimiques, physiques, biologiques, sociaux et psychosociaux ». Cette définition, encore teintée de déterminisme, met l’accent sur la notion de prévention qui rejoint la promotion de la santé, définie par l'OMS comme étant « le processus qui confère aux populations les moyens d'assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d'améliorer celle-ci. Cette démarche relève d'un concept définissant la " santé » comme la mesure dans laquelle un groupe ou un individu peut d'une part, réaliser ses ambitions et satisfaire ses besoins et, d'autre part, évoluer avec le milieu ou s'adapter à celui-ci. ».

  • 2 Le focus group représente une technique utilisée en science sociale pour recueillir des opinions ém (...)

7Dans la perspective sanitaire qui est la nôtre, la notion de climat ne peut pas se réduire à l’abstraction des chiffres, des moyennes ou des modèles, nous adopterons résolument une définition du climat, comme étant consubstantiellement lié à l’environnement de l’homme non seulement sans un mode d’appréhension rationnel mais aussi comme étant imprimé dans sa chair, le soleil qui rougit la peau fragile, la morsure du froid, la moiteur d’une journée que la soirée tarde à rafraîchir…. Le terme de climat n’est-il pas utilisé également pour définir une ambiance, une atmosphère sensible ? Comme l’environnement, le climat répond à une double investigation, celle menée de manière scientifique dans le domaine de la connaissance rationnelle et, en même temps, celle liée à une approche sensible. C’est d’ailleurs sur ce mode sensible que les habitants se représentent la réalité du changement climatique en s’interrogeant d’ores et déjà sur le stress que ce changement confère à leur métabolisme. Au sein d’un groupe de discussion (focus group2) organisé par l’APPA (Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique) sur la pollution atmosphérique, on a pu relever les affirmations suivantes montrant que la variabilité est considérée comme un signe du changement : « Les saisons, elles ne sont pas du tout comme elles étaient avant…… On avait de la neige dès le début de l’automne, dès le début du mois de novembre, de la neige partout. -Oui, après on avait un beau printemps. A part le mois de mars. On savait que le mois de mars c’était le mois des giboulées, on les avait bien, maintenant on ne sait plus du tout, on les a soit en février soit en avril, soit on ne les a plus, et après en juin et en été, ce n’est pas très agréable, on n’a pas une belle saison, parfois on a une belle arrière saison ». Ces verbatims montrent également la réalité du réchauffement à travers la fréquence des extrêmes qui ont des conséquences sanitaires dans la mesure où ils fatiguent notre corps en l’agressant : « On a aussi des chaleurs épouvantables qu’on n’avait pas avant. On a des pics. Et puis pouf, ça redescend très vite aussi. Il y a des changements sans arrêt cette année je trouve, on était assez fatigué, les gens sont assez fatigués parce que ça fait vraiment les dents de scie, un jour il fait chaud, le lendemain, il fait froid, et notre corps a plus de mal et ça se ressent dans l’énergie des gens. Les gens sont fatigués. Ils disent plus « je suis fatigué » et ça je l’entends fréquemment autour de moi. Je pense que c’est dû à ce changement de temps brutal presque du jour au lendemain ». Ces expériences vécues valident le changement dans la mesure où « on n’avait pas ça avant ! ».

  • 3 En 2003, au moment de la canicule, la Direction Générale de la Santé s’est aperçu que, contrairemen (...)

8Alors que les influences du climat sur la santé avaient été oubliées3 et la bioclimatologie quelque peu délaissée au sein du concert des disciplines scientifiques, les inquiétudes énoncées sur le changement climatique braquent les projecteurs sur ce champ d’investigation qui présente beaucoup de complexité et permet de formuler quelques interrogations sur la notion d’environnement. Volontairement, nous partons de l’hypothèse que les inquiétudes sur le changement climatique suscitent un regain d’intérêt sur le temps qu’il fait et que la distinction scientifique entre « climat » et « weather » tend à s’estomper dans le langage quotidien.

  • 4 Chamoiseau P., 1990, Autan d’enfance, Hatier p. 36-37

« En Martinique, on ne parlait jamais de chaleur… Mais on apprenait à vivre autrement, à garder les persiennes closes sur les restes de la nuit, à les ouvrir sous la levée d’un souffle, à vivre dans les coulées d’air tout en se méfiant d’elles. Dans les rues, il fallait connaître l’ombre et la carte des vents frais », écrivait Patrick Chamoiseau4.

2. Climat et sante : Une relation méconnue et inachevée

9Depuis les origines de l’humanité le climat a toujours eu une grande influence sur les activités humaine aussi bien dans la vie quotidienne que par rapport à des phénomènes extrêmes. Comment l’homme a-t-il pu s’adapter au climat ? Comment les oscillations climatiques pèsent elles sur l’humanité ? Si la pluie et le beau temps ont toujours joué un grand rôle dans la vie quotidienne des individus, l’étude de la relation entre la météorologie et la santé connait encore bien des zones d’ombre en particulier parce que la notion de santé était réservée aux pathologies ; le lien entre climat et qualité de vie a donc été peu exploré. La bioclimatologie a longtemps été le parent pauvre de la climatologie en revanche le changement climatique suscite un regain d’intérêt sur l’impact des phénomènes extrêmes et sur les évolutions territorialisées du climat.

2.1. Les apports de la bioclimatologie

10L’étude de la relation entre le climat et l’homme est ancestrale mais surtout effectuée sur un mode déterministe. Les investigations actuelles se sont essentiellement concentrées sur la climatopathologie et sur le lien entre les variations saisonnières du climat et la mortalité.

2.1.1. La bioclimatologie et ses relents déterministes

11Le traité d’Hippocrate « Des airs, des eaux et des lieux » met en évidence, depuis de longs siècles l’influence du climat et de l’ensemble de l’écosystème sur la santé. Il est l’inventeur de la notion de milieu qu’il considère comme un outil pour mieux comprendre la santé humaine. Ce déterminisme correspond à l’appartenance du corps humain au monde. L’homme possède outre son corps physique un corps cosmique. La dialectique microcosme/macrocosme assure la bonne santé quand les deux corps sont compatibles et la maladie quand il y a conflit ou confrontation. Le médecin pense l’homme dans sa connexion avec le cosmos.

  • 5 En 1742, l’ouvrage est traduit en français notamment. John Arbuthnot (baptisé le 29 avril 1667 - 27 (...)

12La démarche médicale d’Hippocrate, reprise au XVIIIe siècle, donne une caution scientifique aux hypothèses climatiques dans leur recherche des causes des différentes maladies contagieuses comme la peste. Particulièrement actif en Angleterre, ce courant attribue aux propriétés de l’air une action déterminante dans la propagation des épidémies et « l’Essai des effets de l’air sur le corps humain » de John Arbuthnot5 (publié à Londres en 1733) connaît un grand succès à travers l’Europe. Montesquieu, célèbre pour sa « théorie des climats » présentée dans « l’Esprit des lois », en 1748, a été influencé par les thèses médicales puisqu’il inaugure son livre XIV - le premier des quatre consacrés aux rapports des lois avec la nature du climat -, par une explication physiologique des effets du froid et du chaud sur les activités humaines tentant de corréler la chaleur ambiante au niveau de développement des autochtones : le froid serait incitateur de dynamisme, là où chaleur et humidité n'imposeraient à l'homme que peu d'efforts pour mettre en œuvre l'agriculture de subsistance.

« Les peuples des pays chauds sont timides comme les vieillards le sont ; ceux des pays froids sont courageux comme le sont les jeunes gens. (...) nous sentons bien que les peuples du nord, transportés dans les pays du midi, n'y ont pas fait d'aussi belles actions que leurs compatriotes qui, combattant dans leur propre climat, y jouissent de tout leur courage. (...) Vous trouverez dans les climats du nord des peuples qui ont peu de vices, assez de vertus, beaucoup de sincérité et de franchise. Approchez des pays du midi vous croirez vous éloigner de la morale même ; des passions plus vives multiplient les crimes (...) La chaleur du climat peut être si excessive que le corps y sera absolument sans force. Pour lors l'abattement passera à l'esprit même : aucune curiosité, aucune noble entreprise, aucun sentiment généreux ; les inclinations y seront toutes passives ; la paresse y sera le bonheur ». (Livre XIV, chap. II)

  • 6 L’Esprit des lois, 3ème partie, Livre XVIII, chap. II.

13Causalité ou adaptation ? L’affirmation qui lui sera le plus reprochée est celle concernant l’esclavage : « Il ne faut donc pas être étonné que la lâcheté des peuples des climats chauds les ait presque toujours rendus esclaves, et que le courage des peuples des climats froids les ait maintenus libres. C’est un effet qui dérive de sa cause naturelle6 ». Pourtant, J.F. Staszak (1995), refuse la notion de déterminisme et voit dans ces affirmations, les prémisses de l’environnementalisme : « Que ce soit au sujet d’Hippocrate ou de Montesquieu, la condamnation de la « théorie des climats » s’est opérée sur un singulier malentendu, sur une lecture rapide et même inexacte qui en dénaturait le contenu. On a employé le terme « déterminisme… mais il vaudrait mieux parler d’environnementalisme ». Ce déterminisme intègre les facteurs humains, prend en compte un milieu humain, et laisse une belle place à la liberté de l’homme. Cependant il est vrai qu’Hippocrate n’a guère mentionné l’action directe de l’Homme sur son milieu » (J.F. Staszak, 1995)... Cette approche médicale, biomédicale est tout à fait différente de la vision plus scientifique d’Aristote, prémisse de celle de Descartes qui opère une coupure nette entre l’homme et la nature. « Dans le cosmos réifié d’Aristote la nature et l’homme sont séparés par un gouffre ontologique » (J.F. Staszak, 1995)...

14Ce courant médical, initié par Hippocrate et repris par Montesquieu, est très largement dominant dans les sciences biologiques et dans la géographie du XIXe siècle. Les médecins réalisaient des topographies des maladies qui ont permis, en leur temps de prendre conscience de la relation entre les fièvres typhoïdes et la localisation de sources polluées. Ce sont ces travaux qui sont à l’origine, en ville, de l’assainissement et de la lutte contre le logement insalubre dans laquelle quelques médecins se sont illustrés comme Calmette à Lille. Avec le progrès des instruments de mesure ce lien entre les paramètres climatiques et les manifestations pathologiques a fait l’objet de nombreuses investigations au temps de l’hygiénisme. Les médecins des laboratoires d’hygiène recensaient et cartographiaient un certain nombre de données du « milieu naturel » qu’ils mettaient en rapport avec l’occurrence de certaines maladies. A Saint-Etienne, les médecins ont lutté contre la fièvre typhoïde en remarquant la propagation de cette pathologie autour de certaines fontaines.

15Cette vision d’un lien causal, voire déterministe entre le milieu et les sociétés s’est prolongé jusqu’au début du XXe siècle. Le géographe Vidal de la Blache dans l’avant propos de son Tableau géographique de la France, en 1903, affirmait : « L’histoire d’un peuple est inséparable de la contrée qu’il habite. On ne peut se représenter le peuple grec ailleurs qu’autour des mers helléniques, l’anglais ailleurs que sur son île, l’américain ailleurs que dans les vastes espaces des Etats-Unis. Comment n’en est-il pas de même du peuple dont l’histoire s’est incorporée au sol de France ?.... ». Dans cette perspective des ethnologues et géographes ont évoqué l’existence d’un optimum climatique qui doterait certaines régions de facteurs écologiques plus favorables au développement des activités humaines.

2.1.2. L’adaptation selon une vision plus scientifique : la bioclimatologie

16La bioclimatologie, qui étudie la relation entre la santé humaine et le climat, a deux objectifs soit l’étude des mécanismes d’adaptation de l’homme sain aux différents stress climatiques soit la manière dont le climat peut contribuer à établir une situation pathogène.

17La bioclimatologie a pris une allure plus scientifique avec Max Sorre qui, dès 1943, avaient déjà montré l’importance de l’adaptation au climat dans le développement des sociétés. Surtout il insistait sur le temps nécessaire à cette adaptation en montrant les difficultés rencontrées par les colons pendant une ou deux générations avant de s’adapter aux caprices du climat. D’après lui, les peuples vivant dans des conditions climatiques sévères révèlent, par leurs pratiques, voire même leur physiologie, une adaptation séculaire aux conditions climatiques, bien sûr intégrées dans les autres dimensions de l’écosystème. En extrapolant quelque peu son raisonnement, l’oikoumène, ensemble des terres habitées, est très divers et ses limites présentent des spécificités dans lesquelles l’adaptation ne peut qu’être longue rendant difficile la mobilité. La lente adaptation de l’homme au climat interroge les caractéristiques du dérèglement climatique. Si la chaleur s’installe de manière progressive, les conséquences sanitaires seront moindres que des dérèglements brutaux et chaotiques qui soumettraient le corps humain à des changements de température rapides et fréquents mettant en cause les possibles adaptations, plus lentes de l’organisme. Quelles que soient les perspectives du changement climatique, l’accroissement phénoménal de la mobilité se traduit par des transplantations très rapides d’un lieu à un autre excluant toute possibilité d’adaptation lente.

18L’adaptation relève de l’homéostasie c’est à dire la nécessité pour le corps humain de se maintenir à une température constante. Les variations des paramètres climatiques se traduisent par un stress sur l’organisme qui lui même s’adapte dans un premier temps. Le stress ne devient néfaste qu’au moment où il dépasse les capacités d’adaptation de l’homme aux conditions climatiques. Cette rupture, le plus souvent insensible, correspond à l’évolution temporelle du stress et aux capacités de résilience de l’individu. Dans le cas de changement rapide, l’adaptation est beaucoup plus difficile.

19Les indices climatiques de confort, élaborés depuis de longues années, prennent en compte la relation entre le corps et les différents paramètres du climat dans un essai de combinaison entre la température, l’humidité et le vent. Le confort thermique dépend donc davantage du flux thermique entre le corps et l’air ambiant que de la température extérieure réelle et la sensation de froid est d’autant plus vive que le flux thermique sortant est important (Lehoucq 2000). L’être humain se protège contre le froid grâce à des mécanismes physiologiques endogènes thermorégulateurs mettant en jeu les systèmes nerveux, endocrinien, cardiaque et respiratoire. Les pertes de chaleur, lorsque la température ambiante est basse, augmentent selon un ratio surface corporelle/masse corporelle élevée (cas des enfants). Le vent est aussi un facteur de convection entraînant une augmentation des transferts de chaleur. Ainsi, un vent de 90km. h-1, associé à une température de -10°C, entraîne la même sensation qu’une température de -30°C par temps calme. Cet effet du vent est intégré dans la plupart des indices de confort.

20Les risques climatopathologiques mettent en évidence la manière dont le climat, conjugué avec d’autres facteurs contribue à faire franchir à des individus bien portants la frontière ténue qui sépare l’état de santé de la maladie (J.P. Besancenot, 2001).

21Bien sûr l’homme n’est pas nu devant le climat, le vêtement et le logement sont des modes d’adaptation qui, tout en évoluant au fil des ans, sont des sources d’inégalités devant l’alea climatique. La maison coloniale est une forme de bonne adaptation au climat des tropiques, vastes espaces ombragés, patios méditerranéens mais dans la ville moderne l’adaptation au climat est battue en brèche par les impératifs de la modernité : automobile etc… Les technologies modernes permettent d’ignorer le climat. C’est tout le paradoxe des sociétés modernes qui, en s’affranchissant du climat, créent des vulnérabilités qui façonnent des victimes toute désignées au moment de la survenue de phénomènes dont la fréquence n’est pas prise en compte dans les normes d’aménagement ou de construction.

22Compte tenu du nombre de variables qui façonnent l’adaptation, l’influence du climat sur la santé est difficile à quantifier, c’est toute la complexité de la santé environnementale et de la prévention.

2.2. Climat et santé : un couple identifié par la mort

23La constatation d’une relation évidente entre le climat et la santé s’appuie, paradoxalement sur la variation saisonnière de la mortalité. D’après de nombreuses études, la courbe de la mortalité prend une forme en « U » (fig. 1), avec des taux élevés pour les basses, comme pour les hautes températures. Cette courbe présente une dissymétrie dans la mesure où les effets du froids sont progressifs tandis que les conséquences de la chaleur se manifestent très rapidement au-delà d’un certain seuil qui semble correspondre à l’absence de refroidissement nocturne interdisant à l’organisme de « récupérer ». La mortalité associée au froid dépasse ainsi le cadre des quelques décès annuels par hypothermie des sans-abri. Pour plusieurs pathologies, entre autres les maladies coronariennes, les accidents vasculaires cérébraux et les maladies respiratoires, la mortalité augmente de façon quasi linéaire à mesure que la température diminue. Comme pour la chaleur, les effets néfastes pour la santé apparaissent si le système thermorégulateur est déficient donc chez des personnes fragilisées ou si le stress thermique est trop important. (MacKenzie 2000). En général, les individus sains s’adaptent rapidement à la nouvelle température, ce qui n’empêche pas une augmentation de la morbidité, voire de la mortalité, en relation avec les faibles températures.

24Cette surmortalité par rapport à la moyenne a fluctué en France, jusqu’en 1960, entre 13 et 19 %. Les hivers rigoureux se traduisent par une augmentation de la mortalité hivernale. La surmortalité estivale, ne s’écarte de la moyenne que pour les années ayant une température élevée. L’excédent de décès estival n’apparaît qu’au cours des années de canicule alors que tous les hivers donnent lieu à une surmortalité importante.

25Le caractère systématique de ces courbes permet de s’interroger sur la faiblesse des dispositifs de préventions des pathologies hivernales, pourtant observées régulièrement.

26En outre, cette courbe suggère l’existence d’un optimum thermique favorable au développement des activités humaines.

2.3. La notion d’optimum thermique

27La meilleure adaptation de l’homme au climat se situe à l’intérieur d’une fourchette de température limitée aux températures tempérées. Les périodes de grand froid, comme les périodes de chaleur, représentent des stress pour l’organisme. Cependant le logement et les vêtements sont des moyens d’adaptation tout à fait modulables.

28S’il existe, un peu partout, une sorte d’optimum thermique, à savoir un intervalle d’environ 3°C où la mortalité est à son niveau le plus bas, celui-ci (Laaidi et al., 2002) est d’autant plus élevé que les températures habituelles sont plus fortes, donc que l’on est mieux habitué à la chaleur. Par exemple, il se situerait entre 14,8 et 17,8°C dans un département montagnard comme les Hautes-Alpes, mais grimpe déjà à 16,7-19,7°C en climat océanique (Finistère) pour culminer en climat méditerranéen (20,3-23,3°C dans l’Hérault) ou dans une très grande agglomération urbaine (20,6-23,6°C à Paris intra-muros).

29Ces constatations reflètent l’influence directe du climat sur la santé humaine surtout à travers les phénomènes paroxysmiques comme l’indiquent les CDC (Centers for Disease Control and Prevention, organismes fédéraux américains).

30Le stress thermique est un effet direct du climat mais il peut être dissocié de celui observé dans le cadre de phénomènes extrêmes que sont les vagues de chaleur. Celles-ci induisent des ruptures brutales qui sont très pénalisantes lorsqu’elles n’ont pas été anticipées de manière pertinente. Les adaptations lentes sont celles qui s’esquissent à travers des translations territoriales de zones climatiques mais elles peuvent aussi être interrompues par des ruptures qui accélèrent considérablement la dégradation des conditions

3. Climat et sante : un couple identifié par les phénomènes extrêmes

31C’est essentiellement à travers les phénomènes extrêmes, très médiatisés (canicules, Inondations et cyclones), que le changement climatique est perçu en France (métropolitaine et d’Outre-mer). Certes, ces aléas climatiques ont un potentiel d’effets négatifs directs sur la santé. Ces points saillants du climat se traduisent, le plus souvent, par des impacts visibles en termes de morbidité ou de mortalité. Cependant, ces effets sont à la fois très hétérogènes selon les régions et les phénomènes mais aussi complexes à identifier car intervenant à des niveaux d’échelles de temps et d’espace variés. En outre, leurs manifestations sont toujours dépendantes de la vulnérabilité des personnes et des sociétés concernées. Ces phénomènes climatiques paroxysmiques peuvent être aussi une source de dangers indirects du fait d’une modification des milieux par des inondations et/ou pollutions (sols, sédiments) ou sécheresses. Ils permettent une dégradation potentielle plus ou moins forte de la qualité de l’eau destinée à la consommation humaine et aux loisirs, des aliments, de la qualité de l’air (ozone, particules en suspension, pollens,…), des conditions de vie (température, pluviométrie, ultraviolets,…) et de la qualité de l’habitat.

32La fréquence et l’intensité de ces phénomènes sont aujourd’hui interrogées comme étant le signe visible et présent d’un changement annoncé du climat ce qui confère à ces événements exceptionnels le caractère de laboratoire de l’adaptation. La canicule de 2003, mise sous les feux de la rampe médiatique, a fortement contribué à l’appropriation du changement climatique par les populations.

33Cette vague de chaleur a donné lieu à de nombreuses études pour déterminer les modalités de l’adaptation à ce phénomène probablement récurrent. Cependant, l’impact des aléas climatiques a beaucoup évolué au cours de l’histoire en fonction de la vulnérabilité des sociétés.

3.1. L’impact sanitaire des phénomènes extrêmes : que dit l’histoire ?

34La chronologie historique, selon Le Roy Ladurie (2009), ne permets pas de discerner une évolution dans l’occurrence des phénomènes extrêmes ; en revanche, les effets sanitaires des excès thermiques (froids ou chauds) ne sont plus du tout les mêmes. L’histoire montre essentiellement l’extraordinaire diminution de la vulnérabilité au cours des âges. Les grands froids et les canicules se sont continuellement traduits par des pics de mortalité mais, au fil du temps, le nombre de décès relatifs à ces aléas a beaucoup diminué. La vague de froid de 1693 a tué près d’un million de français, celle de 1709, 500 000 personnes. De 1739 à 1848 les aléas climatiques sont responsables de 100 000 à 200 000 morts mais de 1850 à nos jours le nombre de victimes a diminué, 40 000 morts pour la canicule de 1911 la plus meurtrière. Les crises de subsistance ont disparu de même que la mortalité infantile. Les canicules estivales, comme celle de 1719, responsable de 400 000 morts supplémentaires, provoquaient des dysenteries foudroyantes qui atteignaient surtout les enfants. 1911 et 2003 sont les deux grandes canicules récentes. « A la différence de 2003, plusieurs pointes de chaleur d’amplitude comparable se sont succédées de juillet à septembre et les excédents de décès ont été moins concentrés dans le temps. Ils ont néanmoins atteints le chiffre de 40 000 décès, parmi lesquels la moitié environ des décès étaient des décès d’enfants âgés de moins d’un an, contrairement à la canicule de 2003 qui a essentiellement concerné les personnes âgées » (Le Roy Ladurie, 2009). Si la courbe de mortalité reste fidèle aux fluctuations climatiques, le nombre de victimes liées aux aléas a beaucoup diminué tout en contribuant fortement à l’explication du nombre de décès. La recrudescence des vagues de chaleur observée depuis 1960 et le le vieillissement de la population risquent de transformer la courbe saisonnière des décès avec une pointe estivale (Figure 31, d’après J.P. Besancenot, 2004).

Figure 31 : Evolution du rythme saisonnier de la mortalité en France

Figure 31 : Evolution du rythme saisonnier de la mortalité en France

3.2. Fréquence et impact des phénomènes climatiques paroxysmiques récents sur la santé humaine

35Canicules et vagues de froid ont un impact direct sur la santé des populations. Elles sont le signe visible du climat en tant que déterminant des pathologies.

3.2.1. Les vagues de chaleur

  • 7 En l’absence de définition officielle, on considère qu'il y a canicule quand, dans un secteur donné (...)

36La France a connu depuis trente ans des canicules7 répertoriées qui ont été accompagnées d’une surmortalité sensible (Besancenot, 2002), prouvant que les fortes chaleurs ont un impact très fort sur la mortalité, même lorsque l’on n’atteint pas les niveaux de 2003. On constate une recrudescence des records de chaleur depuis 1981, parallèlement à la chute de fréquence des vagues de froid. On peut donc affirmer que sur ces 56 dernières années, les vagues de chaleur sont plus fréquentes depuis 15 à 20 ans. Cette évolution est, à l’évidence, le signe palpable du réchauffement du climat en France avec près d'un degré gagné en 20 ans seulement. Cela signifie par exemple que le climat de Tours des années 70-80 est remonté au niveau de Chartres. Entre 1949 et 1995, les vagues de chaleur ont augmenté approximativement de 20 % au cours de cette période. (Luber, 2008). L’été 1975 a ainsi connu une séquence très chaude début août, avec des conséquences meurtrières sur une grande moitié ouest du pays. Il a été suivi de l’année 1976, restée dans les mémoires comme celle de « l’impôt sécheresse », mais qui n’en a pas moins été à l’origine de quelque 6 000 décès surnuméraires, fin juin et début juillet, sur l’ensemble du territoire national, à l’exception du Midi méditerranéen. L’été 1983 et déjà, auparavant, l’été 1982 ont eu des conséquences néfastes, essentiellement dans le sud-est et l’est du pays (Thirion et al., 1992). En particulier, la fin juillet 1983 a connu le premier épisode caniculaire qui ait conduit à la mise en place d’une procédure de surveillance et d’alerte ; c’était dans la région de Marseille (Delaroziere et San Marco, 2004). Toute la série des années quatre-vingt-dix, avec leurs records thermiques plus ou moins saillants, n’a pas enregistré de surmortalité marquante. Est-ce l’effet de la baisse de mortalité dans les classes du creux de natalité de la période 1914-1918, avec une tendance à la baisse générale du nombre des décès en France, ou bien la conséquence de la brièveté des paroxysmes de chaleur qui ne se sont pas traduit par l’existence d’une réelle vague de chaleur ? L’été 2003 ressort de loin comme le plus meurtrier que l’on ait connu, au point d’avoir engendré une crise sociale et politique de grande ampleur (Cohen et al., 2005, InVS, 2004).

37Or, ces vagues de chaleur représentent aux USA, la cause de mortalité liée à l’environnement la plus importante. Pendant la période 1999-2003, 3442 personnes sont mortes aux USA en raison des vagues de chaleur soit 688 en moyenne annuelle. Les scénarios américains du changement climatique révèlent qu’à Chicago, la période 2080 à 2099, connaîtra une augmentation de 25 % du nombre de vagues de chaleur et que le nombre de jours de canicule à Los Angeles, entre 2070 et 2099 aura été multiplié par douze par rapport à la période 1944-1995. Une étude menée sur 44 villes (Kalkstein, 1997) estime qu’en 2050, avec un scenario « business-as-usual », 4000 morts supplémentaires surviendront chaque été. Une vague de chaleur est d’autant plus meurtrière que les températures élevées se prolongent pendant un certain nombre de jours et surtout lorsque les températures nocturnes restent élevées ce qui empêche l’organisme de se détendre pendant la nuit.

38Les vagues de chaleur, surtout si elles sont appelées à se multiplier, constituent un événement naturel très inquiétant puisque les facteurs déterminants et aggravants à savoir l’urbanisation et le vieillissement de la population croissent de manière très significative dans les pays occidentaux. Aux USA, on estime que le nombre d’habitants âgés de plus de 65 ans (35 millions en 2000) atteindra 90 millions en 2060. Au Québec, on estime que, d’ici 25 ans, le nombre de personnes de plus de 65 ans – et donc de personnes plus fragiles lors des canicules - constituera 50 % de la population. L’isolation des logements mais aussi la limitation de l’îlot de chaleur seront des paramètres obligatoires à considérer dans le génie civil et urbain du XXIe siècle sans oublier le développement de solidarités en particulier vis-à-vis des personnes âgées comme dans le plan canicule.

  • 8 http://www.invs.sante.fr/publications/2004/psas9_070904/rapport.pdf

39Au cours de ces épisodes caniculaires, les effets sanitaires directs liés à de fortes températures se combinent avec l’impact des niveaux d’ozone, eux aussi élevés au cours de ces vagues de chaleur. (InVS8, 2004) Les études sur les effets sanitaires de l’ozone montrent également les possibilités d’adaptation. Dans les régions caractérisées par un « bruit de fond » élevé de l’ozone, les pointes d’ozone semblent moins meurtrières que dans les régions septentrionales moins ensoleillées donc plus préservées. Il semblerait que les niveaux de particules soient également en hausse au cours de ces mêmes canicules et contribueraient ainsi au renforcement de la mortalité observée.

40L’occurrence de ces périodes de fortes chaleur a une influence sur la courbe de mortalité saisonnière qui, jusqu’en, 1960 (cf. ci-dessus) était caractérisée par une relative constance. Les observations s’accordent pour constater que, depuis 1960, le rythme saisonnier est moins bien marqué ; à partir des années 70, la courbe s’aplatit, la différence entre les saisons devient moins claire. Les causes de cette évolution relèvent d’une meilleure adaptation au froid par la généralisation du chauffage central, une meilleure qualité vestimentaire et une amélioration du système de santé. Le pourcentage moyen de l’augmentation de mortalité pour chaque baisse de 1°C à partir de 18°C est le plus bas en Finlande et le plus élevé en Grèce. En effet, dans les régions froides, la population prend des mesures plus efficaces de protection contre le froid que dans les régions plus chaudes et la mortalité y augmente, de manière moins brutale, lorsque les températures diminuent (Keatinge et al. 2000).

41On retrouverait ainsi, le rythme qui prévalait aux XVIIIe et XIXe siècles, les principales causes de décès n’étant cependant plus du tout les mêmes, puisque ce sont les maladies dégénératives et de surcharge qui tueraient majoritairement en été, et non plus les maladies infectieuses ou parasitaires

3.2.2. Les vagues de froid

42Les vagues de grand froid, sont définies comme une période d’au moins 9 jours consécutifs durant lesquelles la température minimale est inférieure à -5°C, ou d’au moins 6 jours consécutifs avec une température minimale inférieure à -10°C (Huynen et al. 2001).

43En janvier 1985, la France a connu une vague de froid ayant entraîné une surmortalité de 13 %, principalement par infarctus du myocarde (+17 %), accidents vasculaires cérébraux (+54 %) et pneumonies (+208 %). De plus, la littérature montre que les vagues de froid ont un impact d’autant plus important qu’elles touchent des zones connaissant habituellement des hivers doux. Les vagues de froid affectent prioritairement les personnes sans abri. Les hypothermies concernent exclusivement les personnes défavorisées. Cependant, d’autres facteurs de vulnérabilité au froid ont été identifiés. Il s’agit, bien sûr, de l’âge mais aussi des personnes souffrant de cardiopathies ischémiques, des insuffisants respiratoires et des asthmatiques.

44Comme pour les vagues de chaleur, le froid n’est pas le seul facteur expliquant la recrudescence de la mortalité. Les épidémies de grippe et la pollution atmosphérique sont des facteurs de confusion fréquents. Aux Etats Unis, le nombre de décès par grippe, pneumonie et bronchite culmine en décembre et en janvier en raison de la baisse des températures. Les personnes âgées de plus de 60 ans sont plus affectées. Au cours des mois hivernaux, quand l’humidité est faible et qu’il y a peu de mouvement d’air, les constructions chauffées sont propices à la propagation de maladies respiratoires infectieuses.

45La surveillance régulière de la mortalité menée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) a mis en évidence une hausse de la mortalité en France au cours de l’hiver 2008/2009, qui a dépassé de 14 % les valeurs observées au cours des trois hivers précédents. Ce résultat s’observe plus particulièrement chez les personnes les plus âgées (85 ans et plus) et se distribue de façon hétérogène entre les régions. En 2005, entre les semaines 4 et 12 de l’année, la mortalité avait atteint un niveau analogue. La survenue concomitante de plusieurs facteurs (vague de froid, pathologie respiratoire et épidémies saisonnières) sur la même période peut au moins en partie expliquer ce phénomène, sans qu’il soit possible aujourd’hui d’évaluer leur part respective dans cette augmentation.

46Pourtant les vagues de froid, certes moins nombreuses que les vagues de chaleur, sont moins médiatisées en raison de leur occurrence saisonnière régulière liée à la grippe.

47Ces phénomènes paroxysmiques sont-ils, par leur fréquence ou leur intensité, le signe d’un changement climatique durable ?

48L’exemple de la canicule de 2003 est sûrement l’expérience qui préfigure le mieux ce que sera le risque lié à un changement climatique qui, selon les experts, devrait accroître la fréquence d’occurrence de tels phénomènes. Les scientifiques du GIEC s'accordent sur le fait que les épisodes de vagues de chaleur seraient plus fréquents à l’horizon de la fin du XXIe siècle (IPCC, 2007).. Quelque soit le lien entre ces phénomènes extrêmes et le changement climatique, l’analyse de leurs caractères et des dégâts causés permet d’envisager différentes modalités d’adaptation.

3.3. Les phénomènes paroxysmiques permettent d’anticiper les modalités d’adaptation au changement climatique

49Depuis longtemps l’analyse des impacts des cyclones oppose l’adaptation ancestrale des populations autochtones aux réponses techniques apportées par la civilisation dite moderne. Les analyses des catastrophes naturelles aux Antilles mettent en lumière différents types d’adaptation : Les populations autochtones anticipent le risque par un habitat léger et vite reconstruit en cas de catastrophe. La civilisation moderne, au contraire, veut résister à la catastrophe grâce à la technique. Cette notion de vulnérabilité et d’adaptation est très délicate, elle rejoint des interrogations sur les inégalités environnementales à l’image de celles qui ont pu être menées après le passage du cyclone Katrina. La qualité indéniable de la prévision météorologique et de l’information du public n’a pu être mise à profit par une catégorie de la population qui ne disposait pas des moyens ou des assurances de sécurité nécessaires pour évacuer la zone sinistrée, et n’a pas bénéficié de l’assistance qui aurait été indispensable pour quitter les lieux menacés.

50La vulnérabilité repose sur la localisation et le choix des sites de peuplement. Les zones inondables, au coût plus accessible, concentrent ainsi des populations plus vulnérables. Cependant la vulnérabilité repose également sur la possibilité de réaction vis-à-vis de la catastrophe. La mobilité, l’appartenance à des réseaux de solidarité permettent une prévention individuelle, une anticipation de la catastrophe plus facile. Enfin l’accès aux soins permet également d’expliquer une plus ou moins grande résilience vis-à-vis des difficultés. En cas de catastrophes ce sont les pays les mieux organisés et avec un système de soin performant qui minimisent les dégâts. Or, vulnérabilité, susceptibilité et résilience ne dépendent pas du climat mais du niveau de vie et de la pertinence de la gouvernance. La prévention dépasse largement le domaine de la santé pour interroger les dysfonctionnements territoriaux.

51L’analyse des canicules a permis de mieux saisir quelle est la vulnérabilité des populations de manière à mettre en place des politiques de prévention pertinentes.

3.4. La canicule de 2003, laboratoire de l’adaptation

52La concentration des décès sur quelques jours en août 2003 a contribué à jeter les projecteurs médiatiques sur cet événement d’autant plus anxiogène qu’il correspond aux informations diffusées par le GIEC quant au réchauffement climatique qui risque de faire des canicules notre pain quotidien ! Les leçons à tirer de cet épisode sont très importantes d’abord parce que, vraisemblablement, il est appelé à se renouveler, voire à se multiplier mais également parce qu’il est possible de réduire les vulnérabilités observées pour assurer une meilleure prévention.

3.4.1. L’épisode meurtrier

53Ce phénomène météorologique qui, en France, a provoqué une véritable crise sociale au cours de l’été 2003, a été bien étudié. (Rey, 2007, Fouillet, 2007, Invs, 2004).

54Contrairement aux épisodes caniculaires plus anciens qui affectaient surtout les enfants en raison de dysenteries ou de déshydratation, en 2003 ce sont les personnes âgées (75 ans et plus) qui ont le plus souffert. Cependant, on estime que, parmi les 15 000 décès en surnombre recensés, seulement 2100 étaient fatalement destinées à mourir avant la fin décembre. La sous mortalité repérée entre février et juin 2004 (l’effet moisson) n’est pas très significative puisque l’hiver 2003-2004 avait été doux et sans épidémie de grippe remarquable. Donc il s’agit bien d’un épisode meurtrier. La sous-mortalité tardive porte le bilan annuel (juillet 2003-juin 2004) à peu près à l’équilibre ; cela signifie que la canicule a en moyenne précipité de six à dix mois la fin de vie des personnes décédées en août 2003. Encore une certaine prudence s’impose-t-elle lorsque l’on analyse de plus près cet effet tardif : Si la région parisienne, qui avait été la plus touchée au mois d’août précédent, a bien profité ensuite de la sous-mortalité, celle-ci a aussi bénéficié à des régions qui avaient été moins affectées ou presque épargnées : les Bouches du-Rhône, les Alpes-Maritimes, la Seine-Maritime, le Nord et le Pas-de-Calais ont enregistré en 2004 une sous-mortalité dépassant largement l’excédent des décès de 2003 ; inversement, le département du Cher, très touché en 2003, n’a bénéficié l’année suivante que d’une sous-mortalité insignifiante.

3.4.2. La canicule, laboratoire pour la prévention

55Les nombreuses études fines effectuées à partir de cet événement exceptionnel permettent d’évaluer avec précision un évènement météorologique rare déjà produit et susceptible de devenir plus fréquent dans les décennies à venir. Dans cette optique, le projet EPICEA (Etude Pluridisciplinaire des Impacts du Changement climatique à l’Echelle de l’Agglomération parisienne) se consacre à une analyse fine des poches de chaleur et des canicules auxquelles sont généralement associés des facteurs de risques sanitaires. En effet, lors de l’épisode caniculaire du 8 au 13 Août 2003, la surmortalité la plus élevée au niveau national a été observée à Paris (InVS, 2004). La problématique mise en avant est de montrer comment l’agglomération parisienne peut s’adapter face à l’aléa canicule dans la perspective d’une nouvelle donne climatique et comment la vulnérabilité de certaines zones urbaines serait révélée. « Les recherches ont ainsi pour finalité d’établir des relations quantitatives entre l’aménagement d’un territoire, l’occupation du sol (bâti, voirie, espace vert,…), son climat urbain et des facteurs associés aux risques sanitaires, afin d’intégrer les enjeux du climat urbain dans les différents moyens d’intervention sur la ville ». M. Lauffenburger, 2009).

56Les analyses précises des personnes touchées par ce bilan sanitaire inquiétant permettent de discerner des facteurs de vulnérabilité sur lesquels une prévention peut se mettre en place. L’ensemble des études effectuées, qu’elles soient américaines ou européennes soulignent comme facteurs de vulnérabilité : la ville, le logement et le vieillissement.

  • 9 Pourcentage du rayonnement solaire réfléchi vers l’espace par la surface de la terre

57L’îlot de chaleur urbain, mis en évidence depuis longtemps (T.R. Oke, 1982) était considéré comme un champ d’investigation réservé à quelques scientifiques mais son caractère opérationnel laissait dubitatif. Or le stress thermique sévit essentiellement dans les villes puisque l’îlot de chaleur renforce la température. Les écarts entre la ville et la campagne voisine peuvent atteindre 4 à 5°. Ils sont surtout sensibles à travers les températures minimales lorsque la campagne se refroidit pendant la nuit tandis qu’en ville les bâtiments et les routes ont tendance à restituer la chaleur emmagasinée au cours de la journée. Les citadins sont donc, non seulement soumis à des températures plus élevées au cours de la journée, mais le refroidissement nocturne, capital pour le maintien en bonne santé, est plus faible. Les bâtiments et les rues encaissées bloquent la ventilation qui renforce alors l’impression de chaleur. Alors que la ville blanche méditerranéenne avait depuis longtemps favorisé l’albédo9 et donc la restitution de la chaleur vers l’espace, les villes des zones tempérées n’ont pas pris cette variable en considération et le noir des matériaux utilisés absorbe fortement la chaleur. À Montréal, pendant l’été, la température peut varier jusqu’à 10 degrés entre un quartier et un autre lors d’une canicule. Les zones les plus chaudes sont celles où il y a de grands espaces « minéralisés » comme les surfaces asphaltées, cimentées ou de brique avec peu ou pas de végétation. Ces matériaux absorbent bien la chaleur pendant la journée et la restituent pendant la nuit. La circulation automobile et l’activité industrielle contribuent également de façon significative à l’augmentation des températures dans les zones urbaines et au développement d’îlots de chaleur. La connaissance détaillée de la répartition de la température en ville est indispensable pour estimer les effets de la canicule (Champiat, 2009).

58Cet îlot de chaleur est d’autant plus préjudiciable et inquiétant que plus de la moitié de la population mondiale réside dans les villes et que tout le mouvement urbanistique en faveur de la ville dense tend à renforcer cette accumulation de chaleur. En hiver, la ville compacte, plus chaude permet d’économiser l’énergie mais ce gain s’effectue au détriment du confort estival surtout si la prévention se traduit par la généralisation des climatiseurs eux aussi consommateurs d’énergie. L’effet urbain tend à inverser la courbe de la demande énergétique. Celle-ci tend à s’accentuer en été pour lutter contre la chaleur.

59Ces constatations interrogent les urbanistes et l’efficacité systématique de la ville compacte. Dans les villes, la présence d’espaces verts et la végétation contribuent à l’aération de la ville et à la baisse relative des températures, indispensable dans les villes tropicales.

60Le rôle essentiel joué par le logement : L’analyse détaillée de la mortalité au moment des vagues de chaleur a également mis en évidence l’influence du logement et le caractère sélectif de l’impact de la chaleur dans la mesure où les grands appartements climatisés représentent un énorme facteur de prévention mais pas toujours accessible à tous. En effet, la mortalité parisienne, en 2003, a connu un gradient vertical dans la mesure où les effets de la température ont été beaucoup plus délétères dans les appartements sous les toits et mal climatisés. Il est vrai que, jusqu’à une date récente, les préoccupations des architectes étaient plus orientées vers la récupération de la lumière et du soleil à travers de grandes baies vitrées qui induisent un véritable effet de serre au sens littéral de la notion. L’effort actuel, effectué sur l’isolation des logements, devrait bénéficier au maintien d’une température estivale supportable permettant de s’affranchir de l’usage d’un climatiseur. La promotion des économies d’énergie concerne autant l’hiver que l’été.

61Les facteurs socio-économiques sont également des éléments de vulnérabilité puisque, selon les critères mêmes des inégalités environnementales (Cornut, 2007), non seulement ce sont les populations les plus défavorisées qui vivent dans les quartiers et les logements les plus « chauds » mais ce sont ces mêmes habitants qui sont les plus éloignés des réseaux de soin voire même des réseaux sociaux facilitant la résilience à la suite de moments de stress environnementaux. La présence de ces vulnérabilités explique, en partie, la pyramide des âges des décès observés à Paris. La recrudescence de la mortalité s’observe à partir de 45 ans, elle a atteint surtout les personnes en grande difficulté et les plus isolées. Le taux de mortalité augmente significativement avec l’âge puisque la vieillesse est un fort facteur de vulnérabilité vis-à-vis de la chaleur, ne fut-ce que par des raisons biologiques (perte de a notion de soif, régulation thermique plus difficile).

62En conclusion, la vulnérabilité par rapport aux vagues de chaleur concerne les villes denses avec des effets « canions » et peu d’espaces verts. Elle augmente avec l’âge et est pondérée par la qualité du logement et de son aération et par l’appartenance à des réseaux sociaux. Cependant, compte tenu des facteurs de vulnérabilité énoncés, les effets de ce phénomène climatiques peuvent être d’ors et déjà atténués par des mesures tout à fait accessibles.

3.4.3. Les mesures d’adaptation

  • 10 http://www.inpes.sante.fr/

63Ces vagues de chaleur et spécialement celle de 2003 ont permis la mise en place de systèmes de vigilance. La preuve a été faite aux États-Unis, où des plans d’action plus ou moins du même type ont permis de réduire la surmortalité de moitié dans plusieurs grandes villes. En France même, le plan forte chaleur mis en place depuis 1985 à Marseille aurait permis une réduction de la surmortalité estimée à deux tiers. On peut donc conclure, non sans précautions que « Ce résultat suggère une diminution de la vulnérabilité de la population française à la chaleur et l’efficience des mesures appliquées en France depuis l’été 2004. L’excès de mortalité persistant (près de 2 100 décès lors de la vague de chaleur de 2006) montre toutefois qu’il est nécessaire de continuer à améliorer la prévention ». (Fouillet, 2008). Effectivement, une vérification, quasi expérimentale, peut être fournie par le mois de juillet 2006. La France a alors été confrontée, à une nouvelle vague de chaleur qui, si elle n’a pas atteint l’intensité d’août 2003, a néanmoins battu un certain nombre de records thermiques, d’autant que la période caniculaire a été particulièrement longue et que, la chaleur, surtout à la fin, a été accompagnée d’une forte humidité. Durant cet épisode de températures extrêmes, durable et de grande étendue géographique, la surmortalité telle qu’elle a pu être recensée par l’InVS (2006) a été de moins de 1400 décès surnuméraires (6 % d’excès relatif entre le 11 et le 28 juillet), soit dix fois moins qu’en août 2003 alors que juillet 2006 est classé au deuxième rang des canicules sur la France. A titre de comparaison, la canicule de l’été 1976 avait été associée à plus de 6000 décès. Cela indique sans équivoque un impact fort et à moindre coût de l’alerte et de l’intérêt de ce type de vigilance météosanitaire. Selon les enquêtes de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES10), 63 % des Français ont, en 2006, adopté des mesures de prévention pour se protéger de la chaleur, et 73 % de ceux qui connaissaient dans leur entourage une personne âgée, isolée ou vulnérable ont pris au moins une mesure d’aide ou d’accompagnement à son égard. Ces mesures de protection ayant néanmoins été assez inégalement mises en œuvre selon les endroits, on comprend qu’il n’y ait pas eu en 2006 de relation directe, d’une région à l’autre, entre l’intensité de canicule et la surmortalité observée. Le cas de Marseille est à cet égard particulièrement flagrant, avec une vague de chaleur de 35 jours, soit la plus longue des grandes villes françaises, et pourtant une légère sous-mortalité (-0,5 %). Cette « anomalie » s’explique par les dispositions prises, dès 1985, au moment d’une canicule particulièrement meurtrière dans le sud de la France.

64Effectivement, si on ne peut pas éviter l’irruption de la chaleur, de nombreuses mesures d’accompagnement peuvent être conseillées grâce à une politique d’information pertinente. Une telle adaptation est d’ores et déjà favorisée par les plans de vigilance et d’alerte mis en place, et chaque fois accompagnés de conseils de comportements fortement médiatisés. Or, comme pour tous les dispositifs de prévention, l’organisation de l’information représente un point nodal de la réussite de la prévention mais bien difficile à établir de manière efficace. Le parti adopté par le plan de vigilance français est tout à fait intéressant à cet égard puisqu’il s’appuie sur les réseaux locaux de solidarité sociale.

65Il convient de distinguer les actions qui permettent de mieux affronter les vagues de chaleur en minimisant leur influence néfaste de celles qui auraient pour objectif d’agir sur le changement climatique en essayant de le modérer. La prévention doit prendre en compte des mesures d’urgence de manière à accompagner les personnes vulnérables mais elle doit aussi s’exercer dans des domaines beaucoup plus larges comme celui de l’urbanisme de manière à contribuer à réduire l’îlot de chaleur urbain et limiter ainsi les conséquences sanitaires de l’urbanisation galopante du monde contemporain à l’image des initiatives prises per les « cool cities » américaines qui consistent à modifier le toit des bâtiments pour réduire l’albedo et tenter de diminuer la consommation énergétique. Cependant, force est de constater qu’à l’image de Montréal, le couvert végétal est en constante diminution dans les régions métropolitaines. Sur le territoire la région de Montréal, Entre 1998 et 2005, celui-ci a diminué de 18 % soit l’équivalent de 310 hectares boisés. La préservation des espaces verts est donc une priorité en zone urbaine.

66D’autres actions s’imposent sur la construction des logements et la rénovation du parc bâti. Les dispositions issues du « Grenelle de l’environnement », en agissant sur une véritable restructuration du secteur du bâtiment, vont dans ce sens.

67La canicule de 2003, avec ses 15 000 morts, a suscité indignation et études alors que les effets récurrents du froid hivernal qui se soldent chaque année par un nombre de morts équivalent ne suscitent pas les mêmes indignations. La concentration des décès sur quelques jours en août 2003 a contribué à jeter les projecteurs médiatiques sur cet événement. La faible attention portée aux décès hivernaux montre combien notre société médiatique met sur le devant de la scène le paroxysme en transformant les processus lents et récurrents en non événement. Les phénomènes extrêmes induisent des ruptures brutales qui sont très pénalisantes lorsqu’elles n’ont pas été anticipées de manière pertinente. L’assimilation de plus en plus fréquente du temps qu’il fait au climat et du changement climatique aux phénomènes extrêmes n’est-elle pas le signe d’une difficulté à se projeter dans l’avenir tant le présent est pesant ? Si les phénomènes extrêmes sont fortement médiatisés, on observe, de manière plus sournoise, une translation des paramètres météorologiques, qui modifie subrepticement la géographie sanitaire.

4. Climat et santé : une relation indirecte : Les paramètres climatiques modifient l’écosystème

68Les changements climatiques qui s’opèrent de manière moins spectaculaire que les manifestations paroxysmiques n’ont pas un impact direct sur la santé humaine puisque comme on a pu le voir, l’adaptation peut s’effectuer de manière progressive. Ces modifications, opérées sur un rythme plus lent, peuvent avoir un effet direct sur la santé de l’homme comme l’intensification des rayonnements UV ou une influence plus indirecte à travers des transformations de l’environnement sous l’influence du climat. Les écosystèmes sont des marqueurs fidèles de ces changements plus insidieux Compte tenu de la variabilité des climats, des évolutions récentes ont marqué d’ores et déjà des empreintes tangibles dans la répartition de la flore par exemple mais aussi dans celle des principaux vecteurs des maladies infectieuses. Dans le domaine sanitaire, ces variations progressives des paramètres du climat sont révélées, le plus souvent, par l’occurrence de pathologies ignorées jusqu’alors dans cette région. Elles peuvent aussi avoir des répercussions positives ou négatives sur, par exemple, la saison touristique avec la diminution de l’enneigement ou sur les caractéristiques du vin produit (J. C., Hinnewinkel). Les vecteurs de transmission de germes pathogènes sont très liés aux conditions climatiques dont l’évolution peut modifier l’aire d’extension, la répartition, l’abondance, l’éthologie, la dynamique et la structuration génétique des populations d’arthropodes vecteurs. De manière indirecte, l’évolution de la flore mais aussi de celle de différents parasites peut avoir une influence sur la santé humaine.

69Une des premières manifestations tangibles de l’évolution des paramètres climatiques relève de l’influence directe du rayonnement.

4.1. L'influence directe du rayonnement

70Les méfaits liés aux UV (Ultra-violet) sont une conséquence directe de l’augmentation de l’insolation et donc du rayonnement solaire. L’augmentation de l’ensoleillement estival incite la population à rester plus longtemps à l’extérieur, elle est donc directement exposée aux rayonnements solaires. L’action cancérigène des UV-B est connue depuis longtemps. Les UV-A, considérés sans danger pour la santé et utilisés pour favoriser le bronzage, peuvent être aussi mutagènes que les UV-B pour les cellules de la peau humaine, Aujourd’hui, on estime à environ 80 000 chaque année le nombre de cancers cutanés non mélanocytaires en France, total probablement sensiblement sous-estimé en raison d’une sous déclaration manifeste. Ces cancers pourraient être dus, en partie, aux actions du rayonnement ultraviolet. En France, entre 1978 et 2000, l’incidence a augmenté chez l’homme de 5,9 % par an et la mortalité de 2,9 % par an. Chez la femme, l’augmentation de l’incidence sur cette période est de 4,3 % par an et la mortalité de 2,2 % par an. En ce qui concerne les mélanomes cutanés, une étude de l’InVS a estimé en 2 000 à plus de 7200 le nombre de nouveaux cas de mélanome cutanés apparus en France, dont 42 % chez l’homme et 58 % chez la femme. Les ultraviolets présentent d’autres effets tels que le vieillissement cutané, les photodermatoses, ainsi que des effets sur l’œil (cataracte, DMLA, etc…). Par ailleurs la diminution de la couche d’ozone a des effets directs sur le rayonnement UV dont l’intensité, mesurée par le facteur d’amplification de radiation (FAR), augmenterait. Pour 1 % d’ozone en moins, il y a 1 à 2,5 % d’UV en plus selon les longueurs d’ondes prises en compte. Les doses d’UV supplémentaires reçues, en raison de la diminution de la couche d’ozone ou d’un allongement éventuel de la durée de l’exposition ou encore en raison d’expositions à des heures/saisons/latitudes de plus fort ensoleillement, entraîneraient inéluctablement une augmentation de leurs effets délétères.

71Une autre manifestation sensible de l’évolution des paramètres du climat est celle enregistrée par les pollinoses puisque la répartition spatio-temporelle des pollens dans l’atmosphère semble évoluer si l’on en juge par la recrudescence des allergies liée à une évolution des calendriers polliniques.

4.2. Les pollens

72La concentration des pollens dans l’air est suivie régulièrement, sur l’ensemble du territoire, depuis le milieu des années quatre-vingt, par le Laboratoire d’aérobiologie de l’Institut Pasteur de Paris puis, à partir de 1996, par le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA).

73En France, 20 à 25 % de la population souffre de réactions allergiques aux pollens et ce type d ´ allergie aurait doublé en 20 ans (M. Laaidi,). Chaque année les différents pollens se succèdent dans l’air de fin janvier à octobre. Ces dernières années, la douceur des températures hivernales, alliées à une élévation du taux d’humidité, avait avancé la saison pollinique comme le montre les comptages effectués sur le pollen du bouleau à Vienne (Emberlin, 2002). Au début des années1990, la pollinisation du bouleau débutait environ 100 jours après le début de l’année civile, 90 jours en 1994 et 80 jours en 2006. En une décennie, le début de la pollinisation, de plus en plus précoce a gagné trois semaines.

74Si la lente maturation des grains de pollen est conditionnée par le temps qu’il fait pendant tout le cycle végétatif précédant la floraison, souvent même dès l’entrée en dormance de la plante, une fois la. fleur arrivée à maturité, ce sont les conditions météorologiques du jour même qui commandent la libération des pollens et leur dispersion, donc le nombre de grains en suspension dans l’air. S’il pleut les pollens sont projetés à terre, c’est l’« effet de sédimentation » ; ces journées pluvieuses apportent donc aux allergiques un répit bénéfique. Il en va de même en présence de brouillard ou de forte humidité. À l’inverse, un temps sec et ensoleillé, avec un vent modéré, agréable pour beaucoup, se révèle favorable à de fortes concentrations en pollens et voit les symptômes allergiques se multiplier. Des indices concordants plaident en faveur d’une augmentation de la quantité de pollen émis dans l’atmosphère depuis le début de l’ère industrielle (David et Thibaudon, 2003), probablement en liaison avec une teneur accrue en CO2, dont le rôle sur le cycle de la chlorophylle et sur la croissance des plantes est connu de longue date. Ainsi, dans les années 1900, avec une teneur en CO2 de 290 ppm, un pied d’ambroisie produisait 5,5 grammes de pollen au cours d’une saison moyenne. Aujourd’hui, avec une teneur en CO2 de 370 ppm, il en produit 10 grammes. La synergie de ces émissions avec la pollution atmosphérique est prouvée et favorise l’irritation des muqueuses respiratoires et oculaires, déterminant une plus grande sensibilité aux allergènes polliniques et donc une augmentation de l'hyper-réactivité bronchique, nasale ou oculaire.

75D’autres facteurs ont contribué à aggraver les pollinoses. Par exemple la chaleur des étés a permis la progression de pollens méditerranéens vers le nord. C’est ainsi que l’aire de propagation de certains pollens de graminées ou d’olivier s’est étendue. En outre, l’engouement des jardiniers amateurs pour les thuyas a aussi facilité la propagation des pollens très allergisants de ce conifère.

76Cette évolution de la répartition spatio-temporelle des pollens ainsi que des pollinoses afférents, se retrouve de la même manière pour les vecteurs pathogènes.

4.3. Les vecteurs pathogènes

77La transmission de maladies infectieuses, contagieuses ou vectorisées est tributaire de l’évolution des paramètres climatiques. La plupart des maladies infectieuses humaines, avant de se transmettre d’homme à homme, proviennent de zoonoses. Les espèces vectrices et/ou réservoirs sont extrêmement sensibles à la température, et leur cycle de vie intervient dans une gamme optimale de température. Ainsi, des espèces, jusqu’alors exotiques, pourraient s’installer dans certains biotopes de l’hexagone, à la faveur de modifications thermiques. Les modifications de l’environnement peuvent correspondre aussi à une dégradation « in situ » des caractéristiques de l’écosystème même si le climat n’a pas beaucoup changé. La dégradation des écosystèmes (pollution chimique, destruction d’habitats animaux) et l’induction de déficits immunitaires au sein des populations animales exposées peut alors provoquer le développement de maladies. Comme les récentes crises sanitaires l’ont montré, les animaux domestiques sont alors les premiers concernés en raison des conditions d’élevage (espaces contingentés, nourriture artificielle, dopage chimique).

78La prolifération des bactéries du genre Legionella (Hoebe et al., 1998) en raison de l’augmentation de la température de l'eau dans les réseaux intérieurs d'immeubles, notamment au-delà de 25°C, illustre bien l’influence de la température sur l’émergence d’agents pathogènes.

79Parmi toutes les maladies infectieuses, les plus tributaires du climat sont celles qui sont transmises par des vecteurs se nourrissant de sang (les hématophages). La plupart des maladies virales qui sont en nette recrudescence dans le monde sont transmises par un arthropode piqueur dont l’extension peut varier au rythme de l’évolution du climat. On a pu remarquer que de faibles évolutions climatiques peuvent avoir des répercussions fortes sur le milieu dans lequel vivent les oiseaux. En outre ceux-ci peuvent migrer et transporter les insectes loin de leurs terrains d’origine. Or, il semble admis que les calendriers migratoires sont en train de changer. Le geai pond aujourd’hui son premier œuf de la saison avec une avance de dix jours en moyenne par rapport à 1971. L’augmentation des températures serait aussi susceptible de modifier la durée et les trajets des oiseaux migrateurs en allongeant la période pendant laquelle les oiseaux restent en France.

80Cette interdépendance entre le développement des insectes vecteurs et les agents microbiens ou parasitaires qu’ils véhiculent, en fonction, notamment, de la température environnementale, est générale

4.3.1. Exemple de l’évolution du paludisme

81La transmission du paludisme en Afrique dépend étroitement de la température des écosystèmes aquatiques autour de 22°C, avec un optimum de précipitation mensuelle de 80mm, car en deçà et au-delà de ces valeurs les développements conjoints du parasite et des larves de moustiques sont moins efficaces (Craig et al., 2004). Le paludisme, en touchant 100 à 120 millions de personnes par an est un fléau mondial qui n’est que, pour partie, lié au climat puisqu’en faisant l’hypothèse de la multiplication des anophèles porteuses en France, il semblerait que la maladie puisse être rapidement enrayée en raison des conditions médicales présentes. Toutefois, une élévation de la température produit des conséquences désastreuses en affaiblissant la mortalité hivernale, en développant la prolifération des anophèles l’été et en augmentant leur durée de vie. « L’impact du paludisme et l’efficacité des moyens de lutte restent étroitement liés au niveau socioéconomique des populations, autant et plus qu’au contexte climatique. La déforestation peut également avoir sa part de responsabilité en augmentant les étendues d’eau stagnantes » (J.P. Besancenot, 2007)

82La prolifération des moustiques est inquiétante car elle entretien également la propagation du virus West Nile et de la fièvre de la vallée du rift. Alors que la présence de ce virus n’avait plus été signalée en France depuis 1965, fin août 2000, une épizootie provoqua le décès de 21 chevaux en Camargue. En 2003, 7 cas humains et 4 cas équins (dont deux décès) d’infection à virus West Nile ont été rapportés dans le département du Var (Murgue et al., 2001 ; Zientara, 2002). Le virus West Nile a circulé dans le bassin méditerranéen ces dernières années.

4.3.2. La maladie de Lyme

83Au cours des deux dernières décennies, la maladie de Lyme a gagné de plus hautes latitudes : « elle a notamment été observée en Suède à la faveur des hivers doux et des printemps précoces » (J.P. Besancenot, 2007, p. 65.). Les hivers plus cléments favorisent la prolifération des tiques mais on ne peut pas exclure la progression des loisirs dans les milieux forestiers infectés. En Suède, la transmission d’encéphalites par les tiques a augmenté en raison d’hivers plus doux entre 1980 et 1990, favorisant la reproduction des vecteurs, mais aussi l’augmentation des animaux réservoirs eux-mêmes, entraînant une multiplication des vecteurs infectés (Lindgren et Gustafson, 2001). Au Canada, des modèles statistiques ont montré une expansion importante de 200km plus au nord des tiques, responsables de la transmission de cette maladie, à la faveur d’un climat moyen plus doux (Ogden et al., 2006).

4.3.3. La leishmaniose cutanée canine

84La leishmaniose cutanée canine progresse vers le nord ; la présence des vecteurs de cette pathologie dépasse le Piémont italien (Capelli et al., 2004). L’extension de la leishmaniose dépend des conditions climatiques. L’agent pathogène, de petits moucherons appelés phlébotomes, a pour réservoir des petits rongeurs et surtout le chien domestique. L’extension des phlébotomes est limitée par des contraintes thermiques. La température moyenne annuelle ne doit pas descendre au dessous de 10°. Néanmoins, on a observé, depuis ces dernières années, une extension de la maladie qui, auparavant n’avait jamais dépassé le 45ème parallèle. Cette infection qui s’étend, d’année en année, chez le chien, présente une menace sérieuse.

4.3.4. Le développement de champignons

85Le développement de champignons renforce l’occurrence de maladies allergiques déjà mentionnées à travers les pollinoses. Les hivers doux et humides permettent également la progression de moisissures et champignons S. chartarum produit de nombreuses mycotoxines responsables de pathologies graves, voire mortelles (mycotoxicoses, stachybotryotoxicoses) touchant le système vasculaire, respiratoire, immunitaire, le système nerveux central ou l’appareil digestif.

4.4. Ces évolutions progressives voire même imperceptibles peuvent également provoquer des ruptures et des catastrophes

86Les évolutions décrites supposent la mise en place de prévention et de mécanismes d’adaptation. Dans certain cas, ces évolutions progressives peuvent se traduire par une véritable rupture lorsque les capacités d’adaptation sont dépassées.

87La sécheresse et le manque d’eau sont des risques majeurs liés aux variations du climat auxquels il est possible de s’adapter jusqu’à ce qu’un certain seuil soit atteint. L’oasis de Naftah offre un triste exemple de désertification liée à une surexploitation des aquifères locaux utilisés pour assouvir les besoins du tourisme qui sont complètement disproportionnés par rapport aux ressources locales. Cette oasis, qui porte le beau nom de corbeille, magnifiquement située au pied d’une falaise d’où s’écoulaient de nombreuses sources offre, aujourd’hui, une image complètement désolée d’une ville abandonnée aux quelques chèvres dont les bergers ne peuvent que rêver à la prospérité d’antan.

  • 11 Marchand J.P., 1985, Contraintes climatiques et espace géographique. Le cas irlandais, Caen, Paradi (...)
  • 12 Péguy C.P., 1989, Jeux et enjeux du climat, Masson, 255p.

88Parmi d’autres ruptures plus complexes analysées par J. Diamond (cf ci-dessous), l’exemple de l’Irlande décrit par J.P. Marchand11 illustre une rupture systémique dont les conditions climatiques catastrophiques représentent une entrée du système. Cet exemple a d’ailleurs été présenté par C.P. Péguy12 en 1989. Les irlandais vivaient en s’appuyant sur deux cultures : le blé et la pomme de terre, Celle-ci est adaptée au climat de l’île et destinée à assurer la subsistance des paysans. La culture du blé s’explique par le système foncier qui oblige les paysans à entretenir une culture monétarisable pour pouvoir payer leur fermage aux propriétaires. Cette population était particulièrement sensible aux aléas climatique car une année de mildiou les assurait de la famine et une mauvais récolte de blé (été pourri ou gel tardif) les chassait de leurs terres faute de pouvoir honorer leur loyer. Le système s’est effondré en cinq ans (1845-1849) en raison de pluies légèrement supérieures à la normale au mois d’août et donc à la conjonction du mildiou pénalisant la récolte de pommes de terre et des moissons désastreuses. La moyenne des cinq mois d’août de la période critique s’élève à 86 mm contre 75 en période dite normale (1838-1876). Avec une différence de 11 mm, il est impossible d’évoquer un cataclysme. Il s’agit bien de la rupture d’une économie progressivement fragilisée par un système agraire très dur et par la culture du blé peu adaptée au climat irlandais et donc présentant une forte vulnérabilité en raison d’une rentabilité marginale. La « sortie » du système est connue, elle correspond à une émigration massive aussi bien vers les Etats Unis que vers Londres en fournissant une main d’œuvre bon marché, au moment de l’industrialisation rapide. En 1841, l’Irlande comptait 8 200 000 habitants et seulement 3 369 000 en 1979 ! Les fortes pluies de la période critique représentent la chiquenaude, apparemment d’origine climatique, apportée à un système déjà fortement fragilisé.

5. Conclusion

89Les relations entre le climat et la santé humaine, pour évidentes qu’elles soient, sont séculaires et complexes. Elles se déclinent rarement sur le mode d’une causalité simple ; d’une part parce que le climat n’est pas la seule composante de l’environnement, d’autre part parce que l’homme s’est adapté depuis longtemps au climat en utilisant les nombreux artifices que sont les vêtements, le logement, les protections sociales etc. Les relations entre le climat et la santé peuvent s’effectuer selon trois modalités temporelles, soit le rythme de la catastrophe, du phénomène paroxysmique qui a des effets néfastes sur les plus vulnérables. La prévention consiste alors à créer des conditions défavorables à l’occurrence de la catastrophe ou bien à favoriser les conditions d’une possible résilience. Soit le rythme de l’évolution sur une échelle de temps étendue ce qui favorise une adaptation sur le mode de l’interaction réciproque par l’intermédiaire d’une longue évolution environnementale. Ce temps long de la géologie s’amenuise avec le changement climatique pour s’étirer sur la durée d’une génération ou d’un siècle. Soit encore sur un rythme séculaire mais accéléré par des ruptures (les tipping points pointés par le GIEC) dont l’exemple historique est celui des famines irlandaises.

90La santé humaine est fortement dépendante du climat, non pas à travers une relation linéaire causale mais au sein de nombreux facteurs constituant les composantes naturelles et sociales de l’environnement dans lequel l’individu est inséré, lui, individuellement, et l’humanité dans son ensemble. La prolifération de vecteurs de maladies est très fortement influencée par l’environnement et ses modifications mais le climat ne représente qu’une composante de l’écosystème dont l’évolution peut être attribuée à de nombreuses variables. Certes l’aire d’extension de ces maladies à virus est très fluctuante mais les changements relèvent de nombreux facteurs parfois, trop rapidement attribués au climat.

91Les effets du climat sur la santé humaine, surtout au moment de l’irruption de phénomènes exceptionnels dépendent de la vulnérabilité des sociétés. De manière générale, le système de soin et l’hygiène restent des éléments essentiels de prévention. Cependant la prévention dépasse largement le cadre sanitaire et interroge les pratiques urbanistiques mais aussi agricoles et alimentaires.

92Le climat n’est pas seul en cause dans les ruptures d’équilibre analysées, la multiplication des voyages permet également la diffusion des pollens qui sont nombreux dans les soutes ou les pneus des avions.

93Aristote, dans ses « Météorologiques » ne fait jamais apparaître l’homme. L’énoncé est cantonné dans une abstraction désincarnée, en dehors du temps et du lieu. « Aristote évacue la contingence de l’espace et du temps de la scientificité ». (J.F. Staszak, 1995). Or, les défis du monde moderne se jouent précisément au sein de cette interface, matérialisée par des interrogations sur le climat, qui propulse notre horizon, à travers une vision mondiale, sur une échelle temporelle séculaire. Cette démarche exige des outils d’investigations nouveaux et pluriels, mêlant des approches plus sensibles sur les perceptions et sur le sens de la vie avec des approches plus scientifiques utilisant une mathématique des ensembles flous et sécants. Malheureusement les connaissances sur le développement de ces interactions sont encore insuffisantes. En particulier, les effets directs ou indirects d’une élévation de la température sur des écosystèmes aquatiques d’eau douce et sur la survie et la viabilité des bactéries, virus et parasites pathogènes en interaction avec celles de leurs vecteurs et/ou réservoirs présentent encore bien des inconnues !

94La perspective du changement climatique propulse le climat sur le devant de la scène avec des interrogations beaucoup plus profondes qui dépassent largement le niveau des réponses apportées par la maîtrise de la vulnérabilité. C’est toute la vision sécuritaire de la maîtrise des risques qui est remise en cause en interrogeant fondamentalement le mode de vie occidental et son caractère inégalitaire et non durable. Le territoire n’est plus le refuge d’un équilibre local mais il éclate aux dimensions du monde. Et, en même temps, l’avenir s’impose dans le présent qui ne peut plus se construire indépendamment d’une vision prospective sur notre « common futur » que les générations futures, chères au développement durable, auront à construire.

Notes

1 On a pris l’habitude d’associer la définition d’un climat à une « normale climatique » c'est-à-dire à une période d’au moins trente ans sur laquelle on dispose de mesures effectuées sur les différents paramètres climatiques pour que la notion de moyenne soit suffisamment dégagée des événements exceptionnels.

2 Le focus group représente une technique utilisée en science sociale pour recueillir des opinions émises sur une question précise par des non spécialistes

3 En 2003, au moment de la canicule, la Direction Générale de la Santé s’est aperçu que, contrairement aux pays voisins, les protocoles sur la prévention des crises climatiques étaient très peu nombreux voire même inexistants.

4 Chamoiseau P., 1990, Autan d’enfance, Hatier p. 36-37

5 En 1742, l’ouvrage est traduit en français notamment. John Arbuthnot (baptisé le 29 avril 1667 - 27 février 1735), écossais. fut nommé médecin de la reine Anne.

6 L’Esprit des lois, 3ème partie, Livre XVIII, chap. II.

7 En l’absence de définition officielle, on considère qu'il y a canicule quand, dans un secteur donné, la température reste élevée et l'amplitude thermique faible. Cela correspond grosso modo à une température qui ne descend pas en dessous de 18°C pour le nord de la France et 20°C pour le sud la nuit, et atteint ou dépasse 30°C pour le nord et 35°C pour le sud le jour, ceci d'autant plus que le phénomène dure plusieurs jours, et a fortiori plusieurs semaines, la chaleur s'accumulant plus vite qu'elle ne s'évacue par convection ou rayonnement.

8 http://www.invs.sante.fr/publications/2004/psas9_070904/rapport.pdf

9 Pourcentage du rayonnement solaire réfléchi vers l’espace par la surface de la terre

10 http://www.inpes.sante.fr/

11 Marchand J.P., 1985, Contraintes climatiques et espace géographique. Le cas irlandais, Caen, Paradigme

12 Péguy C.P., 1989, Jeux et enjeux du climat, Masson, 255p.

Table des illustrations

Titre Figure 31 : Evolution du rythme saisonnier de la mortalité en France
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15016/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

Auteur

Professeure émérite à l’Université de Lille 1 (Laboratoire TVES) et également Vice-présidente de l’Association pour la prévention de la pollution atmosphérique (APPA).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search