Version classiqueVersion mobile

Forêts et société au Canada

 | 
Éric Glon

Conclusion

Texte intégral

1Incontestablement et là où elle a lieu depuis des décennies, l’exploitation industrielle des forêts a appauvri les couverts forestiers (E. Glon, 2001, op cité). S’il est impossible d’envisager qu’elle ne modifie pas le milieu, ce sont les méthodes et l’acharnement productiviste qui posent problème. Au nom de ces pratiques prédatrices, nous avons parlé d’une horreur boréale. Nous n’en sommes plus là mais le changement de cap dans la politique forestière témoigne de nombreuses résistances du productivisme. Sans doute est-il nécessaire de clarifier un malentendu. Les francophones ont utilisé le mot durable là où il fallait plutôt recourir au terme soutenable conformément à l’usage anglo-saxon. Autrement dit, il s’agit de concilier les impératifs économiques avec d’autres considérations : sociales, culturelles, et de ménager davantage l’environnement. Jamais, dans l’esprit originel, il n’a été question d’un effacement des intérêts marchands au profit d’une approche plus socio-écologique qui prendrait le dessus. Les mots anglais sont clairs de ce point de vue. Le « Sustainable development » qui a été traduit rapidement en français par développement durable est à relier à « Sustained yields » signifiant rendements soutenus. Ces deux expressions révèlent l’une comme l’autre en filigrane cette prégnance de la préoccupation marchande. Les Canadiens seraient passés d’une politique de rendements soutenus dans le cadre du productivisme à une optique plus soutenable. Dans le premier cas, les prélèvements sur la forêt, conçue comme une source de matière première, ne doivent pas se relâcher en raison des impératifs économiques. Dans le second cas, les pratiques nouvelles doivent être mieux supportées, endurées par les milieux forestiers. Le Canada en est là précisément aujourd’hui. Ce pays a introduit une vision soutenable des forêts, ce qui renvoie à une situation antérieure qui, de fait, était insoutenable, d’où l’utilisation de l’expression « horreur boréale » dans notre titre. La volonté d’assimiler les forêts à des écosystèmes complexes, de mieux prendre en compte la préservation, les activités récréatives comme les aspects sociaux et les revendications autochtones est bel et bien présente. L’emprise des multinationales dans l’exploitation des forêts et dans la filière bois l’est tout autant. Générant de nombreux emplois et des débouchés commerciaux, ces activités témoignent à elles seules du poids des intérêts économiques qui sont en jeu.

2Les forêts durables ne se décrètent pas. C’est un projet qui s’élabore grâce à un système d’acteurs complexes. Jamais la nouvelle politique forestière canadienne n’aurait pu émerger et se mettre en place avec ses qualités comme ses lacunes sans ce construit social. L’un ne va pas sans l’autre. Une sphère décisionnelle qui a longtemps incarné le productivisme en symbolise aussi progressivement les stigmates. Les scientifiques multiplient les études critiques sur cette approche prédatrice. Si les provinces et les grandes compagnies forestières restent d’abord assez stoïques, le pouvoir fédéral se remet en cause. Il lancera les forêts durables en en discutant la pertinence avec les gouvernements provinciaux. Les décideurs doivent faire face à des groupes de pression comme les ONG autochtones ou environnementales. Les premières militent pour la reconnaissance de leurs droits. Elles défendent également ce qui est au cœur de la démarche des secondes, à savoir une approche durable des écosystèmes forestiers. Tout en entretenant des intérêts très différents voire divergents, ce socio-système est la clé de voûte de la nouvelle politique forestière canadienne. Sans doute cette capacité au débat, cette recherche des compromis en dépit de tensions et de vives oppositions, l’existence même de ce système d’acteurs à propos des forêts découlent-elles du fait qu’elles sont un phénomène de société incontournable au Canada (Figure 5). Elles ont été un facteur clé de la colonisation par les Européens d’espaces immenses avant d’en façonner une partie non négligeable de l’économie. Modelant des modes de vie, façonnant des mentalités, les forêts et les activités forestières justifient l’existence de nombreuses communautés locales et contribuent fortement à l’économie de plusieurs provinces.

 

3Prolongeant notre étude et cette expérience canadienne, quelques questions méritent d’être posées de manière plus générale. Alors que les initiatives en faveur du développement durable ne cessent de se développer un peu partout dans le monde, est-il possible de les envisager sans cette implication d’acteurs variés du local au global ? N’est-elle pas un moyen essentiel pour s’approprier concrètement les initiatives visant à redéfinir la relation à la forêt ? C’est bel et bien de cela dont il est question dans la manière dont plusieurs groupes d’acteurs et en particulier les ONG et les autochtones abordent le développement durable. Au travers de celui-ci s’esquissent une autre conception et une autre approche des ressources qui ne se situent pas exclusivement dans le domaine immédiatement marchand. Ceci étant dit, se lancer dans les forêts durables est très difficile même lorsque cette politique résulte d’un dense tissu d’acteurs variés. Voilà une autre leçon que nous pouvons incontestablement tirer de cette expérience canadienne.

4Le construit social autour des forêts est fragile et ne peut constituer un acquis intangible. Il en découle que le développement durable apparaît comme un compromis qui évolue et se renouvelle au gré de l’évolution du système d’acteurs. Prenons deux exemples. Le premier a trait au retour des conservateurs au pouvoir à Ottawa au printemps 2006. Ils ont clairement déclaré que le Canada n’adhérerait pas au protocole de Kyoto durant l’été 2007. A priori cette décision va dans le sens d’une moindre attention aux enjeux environnementaux. On peut donc penser que le gouvernement fédéral sera favorable à une plus grande liberté d’accès aux forêts pour les entreprises de la filière bois. La situation sur le terrain ne sera pas forcément aussi simple car certains acteurs du système forestier canadien risquent de multiplier les manifestations d’opposition. Les ONG ne cesseront de dénoncer les conservateurs comme des prédateurs de l’environnement, ce qui en terme électoral peut vite s’avérer néfaste. L’opinion publique canadienne est très sensible à ces questions. Rappelons également que si le pouvoir central se tient à l’écart du protocole de Kyoto, les Provinces peuvent avoir une position différente surtout si le gouvernement en place affiche une autre couleur politique que celle du pouvoir fédéral. À titre d’exemple, le Québec dirigé par les libéraux s’est déclaré favorable au processus de Kyoto. Tout ceci montre clairement que la position d’Ottawa n’est pas celle de tous les acteurs œuvrant dans le champ de l’environnement. Qui plus est à propos des provinces, n’oublions pas qu’elles sont responsables des politiques forestières à l’intérieur de leurs propres frontières. Le deuxième exemple porte sur le refus du gouvernement canadien de ratifier la déclaration protégeant les droits des autochtones dans le monde qui a été adoptée par l’ONU le 13 septembre 2007. Cette décision peut crisper les négociations en cours dans plusieurs provinces avec les natifs sur les questions de la rétrocession des terres ancestrales et de l’accès aux ressources. Il s’agit même d’une remise en cause éventuelle de ces discussions et débats sur des sujets explosifs dans ce pays. Rien n’indique pour le moment que le gouvernement fédéral ira jusqu’à bloquer ce processus car les réactions des autochtones du local au mondial pourraient être nombreuses et très virulentes. Ottawa apparaîtrait alors comme irrespectueux vis-à-vis des droits des populations indigènes, ce qui peut être préjudiciable à la fois sur le plan intérieur mais aussi sur la scène internationale. Rappelons que le Canada entend être un des bons élèves du développement durable dans le cadre des travaux de la CNUED. Il se trouve que cette commission attache beaucoup d’importance au respect des cultures autochtones et à leurs relations avec l’environnement. La décision du pouvoir fédéral canadien de ne pas signer la déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones le 13 septembre risque très vite de mettre Ottawa dans une situation très inconfortable. Extrapolons quelque peu avec un exemple très concret. Les jeux olympiques d’hiver de 2010 auront lieu à Vancouver. Les bandes indiennes pourraient bloquer et occuper les chantiers en cours en raison du refus des autorités de signer l’accord de l’ONU. De tels mouvements relayés par les médias nord-américains et internationaux terniraient l’image du gouvernement canadien.

Figure 5 – Les forêts. Un phénomène de société

Figure 5 – Les forêts. Un phénomène de société

Outre leur importance économique, les forêts sont aussi au cœur du développement, de l’histoire, de la culture et de la vie sociale au Canada. Cet apport global est indéfectiblement lié à des implications spatiales et territoriales

5Bien qu’elles ne fassent pas partie de la sphère décisionnelle, les ONG environnementales apparaissent comme des groupes de pression et de proposition incontournables. En se professionnalisant pour bon nombre d’entre-elles et en accédant parfois à un rayonnement international les assimilant à des multinationales vertes, ces organisations tendent à perdre leur âme militante. Votre adhésion devient parfois une autorisation à agir en votre nom par procuration. Toutes proportions gardées, les adhérents et donateurs sont un peu aux multinationales vertes ce que les actionnaires sont aux multinationales des forêts. Le sympathisant de base se trouve éloigné d’une structure qui en se professionnalisant devient une entreprise de services. Ils vont de la protection de l’environnement à la promotion d’une valorisation non productiviste des ressources, sans oublier l’éducation à la nature ou encore les démarches en justice. En prenant de l’importance, ces ONG connaissent des conflits internes et des enjeux de pouvoir qui les rendent plus opaques. Les difficultés environnementales s’accumulant, le marché, car c’est bien d’un marché dont il faut parler, semble inépuisable. Être présent sur deux grands créneaux que sont la protection et l’anti productivisme garantit des débouchés infinis. Comme la publicité, la propagande dont usent ces ONG, lors de multiples campagnes, touche votre sensibilité. Alerter l’opinion publique sur la disparition d’espèces végétales ou animales, de milieux naturels émeut toujours. Les propositions faites pour y remédier ne sont jamais garanties de succès. Notables ces caractéristiques ne sont pas générales. Ce monde des ONG environnementales est loin d’être un tout uniforme. Bien des organisations locales, régionales ou même nationales perpétuent cette participation directe et autogestionnaire quelque peu brouillonne. Tenter ce parallèle, comme nous l’avons fait pour les plus grandes des ONG, avec le fonctionnement des entreprises, ce monde souvent honni par les environnementalistes, est alors impossible.

6Si les autorités canadiennes ont le courage d’aborder cette question de l’accès au territoire et aux ressources par les natifs, l’exercice, bien qu’aujourd’hui incontournable, est difficile et périlleux. La sphère décisionnelle du système forestier canadien est représentative du cadre institutionnel politique et économique hérité de la colonisation. Ses représentants n’entendent pas s’en départir. Les négociations avec les Indiens traînent souvent en longueur, passent régulièrement par des recours en justice. L’incompréhension reste de mise entre ces décideurs et les autochtones. Soucieux de retrouver une partie des terres qu’ils jugent ancestrales, ils revendiquent ce qu’ils considèrent leur bon droit. Peu importe ici de savoir s’ils étaient là les premiers. La question n’est plus là. Il s’agit plutôt de savoir comment ils peuvent accéder à l’autonomie après des décennies d’exclusion et d’assistance. Il est tout aussi important de se demander comment ils peuvent mettre concrètement en place une réappropriation culturelle de la terre et des ressources par rapport à la modernité.

7L’ampleur des enjeux sur les forêts évolue rapidement. À titre d’exemple, le dendoctrone du pin ponderosa se répand sans cesse davantage en Colombie-britannique depuis le début des années 1990. S’il est difficile de donner une idée des superficies touchées, les causes du mal sont désormais connues. L’appauvrissement des niches écologiques liées à l’exploitation forestière, une meilleure maîtrise des incendies d’une part mais aussi à une échelle plus globale, le réchauffement climatique expliquent la progression de l’insecte. Il profite depuis les années 1990 de la douceur des hivers pour infester surtout les pins les plus âgés, notamment les ponderosa, jusqu’à ce que, souvent, la mort de ces arbres s’en suive. Les scientifiques, les ONG environnementales et le pouvoir central s’accordent sur ces points. Ce dernier a d’ailleurs décidé, en 2007, un plan d’urgence de 1 milliard de dollars canadiens pour aider les communautés dépendantes de la filière bois qui sont directement concernées. L’effort fédéral vise également à développer les connaissances scientifiques sur cette infestation et sur les zones touchées. Pour faire face au problème, le pouvoir provincial a, quant à lui, accepté d’étendre les zones de coupe dans l’intérieur de la Colombie-Britannique. Une coalition d’ONG environnementales, de syndicats d’employés de la filière bois accuse les autorités colombiennes de le faire sans aucun discernement et de brûler ou de laisser le bois sur place sans qu’il soit totalement utilisé (Ben Parfitt, 2007). Les pertes sont ainsi chiffrées à 1,6 million de mètres cubes et du fait de leur non-intégration dans le circuit économique. Les emplois, qui auraient pu être créés et qui ne l’ont pas été, sont estimés à 1300 en 2006. Alors que l’expansion du dendoctrone n’est pas maîtrisée, des études scientifiques montrent qu’elle doit être mise dans la perspective d’un changement de la composition de forêts de l’intérieur de la province en lien avec le réchauffement climatique (R. Hebda, 2006). Une ampleur globale que cette coalition veut voir prise en compte et qui retient l’attention d’Ottawa mais trop peu celle de la Province.

8La nature revêt une dimension particulière au Canada. Nous ne sommes pas dans cette hybridité où les multiples interventions de l’homme ont fabriqué une marquetterie de milieux résolument humanisés, comme en Europe de l’ouest. Les vastes espaces canadiens sont souvent vides ou peu peuplés et bien des écosystèmes évoluent en étant préservés d’une trop grande présence de l’homme. Cette différence dans la nature telle qu’elle apparaît outre Atlantique et en Europe explique que le débat sur la relation de l’homme à son milieu de vie ne puisse pas y être abordé de la même manière dans ces deux parties du monde. Qu’une parcelle plus ou moins vaste coupée à blanc voisine une nature épargnée choque aujourd’hui les esprits au Canada. Par le biais de telles juxtapositions, le productivisme a d’autant plus été assimilé à la destruction que les pratiques prédatrices qu’il générait laissaient des traces flagrantes d’atteinte à une nature dite sauvage. Si pendant des décennies, la wilderness a été assimilée à un monde à maîtriser et à exploiter, elle apparaît de plus en plus comme un patrimoine à part entière. Une ONG comme le Western Canada Wilderness Committee (WCWC) milite pour la protection intégrale de bassins versants de plus de 4000 hectares de la montagne vers la mer. En agissant ainsi, les environnementalistes sont convaincus qu’ils préservent l’ensemble des interrelations écosystémiques. Sont à la fois protégées la biodiversité floristique et faunique et, par exemple, la ressource en eau. Lentement mais sûrement se profile cette idée, aussi bien dans les ONG que dans les sphères politiques fédérales et provinciales, que la préservation des ressources naturelles est un privilège de quelques pays. Le Canada est incontestablement de ceux-là ; un espace de nature avec tous les atouts que cela représente dans un univers globalisé. L’eau comme les forêts deviennent des ressources très recherchées, d’où l’intérêt de les posséder pas uniquement dans une optique mercantile. Il s’agit aussi de favoriser autant que faire se peut les conditions de leur maintien, ce qui est impossible dans de nombreux pays de la planète. Que les beautés de la nature soient ensuite le prétexte au développement des activités récréatives de plein air envisagées de manière plus ou moins marchande est une possibilité largement exploitée par le Canada. Plusieurs officines ministérelles de différentes provinces s’en font l’écho grâce à des publicités dans la presse écrite de nombreux pays riches pour attirer le citadin en mal de nature.

Remerciements

9Paul Arnould (Professeur, ENS Lyon), Jeanne Babineau (Corporation développement économique des Bois-Francs, Victoriaville, Québec), Trevor Barnes (Professeur, UBC, Vancouver, CB), Maurice Beaudin (Professeur, Université de Moncton, Nouveau-Brunswick), Jean Boissière (Professeur, Université d’Orléans) Jacques Bousquet (Ingénieur forestier, Victoria, CB), Laurel Bewster (Sierra Legal Defence Fund, Vancouver, CB), Richard Brooks (Greenpeace, Vancouver, CB), Sarah Brown (UBCIC, Vancouver, CB) Jean Chaussade (Directeur de recherches CNRS, Nantes), Jessica Clogg (West Coast Environmental Law, Vancouver, CB), Peter De Marsh (Président de la fédération nationale des propriétaires de lots boisés privés, Moncton, Nouveau-Brunswick), Yvon Dionne (Centre de Recherche sur l’industrie du meuble et du bois ouvré, Victoriaville, Québec), Jacqueline Domont (Cartographe, Université de Lille 1), Orietta Doucet-Mugnier (Ambassade du Canada, responsable du service des relations universitaires, Paris), Jean-Jacques Dubois (Professeur, Université de Lille 1), Pierre Dubois (Ingénieur forestier, UQCN, Québec), David Edgington (Professeur, UBC, Vancouver, CB), Joe Foy (Western Canada Wilderness Committee, Vancouver, CB), Ludovic Frère (Greenpeace, Paris), Claude Godbout (Doyen Faculté de Foresterie, Université Laval, Québec), Mark Haddock (West Coast Environmental Law, Vancouver CB), Jordy Holmes, (BC Wild, Vancouver, CB), Cole Harris (Professeur, UBC, Vancouver, CB), Muriel Harris, (Généticienne, UBC, Vancouver), UBC, Roger Hayter (Professeur, Simon Fraser University, Burnaby, CB), Greg Kehm (Ecotrust, Vancouver, Canada), Anne-Françoise Hirsch (Université de Lille 2), Dave Kennedy (Commission des traités, Vancouver, CB), Karen Kirsten (Sierra Club, Washington, États-Unis), Gary Lafferty (UBCIC, Vancouver, CB), Bill Lecick (Ministère des Affaires Indiennes et du Nord Canadien, Vancouver, CB), Tom Lee (Ingénieur forestier, Victoria, CB), Lyle Leo (Conseiller Lill’Watt, Mount Currie, CB), Kathleen Mac Kerr (Ministère des Affaires Indiennes et du Nord Canadien, Vancouver, CB), Madeleine MacIvor (Programme forestier pour les Premières Nations, UBC, Vancouver, CB), Camille Malenfant (Ministère du développement économique et du tourisme, Fredericton, Nouveau-Brunswick), Leigh Ogston (Indian and Northern Affairs Canada, Vancouver, CB), Devon Page (Sierra Legal Defence Fund, Vancouver), Bernard Pecqueur (Professeur, Université de Grenoble), Chief Stewart Phillip (UBCIC, Vancouver), Diane Piagé (UQCN, Québec) Gordon Prest (Nicholas Valley Institute of Technology, Vancouver, CB), Maureen Reed (Professeur, Université de Saskatoon, Saskatchewan), Jean-Pierre Renard (Professeur, Université d’Artois) Fabrice Rigaux, (ICRDR, Moncton, Nouveau-Brunswick), Laurent Simon (Professeur, Université Paris 1), Dietrich Soyez (Professeur, Université de Cologne), Tamara Stark (Greenpeace, Vancouver, Canada), Kit Tam (Forest Alliance, Vancouver, CB), René Thivierge (Corporation de développement économique des Bois-Francs, Victoriaville, Québec), Bernard Vachon (Professeur, Montréal, Québec), Paul Willett (Mac Millan Bloedel, Victoria, CB), Erica Wilson (Sierra Club, Toronto), Graeme Wynn (Professeur, UBC, Vancouver, CB), Ken Wu (Western Canada Wilderness Committee, Victoria, CB) et bien d’autres qui m’ont accueilli et aidé dans mes démarches.

Table des illustrations

Titre Figure 5 – Les forêts. Un phénomène de société
Légende Outre leur importance économique, les forêts sont aussi au cœur du développement, de l’histoire, de la culture et de la vie sociale au Canada. Cet apport global est indéfectiblement lié à des implications spatiales et territoriales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search