Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le changement climatique

 | 
Isabelle Roussel
, 
Helga-Jane Scarwell

Introduction

Texte intégral

La planète révèle les dysfonctionnements de la société

1Le changement climatique impose une nouvelle vision du monde

  • 1 Dupuy J. P., 2004, Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain, Seuil.

2Changement climatique… Quelles perspectives se situent derrière cet oxymore fortement médiatisé ? Les fluctuations climatiques font partie du patrimoine planétaire et l’essence même du climat est constituée par une réalité dynamique donc changeante. La situation que nous dessinent les scientifiques est bien différente puisque le rythme de ces variations semble s’emballer et au lieu de compter, comme pour les glaciations, sur une période de 10 000 voire 100 000 ans, c’est le pas de temps du siècle qui est retenu pour prévoir une augmentation générale de la température de la terre de 2à 4° C. (C. Norrant-Romand). Cette accélération du temps induit d’ailleurs une confusion entre la variabilité du temps, au jour le jour, qui fait partie de l’expérience quotidienne et ce qu’il est convenu de nommer le changement climatique. Un cyclone à Madagascar, une tornade aux USA, des inondations au Sénégal, une canicule en Europe… Autant d’événements paroxysmiques qui sont souvent considérés comme la manifestation actuelle du bouleversement annoncé avec son cortège de catastrophes. Effectivement, c’est sur le mode tragique que se déclinent les prévisions issues des modèles dont les incertitudes ne gomment pas l’éventualité d’une disparition totale ou partielle de l’humanité. Devant cette perspective, la pire attitude serait le déni pourtant tentant puisque l’évolution prévue, en rupture totale avec le passé, échappe à notre imaginaire1 (J.P. Dupuy, 2004). Au contraire, cette alerte lancée par les scientifiques doit provoquer un sursaut planétaire pour essayer de prévenir cette catastrophe dont certaines causes sont entre nos mains puisqu’une des grandes découvertes du GIEC a consisté à mettre en évidence la responsabilité des activités humaines et le poids des émissions de GES (gaz à effet de serre) dans la constitution de l’effet de serre additionnel d’origine anthropique. Avec le changement climatique, le ciel ne nous tombe plus sur la tête, il interroge la responsabilité de chacun. Certes, les émissions polluantes ne participent que pour une part très faible au mystérieux système du climat de la planète mais cette participation, même si elle est niée par certains, pour infime qu’elle soit n’est pas négligeable et peut « changer la face de la terre ». Le changement climatique responsabilise les habitants non pas tellement en leur attribuant l’évolution du climat mais plutôt en exhortant l’humanité à s’adapter à ces changements sans les déplorer mais, au contraire, en les transformant en facteurs de progrès. Car, contrairement, à ce que peuvent déclarer certains cassandre, le facteur 4 peut être pris comme un facteur de progrès et de développement. C’est tout le paradoxe de cette nouvelle vision du monde condamnée à faire autrement avec sobriété. La médiatisation des données scientifiques sur le changement climatique a pour conséquence de braquer les projecteurs de l’actualité sur l’importance du climat dans la société.

  • 2 André Lebeau, enfermement planétaire, Gallimard, collection Le débat, 2008.

3Quelques trop rares études (M. de la Soudière, E. Khast) s’étaient penchées sur l’influence de la météorologie sur le comportement des individus et des sociétés. De manière générale, le climat était plutôt instrumentalisé soit comme une aménité touristique à exploiter, soit comme une contrainte capricieuse dont il convenait de s’affranchir. L’alerte climatique construite par les scientifiques du monde entier impose une vision du monde totalement renouvelée. L’illusion du progrès et de la technique apportant bien être et sécurité, même devant les phénomènes climatiques, a fait long feu. D’ailleurs la consommation énergétique, fondement de la modernité, est doublement mise en cause à la fois par les émissions de CO2 qu’il convient de restreindre mais aussi par l’épuisement annoncé des énergies fossiles. Avec le climat, la planète s’impose au rendez vous des citoyens alors qu’elle avait été oubliée, gaspillée, exploitée pendant le temps de l’industrialisation du monde occidental. L’irruption de la planète dans notre vision du monde fait voler en éclat cloisons et certitudes tout en imposant sa finitude dans le cadre d’un « enfermement planétaire2 »

4Les interrogations sur le climat agissent comme un révélateur des dysfonctionnements de la société puisque seule une partie de la population du globe aurait les moyens de s’affranchir des caprices du climat et de s’adapter aux évolutions à venir. L’enjeu actuel, suscité par la perspective d’un dérèglement climatique, consiste à passer de la science à l’action. Comment répondre aux prospectives alarmistes issues des modèles ? Les politiques ne peuvent ignorer cet enjeu fondamental mais comment y faire face alors que le registre de l’action est très ouvert et qu’il doit répondre à un contexte dans lequel l’incertitude scientifique est forte comme le montre C. Romand (chapitre 1). Si la hausse globale des températures parait acquise, de fortes interrogations demeurent sur les manifestations locales de ce dérèglement thermique ce qui pose la question de la déclinaison locale des objectifs politiques globaux. Certes, les enjeux sont planétaires et interrogent la nécessaire construction d’une gouvernance mondiale mais si « la maison brûle », l’incendie doit être maîtrisée à tous les niveaux. Or, les instances politiques sont bien démunies pour gérer ce nouveau type de risque qui ne s’apparente plus à l’aléa naturel dont la maîtrise consistait essentiellement à essayer de gérer les vulnérabilités. Il s’agit bien d’un risque majeur dont la prévention se décline à travers de nombreuses actions à tous les niveaux y compris le geste individuel quasi symbolique qui consiste à mieux isoler sa maison par exemple.

5Le parti adopté pour cet ouvrage n’est pas celui, plus classique, de la modélisation climatique permettant d’évaluer les impacts du changement. Cette méthodologie qui se décline à travers les scénarios construits par le GIEC a donné lieu à une abondante littérature « onusienne » et de nombreux rapports déclinés par pays. Notre ambition est beaucoup plus modeste, il s’agit non pas de spéculer sur les climats du futur mais de s’interroger sur la place que le climat occupe au sein de la construction de l’environnement de nos sociétés. Sans vouloir spéculer sur l’ampleur du changement ni sur le calendrier du réchauffement à venir, l’objectif de cet ouvrage consiste à s’interroger sur la manière dont le climat, en raison de son évolution passée et présente, pèse sur un certain nombre d’aspects dont on a tendance à redécouvrir l’importance vitale : eau, air, agriculture, santé etc.. Cette position résolument dynamique s’appuie sur l’analyse, à travers le climat, de l’adaptation continuelle de l’humanité à son environnement qu’elle ne cesse de construire et de modifier par ses activités. En effet, nous partons de l’hypothèse que les interrogations sur le climat futur incitent à regarder, sous un jour nouveau et même trop souvent impensé, comment le temps et ses caprices ont été intégrés dans les comportements et les aménagements de diverses populations. Adaptation et mitigation sont les deux réponses préconisées par le GIEC mais les exemples analysés dans cet ouvrage montrent combien la notion d’adaptation est ambivalente. S’agit-il de s’adapter aux aléas dits naturels grâce à une généralisation des partis pris de sécurité qui, à grand renfort de techniques sophistiquées deviennent fragiles et vulnérables ou bien de mettre en œuvre des comportements et des actions plus respectueux des rythmes naturels du temps et du climat ? Il n’est pas question de nier la technique et ses bienfaits ni de revenir au mythe du « bon sauvage » mais de s’interroger sur les excès d’une civilisation qui ne laisse plus de place pour le « non humain » (L. Sébastien., chapitre 2).

6Cet ouvrage attire notre attention sur le vacillement de la civilisation dite moderne ou post moderne à l’intérieur d’un monde fini, à travers trois exemples, celui du choc des civilisations observé sur les pentes du Kilimandjaro, celui de la viticulture française et celui de la santé.

7L. Sébastien fait par de ses doutes quant à l’efficacité de la civilisation dite moderne. L’adaptation ancestrale des Chagga à la difficile vie sur les pentes du Kilimandjaro n’est-elle pas plus pertinente que les politiques récentes dites de préservation de la nature qui, au nom d’un savoir, détruisent des équilibres fondés sur une longue expérience de la pratique des ressources et des contraintes offertes par une nature peu amène ? Bien au-delà des aléas climatiques responsables de la fonte des neiges magiques du Kilimandjaro, L. Sébastien montre que les difficultés rencontrées par les Chagga relèvent de fondements philosophiques. La modernité, en s’appuyant sur l’exceptionnalité humaine, s’octroie, au nom de sa différence et de sa toute puissance, le droit d’imposer ses normes comptables. A l’inverse, de manière ancestrale, les Chagga pensent qu’ils partagent avec leur environnement une même nature et que leur vie et leur épanouissement sont conditionnés par le respect du patrimoine dont ils tirent leur subsistance. Cet affrontement civilisationnel pose fondamentalement et de manière existentielle la question de la santé dans la mesure où la bonne santé peut être considérée comme un état d’équilibre et d’harmonie entre l’individu et son environnement (I. Roussel, chapitre 3). A travers cette conception de la santé, s’affrontent également deux visions de la médecine, l’une technique, réparatrice, l’autre plus douce, plus préventive, plus respectueuse de la personne. L’irruption du climat comme une variable importante mais souvent délaissée de l’environnement oblige à repenser la relation entre santé et environnement avec une certaine urgence puisque la perspective d’un effondrement planétaire rend dérisoire l’attention minutieuse portée à certains risques minimes dont la maîtrise permettrait d’attribuer aux plus nantis quelques éléments de confort supplémentaires. D’ailleurs même sans attendre les méfaits de l’évolution du climat, les risques sanitaires se sont globalisés à la faveur de la mondialisation des échanges qui n’épargnent pas les virus et rendent la prévention sécuritaire étatique bien difficile.

  • 3 Pendant longtemps les viticulteurs français ont dû couper leur vin avec d’autres cépages plus alco (...)
  • 4 Martine Tabeaud, "Concordance des temps", EspacesTemps.net, Actuel, 18.02.2008 http://espacestemps (...)

8Le changement climatique pèse lourdement sur l’agriculture grande consommatrice d’eau et d’énergie. Jean-Claude Hinnewinkel (Chapitre 4) n’a pas l’ambition de répondre aux interrogations sur la faim dans le monde mais d’analyser, à travers l’exemple de la viticulture française, combien la dépendance de la vigne par rapport au climat interroge le devenir des célèbres vins d’appellation contrôlée. L’évolution des températures et du rythme des saisons modifie les caractéristiques du raisin récolté et donc du vin obtenu qui, en France, a tendance à présenter un degré d’alcool plus élevé. Cette évolution, plutôt favorable3 en elle-même, perturbe le circuit de distribution et la politique territorialisée des labels. Comme pour toutes les questions environnementales, la fluctuation des paramètres climatiques s’oppose à la rigidité territoriale des entités administratives ce qui pose la question de l’instauration d’une gouvernance locale par rapport au « portage » politique de cet enjeu majeur pour l’avenir. qui « marginalise la référence spatiale autre que planétaire pour survaloriser la dimension temporelle vers le futur » (Tabeaud, 2008)4. Cependant, la dimension planétaire n’occulte pas l’ancrage territorial de la manifestation physique des impacts de ce phénomène et les nécessaires démarches de réduction des émissions. Il agirait même comme un révélateur des vulnérabilités territoriales. Aussi, la mise sur agenda du problème « climat » à l’échelle territoriale interpelle l’action publique qui ne peut se limiter à l’action seule de l’Etat. Dans ce contexte, les collectivités territoriales et les citoyens peuvent apparaitre comme des leviers démultiplicateurs incontournables pour remplir les objectifs et les engagements internationaux de l’Etat (H. Scarwell, chapitre 5 et 6).

9Alors, face au changement climatique, comment s’articule et se régule socialement et politiquement l’action publique ? En effet, le climat est devenu un enjeu de communication. Et la tentation d’instrumentaliser l’action publique en ce domaine ne relève pas de la fiction. Parfois, ce changement nous est montré comme construit collectivement dans le cadre de l'État régulateur. Dans ces conditions, l’action publique faite de mesure d’atténuation et d’adaptation s’imposerait ainsi comme une évidence. Considérer cela nous renvoie à deux interrogations : d’abord, quelles sont les démarches concrètes et les actions publiques mises en place et à quelle échelle pertinente ? Puis, comment certains acteurs utilisent-ils à tour de rôle les institutions pour faire des politiques publiques dans un contexte d’inquiétude et d’incertitude ?

10En effet, terme d’un mandat politique, enjeu électoral, l’action menée par l’Etat et par les collectivités territoriales contre le réchauffement climatique se trouve toutefois confrontée à ses limites. Celles-ci sont tout d’abord fondées sur l’impact de la gouvernance locale au regard de la dimension planétaire des phénomènes constatés. Cette objection majeure souligne bien les contradictions du débat : à quoi bon, en effet, doter les parcs automobiles municipaux de véhicules électriques, alors même que le taux de rejets polluants s’accroît de manière constante à l’échelle mondiale, dans le cadre d’échanges globalisés, organisés en fonction d’une finalité strictement productiviste ? Ensuite, comme le souligne Jacques Lévy à propose du changement climatique : « ce qui apparaît comme un constat presque indiscutable est cependant aussi un objet complexe, à l’intersection de la science et de la politique. À la question « Que sait-on ? », s’en ajoutent immédiatement d’autres : « Que croit-on savoir ? », « Qu’en dit-on ? » et « Que veut-on ? » (Lévy, 2008). Comment, dans ces conditions, le politique peut-il affirmer son rôle de décideur quand les critères habituels de la décision se dérobent ? Comment afficher de manière ostensible sa prise en charge politique d’un problème que les sondages ne cessent de présenter comme important pour la population ? Ou encore, comment organise-t-il son rapport au temps, car quel horizon temporel doit-il prendre en considération ? Doit-il valoriser une attitude de prudence afin de n’exclure aucune éventualité ?

11Enfin, comment traduire en décisions ce qui reste pour le moment trop souvent encore un exercice de communication politique plutôt bien mené ? Le politique doit-il alors se limiter à observer ou doit-il intervenir, et si oui, comment ? La question du réchauffement climatique est-elle d’ailleurs un problème politique ? Ne serait-elle pas plutôt une opportunité nous permettant de mieux comprendre en quoi les questions de nature se situent au cœur des enjeux de société ? En définitive, le sommet de Copenhague a confirmé les profonds désaccords qui continuent d'opposer pays riches, pays émergents et pays en développement. Les engagements des différents « blocs » de pays sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre et le financement de l'adaptation pour les pays pauvres restent en suspens dans l’attente d’un prochain « round » lors du sommet de Mexico en 2010.

12Un accord politique aurait pu cependant être trouvé à l'issue du sommet. Dans tous les cas l’hypothèse optimiste, d’un accord juridiquement contraignant semble de plus en plus s’éloigner, et face à la grande confusion dans laquelle l’après Copenhague nous laisse, c’est d’abord un accord « politique » qui devrait être conclu à la prochaine conférence sur le climat qui se déroulera à Bonn, et être signé à Mexico en décembre 2010. Cet accord sonnerait comme signal positif à la communauté internationale et comme perspective d’actions cohérentes. Ceci étant ; « cette confusion est une composante incontournable du problème » (Charles, Le Treut, 2009).

13Appréhender le changement climatique c’est envisager d’avoir un horizon non borné pour lequel il ne s’agirait plus de proposer des réponses pertinentes (en univers instable dans le temps et l’espace) mais de favoriser la mise en œuvre d’une dynamique nécessitant une « appréciation et une appropriation renouvelées du devenir collectif ». Aussi, appréhender le changement climatique sous la forme de quantifications précises n’est plus suffisant et en quelque sorte impossible tant le problème est global voire, « holistique ».

14Ces « flashs », très divers, présentés dans les chapitres de cet ouvrage, pourraient être multipliés. Ils ont précisément pour ambition de montrer combien la prise en compte des phénomènes climatiques bouleverse le regard porté sur différents aspects de l’humanité. La fonte des neiges magiques du Kilimandjaro n’est pas simplement une variante de l’esthétique du paysage, elle est le signe d’un choc profond d’une civilisation en quête de sens après avoir atteint les limites d’un certain nombre de repères techniques et financiers détenus par certains et imposés comme grammaire à l’ensemble de la planète.

15Finalement, ce que le changement climatique nous révèle, c’est le mode même de la conduite collective et des valeurs censées l’animer à une échelle planétaire.

Notes

1 Dupuy J. P., 2004, Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain, Seuil.

2 André Lebeau, enfermement planétaire, Gallimard, collection Le débat, 2008.

3 Pendant longtemps les viticulteurs français ont dû couper leur vin avec d’autres cépages plus alcoolisés venant d’Italie ou d’Afrique du Nord.

4 Martine Tabeaud, "Concordance des temps", EspacesTemps.net, Actuel, 18.02.2008 http://espacestemps.net/document4343.html

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540