Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le changement climatique

 | 
Isabelle Roussel
, 
Helga-Jane Scarwell

Chapitre 2. Quand le climat invite à réintégrer le « non humain » dans le champ de l’action publique

Le cas des Chagga sur les pentes du Kilimandjaro, Tanzanie

Léa Sebastien

Texte intégral

1. Introduction

1Avec les changements climatiques globaux, le Mont Kilimandjaro est aujourd’hui au cœur des préoccupations, les neiges éternelles diminuant drastiquement. Jamais depuis Hemingway n’avait-on parlé autant de la plus grande montagne isolée du monde. Le Kilimandjaro, dont l’origine du nom fait encore débat est, à 5895m, est le plus haut sommet d’Afrique, situé en Tanzanie. Ce pilier est-africain est présenté comme un étalon écologique, puisque les écosystèmes de l’Equateur à l’Arctique s’y succèdent verticalement, du piémont (petite ville de Moshi) au sommet (appelé le Kibo). Les pentes du Kilimandjaro sont habitées par les Chagga, et ce, traditionnellement depuis des siècles. Paysans, ils cultivent leur shamba, lopin de terre qui présente un système agro-forestier complexe. L’accès à l’eau dans les villages Chagga a toujours été géré par des comités de canaux, de véritables plate-formes de dialogue qui visent à organiser l’irrigation entre utilisateurs.

2Mais voilà, les activités humaines s’intensifient sur les pentes de la montagne, la forêt d’altitude est grignotée, les neiges qu’on disait éternelles ne le sont plus et l’eau vient à manquer. Depuis la première mesure en 1912 (Klute, 1920), le glacier a perdu 82 % de son volume (Thompson et al, 2002), et les conséquences sur l’hydrosystème comme les écosystèmes restent méconnues. D’autre part, la petite ville de Moshi, située au piémont de la montagne a déjà commencé à ressentir un certain stress hydrique. Sachant que le Kilimandjaro, faisant partie du bassin versant de Pangani, représente la première source d’eau du pays et d’une grande partie de l’Afrique de l’Est, une diminution de la ressource pourrait avoir des impacts dramatiques et des risques hydrologiques sérieux. Le château d’eau est ébranlé.

3Face à cette dégradation du patrimoine naturel, comment réagissent les acteurs locaux ? De quelles manières les changements climatiques sont-ils appréhendés et vécus sur le terrain ? Quelles répercussions l’évolution du climat a-t-elle sur le contexte social du territoire ? Afin d’apporter quelques éléments de réponse, une analyse du jeu d’acteurs a été menée en 2005 afin de tenter de caractériser les types de relations sociales ainsi que les relations au territoire sur les pentes du Kilimandjaro. C’est en quelque sorte un diagnostic socio-environnemental qui a été établi sur ce territoire au travers du modèle conceptuel d’analyse intitulé l’Acteur en 4 dimensions (A4D) (Sébastien & Paran, 2006).

4Nos objectifs sont les suivants : (1) présenter le modèle de l’Acteur en 4 Dimensions et sa méthodologie innovante pour étudier la gouvernance environnementale sur un territoire (parties 1 et 2) ; (2) analyser les dynamiques du jeu d’acteurs sur les pentes du Kilimandjaro autour des problématiques environnementales, notamment celle des changements climatiques (partie 3) ; (3) étudier plus particulièrement les représentations des communautés locales Chagga vis-à-vis des enjeux sociaux et environnementaux actuels (partie 4). In fine, nous souhaitons analyser les implications environnementales et sociales du changement climatique sur la montagne sacrée et proposer des pistes pour une meilleure gouvernance environnementales sur ce territoire unique (partie 5).

2. Une recherche centrée sur les liens entre humains et non-humains

2.1. Cheminement théorique

5« Favoriser un état d’harmonie entre les êtres humains et entre l’homme et la nature », telle est la proposition du Rapport Brundtland pour aller vers le développement durable (CMED, 1987). Si, à l’origine du concept, on aspire donc à une certaine cohésion sociale, l’harmonie entre êtres humains se perd peu à peu dans la confusion des différentes formes d’appropriation du développement durable. Le développement durable est tiraillé entre son pilier économique et son pilier environnement, chacun défendu farouchement par ses partisans respectifs pour deux visions idéologiques et antagonistes du monde : d’un côté, la vision anthropocentrée qui repose sur la croissance économique, de l’autre, la vision écocentrée qui, à l’opposé, table sur une décroissance soutenable. Ces luttes ont cantonné le pilier social dans l’obscurité. Nous proposons une approche socio-centrée du développement durable, qui se rapproche du concept de gouvernance (Sébastien & Brodhag, 2004).

6Vieille notion qui revient à la mode, la gouvernance vise à réunir l’ensemble des parties intéressées autour d’un problème pour l’organisation d’une décision collective. Car les désordres écologiques posent au niveau global comme local la question centrale : comment vivre ensemble ?, ou plus précisément : comment décider ensemble ? La crise écologique conduirait-elle à une réouverture démocratique, ce qu’on appelle démocratie participative ? Avec les problématiques environnementales, apparaissent de nouveaux enjeux : une complexité destructrice, une société du risque, des incertitudes radicales, des savoirs asymétriques. Plus aucun acteur ne détient alors à lui seul l’information pertinente pour prendre la bonne décision. Naît alors aux forceps l’idée d’une nouvelle gouvernance environnementale, aux contours flous et aux vagissements faibles.

  • 2 Générations futures et vivant biologique
  • 3 Humains contemporains sous-représentés

7Comment faciliter la négociation environnementale dans un contexte multi-acteurs ? Comment faire participer des acteurs absents2, qui par définition ne peuvent physiquement être présents, et des acteurs faibles3, ceux qui ne disposent pas des meilleurs atouts pour négocier ? L’objectif est d’atteindre une gouvernance environnementale dite éclairée, c’est-à-dire portée par un médiateur et qui puisse mettre en lumière les enjeux des faibles et des absents. Tel un œil de mouche qui, pour réaliser une seule image, fait la synthèse des informations transmises par ses multiples facettes, mettre en place un processus de gouvernance environnementale éclairée oblige à tenir compte d’une infinitude de paramètres mêlant l’objet et le sujet. Dès lors, nos réflexions sont guidées par les deux questions de départ suivantes : (1) sur le plan théorique, comment s’articulent rapports social et patrimonial sur un territoire ? (2) sur le plan pratique, comment fournir une aide à la négociation environnementale dans un contexte multi-acteurs ? Une proposition : l’Acteur en 4 Dimensions.

2.2. L’A4D, un modèle qui enchevêtre rapport social et rapport patrimonial

Figure 19 : L’Acteur en 4 Dimensions : son socle

Figure 19 : L’Acteur en 4 Dimensions : son socle

8Le modèle conceptuel d’analyse intitulé l’Acteur en 4 Dimensions (A4D) est issu d’une réflexion transdisciplinaire s’attache à appréhender les jeux d’acteurs sur un territoire par l’étude des liens entre humains et des liens homme-nature ainsi que par leurs interactions (Figure 19). Cette méthodologie propose de s’intéresser aux relations humaines à travers le rapport social, étudié sous les dimensions coopération et conflit, et aux liens homme-territoire à travers le rapport patrimonial, étudié sous les dimensions cohabitation et domination. Le rapport social est construit d’après les travaux de Quivy & Van Campenhoudt (1995) d’après la théorie de l’acteur social (Crozier & Friedberg, 1977). Il se scinde en deux dimensions : coopération qui mesure le potentiel, la tendance à la coopération de l’acteur avec le complexe multi-acteurs, et conflit qui mesure le potentiel, la tendance conflictuelle de l’acteur dans le complexe multi-acteurs. Le rapport patrimonial est construit en référence au rapport social d’après le concept de patrimonialisation (Micoud, 2001) et d’éléments de psychologie de l’espace (Moles, 1995). Il se scinde en 2 dimensions : cohabitation qui mesure le potentiel de l’acteur à vivre en harmonie avec son territoire, et domination qui mesure le potentiel de l’acteur à maîtriser son territoire. L’étude des relations humaines permet de mettre en évidence la nature et le rôle des acteurs faibles du territoire. L’étude des relations homme-nature, permet de mesurer l’importance accordée aux acteurs absents.

9Au final, chaque groupe d’acteurs présente ce que nous appelons une empreinte territoriale, empreinte qui résulte de la combinaison du rapport social et du rapport patrimonial (Figure 20). Chacune des 4 dimensions est renseignée par une série de composantes, elles-mêmes évaluées par plusieurs indicateurs. C’est par l’analyse des entretiens, des compte-rendus de réunion et autres supports d’information que nous pouvons attribuer une note à chacun des indicateurs. L’empreinte territoriale, obtenue par report de ces notes sur un graphique, correspond à une radiographie des acteurs. On peut par exemple identifier les acteurs les plus disposés à négocier, c’est-à-dire les plus ouverts au dialogue ; ensuite, ceux qui portent au sein de leurs objectifs les enjeux des acteurs absents, qu’il sera essentiel d’intégrer au processus de négociation.

10L’A4D peut s’avérer utile à des gestionnaires de projets qui voudraient s’implanter sur un territoire en préservant à la fois le tissu social et le milieu environnemental, ou à un médiateur accompagnant un projet d’aménagement du territoire. Dans un tel contexte, le médiateur pourrait se faire le porte-voix des acteurs faibles et le porte-parole des acteurs absents ou introduire dans le débat des éléments d’information ou de diagnostic permettant leur prise en compte.

Figure 20 : Empreintes territoriales à 4 dimensions (droite) et à 8 dimensions (gauche)

Figure 20 : Empreintes territoriales à 4 dimensions (droite) et à 8 dimensions (gauche)

11Outil d’aide à la décision, d’aide à la négociation, d’aide à la médiation ? L’Acteur en 4 Dimensions (A4D) appréhende un jeu d’acteurs par le rapport social et le rapport patrimonial, afin d’aboutir à des empreintes territoriales qui représentent chaque acteur vis-à-vis des autres et de son territoire. Ceci afin d’appuyer une médiation (par l’apport d’une connaissance détaillée du jeu d’acteurs), d’éclairer une négociation (par l’introduction des acteurs absents et acteurs faibles) et de baser une décision (par l’évaluation des atouts et des carences du jeu d’acteurs).

3. Une méthodologie particulière pour un terrain d’étude particulier

3.1. Présentation du terrain d’étude

  • 4 Moshi signifie fumée, en swahili

12Kilimandjaro : ce volcan tanzanien, né il y a 750 000 ans dans le tumulte tectonique du rift africain, domine l’Afrique en frôlant les 6000m. Il s’agit d’un massif volcanique dont la cime isolée, couverte de neige, surplombe la savane avoisinante. Pendant des millénaires, les neiges de son sommet ont alimenté les légendes locales. Découvert par les européens au milieu du 21e siècle, il attire aujourd’hui quelque 20 000 randonneurs par an. Le Kilimandjaro, dont la base s’étend sur 60km de longueur et 40 de largeur, se trouve totalement englobé à l’intérieur du territoire tanzanien, au nord-est du pays, à la frontière avec le Kenya (Figure 21). Au piémont de la montagne se situe la petite ville de Moshi4 et à l’ouest, Arusha, ville de tous les tours operators. Le Kilimandjaro a su conserver une forte image de marque, tant dans les pays industrialisés qu’en Afrique. Il est présenté en Occident comme l’étalon écologique par excellence et intrigue à cause du caractère paradoxal des neiges éternelles africaines. La montagne représente également un symbole social étonnamment puissant pour les populations des deux pays concernés, le Kenya et la Tanzanie. Le toit de l’Afrique, dont on a célébré en 1989 le centenaire de la première ascension, possède en réalité trois sommets, anciens cônes de volcans éteints : le Kibo, le plus élevé, qui culmine à 5895m ; le Mawenzi à 5149m ; enfin le Shira, moins élevé à 3962m.

  • 5 Une planèze est un plateau basaltique qui résulte de l'érosion de coulées sur les flancs d'un volca

13La région du Kilimandjaro est séparée en quatre districts : Moshi rural, Moshi urban, Hai et Rombo. Ces districts du territoire Chagga s’étendent de la base au sommet du Kilimandjaro et sont généralement séparés les uns des autres par une rivière importante. A chaque district une planèze5. Si la région du Kilimandjaro représente 1 % du territoire national, elle représente 5 % de la population du pays. Selon le recensement national de 1988, la population du mont Kilimandjaro était alors de 840 500 personnes, une population qui aurait triplé depuis 1948. La densité de population est très variée sur le territoire ; en 2000, le Moshi Rural District Council affiche une moyenne de 200 personnes au km², mais les pentes du Kilimandjaro accueillent autour de 650 personnes au km². Une telle pression démographique fait craindre le pire pour la qualité de vie humaine et environnementale sur la zone (Gamassa, 1991).

Figure 21 : Présentation de la zone du Kilimandjaro

Figure 21 : Présentation de la zone du Kilimandjaro

3.2. Problematique : ‘Kyalema Kyaro : Qui ne peut être conquis’, et pourtant…

14Même réputé, le Kilimandjaro reste un géant sauvage aux secrets bien gardés. Son nom d’abord, est une énigme. Les tribus chaggas, qui cultivent ses coteaux fertiles depuis cinq siècles, l’appellent Kyalema Kyaro : qui ne peut être conquis. Et pourtant… Depuis quelques dizaines d’années, la montagne s’essouffle et souffre d’une dégradation généralisée de son patrimoine naturel.

15Le bassin hydrographique du Kilimandjaro est la zone première de captage des eaux de Tanzanie ; il alimente le bassin de Pangani, un des plus grands bassins du pays. Tout le nord de la Tanzanie dépend directement de l’eau de la montagne pour l’eau de boisson, l’eau domestique, les activités agricoles et la production d’énergie. Or, l’état de la ressource en eau inquiète. La ville de Moshi, située au pied du Kilimandjaro, a une demande en eau de 30 000m3 quand la disponibilité n’est que de 20 000m3 (Mboya & Mponeja, 1999). Quand le Kilimandjaro alimente en eau une grande partie de la Tanzanie, une pénurie à Moshi apparaît alors comme un phénomène surprenant.

16Plus inquiétant : la fonte des glaciers du Kilimandjaro. Des géologues américains ont mesuré le phénomène : selon leurs calculs, 80 % des glaciers ont fondu depuis 1912 (Thompson et al, 2002). A ce rythme, on prévoit que les glaces auront entièrement disparu entre 2010 et 2020. Les raisons de cette évaporation restent à ce jour mystérieuses elles-aussi. Même si le mont Kilimandjaro représente le symbole des changements climatiques à cause de la fonte de ses neiges réputées comme éternelles, on en sait peu sur l’évolution de ses ressources naturelles, l’occupation du sol, ou l’impact des activités humaines. Le château d’eau est ébranlé.

17Déforestation massive et plantations de résineux, détournement de rivières, démographie galopante sur les pentes, diversification et intensification des usages, variations de l’occupation du sol, fonte des neiges : les causes de la dégradation environnementale sont nombreuses, difficilement évaluables et se pose aujourd’hui la question du devenir de la montagne sacrée. Sur les pentes du Kilimandjaro vivent les Chagga, pour qui il paraît inconcevable de vivre ailleurs. La population Chagga croît à un taux de 3 % par an (Lamprey & Michelmore, 1991) ; ainsi, la taille des parcelles agricoles, appelées Shamba, rétrécit à chaque nouvelle génération. Les hauteurs du Kilimandjaro ont respectivement été classées réserve naturelle en 1921, parc national en 1973 et Patrimoine mondial de l’Unesco en 1989, ce qui implique une modification du jeu d’acteurs sur ces milieux d’altitude. De quelles manières les acteurs locaux perçoivent-ils ces changements environnementaux ? Quels sont les savoirs mobilisés sur le terrain ? Quelles sont les pratiques jugées comme améliorant ou dégradant la situation ? Notre objectif est de réaliser une analyse de la dynamique du jeu d’acteurs concernant la zone des pentes sud du Kilimandjaro et d’appréhender les différentes perceptions ressenties au niveau local à propos des enjeux environnementaux auxquels fait face la montagne sacrée.

3.3. Méthodologie - Notre démarche pas à pas

18L'objectif est ici de réaliser un diagnostic du jeu d’acteurs territorial, d'évaluer le potentiel de concertation sur le territoire et de saisir les perceptions des acteurs territoriaux à propos de l'évolution de leur environnement et à propos des changements climatiques. Nous avons pu expérimenter notre méthodologie sur les pentes sud du Kilimandjaro lors d’un travail de terrain de 5 mois réalisé en 2005. Le premier travail a consisté à identifier les acteurs clés du système et à organiser des entretiens. Afin de réunir des informations aussi délicates que celles traitant des perceptions ou des rapports de force entre acteurs, il apparaît nécessaire de réaliser une série d’entretiens confidentiels avec chacun des acteurs. Un guide d’entretien ouvert et approfondi, mais néanmoins ciblé, a été élaboré en s’inspirant des méthodes d’entretien (Blanchet & Gotman, 2000) et de la stratégie patrimoniale (Ollagnon, 1989).

  • 6 Liens entre humains contemporains
  • 7 Liens des acteurs vis-à-vis de ce qu’ils considèrent comme leur patrimoine naturel et culturel

19Notre approche permet de mettre en évidence les écarts de pratiques, de préférences et de savoirs des acteurs (Donnadieu, 2002) vis-à-vis du territoire en général, des ressources naturelles en particulier. La compilation de l’ensemble de ces données discursives aboutit au positionnement de chaque acteur dans son rapport social6 et dans son rapport patrimonial7 au-travers de l’empreinte territoriale. Ainsi est-on en mesure de mettre en évidence sur le territoire les écarts cognitifs entre acteurs, les conflits d’intérêt et de position, la présence ou non d’acteurs faibles et absents. Bref, souligner les nœuds conflictuels sur le territoire ainsi que les potentiels de concertation et de conservation, et proposer quelques pistes pour tendre vers une gouvernance éclairée de la montagne sacrée.

Figure 22 : Présentation des zones du Kilimandjaro ainsi que des 5 villages d’étude

Figure 22 : Présentation des zones du Kilimandjaro ainsi que des 5 villages d’étude
  • 8 Bande forestière d’une largeur de 800m, sur laquelle les villageois sont en théorie autorisés à ram (...)

20Des entretiens personnalisés et semi-directifs ont alors été menés sur le bassin de Panganie en compagnie d’un traducteur swahili-anglais. Une première partie des entretiens a concerné les acteurs faisant partie de groupes constitués, issus des mondes associatif, industriel et institutionnel. Les acteurs rencontrés dans ce cadre sont : Tanzania Association of Foresters (TAF), une association travaillant sur la gestion durable des forêts auprès des populations locales, des membres du gouvernement et des professionnels ; Kilimanjaro National Park (KINAPA), un parc national créé en 1977 d’une surface de 7000km2 axé sur la gestion du tourisme sur la montagne ; Tanzanian Coffee Board (TCB), organisme gouvernemental créé en 2001 chargé de contrôler la production de café du pays ; Bonite Bottlers inc., une entreprise vendant l’eau en bouteille ‘Kilimanjaro Pure Drinking Water’depuis 1992 ; Pangani Basin Water Office (PBWO), organisme gouvernemental chargé de la gestion de l’eau à l’échelle du bassin versant de Pangani ; Village Officer, responsable de l’administration d’un village au sein du District Council, en charge des différents comités de villages et de la gestion de la ½ mile strip8.

Figure 23 : Schématisation du mont Kilimandjaro (source : Léa Sébastien)

Figure 23 : Schématisation du mont Kilimandjaro (source : Léa Sébastien)

21Une seconde partie de l’étude a été consacrée et l’analyse d’un acteur particulier : le paysan Chagga. Etant donné qu’il n’existe pas d’association représentant les paysans Chagga, que ces derniers représentent un acteur clé du territoire des pentes du Kilimandjaro et qu’il s’agit d’une ethnie relativement isolée, peu étudiée et sur laquelle peu de données existent, 50 familles Chagga ont été interviewées, ceci afin d’obtenir un échantillon assez large (n =50) et diversifié (cinq villages différents) pour cerner leur point de vue sur les problématiques étudiées. Les familles Chagga ont été rencontrées dans 5 villages différents, tous situés sur les pentes sud du Kilimandjaro et à haute altitude, souvent à la frontière de la zone interdite par le gouvernement (entre 2500 et 3000m) : Shimbwe, Kydia, Mweka, Foo et Kweseko (figure 4 et 5). Ces entretiens n’ont pas été enregistrés mais retranscrits, une méthode efficace en contexte de traduction.

22Au total, lors de cette étude, 56 entretiens ont été réalisés sur les pentes du Kilimandjaro (dont 50 familles Chagga). Il est possible de classer l’ensemble des acteurs interviewés selon onze mondes et trois sphères : (1) sphère publique (mondes des administrations, des collectivités territoriales, des établissements publics et de la recherche) ; (2) sphère privée (mondes de l’agriculture, de l’industrie, des propriétaires et des usagers) ; (3) sphère associative (mondes de la chasse, de la pêche et de la protection de la nature). Le tableau suivant présente une certaine catégorisation des Mondes d’un territoire : les acteurs rencontrés sur le Kilimandjaro intègrent sept Mondes différents (Tableau 1).

Tableau 1 : Présentation des « sphères » et des « mondes » des acteurs du Kilimandjaro

Tableau 1 : Présentation des « sphères » et des « mondes » des acteurs du Kilimandjaro

23Afin de traiter les informations issues des discours des acteurs, nous nous appuyons sur deux grilles de classement : (1) une grille générale retrace les grandes lignes du jeu d’acteurs, avec 22 rubriques, toutes renseignées avec les mots de l’acteur (problématiques territoriales repérées par les acteurs, points essentiels du discours, liens des acteurs avec le complexe multi-acteurs, particularités des acteurs) ; (2) une grille des pratiques-préférences-savoirs organise le discours des acteurs de manière plus fine en trois ensembles : savoir-faire (pratiques), savoir-être (préférences) et savoirs des acteurs se rapportant respectivement au territoire, aux ressources naturelles, au complexe multi-acteurs et à leur groupe d’appartenance. Ces différentes rubriques ont été élaborées au fur et à mesure des entretiens. Au final, les éléments contenus dans les grilles de données permettent de renseigner le modèle de l’A4D, de réaliser les empreintes territoriales pour chaque acteur ainsi que d’effectuer une analyse du discours pour accéder aux représentations des acteurs.

4. Résultats (1) : Synthèse du jeu d’acteurs

4.1. Une nature aimée différemment

24Commençons notre discussion par l’étude des problèmes généraux du Kilimandjaro évoqués par les parties prenantes de la gestion des ressources naturelles sur la montagne. L’analyse des entretiens et des fiches synthétiques individuelles permet de déceler les principaux problèmes du territoire évoqués par les acteurs. La figure 6 présente la compilation des problèmes du territoire évoqués par les acteurs selon leur fréquence dans les discours. A gauche sont listés en détails les problèmes territoriaux du Kilimandjaro, des plus évoqués au moins évoqués. Les flèches représentent les problèmes touchant au climat, à savoir la fonte du glacier et les changements climatiques. A droite, ces problèmes sont regroupés en 5 sous-ensembles, à savoir : le climat, l’eau, la forêt, l’agriculture, la société.

25Arrive en tête la diminution de l’eau sur les pentes du Kilimandjaro, qui se traduit par la baisse des débits des rivières et la disparition des sources et des canaux d’irrigation. Concernant cette baisse constatée de l’eau, on dénonce les réseaux défaillants, une population qui double tous les dix ans mais aussi la diminution de l’apport en eau (Ministry of Water, Energy and Minerals, 1993). Le toit de l’Afrique assurerait-il de moins en moins son rôle de capteur d’eau ? Une des hypothèses avancée est la diminution du couvert forestier. En effet, la forêt de montagne a continuellement été grignotée et convertie en zones de culture ; mais la plus grande perte de forêt indigène -7 %- vient des plantations à grande échelle de résineux effectuées par le département forestier de Tanzanie (Lamprey & Michelmore, 1991).

Figure 24 : Problèmes évoqués par les acteurs liés au territoire

Figure 24 : Problèmes évoqués par les acteurs liés au territoire

26La fonte du glacier représente le second problème le plus fréquemment cité ; une évolution qui inquiète tant les institutionnels, scientifiques, entreprises ou usagers car personne ne peut expliquer ce phénomène que tous redoutent. Concernant les changements climatiques, certains acteurs avancent que le volcan se réchauffe doucement, prémices d’un réveil futur, dont témoigneraient les petites fumerolles de soufre, de plus en plus nombreuses qui s’échappent du cratère central…

  • 9 Kilimanjaro National Park
  • 10 Maires de villages

27Viennent ensuite les conflits d’usage (autour de l’eau et du bois) ainsi que les pillages forestiers en altitude qui assèchent les sols. On déplore aussi les mauvaises récoltes, le morcellement des terres qui sont de moins en moins viables, la pollution des sols en altitude (touristes, pesticides) ; on critique Kinapa9 pour sa mauvaise gestion du parc national et on redoute les changements climatiques. Notons ici que les changements climatiques sont évoqués indépendamment de la fonte des neiges ; les acteurs voient ici deux problèmes distincts qu’ils expliquent de manière différente. Moins fréquemment cités viennent la chute du prix du café et le manque de pesticides, les maladies, la famine des populations et la gestion de la ½ mile strip par les village officer10. Finalement, on déplore un déséquilibre manifeste entre eau et forêt sur les pentes et on critique les traditions des Chagga qui refusent de migrer dans une autre région.

28Ainsi, l’occupation du sol a changé et les activités humaines se sont intensifiées ces dernières années. Le Kilimandjaro fait aujourd’hui face à de graves phénomènes d’érosion des sols et de surpâturage, à une déforestation immodérée, à une intensification des pratiques agricoles, à une pression touristique inquiétante ; bref, à une dégradation généralisée des milieux qui inquiète l’ensemble des acteurs du territoire (Misana, 1991). Des ressources comme l’eau et le bois devenant des entités de plus en plus difficilement accessibles, des conflits voient le jour entre utilisateurs, entre décideurs et usagers, entre les hautes terres et les basses terres ; l’environnement n’est plus une plate-forme de dialogue mais de litiges. La réserve forestière, par exemple, sous le parc national, qui contient ce qui reste d’une ancienne forêt de montagne, peu à peu transformée en cultures agricoles et plantations de pins par le Département Forestier de Tanzanie (Tanapa, 1992), se rétrécit.

29Au total, si l’on rassemble les problèmes territoriaux cités par les acteurs, on recense 5 grandes catégories de problèmes, cités environ dans la même proportion, avec une légère prépondérance pour les inquiétudes liées au climat : problèmes climatiques ; problèmes forestiers ; problèmes liés à l’eau ; problèmes agricoles ; problèmes sociaux. Ainsi les changements climatiques représentent-ils un problème majeur au Kilimandjaro pour les acteurs locaux, que ceux-ci relient aux autres problèmes. En effet, ces 5 catégories apparaissent comme enchevêtrées les unes aux autres, les acteurs établissant systématiquement des ponts entre climat, forêt, agriculture, eau et rapports sociaux.

30Reprenons maintenant le premier problème cité (baisse de l’eau) et tentons de l’approfondir en étudiant les enjeux spécifiquement associés à la ressource en eau sur le Kilimandjaro, selon les acteurs. La figure 7 présente à gauche une liste détaillée des enjeux liés à l’eau et à droite un regroupement des problèmes cités par thème. Comme précédemment les flèches font référence aux enjeux associés au climat sur la montagne. On remarque d’emblée que c’est la diminution généralisée de la ressource en eau qui arrive en tête du classement, un phénomène qui se remarque d’emblée par la baisse flagrante des débits des rivières. Puis, les deux grands enjeux environnementaux qui inquiètent sont la fonte du glacier et les changements climatiques. Une fois de plus, fonte du glacier et changements climatiques sont abordés distinctement comme deux préoccupations. Viennent ensuite les impacts anthropiques, tels que les pollutions d’origine agricole, la mauvaise gestion de la forêt, du parc et des alimentations en eau, la déforestation en altitude, le morcellement des terres et les enjeux liés au prix de l’eau. On regrette les conflits d’usage qui ont pris naissance récemment sur ce territoire, conflits entre amont et aval, entre riches et pauvres, entre activités traditionnelles et activités modernes. L’enjeu est alors pour certains d’augmenter les bases de données disponibles pour tenter de comprendre pourquoi l’eau est en constante diminution, pourquoi les canaux et sources ont disparu sur les pentes du Kilimandjaro.

Figure 25 : Problèmes évoqués par les acteurs liés à l’eau

Figure 25 : Problèmes évoqués par les acteurs liés à l’eau

31Concernant les enjeux identifiés au niveau de l’évolution de la ressource en eau sur la montagne, il est également possible de déceler certaines catégories de problèmes dans les discours : changements climatiques, quantité d’eau, qualité d’eau, agriculture, forêt, société. Les changements climatiques et la baisse de la disponibilité en eau sont cette fois prédominants ; on note par contre la redondance au niveau des catégories de problèmes, similaires à ceux évoqués précédemment. En effet, même appréhendées différemment selon le type d’acteur, les ressources naturelles sont au centre des préoccupations locales. Et là aussi, ces catégories s’interpénètrent dans les discours ; aucun problème n’est abordé de manière isolée. Est-ce à dire que les problèmes perçus par les acteurs locaux sont essentiellement d’ordre environnemental ? Le Kilimandjaro est le principal « pourvoyeur » de ressources naturelles de Tanzanie et d’Afrique de l’Est ; ainsi les changements environnementaux vécus sur le terrain inquiètent-ils au plus haut point. En 5 points, présentons chacun de ces objets sources de préoccupations pour les acteurs, à savoir : le climat, la forêt, l’eau, l’agriculture, la société.

4.2. Cinq types de problèmes identifiés

4.2.1. Problèmes climatiques : controverses autour des neiges de l’Afrique

32Le sommet scintillant du Kibo « vaste comme le monde, immense et incroyablement blanc dans le soleil » selon Ernest Hemingway a longtemps conservé sa part de mystère. Avant le 21e siècle, quelques rares chroniqueurs –le géographe égyptien Ptolémée, des marchands chinois, portugais, arabes– ont mentionné l’existence d’une montagne blanche au cœur de l’Afrique inexplorée. Les Portugais, dès 1507, paraissent avoir soupçonné l’existence de ce massif ; le navigateur Enciso écrivait :

« A l’ouest du port de Mombasa, se trouve le mont Olympe de l’Ethiopie, qui est très haut, et au delà s’élèvent les monts de la lune où sont les sources du Nil. Dans toute cette contrée, il y a quantité d’or et d’animaux féroces. La population mange des sauterelles ».

33En 1845, le géographe britannique William Cooley, sûr de sa science, assure que la montagne la plus connue d’Afrique de l’Est, appelée le Kirimanjara, est recouverte de roches rouges, dont sont faites les pièces de monnaie de cette région ! L’arrivée de missionnaires luthériens, peu de temps après, va contredire cette première version. Débarqués à Mombasa, ils entendent toutes les rumeurs sur cette lointaine montagne, dont la cime selon les légendes Chagga, serait un cimetière d’éléphants, avec des trésors d’ivoire, à moins qu’elle ne soit habitée par une vache géante à la queue miraculeuse, soutenant le soleil. En mai 1848, l’un des missionnaires, Joseph Rebmann, s’enfonce dans le pays Chagga et finit par approcher le Kibo… pour y découvrir la neige. Cette découverte rapportée en avril 1849 dans le Church Missionary Intelligencer provoque une énorme polémique à Londres. A la société géographique royale, certains accréditent ce récit, y voyant –à tort- la preuve que le Nil prend sa source au Kilimandjaro. D’autres sont sceptiques, comme Cooley ou Livingstone, et refusent de croire à l’existence de neige autour de l’équateur. Il faudra attendre 1861 pour qu’une expédition, menée par le baron allemand Decken et le botaniste anglais Thornton, permette de constater qu’il s’agit bien d’une cime neigeuse. Intéressant pour la science, le Kilimandjaro l’a paru davantage pour la politique. Aussitôt qu’a été ouverte la question du partage de l’Est-Africain, des envoyés du Sultan de Zanzibar, de l’Allemagne et de l’Angleterre se bousculent pour décrocher la montagne de glace. C’est finalement par le traité de Londres en 1890 qu’une ligne est tracée entre Vanga et la baie de Kavirondo, laissant expressément le massif du Kilimandjaro à l’Allemagne, l’Angleterre conservant un protectorat sur l’archipel de Zanzibar.

34Mais voilà : ce glacier mythique n’est plus. Des géologues américains ont mesuré le phénomène de fonte des neiges du Kilimandjaro et selon leurs calculs, 80 % des glaciers ont fondu depuis 1912 (Klute, 1920). A ce rythme, le professeur Lonnie Thompson, de l’université de l’Ohio, prévoit que les glaces auront entièrement disparu entre 2010 et 2020 (Thompson et al, 2002). L’ONG Greenpeace annonce la disparition des neiges du Kilimandjaro autour de 2015. Les raisons de cette évaporation restent à ce jour mystérieuses elles-aussi. Les experts américains y voient l’une des conséquences du réchauffement global de la planète, qui fragiliseraient en premier les calottes glaciaires situées près de l’équateur. D’autres spécialistes accusent les cultures intensives au pied de la montagne, les coupes de bois et les incendies sauvages qui contribueraient à l’assèchement du sommet (Hemp, 2005 ; Zongolo et al, 2000).

4.2.2. Problèmes forestiers : il était une fois une forêt

35La conservation des forêts du Kilimandjaro a été initiée dans les années 1900, sous la colonisation, par le gouvernement allemand ; le sommet de la montagne était alors une game reserve, soit une réserve de chasse. Le gouvernement britannique, en 1921, instaure la réserve forestière du Kilimandjaro. A partir de ce moment, tous les produits forestiers ne pouvaient être prélevés qu’avec une licence forestière en règle, une première barrière aux usages traditionnels des paysans Chagga (Kivumbi & Newmark, 1991). C’est à cette période que les habitants ont commencé à planter des arbres sur leurs parcelles agricoles mais il a fallu rapidement en venir à l’évidence que ces quelques plantations ne suffiraient pas à satisfaire les besoins en produits ligneux des familles. Dans les années’30, le Conseil Chagga demande au gouvernement colonial un droit d’accès aux ressources forestières pour les populations locales ; en 1941, l’État britannique concède aux Chagga une ceinture forestière d’une largeur de 800m, à la lisière de la réserve. Cette bande de terre est gérée par l’autorité locale Chagga, qui replante d’emblée plus de 200 ha en deux ans, grâce à la participation des habitants (Wily, 1997). Mais à l’indépendance du pays en 1962, les conseils de districts prennent en charge la gestion de cette bande de terre et transforment la forêt sociale en forêt commerciale. En 1972, la fameuse ceinture forestière change de mains une fois de plus et tombe sous la direction du gouvernement central, une institution encore plus éloignée des préoccupations locales Chagga. Il établit parallèlement en 1973 le Parc National du Kilimandjaro (Kinapa) à partir de 2700m ; l’ensemble de la faune sauvage ayant disparu, on ne mise plus sur la chasse mais sur le tourisme. Les premières routes touristiques ouvriront quatre ans plus tard.

36Ces premières mesures de protection gouvernementales sont renforcées par l’ordre présidentiel de 1984 qui interdit toute coupe en forêt sur l’ensemble du territoire ; les villageois ne sont autorisés à pénétrer en forêt que sur cette bande de 800m et ce, uniquement pour ramasser du bois mort pour leurs besoins quotidiens. Un texte a priori en faveur de la préservation qui se traduit sur le terrain par des patrouilles circulant jour et nuit en forêt pour arrêter qui va là.

37Plus globalement, les institutions mondiales ont récemment pris conscience de la vulnérabilité des milieux naturels d’altitude et de leur rôle primordial au niveau aussi bien écologique que social. Le chapitre 13 de l’Agenda 21 est en effet dédié au développement durable des zones de montagne, un premier pas vers une sensibilisation internationale qui espère enrayer les différentes menaces qui planent sur ces systèmes socio-écologiques d’exception. En 1989, les forêts de montagne, landes, déserts alpins et les glaciers du Kilimandjaro -de 1800m au sommet- sont classés Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco, c’est-à-dire « ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science, de la conservation ou de la beauté naturelle ».

38Aujourd’hui, patrimoine mondial de l’humanité ou non, on compte plus de 20 000 touristes par an, un nombre qui a doublé en dix ans. Tout comme les droits d’entrée, qui sont passés en 10 ans, de 150 à 1000 dollars par personne ! Si les autorités du parc national du Kilimandjaro profitent largement de cette manne, les communautés rurales n’en subissent que les désagréments. Pourtant, lors de la création de parcs et de réserves naturelles, 22 % des revenus devaient aller directement aux populations locales. Aujourd’hui, on sait que moins de 8 % des bénéfices sont dirigés vers les communautés, sans justification de la part du gouvernement.

4.2.3. Problèmes liés à l’eau… … quand eau et forêt s’avèrent indissociables

« Ce qui nous confond, ce sont ces troncs énormes des ancêtres de la forêt, masses prodigieuses, vieilles comme la montagne qui les porte, couvertes de bosses, labourées de crevasses, encombrées de lianes, d’orchidées, de fougères, de mousses, d’arbustes, d’arbres même, de toute une couche de végétation parasite qui pousse là comme sur un terrain préparé pour elle. Souvent leurs branches, fatiguées de porter si longtemps un si grand poids, tombent avec fracas sur les arbres environnants et fournissent à ceux-ci, comme il arrive dans l’espèce humaine, une occasion inespérée de monter à leur tour » (Le Roy, 1879).

39Les écosystèmes de montagne sont typiquement représentés par des zones à fortes perturbations anthropiques et/ou naturelles. S’y installent des équilibres naturels complexes et fragiles mais uniques. Variations d’altitude, orientation de la pente, composition et occupation du sol, pluviométrie, couvert forestier, organisation de l’hydrosystème, taux d’érosion ; autant d’éléments interconnectés qui créent une multitude de microclimats, chacun caractérisant un écosystème propre. Il découle de ces interrelations une biodiversité étonnante dans la plupart des écosystèmes montagnards.

40Leur étude nécessite ainsi le plus souvent une approche systémique, globale et intégrée de leur organisation. L’on ne peut aborder l’étude d’un hydrosystème d’altitude sans prendre en compte de nombreux autres facteurs, notamment le couvert forestier. Les ressources forestières et hydrologiques sont interdépendantes et indissociables, surtout en milieu de montagne : la déforestation diminue la capacité de rétention de l’eau qui se retrouve plus vite au bas des pentes et aggrave les phénomènes d’érosion par ruissellement ; le couvert forestier a donc un rôle immense d’une part dans la circulation générale de l’eau, d’autre part sur le climat. Partout où la forêt disparaît, s’installe la désertification sous toutes ses formes. Erosion des sols par l’air et l’eau, disparition de l’humus, ravinement, mauvaises alimentations des nappes phréatiques... Les forêts déterminent ainsi le potentiel hydrique tant au niveau quantitatif que qualitatif (Sarmett & Faraji, 1991).

41Les forêts pluviales d’altitude couvrent moins de 2 % du territoire tanzanien, mais se révèlent être la première source d’eau pour le pays. Ces forêts sont d’importance capitale puisqu’elles régulent les flux d’eau, évitent l’érosion des sols, fournissent de l’eau de qualité aux populations et représentent les habitats de nombreuses espèces faunistiques et floristiques, rares et endémiques. Des forêts pluviales de montagne dépendent donc la biodiversité, la production de ressources ligneuses et non ligneuses et l’approvisionnement en eau. Le bassin hydrologique de Pangani, un bassin des plus importants en Tanzanie, trouve ses sources dans la forêt pluviale d’altitude du mont Kilimandjaro. L’eau du bassin de Pangani est utilisée pour la consommation humaine, l’irrigation et la production d’hydroélectricité. Déjà, 6 % de cette forêt a été rasée et replantée de résineux, ce qui a transformé cette entité en massifs isolés. En a résulté la disparition de couloirs de migration de la faune sauvage, la perte de végétation et de sérieuses indications d’une diminution des débits des rivières sur le Kilimandjaro. Compte tenu de la pression démographique, des activités humaines sur la zone et de la fragilité des écosystèmes, il apparaît urgent de préserver ces forêts pluviales, vitales pour la vie sur la montagne (Bjorndalen, 1991).

42L’Etat tanzanien, pendant de nombreuses années et pour alimenter le marché de l’industrie, a remplacé la forêt indigène par une forêt monospécifique de conifères : Cupressus lusitanica et Pinus patula furent ainsi plantés à vaste échelle, des essences à croissance rapide mais qui acidifient le sol, participent à l’érosion et ôtent toute diversité au milieu. 6000 hectares furent ainsi convertis sur le Kilimandjaro, et ce, jusqu’à 2400m d’altitude, une aberration selon les écologues. Quand on connaît tous les rôles fondamentaux d’une forêt tropicale d’altitude dans la régulation des cycles écologiques, on s’interroge sur les conséquences d’une telle déforestation suivie d’une plantation de conifères, sur la distribution d’eau sur le Kilimandjaro. Là, les scientifiques s’affrontent. Oui, il est maintenant certain qu’une telle perte de forêt indigène a eu des incidences importantes sur l’hydrosystème ; une augmentation des crues en hiver et une baisse des débits en saison sèche (Bruen, 1989). Non, la conversion de la forêt indigène en forêt résineuse n’a eu aucun impact sur les taux d’infiltration ni sur les flux d’eau (Edwards & Blackie, 1981). Le lien entre eau et forêt fait toujours débat dans le monde scientifique mais semble révéler une certitude chez les acteurs locaux.

… le canal d’irrigation comme plate-forme de dialogue

« Les chaggas sont un peuple essentiellement agricole, et il faut convenir que parmi les tribus similaires de l’Afrique, ils occupent sous ce rapport un rang à part. Leurs travaux d’irrigation sont absolument remarquables, et en voyant ces prises d’eau cherchées parfois jusqu’au delà de la grande forêt vierge, conduite sur le flanc des collines et le bord des précipices, amenées par des pentes insensibles jusqu’aux endroits voulus, gardées en des réservoirs, détournées ici ou là, divisées en mille petits canaux de manière à ce que chacun ait sa part, on se demande ce qu’un ingénieur européen aurait pu faire de mieux » (Le Roy, 1879).

43L’eau sur les pentes du Kilimandjaro pouvait être encore il y a quelques années définie comme un bien commun : une ressource gratuite, ne faisant pas l’objet de mécanismes marchands ni de processus d’appropriation. Dans les villages Chagga d’altitude, l’eau était en effet disponible collectivement et les villageois ont des droits d’usage égaux envers cette ressource ; ces droits et les devoirs des habitants liés à l’eau caractérisent le type de gestion adopté et déterminent les relations entre individus concernant l’utilisation de la ressource (Bromley, 1991).

44En 1977, on estime à 500 le nombre de canaux d’irrigation sur le Kilimandjaro. Depuis des siècles, ce réseau complexe et élaboré alimente en eau des milliers de shamba. Il existe souvent dans un village un canal principal auquel sont rattachés de nombreux canaux secondaires, lesquels alimentent les shamba. Cette arrivée d’eau évite aux femmes la pénible tâche d’aller chercher de l’eau à la rivière (Grove, 1993). De la construction du canal à sa gestion, des droits à l’eau aux usages associés, tout ce qui touche aux canaux des villages Chagga est étudié par des comités de canaux, présents dans chaque village. Font partie du comité l’ensemble des utilisateurs des canaux et les chefs de canaux, le plus souvent des membres du clan fondateur du canal principal. Le comité de canal organise régulièrement des réunions où des décisions sont prises collectivement, concernant l’ensemble des problèmes et des projets liés à l’utilisation des canaux.

45Les autorisations de prélèvement d’eau dépendent de la quantité d’eau disponible, du nombre de demandeurs, et de l’altitude. Dans les basses terres, des tours d’eau ont été organisés avec des tranches horaires bien précises, en commençant par le shamba le plus en aval du système (Gillingham, 1997). Dans les hautes terres, l’eau est abondante et les tours d’eau ne sont pas nécessaires. Les canaux en altitude sont multifonctionnels ; ils irriguent le shamba mais servent également énormément aux usages d’ordre domestique, souvent jusqu’à l’eau de boisson.

46L’entretien des canaux principaux s’effectue collectivement une fois l’an ; par contre, chacun est responsable du bon fonctionnement du petit canal traversant sa parcelle, sauf quand de trop lourds travaux sont nécessaires. En cas de non-respect de ces règles villageoises, des sanctions s’appliquent. Ainsi, si un utilisateur ne participe pas aux tâches communes, les autres membres, après la journée de labeur, vont prélever chez le fautif l’équivalent d’une journée de travail, soit un poulet ou une grappe de bananes, qu’ils cuisinent le soir même. Si le fautif persiste, il se verra retirer son droit à l’eau. Les conflits majeurs peuvent ensuite remonter au niveau du district si nécessaire.

47Les systèmes traditionnels d’irrigation Chagga sont décrits pour la première fois en 1880 par des explorateurs européens, très impressionnés par l’efficacité du système. Allemands et Anglais tentent néanmoins de s’en rendre maître pour y apporter des changements ; mais le système des canaux d’irrigation Chagga demeure inébranlable (Lein, 2003).

  • 11 Définis comme ceux qui usent d’un bien commun sans en assurer sa pérennité

48Le système de gestion des canaux d’irrigation repose ainsi sur une organisation sociale ancestrale basée principalement sur le travail et non le capital. C’est la présence aux réunions et la participation aux travaux d’entretien qui garantissent le droit à l’eau ; aucun aspect monétaire n’intervient dans le processus. Les fraudes sont rares, et ce à cause de la pression du groupe qui a également un rôle important dans le bon fonctionnement du système ; chaque membre agit pour conserver son droit à l’eau et sa place au sein du groupe. Les passagers clandestins11 ne survivent pas longtemps au sein d’une telle communauté. Il s’agit ainsi d’un système équitable (car tous les usagers ont les mêmes droits), flexible (car même si le système général est régi par un certain nombre de règles formelles, chaque canal est unique et sa gestion dépend aussi de nombreuses règles informelles), et durable (grâce à cette complexité, et puisque chaque utilisateur participe à l’entretien et donc à la pérennité du système des canaux).

  • 12 Pangani Bassin Water Authority

49Le canal, dans les villages des pentes du Kilimandjaro, représente une entité forte autour de laquelle s’organisent des processus de négociations, de dialogue, de communautarisme et de gouvernance, même si les femmes sont encore exclues du comité de canal. Résultats : l’accès à l’eau est équitable, les canaux sont entretenus et les fraudes sont minimales. La gestion des canaux d’irrigation témoigne en effet d’une gouvernance locale efficace, dont les principes phares sont la participation et la concertation, et dont les Chaggas restent seuls maîtres du jeu, phénomène relativement rare. « L’eau du ciel appartient à Dieu ; et l’eau du canal aux membres du comité » entend-on parfois dans les villages. Contrairement aux domaines agricoles et forestiers où les acteurs externes tels l’Etat, les industriels ou les associations ont tenté de s’interposer, le sort des canaux d’irrigation, quand ils existent encore, semble toujours aux mains seules des Chagga. Mais ce système est en changement : le PBWO12, en échange d’une certaine gestion de la ressource en eau, souhaite dorénavant que l’ensemble des usagers de la ressource payent une certaine somme tous les mois. Et pendant que s’installant les premiers réseaux d’eau, les canaux disparaissent. Les Chagga, qui gèrent l’eau de façon autonome depuis des siècles et pour qui les ressources naturelles représentent un prêt de Dieu ne l’entendent pas de cette façon. Deux systèmes de valeurs qui s’affrontent et qui créent des conflits entre administrations et usagers.

4.2.4. Problèmes agricoles : une paysannerie en émoi

50Dans la région du Kilimandjaro, l’agriculture contribue à 40 % du PIB et emploie 80 % de la population active (O’kting’ati & Kessy, 1991). Les sols fertiles de l’ancien volcan en ont fait un territoire propice à un développement agricole rapide. Le shamba représente le lot de terre accolé à la maison du paysan Chagga ; le shamba se transmet de père en fils et se morcelle toujours un peu plus à chaque génération. Ne dépassant pas quelques acres aujourd’hui, le shamba se présente toujours sous la forme d’un petit système agro-forestier, assurant à la famille bois, cultures vivrières et revenus (Ikegami, 1994). Le café représente l’exportation majeure de Tanzanie et les pentes du Kilimandjaro sont une des grandes régions de production de café du pays. Les femmes et les enfants ont pour tâches les corvées d’eau et de bois, et s’occupent de l’agriculture vivrière (food crop) ; les hommes sont responsables de l’agriculture de vente (cash crop), c’est-à-dire du café et du maïs.

  • 13 Espèces qui ont besoin d’ombre pour se développer

51Les jardins familiaux des Chagga représentent un système complexe et évolué d’agroforesterie multi-strates ; une utilisation intensive des sols qui s’est néanmoins avérée viable jusqu’alors (Hemp, 2006). Les shamba ont alors longtemps suscité une certaine forme d’admiration, par leur organisation minutieuse, leur diversité et leur structure en 3 étages (Huggins, 2000). Une parcelle d’un seul hectare accueille d’abord plusieurs essences d’arbres (plantés pour le bois, l’ombre et les fruits), lesquels abritent des plants de bananes et de café. On retrouve ensuite au sol des espèces sciaphiles13, comme la patate douce. Mais aujourd’hui ? Si auparavant on louait les vertus du système agroforestier Chagga et sa durabilité tant économique qu’écologique, les jardins familiaux changent d’allure et la diversité culturale s’affaiblit.

52Multifonctionnelle, la banane reste la culture vivrière par excellence dans les Hautes Terres. Cultivée toute l’année, elle se prépare de mille façons différentes, sert à la confection de la bière locale, conserve un prix stable sur le marché et ses feuilles sont utilisées pour l’alimentation du bétail. Pour ce qui est du café, sa culture est actuellement remise en question sur les pentes du Kilimandjaro. Le premier plant de café arabica a été intégré au système agroforestier dans les années’20 (Gillingham, 1997). Progressivement, les Chagga ont remplacé leurs plants d’éleusine (millet qui servait essentiellement à la production de bière) par du café, la récolte destinée cette fois à la vente. Culture à risque donc, car les revenus des agriculteurs dépendent directement des prix du marché… en chute libre depuis les années’70. De plus, l’espèce arabica aurait besoin de pesticides pour un développement optimal ; des produits chers pour les paysans et nocifs pour l’environnement. L’utilisation systématique des pesticides et fongicides particulièrement sur les plants de café a d’ailleurs largement altéré la faune du sol et du sous-sol, faune vitale au recyclage des nutriments et à la formation d’humus (O’kting’asi & Kessy, 1991). Si auparavant le gouvernement distribuait aux habitants ces pesticides, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Bilan : récoltes médiocres et revenus dérisoires.

53Si quelques-uns persistent dans la culture du café par tradition récente, la plupart des paysans songent à le remplacer par du maïs. Maïs qui nécessite énormément d’eau, maïs qui participe à l’érosion, maïs dont le rendement augmente lorsqu’il est planté en rangs serrés sans ombre ; maïs qui ne coïncide pas avec le système complexe agroforestier. La monoculture prendrait-elle le pas sur la diversité culturale, prônant l’agrobiodiversité ? L’agriculture est un sujet qui inquiète toutes les familles Chagga. On appréhende la raréfaction des terres cultivables ainsi que les retombées du fiasco de la caféiculture (Soini, 2005). Se pose alors la question des répercussions engendrées par la culture de produits destinés à la vente plutôt que la pratique d’une agriculture de subsistance. Dans une zone aussi fragile, isolée et difficile d’accès, la dépendance économique n’est-elle pas plus dangereuse qu’ailleurs ?

4.2.5. Problèmes sociaux : un seul territoire mais plusieurs réalités sociales

  • 14 Une des 4 dimensions de notre modèle (conflit-coopération-cohabitation-domination)

54Lorsqu’on analyse la dynamique du jeu d’acteurs des pentes sud du Kilimandjaro, on découvre un complexe multi-acteurs structuré essentiellement par la dimension conflit14, tous les acteurs rencontrés étant à la fois critiques et critiqués. A l’origine de ces litiges, l’opposition profonde entre tradition et modernité. En effet, on découvre un jeu d’acteurs divisé en deux : d’un côté, les partisans d’une société moderne, d’une agriculture intensive, de nouvelles essences forestières, d’un développement touristique ou de l’installation systématique de l’eau courante ; de l’autre, les partisans des activités traditionnelles, d’une certaine transmission des savoirs oraux, des petites parcelles agricoles, de l’agro-foresterie, des comités de village ou des anciennes essences forestières. Certains veulent amener la modernité partout, d’autres veulent à tout prix assurer la perpétuation des rites. Les modernes refusent la tradition et les traditionalistes refusent la modernité.

55Ainsi les enjeux majeurs évoqués regroupent-ils toujours des questions touchant aux aspects sociaux, tels que les conflits, les traditions Chagga, ou le positionnement des scientifiques, du gouvernement ou des entreprises. L’entité dont on parle le plus, en bien comme en mal : les activités traditionnelles, qui posent problème pour certains, garantes au contraire de l’identité et de la survie de la région pour d’autres. Il s’agit là d’un conflit de valeur morale qui se transforme rapidement en conflit d’intérêt, en conflit d’usage… et qui donne lieu à des altercations parfois violentes entre protagonistes.

  • 15 Ici les petits paysans Chagga

56Pourtant, on retrouve des thèmes sur lesquels l’ensemble des acteurs s’accorde, tout du moins sur le plan substantif (Simon, 1982). Ainsi un objet est aimé à l’unanimité : la forêt d’altitude. Le problème majeur de la région là aussi fait l’unanimité : la diminution de la ressource en eau. Sur le Kilimandjaro, il est impossible d’aborder la question de l’eau sans que l’enjeu de la forêt arrive immédiatement dans les discussions. Et tous les acteurs sont formels : il faut protéger la forêt d’altitude pour préserver la ressource en eau. Au sein du jeu d’acteurs, on note un attachement, quel qu’il soit, toujours caractérisé par un lien différentiel fort et un lien identitaire faible. Autrement dit, les acteurs ne cherchent pas à transmettre aux autres leurs entités aimées, mais s’intéressent plus globalement aux écosystèmes dans lesquels leurs entités s’inscrivent. Car sur ce territoire, les entités aimées représentent des objets naturels, type rivière ou forêt. Les sources présentent le statut d’acteur absent, rarement évoquées par les acteurs en présence. Fait particulier sur ce territoire, ce sont les conservationnistes qui se font les seuls porte-parole des acteurs faibles15. Ces conservationnistes envisagent la préservation du patrimoine naturel uniquement si elle est relayée sur le terrain par les utilisateurs premiers du territoire : les Chagga. Des acteurs attachés au territoire qui font le pont entre ressources naturelles et aspects sociaux, mais qui restent isolés dans leur démarche. Car si tous les acteurs s’entendent sur l’objectif de protection de la forêt, ils sont en désaccord sur les moyens à mettre en œuvre. Sur le plan procédural cette fois, certains emploient la force en empêchant quiconque de pénétrer sur les lieux, d’autres font de la sensibilisation environnementale ou participent à la replantation de zones anciennement boisées.

  • 16 A noter : la valeur d’agrément n’est jamais évoquée par les acteurs des pentes du Kilimandjaro

57Une opposition majeure donc, dans l’idée de la notion de conservation, qui peut être reliée aux valeurs attribuées aux ressources naturelles (Banque Mondiale, 2001). Sur ce territoire, apparaissent, avec « les enracinés » et « les errants » (Moles, 1995), ce que nous appelons les déracinés, ceux qui pratiquent le territoire au quotidien, lequel ne représente qu’une base pour le développement de leurs activités. Les mondes de l’industrie, de l’agriculture, et du tourisme font partie des déracinés ; ceux-là ne s’intéressent pas au territoire dans sa globalité, restent centrés sur leurs activités et l’environnement est avant tout valeur économique. Les « enracinés » sont symbolisés par le monde des usagers et les « errants » intègrent les mondes des associations et des institutions, des acteurs qui ne pratiquent pas le territoire au quotidien mais qui le connaissent bien. Ces acteurs attribuent aux ressources naturelles des valeurs d’usages, de legs et des valeurs existentielles16. Ces positionnements divergents en termes de valeurs engendrent des comportements sur le territoire, desquels découlent de véritables conflits d’usage, où chacun se dit freiné dans ses activités par les actions des autres.

58Chacun approche les problèmes liés à la dégradation environnementale de son côté et si les scientifiques échangent parfois avec les politiques, les associations comme les populations locales font rarement partie du jeu. Les habitants sont vus comme des gêneurs du milieu selon le gouvernement, alors qu’une bonne gouvernance préconise une gestion publique permettant la participation effective au niveau local et une redistribution équitable des bénéfices. Les acteurs du territoire vivant dans des réalités sociales très différentes, les chances de travailler ensemble semblent pour l’instant compromises. Peu importe les affinités, animosités, alliés et opposants, les relations sociales sont peu susceptibles de modifier les liens qui nouent les acteurs à leur territoire, le Kilimandjaro : les acteurs semblent davantage ancrés dans leur territoire qu’au sein du complexe multi-acteurs.

  • 17 Kilimanjaro Draft General Management Plan, 1992

59En attendant l’ère de la concertation, la critique va bon train. Première cible : les communautés Chagga, qui cultivent le sol, construisent des maisons, coupent du bois de chauffe et utilisent de l’eau. Ils seraient responsables des dégradations environnementales sur la montagne et associés aux changements climatiques. Face au stress hydrique désormais indéniable, aux menaces qui pèsent sur le patrimoine naturel du Kilimandjaro, aux aléas climatiques, l’Etat recommande l’éducation des principaux utilisateurs des ressources naturelles, les Chagga. « Les communautés rurales ne voient pas l’intérêt de préserver le mont Kilimandjaro et préfèrent utiliser toutes les ressources du parc national pour leurs besoins quotidiens. Il faut absolument changer leurs perceptions » peut-on lire dans un document officiel des parcs nationaux17. Il est vrai que la population Chagga augmente rapidement et que selon tous les schémas préétablis, une telle poussée démographique conduit presque automatiquement à la détérioration des ressources naturelles locales au travers de la déforestation, le surpâturage, etc.… (Rees, 1985 ; Cleaver et al, 1994 ; Nair et al, 1999). « L’impitoyable logique des impératifs à court terme force les paysans sans terre à défricher des parcelles dans la forêt pluviale, à labourer des pentes trop raides et raccourcir les périodes de jachère. En retour, le déclin écologique perpétue la pauvreté car les écosystèmes dégradés ne donnent plus aux paysans pauvres que des rendements en diminution »(Brown, 1990). On présente ainsi souvent comme évident un enchaînement inéluctable entre accroissement démographique rapide, pauvreté et dégradation de l’environnement dans les pays en développement (Nagendra et al, 2004), mais ne s’agit-il pas d’un cliché facile (Mathieu, 1998) ? Il existe entre la population et l’environnement de très nombreuses et complexes relations de type quantitatif mais aussi qualitatif (Lee et al, 2001)). Celles-ci, plus difficiles à appréhender, sont souvent négligées (Tabah, 1995). Nous avons voulu aller au delà des pseudo-évidences occidentales ; tenter dans un premier temps de comprendre les pratiques liées au milieu naturel pour ensuite saisir le lien affectif qu’entretient le peuple Chagga avec son milieu naturel. Les petits paysans seraient-ils de véritables bourreaux écologiques ? Notre étude de terrain nous a montré le contraire.

5. Résultats (2) : Analyse approfondie d’un acteur singulier : le Chagga

5.1. Empreinte territoriale du paysan Chagga

60Les deux pages suivantes présentent l’empreinte territoriale moyenne du paysan Chagga selon le modèle de l’Acteur en 4 Dimensions. L’empreinte résulte d’une analyse du discours des 50 familles interviewées ainsi que d’une moyenne des résultats pour chacune des composantes. La première page (Tableau 2) décrit le rapport social et patrimonial de l’acteur, avec des citations illustratives reprenant les propos de l’acteur (Lui) et ceux du complexe envers l’acteur (Eux). Sous chacune des descriptions apparaissent 4 colonnes définissant chacune des sous-dimensions. Coopération et conflit sont exposés à l’aide de 4 éléments-clés qui clarifient les relations de l’acteur avec le complexe : estimé liste les atouts de l’acteur, estime présente ses alliés, critique expose ses opposants et critiqué aborde les litiges dans lesquels l’acteur est impliqué. Cohabitation et domination sont exposés de 4 éléments-clés qui clarifient les relations de l’acteur avec le territoire : attaché liste les entités territoriales aimées par l’acteur, préserve aborde les entités préservées, dégrade présente les entités dégradées, éloigné liste les défauts du territoire évoqués par l’acteur. La seconde page (figure 8) présente l’empreinte territoriale sous 3 formes : 32 composantes pour une analyse détaillée des particularités de l’acteur, 8 sous-dimensions pour une analyse intermédiaire, 4 dimensions pour une vision globale des tendances de l’acteur.

Tableau 2 : explicitations des rapports social et patrimonial de la communauté Chagga

Tableau 2 : explicitations des rapports social et patrimonial de la communauté Chagga

Figure 26 : Empreinte territoriale du paysan Chagga

Figure 26 : Empreinte territoriale du paysan Chagga

61Les Chagga représentent l’ethnie installée depuis plusieurs siècles sur les pentes du Kilimandjaro, terres volcaniques aux sols fertiles. Sur leurs parcelles appelées shamba, les Chagga pratiquent l’agroforesterie, où se superposent essences indigènes destinées au bois de feu, bananiers, caféiers et fèves. Mais la production de café sur les pentes du Kilimandjaro est en chute libre, à cause du manque de pesticides, de la raréfaction des terres cultivables, des arbres trop vieux et de la baisse drastique des prix. C’est le maïs qui remplace parfois le café, quitte à abandonner le système agroforestier, le maïs n’étant pas une plante sciaphile. Les Chagga sont des peuples de la montagne Kilimandjaro et la tradition veut que les populations Chagga ne quittent pas ces lieux qu’ils considèrent comme sacrés. Ainsi génération après génération, les shamba sont divisés selon le nombre d’enfants mais le morcellement des terres a atteint sa limite de viabilité. En effet, la taille moyenne d’un shamba est de 1,5 acres, soit environ 0,7 hectare, une surface insuffisante pour nourrir une famille. Aujourd’hui et pour la première fois, les nouvelles générations quittent le territoire Chagga, partent en ville trouver du travail et un seul enfant reste sur les pentes pour vivre sur le shamba.

62Dans plusieurs villages, depuis que l’eau courante a été installée, les canaux d’irrigation se sont asséchés. Assèchement des canaux et baisse des pluies font que les cultures sont alors rarement arrosées et les récoltes s’en ressentent. Avec la disparition des canaux, c’est aussi un système ancestral, des comités de concertation et toute une organisation sociale qui sont remis en cause. En effet, l’eau courante n’exige pas un tel réseau social pour son organisation : ceux qui peuvent payer ont accès à l’eau. Point. Les Chagga reconnaissent tous une forte diminution de l’eau sur les pentes, laquelle se traduit par la disparition des sources, la baisse des débits des rivières et la rareté des pluies. L’origine de ce phénomène est évoqué à l’unanimité : la déforestation. L’ensemble des familles rencontrées associent déforestation et désertification, identifient la coupe d’essences indigènes comme facteur déclencheur de la sécheresse. Les Chagga sont convaincus que c’est la forêt d’altitude qui leur amène eau, air, humidité, pluies, fertilité du sol et qu’il alors indispensable de la protéger. Ils se disent alors en général favorables au parc national kinapa, qui leur interdit pourtant totalement l’accès à la forêt et dont les gardes armés n’hésitent pas à attaquer avec violence les villageois. Si certains sont malgré tout favorables au retour de la forêt villageoise, la plupart jugent préférable que Kinapa reste gestionnaire.

63Dans leur discours, les paysans Chagga sont inscrits dans un espace-temps relativement vaste. Au niveau du temps, ils établissent des passerelles entre le passé, le présent et l’avenir ; au niveau de l’espace, ils connaissent les problèmes extérieurs à leur territoire et abordent des questions d’ordre global. Ils n’hésitent pas à critiquer les influences de la modernité sur leur environnement, telles que le tourisme, les arbres à croissance rapide, l’agriculture moderne, les pesticides ou l’eau courante. Ils manifestent en tous cas un attachement certain et profond à leur région, à un environnement sain, aux ressources naturelles presque sacralisées.

5.2. Approfondissement de l’analyse du rapport patrimonial

64Il est intéressant d’approfondir l’analyse de l’empreinte territoriale des Chagga et d’aller plus loin dans l’étude des représentations des populations locales vis-à-vis de leur environnement, afin d’étudier leur place dans les changements environnementaux et climatiques constatés. Nous tentons ici de dresser un portrait des paysans Chagga, au niveau de leurs représentations vis-à-vis des ressources naturelles, où convergences et divergences liées aux savoirs, pratiques et préférences sont analysées par individu et par village. Ainsi commençons par effectuer une lecture des perceptions des Chagga vis-à-vis des objets naturels qui les entourent, à savoir l’eau, les neiges la forêt, ainsi que vis-à-vis de leurs désirs et craintes.

5.2.1. Perceptions liées à l’eau

Figure 27 : Causes de la pollution de l’eau (à gauche) et de la diminution de l’eau (à droite) évoqués par les Chagga

Figure 27 : Causes de la pollution de l’eau (à gauche) et de la diminution de l’eau (à droite) évoqués par les Chagga

65Au niveau de la ressource en eau, la majorité des enquêtés disent avoir constaté une diminution de l’eau sur les pentes du Kilimandjaro au fil des années (Figure 27) ; 70 % de notre échantillon estime que la quantité d’eau disponible sur les pentes du Kilimandjaro est en constante diminution, ce qui se traduit par diverses formes : assèchement des canaux et des sources, baisse des flux des rivières. Les autres pensent que, globalement, la disponibilité en eau reste stable, si l’on exclut les variations saisonnières qui elles, s’amplifient, toujours selon notre échantillon. Oui, j’avais une source non loin de chez moi auparavant, mais plusieurs maisons ont été construites autour de la source qui a tout simplement disparue car on l’a surexploitée (ind 5). Amenuisement des sources ou écoulement intermittent des rivières ; de nombreuses familles ont ainsi dû s’organiser autrement pour l’irrigation et l’approvisionnement en eau potable.

66Premier impact de la diminution de l’eau sur les pentes : la disparition des canaux d’irrigation. Près des ¾ des familles de notre échantillon ne disposent pas, ou plus, de canaux d’irrigation dans leur shamba, avec de fortes disparités entre villages. En effet, à Mweka et Shimbwe, sept familles sur dix bénéficient d’un canal ; dans les autres villages, aucune. Pour 80 % de ceux qui ne peuvent irriguer leurs cultures, un canal existait il y a peu de temps dans leur shamba qui s’est asséché récemment. Auparavant, si un enfant tombait dans un canal d’irrigation, il était emmené ! Un danger qui ne risque plus d’arriver aujourd’hui …(ind 26).

  • 18 Equivalent à environ 1 euro

67A cette diminution de l’eau, et notamment la disparition des canaux d’irrigation, sont associées plusieurs causes. Arrive en tête l’eau courante ; en effet, pour 37 % de notre échantillon, les canaux d’irrigation se sont asséchés au moment de l’installation d’un réseau de canalisation acheminant l’eau de la forêt au centre du village. C’est le réseau d’eau courante qui récolte toute l’eau de la forêt ; je préférais mon canal d’irrigation à ce tank d’eau. En plus, on doit maintenant payer pour cette eau 2000 shilling18 par mois au gouvernement, alors que cette eau appartient à la montagne (ind 27). Lorsqu’on veut relier présence de canaux et eau courante selon les villages, on s’aperçoit que les canaux d’irrigation subsistent dans les villages où l’eau courante n’a pas été installée : Mweka et Shimbwe. A Kydia, Kweseko et Foo, il s’avère que l’eau courante a remplacé l’eau d’irrigation ; les familles peuvent s’approvisionner aux robinets d’eau dans le village mais ne peuvent plus irriguer leurs parcelles. Un « progrès » qui fait débat sur les pentes du Kilimandjaro.

68Après l’installation de l’eau courante, est invoquée la déforestation sur le Kilimandjaro comme cause de la diminution de l’eau, pour 33 % des familles. Les Chagga assistent, disent-ils, à la déforestation progressive de la réserve forestière et de la ½ mile strip, déforestation qui serait organisée par les riches villageois, les maires et le parc Kinapa. La forêt qui diminue, c’est le désert qui avance (ind 35). Pour 82 % de notre échantillon, l’eau du Kilimandjaro provient de sources qui naissent dans les forêts d’altitude ; ainsi les Chagga font-ils directement le lien entre déforestation et manque d’eau. Parallèlement à la déforestation, les Chagga critiquent la replantation d’arbres modernes (modern trees) par le gouvernement ou certaines ONG. Les Chagga appellent arbres modernes certaines essences non indigènes qui consomment énormément d’eau et qui sont plantées pour le besoin de bois de construction parce qu’elles poussent très rapidement (fast-growing trees). Le problème, c’est la plantation des arbres modernes, les ‘mamasse’, des essences qui pompent directement l’eau des sources (ind 38). Selon les Chagga, ces nouvelles essences, plantées en bord de rivières ou dans les zones de captage, désorganisent l’ensemble des milieux naturels d’altitude et consomment l’eau des sources de la montagne.

69Les deux autres explications données à la diminution de la ressource en eau dans notre échantillon sont d’une part l’intensification des usages (13 %) et d’autre part les changements climatiques (17 %). D’abord, la pression anthropique, qui se traduit selon les familles par la pression démographique, le morcellement des terres, les conflits de plus en plus violents entre villageois pour les différents usages de la ressource en eau. On est aujourd’hui très nombreux sur les pentes et on utilise trop d’eau, c’est tout (ind 16). Les populations des basses terres n’ont pas accès à une eau de qualité, et c’est à cause de nous. Ici, en altitude, on utilise beaucoup d’eau, et la population augmente rapidement (ind 49). Ensuite, les changements climatiques donc, qui reviennent systématiquement dans le discours des villageois. En effet, seuls 12 % de l’échantillon voient le climat comme étant stable au fil du temps. On croit que les hivers sont de plus en plus froids, mais c’est peut être parce que nous avons moins de nourriture (ind 15).

70Diminution généralisée de la ressource en eau, disparition des canaux, difficulté d’approvisionnement en eau potable ; finalement, 55 % de notre échantillon déplore une baisse de la qualité de l’eau sur les pentes du Kilimandjaro, une problématique très récente selon les familles. La mauvaise gestion des canalisations, l’accentuation de la pression anthropique, les changements météorologiques et les touristes en seraient les principales causes, selon notre échantillon. Notons que si la part du tourisme dans la dégradation de l’environnement est peu évoquée par les familles Chagga, 73 % de notre échantillon juge que le tourisme ne rapporte aucun bénéfice au village.

71Même si l’eau destinée à l’irrigation est en diminution constante, elle reste gérée par des comités de canaux et bénéficie d’un cadre réglementaire précis. Ce n’est pas le cas pour l’eau de consommation. Je bois l’eau du canal, même si je sais que les gens y font leur lessive et que le bétail s’y abreuve (ind 1). A ce jour, il n’existe pas de système organisé ou centralisé qui gère l’eau potable. Beaucoup boivent encore l’eau des canaux tandis que d’autres –essentiellement les femmes-marchent quotidiennement vers la source ou la rivière la plus proche, ce qui représente une dépense en temps et énergie considérable. Je dois aller chercher de l’eau à la rivière quotidiennement ; je pars tôt de le matin et reviens vers 14h (ind 19). A Kydia, Kweseko et Foo ont été installés des réseaux de canalisation pour alimenter en eau les villages, mais tous les habitants ne peuvent en bénéficier. En effet, que ce soient le gouvernement (Water Authority) ou une entreprise (Kiliwater) qui mènent ce genre de projets, ils demandent aux villageois de payer tous les mois une redevance selon la consommation, un prix que le Chagga ne peut pas toujours assumer. Qui plus est, les villageois refusent souvent d’être contraints de payer pour un bien qui vient de Dieu. L’entreprise Kiliwater m’a coupé l’eau courante car je n’avais pas payé ; en effet, je crois qu’on ne doit pas payer pour un cadeau de Dieu (ind 39). Certains s’arrangent alors avec leurs voisins pour leur consommation d’eau potable. Ce nouveau service d’alimentation en eau crée de nombreux conflits dans les villages, entre le responsable du projet et les villageois, entre les riches et les pauvres ; des conflits d’usage et de valeur morale. Bientôt, il n’y aura plus de conflits car il n’y aura plus d’eau (ind 6).

72Pression démographique, diversification des usages, changements de l’occupation du sol, autant de facteurs qui peuvent altérer qualité et quantité d’eau disponible sur un territoire. Car la rivière est loin et les sources se font rares. Quelle solution pour pallier la pollution éventuelle des canaux et assurer l’accès à l’eau potable pour tous ? Un réservoir collectif relié directement à la forêt de montagne, disent les Maires. Il faudrait davantage de recherche sur l’eau : inventorier les sources, gérer l’offre en fonction de la demande. Ici, on gère sans savoir (ind 6).

5.2.2. Perceptions liées aux neiges

73Depuis la création de la réserve naturelle, les neiges éternelles du Kilimandjaro ne sont accessibles qu’aux touristes. Mis à part les porteurs, les Chagga ne s’y rendent jamais. Il s’avère ainsi intéressant de saisir ce que connaissent les populations locales du glacier qui les surplombe. Des 50 % de notre échantillon qui sont au courant que les neiges fondent, tous appréhendent ce phénomène. La fonte des neiges du Kilimandjaro est perçue comme un véritable drame au sein des communautés Chagga ; il s’agit d’une menace grandissante dont ils ne comprennent pas les causes et dont ils ne peuvent prédire les conséquences. Les scénarii envisagés se multiplient alors. Certains pensent que les températures chuteront ; d’autres, qu’elles augmenteront. On dit aussi qu’il y aura trop d’eau ou plus d’eau du tout. Une image qui revient tout de même fréquemment : la fonte des neiges assèchera les pentes de la montagne et les transformera en zones désertiques. Si les neiges fondent, le Kilimandjaro ne sera qu’un désert et nous mourrons tous (ind 14). Il reste néanmoins 40 % de l’échantillon qui n’a pas été informé du phénomène lié à la fonte des neiges. Je ne sais pas si les neiges fondent mais si c’est le cas, alors la fin est proche (ind 10). La fin est-elle vraiment proche ? Il est vrai que les neiges du Kilimandjaro se sont retirées de 82 % de la superficie totale qu'elles couvraient sur la cime il y a un siècle et devraient avoir disparu complètement dans une vingtaine d'années. Malgré tout, 13 % des paysans rencontrés refusent de croire à ce phénomène. Selon ces derniers, il fait chaque hiver un peu plus froid, et il est inimaginable que le Kilimandjaro se débarrasse de sa calotte polaire.

Figure 28 : Caractérisation des changements climatiques (à gauche) et causes identifiées pour ces changements (à droite), selon les Chagga

Figure 28 : Caractérisation des changements climatiques (à gauche) et causes identifiées pour ces changements (à droite), selon les Chagga

74Un climat qui se refroidit, est-ce le sentiment général ? Oui et non. Les changements climatiques reviennent systématiquement dans les discours des Chagga, mais de manière différente (figure 10). Avec tous ces changements, on ne sait plus quand planter ni quand récolter (ind 1). La majorité de notre échantillon déplore une diminution de la saison des pluies (39 %) et les autres identifient des hivers plus rigoureux (25 %), des étés plus chauds (15 %) et globalement une augmentation des extrêmes climatiques (9 %). Pour la plupart, l’explication de ces changements climatiques reste un mystère. Si beaucoup ne parviennent pas à expliquer ces phénomènes climatiques (29 %), les autres pointent du doigt les effets de la mondialisation (24 %), la déforestation (15 %), la reforestation de modern trees (12 %), les variations du glacier (10 %), et enfin la volonté de Dieu (Jah, 10 %). Il est intéressant de noter que nombreux sont ceux qui parviennent à relier leur situation locale aux changements globaux. Les paysans des pentes du Kilimandjaro sont pourtant isolés, sédentaires et peu touchés par l’information et sont néanmoins en mesure d’identifier les enjeux globaux et planétaires tels la mondialisation, les pollutions de l’eau et de l’air, les changements climatiques ou la surpopulation ; une observation étonnante qui pourrait signifier que les enjeux globaux commenceraient véritablement à se manifester localement, même sur les hauteurs du Kilimandjaro.

5.2.3. Perceptions liées à la forêt

75Depuis que le parc national Kinapa et la réserve forestière ont été mis en place sur le Kilimandjaro, les habitants se sont vus interdire l’accès à la forêt. Ils doivent maintenant se contenter pour leurs besoins en bois de feu, bois d’œuvre, herbages et autres produits non ligneux d’une frange de 800m autour de la ceinture forestière où seuls sont autorisés les ramassages de bois mort. Comment les Chagga se sont-ils adaptés à cette situation ?

76Etonnamment bien. D’abord, 90 % des familles interrogées plantent des arbres sur leur shamba. Dans le village de Kweseko, où la taille des shamba est en moyenne supérieure aux autres villages, les familles se contentent la plupart du temps de leurs plantations ligneuses. Dans les 4 autres villages, vue la taille réduite des parcelles, cela suffit rarement à combler les besoins en bois souvent importants (bois de chauffage, bois d’œuvre, etc...). J’ai dû commencer à brûler mes caféiers (individu 5). Les Chagga doivent ainsi s’approvisionner en bois à l’extérieur : 77 % de notre échantillon se rendent régulièrement en forêt, 23 % s’adressent au village, le plus souvent à la pépinière communale, et 20 % s’arrangent entre voisins (figure 11). Dans tous les cas, c’est la forêt qui reste prioritaire dans le mode d’approvisionnement en bois, la pépinière communale n’étant pas toujours opérationnelle, les paysans n’ayant que peu d’espaces disponibles pour la plantation d’arbres et la croissance de ces derniers n’étant pas en adéquation avec les besoins urgents et quotidiens en produits ligneux.

77La ½ mile strip, une frange forestière autorisée ? Pas si simple, si l’on en croit le discours des habitants. Il serait aujourd’hui très risqué de s’aventurer en forêt ; 91 % des villageois redoutent d’aller en forêt même pour s’approvisionner en petit bois ou herbages pour le bétail. J’ai normalement le droit de me rendre en lisière forestière, et pourtant j’ai peur pour ma vie à chaque fois (ind 18). Les gardes forestiers n’hésitent pas à leur confisquer tous leurs outils et à les condamner à de lourdes peines ou amendes, à moins de payer. Au sein de la réserve forestière, la corruption va bon train et coupe du bois qui paie. Seuls ceux qui peuvent payer les gardes sont autorisés à couper du bois ; la corruption aide en quelque sorte à la préservation de la forêt (ind 13).

Figure 29 : Origines du bois des Chagga (à gauche) et opinions vis-à-vis de KINAPA (à droite)

Figure 29 : Origines du bois des Chagga (à gauche) et opinions vis-à-vis de KINAPA (à droite)

78En attendant, ce sont les gardes forestiers payés par le gouvernement tanzanien qui seraient suspectés d’organiser le trafic de bois sur le Kilimandjaro et donc de participer à la dégradation du patrimoine commun de l’humanité... Il est vrai que la mise en place de la réserve puis du parc, s’est faite sans réel appui scientifique mais sous la pression politique. En y interdisant l’accès aux populations locales, les gardes se seraient appropriés le domaine forestier pour y initier un commerce sylvicole. Il s’agit d’une information soutenue par la majorité de l’échantillon et que nous avons pu constater sur le terrain à plusieurs reprises, lors de visites au sein de la forêt et lors de discussions avec les gardes où de nombreuses incohérences faussaient leur discours. Selon 88 % de notre échantillon, le problème majeur en matière de récolte de bois de feu, c’est l’accès à la forêt, ouverte aux seuls touristes. Dès que vous approchez de la forêt, vous êtes en danger (ind 44). Les gardes volent les villageois et les envoient en prison (ind 12).

79Paradoxal, lorsqu’on interroge les Chagga sur le parc national Kinapa, 71 % d’entre eux approuvent la démarche et se déclarent contre son abolition (Erreur ! Source du renvoi introuvable. 11). Même si les gardes sont très violents avec les villageois, ces derniers acceptent le parc pour préserver la forêt. La réserve évite que des hommes d’affaire ou des industriels s’emparent de notre forêt et la transforment en désert (ind 28). Les gardes de Kinapa sont violents avec nous, mais la réserve est nécessaire (ind 49). Les gardes de Kinapa sont pauvres aussi, comme nous ; c’est pourquoi ils sont corrompus (ind 21).

80Quelques uns restent sceptiques : 18 % s’estiment convaincus de l’utilité de la réserve mais déplorent son mode de fonctionnement. La réserve est avantageuse pour le gouvernement mais néfaste pour les populations ; mais si la forêt nous appartenait, nous ne pourrions résister longtemps aux industriels qui transformeraient rapidement la forêt à leur gré (ind 7). Si la forêt était rendue aux villageois, les riches s’en empareraient, et la situation ne serait pas meilleure (ind 12). Nous n’avons pas les moyens d’arrêter les pilleurs ; les gardes de kinapa nous attaquent injustement, c’est vrai, mais attaquent aussi les braconniers (ind27).

81Seuls 11 % se déclarent mécontents de la réserve et pensent que la forêt devrait appartenir à ceux qui en ont le plus besoin : les paysans. La forêt appartient à ceux qui y habitent ; à nous d’instaurer nos lois pour la préserver (ind 18). La réserve ? Un bien pour Kinapa, un mal pour nous (ind 42). Le parc de Kinapa n’est pas une solution ; on devrait organiser une grande discussion où chacun pourrait exprimer son point de vue (ind 33). La forêt devrait revenir aux villageois. La situation serait d’abord plus juste et ensuite, nous en prendrions soin puisque nous en avons besoin (ind 47). Kinapa ne devrait pas exister, petit à petit, le parc grignote notre espace vital et nous étouffe ; le gouvernement est vraiment trop puissant (ind 23).

82Ainsi, les Chagga sont globalement favorables au parc national, malgré les violences et interdictions dont ils sont victimes. Ces résultats vont à l’encontre de l’idée reçue comme quoi les populations locales seraient opposées à la mise en place d’aires protégées sur leur territoire et ne verraient aucun intérêt à préserver leur milieu (Tanapa, 1992). Sur les pentes du Kilimandjaro, 9 individus sur 10 se déclarent contre la suppression de la réserve forestière, conçue pour préserver un milieu naturel en danger. Même si les paysans adhèrent au concept de réserve forestière, ils déplorent néanmoins l’attitude répressive et abusive des gardes forestiers et se disent prêts à participer au système de gestion de la forêt pour définir de nouvelles lois plus équitables pour les hommes comme le milieu. Le gouvernement ne devrait pas nous interdire l’accès en forêt mais il faut alors trouver un autre moyen de protéger l’environnement (ind7). De nouvelles lois doivent être élaborées pour les villageois qui souhaitent avoir accès à la forêt tout en préservant ce milieu (ind15). Cette sensibilisation environnementale et le désir de participer à la gestion forestière vient sans doute de la période durant laquelle les Chagga avaient la responsabilité de la frange forestière en limite de réserve (Kivumbi & Newmark, 1991).

83D’un autre côté, on assiste à une déresponsabilisation vis-à-vis du milieu forestier auprès de quelques individus qui s’élèvent contre la mise en place de la réserve gouvernementale. Dans les années’40, lorsque la frange forestière de 800m était gérée par la communauté Chagga, l’ensemble des habitants respectaient les règles villageoises par souci de conservation mais aussi pour garder leur place au sein du groupe. La pression sociale ayant disparu lors de l’appropriation de la forêt par l’Etat, certains individus n’hésitent pas à s’immiscer en forêt pour s’approvisionner en bois et autres produits non ligneux. Je vais maintenant couper du bois en forêt la nuit, comme beaucoup d’autres familles du village (ind 4). Une coupe ne va plus à l’encontre des normes villageoises mais représente aujourd’hui un délit contre l’Etat ; la forêt n’est plus associée à la communauté mais au gouvernement. Certains ne se sentent alors plus concernés par la problématique forestière et les premiers conflits apparaissent entre gardes et paysans Chagga. Mais il s’agit d’une faible part de notre échantillon. La plupart voue à la forêt un attachement profond et se dit prêt à participer à la préservation du domaine forestier… mais pourquoi un tel engouement pour cette forêt de montagne ?

84La forêt apporte la vie (ind 14). Tous les habitants des villages pentus du Kilimandjaro vouent à la forêt un respect sacré, comme si la conservation de cette forêt d’altitude passait avant leur survie et besoins quotidiens. A quoi sert une forêt ? Cette question avait été adressée aux habitants de Sologne, région fortement boisée de France et la forêt était alors associée à l’oxygène, la chasse, la promenade, la sylviculture (Sébastien & Ferment, 2002). Posée aux Chagga, les réponses sont d’une toute autre nature. Première réponse : l’eau pour 93 % des interviewés, sous toutes ses formes (Figure 30). La forêt protège les sources, amène la pluie, alimente les canaux et les rivières. Ensuite seulement viennent les usages directs tels le bois de feu, bois d’œuvre (76 %) et l’herbe pour le bétail (34 %). La forêt assure également la régulation du climat (52 %) et la protection des sols (14 %). Finalement, il s’agit d’un abri pour la faune pour 7 % de l’échantillon. Une grande majorité de résidents voient ainsi dans la forêt une source d’eau avant tout ; les habitants considèrent la forêt comme beaucoup plus qu’une simple réserve de bois et lui attribuent de nombreuses fonctions environnementales, qui passent d’ailleurs avant les simples valeurs d’usage. Ainsi la majorité de l’échantillon pense que la qualité du couvert forestier assure une régulation climatique.

85Y a t-il un lien entre forêt et eau ? Réponse unanime cette fois sur les pentes du Kilimandjaro : oui à 100 %. Les arbres attirent les nuages et font pleuvoir (ind 11), les racines des arbres pompent l’eau du sol pour la restituer aux villageois (ind 2). Il va falloir arrêter de replanter car on commence à avoir trop de pluie ! (ind 24). L’eau ne devrait pas représenter un problème majeur sur le Kilimandjaro si l’on protège la forêt (ind 6). Les Chagga sont convaincus que la disponibilité en eau dépend directement et exclusivement des surfaces forestières. Les représentations qu’ils se font de la forêt se bousculent mais toutes y intègrent l’élément eau. L’environnement représente alors un tout dont les éléments (eau, forêt, climat, neiges, faune) sont interconnectés les uns aux autres.

Figure 30 : Apports d’une forêt selon les Chagga

Figure 30 : Apports d’une forêt selon les Chagga

5.2.4. Désirs et craintes : envie de vache, peur du désert

86L’identification des enjeux globaux par des populations isolées se manifeste également nettement lorsqu’on souhaite évoquer les problèmes et souhaits des Chagga. Lorsqu’on demande aux paysans d’exprimer leurs inquiétudes, ils évoquent éventuellement des problèmes qui les touchent directement comme la raréfaction des terres, mais surtout des problèmes globaux qu’ils redoutent à long terme, et pour la communauté, comme les changements climatiques ou la fonte des neiges. Quand ils se placent dans un état d’esprit où ils doivent analyser leurs problèmes, les Chagga ne réfléchissent pas à leur shamba mais au territoire tout entier, pas à leur famille mais à l’ensemble de la communauté, pas au lendemain mais aux décennies à venir. Peur qui revient régulièrement : la transformation de leur environnement en désert. Le Kilimandjaro dans 100 ans ? Inutile d’aller si loin ; dans 20 ans, ce sera un semi-désert (ind 13). Le Sahara est même fréquemment cité dans les discussions. Si le gouvernement ne fait rien, la région sera désertique car pour survivre, les gens détruisent tout (ind 46). Ils ont conscience de vivre dans un environnement fragile et sain, et apprécient les bonnes conditions de vie que leur offre la forêt d’altitude. L’humidité, la fraîcheur de l’air, l’absence de pollution, les habitants se sentent privilégiés en habitant sur les pentes du Kilimandjaro et le désert représente à leurs yeux la fin du monde.

87Si les Chagga pouvaient changer une chose de leur existence, quelle serait-elle ? Il était demandé aux habitants de faire un souhait. Il est intéressant de noter que les souhaits exprimés ne représentent pas les solutions aux problèmes avoués précédemment. Etonnamment, c’est la vache qui revient le plus fréquemment au sein des désirs évoqués. Il est vrai que le bétail est synonyme de richesse et de stabilité. Viennent ensuite davantage de terres cultivables, de la nourriture, une maison, et de l’eau. Sous la barre des 10 %, les Chagga demandent des pesticides, une éducation, une route, un hôpital, et des outils. Faites un vœu, d’emblée c’est le quotidien et l’immédiat qui reprennent le dessus, ici symbolisés par la vache. L’eau reste devancée par le bétail ou les terres cultivables, il s’agit d’un problème souvent évoqué qui arrive en 5ème position dans les priorités des habitants. En ayant des inquiétudes globales, les Chagga doivent aussi survivre au jour le jour et s’ils pouvaient changer une chose de leur vie, alors ils règleraient un problème urgent et personnel pour améliorer leur quotidien. Mais leurs soucis journaliers ne les empêchent pas de percevoir les enjeux majeurs du moment.

88Face à toutes ces inquiétudes, le paysan Chagga souhaite-t-il partir s’installer ailleurs ? Pour évaluer le degré d’attachement des Chagga à leur environnement, une des questions proposait aux habitants d’aller s’installer dans une belle maison de la capitale, à Dar es Salaam… et 93 % des enquêtés choisissent de rester dans leur village. Je ne quitterai jamais mon village car j’aurais trop peur de perdre ma culture Chagga (ind 2). Avec le morcellement des parcelles agricoles, certains membres de la famille sont dans l’obligation de quitter les pentes du Kilimandjaro et nombreux sont ceux qui louent un petit logement dans la ville de Moshi, au piémont de la montagne. Mais tous remontent au village chaque fin de semaine. Car un Chagga ne peut vivre ailleurs que sur le Kilimandjaro. Ici, c’est l’endroit idéal de vie ; on souffre très peu comparé à d’autres régions (ind 25). Ce n’est pas seulement un lien historique, des racines familiales ou des traditions qui unissent les Chagga au Kilimandjaro : le toit de l’Afrique fait partie d’eux-mêmes. Cette donnée culturelle n’est pas un point de détail mais une composante capitale dans la décision des mesures à prendre ; ainsi les projets de délocalisation des populations se sont souvent avérés être des échecs. Ici, je vais mourir un jour ; en ville, c’est pareil. Alors autant que je reste ici (ind 50). Culture Chagga oblige, les communautés rurales se révèlent très attachées au Kilimandjaro. Je n’ai pas envie de vivre une vie de réfugié ; je suis né ici, j’y mourrai (individu 26).

6. Discussion

6.1. Des Chagga dans une durabilité de survie

89Pour les populations locales rencontrées autour de 3000m d’altitude, l’accès aux ressources constitue leur moyen d’existence. Par différentes formes, leur rapport à ces espaces est fortement valorisé tout en étant utilitaire, mais ce n’est pas tout. Comme chez certains peuples d’Amazonie, le vivant naturel semble être appréhendé par les Chagga comme une personne avec qui sont noués des rapports sociaux (Descola, 2001). Des rapports qui comme l’écrit Haudricourt (1962), « ne sont pas sans rappeler ceux que les hommes entretiennent entre eux à l’intérieur d’un groupe » ; des rapports d’un type amical, même avec des espèces animales et végétales. Notre étude a montré que les Chagga vouent à leur environnement un attachement profond, basé sur des valeurs culturelles, sociales, symboliques ou tout simplement sur l’instinct de survie. Ces paysans des villages perchés du Kilimandjaro ont conscience que leur qualité de vie dépend directement de l’hydrosystème et de la forêt d’altitude. Ainsi leurs pratiques sont-elles respectueuses du milieu et leurs connaissances liées aux ressources naturelles, très riches. En effet, pour cultiver des plantes indigènes, les populations locales doivent avoir une connaissance précise de leur niche écologique et du milieu en général, ce qui renforce la biodiversité existante du milieu (Messerli, 1997). Contrairement aux a priori si fréquemment clamés, notre étude a montré que les villageois utilisent les ressources naturelles avec un souci de conservation. En découle une certaine durabilité du système, qu’on pourrait qualifier de durabilité de survie ou durabilité culturelle (Sébastien, 2007).

90Les Chagga feraient-ils, comme Monsieur Jourdain, du développement durable sans le savoir ? On aurait pu le croire il y a encore quelques années, en observant les techniques agroforestières élaborées et l’organisation sociale liée à la gestion des canaux d’irrigation. De même pour la gouvernance, car participation, négociation et concertation étaient de rigueur chez les Chagga. Aujourd’hui, vu la diversité des pressions extérieures, ce n’est plus aussi simple. Depuis la création de la réserve par exemple, le lien homme-nature s’est modifié chez les peuples des pentes du Kilimandjaro. On constate également certaines limites à la simple participation des populations locales aux projets gouvernementaux, les villageois se sentant déresponsabilisés ou humiliés. Ces derniers refuseront alors d’adhérer à l’association créée, par fierté, par principe et par méfiance. Idem pour certains projets techniques de développement qui peuvent éloigner les populations de leur environnement. Il faut souligner que les Chagga ne sont pas organisés selon les règles des groupes de pression militants et donc pas considérés par les autorités publiques comme des interlocuteurs privilégiés (Constantin, 1999). Les Chagga, sous la pression démographique, ont peu à peu intensifié leurs pratiques agricoles et modifié l’occupation du sol. Mais le petit paysan n’est pas le grand responsable. Il a été constaté sur le terrain une corruption patente des gardes forestiers qui seraient susceptibles d’organiser un vaste marché noir du bois issu de la réserve. D’autre part, les industries de la filière bois n’ont pas tout à fait disparu des pentes du Kilimandjaro et les grandes plantations de café (coffee estates) ont elles aussi modifié en partie l’hydrosystème. La recherche de voies de gestion plus durable des ressources naturelles pourrait donc se pencher sur les comportements de l’ensemble des acteurs qui gravitent sur le territoire.

91La politique du parc national Kinapa est basée sur l’exclusion officielle des populations locales de la zone du parc, pour laisser la forêt intacte… aux touristes. Il s’agit là d’un projet de sanctuarisation économique, où les populations locales sont vues comme des obstacles à l’harmonie naturelle. Selon Diegues (1992) et Gomez-Pompa (1992), ce genre de projets, ignorant les dynamiques socioéconomiques locales, les pratiques de gestion des ressources naturelles en place, les différents types d’usage associés à une ressource et les connaissances des acteurs locaux, ne peut qu’aboutir à des conflits liés à l’accès aux ressources naturelles et à des perturbations des rapports homme-nature, premiers effets conduisant à des phénomènes d’exclusion sociale et de dégradation environnementale. Il est notoire que la mise en place du parc Kinapa a engendré de nombreux conflits entre acteurs, notamment entre les gardes et les Chagga, ainsi que quelques signes annonciateurs de perturbations des rapports homme-nature, notamment la nette hausse du marché noir de bois d’œuvre.

92Mais ce qui frappe au premier regard, c’est la réaction des Chagga face au parc national : 71 % d’entre eux approuvent la démarche et se déclarent contre son abolition. La forêt représentant ici plus qu’ailleurs un bien irremplaçable, toute mesure en limitant l’accès devrait susciter résistances, oppositions ou représailles. Etonnamment, non ; pas de révolution chez les Chagga. Pourtant, 88 % des familles Chagga rencontrées considèrent l’accès à la forêt comme un danger majeur et affirment être malmenées par les gardes de Kinapa. Les Chagga ne se sont pas opposés au parc national malgré les violences et interdictions dont ils sont victimes. Ces résultats qui concordent avec ceux de Newmark & Leonard (1991), vont à l’encontre de la théorie selon laquelle les populations locales seraient opposées à la mise en place d’aires protégées sur leur territoire (Nash, 1989). Qui plus est, non seulement les Chagga sont favorables au parc national, mais ils ne croient plus à la forêt villageoise… La majorité des familles rencontrées avouent avec un certain regret qu’il leur serait difficile de bien gérer la réserve forestière dans les conditions actuelles.

93Dans les années’40, avant la création du parc, lorsque la frange forestière était gérée par les Chagga, l’ensemble des habitants respectaient les règles villageoises par souci de conservation, mais aussi pour garder leur place au sein du groupe. La pression sociale ayant disparu lors de l’appropriation de la forêt par l’Etat, certains n’hésitent pas à s’approvisionner nuitamment et illégalement en bois et autres produits non ligneux dans la forêt interdite. Car une coupe aujourd’hui ne va plus à l’encontre des normes villageoises mais représente un simple délit contre l’Etat ; la forêt n’est plus associée à la communauté mais au gouvernement. Ayant été complètement déresponsabilisés, les Chagga doutent de pouvoir revenir en arrière, de recréer une organisation sociale suffisamment solide pour assurer la gestion durable de la forêt, et préfèrent alors le plus souvent accepter le parc national plutôt que de prendre des risques concernant la pérennité des milieux naturels. On constate alors souvent une autocritique très marquée chez les Chagga, lesquels remettent en perspective leur propre mode de gestion des ressources naturelles, ce qui semble traduire un manque de confiance envers leur propre communauté. Deux résultats singuliers qui prêtent donc à discussion : l’auto-critique récurrente des Chagga et leur attachement viscéral à la forêt.

  • 19 peut se définir comme : peur d’un lieu (du latin topo : lieu et phobos : peur)

94« Il faut préserver les milieux pour éviter qu’ils ne se transforment en Sahara » entend-on dans les villages pentus. Le Sahara : lieu haï et craint de la plupart des familles. Ce que nous pourrions appeler la topophobie19 des Chagga est très clairement incarnée par le désert. Ainsi, lorsque le gouvernement empêche les communautés d’accéder à la forêt par la force, elles acceptent, si c’est pour le bien de la forêt. Par contre, à l’installation de l’eau courante, lorsqu’on leur demande de payer pour l’eau, elles s’y refusent. Puisque les ressources naturelles représentent un don de dieu, les Chagga souhaitent les préserver, les gérer avec soin, mais les acheter, jamais. Vouant un profond respect aux ressources naturelles et leur attribuant un caractère sacré, les Chagga refusent alors toute commercialisation de celles-ci. En parallèle, ils voient d’un œil méfiant les effets de la modernité qu’on leur impose. Arbres modernes, vaches modernes, tourisme ou réseau d’eau courante, les nouvelles technologies ne sont pas accueillies comme des bienfaits dans les villages Chagga. Les arbres modernes assèchent les sources, les vaches modernes ne sont pas adaptées au milieu, le tourisme n’apporte aucune retombée dans les villages et le réseau d’eau non seulement a conduit à l’assèchement des canaux d’irrigation, mais a aussi anéanti la hiérarchie sociale des comités de canaux. Ainsi, sur ce territoire, l’installation de l’eau courante ne représente aucunement un progrès.

95Du temps où les Chagga géraient la frange forestière, il leur reste des savoirs très riches et des représentations diverses et réfléchies de leur milieu naturel, notamment de l’eau, de la forêt et du lien entre les deux. Ainsi, ce qui caractérise particulièrement les familles Chagga, c’est leur attachement à la nature allant jusqu’au sacrifice. C’est aussi un espace–temps relativement vaste. Vivant essentiellement dans leur shamba, les Chagga identifient les problématiques locales de leur territoire, mais aussi celles touchant les basses-terres du Kilimandjaro, la Tanzanie, jusqu’aux problématiques globales comme les changements climatiques ou la pollution transfrontalière. Au niveau du temps, ils établissent un lien marqué entre passé, présent et futur. Abordant systématiquement les anciennes pratiques, les changements majeurs de leur environnement, ils utilisent leurs savoirs transmis pour juger du présent et évaluer l’avenir. Ils évoquent également leur inquiétude pour les générations futures. Le Chagga, un paysan ancré sur son shamba, qui pense loin et sur le long terme.

6.2. Kilimandjaro : quelle gestion pour demain ?

96Rappelons la théorie de la tragédie des biens communs qui tente de démontrer qu’un bien communautaire ne peut que se dégrader, chacun voulant toujours exploiter une unité supplémentaire de ce bien sans se préoccuper de sa préservation (Hardin, 1968). La gestion collective est-elle forcément néfaste à la viabilité du système ? Apparemment non. Prenons l’exemple de l’agriculture, privatisée dans les villages Chagga, où chaque parcelle reste au sein de la famille génération après génération. La pression démographique a engendré un morcellement intense des terrains accompagné d’une intensification des pratiques. Si une parcelle familiale accueillait autrefois un système agro-forestier extensif et diversifié, la tendance est à la dégradation générale des sols. Etant réduit à un timbre poste, le shamba fait de plus en plus l’objet de pratiques agricoles monoculturales, intensives et polluantes. Dans ce cas de figure, la propriété privée ne serait donc pas à même d’assurer la viabilité du système agricole.

97Selon Ostrom (1990), nombreux sont les exemples de communautés qui ont prouvé leur aptitude à une gestion durable des ressources naturelles, à partir de l’établissement d’une série de règles sociales. Un régime de propriété commune est mis en place, système particulier de propriété qui assure la disponibilité sur le long terme des ressources collectives. Sur notre territoire, les comités de canaux en sont un exemple probant, ainsi que la ½ mile strip, quand les communautés Chagga en avaient encore la responsabilité. Dans les villages de haute altitude, tous les habitants qui participent aux réunions du comité de canal (quand il existe encore) et aux tâches collectives d’entretien des canaux bénéficient d’un droit à l’eau égal pour tous. C’est donc la participation uniquement, et non le pouvoir monétaire, qui garantit un accès à la ressource en eau. Dès qu’un problème survient, le comité de canal organise une réunion et l’ensemble des utilisateurs participent à la négociation puis à la décision. On remarque ainsi que la gestion de l’eau, plus précisément des canaux d’irrigation, dans les villages de haute altitude peut se caractériser par une gouvernance locale efficace qui assure la pérennité de la ressource (Devenne, 1999). La gestion collective peut aussi être approchée au travers de l’exemple de la frange forestière, laissée au soin des habitants dans les années’40. A cette époque, c’est la communauté Chagga dans son ensemble qui prenait en charge la gestion de cette forêt dite sociale. Sociale car la gestion de ce territoire forestier avait engendré au village des groupes de discussion, de travail, d’organisation, et les relations entre acteurs s’en étaient trouvé enrichies. Ce bout de forêt était alors devenu intrinsèquement lié à l’organisation sociale du village. Chacun avait un rôle à jouer dans le système et les fraudes étaient rares. On peut supposer que la pression sociale et les règles villageoises poussaient chaque individu à ne pas commettre d’impair envers la communauté. La gestion des ressources naturelles est dans ce cas sous la responsabilité du groupe, avec des lois internes et des représentants pour assurer les négociations avec les partenaires extérieurs. L’organisation sociale était intrinsèquement liée à la gestion des ressources naturelles et la pression sociale était alors maître du jeu.

98Mais les ressources naturelles ont changé de mains. Des entreprises comme Kiliwater, appuyées par le gouvernement, veulent instaurer dans tous les villages un service d’accès à l’eau, payant. Premier fiasco. La forêt ensuite, classée par l’Etat réserve naturelle puis parc national, est interdite. Second échec. Cette forme de politique foncière suit les commandements de la Banque Mondiale et répond à une demande internationale diversifiée. L’objectif avancé est celui de la protection d’un patrimoine naturel mondial auquel les populations du Nord accordent une si grande valeur contrairement aux populations locales qui ne se rendraient pas compte du trésor qu’elles côtoient (Constantin, 1999). Aujourd’hui associée à un patrimoine mondial de l’humanité, la forêt d’altitude du Kilimandjaro n’appartient plus aux populations locales mais à l’humanité toute entière ; les habitants se sentent peu à peu dépossédés, puis déresponsabilisés vis-à-vis de ce milieu, même s’ils tiennent toujours à sa pérennité. Dans ce cas, la pression sociale, l’intégration au groupe ou le communautarisme n’ont plus leur place en forêt. Le Parc National du Kilimandjaro est source de revenus importants ; la gestion des ressources naturelles ne devrait-elle pas profiter aussi aux Chagga ? Un rapport officiel indique qu’il n’y a aucune retombée économique du parc pour les populations locales (Ministry of Lands, Natural resources and Tourism, 1989), et pourtant aucune forme de protestation de masse n’existe de la part des Chagga. Ils se contentent de tourner le dos peu à peu non pas à la forêt en elle-même, mais aux responsabilités de sa conservation.

99Des mesures qui viseraient à exclure les villageois du système s’avèreraient en tous cas incapables de fonder une politique efficace de conservation (Constantin, 1999, Ostrom et al., 1999). Attention donc à l’appropriation des terres par l’Etat sous la forme d’aires protégées, qui peut avoir des répercussions inattendues et néfastes sur le milieu en question. De nombreux types de gestion des ressources naturelles se sont succédés sur les pentes du Kilimandjaro. Les divers exemples d’appropriation collective se sont soldés par des réussites tant au niveau écologique que social. Il convient alors de poser l’hypothèse selon laquelle l’organisation sociale pourrait être garante d’une certaine durabilité du système. La généralisation de la propriété privée sur les pentes du Kilimandjaro n’est pas une solution, pour des raisons démographiques, écologiques ou culturelles. Mais il semble qu’un retour à une propriété commune ne soit pas envisagée, pas même par les locaux.

100De nombreux exemples ont montré que la non négociation était à plus ou moins long terme économiquement et écologiquement coûteuse, et souvent humainement dramatique. Il s’agirait ainsi pour le gouvernement tanzanien de « donner aux populations le pouvoir de mobiliser leurs propres capacités d’être des acteurs sociaux, plutôt que des sujets passifs, de gérer leurs ressources, de prendre des décisions et de contrôler les activités qui affectent leur vie » (Cernea, 1985).

7. Conclusion

101Développement durable socio-centré, gouvernance environnementale éclairée, acteurs faibles et acteurs absents : ces notions nous ont servi de fil rouge tout au long de notre réflexion et ont posé les fondements de l’élaboration de notre modèle d’analyse du jeu d’acteurs : l’Acteur en 4 Dimensions. Cet outil, issu d’une réflexion transdisciplinaire, s’attache à appréhender les jeux d’acteurs sur un territoire par l’étude des liens entre humains (rapport social) et des liens homme-nature (rapport patrimonial) ainsi que par leurs interactions. Les résultats de l’A4D peuvent être mis en lumière par ce que nous appelons l’empreinte territoriale, un spectre graphique qui tend à illustrer la complexité des liens entre humains et non-humains. Tâcher de décrire et se représenter les relations entre humains ainsi que celles entre humains et patrimoine à l’échelle d’un territoire dans le cadre d’une problématique environnementale ; voilà ce que propose ce modèle conceptuel d’analyse qui pourrait s’apparenter à une approche socio-centrée du développement durable et représenter une base de travail pour l’organisation d’une démarche de gestion intégrée et participative des ressources naturelles. Le tout pour suivre cette idée d’harmonie entre les êtres humains et entre l’homme et la nature (CMED, 1987).

102L’application du modèle de l’A4D sur les pentes du Kilimandjaro montre que sur ce territoire, c’est la dimension conflit qui à elle seule se détache des empreintes territoriales, l’ensemble des acteurs étant à la fois critiques et critiqués. Tous ancrés sur un même territoire, les acteurs semblent vivre des réalités sociales différentes. Mis à part les sources et la faune sauvage, portées uniquement par les acteurs faibles et oubliées par les autres, les ressources naturelles du toit de l’Afrique font débat. Et si la forêt d’altitude est objet de toutes les convoitises, les moyens pour la préserver sont sources de litiges majeurs. Seule la question de la diminution de l’eau sur les pentes fait l’unanimité. A ce propos, nos résultats montrent que l’installation de l’eau courante par des acteurs institutionnels dans certains villages a eu comme conséquence de faire disparaître les canaux d’irrigation dans les shamba, et donc tout un système ancestral de gestion de la ressource basé sur la participation. Même si les acteurs portent un regard plutôt favorable sur l’idée de concertation, ils sont pour l’instant peu enclins à la coopération, les enjeux environnementaux étant trop importants.

103A propos du climat, on découvre qu’il représente la préoccupation majeure du jeu d’acteurs dans son ensemble, chaque acteur craignant pour l’avenir de la montagne sacrée. Il est intéressant de noter que changements climatiques et fonte des neiges apparaissent dans les discours des acteurs comme deux préoccupations distinctes, comme si ces phénomènes étaient indépendants l’un de l’autre. Cette nuance s’explique par la différenciation des causes invoquées pour évoquer chaque phénomène : les changements climatiques seraient essentiellement dus à des facteurs locaux comme la déforestation ou l’intensification des cultures alors que la fonte des neiges est associée à des aspects globaux, tels Dieu (Jah) ou la mondialisation. Si la disparition des neiges reste donc un phénomène mystérieux pour les acteurs, les changements climatiques eux, sont ancrés localement et des liens sont systématiquement effectués avec les problématiques liées à l’eau, la forêt, l’agriculture… et les mentalités.

104En effet, le changement climatique apparaît sur les pentes du Kilimandjaro comme cristallisant un confit majeur du territoire : les partisans de la modernité contre ceux qui défendent la tradition. Ainsi pour certains, l’origine des changements climatiques réside dans la modernité et ses dérivants, à savoir « les arbres modernes, les vaches modernes, l’eau moderne », tous ces nouveaux objets environnementaux revenant dans le discours des acteurs comme de véritables ruptures naturelles ayant engendré des changements climatiques. D’autres accusent les activités traditionnelles d’être à l’origine des dégradations environnementales ainsi que des changements climatiques, notamment celles des communautés Chagga. Gestion de l’eau, accès à la forêt, agriculture, habitat ; les pratiques des Chagga sont présentées par la majorité des acteurs comme épuisant l’ensemble des ressources naturelles des pentes fertiles de la montagne et conduisant aux changements climatiques constatés.

105Petits paysans, grands responsables ? Nos résultats issus spécifiquement de l’analyse des familles Chagga montrent le contraire. Convaincus que c’est la forêt pluviale d’altitude qui leur assure eau, air, humidité, pluies, fertilité du sol, ils sont prêts à tout pour la protéger. Ils se disent même favorables au parc national Kinapa, qui, par les armes, leur interdit pourtant totalement l’accès à la forêt. Des 50 familles rencontrées, notre étude montre qu’elles manifestent un attachement certain et profond à leur région, à un environnement sain, aux ressources naturelles presque sacralisées. En effet, le don de Dieu est fréquemment évoqué quant aux ressources naturelles, ce qui donne à l’attachement une dimension sacrée. Le sacré, selon Godelier (1984) qui se réfère à certaines formes de paysannerie, représente « une catégorie pratique et spontanée de l’expérience humaine primitive de la nature et de la société ». Et Descola (1986) d’ajouter : « au delà des connaissances techniques, botaniques, agronomiques et éthologiques employés par les sociétés dans leurs activités de subsistance, c’était l’ensemble de leurs croyances religieuses et de leur mythologie qui devait être considéré comme une sorte de savoir écologique de leur écosystème et des équilibres à respecter pour que tout se maintienne en état d’homéostasie ».

106Ainsi les familles Chagga sont certes nombreuses sur les pentes mais démontrent au niveau de leurs pratiques des activités respectueuses de la nature et des concessions pour sa préservation ; de leurs savoirs des connaissances très riches des éléments de leur milieu et de leurs interactions ; de leurs préférences un attachement profond à leur environnement.

107A propos spécifiquement du changement climatique, les populations le ressentent majoritairement comme une diminution de la pluviométrie et une augmentation des extrêmes (été plus chaud ; hiver plus froid). Les Chagga établissent également des interactions directes entre climat et déforestation, reforestation, gestion de l’eau, etc.. La fonte des neiges est vécue comme un drame au sein des familles qui redoutent l’arrivée d’un désert sur les pentes du Kilimandjaro.

108Au final, la gouvernance locale est pour l’instant compromise sur ce territoire, le problème climatique ayant attisé de profonds conflits environnementaux entre acteurs. L’actualité n’est pas à l’adaptation aux changements climatiques mais plutôt à la désorientation. C’est ici le rapport patrimonial qui semble prédominant ; autrement dit, le lien au non humain dépasse le lien à l’humain : peu importe les affinités ou animosités, les relations sociales sont peu susceptibles de modifier les différents liens qu’ont su tisser les acteurs aux éléments naturels de leur territoire. Le Kilimandjaro, longtemps aux mains des Chagga, change de propriétaire. Entreprises et gouvernement s’installent, avec de nouvelles directives pour l’accès aux ressources naturelles ayant induit de petites catastrophes écologiques comme sociales. L’enjeu de la conservation suppose de gérer les relations entre les hommes à propos de la nature, bien plus que la nature elle-même (Weber, 1999), et l’Etat n’est pas en position de le réaliser aujourd’hui sur le toit de l’Afrique. Les problématiques climatiques devraient inviter à repenser le lien entre humains ainsi que le lien au non-humain sur les pentes du Kilimandjaro pour la mise en place d’une nouvelle gouvernance environnementale, plus que jamais indispensable.

Bibliographie

Banque mondiale (2001) Stratégie environnementale de la Banque Mondiale. http://worldbank.org/environment

Bjordalen J.E. (1991) An ecological approach to the inventory and monitoring of rainforest catchments in Tanzania. In Newmark, The conservation of Mount Kilimanjaro. IUCN, Gland et Cambridge.

Blanchet A. & Gotman A. (2000) L’enquête et ses méthodes : l’entretien. Ed. Nathan Université.

Bromley D.W. (1991). Environment and economy : property rights and public policy. Blackwell, Oxforf.

Brown L. 1990. State of the world. World Watch Institute, Washington.

Bruen M. (1989) Unit hydrograph stability and linear algebra. Journal of Hydology n° 111, 377.

Cernea M. (1985) Putting people first : sociological variables in rural development. World Bank, Oxford University Press.

Cleaver KM, Schreiber GA. 1994. Reversing the spiral : the population, agriculture and environment nexus in sub-saharian Africa. The World Bank, Washington DC.

CMED (1987) Our common future (Brundtland Report), Oxford University Press.

Constantin F. (1999). La gestion des ressources naturelles sauvages : droits, développement local et enjeux de pouvoirs. In Karthala, ed Coopération française, Quelles politiques foncières pour l’Afrique rurale ? Réconcilier pratiques, légitimité et légalité, 315-337.

Crozier M. & Friedberg E. (1977) L’acteur et le système. Ed. du Seuil, Paris.

Descola P. (1986) La nature domestique : symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar. MSH, Paris.

Descola P. (2001) Anthropologie de la nature : leçon inaugurale de la Chaire d’anthropologie de la nature. http://www.college.de.France.fr/media/anthrop/UPL51939_DescolaR01-02.pdf. Collège de France.

Devenne F. (1999). Mutations agricoles et gestion des ressources au Kilimandjaro. Thèse pour le doctorat de géographie de l’Université Paris X - Nanterre.

Diegues A.C.S. (1992) Sustainable development and people’s participation in wetland ecosystem conservation in Brazil : two comparative studies. Grassroots environmental action : people’s participation in sustainable development, Routledge, New York.

Donnadieu G. (2002) La systémique : penser et agir dans la complexité. Ed. Liaisons, Rueil Malmaison.

Edwards K.A. & Blackie J.R. (1981) Results of the East African catchments experiments 1958-1974. In Lal R. & Russel E.W. ed., Tropical Agriculture Hydrology : watershed management and land use, 163-188. John Wiley, New York.

Gamassa D.M. (1991) Historical change in human population on Mount Kilimanjaro and its implications. In Newmark, The conservation of Mount Kilimanjaro. IUCN, Gland et Cambridge.

Gillingham P. (1997). Indigenous irrigation on Mount Kilimanjaro, Tanzania. University of Cambridge, Uk.

Godelier M. (1984) L’idéal et le materiel, Fayard, Paris.

Gomez-Pompa A. (1992) Taming the wilderness myth. Bioscience, n° 42 (4).

Grove A. (1993). Water use by the Chagga on Kilimanjaro. African Affairs, 92, 431-448.

Hardin G.(1968) The tragedy of the commons. Science, 162 : 1243 – 1248.

Haudricourt A. (1962) Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui. L’Homme, vol 2, n° 1, 40-50.

Hemp A. (2005) Climate change-driven forest fires marginalize the impact of ice cap wasting on Kilimanjaro. Global change biology, n° 11, 1013-1023.

Hemp A. (2006) The banana forests of Kilimanjaro : biodiversity and conservation of the Chagga homegardens. Biodiversity and Conservation n° 15, 1193-1217.

Huggins C. (2000). Rural water tenure in East Africa. A comparative study of legal regimes and community responses to changing tenure patterns, Tanzania and Kenya. ACTS.

Ikegami K. (1994). The traditional agrosilvopastoral complex system in the Kilimanjaro region, and its implications for the Japanese-assisted lower Moshi irrigation project. African Study Monograph, 15 (4) : 167-176.

Kivumbi C.O. & Newmark W.D. (1991) Attitudes of local people toward Kilimandjaro National Park and Forest Reserve. In Newmark, The conservation of Mount Kilimanjaro. IUCN, Gland et Cambridge.

Klute F. (1920) Ergebnisse der Forschungen am Kilimandscharo 1912. Reimer, Berlin

Lamprey R.H. & Michelmore M. (1991). Changes in the boundary of the montane rainforest on Mount Kilimanjaro between 1958 and 1987. The Conservation of Mount Kilimanjaro, ed. Newmark W.D., IUCN Tropical Forest Programme.

Le Roy A. (1879) Au Kilima-Ndjaro, Afrique Orientale. L. de Soye et Fils, Imprimeurs, Paris.

Lee DR, Ferraro PJ, Barrett CB. (2001) Introduction : changing perspectives on agricultural intensification, economic development and the environment.

In : Lee DR, Barrett CB (Eds), Tradeoffs or Synergies ? Agricultural intensification, Economic development and the Environment. CABI publishing, Oxon, 1-16.

Lein H. (2004) Managing the water of Kilimanjaro : Irrigation, peasants, and hydropower development, GeoJournal 61 : 155–162.

Mathieu P. 1998. Population, pauvreté et dégradation de l’environnement en Afrique : fatale attraction ou liaisons hasardeuses ? Nature, Sciences, Sociétés, 6 (3) : 27-34.

Mboya, A. & Mponeja, F (1999). Environmental profile of Moshi Municipality. Managing the sustainable growth and development of Moshi, the town of Mt. Kilimanjaro. Sustainable Moshi Programme, United Nations Centre for Human Settlements, Moshi.

Messerli B. & Ives JD (1997) Mountains of the world, a global priority. Informa Health Care, 495pp.

Micoud A. (2001) La patrimonialisation, ou comment dire ce qui nous relie : un point de vue sociologique. In. Analyser le patrimoine, Séminaire de Reims

Ministry of Lands, Natural resources and Tourism. (1989). Tanzania forestry action plan 1991/91- 2007/08. Dar es Salaam.

Misana S.B. (1991) The importance of Mount Kilimanjaro and the need for its integrated management and conservation. In Newmark, The conservation of Mount Kilimanjaro. IUCN, Gland et Cambridge.

Moles A. (1995) Vers une psycho-géographie. In Encyclopédie de géographie, dirigé par A. Bailly, R. ferras & D. Pumain. Economica, 159-187.

Nagendra H, Munroeb DK, Southworth J. (2004) Introduction to the special issue, from pattern to process : landscape fragmentation and the analysis of land use/land cover change. Agriculture, Ecosystems and Environment n° 101, 111-115.

Nair, PKR, Buresh RJ, Mugendi DN, Latt CR. (1999) Nutrient cycling in tropical agroforestry systems : myths and science. In : Buck LE, Lassoie JP, Fernandes ECM (Eds), Agroforestry in Sustainable Agriculture Systems. CRC Press, Boca Raton, FL, 1-31.

Nash R. (1989) The rights of nature : a history of environmental ethics. University of Wisconsin Press, Wisconsin.

Newmark W.D. & Leonard N.L. (1991). Attitudes of local people toward Kilimanjaro National Park and Forest reserve. The Conservation of Mount Kilimanjaro, Ed. Newmark W.D., IUCN Tropical Forest Programme.

O’Kting’ati A. & Kessy L (1991) The farming systems on Mount Kilimanjaro. In Newmark, The conservation of Mount Kilimanjaro. IUCN, Gland et Cambridge.

Ollagon H. (1989) Une approche patrimoniale de la qualité des milieux naturels. In Du rural à l’environnement, la question de la nature aujourd’hui. Paris, Ed. L’Harmattan, 258-268.

Ostrom E., Burger J., Field C., Norgaard R. & Policansky D. (1999) Revisiting the commons : local lessons, global challenges. Science, 9 avril, Vol 284, 278-282.

Quivy R. & van Campenhoudt L. (1995) Manuel de recherche en sciences sociales. Ed. Dunod.

Rees J. (1985). Natural resources : allocation, economics and policy. Methuen, London.

Sarmett J.D. & Faraji S.A. (1991) The hydrology of Mount Kilimanjaro : an examination of dry season runoff and possible factors leading to its decrease. In The Conservation of Mount Kilimanjaro, Ed. Newmark W.D., IUCN Tropical Forest Programme.

Sébastien L. & A. Ferment (2002) Forêt cherche propriétaire pour relation durable ; étude sur la propriété forestière en Sologne. Revue Ingénieries Ecologiques n° spécial 2002 – p. 147-155.

Sébastien L. & C. Brodhag (2004) A la recherche de la dimension sociale du développement durable. Revue Développement durable et Territoires, dossier n° 3 de décembre

Sébastien L. & Paran F. (2006) L’Acteur en 4 Dimensions pour une exploration sociale et patrimoniale du jeu d’acteurs territorial. In Aide à la décision pour l’aménagement du territoire, Méthodes et outils. Editions Lavoisier, Hermès Science Publications, Paris.

Sébastien L. (2007) Relations homme – nature en milieux d’altitude : quand la durabilité est une question de survie. Cahiers de l’Afrique de l’Est, n° 34, Gestion des ressources naturelles. IFRA, Jan-mars, p. 57-86.

Simon H.E. (1982) From substantive to procedural rationality. In Models of bounded rationality, vol. II, MIT Press, 424-443.

Soini E. (2005) Land use patterns and livelihood dynamics on the slopes of Mount Kilimanjaro, Tanzania. Agricultural systems n° 85, 306-323.

Tabah L. (1995). Les interrelations populations – environnement – développement : état de la question et perspectives. Population-environment-development : interactions. Ed. by J. Clarke & L. Tabah, CICRED.

TANAPA (1992) Kilimanjaro Draft General Management Plan. Tanzania National Parks, Planning Unit.

Thompson LG, Mosley-Thompson E, Davis ME et al. (2002) Kilimanjaro ice core records : evidence of holocene climate change in tropical Africa. Science, 298, 589–593.

Weber J. (1999). Perspectives de gestion patrimoniale des ressources renouvelables. In Karthala, ed. Coopération française, Quelles politiques foncières pour l’Afrique rurale ? Réconcilier pratiques, légitimité et légalité, 535-552.

Wily L. (1997). Bientôt des réserves villageoises à Duru-Haitemba en Tanzanie. Arbres, Forêts et Communautés Rurales, 11, 4-13.

Zolongo SA, Kiluvia S, Mghase G. (2000) Umbwe Onana PRA report. Traditional Irrigation and Environmental Development Organization, Moshi, 46 pp.

Notes

2 Générations futures et vivant biologique

3 Humains contemporains sous-représentés

4 Moshi signifie fumée, en swahili

5 Une planèze est un plateau basaltique qui résulte de l'érosion de coulées sur les flancs d'un volcan

6 Liens entre humains contemporains

7 Liens des acteurs vis-à-vis de ce qu’ils considèrent comme leur patrimoine naturel et culturel

8 Bande forestière d’une largeur de 800m, sur laquelle les villageois sont en théorie autorisés à ramasser le bois mort

9 Kilimanjaro National Park

10 Maires de villages

11 Définis comme ceux qui usent d’un bien commun sans en assurer sa pérennité

12 Pangani Bassin Water Authority

13 Espèces qui ont besoin d’ombre pour se développer

14 Une des 4 dimensions de notre modèle (conflit-coopération-cohabitation-domination)

15 Ici les petits paysans Chagga

16 A noter : la valeur d’agrément n’est jamais évoquée par les acteurs des pentes du Kilimandjaro

17 Kilimanjaro Draft General Management Plan, 1992

18 Equivalent à environ 1 euro

19 peut se définir comme : peur d’un lieu (du latin topo : lieu et phobos : peur)

Table des illustrations

Titre Figure 19 : L’Acteur en 4 Dimensions : son socle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-1.jpg
Fichier image/, 264k
Titre Figure 20 : Empreintes territoriales à 4 dimensions (droite) et à 8 dimensions (gauche)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-2.jpg
Fichier image/, 224k
Titre Figure 21 : Présentation de la zone du Kilimandjaro
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-3.jpg
Fichier image/, 500k
Titre Figure 22 : Présentation des zones du Kilimandjaro ainsi que des 5 villages d’étude
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-4.jpg
Fichier image/, 1016k
Titre Figure 23 : Schématisation du mont Kilimandjaro (source : Léa Sébastien)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-5.jpg
Fichier image/, 128k
Titre Tableau 1 : Présentation des « sphères » et des « mondes » des acteurs du Kilimandjaro
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-6.jpg
Fichier image/, 136k
Titre Figure 24 : Problèmes évoqués par les acteurs liés au territoire
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-7.jpg
Fichier image/, 272k
Titre Figure 25 : Problèmes évoqués par les acteurs liés à l’eau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-8.jpg
Fichier image/, 92k
Titre Tableau 2 : explicitations des rapports social et patrimonial de la communauté Chagga
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-9.jpg
Fichier image/, 520k
Titre Figure 26 : Empreinte territoriale du paysan Chagga
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-10.jpg
Fichier image/, 264k
Titre Figure 27 : Causes de la pollution de l’eau (à gauche) et de la diminution de l’eau (à droite) évoqués par les Chagga
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-11.jpg
Fichier image/, 208k
Titre Figure 28 : Caractérisation des changements climatiques (à gauche) et causes identifiées pour ces changements (à droite), selon les Chagga
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-12.jpg
Fichier image/, 80k
Titre Figure 29 : Origines du bois des Chagga (à gauche) et opinions vis-à-vis de KINAPA (à droite)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-13.jpg
Fichier image/, 164k
Titre Figure 30 : Apports d’une forêt selon les Chagga
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15014/img-14.jpg
Fichier image/, 261k

Auteur

Chercheure à l’Université Libre de Bruxelles en géographie humaine et sociologie de l’environnement.
lea.sebastien@ulb.ac.be

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540