Version classiqueVersion mobile

Le changement climatique

 | 
Isabelle Roussel
, 
Helga-Jane Scarwell

Chapitre 1. Quand les scientifiques donnent l’alerte

Changements climatiques : des inquiétudes à l'évaluation des incertitudes

Caroline Norrant-Romand

Texte intégral

1Depuis quelques années maintenant, la communauté scientifique s’accorde sur la réalité d’une modification du climat, et les experts confirment que l’homme et ses activités n’y sont pas étrangers (IPCC, 2007). Ce consensus scientifique a ouvert la porte à de multiples inquiétudes de la part du public, qui n’est plus confronté à un changement climatique, mais à des changements climatiques. En effet, qui n’a pas constaté autour de soi, et ce au quotidien, qu’il « n’y a plus de saisons », que « le temps est devenu fou », et que les dérèglements climatiques font régulièrement la une des journaux (cyclones omniprésents et dévastateurs, tempêtes violentes, pluies diluviennes et inondations…).

2Cependant, si tout le monde a entendu parler de ces changements climatiques, de nombreuses questions subsistent encore au milieu des certitudes qui sont avancées par les experts dans un langage parfois quelque peu difficile d’accès pour un public non spécialiste. Il est mentionné un réchauffement planétaire pour la fin du 21e siècle, mais accompagné de refroidissements dans certaines régions du globe ; d’autres hypothèses, toutefois non mentionnées dans les rapports de l’IPCC, vont même jusqu’à mentionner le retour vers une glaciation due à ce réchauffement… bien que cela semble paradoxal, les démonstrations scientifiques ne manquent pas, aussi bien dans le sens d’un réchauffement que d’un refroidissement des températures. A cela il faut ajouter une réalité à laquelle toute étude sérieuse se réfère : la fameuse incertitude des modèles climatiques qui prévoient le climat pour la fin du 21e siècle, c’est-à-dire leur inévitable marge d’erreur. De là à penser que ces modèles ne sont pas fiables, il n’y a qu’un pas, que certains négationnistes ont eu vite fait de franchir. Mais il faut très vite remettre les choses au point : d’après l’IPCC (2007), l’incertitude des modèles climatiques porte plus sur la quantification des changements climatiques que sur leur nature même. Il faut donc garder à l’esprit que ce qui est annoncé par les experts, notamment le réchauffement global, risque bien de se produire d’ici la fin du 21e siècle ; seule reste incertaine la quantification en degrés de ce réchauffement.

3Afin donc d’éclaircir le discours général et de mettre un peu d’ordre entre ce dont la communauté scientifique est certaine et ce qui reste encore mal connu, les questions les plus courantes que l’on se pose sur le changement climatique seront traitées ici, en commençant par la façon dont va évoluer le climat au cours du 21e siècle, et plus particulièrement en terme d’événements extrêmes. Mais d’un point de vue de la moyenne planétaire, cela est dit et répété depuis plusieurs années, un réchauffement va se produire : or qui dit réchauffement dit également fonte des glaces. Cette fonte aura elle aussi des conséquences, qui seront examinées dans un second point. Enfin, le rôle de l’homme dans ces modifications climatiques sera examiné, avec notamment sa part de responsabilité dans les bouleversements observés et attendus.

  • 1 IPCC: Intergovernmental Panel on Climate Change : http://www.ipcc.ch

4Cependant, avant toute chose, il conviendrait de faire le point sur les experts qui servent de référence en matière de changement climatique, c'est-à-dire l'IPCC1, ou GIEC en français (Groupe d'experts Intergourvernemental sur l'Evolution du Climat). Il s'agit d'une organisation qui a été mise en place en 1988 à la demande du G7, par l'OMM et par le Programme des Nations Unies. Tous les Pays du monde (à de rares exceptions près) y sont représentés. Son rôle est d'expertiser l'information scientifique, technique et socio-économique qui concerne le risque de changement climatique provoqué par l'homme (IPCC, 2007). L'IPCC n'est donc pas d'un laboratoire de recherche, mais un organisme où l'on expertise et synthétise des travaux de recherche menés dans les laboratoires du monde entier.

5L'IPCC est réparti en 3 groupes de travail :

  • Groupe 1 : fonctionnement du climat et variations climatiques passées ou à venir

  • Groupe 2 : vulnérabilité de la biosphère et de notre système socioéconomique face aux risques de changement climatique.

  • Groupe 3 : scénarios d'émission des GES et la manière de réduire nos émissions.

6Les rapports d'évaluation du GIEC sont présentés lors d'une Assemblée Générale où chaque Pays membre dispose d'une voix. Ils sont élaborés après un long travail de compilation de tous les travaux publiés dans la littérature scientifique spécialisée, ou ceux en cours dans les laboratoires de recherche.

7Tous les rapports publiés à ce jour (1990, 1995, 2001, 2007) ont été approuvés à l'unanimité (y compris par les Etats-Unis ou l'Arabie Saoudite) en assemblée plénière de l'IPCC. Ce qui est intéressant lors de l'approbation des rapports d'évaluation, c'est que chaque pays dispose d'une seule voix, et de ce fait tous font le même poids. L'IPCC n'est donc pas une organisation regroupant un échantillon de scientifiques tous spécialistes de l'évolution du climat. En effet, les membres de l'IPCC sont nommés par les gouvernements qu'ils représentent, sans toutefois avoir besoin d'une quelconque formation scientifique. Cependant, il faut aussi une approbation de l’OMM, qui est, elle, une organisation scientifique ; la plupart de ces représentants sont donc des scientifiques de haut niveau. Toutefois, il peut arriver, dans des pays ne disposant pas d’une communauté scientifique organisée, que des personnes sans réelle qualification scientifique soient nommées, mais cela reste anecdotique.

  • 2 Jean Jouzel : http://www.lemensuel.net/2008/02/16/jean-jouzel-le-role-du-giec-seresume-a-la-formula (...)

8Afin d'élaborer ses rapports d'évaluation, le bureau de l'IPCC sollicite comme auteurs des experts des domaines couverts. A raison de plusieurs dizaines d'auteurs par tête de chapitre, chaque rapport nécessitera donc la contribution de plusieurs centaines de rédacteurs, sans compter ceux plus nombreux encore qui feront part d'un avis sur les projets. Ils effectuent donc un long travail de compilation de tous les travaux publiés dans la littérature scientifique spécialisée, ou ceux en cours dans les laboratoires de recherche2. Mais il ne faut pas se tromper : les scientifiques ne travaillent pas à l'IPCC, ni pour l'IPCC. Ils réalisent leurs recherches dans leurs laboratoires et sont sollicites par les membres de l'IPCC.

9Il faut aussi voir que les publications scientifiques étudiées par les membres de l'IPCC sont aussi choisies par ces mêmes membres, donc les raisonnements peuvent être faussés. Qui plus est, certains membres de l'IPCC peuvent être des hommes politiques. Ceux-là sont donc obligés d'obéir à certaines contraintes, pressions ou obligations de natures politiques, économiques, ou autres, et ne sont plus dans un cadre strictement scientifique. Pour résumer, ce sont donc bien des spécialistes scientifiques qui rédigent des rapports pour les membres de l'IPCC (notamment les rapports d'évaluation de chacun des trois groupes, qui font chacun près de 1000 pages), mais ce sont ensuite ces membres (personnages politiques, 'decision-makers', representants de pays...) qui font la synthèse de ce qu'ils ont lu : le "résumé à l'intention des décideurs", qui doit tout de même être accepté par le groupe d'experts afin d'être approuvé comme rapport de l'IPCC, mais qui est une version très allégée des rapports d'évaluation afin d'être compréhensible par tous – une centaine de pages condensant les rapports des trois groupes – et qui en devient parfois vide de sens tellement le message à faire passer a été édulcoré ou énoncé avec de trop grandes précautions oratoires.

  • 3 Démission de Christopher Landsea : http://sciencepolicy.colorado.edu/prometheus/archives/science_po (...)

10Une illustration des désaccords scientifiques au sein de l'IPCC est la démission en janvier 2005 de Christopher Landsea de son rôle au sein de son groupe de travail, disant qu'il avait vu le processus comme étant aussi bien motivé par des agendas préconçus que scientifiquement défectueux à cause du contentieux public crée par Kevin Trenberth qui avait avancé la thèse que le réchauffement global contribuait à la récente activité des ouragans de l'Atlantique Nord3.

11Les conclusions de l'IPCC peuvent donc être soumises à critique et controverse, étant donné qu'il s'agit d'une communauté validée par l'ONU, mais qui en même temps est investie aussi bien d'un rôle scientifique que politique. Son rôle d'expertise, qui devrait se vouloir neutre, est ainsi à remettre en question dans ce contexte. Mais peut-on envisager une expertise ou une science neutre ? Deux aspects importants semblent devoir alors être soulignés : tout d’abord, le diagnostic formulé par le GIEC dès 1990, qui était alors largement fondé sur des hypothèses, s’est trouvé constamment précisé et a même été confirmé depuis par l’évolution réelle du climat, au point même que les hypothèses initiales apparaissent parfois trop prudentes ; d’autre part, en se nourrissant de la production scientifique réelle (sur la seule condition qu’elle soit approuvée par les comités de lecture de revues internationales) et de façon assez exhaustive, les rapports complets du GIEC (c’est un peu différent pour les résumés pour décideurs) reflètent malgré quelques désaccords médiatisés, un réel consensus d’une très grande majorité de la communauté scientifique.

12Mais l'objectif ici n'est pas uniquement d'apporter des réponses nettes et carrées sur le changement climatique, mais plutôt de poser les bases d'un débat.

1. Quelle sera l’évolution du climat au cours du 21e siècle ?

13Même si le changement climatique est aujourd’hui perçu comme une réalité inévitable, les modifications des différents paramètres tels que pluies, températures, ou encore événements extrêmes restent encore de l’ordre de l’abstrait. En effet, nous avons tous remarqué qu’il existait des changements dans notre vie quotidienne (les plantes fleurissent plus tôt, dans certaines régions les pluies arrivent plus tardivement ou se raréfient de façon inquiétante, ou encore « il n’y a plus de saison ! » tant les beaux jours sont attendus alors que les températures sont plus basses que les normales saisonnières ou bien qu’elles flirtent avec des sommets jusque là rarement atteints), les médias quant à eux se chargent de nous rappeler qu’ils sont dus (en partie du moins pour certains, voire exclusivement pour d’autres) au changement climatique. Cependant, comment faire réellement la part des choses, et surtout comment s’y retrouver dans les prévisions effectuées par les différents modèles, qui nous annoncent très officiellement des augmentations pour la fin de ce siècle comprises entre +1,1°C et +6,4°C (IPCC, 2007) ? Ces fourchettes d’évolution des températures trouvent leurs justifications scientifiques, comme cela sera analysé plus loin, mais semblent a priori bien trop imprécises pour attirer l’attention sur l’urgence qu’elles recouvrent.

1.1. Comment va évoluer le climat ces prochaines années ?

14Lorsque se pose la question de l’évolution du climat d’ici la fin du 21e siècle, un point unique fait consensus à l’heure actuelle : il y aura bien une modification, et dans le sens d’un réchauffement (IPCC, 2007). Cependant, en ce qui concerne la quantification de ce réchauffement, les avis semblent diverger : en effet, il est souvent dit que les experts s’accordent sur une hausse moyenne de la température globale, comprise entre +1,1 et +6,4°C. Bien souvent la difficulté est d’interpréter cette fourchette d’augmentation : tout d’abord lorsqu’on parle « d’augmentation moyenne de la température globale », cela signifie que la température moyenne de l’ensemble de la terre risque d’augmenter, et donc que cette augmentation ne sera pas uniforme au cours de l’année ou sur le globe, puisque certaines régions risquent au contraire de ne pas avoir d’augmentation des températures, voire même pour certaines des refroidissements (Figure 1).

Figure 1 : Projections relatives au réchauffement à la surface du globe selon différents modèles (IPCC, 2007)

Figure 1 : Projections relatives au réchauffement à la surface du globe selon différents modèles (IPCC, 2007)
  • 4 Remarquons qu’il n’existe pas que deux scénarios, mais six scénarios principaux, qui prennent en co (...)

15Mais comment expliquer la fourchette de cette augmentation moyenne : s’agit-il d’une augmentation de 1° C ou de plus de 6° C ? Même si l’on considère une hausse comprise dans cette fourchette, il existe tout de même plus de 5° C d’écart entre les deux extrêmes, ce qui semble manquer de précision. De ce point de vue, il faut chercher l’explication du côté des modèles climatiques qui vont simuler l’évolution de notre climat futur à partir de différents scénarios démographiques, économiques, géopolitiques… En effet il est désormais reconnu que les modifications à venir du climat sont dues aux concentrations de gaz à effet de serre contenues dans l’atmosphère, celles-ci dépendant en grande partie des activités humaines industrielles. Les modifications climatiques attendues d’ici la fin du siècle auront donc lieu en fonction des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique : c’est-à-dire que si ces émissions diminuent, la modification attendue sera de moindre ampleur que dans le cas où ces émissions augmenteraient. Ce sont ces différences potentielles d’émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique qui modulent ainsi l’augmentation moyenne attendue des températures à la surface du globe. Elles sont intégrées dans les modèles sous le nom de « scénarios d’émission », sachant que plusieurs cas de figure sont envisagés : l’éventualité de prendre des mesures draconiennes et de passer à des énergies « propres » d’un point de vue climatique, ce qui mènerait à une hausse réduite des températures, ou au contraire continuer les émissions de gaz à effet de serre comme si de rien n’était, sans la moindre retenue, ce qui aboutirait à une hausse plus importante des températures4 (Figure 2). Ces différents scénarios sont repris par l’IPCC (2007) et permettent d’évaluer l’augmentation probable des températures sur l’ensemble de la planète selon les politiques de réduction (ou non) des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique mises en place. Ces simulations permettent également l’aide à la décision des politiques, en montrant les conséquences probables attendues des mesures choisies si elles sont appliquées (ou si elles ne le sont pas).

Figure 2 : Scénarios d’émissions de gaz à effet de serre pour la période 2000-2100 en l’absence de politiques climatiques additionnelles (IPCC, 2007)

Figure 2 : Scénarios d’émissions de gaz à effet de serre pour la période 2000-2100 en l’absence de politiques climatiques additionnelles (IPCC, 2007)

16L'incertitude évoquée lorsqu'on parle du changement climatique n'est donc pas imputable aux modèles, qui eux sont relativement fiables, mais plutôt aux scénarios d'émission, étant donné que nous ne savons pas encore quelles décisions seront prises dans ce domaine. Cette considération permet ainsi de relativiser les incertitudes d'évolution du climat et en particulier des températures, pour lesquelles la hausse est donc tout à fait certaine, mais dépend de nos choix à venir.

17Cependant, le changement climatique ne concernera pas uniquement les températures, mais également tous les autres paramètres climatiques, même si pour ceux-ci la médiatisation est moindre du fait de la moins bonne connaissance de leur évolution probable. Ainsi peut-on également établir des prévisions concernant l’évolution des précipitations, même si ce paramètre reste encore relativement mal connu, tout du moins par rapport aux températures. Cette incertitude se répercute donc dans les prévisions des modèles climatiques associés aux différents scénarios. Cependant, il semblerait d’après les prévisions que les précipitations augmenteraient aux hautes latitudes, alors qu’elles diminueraient dans la plupart des régions continentales subtropicales et de moyenne latitude, et ce d’environ 20 % d’ici 2100 (Figure 3). Ces projections vont dans le sens de la plupart des tendances observées jusqu’à présent (IPCC, 2007).

Figure 3 : Projections des variations des quantités de précipitations selon différents modèles pour la période 2090-2099 par rapport à la période 1980-1999, pour les périodes de décembre à février (à gauche) et de juin à août (à droite) (d’après IPCC, 2007).

Figure 3 : Projections des variations des quantités de précipitations selon différents modèles pour la période 2090-2099 par rapport à la période 1980-1999, pour les périodes de décembre à février (à gauche) et de juin à août (à droite) (d’après IPCC, 2007).

18La température et les pluies sont les deux paramètres climatiques les mieux connus ; les autres variables, tels par exemple le vent, la nébulosité, l’humidité, l’évaporation ou encore le ruissellement, sont entachés d’encore plus d’incertitudes. C’est pourquoi même si des modifications de ces variables sont à prévoir dans le contexte de changement climatique, elles ne seront pas présentées ici pour des raisons de lisibilité. Cependant il ne faut pas perdre de vue que le climat est un système dont tous les éléments sont en interaction, et que si l’un de ces éléments subit des modifications (comme par exemple la température, dont les changements observés et projetés sont indéniables), tous les autres paramètres en subiront les répercussions et montreront à leur tour des modifications.

19Notons toutefois que les évolutions de tous les paramètres climatiques sont soumises à la résolution spatiale des modèles de prévision, qui étaient d'abord à échelle globale. Les échelles de résolution se sont peu à peu affinées, mais certains phénomènes, notamment ceux d'échelle fine, ne pourront pas faire l'objet de prédictions correctes tant que des modèles à forte résolution spatiale ne seront pas efficaces. La résolution spatiale des modèles est donc un critère essentiel dans la meilleure connaissance des changements climatiques.

20Ces changements affecteront également, outre les moyennes des paramètres climatiques précédemment cités, tous les événements climatiques dits extrêmes, dans le sens où il s’agit de phénomènes peu courants et / ou d’une grande violence.

1.2. Peut-on craindre une augmentation des canicules, des inondations et autres événements extrêmes au cours des prochaines décennies ? Des prochains siècles ?

21La question de l’évolution des événements extrêmes est d’autant plus sensible que l’actualité nous relaie l’apparition de phénomènes météorologiques dévastateurs, qui semblent de plus en plus nombreux sinon de plus en plus destructeurs. Citons par exemple le cas de la tornade qui a dévasté la commune de Haumont (Nord) en août 2008 (Nord Eclair, 2008), ou encore la série de cyclones qui touche comme en chaque fin d’été les pays du pourtour du Golfe du Mexique (Gustav, Hanna et Ike lors de la première quinzaine de septembre dans l’Atlantique tropical ; Lemoine, 2008).

22Concernant ces phénomènes climatiques, même s’ils sont dits extrêmes, c’est-à-dire d’amplitude exceptionnelle, il faut faire la part entre ceux qui, même violents, sont récurrents et ne tiennent pas au changement climatique, et ceux qui au contraire risquent de voir leur fréquence d’apparition et / ou leur amplitude modifiées par les variations actuelles du climat.

  • 5 L’échelle fine correspond à une échelle locale.

23Cependant, certains éléments du système climatique ne semblent pas avoir subi de modifications pour l’instant : il s’agit par exemple des phénomènes à échelle fine5 comme les tornades, la grêle, ou encore la foudre. Cependant, cette absence d’évolution peut être imputable à l’insuffisance des données disponibles, qui ne permettent pas de déceler d’éventuels changements. De même en ce qui concerne le nombre annuel de cyclones tropicaux, aucune évolution notable n’a été observée (IPCC, 2007). Cependant, une étude récente tendrait à montrer que même si aucune évolution n’est à présent constatée pour le nombre de cyclones moyens, les cyclones les plus puissants auraient quant à eux commencé à subir une modification, notamment en termes de nombre et d’intensité, tous deux en augmentation entre 1981 et 2006, et ceux à cause de l’augmentation de la température des océans (Elsner et al., 2008).

24D’après le dernier rapport de l’IPCC (2007) concernant les risques de phénomènes météorologiques extrêmes, il apparaît que la vulnérabilité de nos sociétés serait supérieure à ce qui avait été envisagé dans le rapport précédent ; il faudrait donc s’attendre à une augmentation des sécheresses, des vagues de chaleur et des inondations, de même qu’à une augmentation de leurs effets défavorables, et ce avec un fort degré de confiance. Les épisodes de fortes pluies deviendraient eux aussi également plus fréquents.

25D’autre part, sur la base de plusieurs modèles, il semblerait tout aussi probable que les cyclones tropicaux deviennent plus intenses, avec une accélération des vents en leur sein et une augmentation des précipitations qui leur sont associées, tout ceci à cause de l’augmentation de la température de la surface des mers tropicales. Parallèlement à cette augmentation de l’intensité, le nombre des cyclones tropicaux devrait au contraire diminuer sur l’ensemble de la planète, mais avec un moindre degré de confiance (IPCC, 2007). Cependant, il faut préciser que l’augmentation constatée du nombre des tempêtes très intenses depuis 1970 dans certaines régions est beaucoup plus marquée que ce que prévoient les modèles actuels pour cette période, d’où la marge d’incertitude qu’il faut conserver quant à l’analyse des simulations climatiques pour les décennies à venir.

26Mais le point crucial à ne pas perdre de vue est essentiellement que le changement de fréquence et d’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes devrait surtout avoir des conséquences néfastes sur les systèmes naturels et humains.

  • 6 Précisons que les vagues de chaleur, ou canicules, concernent plutôt les régions méridionales et se (...)

27Par conséquent, il semblerait que les prévisions pour les événements climatiques extrêmes aillent dans le sens d’une modification de leur fréquence et de leur intensité, et ce même si les modifications des moyennes climatiques sont minimes. Par ailleurs, des variations de certains types d’événements extrêmes ont déjà été observées, par exemple l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des vagues de chaleur et des événements de précipitations extrêmes. Dans un futur climatique plus chaud, il existera un risque accru de vagues de chaleur plus fréquentes, plus intenses et plus longues. La vague de chaleur qu’a subie l’Europe en 2003 est un exemple du type d’événement chaud extrême qui pourra devenir courant dans un futur plus chaud. Parallèlement, les vagues de froid, quant à elles, seront moins nombreuses durant l’hiver de l’hémisphère nord dans la plupart des régions6.

  • 7 Un épisode de précipitations extrêmes est défini par Météo France comme tout épisode de pluie cumul (...)

28En même temps, un futur plus chaud verrait augmenter la sécheresse d’été et les pluies d’hiver dans la plupart des moyennes et hautes latitudes de l’hémisphère nord. Mais en même temps que le risque d’assèchement, l’occurrence de précipitations extrêmes7 et de crues augmentera ; cela a déjà été observé et doit se poursuivre d’après les projections des modèles, les précipitations devant se concentrer lors d’événements très intenses, séparés par de plus longues périodes sèches ou de faibles précipitations (IPCC, 2007).

29Cependant, il est important de relever qu'une augmentation des phénomènes extrêmes est mise en avant par les médias, même si ceux-ci restent prudents quant à l'attribution de cette multiplication au changement climatique, et ce bien plus que ce que ne l'annonce l'IPCC : en effet, les phénomènes extrêmes font partie, de par leur définition même, des éléments les plus difficiles à prévoir.

30Il semblerait donc qu’aucun paramètre ou événement climatique n’échappe à une modification d’ici la fin du 21e siècle, due à l’élévation moyenne des températures. Cependant, la température, ou encore la pluie ou la neige se situent en amont d’autres phénomènes, et contribuent à une certaine stabilité des différents éléments du système climatique tel que nous le connaissons à l’heure actuelle. Parmi ces éléments se trouve la cryosphère, c’est-à-dire les glaces, qui risque également d’être perturbée par une trop forte hausse des températures moyennes au cours du 21e siècle.

2. Les calottes glaciaires risquent-elles de disparaître, et quelles en seraient les conséquences ?

31Une autre grande question souvent soulevée est celle de l’extension des neiges et surtout celle des calottes glaciaires, aussi bien arctique qu’antarctique. Outre leur rôle dans la conservation d’un certain nombre d’espèces animales, et donc leur contribution à la biodiversité, leur modification (en cas de fonte, ou encore, pour certains spécialistes, leur extension soudaine accompagnée d’un retour vers une glaciation) pourrait avoir d’importants impacts sur le climat de nos latitudes, notamment en termes d’élévation du niveau de la mer. Un tel phénomène pourrait bouleverser certaines sociétés, non tant pour les quelques centimètres, voire décimètres, que pourrait gagner le niveau moyen des mers, mais surtout pour les conséquences que cela pourrait avoir en termes de déplacement de population, aussi bien par rapport aux îles qui pourraient être submergées, mais également par rapport à toutes les zones côtières, et particulièrement les zones de deltas qui concentrent la population et les activités. En ce qui concerne les deltas, une élévation du niveau de la mer aurait pour conséquence une salinisation de ces régions très fortement cultivées, et donc en plus du déplacement des activités économiques s'ajouterait une perte de matières premières alimentaires, pouvant menacer la stabilité géopolitique de certaines régions du globe.

32On se rend compte par cet aspect que les débats de la société autour du changement climatique ne portent pas sur ses aspects majeurs, qui sont les conséquences des variations des paramètres climatiques, et non le changement climatique en lui-même. Mais dans l'optique précédemment énoncée, l'examen de l'impact du changement climatique dans les régions polaires revêt une importance particulière.

2.1. Les calottes glaciaires risquent-elles d’entièrement disparaître ?

33En ce qui concerne les calottes glaciaires, leur fonte n’est désormais plus un secret pour personne, ni même une interrogation : en effet, nombre de missions scientifiques parties étudier les calottes arctiques et antarctiques, de même que les images satellites, confirment que les calottes glaciaires sont en train de fondre. Leur fonte est d’autant plus spectaculaire qu’elle représente un révélateur du changement climatique, une preuve bien tangible différente par exemple d’une augmentation de quelques degrés ou dixièmes de degrés de la température, difficilement perceptible par tout un chacun. Outre d’être un révélateur, elle permet donc la prise de conscience de la modification du climat, mais sans pour autant qu’il faille s’en réjouir.

34Lorsque l’on observe l’évolution passée de l’extension de la glace de mer, il faut tout d’abord remarquer une différence entre les hémisphères nord et sud. En effet, autant dans le bassin arctique la surface de glace de mer a grandement diminué entre 1978 et 2005, autant celle-ci montre une tendance à l’augmentation dans l’hémisphère sud, c’est-à-dire concernant le bassin antarctique, mais qui n’apparaît pas comme statistiquement significative (Belchansky et al., 2005) (Figure 4).

35Ce retrait des glaces de mer en Arctique a pour la première fois, lors de l’été 2007, entièrement dégagé les passages du Nord-Ouest (le long de l’Amérique) et du Nord-Est (le long de la Russie) : tous deux ont été libres de glace au même moment et pendant quelques semaines, selon une annonce de l’Agence Spatiale Européenne (ESA).

36Concernant l’Antarctique, il n’existe aucune donnée disponible démontrant une modification d’épaisseur des glaces de mer antarctiques, lesquelles sont considérablement plus fines que celles du bassin arctique.

37Mais la fonte des glaces de mer apparaît comme négligeable comparée au volume représenté par les inlandsis, autrement dit les glaces continentales. Certaines études portant sur la calotte antarctique continentale montrent une évolution de masse des glaces en établissant une distinction entre l’est et l’ouest de la calotte glaciaire (Davis et al., 2005, Zwally et al., 2006).

Figure 4 : Evolution de l’extension des glaces en anomalies dans l’hémisphère nord (en haut) et l’hémisphère sud (en bas) (IPCC, 2007)

Figure 4 : Evolution de l’extension des glaces en anomalies dans l’hémisphère nord (en haut) et l’hémisphère sud (en bas) (IPCC, 2007)

38En effet, il semblerait que pendant les dernières décennies du 20e siècle la calotte Antarctique Ouest se soit amincie, de 47±4Gt/an, alors que la calotte Antarctique Est se soit épaissie de 17±11Gt/an, soit pour l’ensemble de la calotte Antarctique au cours de la période étudiée une perte totale de 30±12Gt/an (Figure 5).

Figure 5 : Evolution de la surface de la couverture de glace Antarctique entre 1992 et 2003 ; les triangles rouges représentent des glaces qui s’épaississent et les triangles violets des glaces qui s’affinent (IPCC, 2007)

Figure 5 : Evolution de la surface de la couverture de glace Antarctique entre 1992 et 2003 ; les triangles rouges représentent des glaces qui s’épaississent et les triangles violets des glaces qui s’affinent (IPCC, 2007)
  • 8 La dernière période glaciaire est celle du Würm, qui a atteint son optimum il y a environ 20 000ans

39Une autre calotte glaciaire d’importance est celle du Groenland, héritage de la dernière période glaciaire8. De nombreuses études récentes ont dressé un constat de masse pour la calotte glaciaire groenlandaise. Elles montrent dans l’ensemble un épaississement des glaces dans le centre (Thomas et al., 2001, 2006, Johannessen et al., 2005, Zwally et al., 2006), un rapide amincissement près des côtes, principalement au sud à proximité des glaciers (Abdalati et al., 2001, Rignot et Kanagaratnam, 2006), ainsi qu’un récente accélération du rétrécissement global de la calotte (Figure 6).

Figure 6 : Evolution de la couverture de glace du Groenland entre 1998/1999 et 2005 (IPCC, 2007)

Figure 6 : Evolution de la couverture de glace du Groenland entre 1998/1999 et 2005 (IPCC, 2007)

40Jusqu’à présent, il ne s’agissait que d’observations de l’évolution passée des calottes glaciaires. Lorsque l’on s’intéresse aux résultats de prévisions issus de la modélisation, il apparaît que l’évaluation des glaces dans les modèles climatiques est troublée par le nombre insuffisant d’observations de certaines variables clés (comme par exemple l’épaisseur des glaces). Ainsi, une amélioration de la représentation des glaces dans les modèles climatiques n’est pas évidente. Cependant, dans certains modèles, la distribution géographique et saisonnière des glaces est actuellement de mieux en mieux reproduite, mais les projections montrant une diminution de la couverture des glaces restent encore quelque peu incertaines. Cependant, la plupart des études pour le 21e siècle vont dans le sens, sur la calotte antarctique, d’une accumulation de glace plus importante que la fonte. Concernant le Groenland, les projections tendent vers une augmentation de la fonte des glaces d’importance, quoique encore incertaine, celui-ci étant particulièrement sensible aux variations de température au niveau des marges (IPCC, 2007).

41D’ici la fin du 21e siècle, il semblerait donc peu probable que les calottes glaciaires disparaissent entièrement, même si le processus de fonte risque d’être bien amorcé pour certaines d’entre elles. Mais le recul des glaces, aussi bien des glaces de mer que la fonte des grandes calottes glaciaires, joue un rôle extrêmement important dans la médiatisation du changement climatique. En effet, en guise d'illustration au réchauffement global moyen est souvent présentée l'image de blocs de glace se décrochant de la calotte antarctique ; cependant, n'oublions pas que ces images, filmées sous un soleil éclatant (et donc de jour, c'est-à-dire pendant l'été austral : aux très hautes latitudes, seuls les mois d'été voient le soleil haut dans le ciel, contrairement aux mois d'hiver pendant lesquels il fait nuit), ne sont que l'illustration de la glace qui fond pendant les mois d'été… Nous sommes donc loin du catastrophisme souvent inhérent à ces images, au travers desquelles l'ampleur du phénomène de changement climatique semble annoncer une nouvelle débâcle glaciaire, alors qu'il ne s'agit que d'un phénomène qui, certes impressionnant, n'a rien que de très normal : la fonte des glaces pendant la saison chaude. Sans diminuer donc la réalité du changement climatique, il faut toutefois relativiser le discours qui est véhiculé par certains médias, tout en gardant à l'esprit l'incertitude des évolutions futures en lien avec les divers scénarios d'émission.

2.2. La fonte des glaces risque-t-elle de submerger les terres ?

42Entre la fonte des calottes glaciaires et le réchauffement global de l’air, le niveau de l’eau de mer risque de s’élever. Cependant, la première cause de cette élévation est imputable au réchauffement global : en effet, l’eau va se réchauffer également, et comme elle s’échauffe elle va se dilater, augmentant ainsi le volume global des océans, et produisant alors une élévation du niveau de la mer. Cette expansion thermique moyenne peut être calculée grâce aux modèles directement par la simulation des modifications des températures océaniques. Selon les différents scénarios, l’élévation du niveau de la mer due uniquement à l’expansion thermique augmenterait vers la fin du 21e siècle, passant d’une élévation moyenne de 1,3±0,7mm par an entre 2000 et 2020 à 2,9±1,3mm par an entre 2080 et 2100 (Gregory et al., 2001), soit une élévation moyenne comprise entre 18 et 59cm d’ici 2100, avec une fourchette plus vraisemblablement comprise entre 28 et 43cm (Figure 7).

Figure 7 : Projections de l’élévation moyenne du niveau de la mer (en mètres) due à l’expansion thermique au cours du 21e siècle par rapport à la période 1980-1999 selon les scénarios A1B, A2 et B1 (IPCC, 2007)

Figure 7 : Projections de l’élévation moyenne du niveau de la mer (en mètres) due à l’expansion thermique au cours du 21e siècle par rapport à la période 1980-1999 selon les scénarios A1B, A2 et B1 (IPCC, 2007)

43Il faut également préciser que du fait de modifications attendues de la salinité des océans et de la circulation, aussi bien océanique qu’atmosphérique, les élévations données du niveau de la mer ne sont qu’une moyenne, masquant des disparités régionales : tous les océans du globe ne s’élèveront donc pas exactement de la même hauteur, et certaines régions seront plus touchées que d’autres (Gregory et al., 2001).

44Cependant, même si du fait même du réchauffement moyen global, une élévation du niveau de la mer d’ici la fin du 21e siècle est incontournable, la plupart des terres actuellement émergées ne se retrouveront pas sous les eaux ; la situation sera critique pour les terres de faible altitude, comme les Pays-Bas, ou encore pour toutes les zones de deltas dans lesquelles des remontées d’eaux salées peuvent avoir de graves conséquences sur l’économie, comme par exemple les deltas d’Asie (Gange/Brahmapoutre et Mékong) ou le delta du Nil (IPCC, 2007).

2.3. Peut-on aller vers une glaciation malgré le réchauffement climatique actuel ? Quel est le risque réel de modifier le climat d’Europe ?

45Mais une autre hypothèse associée à la fonte des grandes calottes glaciaires est celle d’une modification radicale du climat européen dans le sens d’une glaciation, totalement à l’opposé de la théorie de la hausse moyenne des températures.

46Cette théorie part d'un rapport "secret" ayant été commandé par le Pentagone, sous la houlette de Andrew Marshall, influent conseiller de Donald Rumsfeld. Ses auteurs sont Peter Schwartz, consultant à la CIA et ancien responsable du planning à la Royal Dutch/Shell, et Doug Randall, de Global Business Network, un cabinet de consultants basé en Californie.

47L'idée de départ est que parce que les changements ont été jusqu'à présent progressifs et qu'ils sont supposés l'être dans le futur, les conséquences d'un réchauffement planétaire devraient être contrôlables pour la majorité des nations. Cependant, de récentes recherches suggèrent qu'il est possible que ce réchauffement progressif entraîne un ralentissement abrupt de la circulation thermohaline océanique, ce qui pourrait entraîner des hivers beaucoup plus rudes, une réduction drastique de l'humidité au sol et l'apparition de vents plus violents dans certaines des régions qui fournissent actuellement une partie importante de la production mondiale de nourriture. Avec une préparation inadéquate, le résultat pourrait être une baisse significative de la capacité de l'écosystème de la Terre à supporter la population humaine. La recherche indique qu'à partir du moment où la température dépasse un certain seuil, des conditions météorologiques défavorables pourraient brusquement se développer, entraînant des changements persistants dans la circulation atmosphérique, ce qui provoquerait dans certaines régions des baisses de température de l'ordre de 2,75°C à 5,5°C en l'espace d'une seule décennie. Des faits climatiques datant du Paléolithique apportent la preuve que les perturbations climatiques pourraient s'étaler sur un siècle, comme cela est déjà arrivé lorsque le courant océanique s'est effondré il y a 8200 années, ou, dans un cas extrême, pourrait durer jusqu'à mille ans, comme ce fut le cas durant l'ère du "Dryas Récent", qui a débuté il y a environ 12 700 ans.

48Dans ce rapport, qui propose un scénario différent de ceux si habituels d'un changement climatique progressif, nous décrivons un changement brusque, calqué sur l'événement qui s'est produit il y a 8200 ans et qui a duré 100 ans. Ce scénario de brusque changement est caractérisé par les conditions suivantes :

  • Une baisse annuelle de la température moyenne de 2,75°C au-dessus de l'Asie et de l'Amérique du Nord et de 3,3°C en Europe.

  • Une hausse annuelle de la température moyenne de 2,2°C dans toute l'Australie, l'Amérique du Sud et le sud de l'Afrique.

  • Des sécheresses persistantes tout au long de la décennie dans des régions agricoles vitales et dans les régions réservoirs d'eau pour les principaux bassins de population en Europe et dans la partie est de l'Amérique du Nord.

  • Les tempêtes de neige et les vents allant en s'intensifiant, amplifiant les impacts des changements. L'Europe de l'Ouest et le Pacifique Nord connaissent des vents renforcés.

49Le rapport étudie comment le scénario d'un changement climatique aussi brusque pourrait potentiellement déstabiliser la situation géopolitique, entraînant des incidents, des combats et même des guerres dus au manque de ressources telles que :

  1. Un manque de nourriture dû à une baisse de la production agricole mondiale.

  2. Une baisse de la disponibilité et de la quantité d'eau potable dans des régions clés, due au déplacement des précipitations, entraînant des sécheresses et des inondations plus fréquentes.

  3. Une perturbation dans l'accès aux ressources énergétiques, due à l'étendue des glaces dans la mer et aux tempêtes.

50Au fur et à mesure que la capacité de subvenir aux besoins se réduit au niveau local et global, les tensions pourraient augmenter partout à travers le monde, conduisant à deux stratégies fondamentales : la défensive et l'offensive. Les nations ayant les moyens nécessaires de le faire pourraient de fait construire des forteresses autour de leur pays, conservant ainsi leurs ressources pour elles-mêmes. Les nations moins fortunées, surtout celles ayant connu d'anciennes querelles avec leurs voisins, pourraient déclencher des conflits pour l'accès à la nourriture, à l'eau potable et à l'énergie. D'improbables alliances pourraient se former, les priorités de défense n'étant plus les mêmes et le but étant les ressources pour la survie plutôt que la religion, l'idéologie ou l'honneur de la nation.

51Ce rapport suggère qu'à cause de conséquences potentiellement extrêmes, le risque d'un brusque changement climatique, bien qu'incertain et sans doute plutôt limité, devrait être élevé au-dessus d'un simple débat scientifique et devenir une question de sécurité nationale pour les Etats-Unis (Schwartz et Randall, 2003).

52Cette réponse du climat totalement à l'opposé du réchauffement moyen attendu pourrait s'expliquer par une modification de la circulation océanique qui serait imputable à forte décharge d’eau douce, due par exemple à la fonte brutale du Groenland et des glaces arctiques. Cette théorie repose sur une modification de la circulation océanique tridimensionnelle, appelle circulation thermohaline : en Atlantique Nord existe un lieu privilégié de subsidence des eaux de mer, en lien avec les gradients de température (« thermo ») et de salinité (« halin »). En effet dans cette région, en mer de Norvège plus précisément, les eaux atlantiques amenées en surface par le Gulf Stream se sont refroidies, et sont alourdies par la décharge en sel due à la formation de la glace de mer. Or des eaux froides sont plus denses, et donc plus lourdes que des eaux plus chaudes, de même que le sont des eaux salées par rapport à des eaux plus douces. Il existe donc dans cette zone la conjonction de plusieurs facteurs menant à une forte densification des eaux de mer, par la température et la salinité, qui alourdies vont tomber vers le fond de l’océan et créer un courant subsident, contribuant ainsi à la circulation océanique mondiale, et en particulier au courant dit du Gulf Stream, encore connu sous le nom de dérive nord-atlantique, participant à la douceur des températures hivernales sur l’Europe de l’ouest (Figure 8).

Figure 8 : Schéma de la circulation thermohaline en Atlantique Nord (McCartney et al., 1996)

Figure 8 : Schéma de la circulation thermohaline en Atlantique Nord (McCartney et al., 1996)

53Dans l’hypothèse d’un réchauffement climatique aboutissant à la fonte des glaces, un fort apport des eaux douces de fonte dans cette région diminuerait la densité de ces eaux, ralentissant voire, dans le pire des scénarios, stoppant la subsidence et donc la circulation thermohaline. Or comme cela a été dit précédemment, de cette circulation océanique dépendent les températures hivernales relativement douces d’Europe de l’ouest, et particulièrement d’Europe du nord ; si cette circulation venait à cesser ou était ralentie, l’apport d’air doux par advection océanique diminuerait également, et il faudrait s’attendre à des températures hivernales beaucoup plus rigoureuses en Europe de l’ouest. Il s’agit donc d’un paradoxe apparent où, en plein réchauffement climatique, l’Europe de l’ouest et du nord pourrait connaître un fort refroidissement de ses températures d’hiver ! Certaines théories vont même jusqu’à annoncer l’hypothèse d’un retour vers une glaciation (Figure 9), comme cela s’est produit entre 12500 et 11500BP à l’époque du Dryas Récent.

Figure 9 : Modification simulée de la température annuelle 30 ans après une interruption de la circulation thermohaline (M. Vellinga, Hadley Centre).

Figure 9 : Modification simulée de la température annuelle 30 ans après une interruption de la circulation thermohaline (M. Vellinga, Hadley Centre).
  • 9 La probabilité d’une telle « bifurcation » augmente avec l’ampleur du réchauffement, d’où la nécess (...)

54Cependant, il ne s’agit là que de spéculations, et les dernières études scientifiques montrent que même si un ralentissement de la circulation thermohaline est à prévoir au cours du siècle à venir, un arrêt total de celle-ci est extrêmement peu probable9 ; il est donc possible d’énoncer que même en cas de moindre efficacité de cette advection de chaleur grâce à la circulation océanique, l’Europe ne connaîtra pas pour autant une période glaciaire : en effet, la circulation thermohaline serait amenée à connaître un ralentissement, mais pas un arrêt brutal, le Gulf Stream ne dépendant pas uniquement de la circulation océanique mais également d’individus barométriques dynamiques de la circulation atmosphérique, qui a priori devraient être peu affectés par le changement climatique. Le Gulf Stream continuerait donc à jouer son rôle de pourvoyeur de douceur pour l’Europe. Cependant, un ralentissement serait à prévoir, et donc un refroidissement, mais qui serait plus que compensé par le réchauffement global. Il semblerait donc qu’au nord de l’Atlantique nord d’ici 2100, le réchauffement global soit moins intense que prévu initialement, compensé par une diminution des températures due au ralentissement de la circulation océanique tridimensionnelle dans cette région, et ce quel que soit le scénario utilisé pour les prévisions (IPCC, 2007, Figure 10).

Figure 10 : Evolution des températures globales selon différents scénarios au cours du 21e siècle (IPCC, 2007)

Figure 10 : Evolution des températures globales selon différents scénarios au cours du 21e siècle (IPCC, 2007)
  • 10 Un événement de Heinrich est la libération d'une grande quantité d'eau douce et d'icebergs dans l'A (...)

55Précisons toutefois que cette question d'un refroidissement brutal sur l'Europe ne se serait pas posée si elle n'avait été soulevée par le "rapport secret du Pentagone" (Schwartz et Randall, 2003) ; il s'agit donc là d'un aspect du changement climatique, dans lequel l'hypothèse d'un scénario catastrophe tel un événement de Heinrich10 a peut-être été exploité comme une arme politique afin de contrecarrer la politique de G. W. Bush (rappelons que le rapport a été publié au moment où M. Bush a refusé la ratification du protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre), à moins que son but n'ait été de la conforter en discréditant le discours coutumier sur le changement climatique…

56Retenons donc que le réchauffement des températures moyennes à la surface du globe d’ici la fin du 21e siècle aura donc un effet indéniable sur la fonte des grandes calottes glaciaires, comme cela a déjà commencé à se confirmer depuis la fin du 20e siècle. Ce réchauffement de l’air gagnera également les températures océaniques, qui en s’élevant auront pour conséquence une dilatation des océans, d’où une élévation incontournable du niveau de la mer, alimentée secondairement par la fonte des glaces. Cependant, la fonte totale des grandes calottes glaciaires tout comme une submersion de la majeure partie des terres émergées ne sont pas à envisager dans un futur proche, comme cela a été énoncé précédemment. Mais même s’il est indéniable que de telles modifications du climat et des divers éléments du système climatique auront des conséquences sur l’homme et ses sociétés, il reste une question à se poser préalablement, à savoir quelle part de responsabilité l’homme doit-il endosser dans tous ces changements.

3. Quel rôle l’homme joue-t-il exactement dans la modification actuelle du climat ?

57Même si les variations climatiques à l’échelle de plusieurs millénaires sont des phénomènes tout à fait naturels, comme par exemple l’alternance entre des périodes de glaciation et des périodes plus chaudes appelées interglaciaires, le changement climatique constaté depuis les dernières décennies dans le sens d’un réchauffement global n’est pas un phénomène que l’on peut qualifier d’entièrement naturel, comme l’a confirmé récemment la communauté scientifique (IPCC, 2007). En effet, l’homme a une part de responsabilité non négligeable dans l’évolution actuelle du climat, tant en terme de rapidité que d’amplitude des évolutions observées.

3.1. Est-ce que le réchauffement actuel a un équivalent dans l’histoire en terme d’amplitude mais surtout de rapidité ?

58A partir de 1854, suite à la conférence internationale de Bruxelles qui établit un protocole de mesure des données océaniques par les navires marchands, il est possible de représenter les températures moyennes de surface pour les deux hémisphères et pour la totalité du globe (Figure 11). Des enregistrements continentaux ont débuté avant cette date, mais il est impossible de créer une moyenne globale. Il faut tout de même préciser que ces séries, même si elles sont admises comme valides par la communauté scientifique, restent quand même incertaines, surtout au début de la période.

59Nous remarquons toutefois que la température moyenne de surface a augmenté de près de 1°C depuis la fin du 19e siècle jusqu’à la fin du 20e siècle. La valeur admise par la communauté scientifique est de + 0,6°C, avec une marge d’erreur de ±0,2°C, de 1856 à la fin du 20e siècle. Cette hausse n’a cependant pas été régulière, et s'est accélérée sur la fin du 20e siècle.

Figure 11 : Evolution des températures de surface hémisphériques et globales (d’après IPCC, 2007).

Figure 11 : Evolution des températures de surface hémisphériques et globales (d’après IPCC, 2007).

60Sur une période plus longue (Figure 12), la température moyenne de surface est relativement stable, avec toutefois une diminution notable entre 1600 et 1900 environ (cette baisse est appelée le « petit âge glaciaire »).

Figure 12 : Evolution des températures globales depuis l’an 1000 (d’après Petit et al., 1999).

Figure 12 : Evolution des températures globales depuis l’an 1000 (d’après Petit et al., 1999).

61Sur une période encore plus longue, la température moyenne de surface a varié sans doute de moins de 2° C depuis presque 10 000 ans (Figure 13). Elle peut donc être considérée comme stable à cette échelle de temps. La principale modification se situe vers 10 000-12 000BP, avec la fin de la dernière glaciation (appelée le Würm en Europe) : la température moyenne de surface varie alors de 6 à 10°C entre une période glaciaire et interglaciaire. La Figure 13 présente ainsi l’évolution des températures reconstruites à partir du carottage de Vostok en Antarctique oriental, qui permet de remonter jusqu’à 420 000 ans avant le présent. Les températures montrent de très fortes variations entre les périodes glaciaires (les températures sont 6 à 10°C inférieures à celles d’aujourd’hui) et interglaciaires (les températures oscillent entre ±2°C par rapport à aujourd’hui).

Figure 13 : Evolution des températures depuis 400 000BP (d’après Petit et al., 1999)

Figure 13 : Evolution des températures depuis 400 000BP (d’après Petit et al., 1999)

62C’est dire donc s’il faut nuancer l’augmentation observée des températures au cours du 20e siècle, puisque remises dans un contexte beaucoup plus large, les quantifications de la hausse correspondent à des valeurs déjà observées à d’autres époques. Cependant, ce n’est pas pour autant qu’il faille nier l’actuelle modification du climat, dont la hausse des températures représente une des facettes les plus visibles. De plus, même si lors de certaines époques antérieures un réchauffement de même amplitude a déjà été observé, il faut toutefois noter la remarquable rapidité avec laquelle le réchauffement moyen global actuel s’est produit : en effet, la hausse moyenne observée au cours du 20e siècle a été extrêmement rapide (environ 100 ans) et ne connaît pas d’équivalent dans l’histoire du climat (par exemple, le réchauffement à la fin d’une période glaciaire dure environ 10 000 ans).

3.2. Le réchauffement aurait-il lieu si l’homme n’effectuait pas autant de pression sur le système ? Si oui, est-ce que cela veut dire qu’il est à l’origine seul de ce réchauffement ?

63A l’origine des variations du climat, que ces variations soient naturelles ou non, il existe plusieurs facteurs. Dans un premier temps, il sera plus simple de ne tenir compte que des variations dites naturelles, c’est-à-dire celles qui sont indépendantes de l’homme et de ses activités. Parmi celles-ci il y a la constante solaire. Les variations de la constante solaire existent sur quasiment toutes les échelles de temps. Leur influence la mieux connue se produit aux échelles de 10 à 100 ans, et est liée à différents cycles ; tout d’abord le cycle des tâches solaires, zones sombres sur le soleil associées à des facules, c’est-à-dire des tâches plus claires émettant plus d’énergie : l’apparition et la disparition de ces tâches, se produisant sur une période de 11 ans, entraîne de faibles variations de l’émission d’énergie par le soleil (modification de 1W.m ² environ de la constante solaire, ce qui équivaut à une modification du forçage radiatif moyen d'environ 0,15W.m², se traduisant par une réponse thermique de 0,07 à 0,2°C, ce qui est négligeable). Une seconde variation est un cycle plus lent, d’échelle séculaire (90 à 100 ans), entraînant des variations de l’énergie émise par le soleil, c'est-à-dire de la constante solaire, de 3-4W.m² (soit une modification du forçage radiatif moyen de 0,45 à 0,6W.m², c'est-à-dire une réponse thermique de 0,5 à 1°C, avec des différences régionales). Toutefois, ces modifications restent faibles et n’ont que peu de conséquences sur l’évolution des températures de surface, si ce n’est parfois dans le cas des cycles séculaires, le climat ayant le temps de réagir à la modification du rayonnement solaire.

64Un autre facteur naturel de variabilité climatique est la variation des paramètres orbitaux. Les paramètres orbitaux sont au nombre de trois, il s’agit de l’obliquité (l’angle formé entre le plan équatorial et le plan de l’écliptique), l’excentricité (l’orbite de la Terre autour du soleil se fait selon une ellipse dont le soleil est un des foyers) et la précession (le lent changement de direction de l’axe de rotation de la Terre) (Figure 14). Leurs variations ne modifient pas la quantité de rayonnement solaire qui arrive sur Terre en moyenne annuelle, mais elles modifient sa répartition spatiale et saisonnière, créant ainsi une alternance entre périodes glaciaires et interglaciaires. En effet, le point-clé pour que commence une glaciation est la quantité d’énergie solaire arrivant aux hautes latitudes de l’hémisphère nord en été (au-delà de 65°N), car seul cet espace peut supporter une grande extension des inlandsis : ce qui est important n’est pas tant que la neige tombe en hiver, mais surtout qu’elle ne fonde pas en été (elle se transformera alors en glace l’hiver suivant, et s’épaissira au fil du temps). Les conditions les plus favorables à l’enclenchement d’une glaciation sont alors une Terre la plus éloignée du soleil lors de l’été boréal associée à une faible obliquité, favorisant ainsi un été frais et long ; inversement, les conditions les plus favorables à une déglaciation sont une forte obliquité et une distance Terre-soleil minimale lors de l’été boréal. D’autre part, des boucles de rétroaction internes au système climatique peuvent amplifier la réponse du climat, le stabilisant alors dans un état glaciaire ou interglaciaire.

Figure 14 : Les paramètres orbitaux (d’après ENS, 2007)

Figure 14 : Les paramètres orbitaux (d’après ENS, 2007)

65Enfin, d’autres facteurs naturels sont susceptibles d’intervenir dans les variations du climat, comme par exemple le volcanisme : celui-ci produit un important forçage radiatif dans le sens d’un refroidissement, mais qui est très bref dans le temps (2 à 3 ans au maximum). Cette influence nécessite l’injection d’une grande quantité de soufre dans la stratosphère, qui constitue alors une sorte de « voile » qui augmente l’albédo planétaire. La température baisse donc en surface (de -0,2° à -0,4° en général), mais cette action est limitée dans le temps. Sur des échelles de temps beaucoup plus importantes (à l’échelle de millénaires), d’autres facteurs naturels peuvent encore modifier le climat, comme par exemple la tectonique des plaques, qui modifie la répartition des terres et des mers et peut fermer des bassins océaniques, l’orogénèse qui peut agir sur l’écoulement de l’air et donc sur la circulation atmosphérique générale, ou encore certains phénomènes cosmiques (collision avec un astéroïde, passage dans un nuage de poussières stellaires…) qui peuvent modifier radicalement le climat.

66Dans un second temps peuvent être présentés les facteurs liés aux activités humaines, qui sont dits facteurs anthropiques, et qui jouent également un rôle dans la modification actuellement observée du climat. En effet, l’action de l’homme sur le climat se manifeste par la modification des états de surface continentaux (défrichement et début de l’agriculture), mais surtout par la modification de la composition chimique de l’atmosphère. Il a ainsi été découvert dans les glaciers alpins des preuves de pollution de l’air au plomb datant de l’époque romaine… Cependant, ces modifications sont restées locales et assez insignifiantes jusqu’au 20e siècle, pendant lequel l’influence anthropique est devenue massive, surtout lors de la seconde moitié de ce siècle.

67Une autre modification fondamentale récente est le changement d’échelle spatiale : en modifiant la composition chimique de l’atmosphère avec des gaz y résidant longuement (au moins 10 ans), les conséquences de cette modification sur le climat seront mondiales (en effet, les gaz résideront dans l’atmosphère plus longtemps que le temps nécessaire à un brassage de la totalité de l’atmosphère – 6 mois pour un hémisphère et un an pour le globe).

68Depuis le début de l’industrialisation, les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ont augmenté (Figure 15). Certains de ces gaz existaient dans la nature avant l’intervention de l’homme (CO2, CH4, O3, N2O…) ; d’autres en revanche sont synthétiques et ne se rencontrent pas à l’état naturel (comme par exemple les CFC, HCFC, HFC etc.).

Figure 15 : Evolution de différents gaz à effet de serre (IPCC, 2007)

Figure 15 : Evolution de différents gaz à effet de serre (IPCC, 2007)

69Certaines mesures ont débuté dès le 19e siècle, mais les mesures directes et continues ne commencèrent qu’après la seconde guerre mondiale. Le CO2 est mesuré directement depuis 1957 au pôle sud et 1958 à Hawaï (à Mauna Loa) : ces deux sites étant éloignés des sources majeures d’émission de CO2, ils permettent de mesurer la « pollution de fond » de l’atmosphère en dioxyde de carbone (Figure 16). En 1958, la concentration en CO2 atteignait 315ppm avec un taux d’accroissement de 0,6ppm/an. La concentration actuelle est d’environ 380ppm.

70Les concentrations atmosphériques des autres gaz à effet de serre (CH4, N2O et CFC) ont également augmenté depuis le 19e siècle (Figure 15). Les taux enregistrés n’ont jamais été aussi élevés. Le cas des CFC est toutefois particulier : les principaux CFC (CFC-11 et CFC-12) ont théoriquement été éliminés par les protocoles de Copenhague (1992) et de Montréal (1997). Cependant, même si la production a été stoppée, leur concentration dans l’atmosphère restera stable encore de nombreuses années en raison de la durée de vie de ces composés dans l’atmosphère (de 50 à 100ans).

Figure 16 : Evolution de la concentration atmosphérique de CO2 à Mauna Loa et au Pôle sud (d’après IPCC, 2007).

Figure 16 : Evolution de la concentration atmosphérique de CO2 à Mauna Loa et au Pôle sud (d’après IPCC, 2007).

71Parmi les autres facteurs anthropiques sont également à prendre en compte la modification des états de surface ; tous ne pouvant être traités, seul l’exemple de la déforestation sera présenté ici. Les grands massifs forestiers des zones tropicales (bassin de l’Amazone, du Congo, Indonésie et Nouvelle-Guinée) jouent un rôle fondamental du point de vue climatique : ils représentent des lieux d’ascendance majeure quasi-permanente de la circulation atmosphérique tropicale.

72Or, ces zones forestières subissent une forte pression anthropique, notamment la déforestation économique pour la vente du bois ou la culture de palmiers à huile. Certains feux qui s’y développent sont attribués aux variations climatique (à cause d’une grande sécheresse liée au phénomène El Niño), mais d’autres sont le fait d’allumage volontaire et qui peuvent s’étendre en dehors de tout contrôle du fait des conditions météorologiques.

73L’extension actuelle de la forêt tropicale primaire est estimée à 57 % de son extension d’origine (FAO, 2007), la diminution ayant été la plus forte dans les zones de plus intense pression démographique : Amérique centrale, Afrique de l’ouest, Inde et Asie du sud-est. En Amazonie et sur le bassin du Congo l’extension de la forêt reste encore assez forte mais la dynamique actuelle de déforestation engendre une diminution sensible des surfaces forestières.

74Les conséquences climatiques attendues sur le lieu même de la déforestation sont une désertification, entraînée par un assèchement des sols. En effet, enlever les arbres change les conditions radiatives régionales et diminuent le recyclage de l’eau in situ, augmentant ainsi sur place les températures au niveau du sol. Les nouvelles conditions qui se mettent en place entretiennent alors des conditions de sécheresse.

75D’un point de vue global, les conséquences climatiques de la déforestation sont plus difficiles à appréhender, les conséquences exactes d’une modification du cycle de l’eau sur les continents et la circulation atmosphérique générale étant encore mal connues. Cependant, ces régions ayant un rôle important du point de vue climatique, ce ne serait pas trop s’avancer de supposer que si elles sont atteintes d’une modification majeure, le reste du climat terrestre, qui n’est pas indépendant de la région tropicale, risque de réagir en réponse à cette modification.

76Cependant, le rôle-clé dans la modification actuelle du climat reste imputable aux concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre. Ainsi, il est possible d’affirmer avec un degré de confiance très élevé qu’en moyenne, les activités humaines menées depuis 1750 ont eu globalement un effet de réchauffement net, avec un forçage radiatif de +0,6 à +2,4W.m-2 (IPCC, 2007, Figure 17).

Figure 17 : Forçage radiatif moyen (FR) à la surface du globe en 2005 par rapport à 1750 pour les principaux gaz à effet de serre et d’autres agents et mécanismes importants, ainsi que l’étendue géographique type du forçage (échelle spatiale) et le niveau de compréhension scientifique (NCSc) (IPCC, 2007).

Figure 17 : Forçage radiatif moyen (FR) à la surface du globe en 2005 par rapport à 1750 pour les principaux gaz à effet de serre et d’autres agents et mécanismes importants, ainsi que l’étendue géographique type du forçage (échelle spatiale) et le niveau de compréhension scientifique (NCSc) (IPCC, 2007).

77Il est donc possible d’affirmer que l’élévation de la température moyenne du globe depuis le milieu du 20e siècle est très probablement attribuable à la hausse des concentrations de gaz à effet de serre d’origine anthropique (IPCC, 2007).

3.3. Le changement climatique aurait-il un impact néfaste en Europe ?

78Il a été vu précédemment que non seulement le changement climatique est bien réel, mais qu’en plus ses conséquences ne touchent pas qu’aux seules températures de surface : l’ensemble des paramètres climatiques seront affectés par ces modifications, avec des conséquences plus ou moins faciles à gérer pour nos sociétés. La question qui se pose est alors de savoir, non plus si, mais comment l’Europe sera affectée par ces modifications, et si cela pourra être considéré plutôt comme un bénéfice ou bien comme un handicap.

79Le dernier rapport de l’IPCC (2007) publiait les incidences futures possibles du changement climatique pour de nombreux systèmes et secteurs. Tout d’abord en ce qui concerne les écosystèmes, nombre d’entre eux perdront toute résilience, c’est-à-dire leur capacité à se rétablir, du fait de l’association jamais observée jusqu’à présent des changements climatiques, de l’augmentation possible des événements extrêmes (inondations, incendies de forêt, prolifération d’insectes nuisibles, etc.) et d’autres facteurs de changement à l’échelle planétaire (pollution, surexploitation des ressources, etc.). De plus, les écosystèmes ne continueront à fixer le carbone que jusqu’au milieu du 21e siècle ; après cette date, ils ne pourront plus stocker le carbone, qui continuera de s’accumuler dans l’atmosphère, voire même risquent de relâcher le carbone déjà fixé, ce qui entraînera le système vers une amplification des changements climatiques déjà observés. D’autre part, si le réchauffement moyen dépasse 1,5 à 2,5°C, un risque d’extinction menacera 20 à 30 % des espèces végétales et animales connues aujourd’hui. Enfin, si un tel réchauffement est atteint, d’importants changements risquent d’affecter la structure et la fonction des écosystèmes, les interactions écologiques des différentes espèces et leurs aires de répartition. Ces modifications se feront au détriment de la biodiversité (IPCC, 2007).

80L’alimentation sera touchée également : une hausse de température de 1 à 3°C localement provoquera une légère hausse des rendements agricoles, selon la culture considérée, aux moyennes et hautes latitudes, mais une diminution si ces valeurs sont dépassées. Dans les basses latitudes, et particulièrement dans les régions sèches et aux latitudes tropicales, une diminution des rendements est au contraire attendue, et ce même si la température n’augmente que faiblement : le risque de famine en sera donc accru (IPCC, 2007).

81Les zones côtières seront exposées à un risque accru du fait des changements climatiques et de l’élévation du niveau de la mer, notamment en terme d’érosion. De plus, ce phénomène sera amplifié du fait de la pression croissante des activités humaines sur les zones littorales. D’ici 2080, il est prévu que des millions de personnes supplémentaires subissent chaque année les conséquences d’inondations dues à l’élévation du niveau de la mer (IPCC, 2007).

82La santé également est en jeu, puisque les changements climatiques risquent d’avoir une incidence sur l’état sanitaire de millions de personnes, notamment en lien avec l’intensification de la malnutrition, l’augmentation du nombre de décès, des maladies et des accidents dus à des phénomènes météorologiques extrêmes, mais encore de la multiplication des affections cardio-respiratoires en lien avec la pollution atmosphérique, et particulièrement l’ozone dans les zones urbaines ; les causes en sont encore une fois les changements climatiques, mais aussi les modifications de la distribution spatiale de certaines maladies infectieuses qu’une hausse de la température pourrait entraîner (IPCC, 2007). Cependant, quelques effets positifs peuvent être attendus, notamment une diminution de la mortalité due aux vagues de froid aux moyennes latitudes, moins nombreuses dans le contexte d’un réchauffement. Il semble donc que les facteurs influant directement sur la santé des populations, comme l’éducation, les soins, la prévention publique, ou encore le développement des infrastructures et la croissance économique, deviennent décisifs (IPCC, 2007, Figure 18).

83En Europe, il est donc attendu que les changements climatiques accentuent les disparités régionales en matière de ressources naturelles et de moyens économiques. Parmi les incidences négatives figurent un risque croissant d’inondations éclair à l’intérieur des terres, une plus grande fréquence des inondations côtières et une érosion accrue (en lien avec l’augmentation attendue des tempêtes et l’élévation du niveau de la mer). Les régions montagneuses devront faire face au recul des glaciers, à la réduction de la couverture neigeuse et à la disparition de nombreuses espèces (jusqu’à 60 % dans certaines régions selon les scénarios les plus pessimistes considérant de fortes émissions de gaz à effet de serre), ce qui risque d’avoir une incidence sur le tourisme, notamment hivernal. Dans le sud de l’Europe, région déjà vulnérable, les changements climatiques devraient aggraver la situation (températures élevées et sécheresse y sont attendues), compliquant l’approvisionnement en eau, d’où une diminution attendue du tourisme estival et des rendements agricoles. Enfin, les risques sanitaires liés aux vagues de chaleur et à la fréquence accrue des incendies devraient être amplifiés par les changements climatiques (IPCC, 2007).

Figure 18 : Exemples d’incidences associées à la variation de la température moyenne à la surface du globe (IPCC, 2007)

Figure 18 : Exemples d’incidences associées à la variation de la température moyenne à la surface du globe (IPCC, 2007)
  • 11 http://prudence.dmi.dk/

84Déterminer les conséquences régionales du changement climatique a obligé les scientifiques à des changements d'échelle dans les prévisions de modèle, les premiers modèles étant à échelle globale, pour ensuite s'affiner à échelle régionale. Un projet européen s'est développé autour de cet enjeu de prédiction climatique régionale : le projet PRUDENCE11 (Prediction of Regional scenarios and Uncertainties for Defining EuropeaN Climate change risks and Effects) avait pour objectif de regrouper les divers modèles climatiques régionaux européens pour faire une expérience coordonnée, une synthèse et une base de données sur le changement climatique des années 2071-2100.

85Ce projet, soutenu par la commission européenne, s’est achevé fin 2004 après 3 ans de collaborations internationales et de recherches. Le but de ce projet était de produire des scénarios climatiques sur l’Europe à échelle 50 km pour la fin du 21e siècle. En effet, Les projections des futurs changements climatiques existaient déjà, mais étaient déficientes tant dans la caractérisation de leurs incertitudes que sur le détail régional. L'évaluation des impacts potentiels du changement climatique avait généralement reposé sur les projections des modèles climatiques simples ou des Modèles de Circulation Générale Océan-Atmosphère (AOGCMs), or ces modèles ne sont pas capables de travailler à des échelles spatiales inférieures à ~ 300km. Cette résolution grossière s'oppose à la simulation réaliste des événements extrêmes et à la structure spatiale détaillée des variables comme la température et les précipitations, notamment sur des surfaces hétérogènes comme par exemple les Alpes, la Méditerranée ou la Scandinavie. Les modèles simples sont, au mieux, une représentation physique limitée du système climatique.

86Dans ce contexte, PRUDENCE est un projet d'envergure européenne, avec les objectifs suivants :

  • traiter et réduire les lacunes mentionnées ci-dessus dans les projections ;

  • quantifier la confiance et les incertitudes dans les prévisions du climat futur et leur impact, en utilisant une variété de modèles climatiques et modèles d'impact tout en expertisant leurs performances ;

  • interpréter ces résultats par rapport aux politiques européennes d'adaptation ou d'atténuation des changements climatiques.

87Dix modèles régionaux, trois modèles couplés océan-atmosphère globaux, et deux scénarios de concentration des gaz à effet de serre ont été utilisés. Une base de données centralisée au Danemark a permis d’évaluer les incertitudes liées aux différentes façons de calculer le changement climatique. Il ressort que la principale cause d’incertitude vient des modèles globaux utilisés pour le forçage et le calcul de l’évolution de l’océan (Christensen and Christensen, 2007).

88A partir de là un intervalle de confiance a été construit pour chaque variable, qui encadre la réponse moyenne de l’ensemble des simulations disponibles. Il a été démontré que l’utilisation de modèles à aire limitée ou l’utilisation de modèles globaux à haute résolution conduisait à des réponses climatiques similaires. Pourtant les divers modèles ont une représentation du climat présent variable d’un modèle à l’autre.

89Le deuxième volet de Prudence était l’évaluation des impacts par les participants spécialisés (agriculture, phénomènes extrêmes). Les phénomènes de sécheresse au Sud de l’Europe et de risque de tempête et d’inondation au Nord ont fait l’objet d’une attention particulière.

4. Conclusion

90Il semblerait donc que malgré nombre d’incertitudes autour du changement climatique, aussi bien scientifiques (le fonctionnement du système climatique n'est pas parfaitement connu, est encore moins parfaitement reproductible), que sur ce qui est dit ou passé sous silence par l'IPCC (cf. sa double autorité, scientifique mais également géopolotique), mais également techniques (sur les différents scénarios d'émission), l'évolution du climat pour le siècle à venir ne laisse pas trop de doutes quant à un réchauffement moyen global, même si tous les scientifiques ne semblent pas s'accorder sur le même discours.

91Il en ressort que même si des quantifications précises des changements climatiques dues aux différents scénarios d'émission ne sont données que dans une large fourchette de probabilités, notamment en terme de température, de pluviométrie ou encore d’élévation du niveau de la mer, les conséquences, elles, soient toutefois bien connues et leur ordre de grandeur estimé avec quelque précision.

92Ainsi l’élévation du niveau de la mer et la submersion des terres les plus basses semble inévitable, tout comme la fonte des glaces, en lien direct avec le réchauffement moyen planétaire. Le rôle de l’homme dans ces modifications est certain lui aussi : ce sont bien ses activités, et surtout les gaz à effet de serre qu’elles émettent, qui sont directement à l’origine des changements climatiques déjà observés et attendus pour la fin du 21e siècle.

93Mais les conséquences les plus inquiétantes sont celles attendues sur nos sociétés, notamment en termes de gestion des ressources naturelles, d’alimentation et de santé : les bouleversements attendus pourraient avoir de graves conséquences sur nos systèmes économiques.

94Or, faut-il le rappeler, l’homme est à l’origine de cette chaîne d’événements. Aujourd’hui, il n’est plus question de revenir en arrière, et les phénomènes déclenchés ne pourront être empêchés ; dans le meilleur des cas, peut-être pourront-ils être atténués par des politiques adaptées, mais surtout par une prise de conscience de chacun, et ce même dans les gestes du quotidien. En effet, la réduction des émissions de gaz à effet de serre commence par des actions individuelles dans le quotidien de chacun : les campagnes publicitaires, aussi bien télévisées que dans la presse, se chargent de nous le rappeler régulièrement, même si le discours peut parfois être exagéré, peut-être afin de sensibiliser et d'obtenir une réaction du plus grand nombre. Ainsi, si chacun fait un geste, les changements climatiques ne pourront certes pas être évités, mais peut-être leurs conséquences seront-elles moins graves que celles envisagées par les différents modèles de prévision.

95En effet, face à des lois physiques intangibles, les mesures, elles, restent imprécises et ouvrent ainsi la voie à des résultats partiels souvent sujets à interprétation, d'autant plus que parfois ceux-ci sont détournés par les médias à usage de la société, interprétant ainsi le discours d'origine à l'opposé de son intention initiale. Ainsi, selon l'attitude adoptée par rapport au système d'incertitudes, se retrouve-ton sur une échelle qui peut aller du négationnisme le plus convaincu jusqu'à la radicalité écologiste extrême ; entre les deux existe toute une série de vérités scientifiques, parmi lesquelles il n'est pas possible de trancher mais qui doivent rester ouvertes au débat.

Bibliographie

Abdalati W. et al., 2001 : Outlet glacier and margin elevation changes: near-coastal thinning of the Greenland ice sheet, Journal of Geophysical Research, 106 (D24) : 33729-33741

Belchansky G.I., Douglas D.C., Eremeev V.A., Platonov N.G., 2005 : Variations in the Arctic’s multiyear sea ice cover : a neural network analysis of SMMR-SSM/I data, 1979-2004. Geophysical Research Letters, 32, L09605

Christensen J.H. and Christensen O.B., 2007 : A summary of the PRUDENCE model projections of changes in european climate by the end of this century, Climatic change, vol 81, pp 7-30.

Davis C.H. et al., 2005 : Snowfall-driven growth in East Antarctic ice sheet mitigates recent sea-level rise, Science, 308 : 1898-1901

Elsner J.B., Kossin J.P., Jagger T.H., 2008 : The increasing intensity of the strongest tropical cyclones, Nature, 455 : 92-95

ENS, 2007 : http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/LOMmilankovitch-passe.xml

FAO, 2007 : http://www.fao.org/

Gregory J.M. et al., 2001 : Comparison of results from several AOGCMs for global and regional sea level change 1900-2100, Climate Dynamics, 18 : 4576-4591

IPCC, 2007 : Climate Change 2007 : The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Solomon, S., D. Qin, M. Manning, Z. Chen, M. Marquis, K.B. Averyt, M. Tignor and H.L. Miller (eds.). Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA, 996 p

Johannessen O.M., Khvorostovsky K., Miles M.W., Bobylev L.P., 2005 : Recent ice-sheet growth in the interior of Greenland, Science, 310 : 1013-1016

Lemoine M., 2008 : « Cuba dans l’œil du cyclone », Le Monde Diplomatique du 11 septembre 2008, http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2008-09-11-Cuba-dans-l-oeil-du-cyclone

McCartney M.S., Curry R.G., Bezdek H.F., 1996 : North Atlantic’s transformation pipeline chills and redistributes subtropical water, Oceanus, 39 (2): 19-23

Nord Eclair, 4 août 2008 : http://www.nordeclair.fr/nordeclair/tornade_hautmont_nord_trois_morts.phtml

Petit, J.R., J. Jouzel, D. Raynaud, N.I. Barkov, J.-M. Barnola, I. Basile, M. Bender, J. Chappellaz, M. Davis, G. Delayque, M. Delmotte, V.M. Kotlyakov, M. Legrand, V.Y. Lipenkov, C. Lorius, L. Pépin, C. Ritz, E. Saltzman, M. Stievenard (1999). Climate and atmospheric history of the past 420,000 years from the Vostok ice core, Antarctica. Nature 399 : 429-436.

Rignot E., Kanagaratnam P., 2006 : Changes in the velocity structure of the Greenland ice sheet, Science, 311 : 986-990

Schwartz P., Randall D., 2003 : An Abrupt Climate Change Scenario and Its Implications for United States National Security. A report commissioned by the U.S. Defense Department.

http://www.gbn.com/consulting/article_details.php?id=53&breadcrumb=ideas

Thomas R. et al., 2001 : Mass balance of higher-elevation parts of the Greenland ice sheet, Journal of Geophysical Research, 106D: 33707-33716

Thomas R. et al., 2006 : Progressive increase in ice loss from Greenland, Geophysical Research Letters, 33, L10503

Zwally et al., 2006 : Mass changes of the Greenland and Antarctic ice sheets and shelves and contribution to sea-level rise: 1992-2000, Journal of Glaciology, 51 : 509-527

Notes

1 IPCC: Intergovernmental Panel on Climate Change : http://www.ipcc.ch

2 Jean Jouzel : http://www.lemensuel.net/2008/02/16/jean-jouzel-le-role-du-giec-seresume-a-la-formulation-dun-diagnostic/

3 Démission de Christopher Landsea : http://sciencepolicy.colorado.edu/prometheus/archives/science_policy_general/000318chris_landsea_leaves.html

4 Remarquons qu’il n’existe pas que deux scénarios, mais six scénarios principaux, qui prennent en compte différentes politiques d’émissions des gaz à effet de serre et différents futurs démographiques (IPCC, 2007).

5 L’échelle fine correspond à une échelle locale.

6 Précisons que les vagues de chaleur, ou canicules, concernent plutôt les régions méridionales et se produisent en été, alors que les vagues de froid touchent préférentiellement les régions septentrionales et se produisent en hiver. Mais ces événements extrêmes ont de graves conséquences lorsqu’ils se produisent dans les régions qui ne sont habituellement pas menacées (comme par exemple la canicule de 2003 dans le centre de la France ou à Paris).

7 Un épisode de précipitations extrêmes est défini par Météo France comme tout épisode de pluie cumulant plus de 100mm en 24h.

8 La dernière période glaciaire est celle du Würm, qui a atteint son optimum il y a environ 20 000ans.

9 La probabilité d’une telle « bifurcation » augmente avec l’ampleur du réchauffement, d’où la nécessité affirmée de limiter la hausse des températures à 2° C au-dessus de la période préindustrielle, pour, selon les termes de la Convention des Nations-Unies, « maintenir les modifications du climat à un niveau qui ne soit pas dangereux ». Il faut également noter que les modèles climatique, qui sont par nature « conservateurs » ne peuvent pas prévoir réellement de telles ruptures.

10 Un événement de Heinrich est la libération d'une grande quantité d'eau douce et d'icebergs dans l'Atlantique Nord, due à la fonte de glaciers.

11 http://prudence.dmi.dk/

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Projections relatives au réchauffement à la surface du globe selon différents modèles (IPCC, 2007)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Figure 2 : Scénarios d’émissions de gaz à effet de serre pour la période 2000-2100 en l’absence de politiques climatiques additionnelles (IPCC, 2007)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 3 : Projections des variations des quantités de précipitations selon différents modèles pour la période 2090-2099 par rapport à la période 1980-1999, pour les périodes de décembre à février (à gauche) et de juin à août (à droite) (d’après IPCC, 2007).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Figure 4 : Evolution de l’extension des glaces en anomalies dans l’hémisphère nord (en haut) et l’hémisphère sud (en bas) (IPCC, 2007)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Figure 5 : Evolution de la surface de la couverture de glace Antarctique entre 1992 et 2003 ; les triangles rouges représentent des glaces qui s’épaississent et les triangles violets des glaces qui s’affinent (IPCC, 2007)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Figure 6 : Evolution de la couverture de glace du Groenland entre 1998/1999 et 2005 (IPCC, 2007)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 7 : Projections de l’élévation moyenne du niveau de la mer (en mètres) due à l’expansion thermique au cours du 21e siècle par rapport à la période 1980-1999 selon les scénarios A1B, A2 et B1 (IPCC, 2007)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 8 : Schéma de la circulation thermohaline en Atlantique Nord (McCartney et al., 1996)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 9 : Modification simulée de la température annuelle 30 ans après une interruption de la circulation thermohaline (M. Vellinga, Hadley Centre).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Figure 10 : Evolution des températures globales selon différents scénarios au cours du 21e siècle (IPCC, 2007)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre Figure 11 : Evolution des températures de surface hémisphériques et globales (d’après IPCC, 2007).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 12 : Evolution des températures globales depuis l’an 1000 (d’après Petit et al., 1999).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Figure 13 : Evolution des températures depuis 400 000BP (d’après Petit et al., 1999)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Figure 14 : Les paramètres orbitaux (d’après ENS, 2007)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 15 : Evolution de différents gaz à effet de serre (IPCC, 2007)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 16 : Evolution de la concentration atmosphérique de CO2 à Mauna Loa et au Pôle sud (d’après IPCC, 2007).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Figure 17 : Forçage radiatif moyen (FR) à la surface du globe en 2005 par rapport à 1750 pour les principaux gaz à effet de serre et d’autres agents et mécanismes importants, ainsi que l’étendue géographique type du forçage (échelle spatiale) et le niveau de compréhension scientifique (NCSc) (IPCC, 2007).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Figure 18 : Exemples d’incidences associées à la variation de la température moyenne à la surface du globe (IPCC, 2007)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15012/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 385k

Auteur

Maître de conférences en géographie (climatologie) à l’Université de Lille 1 (Laboratoire TVES).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search