Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et société au Canada

 | 
Éric Glon

Du construit social aux transpositions spatiales

Trois canada et un univers provincial dual

Texte intégral

Trois Canada

1Fidèle a son image, la Colombie-Britannique fait figure de monstre (Carte 3). Les forêts y couvrent 68 % de la superficie totale et le volume de bois abattu dépasse 80 millions de mètres cubes en 2004, ce qui place cette province très loin devant le Québec. La récolte est de plus de 40 millions de m3 dans la belle province qui arrive au second rang. Si les forêts recouvrent de nombreuses activités, le nombre d’emplois qu’elles génèrent diminue régulièrement en raison d’une amélioration constante de la productivité notamment dans le secteur papetier.

2S’ajoutent à cela les disparitions d’établissements ou de postes de travail dans le cadre des stratégies des multinationales globales des forêts et des produits du bois. La province du Pacifique représente encore 23 % du nombre total d’emplois dans la filière bois canadienne et contribue à 30 % de ses livraisons en valeur en 2004. Contrairement à ce qui s’est passé dans les années 1980 et une partie de la décennie suivante, les exportations vers le Japon subissent une certaine contraction alors que les États-Unis confortent leur place de premier client. L’Europe demeure certes un débouché important, notamment pour les papiers, mais elle reste globalement derrière les deux pays précédents. Hormis la Colombie-Britannique, le deuxième ensemble régional qui émerge regroupe l’Ontario et le Québec. Avec des parts qui sont respectivement de 25 % et de plus de 27 %, ces deux provinces offrent plus de la moitié des emplois de la filière bois du pays.

3Elles contribuent également à 50 % des livraisons nationales avec 23 % à la région ontarienne et 28 % pour le Québec. De loin la province la plus étendue avec 1,5 million de kilomètres carrés et la plus boisée en données brutes (86 millions d’hectares) au Canada, celle-ci présente un secteur forestier plus important et plus dynamique que celui de sa voisine anglophone. Au-delà de ces quelques différences, ces deux régions forment le cœur économique du pays et la filière bois s’y avère bien présente mais dans une économie régionale diversifiée. C’est naturellement moins le cas en Colombie-Britannique où le secteur forestier a plus d’importance dans un univers où les activités sont moins variées. Comme pour la Colombie-Britannique, le Québec et l’Ontario, le Nouveau-Brunswick est un fournisseur privilégié des États-Unis. Les exportations de bois et produits du bois vont d’abord vers ce pays avant de s’orienter vers l’Europe. En dehors de cette dépendance récurrente vis-à-vis du marché américain, rien ne rapproche la province de l’Atlantique des trois autres qui dominent de loin la filière bois du pays. Alors que les superficies forestières sont nettement moins étendues au Nouveau-Brunswick, cette région apparaît singulière. Le secteur forestier représente un emploi sur sept, soit environ 5 % des emplois du total national et 6 % des livraisons au niveau canadien en 2004.

4Ces trois Canada sont symptomatiques de trois inscriptions différentes dans l’économie monde tout comme dans celle du pays. Après avoir connu un réel dynamisme autour des activités de la pêche et du bois, le berceau initial de la colonisation européenne qu’est le Canada de l’Atlantique connaît des difficultés croissantes dans la seconde moitié du XIXe siècle. Bien perceptible à partir de 1880, la dévitalisation économique et démographique de cette région est concomitante de l’attraction croissante qu’exerce la région centre toute proche. Le corridor se développe (J-B Racine, P. Villeneuve, 1992, J. Chaussade, 1983) A cela s’ajoute une concurrence américaine grandissante et l’influence d’autres futures provinces comme la Colombie-Britannique. Si la richesse des forêts du Pacifique corrige partiellement le rapport distance/coût, l’essor du chemin de fer minimise aussi les distances/temps.

 

5Le Canada de l’Atlantique, et particulièrement le Nouveau-Brunswick, perd une grande partie de l’avantage de la proximité du corridor notamment pour les livraisons de bois à la fin du XIXe siècle (L-D. MacCan, 1987). L’exploration et l’exploitation du centre et de l’ouest vont de pair avec l’augmentation de la demande exercée par le corridor en matières premières. Les premiers relevés topographiques dans la région du Pacifique sont dressés pour recenser les ressources naturelles (B. Willems-Braun, 1997). Les limites de l’actuelle Colombie-Britannique sont déterminées en fonction de ces richesses. Qu’il y ait des peuples autochtones présents sur ces terres importe peu et n’a absolument pas été pris en compte (C. Harris, 1997).

6La préoccupation n’est pas là. La région du Pacifique intègre l’Union en 1871 soit 35 ans avant les deux provinces situées à l’est : l’Alberta et le Saskatchewan. La ruée vers l’or crée un appel d’hommes à partir de 1858. C’est particulièrement le cas dans la vallée de la Fraser. L’ouverture de la voie ferrée transcontinentale en 1885 stimule l’immigration. La réalisation de cette liaison ferroviaire est une des conditions négociées par la Colombie-Britannique pour que celle-ci intègre la confédération. L’exploitation des forêts et les industries forestières deviennent des activités essentielles de l’économie de ces contrées du Pacifique. Le bois et les produits du bois sont en partie destinés au corridor mais aussi aux États-Unis. Cette position conquérante sur des marchés stimule le secteur forestier dans le cadre d’une véritable fièvre de l’or vert (P. Marchak, 1983). Une certaine diversification de l’économie, le boom des relations avec le Japon et plus récemment avec la Chine, y compris sur les produits de la filière bois (D. Edgington, R. Hayter, 1997) pondèrent quelque peu les caractéristiques d’une périphérie. L’est du Canada avec le Nouveau-Brunswick connaît un mal développement qui devient chronique (R. Blanchard, 1963, J. Chaussade, 1995, op cité). Il est difficilement corrigé par les fonds de transfert fédéraux et les multiples initiatives volontaristes d’aménagement régional (D-J. Savoie, 1997). Sans résoudre les problèmes de fond, une diversification de l’économie est en cours dans les biotechnologies (F. Rigaux, 1997) les télécommunications et le tourisme (J. Pelletier, 1995, op cité M. Beaudin, 2001). L’attrait pour les forêts tout comme le poids inégal qu’occupe la filière bois constitue un des paramètres essentiels dans cette configuration progressive de la région centrale et des périphéries. La carte que nous en avons dressée n’en est finalement qu’un témoignage très actuel (Carte 3). Dans le premier cas, se trouve rappelée cette prééminence du Québec et de l’Ontario, tout particulièrement le sud de ces deux provinces. Un ensemble dynamique relié à l’est et au centre des États-Unis qui est aussi ancré dans cette mondialisation avec des activités diversifiées. Dans le deuxième cas, la situation diffère pour le Nouveau-Brunswick et pour la Colombie-Britannique. Par bien des aspects, le Canada de l’Atlantique évoque cette inscription dans une économie monde héritée du XIXe siècle. Les difficultés n’ont cessé de s’accumuler depuis la fin de ce siècle. Parallèlement s’affirme la Colombie-Britannique. Une périphérie qui s’intègre davantage dans une économie monde du début du XXIe siècle résolument tournée vers l’Asie.

Carte 3 – L’importance des forêts et de la filière bois dans les provinces et les territoires au Canada en 2004

Carte 3 – L’importance des forêts et de la filière bois dans les provinces et les territoires au Canada en 2004

7La localisation de l’ensemble des activités économiques au sein de chaque province engendre quasiment les mêmes disparités que celles que nous observons pour la répartition des industries de la filière bois. Un monde dual apparaît très clairement. Les pôles et les secteurs géographiques les plus peuplés sont aussi ceux où les entreprises du secteur forestier sont les plus nombreuses et souvent les plus variées. À l’opposé, de vastes espaces sont beaucoup moins peuplés et les activités plus réduites et moins diversifiées. Comme au Québec avec le corridor (carte 2), le sud-ouest est la région la plus active de Colombie-britannique. 60 % de la population provinciale se concentre dans la capitale politique colombienne à savoir Victoria et dans le principal pôle économique : Vancouver. Il est aussi celui où les entreprises du secteur forestier sont les plus nombreuses (carte 4). Ailleurs et souvent en raison d’un marché du travail peu épanoui, la filière bois offre souvent le plus grand nombre d’emplois, parfois de 45 à 60 % du total. C’est le cas notamment dans la partie centrale de la province où quelques établissements font vivre des centres comme Quesnel ou Kamloops, par exemple. D’immenses espaces sont parfois uniquement consacrés à l’exploitation forestière avec quelques scieries comme dans le centre et le nord du Québec (carte 2). Bien que moins flagrante que dans la belle province ou dans la région du pacifique, cette dualité est néanmoins bien présente au Nouveau-Brunswick, avec une fois de plus une faveur au sud. Moncton et Fredericton sont les deux agglomérations les plus dynamiques. Ce sont aussi celles qui concentrent le plus d’activités du secteur forestier (Carte 5). N’y a t-il pas des localisations préférentielles de la filière bois au niveau local et comment les interpréter ?

6 grands types de localisation

8Que les activités du secteur forestier soient souvent proches des forêts dans un pays où elles sont aussi présentes n’étonne guère. Là où il y a du bois, il y a de fortes chances de trouver une entreprise qui le coupe ou qui le transforme. Ce qui frappe davantage les esprits n’est autre que ce voisinage des établissements par rapport à des espaces forestiers immenses (Tableau 19). Rappelons qu’en dépit de convoitises marchandes depuis le milieu du XIXe siècle, les forêts canadiennes sont peu fragmentées. 60 % des superficies de celles-ci existent actuellement en blocs très vastes d’un seul tenant de plus de 10 000 hectares. Ils peuvent être quasiment contigus ou très proches les uns des autres. Une entreprise peut facilement avoir la matière première à portée de main. Le centre et le nord du Nouveau-Brunswick sont couverts de peuplements forestiers. Miramichi offre une tradition papetière avec une unité Repap appartenant à une compagnie québécoise puis depuis 2000 à un groupe finlandais : UPM Kymmene. Cet établissement voisine une zone provinciale en permis de coupe d’une superficie de 295 263 hectares qui lui est presque entièrement dévolue.

Carte 4 – Les activités des pâtes et papiers et l’importance du secteur forestier dans l’emploi par région en Colombie-Britannique (2003)

Carte 4 – Les activités des pâtes et papiers et l’importance du secteur forestier dans l’emploi par région en Colombie-Britannique (2003)

Carte 5 – Les grands secteurs de localisation des activités de la filière bois au Nouveau-Brunswick.

Carte 5 – Les grands secteurs de localisation des activités de la filière bois au Nouveau-Brunswick.

Tableau 19 – Les grands types de localisation des activités de la filière bois

Type de localisation

Explications

Proximité des grands massifs forestiers

Proximité immédiate de la matière première

Bordure des cours d’eau

Transport par flottage. Eau comme énergie. Recours à l’eau dans les circuits de production

Bordure des axes de communication (Routes et voie ferrées)

Approvisionnement en bois. Distribution des produits du bois

Littoral

Exportations. Transport par flottage

Grands pôles d’activités diversifiées

Centres urbains qui bénéficient d’une implantation ancienne des activités du secteur forestier. Présence de nombreux axes routiers et éventuellement d’un port

Dissémination en milieu rural

L’exploitation forestière est une des activités de la filière bois qui est très présente et souvent sous la forme de petites voire de très petites structures familiales

9Les grandes entreprises forestières assimilent ces aires d’exploitation, pourtant publiques, à des domaines quasiment privés où le public ne peut avoir accès. Des panneaux d’interdiction d’entrée ou d’avertissement sur les dangers potentiels d’une intrusion apparaissent fréquemment à l’entrée des routes forestières qui sont en fait des pistes. Empruntées à longueur de journée par des camions chargés de troncs en période d’exploitation, elles mènent à des secteurs de coupe de plus en plus éloignés des routes principales. Certains d’entre-eux ne sont accessibles que par voie aérienne ou par voie maritime comme le long du littoral de Colombie-Britannique. Les hommes et les machines sont amenés par bateau ou par hélicoptère. La matière première est évacuée par flottage après que les troncs aient été projetés à la mer dans le premier cas. Ils sont enserrés dans des filets et tirés par de puissants remorqueurs. Les arbres coupés sont hélitreuillés et transportés jusqu’aux axes routiers dans le second cas. Si les compagnies coupent loin des regards indiscrets, elles se servent du bord des routes comme de véritables vitrines. De grands panneaux insistent sur les efforts que telle compagnie déploie pour le reboisement. Une signalétique tout aussi élogieuse indique la présence de secteurs replantés lorsqu’ils bordent une route.

10Les établissements du secteur forestier sont souvent implantés sur le littoral ou le long des cours d’eau mais aussi des axes de communication. Qu’il soit un héritage ou encore bien vivace comme en Colombie-Britannique, le flottage a pu ou peut justifier des localisations d’entreprises au bord de la mer ou des rivières. Cette raison n’est pas la seule. L’eau demeure un élément clé dans le processus de traitement ou de fabrication des produits du bois. L’industrie papetière en constitue un bon exemple. Que ce soit pour dissocier les fibres cellulosiques de la lignine dans les unités à pâte ou qu’il faille ensuite travailler ces fibres pour les constituer en feuilles dans les usines à papiers, l’eau douce est incontournable. Elle est donc utilisée massivement dans les trois processus de fabrication (pâtes mécaniques, pâtes chimico thermo-mécaniques, pâtes thermomécaniques). La production des pâtes et papiers peut avoir lieu sur un même site au sein d’unités intégrées. Les solutions aqueuses faites de fibres de bois sont expédiées sous forme liquide dans des conduites tubulaires vers l’usine qui fabrique le papier. Ces deux opérations peuvent, au contraire, être dissociées dans l’espace. Il y a alors transport de la pâte sous la forme de plaques quelque peu séchées par route ou par voie ferrée jusqu’à un autre établissement. Elles sont ensuite réhydratées avant de servir à la production papetière. Si l’eau est incontournable pour faire les pâtes, elle l’est tout autant pour aboutir aux différents produits finis plus ou moins blanchis. D’abord intégré pour triturer, épurer les fibres, l’élément liquide est progressivement évacué avec les presses et les sécheurs. Un des enjeux du développement durable est de développer le traitement de ces eaux utilisées dans le processus industriel et de limiter tous les rejets de fabrication. La force hydraulique a d’abord permis de faire tourner les roues des moulins et d’actionner les scies mécaniques grâce à des courroies. Elle fournit ensuite du courant électrique à partir des rivières et des chutes d’eau. Elles sont nombreuses sur le rebord méridional du bouclier canadien aux abords du Saint-Laurent. Cette disponibilité en énergie suscite la création de centrales électriques et à leurs abords, l’implantation des établissements de la filière bois. Les localisations littorales rappellent que très tôt le secteur forestier canadien s’est tourné vers les marchés extérieurs et que cette tendance ne se dément pas. Miramichi, Bathurst, Dalhousie, Saint-Jean illustrent parfaitement notre propos au Nouveau-Brunswick (carte 5). Les routes et les voies ferrées servant souvent au transport des grumes et des produits du bois, elles contribuent de manière générale à fixer des établissements industriels. Ces axes de communications bordent fréquemment le lit des fleuves. Une particularité qui, ajoutée aux avantages actuels ou passés de l’eau, souligne le rôle important des vallées dans la localisation des établissements industriels de la filière bois. Des avantages que nous retrouvons clairement dans la vallée du Saint-Laurent au Québec. Outre la voie navigable importante que constitue ce fleuve, il est bordé par les grandes routes et axes ferroviaires entre Québec et Montréal qui relient plus largement les régions atlantiques et les Grands Lacs. À un degré moindre, les rivières Saint-Jean et Miramichi au Nouveau Brunswick rappellent le rôle surtout historique de l’eau comme énergie ou pour le flottage. Les routes et voies ferrées qui longent ces cours d’eau incarnent plus aujourd’hui les possibilités de distribution, de redistribution et de commercialisation de la matière première ou des produits semis finis ou finis.

11Les centres urbains les plus peuplés et aux activités les plus diversifiées sont aussi ceux qui concentrent souvent un grand nombre d’établissements de la filière bois. La région de Vancouver en Colombie-Britannique (carte 4) ou celle de Fredericton et de Moncton au Nouveau-Brunswick en sont quelques exemples représentatifs (carte 5). À l’autre extrême de ces agglomérations concentrant plusieurs, voire un grand nombre d’entreprises du bois et des produits du bois, nous remarquons également une dissémination de celles-ci en milieu rural. Apparaissant à l’écart des principaux bourgs ou villes, elles sont souvent de très petite taille.

 

12Ces entreprises familiales de l’exploitation forestière qui se font et se défont d’une année à l’autre au gré du marché en sont l’exemple parfait. Omniprésentes, elles font le lien entre ce qui relève du champ entreprenarial et ce qui est résolument inscrit dans les pratiques du quotidien. Partout dans les campagnes où les forêts sont présentes, l’homme abat du bois pour se chauffer, construire sa maison ou une dépendance et pour les réparer. Cette présence diffuse des activités forestières ajoutée à celle des entreprises de plus grande taille explique que l’emploi de certaines régions puisse être fortement tributaire de la filière bois (Carte 4). Il en va de même pour de nombreuses localités.

Les communautés dépendantes de la filière bois

13L’existence de communautés c’est-à-dire de localités tributaires des ressources naturelles est assurément une caractéristique incontournable dans de nombreuses provinces canadiennes. Vivant de l’exploitation d’une source d’énergie comme le pétrole ou le gaz naturel, des minerais, des ressources halieutiques, des activités de la filière bois, ces communes ne sont pas à l’abri d’une baisse de la demande sur les marchés national et international. Que les débouchés s’amenuisent et c’est toute l’économie locale qui s’en ressent. Les diminutions du nombre d’emplois ou la fermeture provisoire ou définitive d’un site ont des répercussions sur l’ensemble de la vie communale. En nous contentant du secteur forestier qui est au cœur de notre étude, quelques exemples peuvent étayer notre propos. Située en Ontario non loin de la limite avec le Manitoba, la petite ville de Kenora (16 500 habitants) a enregistré la fermeture de l’unité fabriquant du papier journal appartenant à Abitibi Price en décembre 2005. La suppression de 390 emplois dans une communauté, où plus de 40 % du marché du travail dépend des activités forestières, a été vécue comme un séisme social.

14Plusieurs villes nord ontarienne quasi mono-industrielles (Red Rock, Dryden, Thunder Bay, Terrace Bay, Kapuskasing) sont dans une situation de dépendance et de fragilité. Abitibi Price a annoncé la fermeture de quatre unités papetières dans le pays la même année. L’histoire de Miramichi, à l’est du Nouveau-Brunswick, n’est ni plus ni moins que la chronique d’un lent déclin des activités de la filière bois depuis la seconde moitié des années 1990. La vie locale dépend de quelques établissements dans la fabrication de panneaux et dans le sciage et surtout du plus incontournable d’entre eux dans la production du papier. Rachetée en 1995 par la compagnie québécoise Repap, cette unité compte alors jusqu’à 1900 emplois. Des difficultés déjà notables s’accumulent après sa cession à l’entreprise finlandaise UPM Kymmene. Encore de 1600 emplois en 2004, le nombre d’emplois chute avec la fermeture définitive de la partie de l’usine vouée au papier Kraft. Une longue grève en 2005 puis une cessation d’activités de trois mois en 2006 annonce un désintérêt croissant de UPM pour ce site qui n’entre plus dans sa stratégie. L’augmentation du dollar canadien rendant plus difficile les exportations, plus aucune raison économique ne retient le groupe finlandais. Il annonce la fermeture de l’unité papetière et d’une scierie pour 1 an en juin 2007. Les 600 emplois qu’elles représentent sont supprimés au moins pour la même durée. Chacun redoute à Miramichi que cette mesure annoncée comme provisoire ne devienne rapidement définitive Cette mauvaise nouvelle fait suite à une autre quelques mois auparavant : la cessation d’activités de l’usine Weyerhaeuser de panneaux de bois et des 140 emplois qu’elle comptait. Cette existence aléatoire des communautés tributaires de la foresterie est une tendance récurrente. Les Canadiens s’en sont accommodés dans le cadre du productivisme. La politique de développement durable tente progressivement de modifier ces scènes locales monospécifiques mais les changements sont longs à se dessiner.

15Qu’entend t-on exactement par localités dépendantes de la filière bois ? Peut-on en envisager une définition ? Maintes fois abordées, ces questions ont suscité des contributions très variées. Certaines, émanant parfois de Ministères fédéraux, s’abstiennent de toute explication quant à la méthode suivie (Ressources Naturelles Canada, 1996). D’autres démarches sont davantage argumentées. À titre d’exemple, R Geoff Ironside et J. E Randall sont loin de prendre en compte uniquement l’emprise économique de la filière bois au niveau local (R. Geoff Ironside, J.E Randall, 1996). Ils introduisent également des critères sociaux comme le degré d’isolement de la collectivité, l’importance de l’emploi masculin et du temps partiel ou encore les fluctuations de main-d’œuvre. Autant de réalités souvent très présentes aux côtés des activités liées aux forêts dans ces localités qui en sont tributaires. Élaborée en 1996, la démarche du Service Canadien des Forêts s’appuie, elle aussi, sur des paramètres socio-économiques. Sont ici intégrés le revenu d’emploi, le niveau d’étude, la mobilité quinquennale par communauté. Chacun de ces critères est inférieur à la moyenne canadienne lorsque nous nous trouvons dans une commune où les activités du bois et des produits du bois sont importantes. Autrement dit les salaires, le niveau d’éducation en particulier post-secondaire, les départs d’habitants pour d’autres lieux de résidence sont en dessous des valeurs moyennes observées pour l’ensemble des localités au niveau national. Il n’empêche que l’évaluation est avant tout fondée sur l’importance de la filière bois et que ces différents aspects sociaux n’interviennent qu’après avoir évalué l’assise économique des localités. Qu’entend t-on par là ? Il s’agit simplement de savoir quelle est l’importance du revenu du travail générée par les exportations dans les secteurs de la foresterie pour une commune. Si cette part au niveau local est supérieure à celle observée à l’échelle provinciale, l’excédent obtenu correspond pratiquement à l’assise économique. Il est rapporté à la valeur totale des revenus issus du travail dans une localité, ce qui aboutit à une dépendance plus ou moins importante. Qu’elle atteigne 75 % signifie qu’une commune a une assise économique où les revenus issus des exportations de l’ensemble du secteur forestier représentent les trois quarts des revenus du travail enregistrés localement.

 

16Reprenant la méthode du Service Canadien des Forêts qui lui est rataché, le Ministère des Ressources Naturelles a calculé ce lien à la filière bois pour chaque communauté de plus de 250 habitants à partir du recensement de 2001. Quels enseignements peut-on tirer des principaux résultats ?

17La dépendance apparaissant avec une part de plus de 30 %, 652 communautés sont dans ce cas au Canada. Qu’elles soient surtout présentes en Colombie-Britannique (Photo 12) et au Québec n’étonnera pas le lecteur. Ce sont les deux provinces qui comptent le plus dans la filière bois canadienne. Les cas de localités ayant des liens très forts avec la filière bois c’est-à-dire avec une part supérieure à 50 % sont aussi majoritairement localisés dans la province du Pacifique. Celle-ci regroupe, par exemple, 14 des 35 localités tributaires du secteur forestier de plus de 10 000 habitants. C’est le cas, par exemple, de Kamloops et de Prince George qui comptent environ 75 000 habitants chacune (Carte 4). Indépendamment de seuils démographiques, d’autres cas méritent d’être signalés, comme Campbell River ou encore Port Alberni sur l’île de Vancouver (H. Gordon et alii, 2007). Peuplée de 19 000 habitants, Port Alberni vit de la pêche et de la filière bois. Les industries du secteur forestier représentent 1765 emplois, soit 23 % du total avec plusieurs scieries spécialisées notamment dans le cèdre rouge et une unité papetière. Appartenant à l’entreprise scandinave « Norske Skog », elle offre 750 emplois (Photo 6). Au-delà de ces disparités spatiales et du poids des industries forestières dans l’économie locale, n’y a t-il pas des initiatives qui traduisent une certaine avancée du développement durable en restant à l’échelle communautaire ?

Photo 12 – Un exemple de communauté dépendante de la filière bois

Photo 12 – Un exemple de communauté dépendante de la filière bois

Située dans l’est de la Colombie­Britannique, dans les Kootenay non loin des Rocheuses, Slocan compte 359 habitants. La scierie (sapin Douglas, pin blanc, cèdre rouge de l’ouest) offre 170 emplois directs. Elle génère 170 emplois indirects notamment dans l’exploitation, l’aménagement et les services forestiers ou encore le transport du bois.

Photographie : Eric Glon, Août 2006.

Table des illustrations

Titre Carte 3 – L’importance des forêts et de la filière bois dans les provinces et les territoires au Canada en 2004
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Carte 4 – Les activités des pâtes et papiers et l’importance du secteur forestier dans l’emploi par région en Colombie-Britannique (2003)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14991/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Carte 5 – Les grands secteurs de localisation des activités de la filière bois au Nouveau-Brunswick.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14991/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 12 – Un exemple de communauté dépendante de la filière bois
Légende Située dans l’est de la Colombie­Britannique, dans les Kootenay non loin des Rocheuses, Slocan compte 359 habitants. La scierie (sapin Douglas, pin blanc, cèdre rouge de l’ouest) offre 170 emplois directs. Elle génère 170 emplois indirects notamment dans l’exploitation, l’aménagement et les services forestiers ou encore le transport du bois.
Crédits Photographie : Eric Glon, Août 2006.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14991/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 741k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540